Européennes : la chasse aux populistes est ouverte !

Posté le 20 novembre , 2018, 3:25
5 mins

Pour conserver les prébendes qu’ils ne veulent pas lâcher, politiques, journalistes, sentant la menace de plus en plus proche, s’activent pour tirer sur tout ce qui, selon eux, menacerait la cohésion de l’Europe.

Une Europe de plus en plus bancale et inopérante à cause de son obstination, non pas à résoudre des problèmes, mais à en ajouter tous les jours.

Une Europe qui ne veut toujours pas voir, en particulier, le danger que représente l’immigration économique illégale pour la plupart de ses pays à l’économie en berne, immigration, de plus, porteuse de mauvais germes islamistes qui gangrènent chaque jour un peu plus l’Occident dans son ensemble.

Les populistes qui, depuis des années, tirent la sonnette d’alarme sont pourtant la cible prioritaire à abattre nommément désignée.

Erreur de cible car eux ne commettent pas de violences, crimes, attentats, et n’ont pas participé au pillage des finances des États.

– Alors, on s’active déjà à nous faire peur dans les médias subventionnés en annonçant des sondages à lire sur le mode catastrophique. Pensez, en septembre, on donnait 21,5 % pour LREM et 21 % pour le RN !

Le RN, nid le plus exécré de populistes, populistes imbéciles puisqu’ils n’ont toujours pas compris les bienfaits que l’Europe prodigue à notre nation !

– Alors, notre super-président de brandir, ridicule à force de se répéter, ses slogans de plus en plus inopérants pour contrer ce qu’il nomme « la lèpre populiste » voulant « éviter la page d’une Europe des nationalismes ». Il va même jusqu’à parler « d’esprits fous qui mentent au peuple » en désignant les dirigeants de Hongrie et de Pologne. Et, ces jours derniers, de mettre en garde contre un retour aux années trente.

– Alors les bien casés de la politique, au garde à vous, d’y aller de leur couplet. Moscovici tremble de façon pathétique face à la montée du populisme : « Pour la première fois j’ai peur ! » Et de nous ressortir le spectre de 1913 et des années trente. En revanche, il n’a pas peur du danger bien vivant de l’islamisme !

Il ne doit pas savoir ce qui s’est passé à New York en 2001, ni en 2015 à Paris.

– Alors, les bien casés des journalistes d’y aller à l’unisson du même couplet que les politiques irresponsables qui nous gouvernent. Citons le bien connu Alain Duhamel partant, lui aussi, à la chasse au populisme dans un article de « Libération » du 27 juin dernier, « très préoccupé par la déconstruction de l’Europe, submergée non pas par les demandeurs d’asile, mais par la marée noire du populisme ».

Il ose même affirmer, et c’est un comble, que « tous les gouvernants sans exception mènent une politique migratoire très restrictive (sic) » ! Tellement restrictive qu’il arrive chaque jour des migrants qu’on ne sait plus où mettre, et qui restent, quand ils ont obligation de quitter le territoire !

– Alors, la télévision de nous peaufiner des émissions contre les populistes européens, com­me dernièrement le 23 octobre sur Arte : en ligne de mire, Matteo Salvini dans l’émission « Vox populi, vox Dei ». On nous concocte même des reportages – à charge bien sûr – sur Donald Trump. Les populistes français ne feraient-ils pas assez d’audience pour que la télé les oublie actuellement ?

On a préparé le terrain en donnant l’exemple de ceux qui sont au pouvoir, et qui sont forcément des mauvais exemples (malgré des résultats positifs qu’il ne faut pas voir).

Le moment venu, qui ne devrait pas être trop long à arriver, mais au plus près des élections européennes de 2019, on ne serait pas surpris que la télé envoie quelques salves nauséabondes bien appuyées en direction du RN pour empêcher les électeurs de glisser le mauvais bulletin dans l’urne.

6 Commentaires sur : Européennes : la chasse aux populistes est ouverte !

  1. Alain PROTTE

    22 novembre 2018

    Une Europe qui se veut démocratique, mais sans populisme, sans adhésion populaire, donc sans y inclure le peuple aura quelle durée de vie? Les technocrates ; assistés des intellectuels et des médias, assassinent eux-mêmes cette Europe dont ils ont fait leur idéal. Surtout qu’ils continuent.

    Répondre
  2. vozuti

    21 novembre 2018

    pointer un doigt accusateur vers une menace du passé ne sert qu’à détourner l’attention des menaces du présent…mais cette tactique enfantine ne peut plus marcher,seuls les débiles profonds peuvent encore croire que les problèmes de notre époque sont liés à un risque d’invasion allemande ou d’affrontement entre les nations européennes.

    Répondre
    • KAVULOMKAVULOS

      24 novembre 2018

      “Seuls les débiles profonds…” Certes, mais , hélas, ils sont légion.

      Répondre
  3. Hilarion

    21 novembre 2018

    Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire des années trente, c’est l’aveuglement des gouvernants français et anglais devant la montée du nazisme accompagnant le réarmement massif de l’Allemagne qui est en cause. Cet aveuglement est notamment évoqué par W. Churchill dans ses mémoires, lorsqu’il rappelle ses interventions alarmistes au parlement anglais, restées lettres mortes. On ne sache pas que les “populistes”, fussent-ils Hongrois, Polonais ou Tchèques réarment à outrance pour nous envahir avec la complicité de nos concitoyens. On ne sache pas que les “populistes” aient mitraillé au Bataclan ou lancé un camion dans la foule à Nice et massacré au petit bonheur quelques dizaines de personnes en poussant le même cri de haine, pour arriver à un total de plus de 250 victimes. Ce qui ressemble aux années trente, c’est la montée des périls, mais pas ceux que nous propose Macron qui nous prend pour des crétins baveux. Il s’agit de territoires ou les forces de l’ordre se replient devant des bandes de voyous. Il s’agit de territoires ou des pauvres types dont le QI doit se hisser péniblement à celui du rotweiler dressé à l’attaque, agressent y compris ceux qui viennent pour porter secours, pompiers, médecins, etc…
    L’Angleterre et la France paraissent décidément frappées du même mal, celui du déni, du reniement des valeurs qui ont fondé nos civilisations, se soumettant au pire. A témoins cette sordide affaire d’esclavage sexuel de jeunes anglaises par des pakistanais à qui aucune instance officielle, bien qu’informées, n’est venue en aide par crainte d’accusation de racisme. Lorsque des sociétés en sont arrivées à de tels renoncements de leurs valeurs on se demande si l’on n’a pas déjà dépassé ce qu’il y avait de pire dans les “heures les plus sombres”, la connaissance que des personnes sont prostituées de force, dégradées abimées à vie, que l’on savait, mais que l’on n’a rien fait par soumission à une idéologie totalement dévoyée, inhibant toutes les défenses des valeurs d’une civilisation si péniblement construites. Au milieu de la guerre, on n’a rien tenté pour libérer les camps de concentration parce que l’on ne savait pas et que même sachant, il existait un obstacle militaire incontournable. Et bien il existe en 2018 en Europe des endroits ou le pire est toléré alors que l’on a les moyens de l’éviter. Elles sont là les heures les plus sombres, pas ou Macron les voit.

    Répondre
  4. Gérard Pierre

    21 novembre 2018

    Moscovici, …… l’un de nos plus lamentables ministres de l’économie de la Vième république, …… ancien ‘’disciple‘’ de celui qu’on qualifia en son temps de « plus grand économiste de France », avant qu’il ne fasse l’économie d’un troussage fatal ! …… ce DSK qui n’a, à ma connaissance, jamais écrit le moindre traité d’économie et qui citait l’économie libyenne en exemple au tunisien Benali, …… Moscovici, donc dis-je, pérore sur ce qu’une mode en cours nomme populisme !

    Quand on fait la liste interminable de tout ce qu’ont raté les contempteurs dudit populisme, on se prend à penser que tous ces poissons pilotes de la mauvaise direction économique, sociale et politique nous désignent, par virage à 180°, la bonne à prendre ! ! !

    CHICHE ? …… Que risque-t-on de pire que ce que nous endurons sans interruption depuis l’ère Mitterrand ?…… Il n’est de meilleure vérification que celle effectuée par l’expérimentation !

    Répondre
  5. vozuti

    20 novembre 2018

    Moscovici aime l’invasion musulmane en cours,mais lorsqu’il croise des touristes allemands, il tremble en repensant à la courte invasion allemande qui date de près d’un siècle…et lorsqu’il croise des touristes suédois ,il nous fait un malaise en repensant aux invasions des vikings…mais ce qui lui fait le plus peur,c’est probablement lorsqu’il croise des français,puisque cela lui rappelle l’invasion de la gaulle par les francs.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)