Des guerres incessantes

Posté le janvier 01, 2009, 12:00
11 mins

Depuis 1945, année au cours de laquelle furent solennellement promises la paix et la prospérité dans le monde entier, jamais la planète n’a connu autant de guerres avec leurs sinistres conséquences de victimes, de destructions et de misère.

Essayons de les classer avant de les commenter. On peut les répartir en trois catégories.

1) Les guerres de décolonisation, souvent apparentées aux affrontements ethniques.
2) Les guerres idéologiques.
3) Les guerres de religion.

La guerre de décolonisation-type fut la guerre d’Indochine (1945-1954) perdue par la France à Dien Bien Phu, en mai 1954, et la guerre d’Algérie également perdue par la France, sinon militairement, du moins politiquement. L’Algérie ne s’est, au demeurant, jamais relevée de sa victoire, minée par la corruption et l’incurie de ses dirigeants auxquels s’ajoutent la guérilla et le terrorisme islamistes.

La guerre idéologique « modèle », si j’ose dire, est la guerre de Corée. La Corée du Nord, soutenue par la Chine de Mao Tse Toung, envahit et ravage la Corée du Sud en 1950. Les États-Unis interviennent. Le général McArthur écrase les assaillants communistes coréens et chinois et libère la Corée du Sud, aujourd’hui l’une des principales puissances industrielles du monde. La Corée communiste, quant à elle, voit sa population mourir de faim par centaines de milliers et survit dans les ténèbres, mais, grâce à la Chine, dispose de la bombe atomique. Une autre guerre idéologique fut la guerre interne du Cambodge (1965-1975) alimentée par Pékin. 2 millions de morts, le plus beau génocide du siècle, avec comme innovation, l’utilisation des enfants pour torturer et tuer dans l’esprit du grand camarade Mao, ce « génie de l’humanité », comme disait, tout saisi d’admiration, un président de la République française qui pourtant n’était pas communiste et que l’on classe même à droite. Même le continent américain n’est pas épargné, avec en Amérique centrale et en Colombie une guérilla de nature communiste et castriste qui crée l’insécurité depuis des décennies.

Les guerres de religion, dues essentiellement au réveil de « l’islam de la revanche », libéré par la décolonisation, sont en cours depuis 60 ans, avec, comme chacun sait, la guerre entre Israël et les pays musulmans du Proche et du Moyen Orient. Il est à noter que les musulmans ne combattent pas seulement le judaïsme et la chrétienté, mais se battent entre eux, chiites contre sunnites. La guerre entre l’Irak et l’Iran (1980-1988) en a été l’illustration avec, là aussi, du côté des ayatollahs l’utilisation des enfants pour sauter sur les champs de mines afin de faciliter le passage des combattants. Nul n’ignore que c’est à l’islamisme que l’on doit la généralisation du terrorisme, en particulier des attentats-suicides dont chaque jour enrichit la dramatique collection. Enfin rappelons que les récentes guerres dans les Balkans (1991-1998) sont à la fois d’inspiration idéologique – la Serbie stalinienne – et religieuse – la Bosnie musulmane. Un mot aussi de la guerre entre catholiques irlandais et protestants anglais (1972-1988), parfaitement moyenâgeuse.

Ces massacres, tueries, et autres génocides étant toujours en cours, la question se pose de savoir ce qui va se passer demain. La réponse est simple : ça va continuer, n’en déplaise à nos concitoyens qui, comme les autruches, n’aiment pas la vérité, et à leurs dirigeants qui, eux, adorent la méthode Coué avec souvent, hélas, une grande malhonnêteté.

L’Afrique, le continent du chaos qui a connu une centaine de coups d’État depuis les indépendances connaîtra d’autres coups d’État et d’autres tueries à la machette ou à la kalachnikov entre ses tribus « premières » qui s’entre-tuent avec allégresse. La piraterie maritime qui se développe à partir des côtes de l’Afrique de l’est n’est pas seulement pittoresque, elle illustre de façon spectaculaire l’impuissance de l’homme blanc et le déclin de l’Occident. Mais c’est surtout la guerre de religion et de civilisation menée par l’islam radical qui s’étendra et s’aggravera. Il n’est pas exclu que le Proche et le Moyen Orient tombent sous la coupe de l’islam d’Al Qaïda et des talibans qui disposeraient alors de la bombe pakistanaise et bientôt iranienne. Ce qui s’est passé à Bombay, pourrait bien aussi se dérouler à Paris, Londres ou Berlin, dans une Europe qui compte désormais quelque 30 millions de musulmans dont le nombre s’accroît de jour en jour et en faveur desquels on n’arrête pas de construire des mosquées (en France 200 nouvelles mosquées sont prévues) et de distribuer des allocations de toute nature, en attendant, en France, les nominations aux plus hautes fonctions de l’État, au nom de la diversité – ce qui serait un véritable suicide.

Pessimisme excessif, dira-t-on ? Non. Ces perspectives sont également celles du « Monde », journal de gauche mais néanmoins sérieux qui écrit dans sa livraison du 4 décembre qu’il ne faut pas exclure un attentat nucléaire ou biologique de grande ampleur en Occident. Il convient d’ajouter à cela l’anarchie qui se développe un peu partout. La Grèce en apporte la démonstration qui pourrait se poursuivre en France ou, après de graves émeutes, il n’y a pas si longtemps, des combats entre bandes rivales d’immigrés maghrébins d’un côté, africains de l’autre, se succèdent presque chaque semaine avec, en perspective très attendue, le grand pillage espéré depuis tant d’années ?

Bref, on récolte ce qui a été semé depuis 60 ans, alors qu’on célèbre en grande pompe le 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme ! Si tout cela n’était pas aussi tragique, grotesque et redoutable, plutôt que d’en pleurer, on devrait en rire !

En 1945, les princes qui nous gouvernaient, les démocrates de toute espèce et les communistes d’obédience soviétique avaient promis la paix, le respect des droits de l’homme, la prospérité et la démocratie et l’on a eu les guerres à répétition, les génocides, la misère et ses famines et, en fait de démocratie, l’anarchie assaisonnée de corruption.

Un mot encore pour terminer : le coût gigantesque de ces destructions et des achats d’armements et de munitions est supérieur à la totalité de l’aide prodiguée au Tiers-monde. Qui fait mieux, qui dit mieux ?

Article précédent

L’après Bush commence

8 réponses à l'article : Des guerres incessantes

  1. Gia Tien Nguyen

    03/01/2009

    La guerre d’Indochine (1946-1954) qualifiée de "guerre de décolonisation" par l’auteur de l’article n’est juste qu’à moitié.

    En fait, dès 1949, avec l’arrivée au pouvoir de Mao en Chine, le camp Vietminh avec Ho Chi Minh en tête tombait entièrement dans le bras du Bloc communiste et devenu un instrument de Staline et de Mao. Les Vietnamiens non-communistes avaient du se rallier temporairement au camp français jusqu’aux Accords de Genève 1954, avec la partition du pays en Nord et Sud Vietnam, et qui marquent une pause dans cette guerre, avant d’entamer l’étape suivante, 1960-1975, dite la "2è guerre d’Indochine" , (ou encore "guerre américaine" par certains).

    Donc, à mon avis, la période 1949-1975 pourrait être appelée "guerre d’idéologie" comme le cas de la Corée. Les Américains se sont intervenus au Vietnam par idéologie, et non pas pour récupérer une colonie comme les Français.

    Ils ont finalement abandonné lâchement le Sud Vietnam est une autre histoire.

    Gia Tien Nguyen (Suisse)

    Répondre
  2. Magny

    03/01/2009

    Bravo Grepon : en plein dans le mille . Une arme dans la main d’un homme menacé le réconforte bien plus qu’une armée soumise à des directives alambiquées .

    En ce qui concerne la violence dans le monde elle a toujours existée , et elle existera toujours , il n’y a que les fans attardés de Casimir pour faire semblant l’oublier .

    Répondre
  3. IOSA

    02/01/2009

    [email protected]

    " Par aillieurs, un moyen prouve pour stopper genocides c’est de parachuter des armes et munitions efficaces sur les villages de ceux en proie de genocidaires.   Ca aurait pu marche a merveille au Darfur par exemples.   Mais non, les poseurs pacifistes et conferenciers de l’ONU sont formel:  tout cera mieux quand aucun civil du monde entier aura acces a des armes efficaces."

    Coïncidence ou non ?….Le ghetto de Varsovie rasé, éradiquation des hommes, femmes et enfants…….. par manque d’armes refusé par les alliés !  Avec de cailloux ils se sont battus pour survivre parce que certains estimaient que celà n’en valait pas la peine !

     

    Répondre
  4. VITRUVE

    02/01/2009

    AVE

    plus d’armes, plus de guerre, plus de pognon, plus de villa à St Barth ou au cap Martin, *.. scénario tragique pour les marchands d’armes…  heureusement, ceux qui volent toute la semaine doivent et c’est normal, se faire voler le samedi , c’est pour cela qu’on a créé les restaurants 3 étoiles, les montres Piaget, les carrés Hermès, les pompes Berlutti,  les Bentley  et les soldes à Dubai( dans ce cas pour les nouveaux riches,beaufs sans culture des pays de l’Est et autres bobos de la planète) en contre partie, ils votent l’achat des F16 , des bombes à sous-munitions, de sous-marin obsolètes (voir le Brésil) de tanks à 3millions de dollars destructibles par un LRAC à 1000€, bref j’en passe et des meilleures…

    * notons dans cette première phrase que le "plus" peut être pris dans ses deux définitions, : encore plus ou plus du tout, ah! la subtilité de la langue française !  nest-ce pas Grepon?

    VALE

    Répondre
  5. Florin

    02/01/2009

    Happy New Year, Grépon ! Je ne vous comprends pas : "ouvrez vos marchés à leurs produits". Ben, on ne fait que ça !!! On boit du café, on mange des bananes … On voudrait bien leur acheter des F-16, mais ils n’en fabriquent pas …

    Répondre
  6. IOSA

    01/01/2009

    Excellent article qui vous démarque énormément des fadaises débitées par d’autres aux 4v…..Une réalité sans artifices qui fait d’un simple article la plume d’ un vrai journaliste.

    Bravo !

     

    Répondre
  7. grepon le texan

    01/01/2009

    "le coût gigantesque de ces destructions et des achats d’armements et de munitions est supérieur à la totalité de l’aide prodiguée au Tiers-monde. Qui fait mieux, qui dit mieux ?"

    Au fait, c’est grepon qui dit mieux…que c’est les Rwandais ont fait mieux!   Les machete coutent rien de tout.

    Aillieurs, au Darfur, c’est meme la manque d’armements efficaces parmi les victimes, qui a permis une telle genocide/ethnic cleansing.  

    Pour ce qui en est de "l’aide" prodigue au Tiers-monde, jusquici l’aide du type le plus souvent evoque dans ce genre de discours, EST A LA SOURCE MEME DES SOUFFRANCES DU TIERS MONDE!.   Vous voulez aidez le tiers monde, vous Europeens sophistiques et pacifiques?   Arreter de donner votre surplus de grains au tiers monde.   En place de ca, ouvrir vos marches a leurs produits.   Ainsi le tiers monde peu se developper, au lieux de se voir ecrase par aliments souventionne, et gouvernments corrompus vivant a moitie des dons dites "aide".

    Par aillieurs, un moyen prouve pour stopper genocides c’est de parachuter des armes et munitions efficaces sur les villages de ceux en proie de genocidaires.   Ca aurait pu marche a merveille au Darfur par exemples.   Mais non, les poseurs pacifistes et conferenciers de l’ONU sont formel:  tout cera mieux quand aucun civil du monde entier aura acces a des armes efficaces.

    Treve d’articles poseurs deplorant la violence, la guerre en generale, etc.  Du moins dans un journal de droite liberale, on pourrait s’attendre a lire que les Mauvais sont les tyrans et tyrannies, et les Bons ceux qui sont pour la liberte d’expression, le propriete prive, la defense de soi, et autres droits naturels.

    Répondre
  8. R. Ed.

    01/01/2009

    Trente millions de mahométans en Europe ?

    Vous confondez sans doute avec leur nombre en France ? Non ? Enfin, pas encore, mais ça vient !!!

     

    En Europe, le chiffre "officiel" , c’est 55 millions dont 5,5 millions rien que pour la France…

    Quand on connait la crédibilité absolue des chiffres "officiels", surtout face à un sujet aussi pointu, cela laisse rêveur.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)