Désastreuse politique étrangère de Macron

Désastreuse politique étrangère de Macron

La politique étrangère n’a jamais réellement surpassé dans l’intérêt de l’opinion publique française les enjeux de la politique intérieure – en dehors des temps de fortes tensions qui ont conduit à la guerre.

Toutefois, aujourd’hui, la politique étrangère dans notre village planétaire est fortement liée aux situations intérieures des pays et il est parfois difficile de faire le partage entre les deux.

Internet rapproche les hommes et donne un sentiment de proximité, parfois de solidarité, mais la toile rapproche aussi les haines multiples des conflits ouverts aux quatre coins de la planète.

Il est indéniable que la France a importé le conflit du Proche et Moyen-Orient!

Dans ces conditions, il est impératif d’éviter que le pays soit entraîné dans des crises internationales, soit par idéologie soit par le jeu mécanique des alliances, véritables machines infernales.

J’en viens maintenant à la politique étrangère du Président de la République dont les actions traduisent une double faute entre illusions et vassalité.

1 ) Illusions
Emmanuel Macron est pétri d’euro-béatitude.

Il prône même une souveraineté européenne – utopie qui suscite les ricanements de nos partenaires européens.

Ainsi, l’épître de Jupiter publiée dans tous les médias d’Europe a provoqué une réponse cinglante d’Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK), ministre de la Défense de l’Allemagne.

Relations avec la Russie: c’est le grand écart avec l’Allemagne, les États baltes, la Pologne. Si Emmanuel Macron a eu raison de recevoir Vladimir Poutine à Brégançon, il souscrit «en même temps» aux sanctions, ce qui mène à une impasse.

En règle générale, la politique des sanctions multilatérales conduit à une impasse car il est toujours très difficile d’y mettre fin et elles provoquent plus de tensions que de solutions.

Relations avec la Turquie: Emmanuel Macron attend toujours le soutien effectif de l’Allemagne à l’égard de la Turquie. Berlin poursuit ses relations privilégiées avec Ankara qui remontent au soutien de Guillaume II à l’Empire ottoman.

Passons sous silence les relations germano-turques très étroites lors de la Seconde Guerre mondiale, c’était l’œuvre des nazis.

Sahel: la France porte seule et à grands frais – un milliard d’euros par an – la lutte contre les djihadistes et, tel Godot, elle attend l’arrivée sur le terrain de ses partenaires européens!

OTAN: Emmanuel Macron, qui a le génie des formules à l’emporte-pièce, jugeait du temps de Donald Trump que l’alliance était en «mort cérébrale», provoquant la colère de nos partenaires européens.

Aujourd’hui avec Joe Biden, l’OTAN revient en odeur de sainteté dans l’esprit de Jupiter, comme si les Américains avaient fondamentalement changé.

L’OTAN est la première organisation politique en Europe et elle est américaine pour le très grand plaisir de nos partenaires; c’est la réalité!

Coopération en matière d’armement (avion SCAF et char MGCS): c’est la douche froide des illusions macronniennes. L’Allemagne exige d’accéder aux savoir-faire français, notamment en matière aéronautique.

Et on apprend, cerise sur le gâteau, que l’Allemagne ne prend pas de gants pour fermer sa frontière avec la France. Elle prend sa décision sans en informer au préalable le gouvernement français!
2 ) Vassalité
Dans la suite des illusions euro-béates le Président de la République s’aligne systématiquement sur les positions allemandes.

Le fameux accord UE-Chine voulu par l’Allemagne en est un exemple parfait. La France était très réticente et voulait des garanties sur les lois du travail protégeant les enfants ou les prisonniers.

Eh bien, Paris s’est couché.

Au Proche et Moyen-Orient, Jupiter a chaussé les bottes de François Hollande et suit en tout point la politique américaine.

La France a ainsi dilapidé des siècles d’influence dans les pays arabes; elle n’est plus la puissance dont l’indépendance tenait à distance les Anglo-Saxons et les Russes.

Tout cela est de l’amateurisme pétri d’idéologie.

La politique étrangère du Président est dangereuse pour la France, dont Jupiter n’a cure, enfermé dans ses utopies estudiantines.

C’est un échec sans appel!

VERSION LONGUE :

Partager cette publication

(3) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    la politique  » étrangère  » de Nicolas Sarkozy était elle un  » miracle  » permanent digne de celle d’ un Talleyrand ! n’ est ce pas Monsieur Myard ?

    08/04/2021 à 10 h 28 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    la France n’ a plus de politique  » étrangère  » qui lui soit propre, particulière à ses intérêts, ,elle obéit aux Américains : c.f. l’ affaire libyenne

    la force , la puissance étrangère de la France ce devrait être son immense territoire maritime et sa force nucléaire sous-marine

    31/03/2021 à 18 h 17 min
  • ELEVENTH Répondre

    Qui, en dehors de quelques gogos en France, a la moindre considération pour la politique étrangère de Macron ?.
    Ce type est la risée du monde et, pire, entraine la risée sur notre pays.
    Ceci dit, comme pour un bilan qui est une photo à un instant donné de la situation d’une entreprise, l’offre politique actuelle va garantir à Macron une réélection bien tranquillou, avec une énorme abstention (dont il se fout totalement d’ailleurs).
    A moins d’une énorme catastrophe déboussolant les électeurs qui éliraient un candidat pastèque et si possible « divers », féminin, multi-genres un peu lesbien pour plaire à tous, etc…
    Ensuite, il ne restera plus qu’à tirer l’échelle…comme on ne dit plus.

    31/03/2021 à 2 h 01 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: