Du Nord au Sud, l’Afrique déborde vers la France !

Posté le avril 19, 2004, 12:00
6 mins

La réélection triomphale, au premier tour, avec près de 85 % des suffrages exprimés, du Président algérien Abdelaziz Bouteflika, comporte certainement, comme le soulignent ses adversaires malheureux, une bonne part de fraudes. C’est néanmoins la première élection pluraliste organisée depuis 1962 et l’indépendance de l’Algérie. C’est aussi la première fois, depuis quarante ans, que la France n’est pas désignée unanimement comme le bouc-émissaire responsable de tous les malheurs de l’Algérie.

C’était donc l’occasion pour Jacques Chirac d’initier une relance spectaculaire des relations entre les deux pays, qui ont certainement beaucoup à échanger.

Par million, les Algériens réclament à la France des visas, pour rendre visite à leurs familles installées, ou bien encore, pour un grand nombre de jeunes, pour venir chez nous tenter leur chance…

L’Algérie demeure un important producteur de pétrole et de gaz. Toute son industrie manufacturière est à construire ou à reconstruire. Et ce pays, auquel nous avons lâché l’indépendance, il y a quarante ans, avec 10 millions d’habitants, en comporte aujourd’hui plus de 30. C’est donc un vaste marché, proche et largement francophone.

Abdelaziz Bouteflika a les moyens, aujourd’hui, de se libérer de la tutelle de l’armée qui s’était littéralement approprié l’ensemble du pays. À partir de là, il peut construire les bases d’une démocratie moderne visant croissance économique et développement.

Jusqu’à présent, sa réputation a été entachée de nombreuses zones d’ombre et même de malversations (il a été renvoyé du FLN après un rapport de la Cour des comptes l’accusant de détournements de fonds secrets). Sur Bouteflika, on lira avec intérêt l’ouvrage : « Bouteflika : une imposture algérienne ». Son auteur Mohamed Benchicou est, à Alger, le directeur du quotidien « Le Matin », après avoir été rédacteur en chef du journal indépendant « Alger Républicain ». Le président algérien a voulu empêcher la publication de cette biographie, qui tourne souvent au réquisitoire.

En complément, on lira aussi l’ouvrage de Jean Jolly « L’Algérie de Bouteflika ». L’auteur est un journaliste grand reporter spécialiste de l’Afrique et du Proche-Orient. Son travail porte moins sur le Président lui-même que sur l’Algérie, et spécialement sur les relations entre la France et l’Algérie.

Concernant l’immigration, Jean Jolly rappelle qu’avant 1914, il y avait en France, 5 000 Algériens travaillant dans l’industrie et dans les mines, essentiellement à Paris et dans le Pas-de-Calais. Au recensement de 1990, il y avait officiellement, en France, 1 072 000 personnes originaires d’Algérie (dont 522 000 de nationalité algérienne)…

On lira aussi, de Jean-Paul Gourévitch, « La France en Afrique », car, si la France a une longue histoire commune avec l’Algérie et l’ensemble du Maghreb, elle a aussi une histoire cinq fois centenaire avec l’Afrique noire. C’est parce qu’aucun livre sérieux n’existait sur l’ensemble de l’histoire de cette période, que Jean-Paul Gourévitch s’est lancé dans ce travail pour aboutir à un document qui a le côté pratique d’un manuel, tout en rétablissant quelques vérités au-delà des clichés qui jalonnent l’histoire de ce continent dans ses relations avec la France et l’Europe.

Dans la cinquantaine de pages qu’il consacre à la traite des esclaves, Jean-Paul Gourévitch rétablit un certain nombre de faits, notamment sur la traite arabo-islamique, antérieure à la traite atlantique, dont on ne parle jamais, alors qu’elle a fait au moins autant de victimes que l’autre ; et aussi sur l’implication des royaumes indigènes et des chefs de tribus dans ce commerce des esclaves car, comme le rappelle l’auteur (page 70) : « Ce sont dans presque dans tous les cas, des Africains qui capturaient d’autres Africains et les acheminaient vers la côte ».

Dans les dernières pages, Jean-Paul Gourévitch cite quelques chiffres sur la démographie africaine de nature à donner le tournis. En 1960, à l’époque des indépendances, l’Afrique comptait 273 millions d’habitants. En 1996, elle a dépassé les 700 millions. Elle va atteindre le milliard. Selon les Nations unies, l’Afrique comptera entre 1,9 et 1,22 milliard d’habitants en 2025. 60 % des Africains ont moins de 20 ans. La France est leur Eldorado…

 L’Algérie de Bouteflika, la fin d’une époque

[Achetez maintenant]

 

 

Bouteflika : une imposture algérienne

[Achetez maintenant]

 

 

 

 La France en Afrique , cinq siècles de présence : vérités et mensonges

[Achetez maintenant]

2 réponses à l'article : Du Nord au Sud, l’Afrique déborde vers la France !

  1. Adolphos

    21 avril 2004

    ” Ne somme nous pas tous ici – les Français soit-disant “de souche” – les fils des Ostrogoths, des Wisigoths et autres Vandales qui ont abattu un Empire Romain en lambeaux, usé par le lucre et la débauche de ses chefs et l’apathie de ses peuples? ” Vous récrivez l’histoire. Les Francs, ceux qui sont restés effectivement en Gaule, était d’aprés les estimation dans les 60 à 70.000. Pas de quoi changer profondément la nature de la population. C’est d’ailleur comme c’est viking dont on nous rabat les oreilles. Oui, ces normands. Et bien savez vous combien ils étaient ? 3000 environ ! Et les Gaulois ? Autour de 20 millions ? 20 millions semble être le chiffre minimum de population avec des technique agricole pré industrielle. Ensuite l’Empire Romain n’était pas du tout usé, on a même parlé de meurtre pour qualifier sa disparition. Par contre la chose inquiétante, c’est qu’il avait effectivement accueilli sur son territoire des Goths. Goths qui n’ont pas manqué de se retourner contre les romains quand leur fréres de l’Est sont apparu… “N’ont-ils pas consruit de leurs mains la plus formidable puissance économique du monde, en chassant les indigènes enfermés dans leurs traditions et coutumes et incapable de réagir ?” Nous ne sommes pas, nous, des Peaux rouges, des peuple primitif, “Premier” comme dit Jacquo. Donc, pour que votre idée soit juste, il aurait fallut que ce fusse les peaux rouges qui s’installassent en Europe, et non les européens dans les amériques.

    Répondre
  2. isocrate

    20 avril 2004

    Eh bien! et si la France et l’Europe devenaient l’Amérique des “Etats” africains ! comme les USA l’ont été pour les Calabrais, les Grecs, les Irlandais et tant d’autres peuples misérables de l’Europe du XIXème siècle ! N’ont-ils pas consruit de leurs mains la plus formidable puissance économique du monde, en chassant les indigènes enfermés dans leurs traditions et coutumes et incapable de réagir ? Préférons-nous continuer de mijoter dans notre monde de nantis narcissiques et à bout de souffle ? Ne somme nous pas tous ici – les Français soit-disant “de souche” – les fils des Ostrogoths, des Wisigoths et autres Vandales qui ont abattu un Empire Romain en lambeaux, usé par le lucre et la débauche de ses chefs et l’apathie de ses peuples? Et puis, à propos de l’Algérie. Supposons que les thèses de l’OAS aient triomphées dans les années 60 et que l’Algérie soit restée “française” comme le réclamaient la droite et l’extrême droite. Tous les Algériens seraient maintenant toujours Français et n’auraient donc pas besoin de visa pour s’installer n’importe où en France. Les deux pays n’en seraient qu’un… avec probablement les mêmes démographies….alors! Que signifie ce texte incongru? que souhaitez vous, donc ? l’instauration d’une république islamique sur l’autre rive de Notre Mer? Et qu’allez vous donc faire d’autre que de ronchonner à propos des démographies différentielles entre Europe et Afrique? Ouvrez les yeux, c’est ainsi! Râler en bon Gaulois, ne sert absolument à RIEN.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)