Gaza : victoire d’un Hamas dopé au fanatisme religieux

Posté le juin 20, 2007, 12:00
4 mins

L’évolution des territoires palestiniens préfigure celle du monde musulman, où s’affrontent les courants laïc et théocratique. La force islamiste montante, le Hamas, s’oppose au Fatah, à dominante laïque, qui contrôle l’Autorité palestinienne. Début 2006, le Hamas gagna les législatives.
Sa tête de liste, Ismaël Haniyeh, devint Premier ministre. Entre Hamas et Fatah, la tension est montée. À Gaza, le Hamas déchaîna ses miliciens, se rendant maître de ce territoire et le soustrayant à l’Autorité palestinienne. Inefficace et corrompu, le Fatah a été écrasé par un Hamas dopé au fanatisme religieux. Cela augure mal de l’avenir des régimes peu ou prou laïcs des pays musulmans.

D’autres guerres, moins médiatisées, font rage. C’est depuis peu que les médias s’intéressent aux janjawids. Ces milices islamistes arabisées et nomades armées par le gouvernement soudanais, massacrent les agriculteurs – musulmans eux aussi – du Darfour, à l’ouest du Soudan : 200 000 morts, deux millions de déplacés. Ce conflit, apparu en 2003, a succédé à celui qui, pendant 20 ans, mit Khartoum aux prises avec les chrétiens martyrisés du sud (2 millions de morts). Les 7 000 soldats de l’Union africaine (UA) déployés au Darfour depuis 2004 sont incapables de protéger les civils. Khartoum a fini par accepter une force hybride ONU/UA. Reste à obtenir l’aval de dirigeants africains tétanisés.
Le 25 juin, Paris accueillera une conférence internationale, boycottée par Khartoum. La venue du ministre chinois des Affaires étrangères y est espérée : la Chine est très présente au Soudan, pour le pétrole…

Le conflit du Darfour menace le Tchad et la République centrafricaine voisins. La France a installé un pont aérien dans l’est du Tchad, pour secourir 230 000 réfugiés soudanais et plus de 160 000 Tchadiens déplacés par les raids transfrontaliers des janjawids. Le président tchadien Idriss Deby a accepté l’idée d’une présence militaire internationale dans son pays.

En Somalie, les « Tribunaux islamiques », arrivés au pouvoir en juin dernier, furent chassés par l’armée éthiopienne – chrétienne – à la fin de l’année. En janvier dernier, l’UA envoya 8 000 hommes. Et les forces spéciales américaines y combattent une guérilla islamiste renaissante.
Le gouvernement du Yémen lutte contre des mouvements rebelles islamistes, en particulier les « Jeunes Croyants ».
Un cas exceptionnel : la Tchétchénie, dont les terroristes islamistes ont été entièrement neutralisés par les Russes.

6 réponses à l'article : Gaza : victoire d’un Hamas dopé au fanatisme religieux

  1. Mossad

    25/06/2007

    J’adore voir les commentaires haineux des fnistes qui sont jaloux d’un petit pays et d’un petit peuple qui fait mieux qu’eux et qui sont dépités que les arabes n’aient pas résolu la "question" juive à leur place.

    Leur problème est surtout que ce qui vient de se passer peut très bien arriver en France d’ici quelques décennies et que ces losers savent au fond très bien qu’ils se feront battre car en dehors de mouvements de menton, ils ne savent pas faire grand chose. La preuve, ils se sont fait défoncer aux dernières élections et ils n’ont pas fini de s’effondrer.

    Encore un complot du Mossad et de la CIA.

    Répondre
  2. R. Ed.

    24/06/2007

    Les attentats du 11 novembre sont dus au Mossad  et au gouvernement américain ?

    Non, ce n’est vrai, c’est la  "Piscine" sous les ordres de J. Chirac qui en est l’auteur. (pour  Arthur-Fox à poil dur, la Piscine est le surnom des services secrets francarabiens)

    Il paraît même que les services secrets monégasques ( SSDLPDM) seraient aussi impliqués, quoique Steph de Monac’ aie opposé un violent démenti à ces accusations.

     

    (P.S : SSDLPDM = Services Secrets de la Principauté de Monaco, ndlr))

    Répondre
  3. Arthur Gohin

    22/06/2007

    Je compare moi aussi la situation en Tchétchénie avec celle de la palestine, mais pas de la même façon que Jean Rouxel. Pour moi le terrorisme russe à écrasé la population tchétchène, et le terrorime Israélien à écrasé la population palestinienne.
    Contrairement au Fatah le Hamas ne reconnait pas l’état d’Israël, et moi non plus. Je ne vois pas comment je reconnaîtrais une invasion raciste qui n’a aucune envie de changer de mentalité vu que sa bible lui enseigne depuis plus de 3000 ans qu’elle est raciste de droit et de devoir divin.
    Ceux qui prennent le soin de se renseigner savent que les attentats du 11 septembre sont l’oeuvre du gouvernement américain et du Mossad, et que les islamistes n’ont pas joué beaucoup plus que le rôle de lampistes dans cette affaire, et que la situation n’est pas très différente en ce qui concerne les attentats qui transforment actuellement l’Irak en enfer.
    Soin que très peu prennent.
    Ce qui ne veut évidemment pas dire que je cautionne les massacres opérés par les musulmans.

    Répondre
  4. EIFF

    22/06/2007

    Dans une interview du 11 juin, au quotidien algérien “El Watan“, l’ambassadeur de France en Algérie, Bernard Bajolet, nous apprend qu’il y aurait 350 000 clandestins algériens sur notre territoire :

    Extrait : Evoquant la question des sans-papiers, il a précisé qu’environ 350 000 Algériens vivent actuellement en situation irrégulière en France. A propos de la circulation des personnes, M. Bajolet a formulé l’espoir que le gouvernement algérien fasse dans la réciprocité et délivre un peu plus de visas au profit des Français qui veulent venir en Algérie. “Les visas d’entrée en Algérie sont délivrés au compte-gouttes. Cela est parfois contraignant, sachant que de nombreuses personnalités et de hauts fonctionnaires sont souvent amenés à séjourner en Algérie dans le cadre de leurs activités.

    L’hebdomadaire de gauche, Marianne, reprend cette information dans son édition du 19 juin (p 26) en ajoutant qu’il y aurait donc environ 1 million de clandestins en France.

    Autre chiffre livré par le NouvelObs, “en 2005, l’immigration dite “de travail” a concerné 11.000 personnes, soit environ 6% des entrées d’étrangers en situation régulière.”

    Cela signifie qu’en 2005 il y a eu 184000 immigrés supplémentaires (11000/0,06) dont 175000 qui ne sont pas venus pour travailler !
    Si l’on ajoute les clandestins on obtient un chiffre “sympathique” pour un gouvernement de “droite” dans un pays, nous martèle-t-on à longueur de temps, où l’on a stoppé les flux migratoires depuis des années.

    Répondre
  5. FdG

    22/06/2007

    Le problème des palestiniens est d’ordre idéologique ! Lisez la charte du hamas ! tout autre discours n’est que foutage de gueule !

     

    Répondre
  6. Jean-Claude THIALET

    21/06/2007

    21/06/07    – "Les 4-Vérités"

    Je ne sais pas si, comme l’écrit si bien Jean ROUXEL, la situation dans les territoires (occupés ou non) palestinien préfigure celle du monde musulman. Mais puisque, on le sait, les mêmes causes attirent généralement les mêmes effets, il serait peut-être bon de se pencher sérieusement, et objectivement, sur les causes qui ont amené la situation dans laquelle se trouve aujourd’hui la Palestine.

    Il faudrait peut-être commencer par remonter à une quarantaine d’années, à l’époque de la Guerre des 6-jours, celle qui avait permis au   – encore jeune Etat d’ISRAËL –  d’étonner le monde (particulièrement la diaspora qui ne prenait pas trop au sérieux les "sabras")(1), mais aussi de frapper de stupeur les Etats arabes voisins. Et surtout, de s’emparer complètement de JERUSALEM, de la Cisjordanie, de la bande de Gaza, et du plateau du Golan. Oubliant que les Arabes humiliés n’auraient de cesse soit de récupérer les territoires occupés, soit de se venger par tous les moyens. A commencer par le terrorisme. D’autant que la résolution 242 de l’ONU qui, en 1967, avait réclamé la fin de "l’occupation militaire" , reste toujours à appliquer. Et quand j’aurais rappelé que la guerre des 6 jours, comme l’a démontré l’historien israëlien Illan PAPPE (cf. notamment son ouvrage "CLEANSING of PALESTINE° n’a été qu’un prétexte sous-tendu par un projet "d’expulsion des Palestiniens" qui était en gestation "dès 1930",. Il est clair que la situation dans cette partie du monde ne pouvait  – et ne peut – qu’être explovive. En ISRAËL et en PALESTINE, certes, mais partout dans le monde occidental où, par raison, par intérêt et/ou pour des raisons historiques, religieuses ou sentimentales, on défend le droii à l’existence de l’Etat d’ISRAËL.

    Mais sans remonter aux "calendes israëliennes", il faut avoir l’honnêteté de reconnaître que la montée en puissance du HAMAS face au FATAH est liée à la volonté américaine (américano-istaëlienne ?) d’imposer à la PALESTINE des élections "démocratiques". Sous prétexte que le FATAH n’était pas un parti démocratique. On en a vu les résultats : victoire imposante du HAMAS (une victoire que les Américains et les Israëliens devaient prévoir, tout comme ils connaissaient les "objectifs" du HAMAS!) sur le FATAH. Un HAMAS auquel, avec l’appui de son voisin israëlien, des ETATS-UNIS et de l’UNION EUROPEENNE (celle-ci une nouvelle fois à la remorque), le successeur d’ARAFAT à la tête du FATAH(2), s’est ingénié à refuser le pouvoir. Le poussant ainsi à la rebellion. Et à la guerre civile. Avant une prise titale du pouvoir …

    Et l’on peut penser que le "libération" et la "démocratisation" de l’IRAK (en attendant celle de l’IRAN) sont, en plus "grand" l’image de la sitation en Palestine. Comme cela se passera PARTOUT où la diplomatie américaine, et la CIA voudront se mêler d’imposer à des pays musulmans leurs idées en matière de gouvernance.

       Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) comme d’autres, à une autre époque, traitaient de façon méprisante les "Pieds-Noirs"

    (2) pas plus "démocrate" que son heureux rival !

    SOURCE A CONSULTER : < http://www.dissidentvoice.org >

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)