Ingérence Libyenne

Ingérence Libyenne

Le gouvernement a justifié l’intervention militaire de notre pays en Libye par la nécessité de s’interposer entre les pro et les anti-Kadhafi afin de protéger les populations civiles menacées par ce conflit armé.

Cet alibi est une ficelle un peu grosse qui ne convaincra que les plus crédules, car il est bien évident que la motivation de cette intervention est ailleurs, la preuve en étant que notre pays a délibérément choisi l’un des deux camps et que la mission qu’il s’est fixée est d’anéantir le pouvoir en place au profit de la rébellion, croyant sans doute, naïvement, que cette posture sera de nature à engager ce pays vers un processus démocratique…

Lorsque le chef de l’État français reçoit en grandes pompes et à plusieurs reprises les représentants fantoches d’un pouvoir auto-proclamé qui n’a aucune légitimité en dehors de celle qu’il s’est lui-même octroyée, en promettant d’augmenter sa pression militaire sur les forces loyalistes, notre pays fait preuve d’une ingérence qui n’a rien à voir avec un quelconque souci humanitaire, mais bien d’une volonté affichée de destituer le colonel Kadhafi.

Sur le modèle du Kosovo

Contre toute attente, celui-ci résiste depuis des semaines à une coalition puissamment armée, ce qui prouve qu’il n’est pas seul, qu’une partie non négligeable de la population lui reste fidèle, et qu’il ne s’agit donc pas d’un despote isolé, abandonné, trahi par son entourage et par son peuple, mais au contraire d’un chef adulé qui conserve de nombreux partisans.

Quelle que soit l’issue du conflit, il faudra bien admettre que ce pays sera coupé en deux, et que les rivalités entre pro et anti continueront à opposer la population, dans un schéma assez voisin de celui du Kosovo où règne désormais et pour une durée indéterminée une farouche hostilité entre Serbes et Kosovars, pays qui doit désormais être encadrée par une force d’interposition étrangère, ce qui sera sans doute le cas demain en Libye.

Rien n’indique que la France ait fait le bon choix en optant pour le soutien aux insurgés, allant au-delà de la mission humanitaire initialement annoncée, car le départ du colonel Kadhafi ne signifiera pas pour autant un retour au calme et à la paix dans cette région du monde, peut être débarrassée d’un dictateur, mais livrée au chaos.

Partager cette publication

Commentaires (5)

  • vozuti Répondre

    depuis quelques années  kadhafi  était notre allié contre les islamistes.                 à peine nommé, juppé a décidé de renverser cet allié pour le remplacer par un représentant des tribus de benghazi infestées de terroristes d’alqaida.                             les médias français unanimes ont traité bush d’idiot pour avoir voulu installer par la force la démocratie en iraq et les meme médias avec la meme unanimité louent l’intelligence de juppé qui cherche à installer par la force les islamistes au pouvoir en libye:                     une preuve de plus que le seul role des médias français est de dégeuler de la propagande pourrie pour faire élire les tordus de l’UMPS.

    14/06/2011 à 2 h 08 min
  • ozone Répondre

    Combien de millions en munitions sont déja partis sur des cibles leurres,vehicules hors service ou autre.

    ça fait cher la tonne de férraille

    13/06/2011 à 21 h 44 min
  • Anonyme Répondre

    Pierre :" Qu’est qu’on allait faire dans cette galère…"
    –        Régler qqs vieux comptes, comme UTA 772, par exemple.
    Bon, évidemment, il y en aura toujours qui ne se battront jamais, qui vont tendre l’autre joue, puis présenter leurs fesses, puis offrir leur femme…  Et ensuite, ils vont venir fierement raconter ca sur le forum. Bravo.

    Best,

    Mancney

    13/06/2011 à 21 h 25 min
  • Pierre Répondre

    La plus grande armada du Monde -l’OTAN – n’arrive même pas après plusieurs mois d’intervention , à venir à bout d’un tout petit pays ! Heureusement le ridicule ne tue pas. Mais c’est tout simplement parce que Monsieur kadhafi dispose d’au moins la moitié sinon beaucoup plus de la population qui lui est favorable. Démocratie française ??? Qu’est qu’on allait faire dans cette galère… et qui paie sinon les contribuables français qui croulent déjà sous une imposition considérable, sans doute la plus lourde au Monde. La dette nécessaire à cette intervention n’a pas fini de se gonfler. Et Sarkosy partira en laissant l’ardoise… aux français ! Au fait, mais qu’est-ce qu’on attend pour intervenir en Syrie ou au Yémen ? La vie d’un Syrien ne vaut-elle pas la vie d’un Libyen ?? Ah, elle est belle la France de Sarkhosy. Nous avons les meilleurs responsables politiques au Monde. Même pas un seul député pour dénoncer ce scandale !!

    13/06/2011 à 16 h 58 min
  • R. Ed. Répondre

    Aux dernières nouvelles, le dictateur n’est pas encore parti.

     Ce qui semble sûr, c’est que bientôt il y aura un deuxième dictateur en Lybie, Allah, représenté par un ou plusieurs de ses curés.

    13/06/2011 à 12 h 55 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: