Hamas, Fatah et situation au Proche-Orient

Posté le 16 avril , 2008, 12:00
8 mins

La pression palestinienne à la frontière entre l’Égypte et la Bande de Gaza ne fait qu’empirer : 1,5 million d’Arabes ont fui l’incurie de la gestion de ce territoire de l’Autorité Palestinienne administré par le Hamas depuis son coup de force en juin 2007 face au Fatah de Mahmoud Abbas.

Le responsable du Fatah, en visite au Caire, a réitéré le 30 janvier dernier son refus de négocier avec le Hamas, si ce dernier n’acceptait pas les conditions avancées par l’Autorité palestinienne. C’est-à-dire entre autres, qu’il n’y aurait pas de négociations à moins que les responsables du Hamas ne « regrettent le coup d’État » et ne reconnaissent la légitimité internationale de Mahmoud Abbas. « Si ce n’est pas le cas, le dialogue avec eux n’aura aucun intérêt », a ajouté M. Abbas. Pour conclure le président de l’Autorité Palestinienne conditionne la reprise du dialogue avec le Hamas à deux éléments : il doit exprimer le regret d’avoir pris le contrôle de Gaza et ramener la situation au statu quo ante. Le Hamas refuse toujours ces conditions énumérées.

De facto en sécession, le Hamas est, de plus, en hostilité ouverte avec l’État hébreu qu’il bombarde régulièrement entraînant les ripostes légitimes de Jérusalem : éliminations de certains responsables et bouclage des frontières israélo-palestiniennes, cause invoquée de l’exode vers la République Arabe Unie (RAU). Quels constats et quelles conclusions peut-on tirer de cette situation ?

Le premier constat est l’incapacité du Hamas à gérer de façon cohérente ce fragment côtier de l’Autorité Palestinienne depuis l’élimination de la composante Fatah en juin 2007. Le Hamas s’était imposé par ses diatribes islamiques et la dénonciation légitime de la forte corruption qui touchait les dirigeants de l’Organisation Libération de la Palestine (OLP).
Mais la disparité entre le dénuement de la majorité des Gazaouis et l’opulence de la nomenklatura du Hamas n’en apparaît que plus choquante. Rien n’a changé depuis bientôt un an, et cette fuite organisée, résultat du blocus israélien, par le mouvement islamiste afin de faire monter la pression entre les protagonistes de la région ne semble qu’être un dérivatif en montrant l’État juif comme l’éternel ennemi du peuple palestinien… Vieille rhétorique, face visible d’une vision politique bornée et bloquée !

Le Caire, en première ligne ne peut rester indifférent à cet état de fait. Tolérant pour le moment, Hosni Mubarak, président égyptien doit lutter sur trois fronts. Contre sa population, largement favorable aux Palestiniens (rappelons que la Bande de Gaza était territoire égyptien avant juin 1967), contre les Frères Musulmans dont le Hamas en est une des émanations, et contre Israël avec qui la RAU est en paix depuis 1979.

En résumé, le Rais devra faire preuve d’équilibriste pour ne pas être dépassé par cette situation propice aux ambitions du Hamas. Fragilisant le régime de Hosni Mubarak : infiltration de terroristes en Égypte, augmentation des prix dans la mégapole cairote… Les marges du Caire sont étroites : répondre militairement à une prochaine invasion des « frères arabes » entraînerait sans doute un schisme entre l’opinion et le régime. Quant à laisser faire, au risque de se retrouver avec un abcès palestinien, comme la Jordanie avant 1970… Le Hamas et les islamistes de tout bord seraient ravis de s’emparer définitivement du Caire, bouleversant la donne géopolitique du Moyen-Orient, de la Méditerranée et, à terme, de l’Europe…

Autre protagoniste : la Cisjordanie du Fatah. Ne pouvant s’opposer militairement au Hamas, Ramallah ne peut compter que sur les bons offices de ses alliés arabes, aussi des États-Unis d’Amérique et, bien sûr, d’Israël. Il me semble qu’une bonne occasion s’offre ainsi pour le gouvernement hébreu de liquider la frange islamiste : partenaire objectif de M. Abbas, Ehoud Olmert peut nettoyer la Bande de Gaza et la remettre au Fatah…

Rappelons aussi que l’ambassade israélienne a été la cible d’attaques en Mauritanie le 1er février dernier. Or, l’assassinat en juin 1982 d’un attaché d’ambassade hébreu à Londres avait été le prétexte de l’Opération « Paix en Galilée » pour déloger l’OLP du Liban

Partager cet article sur Facebook

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

6 Commentaires sur : Hamas, Fatah et situation au Proche-Orient

  1. HansImSchnoggeLoch

    19 avril 2008

    Gérard Pierre a dit: <<« gens du voyage » n’en auraient chez nous à revendiquer la propriété de la terre de France. >>

    Malheureusement c’est déjà fait, toutes les communes de > 3000 habitants sont forcées par la loi Besson de leur mettre un terrain viabilisé à dispostion.  Et il y a des citoyens de condition très modeste qui doivent y contribuer.

    Répondre
  2. no.second.to

    18 avril 2008

    Mon petit popof

    Si vos petits camarades palestiniens vivent dans les conditions que vous et où ils aiment se faire voir,ils ne peuvent que s’ en prndre aux dirigeants arabes qui en 1948 avaient demandé aux arabes vivant en Galaié et Judée Samarie de quitter leurs domiciles pour mieux rejeter les juifs à la mer, mal leurs en pris car l’ armée du jeune etat d’ Israël les a humiliés.Enfin, les pays arabes ont assez de place chez eux pour les loger dans leurs territoires puisqu’ ils les appellent leurs fréres.

    Les palestiniens sont le peuple qui vivent avec le pplus de subventions au Monde et tout cet argent pourquoi, pou enrichir leurs dirigeants, voir la fortune du vieil Arafat.

    Israël vivra en cette terre car les hébreux y sont présnet depuis bien plus longtemps que tous les autres peuples.

    Oncques ne faillit

    Répondre
  3. Gérard Pierre

    18 avril 2008
       Les Palestiniens sont à la Palestine ce que les « gens du voyage » sont à la Gaulle. Ils n’ont donc pas plus de légitimité à revendiquer la terre d’Israël que les « gens du voyage » n’en auraient chez nous à revendiquer la propriété de la terre de France.
     
       Ceux qui usurpent le titre de Palestinien n’ont aucune filiation avec les philistins qui étaient établis il y a plus de vingt siècles sur le territoire de l’actuelle bande de Gaza. Ce sont pour la plupart des descendants de Bédouins venus là à la fin du dix neuvième siècle et qui se sont sédentarisés. Ils se sont plus ou moins mélangés avec des colonisateurs de passage, Syriens, Ottomans ou autres parce qu’une religion commune favorisait cet amalgame. Il faut tout de même se souvenir que le plus Grand Inquisiteur contre le peuple Juif, sur la terre d’Israël, fut le grand mufti de Jérusalem, un dénommé Amin Al Husseini né en 1893 sous l’empire ottoman et lui-même officier dans l’armée ottomane durant le génocide arménien. Son neveu un dénommé Yasser Arafat (1), né en Egypte ! ! ! … commença à « travailler » avec lui dès l’âge de 17 ans. OLP, FATAH, HAMAS, ne sont que les masques différents d’une même réalité : ANEANTIR ISRAEL PAR TOUS LES MOYENS ! ………… Ce n’est pas parce qu’ils s’étripent entre eux, pour le moment, qu’il faut en conclure que l’un est plus fréquentable que l’autre. L’un est simplement plus praticien de la takia que l’autre.
     

     
    (1) Son patronyme exact est en réalité MOHAMMED ABDER RAUF ARAFAT AL KUDWA AL HUSSEINI . Le changement de nom (intentionnel ?) avait-il pour but de masquer la parenté ?…………… je vous laisse juges de la réponse.
    Répondre
  4. Gérard Pierre

    18 avril 2008

    Popof

    C’est quoi la marque de vos cigarettes ? ………… ce n’est pas dans le commerce que vous les trouvez ?

    Répondre
  5. popof

    17 avril 2008

    vous faites rire quand vous dites que le hamas serait ravi de rafler le caire comme si s’etait l’interet et le but du hamas…..le but du hamas c se debarrassé de l’occupation faire revenir les refugieé palestinien qui s’entasse dans les pays voisin et qui vivent dans des conditions aussi miserable que ceux de gaza ou autre….et recuperer leur etat palestinien independant rien rien de moins…..israel et une entité criminel et les etats occidentaux et etat arabes comrompu sont complice du genocide perpetrer la tumeur que et cette etat

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)