Donald Trump, seul contre tous – Version abonnés

Donald Trump, seul contre tous – Version abonnés

Ayant gagné 7 états sur 11 lors du SuperTuesday, Trump affirme qu’il est le champion que le peuple a choisi depuis longtemps.

Pour lire la suite vous devez être abonné au 4 Vérités Hebdo.

Se connecter Inscription

Acheter le livre ici

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • Claude roland Répondre

    L’Amérique est littéralement conduite par les banksters sionistes de Wall street qui manipulent tous les dirigeants des USA depuis des décennies (sauf JFK), et les gouvernants des pays d’Europe (sauf Poutine) et d’ailleurs. Le peuple américain est aussi leur victime, comme les autres peuples dont ces banksters apatrides n’ont rien à faire. Trump est une sorte de représentant de ce peuple américain qui en a ras le bol de se faire entuber. Mais s’il est élu, il risque fort de finir comme JFK, à moins que les choses bougent vraiment au Congrès et partout contre ces banksters hyper-riches dont le but est de dominer complètement la planète à travers un gouvernement mondial.

    24 mars 2016 à 8 h 59 min
  • g.de.tarle11355400 Répondre

    La campagne de Donald Trump m’attirait avec son franc-parler, sa volonté affichée de renverser la table… et puis un candidat qui a contre lui toute la classe politico-médiatique et toutes les élites mondiales et mondialistes, y compris « morales » ( !), ne peut pas être foncièrement mauvais…
    Mais je m’interrogeais quand même… Était-il sincère ? Fiable ? N’était-il pas un « bonimenteur » ? Ne nous « trump »-t-il pas ?
    Je ne me sentais pas de « ceux qui le croient pour ce qu’il dit (mais) de ceux qui le suivent pour la façon dont il le dit », selon la formule de Christian Daisug dans PRESENT.

    Et, partant, ne fallait-il pas lui préférer un Ted Cruz, dont les convictions semblent plus anciennes et plus affirmées, ou même un Marco Rubio ou, à la limite, John Kasich ?

    D’ailleurs Donald Trump ne risque-t-il pas de perdre face à Hilary Clinton, là où l’un des autres pourrait l’emporter ?

    Les incidents fomentés par les gauchistes sont en train de répondre à mes interrogations, quand je vois ses trois adversaires républicains crier avec les loups, au lieu d’affirmer cette « solidarité » dont tout le monde a plein la bouche à tout propos… Cruz, Rubio et même Kasich, ne comprennent-ils pas que s’il n’y avait pas Trump, ils seraient eux-mêmes victimes des mêmes violences ?

    Décidément, le Fils de la Révolution Américaine (SAR) (1), que je suis, regrette de n’être pas électeur américain, et de ne pas participer aux Primaires de Floride ou de l’Ohio, car il pense de plus en plus qu’il faut voter pour l’ « éléphant » TRUMP… les autres se déconsidèrent et ne semblent donc pas mériter nos suffrages.

    God bless America

    (1) Son of the American Revolution : Mon ancêtre, Benoît-Joseph de Tarlé, était intendant en chef de l’armée de Rochambeau.

    17 mars 2016 à 14 h 12 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *