D’où vient la frénésie anti-Trump ?

Posté le juillet 07, 2020, 11:02
7 mins

Donc, Donald Trump serait membre de la mafia à laquelle il serait censé devoir sa réussite.

C’est ce que dit un livre promis au succès en France et promu par le « Nouvel Observateur », le magazine qui se glorifie d’avoir une rubrique appelée « Ubu Trump ».
Tout un programme !

Une nièce de Donald Trump va publier un livre en août dans lequel elle promet des détails « salaces », et le livre doit paraître juste avant la convention républicaine, ce qui ne doit rien au hasard.

Il y a deux ans, Donald Trump avait été décrit par un psychiatre de gauche comme étant dans un état de déficience mentale telle qu’il aurait fallu l’enfermer d’urgence dans un asile psychiatrique.

Un livre d’un auteur anonyme, très vraisemblablement inexistant, a été publié il y a quelques mois appelé « Alerte », qui décrit des réunions censées avoir été tenues à la Maison Blanche et présente Donald Trump comme un débile.

Il y avait eu auparavant les deux livres de Michael Wolf, « Le feu et la fureur » et « État de siège », qui tentaient de démontrer que Trump avait l’intelligence d’un chimpanzé après lobotomie, et un livre de Bob Woodward, du même style, appelé « Peur ».

John Bolton vient, sans vergogne, pour deux millions de dollars, de se joindre à la meute et de débiter son lot de mensonges.

D’autres livres du même style ont dû paraître qui ont eu moins de succès.

Les livres anti-Trump sont devenus un genre littéraire à part entière, et l’auteur du livre suivant doit faire mieux que l’auteur du livre précédent pour susciter l’intérêt du public.

Aucun livre n’a dit encore que Trump était pédophile, voire zoophile, mais cela va venir sans doute et, si des auteurs n’y ont pas pensé, ils pourront utiliser ce que je viens d’écrire comme des suggestions.

Apparemment, cela se vend.

Les articles immondes sur Donald Trump se ramassent à la pelle dans la presse française, et il n’y a d’ailleurs dans celle-ci que des articles immondes dès qu’il s’agit de Trump.

Il serait difficile de trouver un article positif sur Trump dans un magazine ou un quotidien français, même en cherchant avec un microscope.

C’est la même chose dans la presse de la plupart des pays d’Europe occidentale.

Je n’ai, je dois le dire, jamais vu ça. En tout cas pas à ce degré.

Ronald Reagan avait été traité d’acteur de série B et d’idiot dans la presse d’Europe occidentale, mais cela n’était pas allé plus loin.

George Walker Bush avait été décrit comme taré, alcoolique et fasciste dans les mêmes journaux et magazines, mais ce n’était pas allé plus loin non plus.

D’où vient cette profusion de livres et d’articles traînant ­Trump dans la fange avec frénésie ?

De la détestation que la gauche américaine voue à Trump : pour la gauche américaine, Trump est l’homme qui a déjoué son projet de parachever ce que Barack Obama a fait pendant huit ans et d’achever la transformation des États-Unis en un pays socialiste et déclinant.

Depuis 2016, la gauche américaine est littéralement enragée et déchaînée, et elle est prête à tout pour abattre Donald Trump, absolument à tout, même aux pires calomnies et aux allégations les plus monstrueuses et les plus grotesques.

Elle part de l’idée qu’à force de salir Trump, elle ancrera dans les esprits une image indélébile qui suscitera la répulsion.

Aux États-Unis, son succès sur ce plan est limité et ne concerne que les gens qui étaient déjà de gauche.

En Europe, nous devons compter avec la haine latente des États-Unis qui imprègne les gens de gauche et tous les adeptes du ressentiment, et n’épargne peu ou prou que les présidents américains de gauche (quand un président américain est de gauche extrême comme Barack Obama, il suscite une admiration sans borne de la part de nombreux Européens).

À cette détestation s’ajoute la haine envers tout président qui entend préserver ce qui a fait la grandeur de l’Amérique et son rôle dans la défense du monde libre, et l’aversion envers tout président qui défend la civilisation occidentale, le patriotisme et la souveraineté nationale.

Donald Trump a tout pour susciter la haine et l’aversion d’un nombre immense d’Européens, et à la différence des États-Unis, ceux qui éprouvent cette haine et cette aversion en Europe débordent très largement les rangs de la gauche. Dois-je dire que je trouve cela inquiétant pour l’Europe occidentale ?

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

22 réponses à l'article : D’où vient la frénésie anti-Trump ?

  1. quinctius cincinnatus

    16/07/2020

     » la chute de la Maison Trump  » c’ est pour bientôt

     » Les 4 Vérités  » devront chercher un autre héros et d’ autres chantres … (  » omériques  » sur le blog )

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    09/07/2020

    chez les Trump ( y compris chez Mélania ) les  » amitiés  » sont sonnantes et ( mais aussi ) …. trébuchantes

    quelle classe , quelle noblesse, de véritables aristocrates ces gens là

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      09/07/2020

      Melania sans accent, Mélanie avec accent et Melanija en slovène.
      Originaire de Slovénie, bien roulée comme toutes les Slovènes et elle a de la classe.

      PS: tout le monde peut trébucher sur les accents, cela m’est arrivé il y a quelques jours.

      Répondre
      • OMER DOUILLE

        10/07/2020

        C’est vrai que c’est un sacré canon cette Melania. Rien à voir avec cette ministre française au physique proche de la fée carabosse.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          10/07/2020

          il vous a sans doute échappé, être primaire , que l’ important c’ est ce qu’ il y a dans la boîte crânienne

          Répondre
          • OMER DOUILLE

            10/07/2020

            Pauvre Q.Q. Vous manquez singulièrement de culture au sens large.
            Pour votre information, prenez connaissance de ce couplet d’une chanson du grand Brassens :
            « en amour, on ne demande pas aux filles d’avoir inventé la poudre » (Une folie fleur )
            Mais si vous préférez la Zoubiya, c’est votre choix. Certains préfèrent le lys, d’autres le fumier.

            P.S. Cessez vos v

          • quinctius cincinnatus

            11/07/2020

            vous auriez du vous souvenir qu’ étant  » royaliste  » il allait de soi que j’ aime …le lys

            pauvre type

  3. HansImSchnoggeLoch

    08/07/2020

    Finalement en politique la marge entre le crétin et le génie est très étroite.

    Certains hurleront: “Yes we can” et on leur décernera le prix Nobel illico.
    D’autres lui répondront “Sadiq Khan” et Big Ben tournera à l’envers.
    Les plus prosaïques risqueront: “Make America Great Again” et on les traitera de tous les noms d’oiseaux.

    Quand on observe ce phénomène de plus près on voit qu’il ne s’agit en réalité que d’une question de complexion de la peau.
    Avoir la bonne teinte au bon moment est déterminant.
    Il y a quelques temps encore, on disait: “vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au delà.”
    Nous y sommes, rien de nouveau sous le soleil.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      08/07/2020

      vous avez trop aimé  » les bronzés « 

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        08/07/2020

        Je constate avec plaisir que vous n’avez pas fait votre fixation habituelle.
        Bravo, continuez vous êtes sur le bon chemin, la thérapie semble marcher.

        Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11/07/2020

      cet écart type ne se pose même pas dans le cas Trump !

      je me demande toujours comment un homme comme vous puisse admirer un  » beauf  » comme Trump et surtout continuer de l’ admirer laissez cela aux  » aigris  » ( Millière , Omer … ) et aux  » hystériques  » ( Joselain … )

      Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    08/07/2020

    le problème c’ est que lorsqu’ on se donne comme champion un imbécile de l’ étoffe de Donald Trump même l’ électeur américain qui n’ est pas intégralement red neck finit par s’ en apercevoir … à l’ usage

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      08/07/2020

      Red neck or redneck

      When you are fair skinned and expose yourself too long to the sun without protection you might get a red neck.
      But if you are a poor pale faced guy without college degree and maybe even jobless you are a redneck. The kind Trump would like to give a second chance in life.
      Notice that Trump never said, if you want a job I’ll just cross the street and find one for you.

      Répondre
    • OMER DOUILLE

      09/07/2020

      Le meilleur moyen pour ne pas devenir un « redneck » : avoir une peau de boudin (noir bien sur, le boudin blanc étant d’ores et déjà banni).
      Un autre moyen, devenir un rat de bibliothèque et moisir sur place.
      Il va falloir songer à changer le titre du film « pale rider ». Je propose « black rider » car ça « matter » mieux.

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        09/07/2020

        Sur le côté obscur du monde cinématographique il existe déjà un certain « Darth Vador » aka « Dark Vador »
        Clint n’aurait pas aimé qu’on lui enlève son côté pâle.

        Répondre
  5. HansImSchnoggeLoch

    07/07/2020

    Abraham Lincoln du parti républicain avait aussi en son temps des empêcheurs de tourner en rond. C’était une frange du parti démocrate 1), son nom “Copperhead” qui est aussi un serpent vénéneux nord-américain donne une mesure de sa nocivité.

    Les démocates US ont de tous temps eu des illuminés 2) dans leurs rangs, le dernier en date, Bernie Sanders, a jeté l’éponge pour les présidentielle en automne.

    Ses suiveurs dont une certaine Hillary épouse de Bill, sont toujours là et réclament la tête de Trump.
    Tous les moyens sont bons pour y arriver
    La crise du virus chinois et la bavure policière de Minneapolis sont tout naturellement du pain béni pour eux.

    1) ils voulaient des négotiations immédiates avec les Confédérés en guerre. Cela aurait bien sûr favorisé la sécession, inadmissble pour Abraham Lincoln qui voulait sauver l’Union.
    2) un certain Jimmy Carter planteur de « peanuts » en était.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      07/07/2020

      Correction: …serpent vénimeux…

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        08/07/2020

        correction : …

        serpent venimeux sans  » é « 

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          08/07/2020

          C’est exact, venimeux sans accent.

          Entre parenthèses, mon commentaire voulait tout simplement montrer que le parti démocrate US qui ressemble de plus en plus à l’ex parti SED d’Erich Honecker a déjà eu des comportements virulents dans le passé et continuera à en avoir dans le futur.
          Bernie Sanders a été écarté comme candidat démocrate mais d’autres personages de ce genre poindront le bout de leur nez à l’avenir.
          Les universités US actuelles en sont un vivier inépuisable.

          Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    07/07/2020

    certaines évidences psychologiques sautent aux yeux : par exemple celle ci : Trump est débile … sauf bien entendu aux yeux des débiles

    Répondre
  7. OMER DOUILLE

    07/07/2020

    Trump mis en place par la mafia ? Pour les anciens, rappelez vous que l’on avait dit la même chose de J.F.K. que la gauche adore.
    Des « histoires salaces » sur Trump ? Que dire des débordements de J.F.K et ceux de Bill Clinton qui se faisait faire des fellations dans son bureau par des stagiaires ?
    La presse européenne et particulièrement française traite Trump de débile ? Sur ce site même, le nommé Q.C. ne rate jamais une occasion d’enfoncer le clou. Il est vrai que ce dernier en connait un rayon en dingueries et mensonges ( Hans a démonté sa supercherie de faux titre de médecin US.)
    Il est possible que les ennemis de Trump gagnent à la grande joie de tous les vrais débiles ( dont le notre ) . Mais ceux qui rêvent les yeux ouverts en s’imaginant qu’ils vont en tirer avantage se leurrent fortement. Excepté les parasites, nombreux d’ailleurs.
    Q.C. pourrait écrire à Biden que rien ne semble arrêter pour lui demander un diplome bidon à titre d’idiot utile anti-Trump.
    Ceci dit, un pays dont les citoyens innocents blancs veulent s’humilier en s’agenouillant systématiquement devant les fouteurs de merde ne mérite peut être pas mieux que d’être dirigé par ceux là même. Lorsque l’on perd (et volontairement en plus) le respect de soit……

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      07/07/2020

      Monica Lewinsky 1) était une de ces stagiaires.
      Dommage qu’à l’époque les smartphones n’existaient pas encore. On aurait peut-être eu droit à des séquences salaces de Bill genre Benjamin pas Netanyahu mais Griveaux bien sûr.

      On peut s’imaginer la tête de son épouse Hillary.
      Aurait-elle continué de faire de la politique?
      Pas sûr!

      1) de nos jours une activiste, façon Marléne Schiappa.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)