Juncker, Marx et l’Union européenne

Juncker, Marx et l’Union européenne

L’actualité offre des faits éclairants aux plus malvoyants.

Le 5 mai, Jean-Claude Juncker a non seulement inauguré une statue de 5 mètres de haut, cadeau de la Chine communiste à la ville de Trèves pour le 200e anniversaire de Karl Marx, mais s’est fendu d’un discours qui ne laisse plus aucun doute sur l’idéologie de l’union douanière qu’il préside.

Il a déclaré, faussement, « qu’il n’y avait aucun rapport entre la philosophie pure de Marx et les millions de morts et désastres » survenus partout où cette « philosophie » avait été appliquée à la lettre.

Juncker a salué « la contribution » et « l’influence » de Marx dans la construction européenne (sic !), signifiant par là que l’UE avait besoin de davantage de philosophie marxiste, pour toujours plus de « justice sociale ». Il a soigneusement occulté les rapports de Marx avec l’anarchiste Bakounine et tant d’autres vérités qui dérangent, comme son antisémitisme et sa haine de toute religion.

Pour ceux qui croient que ce type de discours est l’apanage du pape François et que la France ne sortira du socialisme qu’en passant par l’UE, voilà qui devrait faire réfléchir.

Marx, idole de Juncker, était lui-même « mauvais », c’est-à-dire malsain, hypocrite et finalement inhumain. Comme les révolutionnaires français de la Terreur, qu’il admirait, et comme la plupart de ses futurs adeptes, il était fils de cette bourgeoisie qu’il exécrait et avait eu accès à un enseignement supérieur pour en faire le pire usage : détruire un système existant (la propriété privée et le capitalisme), afin d’instaurer la dictature d’un prolétariat qui n’en demandait pas tant, prétexte pour la dictature étatiste d’une oligarchie sur les peuples.

Marx s’est trompé sur tout. Sa théorie économique a échoué partout. Ses idées sociétales également, son « déterminisme historique » étant voué à être brisé par les faits.

Après les duretés des débuts, le capitalisme s’est révélé la plus grande force de progrès social que l’humanité ait connue.

Les lieutenants de l’idéologie marxiste version dure ont laissé des noms dont la seule évocation fait froid dans le dos : Lénine, Staline, Pol Pot, les Kim coréens, Castro, Chavez, Maduro, etc. Mais ceux de la version édulcorée : Allende, Peron, etc., tout en échouant lamentablement, ont laissé une trace « romantique » indue.

Il faut un procès du communisme, comme il y eut Nuremberg contre le nazisme.

Dans les archives d’Hitler trouvées en 1945, les Alliés ont découvert des documents provenant du conseiller économique Funk qui détaillent le maître-plan du Führer, plan qui incluait « une intégration économique de l’Europe et la création d’une Europe fédérale », elle-même fondée sur la conviction de nul autre que Lénine !

Le mondialisme est une idée socialo-marxiste.

À l’entrée du Parlement européen, une plaque avertit le visiteur que « la souveraineté nationale est la source des maux les plus criants de notre époque et que le seul remède final à ce mal, c’est une union fédérale des peuples ».

« Remède final » ? Cela fait écho à « la solution radicale » de Marx et à « la solution finale » d’Hitler. Troublant. Ainsi, l’UE n’est pas que le produit des élucubrations cyniques d’un Jean Monnet : elle est le dernier avatar d’une idéologie révolutionnaire, totalitaire, criminelle, génocidaire. Elle parle des maux du passé, alors qu’elle compile toutes les théories issues du marxisme qui ont amené tant de malheurs. Juncker, qui devrait porter un bonnet à grelots, assume ces racines mauvaises tout en refusant d’en reconnaître la malignité.

Le « marxisme culturel » qui sévit en Occident aujourd’hui est l’unique réussite de Marx. Il anime tous les mouvements de gauche, quels que soient les noms trompeurs qu’ils se donnent (travailliste, socialiste, démocrate, progressiste, libéral-démocrate…), des bobos inconscients jusqu’à l’ultra-gauche violente.

Bien sûr, l’UE n’a ni camps ni victimes physiques. Mais elle est ouvertement autoritaire et s’adonne à un capitalisme dévoyé : capitalisme de copinage qui ne profite qu’aux gros intérêts, avant de devenir un capitalisme d’État à la chinoise. Elle broie les peuples, elle oppresse les classes moyennes, elle a déjà instauré sa dictature en ce qui concerne l’écologisme et la mise au pas des médias.

Et, comme Marx, l’UE se trompe sur tout. Le marché de dupes signé avec l’Iran et le discours marxiste de Juncker devraient guider le choix des électeurs au prochain scrutin.

La version longue de cet article est disponible ci-dessous pour les abonnés :

L’actualité offre des faits éclairants aux plus malvoyants.

Le 5 mai, JC Juncker a non seulement inauguré une statue de 5 m, cadeau de la Chine communiste à la ville de Trèves pour le 200e anniversaire de Karl Marx, mais s’est fendu d’un discours qui ne laisse plus aucun doute sur l’idéologie inacceptable de l’Union douanière qu’il préside. Il a déclaré, faussement, « qu’il n’y avait aucun rapport entre la philosophie pure de Marx et les millions de morts et désastres » survenus partout où cette « philosophie » avait été appliquée à la lettre.

Juncker a salué « la contribution » et « l’influence » de Marx dans la construction européenne (sic!) et exalté son « inspiration créatrice », signifiant par là que l’UE avait besoin de davantage de philosophie marxiste pour toujours plus de « justice sociale ». Il a soigneusement occulté les rapports de Marx avec l’anarchiste Bakounine et tant d’autres vérités qui dérangent, comme son anti-sémitisme et sa haine de toute religion. Pour ceux qui croient que ce type de discours est l’apanage du pape François et que la France ne sortira du socialisme qu’en passant par l’UE, voilà qui devrait faire réfléchir.

Marx, idole de Juncker, était lui-même « mauvais », c’est à dire malsain, hypocrite et finalement inhumain. Comme les révolutionnaires français de la Terreur, qu’il admirait, et comme la plupart de ses futurs adeptes et « idiots utiles », des « intellectuels » de l’Ecole de Francfort, puis Sartre et Cie jusqu’aux néo-marxistes qui pontifient aujourd’hui, il était fils de cette bourgeoisie qu’il exécrait et avait eu accès à un enseignement supérieur pour en faire le pire usage: détruire un système existant (la propriété privée et le capitalisme) afin d’instaurer la dictature d’un prolétariat qui n’en demandait pas tant, prétexte en fait pour la dictature étatiste d’une oligarchie sur les peuples.

Marx s’est trompé sur tout. Sa théorie économique a échoué partout, laissant des champs de ruines. Ses idées sociétales également, son « déterminisme historique » étant voué, comme tous les déterminismes, à être brisé par les faits. Après les duretés des débuts, le capitalisme s’est révélé la plus grande force de progrès social que l’humanité ait connue. Les lieutenants de l’idéologie marxiste version dure ont laissé des noms dont la seule évocation fait froid dans le dos: Lénine, Staline, Pol Pot, les Kim coréens, Castro, Chavez, Maduro…mais ceux de la version édulcorée, Allende, Peron…,tout en échouant lamentablement, ont laissé une trace « romantique » indue.

Il faut un procès du communisme et du marxisme, comme il y eut Nüremberg contre le nazisme.
Et justement, dans les archives du National Sozialismus d’Hitler trouvées en 1945, les Alliés ont découvert des documents provenant du conseiller économique Funk qui détaillent le maître-plan du Führer, plan qui incluait « une intégration économique de l’Europe et la création d’une Europe fédérale », elle même fondée sur la conviction de…nul autre que Lénine! « Que la fédération était la solution transitoire pour parvenir à une union complète de toutes les nations ».

Le mondialisme est une idée socialo-marxiste.

A l’entrée du Parlement Européen, une plaque avertit le visiteur que « La souveraineté nationale est la source des maux les plus criants de notre époque et que le seul remède final à ce mal, c’est une union fédérale des peuples ».

« Remède final »? Cela fait écho à « la solution radicale » de Marx et à « la solution finale » d’Hitler. Troublant. Ainsi, l’UE n’est pas que le produit des élucubrations cyniques d’un Jean Monnet: elle est le dernier avatar d’une idéologie révolutionnaire, totalitaire, criminelle, génocidaire. Elle parle des maux du passé alors qu’elle compile toutes les théories issues du marxisme qui ont amené tant de malheurs.

Juncker, qui devrait porter un bonnet à grelots, assume ces racines mauvaises tout en refusant d’en reconnaître la malignité.

Le « marxisme culturel » qui sévit en Occident aujourd’hui est l’unique réussite de Marx. Il anime tous les mouvements de gauche, quels que soient les noms trompeurs qu’ils se donnent (travailliste, socialiste, démocrate, progressiste, liberal-démocrate, social-démocrate…), des bobos inconscients jusqu’à l’ultra- gauche internationale ultra violente, hyper motivée et subventionnée.

Bien sûr, l’UE n’a ni camps ni victimes physiques. Mais elle est ouvertement autoritaire et s’adonne à un capitalisme dévoyé: capitalisme de copinage qui ne profite qu’aux gros intérêts avant de devenir un capitalisme d’Etat à la chinoise. Elle broie les peuples, elle oppresse les classes moyennes, elle a déjà instauré sa dictature en ce qui concerne l’écologisme et la mise au pas des médias.

Et comme Marx, l’UE se trompe sur tout.

Le marché de dupes signé avec l’Iran (dont Trump vient de la sauver bien malgré elle) et le discours marxiste de Juncker devraient guider le choix des électeurs au prochain scrutin.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Partager cette publication

(25) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

     » le mondialisme est une idée socialo-marxiste  »

    et Mr Joslain Evelyne nous prend pour des demeurés

    le mondialisme c’ est le Trésor Fédéral et son U.S. $ , Wall – Street, les Banques  » new-yorkaises  » et leur historique cupidité

    19/05/2018 à 19 h 13 min
  • Chevalier Noir Répondre

    Ce Juncker est seulement un ABRUTI …(majuscule!) a éliminer au plus vite. Chacune de ses prestations sombre dans l’océan de la vacuité.

    18/05/2018 à 12 h 19 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      Junker ? ses amis banquiers américains lui trouveront un successeur à leur botte et le récompenseront d’ un fauteuil confortable dans lequel il pourra finir des jours heureux comme … Barroso le …  » Maoïste « 

      19/05/2018 à 19 h 17 min
      • HansImSchnoggeLoch Répondre

        Junker sans « ck » est un noble prussien, propriétaire terrien.
        Laissez lui le « ck » pour ne pas le confondre avec ce qu’il n’est pas.

        Un « junkie » oui à la limite, si en plus de la bibine il se shoote.
        L’un n’exclue pas l’autre.

        21/05/2018 à 12 h 36 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          c’ est vrai j’ ai fait sauté le  » C  » comme concussionnaire ou corrompu

          à l’ origine un Junker était le fils d’ un noble allemand non titré puis ce terme désigna ce
          petit seigneur lui même, féal d’ un noble de plus grande importance ; les Junker furent souvent des  » capitaines de mercenaires  » un peu comme … JunCker

          21/05/2018 à 21 h 59 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          en résumé : … le Junker, petit propriétaire terrien non titré , est l’ équivalent en Prusse du  » squire  » anglais

          22/05/2018 à 12 h 13 min
      • HansImSchnoggeLoch Répondre

        Allez sur YouTube et tapez:
        Dorthe Kollo – Sind Sie der Graf von Luxemburg.

        Un petit retour dans le passé.
        Bonne écoute.

        21/05/2018 à 12 h 41 min
  • BRENUS Répondre

    Juncker est un ivrogne notoire. Il ne faut tenir au compte de ses propos. Je voudrais lui faire parvenir un litre de koutoukou ( alcool de palmier particulierement assomant et parfois définitif) en l’invitant a se l’envoyer d’une traite : ainsi, il nous foutrait définitivement la paix.

    16/05/2018 à 0 h 54 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      d’ une traite ? de bois d’ ébène ou de blanches ?

      en tout cas ce traître se connait en traite des vaches à lait que sont les Européens

      pour lui je ne connais qu’ une solution mais définitive : l’ équarrissage !

      16/05/2018 à 14 h 03 min
      • HansImSchnoggeLoch Répondre

        Une blanche vaut deux noires…
        Mais uniquement en musique bien sûr!
        Surtout ne le dites pas à la Licra, sinon toutes les partitions vont passer à la poubelle.

        16/05/2018 à 16 h 25 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          à la broyeuse administrative ou en autodafé populiste

          16/05/2018 à 21 h 11 min
          • HansImSchnoggeLoch

            Plutôt la broyeuse, l’autodafé pourrait par amalgame ramener à la surface les relents nauséabonds de l’ère NS *).
            L’élimination des partitions musicales serait sûrement bien accueillie dans les millieux islamiques, car comme chacune et chacun le sait l’abus de musique peut vous transformer en porc.

            Voir: Bücherverbrennung in Deutschland am 10. Mai 1933.

            17/05/2018 à 10 h 53 min
  • Gérard Pierre Répondre

    « Il n’y a aucun rapport entre la philosophie pure de Marx et les millions de morts et désastres survenus partout où cette « philosophie » a été appliquée à la lettre. »

    Bravo monsieur ! …… voilà le genre de propos que produit parfois l’éthylisme, … fut il même distingué ! …… Le Schnaps et le whisky, consommés au-delà d’une certaine dose, rendent plus que flottante la notion de lien de causalité !

    Dans le même ordre d’idée, …… la vodka seule pourrait aussi donner : « Il n’y a aucun rapport entre la conception technique de l’ingénieur Mikhaïl Kalachnikov et les millions de morts et désastres survenus partout où cette « technique » a été artisanalement mise en œuvre. »

    Ou bien encore la bière de Munich …… [et pourtant, le chancelier ne buvait pas! … mais alors les autres ! ! !] : « Il n’y a aucun rapport entre la ‘’politique‘’ pure d’Adolf Hitler et les millions de morts et désastres survenus partout où cette ‘’politique‘’ a été appliquée à la lettre. »

    Il est vrai que l’on peut parfois se demander si ce n’est pas la classe politique française et européenne toute entière qui a sombré dans les délices des nectars euphorisants, tant, …… par exemple, …… elle considère que : « Il n’y a aucun rapport entre les principes purs de Mahomet et les millions de morts et désastres survenus partout où ces « principes » ont été, et continuent à être, appliqués à la lettre. »

    Bon, allez ! …… À la vôtre !

    15/05/2018 à 9 h 05 min
    • HansImSchnoggeLoch Répondre

      Pour un dictateur quelconque les morts ont un avantage certain.
      Une fois morts ils ne parlent plus.
      Les dictateurs de gauche en sortent glorifiés, ceux de droite villipendés et les religieux sanctifiés.
      Encore toute une série de « é » qui nous raprochent du paradis.

      17/05/2018 à 18 h 45 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        personnellement je trouve que l’ Histoire a beaucoup tendance à faire parler les morts … à tort et à travers !

        22/05/2018 à 14 h 50 min
  • Marina ANCA Répondre

    Marx était en effet un hypocrite, qui a exploité les idées de Engels et vécu sur son argent toute sa vie. Il n’a même pas eu le courage de reconnaître son propre fils, c’est Engels, le riche, qui l’a reconnu à sa place. A cause de ses idées, que Marx n’arrivait pas à s’appliquer à lui-même, de millions de personnes sont mortes dans les pays « communistes ». En Roumanie et ailleurs le communisme a conduit à une dictature. Je vous invite à lore mon histoire personnelle, disponible à la FNAC etc… »Quand la chenille devient papillon Ou la dictature roumaine vue par une adolescente libre »
    Marina Anca (écrivain)

    15/05/2018 à 7 h 22 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      Karl Marx vivait aussi  » aux dépends  » de je ne sais plus quelle duchesse allemande mariée qui ,disait il, en tenait pour sa grosse bite juive ; il eut effectivement un enfant de sa … bonne à Londres qu’ il ne reconnut pas …. les amours  » ancillaires  » hypocrites habituels de la bourgeoisie à l’ époque … victorienne … En résumé, un irresponsable … social  » au-dessus de tout ça  » … nul n’ est parfait … pas même Marx … quelle déception !

      15/05/2018 à 13 h 47 min
  • Alain Répondre

    W. BOUKOVSKI , ex-dissident soviétique : le montre et l’annonce depuis 2009 :
    https://www.youtube.com/watch?v=KHOuc12J4W4

    14/05/2018 à 23 h 54 min
    • HansImSchnoggeLoch Répondre

      …J’ai vécu dans votre futur et cela n’a pas marché…

      C’est l’inverse du film « retour dans le futur ».
      Il vaut donc mieux se réfugier dans le passé, peut-être un peu ringard mais prévisible.

      16/05/2018 à 10 h 19 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        la formule de Vladimir Boukovski est d’ une puissance terrible et je la cite volontiers à tous ceux qui sont tentés par le socialisme y compris … à droite ( Philippot ) et au centre ( Bayrou )

        16/05/2018 à 14 h 07 min
        • Gérard Pierre Répondre

          Le socialisme, et ses variantes, ……ne sont que de la pornographie politique !

          17/05/2018 à 8 h 01 min
          • HansImSchnoggeLoch

            Pour certain(e)s c’est le pied même à notre époque progressiste..
            La vraie porno disponible partout sur internet n’est que l’opium du peuple.

            17/05/2018 à 14 h 19 min
  • BRENUS Répondre

    Je suis récemment tombé sur des extraits d’écrits de Marx qui, parait-il était juif. Ces écrits mériteraient d’être mentionnés dans les livres d’histoire tellement leur caractère anti-sémite est violent. Et dire que la gôche se gargarise des pensée de ce zig sans, semble t il, se rendre compte que sa vision n’était pas très éloignée de celle des nazis. L’histoire mérite que l’on gratte un peu quelquefois. Ne serait ce que pour confondre les imposteurs.
    BRENUS MAXIMUS le akbar!

    14/05/2018 à 23 h 44 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    « Le 5 mai, Jean-Claude Juncker a non seulement inauguré une statue de 5 mètres de haut, cadeau de la Chine communiste à la ville de Trieste pour le 200e anniversaire de Karl Marx »

    À mon avis Trèves en Allemagne et non Trieste en Italie.

    Le conseil municipal de Trèves, ville natale de Karl Marx, avait voté la verte Elvira Garbes au poste de maire en février dernier.
    Pas étonnant que Karl Marx retrouve une certaine verdure dans cette ville.
    La Chine avait offert une statue à la ville en honneur du bicentenaire de ce héro local.

    Le luxembourgeois Hans Klaus Juncker a trouvé le temps de célébrer cet anniversaire avec les chinois et des personalités de gôche et a perdu une nouvelle fois une bonne occasion de se taire.
    Explication de texte, en allemand un « Klaus » est un type un peut loufoque qui ressemble un peu au « Gaston » français.

    L’EU prend donc une tournure franchement collectiviste, pas étonnant que les pays de l’Est ruent dans les brancards.

    14/05/2018 à 20 h 13 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

       » le mondialisme est une idée socialo-marxiste  »

      et Mr Joslain Evelyne nous prend pour des demeurés

      le mondialisme c’ est le Trésor Fédéral et son U.S. $ , Wall – Street, les Banques  » new-yorkaises  » et leur historique cupidité

      19/05/2018 à 19 h 19 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: