Il faut sortir de la CEDH !

Posté le mai 26, 2020, 11:20
4 mins

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) coexiste avec la Cour de Justice européenne à Strasbourg.

Si l’existence de la seconde se justifie dans une instance internationale structurée avec des règles communes précises, il n’en est pas de même de la première.

La CEDH n’est pas une émanation de l’UE en tant que telle.

Elle se réfère à la Déclaration universelle des droits de l’homme, proclamée par l’Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948.

Le pouvoir de ses juges est immense car son action prend la forme vague de défense des droits de l’homme, des libertés, de la lutte contre le réchauffement climatique, des lois de bioéthique, etc.

Dans les faits, elle défend la mondialisation, l’abolition des frontières, l’immigration, l’euthanasie, l’avortement, les LGBT, la légalisation de la drogue, la notion de blasphème, etc.

Elle se compose de 47 États membres.

On y retrouve tous les pays de l’UE, mais aussi 20 autres pays dont certains à la légitimité douteuse, soit en raison de leur implantation géographique extra-européenne (Azerbaïdjan, Turquie, Géorgie, Ukraine), soit en raison de leur taille lilliputienne (San Marin, Liechtenstein, Andorre), soit en raison de leur appréciation approximative de la démocratie (Monténégro, Moldavie, Turquie, Azerbaïdjan), soit un cocktail de tout cela.

Il y a un juge par État, quelle que soit sa taille ou sa population.

La CEDH est efficacement noy­autée par des associations liées financièrement ou idéologiquement à l’« Open Society Foundation » (OSF) du milliardaire mondialiste Soros qui manipule directement ou indirectement nombre de ses juges issus de diverses ONG, dont 7 ou 8 majeures lui sont inféodées.

La cour peut être saisie par presque n’importe qui, n’importe quel organisme ou association, n’importe quel État ou groupe de pression – dont les ONG, qui ne s’en font pas faute, très souvent avec succès.

Et ce n’est pas qu’une réunion de philosophes et d’idéalistes discourant sur les moyens de parvenir à un monde paradisiaque.

Elle prend des décisions, en se référant donc à des textes imprécis, sujets à interprétation.

C’est presque une cour suprême. En près d’un demi-siècle, la juridiction a rendu plus de 10 000 arrêts.

Ses décisions, qui font souvent jurisprudence, sont obligatoires et les États concernés sont conduits à modifier leur législation ou leur pratique administrative pour s’y conformer.

La France y obéit. Donc, parfois, nous obéissons à des décisions influencées par la Turquie ou l’Azerbaïdjan.

La CEDH n’est pas représentative, mais a un pouvoir quasi discrétionnaire sur les pays constituant l’UE.

C’est un obstacle considérable à la mise sur pied d’une politique identitaire et migratoire efficace.

L’Europe doit s’en débarrasser ou nous devons la quitter.

C’est impératif.

Qu’on ne dise pas que ce retrait est impossible. La France n’a signé son adhésion qu’en 1974 et n’a autorisé ses résidents à y faire appel qu’en 1981.

Un retour en arrière est donc possible.

6 réponses à l'article : Il faut sortir de la CEDH !

  1. Gérard Pierre

    28/05/2020

    Ce n’est pas la C.D.E.H. qu’il faut quitter, mais tout le « bidule bruxellois » elliptiquement baptisé EUROPE ! … comme l’a fait la Grande Bretagne, … et en revenir à des relations bilatérales avec des États un peu fréquentables.

    Avant Soros, il y d’abord eu Davignon qui lui a préparé le terrain ! …… On l’a un peu oublié celui-là ! (mais pas moi, j’ai de bonnes raisons pour ça !)

    … et tant pis pour l’€uro et tous ses prétendus avantages tant loués avant son instauration et bien oubliés depuis !

    Charbonnier doit rester maître chez lui !

    Répondre
    • Gérard Pierre

      28/05/2020

      C.E.D.H. …… I’m sorry !

      Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    28/05/2020

    il faut être conséquent : peut être aurez un jour besoin de la C.E.D.H. lorsqu’ on vous aura rogné votre dernière liberté

    bien sûr, en tant que citoyen, je préférerais vivre en … Angleterre ou dans un pays scandinave car je m’ y sentirais plus … libre

    Répondre
    • OMER DOUILLE

      30/05/2020

      Vous semblez compter sur la CEDH pour garantir vos libertés ? A lire l’article, nous avons plutot l’impression de la dite CEDH nous en envèle des libertés. Y compris en faisant en sorte de donner à d’autres des avantages immérités, à notre détriment. De plus les injonctions à l’effet quasi obligatoire d’une institution que nous n’avons pas élue me semblent inacceptables.
      C’est un comme les « droits » sans contreparties accordés à des auto invités, alors qu’ils sont refusés ou réduits à d’autres.
      Mais, il est clair sur certains doivent apprécier, particulièrement quand ils en profitent.

      Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    27/05/2020

    je suis allé à l’ instant sur le site du  » Figaro  » pour lire les commentaires sur le jugement en appel des époux Balkany

    on Y signale à la fois qu’ il n’ y a aucun commentaire et qu’ il y a cependant déjà plus de 130 commentaires lesquels ne sont pas lisibles sur le site !

    y aurait il une purge des commentaires en raison de l’ origine des deux condamnés ?

    Répondre
  4. ELEVENTH

    27/05/2020

    Il serait intéressant de connaitre le ou les noms des inconscients qui nous ont fait adhérer à ce « machin ». Ou, au moins, qui a fortement influencé les autres pour y parvenir. En effet, selon les explications données dans cet article, cela revient à donner un chèque en blanc à un parfait inconnu. Dans d’autres circonstances cela pourrait s’appeler de la trahison pure et simple.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)