Iran : trente ans de malheur

Posté le février 10, 2009, 12:00
8 mins

Mille et une vies Fereydoun HoveydaVoici quelques jours, la république islamique d’Iran a atteint l’âge de trente ans. Triste anniversaire. Trente ans de malheur pour le peuple iranien qui l’a, pour partie, bien cherché, mais qui a eu largement le temps de le regretter. Trente ans de malheur pour le reste du monde surtout, puisque l’Iran est devenu assez vite le principal financier planétaire du terrorisme et de l’islam radical.

Ayant beaucoup voyagé au Proche-Orient et en Asie, je me souviens, pour m’y être rendu, de l’Iran d’avant Khomeyni. L’essor économique était rapide, les espoirs d’une élite occidentalisée étaient grands. Le régime du shah était autoritaire, mais la propagande des religieux obscurantistes, disant aux illettrés dans les campagnes que leurs filles, dans les grandes villes, vivaient comme des prostituées occidentales, circulait.
Des intellectuels rêvaient de marxisme. Comme dans tous les pays passant du sous-développement au développement, les écarts étaient grands entre le monde rural encore pauvre et la richesse des beaux quartiers de Téhéran.

J’ai connu à l’époque une élite perse, faite de gens qui représentaient le meilleur espoir de modernité pour le monde musulman. L’un des hommes les plus remarquables avec qui j’ai noué des liens d’amitié s’appelait Fereydoun Hoveyda. Son frère Amir Abbas avait été Premier ministre du shah, lui était ambassadeur de son pays à New York. J’ai tiré de nos conversations un livre paru l’an dernier que j’ai appelé « Mille et une vies », parce que Fereydoun me semblait avoir vécu effectivement mille et une vies, et je porte encore intérieurement le deuil de sa disparition voici un peu plus d’un an.

Ayant de la mémoire, je me souviens des réactions imbéciles à Paris et dans l’ensemble du monde occidental au moment de la chute du shah, des insultes à son égard, de l’ostracisme subi en Europe par ceux qui étaient issus de l’ancien régime. Je me souviens de l’enthousiasme des gens de gauche et de certains articles idolâtres concernant les ayatollahs.

À un journaliste bien-pensant qui me parlait d’équivalent de 1789 en France, j’avais dit, alors, que quatre années seulement avaient séparé 1789 de 1793 et de la Terreur : j’avais péché par optimisme puisque la terreur est venue bien plus vite en Iran.
Je me souviens aussi du minable Jimmy Carter à cause de qui tout cela est arrivé, de la prise d’otages à l’ambassade des États-Unis à Téhéran, des bacchanales haineuses organisées par les « étudiants islamiques » et au cours desquelles on brûlait beaucoup de drapeaux américains. Je me souviens que, dès le moment où les États-Unis ont eu à nouveau un Président digne de ce nom, les otages ont été immédiatement relâchés, ce qui a montré que les fanatiques ne sont pas nécessairement suicidaires et savent avec qui ils peuvent dépasser la mesure et face à qui ils doivent se calmer.

Ronald Reagan a eu pour priorité la chute de l’empire soviétique et l’a effectivement fait tomber. Il a contribué à freiner les ardeurs bellicistes du khomeynisme en permettant à l’Irak de Saddam Hussein de ne pas s’effondrer : la chute de Saddam à l’époque eût été un désastre. Si les deux régimes s’étaient détruits mutuellement, c’eût été mieux encore. Ils se sont affaiblis mutuellement. Ensuite ? Il y a eu la politique cynique de Bush père, les hésitations et les cécités de Bill Clinton. La stratégie de George W. Bush consistait à asphyxier le régime, entre un Afghanistan plus libre et un Irak plus libre. La Russie, la Chine, l’Allemagne et la France ont tout fait pour que le pouvoir des mollahs survive.

L’Iran a créé le Hezbollah et se tient derrière le Hamas. La Russie lui donne les moyens de se nucléariser. Les dirigeants européens font ce qu’ils savent faire : parler. Les dirigeants américains de l’ère Obama se mettent à se comporter comme des Européens. Un seul pays peut freiner l’Iran : Israël. Il faut dire que, pour Israël, cela pourrait vite devenir une question de vie ou de mort et, fort heureusement, les Israéliens le savent.
Inutile de dire aux Européens qu’ils sont eux-mêmes menacés : l’Europe est d’ores et déjà largement soumise. Inutile de compter sur les États-Unis. Les trente ans de malheur pour le peuple iranien et pour ceux qui, sur la planète, sont attachés à la dignité et à la liberté de l’être humain, risquent de n’être qu’un prologue.

ACHETER AVEC AMAZON

13 réponses à l'article : Iran : trente ans de malheur

  1. Magny

    16/02/2009

    Une dictature éclairée est quand même une dictature , et elle n’éclaire que les soumis , c’est-à-dire les esprits les moins indépendants , les moins fiers .

    Les perses ont eu leur révolution , ils ont exulté en elle , ils ont eut leurs émigrés , comme nous avec notre révolution . Et si c’était seulement leur destin ? Prenons-les comme ils sont , informons-les des limites que nous n’accepterons pas de voir dépassées , et attendons de voir la roue de l’histoie tourner à nouveau …

    Répondre
  2. Jean-Clauder THIALET

    16/02/2009

    "Les-4-Vérités"    – 16 02 09

    Le "curieux" (au sens du mot bizarre) Jean-Claude THIALET, comme dit @Grepon-le-Texan répond à celui-ci, comme à @Florin : je suis d’accord, ce n’est pas parce qu’on a fait ami-ami avec Saddam HUSSEIN ou avec un autre que l’on ne doit pas, à un moment donné, changer de politique.

    Mais l’ennui, avec les Américains (au sens "gouvernemental" du mot, faut-il le rappeler ?), c’est qu’ils  ne cessent de retomber dans les mêmes erreurs. Ils "fabriquent" un dictateur  – en l’occurrence Saddam HUSSEIN – comme ils avaient fabriqué naguère HO CHI MINH, et un peu partout en Afrique ou en Amérique latine d’autres dicateurs sanglants (je ne ne pense pas au seul Fidel CASTRO), comme ils ont permis à KHOMEYNI et à sa clique de s’installer en IRAN, tout en contrinuant à donner des leçons de démocratie… A commencer envers ceux qu’ils ont aidé à  prendre le pouvoir sous prétexte que leurs "créatures" allaient précisément l’installer dans leur pays en chassant une dictature, un colonialisme, etc.. .En d’autres termes,les Gouvernements américains ont joué aux apprentis sorciers en oubliant que l’on ne dîne pas avec le diable même avec une grtande cuillère de bois…l 

    Alors pourquoi, la FRANCE, elle aussi, fidèle allié des ETATS-UNIS qu’elle a participé à "fabriquer" grâce à LOUIS XVI, La FAYETTE, et autres ROCHAMBEAU, sans passer pour autant dans le camp adverse, devrait-elle, elle aussi, "continuer à garder la même ligne politique pour l’éternité" (je vous cite, là, @Florin !) en s’alignant indéfiniment sur une politique américaine dont on devrait constater les erreurs successives ? Pourquoi, notamment, la France devrait-elle réintégrer l’OTAN, accepter de voir la TURQUIE adhérer à l’UNION EUROPEENNE, sous la pression coninuelle des ETATS-UNIS D’AMERIQUE et de leur allié israëlien? Pourquoi l’UNION EUROPENNE accepterait-elle de continuer à ouvrir indéfiniment ses frontières à une immigration africaine et astatique comme veut l’imposer l’ONU sous la pression des ETATS-UNIS qui, comme à l’OTAN, y font la loi ? Oui, pourquoi ?

        Cordialement, Jean-Claude Thialet

    P.S. l’objectivité veut que je reconnaisse que la FRANCE, a, elle aussi, commis bien des erreurs à l’égard de pays tiers. C’était à l’époque, où  – comme aujourd’hui les ETATS-UNIS – elle prétendait "diriger le monde" ! J’ajouterai que les dirigeants français actuels (Nicolas SARKÖZY et Bernard KOUCHNER particulièremen,t) continuent à avoir des prétentions dans ce domaine … Pour ce qui concerne nos amis américains, on est loin de la "politique MUNROE" ! On en voit les résultats tragiques …

    @HansInsnoggeloch (l’ai-je bien écrit ?)  Tout à fait d’accord avec vous. Ici ou là, dans le Monde occidental, on continuera à Vilipender Augusto PINOCHET jusqu’à la fin des temps, tandis que, pour ne citer qu’un exemple, la presse du monde entier et les gouvernements qui vont avec, encenseront Fidel CASTRO lorsque celui-ci décidera d’aller retrouver au "paradis soviétique" les LéNINE, STALINE, MAO, et autres tyrans communistes avec lesquels, rappelons-le les ETATS-UNIS (pas seulement certains de leurs banquiers ou de leurs Syndicats) s’étaient acoquinés.. Quand donc les dirigeants américains (et les autres, d’ailleurs) comprendront-ils que le monde est peuplé de prétendus "démocrates" qui n’ont pour seule but que de remplacer une dictature la la leur. Souvent pire en core. Ainsi cette de BATTISTA remplacé par CASTRO …

    Répondre
  3. HansInSchnoggeloch

    15/02/2009

    Iosa<<Fallait pas mettre au pouvoir une idéologie incontrôlable, ni mettre en place dans ce pays des centrales nucléaires>>

    Oui, fallèpa!
    lls, ceux qui l’ont fait, ce sont les Français en Irak et les Russes, les Pakistanais et certainement les Nord-Coréens en Iran. Allez donc dire à ces enfoirés de faire quelque chose de décent pour une fois. Eux qui ne font  que le contraire de ce que font les autres et se permettent en plus de donner des leçons.

    Répondre
  4. IOSA

    15/02/2009

    Fallait pas mettre au pouvoir une idéologie incontrôlable, ni mettre en place dans ce pays des centrales nucléaires…..parce que l’on pensait d’eux trop arrièrés pour vivre sans nous et trop incapable d’évoluer vers une forme d’intelligence.

    Frankenstein à engendré son monstre et ne sait pas comment l’arrêter…..

    Répondre
  5. grepon-sur-Lexan

    12/02/2009

    Curieu, ce M. THIALET.    Dans les pays du tiers monde tout ce qui arrive de mauvais est toujours majoritairement la faute aux malfaiteurs etrangers, pour la plupart occidentaux quand ils ne sont pas americains.  Par terre par contre, dans les pays concernees, il y a des populations ayant leur propres mouvances.   L’Iran revolutionnaire grouillait de groupuscules divers, meme les plus farfelus, genre des marxismes islamiques.  Les survivants (ceux qui n’ont pas ete tue par le regime des mullahs) sont eparpilles a travers le monde.  Pour faire claire, je veut dire des iraniens d’origine perse, c.a.d. iraniens comme je vien de dire, qui ont ete des acteurs dans ce qui est arrive dans leur pays, et qui vous parleriez toute la journee d’autres personnages, eux aussi iraniens, c.a.d. des perses et non pas des etrangers, et groupuscules et mouveances faites de telle personnages perso-iraniens.  

    Certes, il y en a qui parlent plutot des influences exterieures sur le destin de l’Iran, et quantite sont convaincu que les forces exterieure a l’Iran ont ete determinant dans ce qui "est arrive."   Mais on trouve des gens comme ca partout, iranien ou non, qui sont atteint d’un "locus of control" exterieure d’eux meme.    Ils se voient victimes de forces exterieures, et tendent a se retrouver comme telles a force d’y croire et d’agir de suite.    Mais il y avait tout plein de gens, de gens iraniens, ayant un "locus of control" interieur qui ont ete des acteurs perso iraniens bien actifs dans l’histoire de l’Iran.   Je dirais meme que ces iraniens la ont ete les determinants du sort de l’Iran bien plus que aucun force ou peuple ou emissaire de l’exterieure.    So there, nah!

    Répondre
  6. HansImSchnoggeLoch

    12/02/2009

    Florin <<Pinochet, pour 3000 morts, on l’a emmerdé jusqu’à plus soif. Saddam, pour 1 million et demi (de morts!), trouve encore des avocats, c’est dingue !!! Y’aurait pas deux poids deux mesures par hasard …?>>

    Non il n’y a pas 2 poids mais un seul. Le problème c’est celui du boucher dans le temps ,quand pour récompenser votre fidélité, il vous remettait encore 2 os sur le plateau et vous facturait le tout sur le prix du rôti.
    Or pour la soit-disante intelligentia française ce qui est "in" est livré sans os et ce qui est "out" avec. Pinochet , un facho de droite, est "out"  par contre le Hamas ou Saddam ou tout autre pourri de gauche ou islamiste que cette planète peut excrémenter est "in".

    Répondre
  7. Anonyme

    12/02/2009

    Bush était un crétin ?   jamais de la vie !!!!!

    Répondre
  8. Florin

    11/02/2009

    @J.CL. LAHITTE-THIALET : je ne vois pas au nom de quoi on devrait garder la même ligne politique pour l’éternité : oui, les US, la France et les autres ont soutenu Saddam dans les années ’70. Et alors ? Entre un militaire laïc et le Satan d’à coté, le choix est vite fait. Même étant de bonne foi (ce qui n’était pas le cas de Giscard !).

    Puis les choses se gâtent. Guerre, massacre des Kurdes (j’aime assez que tout le monde les passe par pertes et profits …),  attaque du Koweït, menace claire sur l’Arabie Saudite … Bon, essayez dans vos boulots respectifs de faire autant de conneries, vous verrez que le patron sifflera tout ou tard la fin de la récréation.

    Pinochet, pour 3000 morts, on l’a emmerdé jusqu’à plus soif. Saddam, pour 1 million et demi (de morts!), trouve encore des avocats, c’est dingue !!! Y’aurait pas deux poids deux mesures par hasard …?

    Répondre
  9. Jean-Claude THIALET

    11/02/2009

    "Les-4-Vérités"   –   11 02 09

    Il me paraît étonnant, alors que George W. BUSH n’a personnellement aucune responsabilité dans le lâchage (dans ce mot, , celui de "lâcheté" apparaît …) de Mohammed Reza PAHLEVI (Muhammad Reza PAHLAVI, pour ceux qui préfèrent !),  Guy MILLIERE ne dénonce pas mieux dans son article le fait que, sans ce lâchâge, l’Ayatollah KOMEINI aurait eu sans doute beaucoup de mal à revenir en IRAN (il y a eu tout juste trente ans hier !) et à y instaurer un régime qui dure depuis pratiquement trente ans. Un régime bien pire que le "régime policier et pro-américain" comme la propagande soviétique (et pas seulement elle !) avait qualifié l’Etat dirigé par le Shah.

    Mais le comble de l’ignominie américaine (celle, évidemment, du Gouvernement américain) a été atteint par l’errance à laquelle le malheureux Mohammed Reza PAHLEVI et sa famille ont été condamnés. Accueilli d’abord par l’Egypte qui lui avait proposé un séjour sans limite de durée, puis par le Maroc, l’exilé   – pour éviter à ses hôtes des menaces terroristes –  avait erré successivement au MEXIQUE, et aux BAHAMAS, les ETATS-UNIS se refusant définitivement à l’accueillir à PALM SPRING, Californie.. Atteint par la maladie qui devait finalement l’emporter, le roi déchu avti dû aller se faire soigner à PARIS, puis à NEW-YORK, (non sans que le président Jimmy CARTER ait dépêché auparavant un médecin pour s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’une "maladie diplomatique"). Finalement, Mohammed Reza PAHLEVI était allé finir sa vie en Egypte … Honte à l’Amérique, ou plutôt à ses dirigeants (les dirigeants français en font autant !) qui n’a pas eu le courage de soutenir un fidèle allié, et pas davantage de lui offrir l’hospitalité alors qu’il était malade et proscrit  !

    On le sait, l’Histoire bégaie. Surtout quand elle est orchestrée par un Etat puissant. Après avoir soutenu, financé et armé, et même "fait"  Saddam HUSSEIN contre la République islamique iranienne livrée à la dictature des ayatollahs qu’ils avaient laissée s’installer en IRAN, les Américains ne se sont pas contentés de le laisser tomber : ils lui ont déclaré la Guerre, l’ont fait tomber et l’ont laissé pendre. Sous le prétexte que c’était un infâme dictateur (ce qu’il était déjà à l’époque de la guerre irano-irakienne à laquelle les Etats-Unis l’avaient pouusé), et qu’il disposait d’armes de destruction massive (ce qui était faux !).

    Souhaitons que dans vingt-quatre ans (ce qui, en calculant bien fera tout juste trente ans après la chute de Saddam Hussein !) Guy MILLIERE, ou un de ses dignes successeurs, n’ait pas à écrire un livre pour déplorer ""TRENTE ANS DE CHAOS" dans un pays où, avec la Seconde Guerre d’Irak (baptisée "OPERATION IRAQI FREEDOM"), les "libérateurs" américains sont venus apporter, outre la liberté et la démocratie, la prospérité et tout ce qui va avec … On le sait, l’enfer est toujours pavé de bonnes intentions. Surtout quand celles-ci ont des odeurs de pétrole. Un pétrole qui, comme par hasard, coule en Iran, en Irak et, paraît-t-il, au large de … GAZA. Outre qu’elle balbutie parfois, l’Histoire offre aussi parfois de drôles coïncidences !

       Cordialement, Jean-Claude THIALET

    Répondre
  10. R. Ed.

    11/02/2009

    Moi, l’ancêtre, je me rappelle très bien de cette histoire.

    La première fois que j’ai vu cet ayatollah, ce curé mahométan de nom Khomeiny, je n’ai pas pu m’empêcher de le comparer aux représentations iconographique de Satan et de ses semblables.

    Un Grand Merci à ce valeureux président Valéry Giscard d’Estaing d’avoir nourri en son sein ce monstre.

    De l’avoir aidé à renverser le Shah, cet " immonde " dictateur, quoique ces populations ne comprennent que la force, et à prendre sa place.

    On a donc remplacé un dictateur éclairé par un autre, un dictateur sanguinaire et fou de dieu.

    Dans ce beau pays, qui applique à la lettre la loi prônée par leur prophète, on écrabouille sous les roues d’un camion le bras d’un enfant de 10 ans qui a volé une tartine parce qu’il avait faim!!!

    Soutenu fermement par deux "prêtres" !!!

    On y pend aussi les femmes violées parce que devenues impures, mais surtout, on les pend en " plusieurs " fois, tandis que les violeurs, eux, reçoivent un coup de baton, mais pas taper trop fort, ils pourraient avir mal.

    Le Shah avait interdit le mariage des filles avant 15 ans, son successeur a rétabli la loi divine, maintenant, c’est de nouveau 9 ans.

    Progrès, quand tu nous tiens.

    Répondre
  11. Anonyme

    11/02/2009

    Vous avez raison, Mr Millière. C’est un bon tableau d’ensemble. Attendant maintenant les Jaures & Albert et cie qui viendront nous dire que le Shah était un infame dictateur, que la chute de Saddam n’a fait que renforcer l’Iran et que Bush était un crétin.

    Répondre
  12. chevalier teutonique

    11/02/2009

    Millière, vous avez mille fois raison d’aimer les Etats-Unis.

    Je me permets d’intervenir sur les élections israëliennes : j’étais pour l’extrême-droite Israël beiteinou de Lieberman, celui qui dit être le seul à comprendre ce qui se passe dans la tête des Arabes. Quant à Netanyahou, il aurait 180 de QI !

    Répondre
  13. Florin

    11/02/2009

    C’est bien vrai tout ça … mais dites-nous, M Millière : QUI a abrité, à Neauphle-le-Château, le Satan en personne ? QUI l’a fait revenir à Téheran à bord d’Air France ? Que Carter a été une catastrophe pour son pays, tout le monde sera d’accord. Mais alors, notre Giscard à nous ? Pourquoi vous n’en parlez pas ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)