Face à la submersion migratoire, l’exemple danois

Face à la submersion migratoire, l’exemple danois

Alors que le Royaume de Danemark prend depuis quelque temps un virage serré face à la submersion migratoire orchestrée et soutenue par l’Europe de Bruxelles, c’est un nouveau tournant qui se joue et qui pourrait bien être décisif dans la lutte contre l’immigration illégale.

En effet, alors que l’Union européenne est incapable de s’imposer face aux pays tiers qui rechignent ou qui refusent tout simplement le retour de leurs ressortissants qui sont entrés illégalement en Europe et qui ont été déboutés du droit d’asile; le Danemark, lui, obtient de certains pays tiers qu’ils accueillent et prennent en charge ses demandeurs d’asile.

En effet, dorénavant, lorsqu’un clandestin arrivera au Danemark, celui-ci, après quelques formalités administratives, sera placé dans un avion en direction d’un État d’Afrique qui traitera la demande d’asile et qui, si celle-ci est rejetée, prendra en charge l’expulsion du migrant.

En contrepartie, le Danemark fournira à l’État africain concerné une aide aux investissements, à la transition écologique ou au développement.

Si un État européen arrive, seul, à obtenir de tels accords avec des pays tiers, cela démontre bien la complicité et la culpabilité de Bruxelles dans le phénomène d’immigration de peuplement de l’Europe – prochainement accru grâce à son pacte sur l’asile et les migrations.

Seules les nations peuvent avoir la volonté et la capacité d’y remédier!

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • ELEVENTH Répondre

    L’idée danoise n’est pas mauvaise pour se débarrasser des indésirables clandestins;
    Mais, un pays comme le notre qui se voit refuser le retour de ses délinquants par le Mali, par exemple, pourrait, sans débourser un sou obtenir la même chose. Si le Mali veut jouer au bras de fer en nous tirant un bras d’honneur : retrait de notre armée de protection ( d’ailleurs critiquée par la populace malienne – qu’ils se démerdent seuls-) , plus d’aide financière ni assistance, plus de visa pour leurs étudiants et leurs doit disant « hommes d’affaires » dont nous n’avons que faire et enfin blocage des virements d’argent sens France-Mali. Que leurs maquereaux aillent exercer en Chine par exemple et nous allons bien rire.
    Nous verrons alors si les refus de retour tiennent longtemps.

    28/05/2021 à 0 h 18 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: