Enquête sur une mystification anti-israélienne

Posté le août 04, 2010, 12:00
8 mins

En ces temps troublés où la haine envers Israël monte de tous côtés et où les falsifications s’ajoutent aux rumeurs et aux lâchetés indignes, le dernier livre de Paul Giniewski constitue une lueur d’indispensable salubrité.

Ce dont il s’agit est un « événement » survenu en 1983, mais ses mécanismes peuvent aisément en rappeler d’autres, plus récents.
Le point de départ ? L’« empoisonnement » d’écolières palestiniennes par Israël. Faut-il le préciser ? Cet « empoisonnement » n‘a jamais existé et des enquêtes menées à l’époque ont apporté toutes les démonstrations requises.

Les médias occidentaux étant déjà, peu ou prou, ce qu’ils sont aujourd’hui, ils n’en ont pas moins relayé amplement la rumeur et, lors­que les réfutations sont venues, adopté une attitude qu’on peut, au mieux, qualifier de silence complice. Les Nations Unies étant déjà ce qu’elles sont au­jourd’hui, toujours prêtes, dit Giniewski en citant Abba Eban, à « voter n’importe quelle résolution, y compris décidant que la terre n‘est pas ronde, pourvu qu’elle fût conforme aux désirs et aux intérêts des États arabes », elles ont repris et amplifié la calomnie et n’ont tenu aucun compte des réfutations.

D’autres « événements » plus récents présentent des ressemblances avec cet « événement » : pseudo massacres de Jénine en avril 2002, pseudo mort du petit Mohamed al Dura il y a dix ans, pseudo « extermination » de civils lors de l’intervention israélienne contre le Hamas à Gaza. On peut classer dans la même rubrique les massacres de Sabra et Chatila accomplis en 1982 par des phalangistes (en représailles à des massacres commis contre des villages chrétiens), mais pour lesquels on a accusé l’armée israélienne, bien sûr.

La récente « flottille pour Gaza », qui a vu des islamo-gauchistes mener une opération de soutien à une organisation terroriste, et au terme de laquelle des « pacifistes » se sont acharnés à coups de barres de fer sur des soldats israéliens, s’est achevée par des imprécations anti-israéliennes.

Comme l’écrit Paul Giniewski, « pour justifier les agressions contre les Juifs, on les a accusés sans cesse au cours de l’histoire de crimes qu’ils n’ont pas commis ». On les a même accusés de « crimes commis contre eux ». Et la façon dont on traite Israël aujourd’hui ressemble trait pour trait à la façon dont on n’a cessé de traiter le peuple juif. « Il existe une capacité et une propension pratiquement illimitée des médias et des opinions publiques à accepter n’importe quelle incitation antisémite et anti-israélienne », ajoute Giniewski.

Les résultats sont sous nos yeux : une atmosphère de plus en plus nauséabonde. Sous les nazis, les Juifs étaient accusés d’être des buveurs de sang, des assassins, des conspirateurs, des prédateurs. Six millions d’entre eux l’ont payé de leur vie dans les camps d’extermination. Aujourd’hui, on ac­cuse les Juifs israéliens d’être des bu­veurs de sang, des assassins, des con­spirateurs, des prédateurs, qualificatifs qu’on n’applique quasiment jamais aux vrais assassins.

On accoutume les opinions à l’idée qu’Israël est un État détestable qu’il faudrait peut-être faire disparaître
: on trouve en Israël, coïncidence, six millions de Juifs.

Les Juifs non israéliens se voient sommés de ne pas soutenir Israël, sous peine d’être accusés de « double appartenance ». Par une perverse inversion des choses, ceux qui soutiennent les lecteurs de « Mein Kampf » au pouvoir présentement à Gaza et Ramallah, accusent les Juifs israéliens de se conduire en nazis.

Ce qui monte, et qu’on laisse monter, dans l’air du temps « représente un grand danger », dit Giniewski : « les antisémites, les antisionistes, […] ceux qui tolèrent des doctrines, souscrivent à des actions dirigées contre les Juifs », ne s’aperçoivent pas, ou souvent trop tard, que ce ne sont pas seulement les Juifs qui sont visés, ou les Israéliens, mais « toute l’humanité » et le monde libre lui-même.
Quand, dans des démocraties, le plus grand nombre en vient à soutenir les ennemis totalitaires d’une démocratie ailleurs sur terre, c’est la démocratie elle-même qui est en danger.

Paul Giniewski
Une affaire de poisons.
Enquête sur une mystification
anti-israélienne

L’à part de l’esprit

238 pages – 18 €
À commander auprès de
notre service abonnements
(+ 5,50 € de port)
4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75164 Paris Cedex 19
OU ACHETER SUR AMAZON

10 réponses à l'article : Enquête sur une mystification anti-israélienne

  1. Forestier

    17/09/2011

    Je lis tous les commentaires… Quant à moi, je n’apprécie pas ce que font les Israéliens, je désapprouve la politique Israéliene, je condamne l’attitude du ngouvernement israélien etc etc… je crois en avoir le droit. J’aimerais bien malgré tout trouver un moyen de critiquer Israel sans être traité d’antisémite !!!

    Répondre
  2. sas

    10/08/2010

    sujet ininteressant par excellence….

     

    sas

    Répondre
  3. grepon

    08/08/2010

    Aux intervenants, sans vous demandez de repondre ici, repondez quand meme a cette question pour vous meme:   Preferieriez vous d’elever vos enfants et faire carriere dans un pays tolerant, pluriel, prospere, sous un etat de droit, et meme high tech?  

     Maintenant, si ca doit etre dans un des pays colles a Isreel, ou dans l’Israel directement, lequel choisiriez vous pour votre famille et votre carriere?

    Etant DONEE la reponse aux deux questions ci-dessus, comment pouvez-vous esperez mieux pour les pays voisinant Israel, a ce que qu’ils deviennent des Israels eux memes?

    Essayez de repondre pour vous meme et votre famille, sans autres considerations.

    La liberte et la prosperite qui en resulte dans ce petit coin du monde, sont illustres par ce petit etat "juif" compose de athees, juifs, bahais, musulmans, hindus, shintos, et j’en passe.    L’enfer, c’est chez les voisins.

    Répondre
  4. martin

    07/08/2010

    Le probleme en France c’est qu’on est envahit par une masse de bien penssants aveugles et leches-cul qui ont capitulé devant l’ennemi; ils ont baissé leur cullotes depuis des années.

    il est extremement facile de critiquer les Israliens quoi qu’ils fassent; mais n’oubliez pas qu’israel est la seule democratie de la region moyen orientalle et que ce pays est entouré de 21 pays musulmans pour la plupart hostile dont les dirigeant nouriisent leur peuple de haine antisemite pour les detourner de leur misere moyenageuse et archaique; dirigeant qui eux meme sont tres souvent extremement riche et font prosperer leur fortune à l’etranger. Israel et les Juifs en général constituent ainsi un exellent miroir aux allouettes. Et nous , Français, Occidentaux moderne et liberaux, sommes aveuglés par ces stratagemes debiles. c’est plus simple de tout mettre sur le dos des Juifs d’autant qlus que si la victime (les juifs) sont devenue les agresseurs ça decupabilise et ça fait un bien fou!

    Israel ne se laisse pas faire et on devrait en prendre exemple chez nous en France.

    Reveillons nous!

    Fierrement jambon!!! (i.e. la campagne de pub actuelle)

    Répondre
  5. Frank

    07/08/2010
    Le problème est qu’en confondant Israéliens et Juifs, comme vous le faites, vous êtes en train d’attirer sur la totalité des juifs la rancœur de tous ceux qui se sont sentis lésés par Israël.

    Israël n’a lésé personne. Ce sont les antisémites arabes qui ne veulent pas d’un état juif au Moyen-Orient. Si je comprends bien ce que vous dites à mots couverts, vous soutenez une représaille musulmane contre les juifs non-israéliens au prétexte qu’ils sont contre la destruction d’Israël.
    Répondre
  6. vik

    06/08/2010

    OUI, ce qu’a écrit cet auteur est tout à fait exact ! Hier, on accusait les juifs de tous les mots ! Aujourd’hui, on vilipende ISRAEL en lieu et place des juifs ! Ceci, afin d’éviter d’être taxé d’antisémitisme ! Mais ce petit jeu ne trompe plus grand nombre, en France en tout cas !

    Pour les juifs, ils ont été expulsés pratiquement de tous les pays arabo-musulmans ! Aux environs d’un million, dont environs cinq cent mille du Maroc, contre rançon  – payée par les juifs américains -(dix mille dirhams, vers les années 60, pour tout juif marocain qui quittait le pays pour rejoindre ISRAEL ! Et cela, beaucoup de gens semblent l’ignorer ! Et ceci, du temps du roi MOHAMED V, qui pourtant, à l’époque de la deuxième guerre mondiale, s’était comporté en grand homme d’Etat, en refusant de collaborer avec les nazis, en vendant ses juifs).

    Mais revenons aux juifs, au peuple juif. Que lui veut-on ? Pourquoi le chasser, à l’époque des pays chrétiens, plus récemment des pays arabo-musulmans ? Et pourquoi, lorsqu’il se rend sur sa terre, la terre de ses ancêtres, continue-t’on à lui en faire reproche, à vouloir coûte que coûte le déraciner ? Au passage, il faut signaler que l’actuel Etat d’ISRAEL forme un territoire de vingt mille sept cents kilomètres carrés, désert du Neguev compris (soit aux environs de deux départements frrançais).

    La vérité, c’est que ce peuple intrigue ! Qu’on lui crache dessus, tout en le jalousant ! Mais ne jalouse-t’on pas que les meilleurs ?

    Pour l’internaute qui a parlé de l’IRAN, il faudrait lui signaler que l’IRAN a menacé, menace, et menacera ISRAEL tant qu’il n’aura pas reçu une bonne leçon (je parle de ceux qui gouvernent ce pays) ;

    Enfin, pour celui qui mentionne le journal israélien HAARETZ, il faut savoir que son lectorat ne représente pas deux pour mille du lectorat israélien, ce qui est fort peu,( pas significatif, comme disent les gens des chiffres) lorsque l’on sait que c’est le pays au monde, où les lecteurs représentent le plus grand pourcentage ramené par habitant et au kilomètre carré !!! Enfin, à l’étranger, ce journal est cité (alors même qu’il est insignifiant) mais uniquement parce qu’il véhicule des idées d’extrême gauche, et donc, par voie de conséquence, anti-israélienne, par nature !!! …Comme c’est le cas des partis d’extrême gauche, ailleurs, dans le monde !!! …

    Vik

    Répondre
  7. Anonyme

    06/08/2010

    @ gaoland,

    Vous avez oublié dans votre précipitation, de citer les "sionistes" ce qualificatif qui permet d’englober  Israël & les Juifs, ce qui est vachement pratique pour éviter de se faire traiter d’antisémite.

    Comme d’habitude & selon une formule usée jusqu’à la corde, vous citez des auteurs Juifs ou Israéliens de préférence, dont le plaisir infini est de critiquer de façon souvent excessive & injustifiée, leur propre pays dont ils ont profitent à fond pour balancer leur haine d’eux-mêmes.

    A ceux qui l’ignoreraient, HAARETZ est un journal anti-israélien notoire, qui déverse sa haine sur le pays qui leur a fourni un passeport, la sécurité (sociale comprise), le droit à la parole & à l’insulte des dirigeants, qui affiche sa préférence pour les mythologies des povpalestiniens & qui laissent la place dans ses colonnes à tous ceux, Uri Avneri compris, qui veulent vomir sur ce pays qu’ils haïssent tant, .

    Voilà l’argument de référence que vous nous balancez pour justifier un mensonge notoire, à savoir :

    Les responsables israéliens ont informé la FINUL de leur intention d’élaguer un arbre qui se trouve en TERRITOIRE ISRAELIEN & l’armée libanaise a demandé un report de 2 heures, le temps de préparer une embuscade pour massacrer des soldats israéliens sous la caméra & en présence de journalistes libanais, le tout, avec la bénédiction du Hezbollah, le vrai patron du Liban.  

    Ces évènements, je le répète, ont été confirmé par la FINUL, les responsables libanais & le Secrétariat d’Etat américain selon une déclaration de Cowley qui a condamné sévèrement cette agression.

    Les faits sont têtus & vos pseudo arguments ne valant pas pipette, vous faites allusion à un article écrit par un journaliste israélien qui a la haine de son pays, pour essayer de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

    Que ceux qui s’interessent à Gideon Levy fassent quelques recherches, ils seront vite fixés sur la personnalité du bonhomme, qui est un peu l’équivalent de Esther Benbassa, la débile française.

    Enfin, pourriez-vous, Gaoland, nous expliquer comment le Hezbollah a pu doubler la quantité de ses missiles & se renforcer de façon inquiétante au nez & à la barbe de la FINUL ?

    La résolution 1701 exige le désarmement du hezbollah & la fin de ses activités militaires, obligations qui reviennent à l’armée du Liban. Si la FINUL faisait son boulot correctement, pour quelles raisons Israël survolerait-il le Liban pour surveiller ce qu’y s’y passe ? L’Iran & la Syrie, les camions remplis de missiles & d’engins de mort, ça vous dit quelque chose ?

    Pourriez-vous nous expliquer comment Saad Hariri peut enlacer & embrasser ceux qui ont assassiné son père Rafik ?

    Pourriez-vous nous expliquer comment Walid Djoumblatt le Druze, peut lui aussi enlacer & embrasser ceux qui ont assassiné son père ?

    Est-ce une manie au Pays du Cèdre ? Pourriez-vous nous éclairer sur ces aberrations libanaises ?

    Netchayev

     

     

    Répondre
  8. Anonyme

    06/08/2010

    Parmi le poison de la désinformation déversée à pleins tubes par les mé(r)dias français, que penser de la façon dont l’ImMonde, l’AFP-Agence Tass, LibéTorchon & d’autres experts en mensonges & calomnies en tous genres, ont couvert la dernière agression du Liban contre Israël ?

    Malgré les déclarations officielles de l’armée israélienne, de membres de la FINUL, d’officiels libanais, du Secrétariat d’Etat des USA… le mensonge & la désinformation continuent pour des raisons qui relèvent plus de la haine irrationnelle d’Israël et de ses responsables que de la raison. Au secours, les torchonistes français sont devenus fous !!!!!

    Sur France 24, des avocats libanais ont défilé sur le plateau pour raconter des conneries tellement énormes, que l’on a du mal à imaginer qu’un cerveau en état normal de fonctionnement, puisse les concevoir, mais l’Orient est très compliqué, n’est-ce pas ? Comme d’habitude, le style lèche-cul des interviewers spécialistes (sic) était de mise, tandis qu’une mégère déguisée en journaliste, balançait de l’huile bouillante sur le feu de propos vengeurs & bien enflammés. Vivons-nous en France ?

    Ci-dessous, quelques extraits repris du site "MENAPRESS" qui illustrent bien l’état de délabrement mental complet, dans lequel se trouvent des crétins qui sont autant journalistes que je suis expert en musique médiévale japonaise du 2ème siècle. Et encore…

    Suivent quelques titres et commentaires tirés au hasard dans la presse francilienne :

    Le Monde :      ISRAËL RENFORCE SES TROUPES À LA FRONTIÈRE

      "(…) De son côté, l’armée israélienne a déployé, mercredi, d’importants renforts dans le secteur de la frontière. Des unités équipées notamment de véhicules blindés ont été déployées afin de protéger les militaires et les engins qui devaient être utilisés pour déraciner l’arbre.  

    Après ce nouveau déploiement de troupes, le Liban a déclaré qu’il riposterait à toute nouvelle "agression" israélienne. Le ministre de la défense israélien, Ehoud Barak, a souhaité qu’il n’y ait "pas d’escalade" de la violence" (…).

     

    L’Express (avec AFP et photo des chars) : LA TENSION MONTE ENTRE ISRAEL ET LE LIBAN

    "(…) L’armée israélienne a déployé des troupes à la frontière israélo-libanaise au lendemain de violences entre les deux pays ayant fait quatre victimes.

      Nouveau conflit en vue entre Israël et le Liban ? L’armée israélienne a déployé ce mercredi d’importants renforts dans le secteur de la frontière libanaise (…)".

    J’oubliais, IL N’Y A AUCUN DEPLOIEMENT DE FORCES ISRAELIENNES A LA FRONTIERE LIBANAISE !

     

     http://www.menapress.org/

     

     

     

    Répondre
  9. Anonyme

    06/08/2010
    Le problème est qu’en confondant Israéliens et Juifs, comme vous le faites, vous êtes en train d’attirer sur la totalité des juifs la rancœur de tous ceux qui se sont sentis lésés par Israël.
    Bien sûr, vous allez m’accuser d’être antisémite, alors que je ne cherche qu’a défendre mon pays contre les agressions israéliennes que vous niez.
    Pourtant Gideon Levy écrit dans Haaretz :
    « Only we’re allowed: After Tuesday’s border clash, Israel will continue to ignore UNIFIL and the Lebanese army
     
    By Gideon Levy –
    Those bastards, the Lebanese, changed the rules. Scandalous. Word is, they have a brigade commander who’s determined to protect his country’s sovereignty. Scandalous.
    The explanation here was that he’s "indoctrinating his troops" – only we’re allowed to do that, of course – and that this was "the spirit of the commander" and that he’s "close to Hezbollah." The nerve.
    And now that we’ve recited ad nauseum the explanations of Israel Defense Forces propaganda for what happened Tuesday at the northern border, the facts should also be looked at.
    On Tuesday morning, Israel requested "coordination" with UNIFIL to carry out another "exposing" operation on the border fence. UNIFIL asked the IDF to postpone the operation, because its commander is abroad. The IDF didn’t care. UNIFIL won’t stop us.
    At noon the tree-cutters set out. The Lebanese and UNIFIL soldiers shouted at them to stop. In Lebanon they say their soldiers also fired warning shots in the air. If they did, it didn’t stop the IDF.
    The tree branches were cut and blood was shed on both sides of the border. Shed in vain.
    True, Israel maintains that the area across the fence is its territory, and UNIFIL officially confirmed that yesterday. But a fence is a fence: In Gaza it’s enough to get near the fence for us to shoot to kill. In the West Bank the fence’s route bears no resemblance to the Green Line, and still Palestinians are forbidden from crossing it.
    In Lebanon we made different rules: the fence is just a fence, we’re allowed to cross it and do whatever we like on the other side, sometimes in sovereign Lebanese territory. We can routinely fly in Lebanese airspace and sometimes invade as well.
    This area was under Israeli occupation for 18 years, without us ever acknowledging it. It was an occupation no less brutal than the one in the territories, but whitewashed well. "The security zone," we called it. So now, as well, we can do what we like.
    But suddenly there was a change. How did our analysts put it? Recently there’s been "abnormal firing" at Israeli aircraft. After all, order must be maintained: We’re allowed to fly in Lebanese airspace, they are not permitted to shoot.
    But Tuesday’s incident, which was blown out of proportion here as if it were cause for a war that only the famed Israeli "restraint" prevented, should be seen in its wider context. For months now the drums of war have been beating here again. Rat-a-tat, danger, Scuds from Syria, war in the north.
    No one asks why and wherefore, it’s just that summer’s here, and with it our usual threats of war. But a UN report published this week held Israel fully responsible for creating this dangerous tension.
    In this overheated atmosphere the IDF should have been careful when lighting its matches. UNIFIL requests a delay of an operation? The area is explosive? The work should have been postponed. Maybe the Lebanese Army is more determined now to protect its country’s sovereignty – that is not only its right, but its duty – and a Lebanese commander who sees the IDF operating across the fence might give an order to shoot, even unjustifiably.
    Who better than the IDF knows the pattern of shooting at any real or imagined violation? Just ask the soldiers at the separation fence or guarding Gaza. But Israel arrogantly dismissed UNIFIL’s request for a delay.
    It’s the same arrogance behind the demand that the U.S. and France stop arming the Lebanese military. Only our military is allowed to build up arms. After years in which Israel demanded that the Lebanese Army take responsibility for what is happening in southern Lebanon, it is now doing so and we’ve changed our tune. Why? Because it stopped behaving like Israel’s subcontractor and is starting to act like the army of a sovereign state.
    And that’s forbidden, of course. After the guns fall silent, the cry goes up again here to strike another "heavy blow" against Lebanon to "deter" it – maybe some more of the destruction that was inflicted on Beirut’s Dahiya neighborhood.
    Three Lebanese killed, including a journalist, are not enough of a response to the killing of our battalion commander. We want more. Lebanon must learn a lesson, and we will teach it.
    And what about us? We don’t have any lessons to learn. We’ll continue to ignore UNIFIL, ignore the Lebanese Army and its new brigade commander, who has the nerve to think that his job is to protect his country’s sovereignty."
    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)