FIFA, mondialisme et scandales financiers

FIFA, mondialisme et scandales financiers

Le scoop, ce n’est pas que la FIFA soit corrompue ; on sait qu’elle l’est depuis 25 ans, comme le sont l’ONU, le comité olympique très probablement, et tant d’autres « ma­chins » internationaux.
Le scoop n’est pas non plus que le parquet américain ait lancé une poursuite contre les cadres internationaux de la FIFA.
Après tout, ceux-ci ont sollicité, et obtenu, de façon routinière, pots-de-vin, rétrocommissions, et autres avantages frauduleux en échange de droits de retransmission télévisée, de parrainages par les multinationales d’équipements sportifs, d’attributions des coupes du monde par des intermédiaires politiques influents à telles villes ou tels pays. Tout cela avec les inévitables opérations de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale vers des paradis fiscaux.

L’erreur fatale aurait été d’avoir oublié que le siège de la Concacaf (la FIFA dans l’hémisphère américain) est à Miami et d’avoir cru pouvoir se réfugier dans certaines banques américaines, « abusant ainsi des lois et du système financier américains », selon les termes employés.

Le scoop, c’est que ce soit l’Administration Obama qui ait déclenché l’affaire.
Remettons les choses en perspective.
Jusque dans les années 1970, les tournois de football étaient encore soumis à ce qui subsistait de la direction britannique coloniale, sans structure établie appelant tout naturellement la corruption.

Pas d’hystéries collectives, pas de grandes kermesses prenant le pas sur les choses sérieuses dans les journaux télévisés, pas de cachets exorbitants aux joueurs.
Puis, s’est instauré ce nouvel ordre footballistique mondial qui devrait plaire en tout à Obama : si post-colonial et si politiquement correct avec son idéologie de la redistribution (en théorie seulement) aux nations du 2e et 3e monde et son obsession de la « diversité », au point que les équipes dites « nationales » sont composées de joueurs de nations différentes, forum mondial à la Benetton, donc fièrement mondialiste.
Quels peuvent être les motifs d’Obama ?
Que l’argent de la fraude puisse échapper au fisc américain, et donc ne pas être dépensé par lui, pourrait lui importer. Ou bien chercherait-il à retarder encore les enquêtes sénatoriales multiples sur les scandales gravissimes qui marquent sa propre présidence ?

Rien de tout cela ne convainc. Et puis, comme le rappelle Rush Limbaugh, l’animateur de la plus célèbre des radios libres, « cette FIFA dont on se moque ici comme d’une gamelle de fayots est un ramassis de socialistes européens. C’est ça, le socialisme ; les gens ordinaires n’en tirent rien. Les chefs, eux, deviennent riches, parce que c’est la seule façon pour devenir riche que le système (socialiste) permette : piller et s’enrichir aux dépens des autres. » Et on ne fait pas plus socialiste qu’Oba­ma.
Pourrait-il encore lancer les médias sur cette affaire pour détourner l’attention des Clin­ton, ses héritiers présumés, qui sont étrangement liés à la FIFA, à Poutine, au Qatar (entre autres…), avec ce que Limbaugh appelle le « Syndicat du crime de la famille Clinton » ?

Car le scandale financier du siècle est là : l’enrichissement personnel par le trafic d’influence (passé, présent et futur) au plus haut niveau de l’État, par ce couple maléfique.
Il se pourrait bien aussi qu’Obama veuille attaquer indirectement ceux qui lui ont résisté, le rendant risible sur la scène internationale. Ainsi, Poutine, jouant l’éternel offensé, accuse ce président américain, qui lui laisse pourtant les coudées franches, « de vouloir étendre la juridiction des États-Unis au monde entier ».
Poutine n’a pas envie que l’on vienne voir de trop près comment Alexey Sorokin a fait triompher la candidature de la Russie pour le Mondial de 2018, mais il se trompe sur un point majeur : Obama se sert bien de la justice américaine, mais pas dans le but qu’il lui prête.

Obama se rôde, en réalité, à l’exercice (pour le moment impopulaire) d’une justice mondiale qui aurait préséance sur la justice américaine et qu’il se verrait bien présider depuis une tribune supranationale, après sa présidence américaine.
Ni la FIFA, ni nous, n’en avons fini avec Obama… À moins que les adorateurs du ballon rond n’en décident autrement.

Partager cette publication

(34) Commentaires

  • vozuti Répondre

    jaurès ,vous avez raison,j’ai vu sur internet qu’il existe un monde parallèle dans lequel les 10 meilleurs ont en moyenne 1 chance sur 3 de gagner et non 1 chance sur 10,dans lequel l’équipe de france de foot est arrivée en demi finale en 90,en 94,en 2002 et en 2010 pour ne pas faire mentir vos statistiques,alors que tout le monde pensait qu’elle avait perdu au premier tour ou avant le premier tour; et le plus incroyable,c’est que dans ce monde parallèle chirac était un président honnête qui n’aurait jamais acheté un match de foot,d’autant plus que le foot était le sport le plus propre de la planète contrairement au velo.
    merci beaucoup jaures,de m’avoir ouvert les yeux sur ces mondes parallèles qui nous entourent et qui sont d’une grande beauté.

    09/06/2015 à 22 h 48 min
  • vozuti Répondre

    jaurès,sur 21 coupes du monde de foot,le pays organisateur a atteint 17 fois les quart de finale.13 d’entre eux ont atteint la demi-finale,et 6 d’entre eux ont gagné le titre.
    donc,en gros, le pays organisateur à 60% de chances d’être dans les 4 premiers sur 32,et 30% de chances de gagner!
    Ce taux de réussite est statistiquement impossible,même pour de très bonnes équipes. par exemple,avant de gagner « à la maison » en 1998,l’équipe de france n’avait pas pu se placer parmi les 32 qualifiés ni en 1990 ni en 1994.
    jaurès,vous n’aimez pas le foot,pourquoi voulez vous masquer les magouilles évidentes qui sont partie intégrante du spectacle?……ah oui,la victoire « black-blanc-beur » de chirac,c’est sacré…

    08/06/2015 à 16 h 50 min
    • Jaures Répondre

      Je me fiche du foot comme spectacle mais son impact social ne peut laisser personne indifférent sachant tout ce que cela implique comme violence et régression morale.
      Votre démonstration serait convaincante si chaque pays organisait alternativement et de manière aléatoire cette compétition. Or, les infrastructures demandées exigent que cela soit un pays avec de larges moyens qui l’organise.
      De fait, organisateurs ou pas, ce sont toujours les mêmes pays qui gagnent et se retrouvent dans le dernier carré. Il peut y avoir des exceptions, comme c’est parfois une équipe de 2ème division qui gagne la coupe de France, mais cela reste des exceptions.
      En jetant un oeil sur internet, je vois que seuls 8 pays différents ont obtenu le titre, 12 ont accédé à la finale et 23 sont allés en demi-finale et ce en 20 éditions.

      08/06/2015 à 17 h 47 min
      • vozuti Répondre

        jaurès,il est normal en sport que les 20 meilleurs se partagent les placent d’honneurs.
        mais il est également fréquent pour les meilleurs de subir des défaites précoces car la forme et la chance ne sont pas toujours au rendez-vous.
        Ce qui cloche dans les résultats des coupes du monde,c’est que le pays organisateur ne subit pratiquement jamais de défaite précoce et que ses chances d’accéder aux places d’honneurs sont nettement plus importantes que lorsqu’il n’organise pas.
        Lorsqu’il y a des aberrations statistiques,vous pouvez être certain qu’il y a de la triche…mais si ça ne vous plait pas,je n’insiste pas.

        08/06/2015 à 18 h 51 min
        • Jaures Répondre

          Je ne dis pas que cela ne me plait pas mais que ce que vous dîtes n’est pas convainquant.
          Quand les pays organisateurs font partie des 7 ou 8 déjà vainqueurs de la coupe du monde, ils accèdent aux places d’honneur, ce qu’ils auraient probablement réussi en étant simples participants.
          Quand le pays organisateur est un second couteau, il ne fait pas plus de miracles que d’autres. L’Afrique du Sud ne passe pas le 1er tour, le Japon et les Etats-Unis perdent en 8ème…
          Il est arrivé, si j’en crois internet, que des équipes inattendues arrivent jusqu’en 1/4 mais pas plus une organisatrice (Corée) qu’une autre (Ghana).
          Et qu’une équipe à domicile soit au maximum de ses performances, n’est-ce pas courant au foot ?

          09/06/2015 à 10 h 11 min
          • vozuti

            jaurès : « Et qu’une équipe à domicile soit au maximum de ses performances, n’est-ce pas courant au foot ? »

            c’est l’argument qui est donné habituellement et qui peut se discuter. vous auriez dû utiliser tout de suite cet argument psychologique,au lieu de vouloir démontrer qu’il est statistiquement normal que l’organisateur ait 2 chance sur 3 de se retrouver en demi-finale,et 1 chance sur 3 de gagner (vous êtes vraiment un cancre en statistique!) .

            personnellement je pense que jouer à domicile apporte apporte autant de stress (peur de mal faire) que de motivation positive et que les bons résultats des équipes de foot à domicile s’expliquent plutôt par les petits arrangements entre dirigeants de club.

            09/06/2015 à 15 h 07 min
          • Jaures

            Apparemment votre argument n’est pas partagé par les sportifs eux-mêmes tant ils semblent satisfaits de jouer un match plutôt à domicile. Mais, c’est exact que cela ne joue que pour deux équipes d’un niveau proche.
            Et c’est là que votre raisonnement est déficient.
            Car vos statistiques ne se font pas sur l’ensemble des pays mais, pour l’essentiel, sur les quelques équipes déjà susceptibles de gagner la coupe.
            Organisez la compétition en évitant Brésil, Italie, Allemagne et Argentine et en choisissant l’organisateur au hasard parmi les participants et vos statistiques voleront en éclat: les vainqueurs se trouveront toujours parmi les 7 ou 8 pays habituels, organisateurs ou pas.
            De temps à autre, comme c’est déjà le cas régulièrement, une surprise se glissera en 1/4 de finale mais pour l’essentiel le palmarès n’évoluera guère.
            Tout cela pour vous dire qu’une statistique basée sur des données limitées n’a qu’une signification limitée.

            09/06/2015 à 15 h 51 min
          • vozuti

            ok jaurès,appliquons votre raisonnement pour d’autres sports:
            la france fait partie des 7 ou 8 meilleurs nations en tennis et en velo,c’est pourquoi elle organise roland garros et le tour de france.il est donc logique qu’un français gagne roland garros tous les 3 ans,et qu’un français gagne le tour de france une fois sur 3………ohhhhhh,ça marche pas………pas de panique,les statistiques jauressiennes sont sélectives,elles ne fonctionnent que pour le foot.

            09/06/2015 à 16 h 20 min
          • Jaures

            Laissons de côté le cyclisme complètement perverti par le dopage. Tous les gagnants des 15 ou 20 dernières années étaient chargés. Comment pouvez-vous avancer des statistiques sur de telles bases (sauf peut-être sur la meilleure nation pour la mise au point des produits et la corruption) ?
            Ensuite, le tennis est un sport individuel. Vous pouvez avoir 20 bons joueurs Français, si le meilleur est croate, c’est lui qui remportera les titres. Cela ne se vérifie pas avec un sport d’équipe.
            De fait, si je suis bien informé, le meilleur Français est classé 14ème, les chances de gagner sont donc bien faibles. Quand Noah a gagné Roland Garros, il était dans les 5 meilleurs mondiaux.
            Si vous établissez des statistiques, vous verrez que pour gagner un titre, il importe déjà de figurer dans le Top 10.
            Dés lors, vous verrez que cela correspond aux résultats du foot: je ne crois pas qu’une équipe soit devenue championne sans figurer parmi les 10 meilleures du monde avant la compétition, organisatrice ou non.

            09/06/2015 à 21 h 37 min
  • vozuti Répondre

    Glassman,le joueur qui avait dénoncé la corruption lors du match VA-OM a dû abandonner sa carrière après ses révélations.
    Le fait qu’aucun club de première et de deuxième division ne peut accepter un joueur honnête dans son équipe démontre clairement que les matchs truqués sont la règle et non l’exception dans le foot français.
    Il est donc logique de penser que les états ne payent pas seulement pour organiser les championnats mais aussi pour s’assurer la victoire.
    Le package organisation+victoire a semble-t-il été vendu assez souvent.
    Il serait vraiment étonnant que la victoire politique de chirac en 98 avec son équipe « black-blanc-beur » soit due au hasard.

    07/06/2015 à 2 h 58 min
    • Jaures Répondre

      Apparemment, la recette n’a fonctionné qu’une fois.
      Et le Brésil n’a probablement pas eu les moyens de payer à la fois l’organisation et la victoire de la récente coupe du monde.

      07/06/2015 à 18 h 55 min
      • vozuti Répondre

        vous trouvez logique que l’équipe du pays organisateur arrive presque toujours au moins en demi-finale?
        statistiquement ce serait impossible s’il n’y avait pas des arrangements préalables.

        08/06/2015 à 3 h 13 min
        • Jaures Répondre

          Je ne suis pas un spécialiste mais bien souvent les pays organisateurs figurent parmi les grosses nations de football. Qu’elles atteignent les demi-finales est donc logique.
          Quand ce n’est pas le cas, les pays organisateurs passent à la trappe.
          L’Afrique du Sud, pays organisateur en 2010, a été éliminée au 1er tour et il y a d’autres exemples de pays organisateurs qui n’ont pas passés les 1/4 de finale.
          N’essayez pas de plier la réalité à vos opinions.

          08/06/2015 à 11 h 31 min
          • vozuti

            L’Afrique du Sud est le seul pays organisateur qui n’a pas atteint les huitièmes de final,dans toute l’histoire de la coupe du monde!
            jaurès,vous basez tout votre raisonnement sur une exception…et c’est moi qui tord les faits!

            08/06/2015 à 15 h 06 min
          • Jaures

            Vous réduisez vos ambitions, Vozuti.
            Un post plus haut vous affirmiez que le pays organisateur « atteint presque toujours les demi-finales ».
            Maintenant vous vous contentez des huitièmes.
            En fait, l’équipe atteint le niveau qu’elle a. Je ne crois pas qu’on ait trouvé dans le dernier carré une équipe autre qu’européenne ou sud américaine c’est à dire figurant parmi les 10 meilleures du monde.
            Je m’adresse là aux spécialistes.

            08/06/2015 à 15 h 38 min
  • ghpelissier03599600 Répondre

    Ce n’est pas l’appât du gain qui excite le compétiteur, c’est celui de l’organisateur qui multiplie dans tous les sports les compétitions et robotise les participants. Comment s’opposer à un contrat quand il faut à la fois s’engager dans le Tour de France, la Vuelta et le Giro sans passer par la dope? Il n’y a pas photo entre l’effort fourni par un boxeur en 15 rounds et un cycliste sur trois tours, même si le premier est interrompu par un KO technique et le second par une chute au cours d’un sprint final. La sublimation du dopage finira par aboutir au clônage… Bistouille Poirot
    Il faut pour le premier satisfaire aux droits de retransmission et le second à la caravane publicitaire qui passe toujours le fil avant lui.

    04/06/2015 à 10 h 43 min
  • druant philippe Répondre

    @QC :

    notre socialo de service se montrerait -il mé^prisant à l’ égard de cyclistes qu’ on associe au monde ouvrier en suggérant qu’ aucun cycliste ne pourrait avoir fait des études poussées en plus du cyclisme .
    Socialos = charlots !

    03/06/2015 à 18 h 36 min
    • Jaures Répondre

      Vous écrivez n’importe quoi. Il y a des sections cyclisme, football ou athlétisme à polytechnique. Le sport amateur est tout à fait louable, quel qu’il soit.
      Ce sont les dérives professionnelles qui engendrent les perversions actuelles en raison des sommes invraisemblables en jeu.

      04/06/2015 à 8 h 54 min
  • druant philippe Répondre

    géomètre : Di Luca (carrière arrêtée en 2010 , je crois)
    ingénieur : Hennie Kuiper (champion dans les années 90)

    03/06/2015 à 18 h 21 min
    • Jaures Répondre

      Pouvez-vous me donner vos sources.
      Je suis béotien en cyclisme et je n’ai trouvé aucun lien sur Hennie Kuiper qui décrive son parcours scolaire.

      04/06/2015 à 8 h 59 min
    • Jaures Répondre

      Rien non plus sur les études de géomètre de Danilo Di Luca (par contre s’il a « arrêté sa carrière » c’est parce qu’il a été suspendu à vie pour dopage).
      Où diable avez-vous pris vos informations ??

      04/06/2015 à 15 h 13 min
  • druant philippe Répondre

    Encore une chose , le cyclisme inclut rarement des primates notoires comme dans le football : ce sport nécessite une certaine dose d’ intelligence tactique .
    Vous y trouverez des ingénieurs , kinés , étudiants en médecine , géomètres , …

    03/06/2015 à 16 h 52 min
    • Jaures Répondre

      Connaissez-vous un seul champion de cyclisme ingénieur ou géomètre ?

      03/06/2015 à 17 h 53 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        qui vous parle de  » ça  » ? vous n’ êtes bien qu’ un ado teigneux et stupide perpétuellement à la recherche de la contradiction, cherchant des poux en dehors des propos tenus et quand bien même on approuve les vôtres ! … @Jacky itou : lui un parano scato, vous un parano pleurnichard !

        si les  » 4V²  » venaient à disparaître ce qui arrivera un jour ou l’ autre que deviendrez vous ? vous n’ auriez plus de  » travail  » ?

        03/06/2015 à 18 h 25 min
      • Jacky Social Répondre

        Voici ma reponse:
        1) Le KKK est de gauche ! Comment pouvez-vous avancer pareilles inepties ! Le KKK est-il pour le partage équitable des richesses ? La laïcité ? L’égalité des chances ?
        A-t-il pour slogan « Américains, immigrés mêmes patrons même combat ! » ?
        -Le KKK est une emanation du DNC, parti de la gauche americaine. C’est un movement anti-Semite, anti-catholique, supremaciste et surtout etatiste. en cela, c’est un parti de gauche qui est socialiste a sa maniere. Le KKK ne defend ni les libertes, ni la libre entreprise.
        2) Sur Reagan, il vous faut être cohérent. Durant son mandat, il a multiplié le déficit budgétaire par plus de 2,5 allant jusqu’à 6% du PIB. C’est là une politique keynésienne type.econ a dnner aux USA.
        -Ron regan n’a pas mene de politique keynesienne. Ce dont vous parlez, ce sont les depenses militaires.
        3) Or, vous avez classé Keynes parmi les socialistes (même si celui-ci n’avait pas de mots assez durs sur le socialisme), voire les nazis.
        -Le keynesianisme est une politique etatiste adoree par les socialistes qui aiment tellement tout contrôler et surtout tout subsidier. Keynes est socialiste d’office.
        4) Enfin, sachant que plus de 50 millions de lettres de dénonciation ont été envoyées durant l’occupation, la proportion de Français ayant eu un parent plus ou moins collaborationniste est fort élevée.
        -Interessant, Jaures. Donc votre famille est donc bien dans le moule ational-socialiste. On s’en doutait. Et vous, vous vous etes donc rachete une « bonne conscience ». Nous ne l’oublierons, cela vous sera rappele regulierement.
        5) Mais sans doute moins que le nombre d’Allemands ayant eu un parent nazi. Quelle conclusion en tirez-vous ?
        – L’Allemagne était le pays du national-socialisme et devenu dictature. La France, la grrrrrande democrassie, hein ? L’Allemagne d’aujourd’hui est bien plus libre que la France.

        03/06/2015 à 20 h 22 min
  • druant philippe Répondre

    @QC :

    impossible de monter de tels obstacles sans un apport extérieur tant l’ effort est terrible (EPO , transfusion sanguine , AICAR , cocaine,…) , je ne dis pas le contraire mais même avec ces dopants la performance athlétique est formidable !
    Pour avoir escaladé moi-même à velo (becane routière) le Galibier / Telegraphe / Izoard / Granon / Agnel , je suis pourtant admiratif de leurs efforts .

    03/06/2015 à 16 h 49 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Oh vous savez dès qu’ on  » s’ intéresse  » à ces  » machins  » on y trouvera toujours des… cloportes ! … prenez par exemple la Croix Rouge ( française ) c’ est le modèle même de l’ opacité du  » fonctionnement  » …

    03/06/2015 à 16 h 32 min
  • druant philippe Répondre

    Vous voyez , Jaures, quand vous le voulez , vous pouvez écrire des commentaires sensés .
    Le crétinisme en matière sportive est proprement hallucinant !
    Le seul sport qui mérite le respect vu son extrème dureté est le cyclisme et cela malgré les nombreux scandales (depuis l’ époque d’ Anquetil) qui ont terni gravement son image .
    Monter des cols comme le Mortirolo , le Zoncolan , le Gavia ou le mont Ventoux demande déjà une débauche d’ énergie énorme , que dire alors des kms additionnels à ces cols .

    03/06/2015 à 12 h 15 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      mes préférences personnelles vont à l’ aviron et au ski nordique … si vous connaissez un seul coureur cycliste connu qui ne se soit jamais  » poudré  » les narines ( peut être Poulidor ) dites le nous !

      03/06/2015 à 16 h 36 min
  • Jaures Répondre

    Tout le monde sait que le foot est gangréné par la corruption comme le cyclisme par le dopage mais à qui la faute ?
    Coluche le disait concernant les tubes ineptes qui nous harcèlent sur toutes les ondes: « il suffirait que les gens ne les achètent pas pour que cela ne se vendent plus; »
    Tant qu’il y aura des dizaines de milliers de supporters pour admirer des sportifs millionnaires décérébrés et insulter les arbitres.
    Tant qu’il y aura des téléspectateurs hypnotisés devant leur écran par les exploits insignifiants de leurs pathétiques idoles.
    Tant que tout ce monde sera prêt à perdre son argent en places en tribunes, maillots, déplacements, abonnements aux chaines sportives, etc…nous assisterons à ces mêmes navrantes affaires et nous verrons se perdre des centaines de millions dans des stades inutiles quand au même moment on veut faire supporter au personnel de santé des économies sur les hôpitaux.

    03/06/2015 à 11 h 55 min
    • Jacky Social Répondre

      Comme tout ce qui est subsidie comme les syndicats, c’est evidemment corrompu. Bien sur avec l’argent vole aux autres.

      06/06/2015 à 10 h 18 min
  • ghpelissier03599600 Répondre

    Je joue dans le seul club de curling de mon quartier et à chaque entraînement nous nous cotisons pour geler le terrain que nos palets empruntent. Parrainages, rétrocommissions, blanchiment, évasion fiscale, je croyais le sport épargné mais comme le foot en est sorti, plus rien ne m’étonne.
    Bistouille Poirot

    03/06/2015 à 11 h 28 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      vous avez été trop longtemps éloigné de l’ homo sapiens !

      03/06/2015 à 16 h 38 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        je voulais dire de l’ homo …. economicus !

        03/06/2015 à 16 h 42 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *