Je serai en Israël

Je serai en Israël

Je serai en Israël pour quelques jours, du dimanche 13 novembre au vendredi 18 novembre. Ce sera mon deuxième séjour cette année, et la deuxième série de conférences que je donnerai. Depuis ma précédente venue, en mai de cette année, bien des changements sont survenus qui ont contribué à préciser un paysage qui, à l’époque, prenait déjà forme :

Le printemps arabe est clairement, nettement et indéniablement devenu un hiver islamique : les persécutions contre les Coptes en Egypte s’accentuent et prennent des dimensions d’épuration ethnico-religieuse, et le poids des Frères musulmans dans le pays n’a cessé de s’accentuer. En Tunisie, le parti En-Nahda a remporté quarante pour cent des suffrages et sera la matrice du prochain gouvernement. La chute du régime Kadhafi en Libye a permis l’accession au pouvoir de tenants de l’islam radical liés à al Qaida, dont le drapeau flotte partout sur Benghazi.

L’Iran accentue ses volontés hégémoniques régionales
et dispose désormais de la capacité de se doter de l’arme atomique. Le retrait américain d’Irak, qui sera achevé fin décembre, livre en réalité le pays à l’Iran de Khamenei et Ahmadinejad, et leur offre l’opportunité de mettre en place une continuité shiite de Téhéran à Beyrouth, si le régime Assad en Syrie parvient à se maintenir.

Une contre-offensive sunnite prend forme face à la continuité shiite et tente de la briser
(c’est l’enjeu du conflit syrien). Au cœur de cette contre-offensive, on trouve plus que jamais la Turquie d’Erdogan, qui a basculé pleinement dans le camp islamiste, ce qui est lourd de conséquences pour le futur du monde, puisqu’Istanbul était le siège du califat, et puisque l’armée turque est, en dehors de l’armée américaine, la principale armée de l’Otan. L’Arabie Saoudite occupe une position désormais mineure dans la contre-offensive.

L’Europe, qui était déjà clairement malade, est plus que jamais au bord du gouffre, avec la lente implosion de la zone euro, la crise des dettes souveraines de plusieurs Etats, et la nécessité pour l’Europe de trouver des capitaux en Chine et dans le monde islamique. J’ai titré le chapitre d’un livre à paraître « L’Europe survivra-t-elle en 2084 ? » : je dirai aujourd’hui que si l’Europe survit jusqu’en 2014, ce sera déjà presque extraordinaire.

Les Etats-Unis se sont enfoncés un peu davantage dans les effets de ce que j’appelle le «désastre Obama ». Le refus par Obama de changer de cap en politique intérieure et le recours par lui à une stratégie de blocage ont conduit le pays vers une stagnation économique qui se prolonge et s’accentue, mais aussi vers des tensions qu’attisent des discours de lutte de classes illustrés par des mouvements comme Occupy Wall Street. En politique extérieure, Obama n’a pas non plus changé de cap, la montée en puissance de l’islam radical, je n’ai cessé de l’expliquer, a toujours fait partie de la doctrine Obama, tout comme la volonté d’asphyxier et d’isoler Israël. La campagne électorale de 2012 a commencé, je m’attendais à ce qu’elle soit sale et sordide : elle promet d’être plus sale et plus sordide encore que je ne le pensais.

L’Autorité Palestinienne a poursuivi une stratégie qu’un de mes amis a appelé, très justement, une intifada diplomatique : demande de reconnaissance à l’ONU, reconnaissance effective à l’UNESCO.

Il faut se donner les moyens de penser ensemble tous les termes de l’équation. Il faut analyser la situation qui en résulte pour Israël. Il faut déchiffrer les stratégies possibles. C’est ce que je ferai dans ces conférences.

Je viens de faire un bref séjour aux Etats-Unis où j’ai préparé la rédaction d’un livre que je signerai avec Daniel Pipes, un homme pour qui j’ai estime et amitié, et je partage les analyses de Daniel : Israël a tout essayé ou presque pour parvenir à la paix. Israël a tout essayé ou presque sauf la victoire. Daniel pense comme moi qu’un conflit s’arrête quand il y a un vainqueur et un vaincu. Israël peut et doit être le vainqueur : j’expliquerai pourquoi, et je parlerai de ce que m’a dit Daniel.

J’ai rencontré à New York mon amie Nina Rosenwald, qui dirige le Hudson New York, branche new yorkaise du Hudson Institute, et nous avons parlé de géopolitique et de l’attitude des organisations juives américaines face à l’administration Obama. J’aborderai ce qui est sorti de cette conversation.

Je suis passé par Wall Street pour voir ce qui émanait du mouvement Occupy Wall Street et pour m’intéresser de plus près aux financements du mouvement et à ses dimensions antisémites : j’en parlerai aussi.

Je viens de publier, avec mon ami David Horowitz, un petit livre appelé Comment le peuple palestinien fut inventé. J’en parlerai, bien sûr, parce que ce livre définit une ligne de réflexion et une stratégie : celle qui permet, précisément, d’aller vers la victoire. Celle-ci suppose d’en finir avec les concessions et les soumissions aux falsifications. Je m’autorise à considérer que ce petit livre est essentiel.

La vérité ne se divise pas et ne s’édulcore pas. Je viens en Israël au service de la vérité.

Je viens en Israël au service de la droiture éthique, qui, elle non plus, ne se divise pas et ne s’édulcore pas.

Je viens en Israël dans une période difficile. C’est parce que nous sommes dans une période difficile que je dois venir en Israël.

Et je viens en Israël, à la rencontre de ceux qui viendront m’écouter et converser avec moi, empli d’un sentiment de bonheur et de gratitude.


Guy Millière sera :

dimanche 13 novembre, à Jérusalem, Salle Nitsanim, Rehov Asher 3, Baka,
lundi 14 novembre, à Natanya, Hôtel Palace
mercredi 16 novembre, à Ashdod, Rehov Av 4, Matnass Edmond Safra.

Pré-inscription par téléphone: 02-9410141.

Partager cette publication

(8) Commentaires

  • Anonyme Répondre

    En gros, il est clair que les chutes de Ben Ali, Khadafi et Moubarak ont été les chutes de tyrans et surtout de profiteurs de peuples mais qui, par leur disparition (néanmoins souhaitable), ont ouvert la porte toute grande au nazislamisme. Au moins, ils occupaient la place empêchant ainsi les nazislamistes de s’insérer au pouvoir. Désormais, la route leur est ouverte ! Par extension, BHL les a aidés à venir au pouvoir où pour l’instant, il se camouflent sous une patte blanche qui ne durera pas. Bravo BHL. Toujours est-il que l’étreinte se resserre autour d’Israël d’autant que le Hezbollah vient juste de mettre ses troupes en alerte rouge. La guerre va reprendre. Mais si l’avant poste occidental « Israël » cède, alors là, la prophétie de St Jean va exploser. Et le monde va sombrer dans le chaos sous l’avancée de la peste verte que certains idiots utiles défendent comme de vrais lapins-crétins (ils prolifèrent comme eux) avec leur étendard « droits de l’Homme » à la con. Mr Millière a raison pour l’instant.

    21/11/2011 à 12 h 53 min
  • QUINCTIUS CICINNATUS Répondre

    ENFIN !
    Monsieur Guy Millière nous donne avec  honnêteté la chute en quel Pays et le but de ce qu’il appelait jusqu’alors avec pudeur "ses voyages au .. .. Moyen Orient …"
    on se doutait fort , à le lire , qu’il ne faisait pas du tourisme humanitaire en Cisjordanie ou dans la Bande de Gaza …
    pour ce qui me concerne je ne suis pas disposé à soutenir une guerre contre l’Iran !  !   !
    puisqu’il est dans la logique de l’homme de revenir de la Terre Promise encore plus belliqueux que lorsqu’il y était parti !  !   !

    20/11/2011 à 19 h 53 min
  • sas Répondre

    et vive le printemp arabe spontané…..tout comme l intelligence spontané…

    Le rebelle libyen Mehdi Harati avoue avoir reçu 200 000 euros de la CIA

    Digne d’un roman d’espionnage à la John Le Carré, ce mystérieux vol, perpétré le 6 octobre dernier, serait l’œuvre d’un gang de malfrats irlandais, qui auraient dérobé la coquette somme de 200 000 euros en coupures de 500 euros, ainsi que les bijoux de la maîtresse de maison.

    Selon le Sunday World, Mehdi Harati était en Libye lorsque son domicile situé au sud de Dublin a été visité, ce dernier avouant que les 200 000 euros subtilisés provenaient d’un généreux mécène d’Outre Atlantique : la CIA, pour ne pas la nommer, qui apportait ainsi sa contribution substantielle à la révolte libyenne en vue de l’élimination de Kadhafi.

    Loin de l’Irlande au moment des faits, Mehdi Harati ne s’est pas limité à un retour au pays, il effectuait en réalité une tournée à l’étranger, qui incluait une escale à Paris et un passage obligé aux Etats-Unis… Affirmant s’être retiré de l’action depuis la chute du régime du défunt Guide libyen, Mehdi Harati est loin d’avoir convaincu la police de Dublin, qui doute de la véracité de son récit.

    Ce larcin étrange fera-t-il éclater au grand jour un vrai scandale ? Celui des liaisons dangereuses entre certains insurgés libyens et les services secrets étrangers, qui, si elles sont avérées, entacheront l’image des preux combattants de la liberté.

    pouarck……

    17/11/2011 à 12 h 29 min
  • grepon Répondre

    "Israël a tout essayé ou presque pour parvenir à la paix. Israël a tout essayé ou presque sauf la victoire. Daniel pense comme moi qu’un conflit s’arrête quand il y a un vainqueur et un vaincu."

    C’est aussi le "Limbaugh Doctrine" que la paix, c’est toujours un resultat d’une victoire.    Il n y aucun besoin d’etre un intellectuel ou lumiere ou autre personnage de haut vol pour le reconnaitre.   Il suffit d’etre honnete, et d’observer le monde tel qu’il se presente.  

    Par la suite, la victoire pour Israel, ce serait un etat de paix.   Pour leurs adversaires de par a l’autre de la planete, ce serait la destruction d’Israel.   Gagner une victoire contre une rage, une conviction, installee dans le coeur de milliards de gens a travers la planete sera difficile, et surtout prendra beaucoup de temps.   Ce sera une victoire sur le plan des idees et sentiments, evolutionnairement, sur une echelle de generations.  

    Dans le present, tout ce que Israel fait militairement:  dans le coin autour de chez eux, ou des fois plus lointain avec sabotage de programmes nucleaires dans le monde Islamique(Osirak, Syrie, Iran)…bref, tout ce qu’ils font pour se proteger pour survivre les menaces de l’avenir immediat, c’est exactement ca, defender leur existance a courte terme.   Ce qu’ils executent en se retenant soigneusement de tout exces, avec une moralite humaniste exemplaire.  La preuve, c’est qu’ils pouvaient, de par leur capacites superieurs, faire beaucoup, mais beaucoup beaucoup pire a leurs ennemis.   C’est leur moralite qui leur retiennent.  

    Leur opposants enrages ne souffrent pas des meme limites auto-imposees.   Ils ne peuvent pas mettre en action la genocide qu’ils veulent de par leur incompetence(pour l’instant) a le faire, et autres obstacles comme, oh, les armees des Etats-Unis d’Amerique.   La pire blessure que Obama a fait a Israel jusquici, je crois, finira par etre les plusieurs mille milliards de dollars de dettes qu’ils a laisser Harry Reid et Nancy Pelosi ajouter a la dette nationale des USA, et secondairement ce sera tout les blessures, la mort par un millier de coups, qu’il a fait souffrir le secteur privee.    Voyez, le budget du Dept of Defense, apres les blessures couteuses faites par Obama sur les soldats avec le programme farfelu de civiliser l’Afghanistan…va tres probablement etre coupee.  Ca rendra toute la planete plus dangereuse, et non seulement pour Israel.   La commerce internationale sur laquelle tant de boites europeenne dependent serait en perile….si les politiques stupidissimes de l’EU suffisait pas comme ca.

    Nous entrons dans un temps sombre, potentiellement terrible, etant donnee les risques renouvellees de la montee de nationalismes et autres dictatures operant sur la demogogie paranoiaque.   La renversement des politiques d’Obama sera une condition minimum pour que le sort ne soit pas parmi les pires cas possibles, IMHO.

    16/11/2011 à 23 h 54 min
  • Guillermo Répondre

    Ben il sera où il voudra Millière.  Moi ça m’intéresse pas Israel pas plus que Millière ne m’intéresse d’ailleurs.

    Au fait je lui suggère d’amener BHL avec lui.

    16/11/2011 à 19 h 02 min
  • Valoris Répondre

    La fin de l’article est splendide: Guy Millière est le nouveau Prophète, il arrive en terre promise pour annoncer la Bonne Nouvelle. Alléluia!

    Espérons qu’il trouvera le temps de faire un détour par Gaza et la Cisjordanie pour nous décrire objectivement, en philosophe, les forces du Mal.

     

     

    16/11/2011 à 15 h 35 min
  • Shirley Miller Répondre

    Bonjour Monsieur Millière

     

    Juste un petit mot pour vous remercier de vos analyses, elles sont toujours très justes et pertinentes

    Bon séjour en Israel et rancontez nous au retour

    Shirley Miller

    16/11/2011 à 13 h 31 min
  • sas Répondre

    Mr millière…..

     

    Vous qui avez décidément beaucoup de mal a capter en temps réel….au lieux de donner des cours et des colloques….

    faites vous débriefer par le MOSSAD  afin de bien comprendre pourquoi:" Le printemps arabe est clairement, nettement et indéniablement devenu un hiver islamique …"

    et qui y a un intéret stratégique directe et non dissimulé….

    le tout  : au service de la droiture éthique qui ne se divise pas et ne s’édulcore pas,…….pour VOTRE vérité qui ne se divise pas et ne s’édulcore pas….

    BREF  AVEC CEUX QUI  VIENDRONT : ….Vous écouter et converser avec vous, empli d’un sentiment de bonheur et de gratitude.

     

    amen….

    nb) est ce sur vos congés maladie obligatoire de l education nationale ?????

    16/11/2011 à 12 h 23 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: