Étato-socialisme et anti-américanisme

Posté le janvier 03, 2004, 12:00
7 mins

Au plan international, l’année 2003 a incontestablement été dominée par la guerre en Irak. Celle-ci s’inscrivait dans un contexte issu des attentats du 11 septembre 2001, faisant apparaître, sous une lumière crue, les risques résultant de la dissémination d’armes non conventionnelles de destruction massive, et à la fois de l’existence de groupes terroristes islamistes importants, fanatisés et bien organisés.

L’administration de George Bush fut amenée à procéder alors à une révision déchirante de sa politique extérieure, passant d’une forte tentation isolationniste, propre aux conservateurs américains, à une nouvelle forme d’interventionnisme ayant pour objectifs la défense et la survie des États-Unis.

Une sorte de croisade se mit sur pied dont l’ennemi désigné par le Président américain sous le vocable « Axe du mal », incluait non seulement des dictatures arrogantes du Moyen-Orient, mais aussi d’autres États-voyous… Tous les pays du monde furent invités par les États-Unis à s’y joindre.

Officiellement, la lutte contre le terrorisme fit la quasi-unanimité. Seuls des dictateurs type Fidel Castro, refusèrent catégoriquement de s’engager dans cette voie. Mais rapidement, quelques mois seulement après l’effondrement des Twin Towers, les premières dissensions se firent entendre notamment en Europe. Selon ces critiques, il fallait certes lutter contre le terrorisme, mais sans rien dire de blessant à l’égard de l’Islam, et sans toucher non plus au sacro-saint principe de la souveraineté des États, qui aboutit de fait à la protection des dictatures…

Il reviendra aux historiens de dire ce que furent les motifs exacts et précis qui amenèrent George Bush, dès la fin de l’année 2002, à prendre la décision de frapper l’Irak pour déloger de Bagdad un tyran. Mais, sans attendre, on peut noter que c’est à partir de ce moment-là que le gouvernement français crut bon de prendre ses distances avec l’Amérique, signifiant par là qu’elle quittait la mobilisation anti-terroriste, prétendant même prendre la tête d’une coalition anti-américaine. Cela se traduisit, début 2003, par une incroyable tournée de notre ministre des Affaires étrangères Dominique de Villepin faisant, sous les projecteurs des caméras de télévision, le tour des capitales des pays d’Afrique alors membres du Conseil de Sécurité, pour tenter de les convaincre de voter contre les États-Unis. Ces images-là ne sont pas prêtes d’être oubliées par nos « amis » américains ! Et c’est toujours sous le signe d’un anti-américanisme virulent de ce côté-ci de l’Atlantique que s’ouvre l’année 2004.

Dans ces colonnes, même avec des appréciations diverses, nous dénonçons unanimement cet anti-américanisme qui nous éloigne de nos amis naturels au nom de considérations qui ne sont qu’au mieux des illusions, et plus certainement des erreurs.

Bien qu’appartenant indubitablement par son histoire à l’Occident chrétien, aujourd’hui dominé qu’on le veuille ou non par les États-Unis, notre pays est depuis longtemps gouverné par une pseudo-élite imprégnée de marxisme et de tiers-mondisme. Notre classe politico-administrative, qui n’a jamais fait de la réussite une valeur, a toujours eu des faiblesses coupables pour tous les régimes politiques non démocratiques.

Cela s’est bien vu, par exemple, à l’occasion de la chute du mur de Berlin, en 1989, qui devait être suivie de peu par l’effondrement de l’Empire soviétique. François Mitterrand, qui n’avait pas beaucoup de convictions, mais qui avait de l’intuition et du jugement, ne parvint pas à se réjouir de cet événement. Il voulait encore mettre des conditions au déferlement de l’histoire… Mais il faut se souvenir qu’il était alors au diapason de l’immense majorité de notre classe dirigeante. La classe médiatique nous serinait que l’URSS sans les Soviets serait beaucoup plus inquiétante qu’avec. Seule une minorité d’observateurs, au nom des droits de l’homme (parmi lesquels Alain Madelin), surent prendre d’emblée l’exacte mesure de l’événement.

Socialistes, gaullistes, ou seulement étatistes, les apparatchiks français comprenaient bien qu’avec la disparition des démocraties populaires, ils se retrouvaient en première ligne avec un système de gouvernement devenu, après l’élimination des précédents, le plus collectivisé du monde. Certes, en termes de prélèvements obligatoires, quelques pays d’Europe du Nord vont encore plus loin que nous, mais ces pays-là sont aussi marqués par un consensus politique démocratique qui, chez nous, fait largement défaut. Le collectivisme qui caractérise le système français est en effet doté de trois composantes : le fiscalisme, la fonctionnarisation et la non-démocratie.

C’est ce modèle inefficace que nos dirigeants, toujours contents d’eux, prétendent défendre. Aussi bien ici qu’ailleurs. Car tout se tient : imagine-t-on qu’un gouvernement résolument libéral, défendant sans complexe le capitalisme et fier de son appartenance au monde supérieur de l’Occident, aurait osé défendre un dénommé Saddam Hussein ?

32 réponses à l'article : Étato-socialisme et anti-américanisme

  1. robert

    23/05/2004

    VIVE MICHAEL MOORE !!!!!!

    Répondre
  2. Shannon

    10/01/2004

    Merci a hdperso pour cette tres juste analyse. Ecrivez-en d’autres SVP. Je voulais aussi dire que, a mon avis, l’element le plus dangereux du gouvernement Francais s’appelle Dominique de Villepin. Celui qui s’adore, qui adore s’ecouter parler, qui veut devenir une idole, qui se prend pour le maitre a penser du Monde, pour le beau poete-revolutionnaire, le nouveau Rimbaud (ou nous mene-t’il dans son bateau ivre ?…) pourquoi pas le sauveur du Monde, completement « full of himself »… J’arrete la, j’ai la tete qui tourne !

    Répondre
  3. hdperso

    08/01/2004

    Quelques remarques au sujet de l’article d’Alain Dumait « Etato-socialisme et anti-américanisme » : 1. Les arguments visant à montrer l’implication de l’Irak de Saddam Hussein dans le terrorisme islamiste restent pour le moins fragiles. D’autres régimes semblent infiniment plus impliqués dans le financement des réseaux terroristes et dans leur logistique, comme l’Arabie Saoudite par exemple, laquelle n’a pas encouru les foudres de Washington. 2. Certes, le régime irakien était une horrible dictature, mais c’était aussi l’un des rares régimes arabes à respecter un certain équilibre religieux. Tarek Aziz, qui fut ministre des affaires étrangères de Saddam Hussein, n’est-il pas lui-même chrétien ? On cherche en vain un tel exemple de tolérance religieuse dans les pays de la région, y compris en Israël. Il faut bien constater que l’intervention américaine a totalement ruiné cet état de fait. Le risque est maintenant de voir les chiites, majoritaires dans le pays, s’emparer des leviers du pouvoir et régler à leur façon, expéditive comme on le sait, le problème du pluralisme religieux. 3. Les preuves concernant la possession d’ADM par Saddam Hussein se font attendre. Pourtant, moins d’une semaine avant le déclenchement des hostilités, Donald Rumsfeld en personne ne déclarait-il pas qu’il savait où se trouvaient ces armes ? Évoquons le pseudo rapport qui s’est révélé n’être qu’un simple copier-coller, coquilles comprises, d’un document paru dix années plus tôt sous la plume d’un modeste thésard, opposant au régime de Saddam. Ou encore ce faux document concernant l’achat d’uranium par l’Irak au Niger… Ces montages, qui tiennent du bricolage d’amateurs, ont contribué à ébranler les sentiments pro-américains les plus ancrés, dont les miens, je dois l’avouer. On peut parler, au mieux de légèreté méthodologique, au pire de mépris envers l’opinion publique mondiale. N’aurait-on pas pu espérer un peu plus de scrupules intellectuels et moraux, et aussi un peu plus de savoir-faire, de la part de « la première démocratie du monde » ? 4. Quid des « erreurs » américaines au sujet de l’islam : le Shah était un ami de l’occident, pourquoi l’avoir chassé du pouvoir et mis à la place le régime obscurantiste des mollahs ? Pourquoi avoir choisi le camp des musulmans contre les Serbes au Kosovo, créant ainsi une base avancée de l’islam en Europe ? Même question pour la Bosnie (autre base avancée de l’islam…). Pourquoi soutenir l’entrée de la Turquie, pays islamique, dans l’Union Européenne, créant ainsi les conditions d’un effondrement de la civilisation chrétienne d’Europe ? En vérité, curieux amis que nous avons là… « Mon Dieu, gardez moi de mes amis. Mes ennemis, je m’en charge » disait déjà Voltaire. 5. On me dira que les Américains ont une vision géostratégique à très long terme, qu’ils entendent remodeler totalement la carte du Moyen Orient et se libérer du fardeau du terrorisme afin de pouvoir affronter, d’ici une vingtaine ou une trentaine d’années un ennemi d’une tout autre envergure, la Chine, et que les vicissitudes actuelles apparaîtront alors pour ce qu’elles sont : des broutilles tactiques face à des enjeux stratégiques planétaires. Cette explication se tient, mais elle a le désavantage de faire passer l’Europe par profits et pertes d’un conflit annoncé. Le vieux continent a encore le droit de protester et celui de vouloir vivre. 6. En total accord avec Alain Dumait, je constaterai que l’islam jouit en France d’un statut d’immunité et d’impunité parfaitement stupéfiant. L’islam fait l’objet d’une occultation totale dans notre pays, et l’on n’a pas le droit d’y débattre sereinement du coran et de ses commentaires. On aimerait que nos « grands intellectuels » – je veux dire ceux qui pérorent à loisir dans nos « Gross Media » – rappellent régulièrement l’élimination totale des juifs de Médine par le successeur direct du prophète ou encore le fait que dès le 7ème siècle, soit bien avant les occidentaux, les musulmans razziaient l’Afrique noire à la recherche d’esclaves, et que cette traite négrière s’est arrêtée bien après celle que les occidentaux ont mené pour leur propre compte. Sait-on que l’esclavage ne fut officiellement aboli en Arabie Saoudite qu’en 1952, et que des comportements esclavagistes demeurent encore très prégnants dans les mœurs musulmanes actuels ? Tahar Ben Jelloun soi-même – par ailleurs grand donneur de leçons sur l’antiracisme devant l’Éternel – n’a-t-il pas été récemment condamné par la justice française pour des faits qui relèvent d’une conception esclavagiste du travail ? Il est temps que les Français ouvrent les yeux sur la véritable nature de ce qui est avant tout une arme de conquête, et non une religion. L’islam est une idéologie totalitaire : un musulman qui apostasie l’islam mérite la mort selon la charia. Faut-il rappeler à nos moutons droits-de-l’hommistes curieusement sans voix face à l’islam les mésaventures de Salman Rushdi ? Ce dernier n’est qu’un condamné à mort en sursit, car la fatwa qui a été prononcée contre lui est imprescriptible. Je conseille à tous ceux qui souhaitent « soulever le coin du voile » la lecture du « Petit guide du coran », de Laurent Lagartempe, de « La France en danger d’islam » de René Marchand, et enfin celle du dernier numéro de « Reconquête » (www.reconquete.com) qui démontre clairement que le coran tombe sous le coup de la loi Gayssot. Pour se déniaiser au sujet de la traite des noirs par nos gentils musulmans : « Négriers en terre d’islam », de Jacques Heers, et « God bless Africa » de Bernard Lugan. 7. Tout à fait d’accord également avec Alain Dumait pour affirmer que le mode de pensée de la caste politico-administrative qui nous dirige (je rajouterai volontiers la caste médiatique) est largement celui d’un crypto marxisme-léninisme. L’accroissement du poids de l’État, entre autres via la fonctionnarisation – véritable catastrophe dans la recherche, les hôpitaux et l’éducation – ainsi que via les grasses subventions aux associations à la botte du pouvoir ; une fiscalité qui décourage l’initiative individuelle ; la déresponsabilisation des individus ; la restriction croissante de la liberté de pensée ; la diabolisation des opinions hétérodoxes ; un appareil pseudo éducatif qui fabrique en masse des débiles culturels, manipulables à souhait ; une paupérisation générale avec la prolétarisation des classes moyennes, etc., tout cela est caractéristique des régimes totalitaires. Pour ma part, je ne fais aucune distinction entre le national-socialisme et le bolchevisme, suivant en cela les conclusions de la lumineuse démonstration qu’a faite Alain Besançon à ce sujet. Je ne dirai pas que c’est parce qu’ils sont « contents d’eux » que nos dirigeants défendent ce modèle, mais plutôt parce qu’ils savent où se trouve leur intérêt bien compris : tout régime totalitaire ne comporte-t-il pas une dimension maffieuse ?

    Répondre
  4. steve

    07/01/2004

    Bravo encore une foi à Alain Dumait! Les réactions d’incompréhension de tous ces gauchos est d’ailleurs un gage de qualité. Le système capitaliste occidental n’est pas dépourvu de défauts mais c’est à l’heure actuelle (et de loin) le moins mauvais! C’est celui qui a permis aux techniques et aux sciences d’exploser dans tous les sens aux bénéfice de TOUTE la population mondiale. Le progrès se mesure également dans notre capacité à comprendre et explorer le monde, comme en témoignent ces superbes images que nous recevons de Mars. Tout ça grâce aux pays ayant prôné au maximum les libertés individuelles. L’Iraq enfin libre, va pouvoir participer à nouveau à ce progrès, au bénéfice premier de sa population. Soutenir Saddam Hussein en 1980 était un paris que TOUS les occidentaux ont pris! Il n’était pas à ce moment forcément le plus mauvais. Continuer à soutenir Saddam comme l’a fait Chichi en 2003 est certainement une grosse erreur! Les américains font des erreurs, c’est sûr ils sont humains, mais continuer à ce tromper éternellement est beaucoup plus grave. Surfez bien, les amis, sur le symbole le plus américain du momen : internet…

    Répondre
  5. Marc DEBEY

    07/01/2004

    L’Irak n’a rien a voir avec les attentats du 11/09/01. Seule l’Arabie Saoudite est responsable (80% environ des terroristes de cet attentat sont Saoudiens), comme elle est responsable, par financements interposés des actions terroristes et de déstabilisation qui ont lieu à travers le monde actuellement. Donc s’en prendre à l’Irak pour cette raison est une faute et un acte d’agression. L’Irak était, il y a 10 ans, le seul état laïc du Moyen Orient. Quelle erreur immense de l’avoir détruite pour mettre à la place un état qui va devenir islamiste. Enfin, et pour faire bref, les intérêts Américains ne sont pas forcément compatibles avec ceux de la France. Un pays digne de ce nom doit avoir un politique et défendre ses propres intérêts. Le problème de la France est un manque de politique et d’ambitions. Nos dirigeants sont des incapables qu’il faut remplacer le plus vite possible.

    Répondre
  6. nicolas

    07/01/2004

    Virez moi tous ces gauchos de ce beau site de droite!

    Répondre
  7. Lea

    06/01/2004

    J’espère que les réactions négatives à son article n’empêcheront pas M. Dumait d’en écrire d’autres et de les poster. Beaucoup de gens pensent comme vous, Agamemnon, n’en déplaise aux détracteurs de A. Dumait.

    Répondre
  8. lola

    06/01/2004

    Bonjour, tout ceux qui font l’apologie de Georges Bush contre leur propre patrie devrait réellement quitter la France , et faire des choix en accord avec leur système de pensée. Que les étrangés crachent sur les nations voisinnes, celles qui les accueillent et les nourrissent, passe encore! On ne les excuse pas, on a seulement pitié d’eux. Mais que des français de souche aient le culot de cracher sur la Mère-Patrie par aveuglement, égoïsme et mauvaise foi, c’est déshonnorant. Evidemment, il faut le répéter une fois de plus, Les français sont les amis du dictateur Saddam, mais les américains, eux, ces gens élus par Dieu, riches de leur matérialisme et de leur étroitesse d’esprit, sont les alliés du généreux Abdallah wahhabite, des pauvres kossovars et albanais bruleurs d’églises chrétiennes, de ces malheureux chinois qui asservissent le Tibet, des courageux talibans qui ont réduit l’Afghanistan à l’esclavage…et de ces arrogants indiens qu’ils ont spolié, qu’ils ont massacrés jusqu’à l’avant dernier avant de parquer les survivants dans des camps! Il y a un langage favorable à l’asservissement de notre pays, c’est celui qui consiste à dénoncer tout ses travers sans jamais mettre en relief ce qui maintient son image de marque. Alain Dumait, comme d’autres de ses confrères, se complet à sapper par la base ce qui échappe encore à l’islamisme ou au communistes de notre pays. Ensemble, ces trois tendances, américanisme servile, social-communisme, islam, parviendront à nous détruire complétement en nous privant de toute liberté de pensée et d’entreprise.

    Répondre
  9. Gallou

    06/01/2004

    Simplement j’ai honte d’avoir lu cet article. Ce journal s’appelle les 4 vérité et prône les mensonges successifs des états-unis. S’il vous plait, ne parlez pas de démocratie pour un des rares pays ou l’on est pas obligé d’avoir la majorité des voix pour être élu président. N’est pas la une forme de dictature ? Je sais bien qu’il faut combattre le terrorisme, mais quelles assurances pouvez vous nous donner sur un monde meilleur, quand c’est un débile mental qui se propose pour diriger le monde ? Croyez-vous vraiment que les américains sont nos amis? Une chose est sûre, à continuer à ce foutre royalement du monde, l’anti-américanisme grandira, et je ne m’en porterai pas plus mal.

    Répondre
  10. Ron

    05/01/2004

    Excellent article de Alain Dumait. Bravo ! Je suis parfaitement d’accord aussi avec Agamemnon. La Ve république à bel et bien fait son temps. Quelques commentaires sur les commentaires anti-anti-anti-libéraux : « Y a t’il encore une once de marxisme et de tier-mondisme parmi les élites françaises ? » Eh… Ben Chirak nous a souhaité ses vœux depuis la superpuissance marocaine et Sarkozy a lécher des culs égyptiens cette même semaine. Sans parler de Villepin qui a dépassé toutes les bornes en la matière au cours de l’indécente année 2003. Et sans oublier le récent meeting en Tunisie entre 5 pays européens et 5 pays arabes… On a les modèles qu’on peut. Voilà pour le tiers-mondisme. Pour ce qui est de Marx, les politiques français sont de toute évidence nostalgiques de l’URSS. Ils n’aiment pas la démocratie, ni la liberté, ils se méfient du peuple (surtout des blancs pauvres) et en bons marxistes ils nous préparent UNE DICTATURE TOUS FRAIS PAYéS ! Même la récente loi sur le voile fait parfaitement le jeu des communistes. Lesquels continuent de bénéficier d’une immunité médiatique toujours plus phénoménale à mesure que le temps passe dans notre triste petit pays etatiste. Quel autre parti peut se vanter d’avoir fait 94 millions de morts en 75 ans et d’être toujours là ? Sans même avoir eu à s’excuser avec ça. Le terrorisme intellectuel marxiste-léniniste est bien vivant. « Remarque on est plus à un dictateur près avec un Bush élu comme on le sait. » Président US élu avec 50.01% Président français élu avec 86% Lequel de ces 2 pays ressemble le plus à une démocratie? Encore un petit effort et la France atteindra le fameux 99% chers à nos pittoresques amis les dictateurs africains (lesquels au passage vivent de l’argent de poche distribué par Chirak – via l’éffacement des dettes- au détriment des contribuables français, comme d’habitude) « C’est notre civilisation qui a massacré des millions de juifs, qui a consacré l’esclavage » C’est l’Europe qui a massacré un grand nombre de juifs et fait fuir la plupart des autres. L’état d’Israël est la conséquence directe de l’antisémitisme européen. Mais comme d’habitude ce fut aux Etats-Unis d’assumer les conséquences de nos petites errances totalitaires… après avoir renoncé d’EUX-MEMES à l’esclavage. L’Europe n’est plus vraiment l’occident hélas… mais l’Eurabia : une horrible chose hybride qui ne vas pas tarder à exploser sous l’effet de toutes ses contradictions internes. Et mon instinct me dit qu’alors ça va puer très fort. « ( cf: A.Madelin ) “ Eh oui… Alain Madelin est un homme courageux.

    Répondre
  11. chevalier de la Liberté

    04/01/2004

    Que de gauchistes ici… Oui,l’Occident est supérieur à la barbarie,et celui que cette réalité gêne eh bien qu’il aille vivre en « bon sauvage » dans une tribu totalitaire d’Afrique avec excision et soumission à la clé.

    Répondre
  12. kissa

    04/01/2004

    1) le Libéralisme n’est pas tout et certains services ne peuvent être organisés que par l’Etat. 2) La Démocratie n’est pas notre « propriété », née en Grèce, nous l’avons perfectioné, et porté à une certaine maturité.(en 1950 en France). 3) Dans un monde composé de 2/3 de dictatures, comment dégager un consansus au sein de l’ONU ? 4) La France est la source de l’idéologie anti-américaine, depuis le discours de M. Chirac,et depuis la propagande de M. devillepin dans tout le Tier-monde. 5) La confiscation du pétrole par quelques dictatures est le plus grand danger qui menace le monde libre. 6) Minimiser les menaces réelles qui se profilent c’est le meillur moyen d’y succomber. 7) Critiquer l’Amérique c’est bien, mais et le reste du monde ? Le vrais problème c’est celui de la propagation de la Démocratie dans le monde.

    Répondre
  13. nucle

    04/01/2004

    Je suis tombé ici aussi en lisant google actualité, je dois dire que pour un site qui affiche un nom comme « Les 4 vérités » l’objectivité de cet article laisse franchement à desirer! Le probleme avec le conflit en Irak est que les americains ont agi de maniere completement illegale. Saddam Hussein devait etre detronné, c’est un fait, par les americains qui l’avaient eux-meme placé, je dis encore oui (à nuancer). MAIS qu’on ne vienne pas me dire qu’ils l’ont fait dans un but humanitaire, qu’ils ne nous ont pas menti et manipulés, ou qu’ils respectent eux-meme la démocratie.. J’espere que les americains se reveilleront aux prochaines elections, en attendant reveillons-nous aussi car l’Europe bouge derriere notre dos. Le lobbying n’existe pas seulement aux Etats-unis..Et puis qu’on soit de droite ou de gauche, l’abus nuit à tout et à tous!

    Répondre
  14. s. pierre

    04/01/2004

    je découvre internet, notemment avec l’aide de Google. Je ne comprent pas la ligne éditoriale de ces pages « actualité », quelle crédibilité lui accorder si elle met en avant , même dans une rubrique « point de vue »,un texte aussi indigent. je pense que la droite liberale n’a rien a voir avec ses propos incoherents, plein d’idées reçues, de haine de soi et de ressentiment

    Répondre
  15. Vladimir bourrec

    04/01/2004

    Nous imaginons tres bien « un gouvernement résolument libéral, défendant sans complexe le capitalisme et fier de son appartenance au monde supérieur de l’Occident » Nous nous en rappelons meme, il s`agit des Etats-Unis dans les années 80!!!

    Répondre
  16. phil

    04/01/2004

    Bon article auquel il me paraît important de demander un correctif : « fier de son appartenance à l’Occident » aurait dû suffire et non « fier de son appartenance au monde supérieur de l’Occident ». Les prétendues supériorités sont trop dangereuses et nuisibles pour que l’on tolère qu’elle viennent encore polluer de justes causes. D’ailleurs si l’occident était aussi supérieur que cela, il ne serait pas aussi menacé, décadent et la planète en aussi piteux état. Il est important que l’occident sache faire son auto-critique et trouve ainsi comment s’améliorer, mais en s’interdisant tout défaitisme, toute impuissance et en ne versant pas dans des idéologies bien plus menacantes …

    Répondre
  17. AlV

    04/01/2004

    Bon, je viens de lire cet article (Google actualité me l’a mis sous les yeux, sinon, il y a peu de chance que j’ai un jour eu l’instinct de venir le lire). Première remarque : les Etats-unis d’Amérique ne sont pas l’Amérique. Deuxième remarque : pourquoi les dirigeants états-uniens, dans leur croisade contre le terrorisme, ne vont-ils pas destituer tous les tyrans de notre belle planète ? Le dictateur chinois me paraissait une bien meilleur cible pour commencer une croisade. Ah, mais j’oubliais, il assassine, il réprime, il emprisonne, mais il respecte le Marché et il a un milliard de clients potentiels sous sa coupe… Troisième remarque : les Etats-unis d’Amérique sont très certainement nos amis ; ne doit-on pas dire à un ami qu’il se trompe quand c’est le cas ? Et si oui, pourquoi cet ami voudrait-il nous le faire payer par des vexations par la suite ? Quatrième remarque : êtes-vous à ce point certains d’être « comme il faut » quand une nation (ou surtout ses dirigeants) décide que tel ou tel gouvernement doit être destitué sans l’aval de tous les autres pays, au nom d’une lutte manichéenne ? N’est-ce pas là la voie vers une dictature par la force ? Cinquième remarque : je vais aller me laver, je me sens souillé d’avoir lu votre site. Bonne journée.

    Répondre
  18. ulis

    04/01/2004

    « Selon ces critiques, il fallait certes lutter contre le terrorisme, mais sans rien dire de blessant à l’égard de l’Islam, et sans toucher non plus au sacro-saint principe de la souveraineté des États, qui aboutit de fait à la protection des dictatures… » Il est vrai que pas mal de dictatures ont été mises en place par les américains pour protéger les intérêts américains. Au fait, la dissension sur la guerre d’Irak c’est pas entre pays qui voulaient s’aproprier le pétrole iraken ? ulis

    Répondre
  19. Pierre

    04/01/2004

    J’avais jamais lu des actualités de « droite libérale », c’est à hurler de rire, surtout le dernier chapitre : « imagine-t-on qu’un gouvernement résolument libéral, défendant sans complexe le capitalisme et fier de son appartenance au monde supérieur de l’Occident, aurait osé défendre un dénommé Saddam Hussein ? » Le gouvernement US a soutenu l’Irak pour des raison certainements libérales jusqu’en 1991. Le gouvernement libéral US et la CIA ont, pour des raisons 100% libérales (pour aider le commerce), commis des exactions dans toute l’amérique du Sud. En bref, tant qu’il y a du fric à se faire, les libéraux sont prets à fermer les yeux sur tout et n’importe quoi ! Qu’on touche au portefeuille et ils deviennent mauvais… Pathétique !

    Répondre
  20. jean-charles

    04/01/2004

    Je trouve pas que votre article soit correct, je dirais même qu’il est provocateur. Votre article comporte des éléments raciste , qui laisse croire que la France est gouverné par les musulmans et que la France a mal agit lorsque elle a refusé de ce rangé au coté des Etats-Unis. Ce melangé Mais moi je salue cette décision qui a permis a la France de ne pas ce rangé aux coté d’un état qui prône lui-même la guerre et qui utilise la guerre afin de subvenir à ses besoins. Pour moi le danger imminent sont les États-Unis qui utilisent une seule et unique loi celle du plus fort .c’est pour cela que je trouve que le France a une attitude exemplaire. Contrairement a l’autre commentaire je pense que l’attitude comme celle de « AGAMEMNON » est réellement xénophobe et discriminatoire à l’égard des musulmans de France car les juifs et les musulmans peuvent tout à fait vivre en parfaite harmonie.

    Répondre
  21. susauxréac

    04/01/2004

    ! le canada pays extrèmement collectiviste bien sur, qui est en train de plancher sur de kiboutz à l’image de la france, a soutenu sans réserves les américains…

    Répondre
  22. JeanMarie

    04/01/2004

    On croirraitlire un pamphlet contre l’islam. Vous êtres les rejetons de Le Pen ici ou koi ? Faudrait voir à eviter les prises de position extremes. Bush est un criminel. Paul Wolfowitz a lui même reconnu que les pretendues adm de l’irak n’etaient qu un pretexte. Les services anglais on pompé un rapport d’un thesard opposant irakien vieux de plus de 10 ans en changeant la date pour affirmer que Saddam possedait encore des armes de destruction massives. C’est pas serieux et insultant pour les britanniques. Les services americains ont crée un faux document sur l’achat d’uranium par l’Irak au Niger, tj pour justifier leur guerre. Et ils se sont même plantés en le faisant signer par un ministre nigerien n’etant plus en fonction depuis des années. Lamentable. Au passage, pas de commission d’enquête. Bravo la democratie. Hans Blix a affirmé « on ne peut pas être sur à 100% de l’existence d’armes et à 0% de leur emplacement ». 4 jours avant la guerre, Donald Rumsfeld affirmait encore que les USA savaient ou etaient ces armes. Si c’est pas du mensonge avec un grand M ca. Comment peut-on faire l’apologie du mensonge d’etat et pretendre que notre monde occidental est superieur ? C’est notre civilisation qui a massacré des millions de juifs, qui a consacré l’esclavage. Faut arreter d’admirer son nombril. Chirac a eu raison de defendre le point de vue de la France. Les raisons données pour entrer en guerre etaient caduques. Avec d’autres raisons, on aurait pu entrer en guerre. Mais pas à cause de la pretendue imminence d’une menace d’ADM pour le monde. Bush a deja un valet anglais. Qu’il s’en contente.

    Répondre
  23. citoyen

    04/01/2004

    Bonjour, Votre article semble bien partial oubliant la guerre du golf. L’ommission des soutients occidentaux aux dictateurs serviles (qatar…) semble hypocritement passée sous silence ! Enfin on sait bien que pour les occidentaux et les USA il y a les bon dictateurs et les mauvais…Le roi du Maroc, L’Emir du Qatar, Le « Président Tunisien » sont des bon dictateurs car ils sont plus « aux ordres » de ces dictateurs occidentaux US ou autres…! Remarque on est plus à un dictateur près avec un Bush élu comme on le sait. A bon entendeur.

    Répondre
  24. Rialtho

    04/01/2004

    Je viens d’aller faire un tour sur des forums conservateyrs etatsuniens. Et bien ce n’est pas beau à voir, le soit-disant anti-americanisme que vous croyez voir en france n’est vraiment rien par rapport au rascime et au fascisme dont font preuve certain là-bas. J’ai rarement vu une tell haine, un tel amalgame de mesonge d’apriori et de désinformation. Franchement je ne suis pas anti-amèricain mais je suis franchement inquiet par la tournure des événements. Les USA virent lentement vers un modele totalitaire haineux. Ensuite s’il vous plait pas d’amalgame entre la diplomatie et la politique interieur. Vous savez tout aussi bien que moi qu’une grande majorité de descendants de familles musulmanes s’intergre plutôt bien, cette histoire de voile a juste trainé en longueur plus que de raison et pris une importance disproportioné. Déclin démographique ? Musulmans qui envahissent la France ? Vous regardez trop Fox News. Moi ce qui m’inquiéte vraiment ce son nos libertés qui se réduisent a vu d’oeil.

    Répondre
  25. médên_agan

    04/01/2004

    Je cite la derniere phrase de votre article : « Car tout se tient : imagine-t-on qu’un gouvernement résolument libéral, défendant sans complexe le capitalisme et fier de son appartenance au monde supérieur de l’Occident, aurait osé défendre un dénommé Saddam Hussein ? » La réalité dépasse en effet l’imagination puisque vous décrivez tres exactement les Etats unis et leur soutien , tardif certes, de Saddam Hussein contre l’Iran. Le soutien a été organisé entre autre par un certain Donald Rumsfeld. Quelqu’un qui met le mot géopolique en titre des ses articles ne peut l’ignorer. Ce paradoxe peut se comprendre a partir du moment ou vous en acceptez un autre : le national liberalisme.

    Répondre
  26. manu

    04/01/2004

    Pourtant , même si jusqu’à présent on pouvait craindre que ce schéma devienne réalité , la récente décision du Président de la République semble être le signal d’un coup d’arrêt . Cette loi sur la laïcité n’est guère appréciée de ceux qui voulaient substituer aux lois de la République « leur » loi .

    Répondre
  27. penta

    04/01/2004

    Beurkkk. Si vous n’aimez pas la france, quittez là. Article eugeniste, l’occident ferait donc parti d’une race superieure. Ce discours est le meme que celui des pétainiste et vichyssois qui voyez dans l’allemagne nazi le modele emergeant et dominant auquel il fallait adherer sans restriction sous peine d’etre qualifier de socialo-etato-communiste. Quand à l’utra-liberalisme adoré de l’auteur modele superieur de civilisation, il faudrait etre aveugle et sourd pour ne pas reconnaitre qu’il est la ou appliqué avec joie et ferveur devenue une communisme privé ou tout esprit liberal est reduit à neant par des regroupements monopolistiques, son echec est d’ailleurs patent laissant au dirigeant pour sauvez leur privileges que la terreur imaginaire pour propulser leur pays dans un fascisme policier.Le modele reussi d’Union sovietique en quelque sorte. Les dicatateurs de ce monde si nombreux. Pakistant, arabie, et j’en passe des pinochet et autres jusqu’à Saddam Hussein ont ete soutenu et mis en place,par ceux à qui vous lechez les bottes sans retenu en denigrant avec force, ce pays qui est le notre et son peuple, qui loin d’etre si « moisi » attend de ces elites tant politiques que journalistiques un peu plus de respect. et s’il est si lache et si infame de ne pas etre dans le courant du plus fort par peur de deplaire au seigneur de ce monde. Vous pouvez toujours emmigré dans ces pays des merveilles ou 11000 personnes meurent par an sous les balles de leurs concitoyens et 300 sous celles de leurs ennemi, dans ce pays ou la securité est plus grande sur les terrains d’operations militaires que dans les rues de leurs propres cités. Salutation Salutations

    Répondre
  28. yan.leroy

    04/01/2004

    Comment être encore dupe a propos de ce conflit… Le pétrole (abondant en irak alors que les réserves mondiales s’épuisent) et le marché de la reconstruction (il fallait bien un deluge de bombes au debut de ce conflit pour reconstruire quelque chose)sont l’unique leitmotiv de Mr Bush.Souvenons nous que sa campagne électorale a été financée par les grands pétroliers et les grands de l’armement,le renvoi d’ascenseur crève les yeux.Souvenons nous du pretexte imaginaire (ndlr:les armes de déstructions massives) pour justifier la guerre.Je préfère notre position française a celle de ses béligérants menteurs.

    Répondre
  29. roland

    04/01/2004

    analyse médiocre de la situation internationale marquée soit par la betise soit par une évidente mauvaise foi. y a t’il encore une once de marxisme et de tier-mondisme parmi les élites françaises ? vous passez également sur les motivations de l’opposition à la guerre en Iraq de façon très légère. Bref une analyse digne de l’édito d’un journal de collégiens. ce n’est certainement pas ainsi que progressera la pensée libérale en France, elle s’en trouve davantage discréditée. Agammemnon trouve que la France est proche des dictatures arabes come naguère des régimes communistes. Rappelons lui que pour le moment il n’y a pas l’équivalent du PCF pour l’Islam, que la communauté musulmane n’est pas monolithique, et qu’en terme de de mixage entre régime politique et référence à Dieu les Etats Unis ont plus de points communs avec les régimes sus-dits que la France.

    Répondre
  30. GpoMaL

    04/01/2004

    Je rappelle que l’IRAK n’est pas le seul pays ou une dictature était présente… Que les raisons invoquées par G.Bush concernant les A.D.M restent encore un mystère ?… Que l’O.N.U n’avait en aucun cas adopté de résolution allant vers une guerre… Que la France n’était pas seule, loin de la… Etc.. Etc.. ( On pourrait en faire un roman ;p ) Nous sommes tous pour un système démocratique et je ne défends pas S.Hussein ! Vos propos ne citent à aucun moment tout cela, au contraire, il devrait même figuré dans une colonne du Washington Post, pour du pro-américanisme ( cf: A.Madelin ) Dans toute démocratie, le minimum est d’accepter le résultat des urnes, si l’on en tient pas compte, il n’y plus aucune discussion possible.

    Répondre
  31. AGAMEMNON

    03/01/2004

    Tout à fait d’accord avec votre point de vue. j’ajouterai une observation : la France est depuis longtemps « à mi-chemin ». A mi-chemin des démocraties occidentales et de l’URSS, du temps ou le parti communiste faisait 20 à 25% de l’électorat. A mi-chemin aujourd’hui de ces mêmes démocraties occidentales et des dictatures arabes. Dans les deux cas, la raison est la même : complaire à une frange importante de l’électorat : communistes autrefois, arabes aujourd’hui. Dès à présent, les « français » musulmans représentent en effet environ 10 % de l’électorat. Il convient donc de ne pas leur déplaire, surtout à ceux qui appellent leur nouveaux nés « Oussama » depuis le 11 septembre 2001, qui rouent de coups les juifs dans les banlieues ou qui exigent des horaires d’ouverture réservés aux filles dans les piscines publiques. Cet électoralisme – de l’opposition comme de la majorité -est la principale cause (il y en a d’autres, sur lesquellles nous pourront revenir) du comportement éhonté de la diplomatie française à l’occasion de la libération de l’Irak par les Etats-Unis et leurs alliés. Pour des raisons démographiques, il est probable que la classe politique française ira, très, très loin en ce sens et que nous n’avons encore rien vu. Si c’est électoralement payant, elle sacrifiera la laîcité, trahira l’Occident, remettra en cause l’émancipation des femmes, reviendra sur le principe de 1789 de l’égalité entre les hommes (cf. « la discrimination positive » qui pointe son nez), etc. Les français en paieront le prix, qui risque d’être élevé : recul des libertés publiques, pogroms tolérés plus ou moins ouvertement, exode des français de confession juive, mise à l’écart de la France par les pays civilisés, appauvrissement accentué, tiers-mondisation de la société française, éclatement de la communauté européenne peut-être.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)