Kadhafi a humilié la France en échange de contrats commerciaux

Posté le décembre 18, 2007, 12:00
8 mins

« J’ai fait ce que j’ai cru devoir faire, c’est-à-dire éviter à toute force un affrontement entre le monde musulman et le monde occidental » dit Nicolas Sarkozy vendredi dernier à Bruxelles, au sujet de la visite de Muammar Kadhafi en France. Le président de la République est fondé à poser le problème en termes aussi globaux : durant ses cinq jours sur le territoire français, le dictateur libyen adressa des symboles revanchards contre l’Occident aux musulmans du monde entier. Et au-delà, toute l’Afrique – que le « Guide de la révolution » inonde de ses capitaux – s’en enivra.

Lors de son séjour en France, il n’y eut pas une journée sans qu’il régalât son public international d’un geste ou d’une parole humiliants pour ses hôtes. Menton haut, regard méprisant, il posa en conquérant musulman visitant ses nouvelles possessions, plantant sa tente à l’hôtel Marigny, à côté de l’Élysée.
Il arriva au palais présidentiel avec 35 minutes de retard, en gandoura. Il regarda les caméras d’un œil sardonique, poing gauche levé, tout en serrant la main du président de la République. Interviewé sur France 2, il prétendit n’avoir pas parlé des droits de l’homme dans ses rencontres avec Sarkozy.
Claude Guéant, secrétaire général de l’Élysée, démentit : « À deux reprises, le président les a évoqués. »

À l’UNESCO, devant des représentants des États africains et maghrébins, Kadhafi s’interrogea sur « ces droits qui seraient violés en France, sur ce qui fait que des jeunes brûlent des voitures en banlieue. » Il lança : « Avant de parler des droits de l’Homme, il faut vérifier que les immigrés bénéficient chez vous de ces droits. » Ovations… Bernard Kouchner ayant jugé ces propos « pitoyables », le ministre libyen des Affaires étrangères, Abdelrahman Chalgham, se moqua de son homologue français : « Je ne peux m’empêcher de rigoler quand je l’entends. »

Le week-end précédant sa venue à Paris, au sommet des chefs d’État d’Afrique et d’Europe de Lisbonne, Kadhafi avait trouvé « normal que les faibles aient recours au terrorisme » et estimé que les « anciennes puissances coloniales devaient dédommager les peuples colonisés. » Les Européens n’avaient pas bronché.

La jeune Rama Yade, secrétaire d’État aux droits de l’homme, trouva les mots justes : « Le colonel Kadhafi doit comprendre que notre pays n’est pas un paillasson sur lequel un dirigeant, terroriste ou pas, peut venir s’essuyer les pieds du sang de ses forfaits. La France ne doit pas recevoir ce baiser de la mort. » Désaveu sec de Guéant : « Rama Yade n’est pas en service commandé de l’Élysée. »

La dégradante visite de Kadhafi est le prix de la libération des infirmières bulgares. Et de l’accès des entreprises françaises aux richesses de la Libye, cet eldorado aux immenses réserves de pétrole et de gaz. En 2003, la Libye – dont les troupes s’étaient heurtées aux nôtres au Tchad dans les années 80 – a reconnu sa responsabilité dans les attentats de Lockerbie en 1988 et du DC-10 d’UTA en 1989. Et renoncé au programme de fabrication des armes de destruction massive ainsi qu’au terrorisme.
Elle est sortie de 15 ans d’embargo, affamée d’infrastructures, d’équipements et d’armements, qu’elle a de quoi payer rubis sur l’ongle. Aussi, 200 patrons du MEDEF étaient-ils aux pieds du tyran, à l’hôtel de Lassay, le 11 décembre. 10 milliards de contrats ont officiellement résulté de sa visite, dont 3 de sûrs. Dassault va enfin pouvoir exporter des Rafale – une quinzaine – ce qui pourrait inciter les pays environnants à en acheter. 21 Airbus et un réacteur nucléaire ont été vendus…

« Il faut parler à tout le monde », dit Nicolas Sarkozy, a fortiori à Kadhafi, parrain repenti du terrorisme, qui combat les intégristes islamistes d’Al-Qaida. Mais cela n’empêche pas le satrape libyen de professer un fort revanchisme musulman antioccidental. Autre motivation sarkozyenne : il faut occuper le terrain économique, face aux Européens, Américains, Chinois… Voilà le drame de l’Occident : il abdique toute dignité pour un contrat commercial.

Pour les désinhiber, Kadhafi dit aux chefs d’entreprise : « Il faut séparer la politique et le bizness. » Ils n’ont guère à se faire prier. Cela n’est pas anodin. Bat Ye’or, spécialiste anglaise de l’Islam de renommée internationale, a montré, dans son ouvrage « Eurabia : l’axe euro-arabe » (Éditions Jean-Cyrille Godefroy)* comment, depuis plus de trois décennies, l’Europe fait allégeance au monde arabe : « Elle sacrifie son indépendance politique et ses valeurs culturelles et spirituelles en échange de garanties – quelque peu illusoires – contre le terrorisme et d’avantages économiques que lui dispensent les pays arabes. »

*12 rue Chabanais 75002 Paris

30 réponses à l'article : Kadhafi a humilié la France en échange de contrats commerciaux

  1. SAS

    30/12/2007

    LI EUL PAI YANGS

    Ne pas estimer la compétence,
    c’est dire au peuple de ne pas rivaliser.
    Ne pas admirer les biens qui sont difficiles à obtenir,
    c’est dire au peuple de ne pas commettre de vol.
    Ne pas voir ce qu’on pourrait désirer,
    c’est dire au peuple de ne pas troubler l’esprit.

    S’engendrer, se nourrir,
    croître sans posséder,
    agir sans en dépendre,
    être durable sans être un fonctionnaire,
    on dit justement que c’est la vertu obscure.

    Tenir la voie ancienne,
    pour conduire le présent et le posséder.
    Pouvoir connaître l’origine ancienne,
    est justement appelé la voie fondamentale.

     l’on peut définir"

    01. Livre du Tao Tö King I : La voie que l’on peut définir

    Voir tous les partages sur ce livre Livre du Tao Tö King I : La voie que l’on peut définir
    En mettant en partage vos richesses, apportez vous aussi votre pierre à l’édifice de la connaissance


    L’Académie d’Hermès


    Livre du Tao Tö King I, Lao TseuUN

    La voie que l’on peut définir n’est pas le Tao, la Voie éternelle.
    Le nom que l’on peut prononcer n’est pas le Nom éternel.
    Ce qui ne porte pas de nom, le non-être, est l’origine du ciel et de la terre.
    Ce qui porte un nom est la mère de tout ce que nous percevons, choses et êtres.
    Ainsi à celui qui est sans passion se révèle l’inconnaissable, le
    mystère sans nom.
    Celui qui est habité par le feu de la passion a une vision bornée.
    Désir et non désir, ces deux états procèdent d’une même origine.
    Seuls leurs noms diffèrent. Ils sont l’Obscurité et le Mystère.
    Mais en vérité c’est au plus profond de cette obscurité que se trouve la porte.
    La porte de l’absolu du merveilleux. Le Tao.

    Livre du Tao Tö King I, Lao Tseu – Deux

    Le monde discerne la beauté, et, par là le laid se révèle.
    Le monde reconnaît le bien et, par là le mal se révèle.
    Car l’être et le non-être s’engendrent sans fin.
    Le difficile et le facile s’accomplissent l’un par l’autre.
    Le long et le court se complètent.
    Le haut et la bas reposent l’un sur l’autre.
    Le son et le silence créent l’harmonie.
    L’avant et l’après se suivent.
    Le tout et le rien ont le même visage.
    C’est pourquoi le Sage s’abstient de toute action.
    Impassible, il enseigne par son silence.
    Les hommes, autour de lui, agissent.
    Il ne leur refuse pas son aide.
    Il crée sans s’approprier et oeuvre sans rien attendre.
    Il ne s’attache pas à ses oeuvres.
    Et, par là, il les rend éternelles.

    Livre du Tao Tö King I, Lao Tseu – Trois

    Il ne faut pas exalter les hommes de mérite afin de ne pas éveiller de ressentiments.
    Il ne faut ni priser les biens rares, car ce serait inciter au vol, ni exhiber les choses enviables,
    pour ne pas troubler les coeurs.
    Aussi, le Sage, dans son gouvernement, fait le vide dans le coeur de ses sujets.
    Il détruit en eux désir et passion qui peuvent les troubler, mais veille à bien les nourrir.
    Il doit affaiblir leur volonté tout en fortifiant leur corps.
    Il doit obtenir que le peuple soit ignorant mais satisfait et que la
    classe cultivée n’ose agir.
    S’il pratique le non-agir, l’harmonie est préservée.
    L’ordre est maintenu.
    L’empire gardé. l’on peut définir"

    01. Livre du Tao Tö King I : La voie que l’on peut définir

    Voir tous les partages sur ce livre Livre du Tao Tö King I : La voie que l’on peut définir
    En mettant en partage vos richesses, apportez vous aussi votre pierre à l’édifice de la connaissance


    L’Académie d’Hermès


    Livre du Tao Tö King I, Lao TseuUN

    La voie que l’on peut définir n’est pas le Tao, la Voie éternelle.
    Le nom que l’on peut prononcer n’est pas le Nom éternel.
    Ce qui ne porte pas de nom, le non-être, est l’origine du ciel et de la terre.
    Ce qui porte un nom est la mère de tout ce que nous percevons, choses et êtres.
    Ainsi à celui qui est sans passion se révèle l’inconnaissable, le
    mystère sans nom.
    Celui qui est habité par le feu de la passion a une vision bornée.
    Désir et non désir, ces deux états procèdent d’une même origine.
    Seuls leurs noms diffèrent. Ils sont l’Obscurité et le Mystère.
    Mais en vérité c’est au plus profond de cette obscurité que se trouve la porte.
    La porte de l’absolu du merveilleux. Le Tao.

    Livre du Tao Tö King I, Lao Tseu – Deux

    Le monde discerne la beauté, et, par là le laid se révèle.
    Le monde reconnaît le bien et, par là le mal se révèle.
    Car l’être et le non-être s’engendrent sans fin.
    Le difficile et le facile s’accomplissent l’un par l’autre.
    Le long et le court se complètent.
    Le haut et la bas reposent l’un sur l’autre.
    Le son et le silence créent l’harmonie.
    L’avant et l’après se suivent.
    Le tout et le rien ont le même visage.
    C’est pourquoi le Sage s’abstient de toute action.
    Impassible, il enseigne par son silence.
    Les hommes, autour de lui, agissent.
    Il ne leur refuse pas son aide.
    Il crée sans s’approprier et oeuvre sans rien attendre.
    Il ne s’attache pas à ses oeuvres.
    Et, par là, il les rend éternelles.

    Livre du Tao Tö King I, Lao Tseu – Trois

    Il ne faut pas exalter les hommes de mérite afin de ne pas éveiller de ressentiments.
    Il ne faut ni priser les biens rares, car ce serait inciter au vol, ni exhiber les choses enviables,
    pour ne pas troubler les coeurs.
    Aussi, le Sage, dans son gouvernement, fait le vide dans le coeur de ses sujets.
    Il détruit en eux désir et passion qui peuvent les troubler, mais veille à bien les nourrir.
    Il doit affaiblir leur volonté tout en fortifiant leur corps.
    Il doit obtenir que le peuple soit ignorant mais satisfait et que la
    classe cultivée n’ose agir.
    S’il pratique le non-agir, l’harmonie est préservée.
    L’ordre est maintenu.
    L’empire gardé.

    SAS bonne lecture et bonne meditation

    Répondre
  2. Anonyme

    26/12/2007

    Tucroy : " Les hommes cesseront-ils un jour de nier l’évidence selon laquelle leur cupidité les a portés, les porte et les portera probablement encore longtemps à faire du commerce -équitable, aux rapports de force près qui n’en sont pas exclus- la base de toutes leurs relations ?"

    Ouf! Ca va Tucroy? Comme ca, le lendemain de Noel?

    Je ne pense pas que les hommes nie que l’intéret (ce que vous appelez cupidité) soit a la base de beaucoup des rapports quotidiens entre individus. Mais dans le meme temps, il y a, pour chacun d’entre nous, d’AUTRES rapports humains, basés, sur la femme, sur l’amour, sur les enfants, les parents, les valeurs, les engagements, le golf, les arts, les Sudoku, etc… Intérets matériels et profit ne sont qu’une partie du Monopoly, et ca ne marche pas si mal que ca… si on a le courage de bosser un peu, 35 heures sur 168 (Semaine). Pas dramatique.

    Allez, Tucroy, disons le ensemble : " Vive les Hommes et la Planete Terre".
    Voila, comme  ca on se sent mieux, et je vois la bouteille qui se remplit a vue d’oeil!

    Best,

    Mancney

    Répondre
  3. Tucroy

    26/12/2007

    Déjà la bible admettait, sans états d’âme, que la vierge fasse l’objet d’un prix dans la monnaie d’alors, tout comme l’esclave, un pied de vigne ou un olivier. Puis le Christ a voulu chasser les marchands du temple ? Les moines en robe safran s’en vont mendiant de porte en porte. Qu’en advient-il ?
    Les hommes cesseront-ils un jour de nier l’évidence selon laquelle leur cupidité les a portés, les porte et les portera probablement encore longtemps à faire du commerce -équitable, aux rapports de force près qui n’en sont pas exclus- la base de toutes leurs relations ?
    Comme lorsqu’il s’agit de faire du social, il faut pour faire de la politique, en avoir les moyens et ceux-ci ne peuvent provenir que du profit tiré d’échanges matériels.
    Bien sûr l’ambition parfois humaniste, plus souvent humanitaire, morale, spirituelle, est parfois présente, non sans une dose d’hypocrisie, mais en la matière rien ne presse. Contrairement à ce dont se nourrit le corps, ce qui élève l’esprit est impérissable et peut donc attendre, d’autant que l’absolution fait patienter les plus inquiets autant que de besoin.
    Dans l’immédiat il s’agit de faire bouillir la marmite et d’y puiser sa pitance avec une fourchette dont il reste à espérer qu’elle sera assez longue.

    Répondre
  4. Brice

    26/12/2007

    Pour Frank,

    Si les loosers d’extrême-droite (c’est le terme que tu as employé) sortent des complots américano-sionistes (ce qui est complet ; il s’agit d’une politique extérieure gavée de maladresses du gouvernement américain visant à islamiser, otaniser et tiers-mondiser l’Europe (l’islam servant de levier démographique), ce qui finira par se retourner contre eux. Lis "guerres contre l’europe" d’Alexandre Del Valle, tu seras moins con ou alors si notre présence t’incommode, va ailleurs si nous y sommes.

    Joyeuses fêtes à tous, merci de me publier.

    Répondre
  5. Frank

    26/12/2007

    Encore une fois les losers d’extrême-droite nous sorte leurs complots américano-sionistes et leurs rancoeurs du passé. Certains en sont même à remonter à Napoléon ou à la révolution.

    Au lieu de rechercher des faux coupables, ils feraient mieux de rechercher des solutions à leurs problèmes.

    Répondre
  6. Frank

    25/12/2007

    Encore une fois les losers d’extrême-droite nous sorte leurs complots américano-sionistes et leurs rancoeurs du passé. Certains en sont même à remonter à Napoléon ou à la révolution.

    Au lieu de rechercher des faux coupables, ils feraient mieux de rechercher des solutions à leurs problèmes.

    Répondre
  7. Anonyme

    24/12/2007

    Jean Claude, with all due respect, vous ne lisez pas les commentaires des autres lecteurs, ou plutot, vous les lisez en diagonal. J’ai déja répondu a la plus part de vos allégations, et j’ai précisé entre autre, que je ne tenais pas a etre "gaulliste" car ceci renvoie au passé.  De plus, je suis pour le rapprochement Europe US, (Cela s’appelle la CIVILISATION OCCIDENTALE!!), bien plus que ne le fut le Général, en d’autres temps il est vrai, c-a-d en un temps ou il fallait "re-fabriquer" la France, ce qu’il a FAIT.

    Encore une fois, j’ai été pro Algérie Francaise autant ou plus que vous, et je n’en dirais pas d’avantage. J’ai compris, depuis, et c’est devenu évident, que les DIFFERENCES de races, et de civilisations ne favorisent pas la vie commune, ou plutot la rendent impossible. Certains Algériens, consciemment ou pas, l’ont compris avant nous, et, meme si ils ne nous ont pas foutu dehors, ceux la ont souhaité notre départ, et, heureusement, ils l’ont obtenus. En 1962, le Général a eu raison, et Mancney avait tort. (La lecon a été bonne, au moins pour moi, car, depuis, je me méfie comme de la peste des émotions.)
     
    Et c’est sur ces memes raisons, que je me base pour expliquer a "Zoubir", et avec votre soutien apprécié cette fois, que, si nous, Francais, n’avons pas notre place, sur une Terre ou ILS ont installé leur race et leur civilisation couscous, (meme illégalement, par conquete, ils sont toujours la!) et bien, EUX, les Algériens et les autres, y compris les Esquimos, n’ont pas leur place, sauf exceptions, a l’endroit ou NOUS, les Francais, avons installé notre peuple, c’est a dire en France. Dammit!
    Qu’y a-t-il de compliqué la dedans? C’est meme TROP simple.

    Je releverai quand meme qqs surprises dans votre dernier commentaire : D’abord, a propos de Bastien-Thiry, ne pas gracier un Homme parce qu’il a refusé de vous serrer la main, me parait "insane" ; le fait meme d’y penser est curieux.  Ensuite, expliquer l’assassinat possible de Tante Yvonne, ou de n’importe quelle femme, par "les risques du métier ", me parait aussi, disons, "surprenant", et c’est un bel euphémisme. Allez-vous justifier ainsi la mort de Marie Antoinette?
     
    Vous etes plus critique contre un De Gaulle d’hier que contre un Kadhafi d’aujourd’hui! Vous vous rendez compte? Et je vous dit, moi, que, le Général présent aujourd’hui, personne, ni kakadafi, n’insulterait la France.
    Avec en plus votre complice SAS qui revient sur les Twin Towers et meme sur UTA 772,  j’ai vraiment l’impression que le Bon Sens fout le camp, ici, parfois.

    Allez, Merry Christmas.

    Mancney

    Répondre
  8. Jean-Claude THIALET

    23/12/2007

    23/12/07     – "Les 4-Vérités"

    S’il ne reste bientôt plus qu’un gaulliste… ce sera assurément MANCNEY. Pourquoi pas ? Il faut de tout pour faire un monde; Et même un nouveau monde. Ne possédons-nous pas, à "4-Vérités", un homme dont il est facile de prévoir qu’il sera, lui, le dernier "bushiste" ?

    Dear friend, if you please… sachez que j’ai eu beau lire De Gaulle, en "gaullien" dans le texte, j’y ai vu davantage de pensées fumeuses. Exceptées; peut-être, celles qu’il avait piquées ici ou là. Par exemple, son plagiat de l’ouvrage écrit au sortir de la Grande Guerre par le général Jean-Baptiste ESTIENNE,  le "père des chars". Et encore, contrairement aux Allemands, il n’avait même pas perçu (c’était tout avant la seconde Guerre Mondiale) le rôle essentiel de l’aviation dans la guerre des chars. Ce qui l’avait obligé  – après la "LIBERATION" –  de faire intervenir les avions lors d’une rédition pour prouver ses vues… prophétiques. Tout le monde ne peut être prophète ! Et, ce que l’on gardera des "pensées" gaulliennes se réduit en réalité à quelques citations que n’auraient pas à envier des chansonniers pleins d’une verve  bien de chez nous.

    Vous citez le colonel BASTIEN-THIRY. Quand je vous aurais dit que le "Général" (ATT, comme le rappelle Gérard PIERRE !)(1), se serait refusé à le gracier, non pas à cause de la présence de son épouse à ses côtés (les risques du métier !) dans sa voiture au moment de l’attentat, mais tout simplement parce que le colonel BASTIEN-THIRY lui avait fait l’affront de refuser de lui serrer la main lors d’une rencontre officielle. Un crime de lèse-majesté impardonnable ! Et quant à "regretter" que sa "victime" n’ait pas pressé lui-même sur la détente   – outre que ce n’était pas le rôle du chef du complot – je crois que le "général" qui avait, lui, "résisté" à LONDRES, n’avait pas de leçons à donner dans ce domaine. Ce qui ne veut pas dire que De GAULLE ait été dénué de courage physique….

    Non, plus je détaille la carrière du "LIBERATEUR" –  mis à part sa taille, son orgueil (d’aucuns diraient sa prétention, et même ses prétentions) et son ambition  – moins je trouve de "grand" dans ce personnage. En tout cas, pas de "grandeur’ d’âme". Lui qui avait laissé condamner le Maréchal PETAIN lequel avait été appelé à (et même supplié de) prendre les pleins pouvoirs, je le rappelle, par une large majorité parlementaire remplie de trouille et de panique, à laquelle la FRANCE devait la débâcle !  Lui qui n’avait même pas osé grâcier Robert BRASILLACH ! Par crainte de ses "amis" communistes devenus champions de l’épuration et des règlements de comptes? Ou parce qu’il pensait se hausser à la "taille" d’un Napoléon qui avait fait fusiller le duc d’ENGHIEN ?

      Mais, comme le dit fort justement et avec sérénité Gérard PIERRE, n’en voulons par au "général". Regrettons simplement que le jugement de l’Histoire tarde. Aussi bien pour lui que pour les communsistes. Et qu’il faille sans cesse donner l’impression avec eux, à cause d’eux;  de remettre l’Histoire à l’endroit et risquer l’anathème ! You understand ?

           Cordialement; Jean-Claude THIALET

    (1) même ses "étoiles" sont "fausses" puisque provisoires. Il est vrai qu’en FRANCE, le provisoire dure. Et toutes les étoiles ne sont pas … filantes. La preuve !

    Répondre
  9. Anonyme

    22/12/2007

    Jean Claude, Gérard Pierre, les Gaulois sont dans la plaine, hein? Et ca y va, les petites bagarres, pendant que les autres copulent et peuplent notre pays!

    Intéressant, aussi, aujourd’hui, de s’en prendre au Général… Qui sont, exactement les Archéo-machins, Jean Claude? Meme Napoléon se fait aligner!
    Tout ca fait quand meme un peu revanchard, et, pourrait, je dis bien "pourrait" ne pas vraiment contribuer a la Bonne Image de la Droite Royaliste Francaise.

    Jean Claude, je suis bien content que vous rendiez a Son Altesse, la primeur des mots de Churchill (que les mauvaises langues diront que l’on retrouve tous les trois mois sur le site!), qu’il a en effet cités, mais si vous pouviez étendre votre reconnaissance a l’oeuvre du Général, ce serait pas mal, non plus. Non pas que ce dernier ai fait d’avantage de choses que SAS, non, mais enfin, comme ca, juste par gratitude, et pour montrer que l’on est objectif, n’est ce pas? Thanks.

    Gérard Pierre, je ne pense pas que beaucoup de monde ai souhaité la mort de Bastien-Thiry. Meme pas le Général. Celui-ci a su etre un rebelle en son temps, et ne peut que respecter l’homme qui sait et qui ose dire "non".  Peut etre n’a t-il pas apprécié que l’on tire aussi sur Tante Yvonne ( … venez donc un peu essayer de tirer sur ma femme, pour voir…. ), aussi, sauf erreur, et puisque l’on parle "d’honneur", il n’aurait pas aimé que Bastien-Thiry ne presse pas lui-meme la détente, et qu’il utilise des étrangers pour faire  le job; donc, il a choisi de ne pas le gracier. Bon. Je ne sais pas ce que vous auriez fait a sa place, moi, je crois que j’aurais fait pareil, pour la meme raison. Vous l’auriez gracié parce qu’il était marié avec une fille d’un ancien ministre de Vichy, c’est ca?

    Allez, demain, ce ne seront plus les Gaulois qui seront dans la plaine.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  10. Gérard Pierre

    22/12/2007

    Bonjour Jean-Claude Thialet.

       La lecture de votre post du 21 décembre adressé à Mancney, concernant le général ATT De Gaulle, fut pour moi un véritable régal.

    – Oui, la colonisation a coûté plus cher à la France qu’elle ne lui a rapporté, n’en déplaise aux adulateurs inconditionnels d’André Gide.

    – Oui, en juin 1940 le général ATT De Gaulle attendit, sur le tarmac de l’aérodrome de Bordeaux, de connaître la constitution du gouvernement Pétain avant de décider de devenir " gaulliste " par défaut. Weygand s’était simplement opposé à sa présence dans le nouveau gouvernement.

    – Oui, il a été exceptionnellement complaisant avec les communistes alors que Staline lui même lui avait confié en lui restituant un Thorez qu’il commençait à trouver encombrant : " attendez quand même six moi avant de le fusiller. "

    – Oui, le retour de De Gaulle aux affaires s’est opéré sur la base d’un complot sur fond d’Algérie française , conduit par Léon Delbecque aidé par Jacques Chaban-Delmas. Le comité de salut public qui s’était constitué le 13 mai 1958 à Alger et dont le général Jacques Massu très réticent reçut la présidence, l’appela pour qu’il concrétise l’union des musulmans et des pieds noirs. On attendit ensuite vainement que De Gaulle prononce le mot « intégration » dans ses discours. Il ne le fit jamais. Il préféra utiliser des synonymes équivoques et cultiver l’ambiguïté, particulièrement à travers un « je vous ai compris » qui n’était ni fortuit ni innocent. Il fit plusieurs tournées des popotes au cours desquelles il incita fortement les officiers à s’engager vis-à-vis des populations musulmanes. On sait aujourd’hui ce qu’il convient de penser de ses manipulations. Les pieds noirs de 1962 réglèrent l’addition de leur manque d’enthousiasme gaulliste durant les années quarante et de l’accueil qu’ils réservèrent aux américains dès 1942. Les harkis furent considérés avec un mépris criminel. Il ne donna pas l’indépendance à l’Algérie, il la jeta à la face des meilleurs d’entre les nôtres.

     

       J’ajoute que s’il avait eu de l’honneur, il aurait gracié Jean-Marie Bastien-Thiry qui, rappelons le, n’a fait aucune victime lors de l’attentat du Petit Clamart en août 1962. Le prétexte qu’il a d’ailleurs évoqué pour n’en rien faire est que son épouse « aurait pu y passer ». C’est dire la minceur de l’argument complaisamment repris par le fils pour justifier l’ignominie du père.

       Il est parfaitement exact qu’il existe aujourd’hui en France, à cause de lui, un clivage qui aura la vie plus dure que celle de trois ou quatre générations, où l’on trouve grosso modo d’un côté la classe politique qui dans sa diversité virtuelle est aux affaires depuis la libération, et de l’autre une droite nationale conspuée, guignolisée et honnie dès qu’elle défend les valeurs multiséculaires de la France.

       En ce qui concerne Honoré d’Estienne d’ Orves (qui fait partie de mon Panthéon) il fut tout de même récupéré à titre posthume dans la liste des compagnons de la libération. Il est vrai que les morts ne contredisent personne. On peut tout de même s’étonner qu’à part un ou deux obscurs établissements scolaires son nom n’est jamais donné à une rue, une place ou un bâtiment officiel. Il est vrai que j’ai tendance à oublier sa foi catholique ! …… péché capital en raie publique ! …… mauvais exemple ! ………… Guy Môcquet, … ça c’est mieux !

       Bon, allez, en ces temps de trêve de Noël ne soyons pas trop amers. La date, même si elle ne correspond pas forcément à la date de naissance véritable, nous rappelle qu’il y a de cela fort longtemps un enfant nous naquit pour la rédemption de nos péchés. Alors soyons indulgents. Et d’ailleurs, …… que pense aujourd’hui le général définitivement ATT là où il se trouve actuellement ? …………… à suivre ! ………… nous le saurons quand nous irons nous-mêmes.

       En attendant, bonnes fêtes de fin d’année cher et vénérable Ancien.

     

    Répondre
  11. Jean-Claude THIALET

    22/12/2007

    21/12/07    – "Les 4-Vérités"

    Cher Gérard PIERRE, si je souscris à vos propos sur la "raie publique" (en laissant à chacun le soin de deviner "la raie de quoi" !), je ne puis être d’accord avec vous lorsque vous nous assurez que Rama YADE aurait sauvé l’honneur de la "République" (1).

    Non la  jolie panthère qui préside au sous-secrétariat d’ETAT aux (prétendus) Droits de l’Homme n’a en rien sauvé l’honneur de quoi que ce soit. Pas même le sien.

    Pour commencer par son propre honneur, celui-ci eût voulu qu’elle démissionnât sans tarder de son poste. Ce qu’elle s’est bien gardée de faire. Sans parler de sa prestation, devant le Sénat, où elle s’était attiffée curieusement d’un patalon à rayures de "sans culottes" ! Devant les sénateurs, elle a prononcé des paroles ambigües qui ont contredit largement ce qu’elle avait dit à propos de la visite de KADHAFI.

    Pour ce qui concerne l’honneur (déjà largement bafoué d’ailleurs par des gens plus importants que la franco-sénégalaise(2), et cela dans tous les domaines !) de la "République fromagère", cet "honneur" eût voulu précisément qu’elle n’insultât pas par l’intermédaire d’une ses ses Secrétaires d’Etat, de son Ministre des Affaires étrangères, et de quelques autres,  l’hôte de la Présidence de la … République.

    Aussi, je crains que, lors de cette visite du président lybien, l’honneur de la République ait été largement piétiné par celles et ceux qui sont chargés non seulement de la défendre, mais aussi de la représenter en toytes circonstances ! Mais à quoi bon perdre son temps à parler de l’honneur d’une "raie publique" qui ne cesse de se coucher devant l’étranger (à commencer par les immigrés !)  comme la dernière des filles publiques ?

                           Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) ce qui sous-entendrait que les KOUCHNER, COPPé, et autres qui se sont défilés plus ou moins bryamment, auraient aussi sauvé cet "honneur" !

    (2) une franco-sénégalaise qui s’est d’ailleurs publiquement déclarée plus sénégalaise que française. Encore une atteinte à "l’honneur" de la République qui l’a faite sous-ministre !

    Répondre
  12. Anonyme

    22/12/2007

    Jean Claude, merci de votre réponse.
    Je pense que nous nous rejoignons, globalement sur l’Algérie et éventuellement sur la Colonisation, qui pour moi est le plus beau cadeau, bien que maladroitement offert (un peu comme un médecin qui "n’écouterait" pas son malade, sublime vexation, et ne ferait que ce qu’IL croit bien pour guérir), le plus beau cadeau, donc, que l’on puisse faire a un peuple, puisqu’on lui apporte la mane divine, c-a-d le savoir, les connaissances.

    Ceci dit, je ne sais pas si je suis "archeo-Gaulliste", et je ne vois pas ce que ca apporterait, except living in the past, mais je prefere etre honnete dans mes raisonnements, honnete avec moi-meme (by the way, épargnez moi vos comparaisons vachardes telles : " l’archéo-gaulliste que vous me paraissez être, comme il reste des archéo-staliniens." – Ca s’appelle un "cheap shot").  Je n’ai pas affiché au mur la photo du Général, par contre il y a une petite médaille du 1er REP qui traine a coté de mon Mac. Vous voyez?
    Cela n’empeche pas que vous reprochez au Général essentiellement des points de détail, (attente de l’avion alors qu’il pouvait esperer INFLUER au sein du gvt Petain.) et des événements émotionnels, (les Harkis) que lui meme, avec son sens des responsabilités, n’a certainement jamais oublié de toute sa vie. Les drames font partie de la vie, cher Jean Claude, et il faut savoir faire et faire faire ce qui ne nous plait pas. Demandez donc a Sir James Somerville, comment il a apprecié son séjour a Mers el Kebir le 3 Juillet 1940. (Ok, il est décédé en 49, alors, "imaginez") . On a écrit : " Although privately he (Somerville) felt that his orders to attack if all other avenues failed were a mistake, Somerville executed his orders" . En tout état de cause, personne, n’est supposé agir parfaitement, et je suis convaincu que le Général a fait de son mieux, et bien mieux que d’autres.
    Par ailleurs, vous ne pouvez pas d’une part, déplorer que l’Algérie ne soit plus Francaise, et dans le meme temps, regretter la Colonisation.

    A coté de cela, sur un plan économique, c-a-d la vie au quotidien, la France et nous meme lui devons beaucoup :  le développement du Nucléaire, de l’Aéronautique, (sans Concorde comme flag, pas d’Airbus Industrie), l’influence de la France, etc… L’homme avait une superbe vision du futur, ce qui n’est pas donné a tout le monde.

    Voila, simplement, rendre a Caesar ce qui lui appartient, et calmer un peu ses vieilles rancunes, comme je l’ai fait moi-meme, apres avoir hurlé jadis  "Algérie Francaise, et Truc Machin vaincra!"
    By the way, vous ecrivez  : " (…)  si l’ALGERIE ETAIT RESTEE FRANCAISE.(…) je doute que la situation de la France eût été pire qu’elle ne l’est aujourd’hui".
    Good. Ca, ce serait 50% ou plus d’Arabo-Muslims aujourd’hui chez nous. Bon, ca aurait peut etre précipité les choses. Who knows?

    Best,

    Mancney

    Répondre
  13. Brice

    22/12/2007

    Pour les gaullistes et les anti-gaullistes,

    Je suis un "fervent" gaulliste, pourtant je reconnais amèrement tous les reproches qui luis ont faits, oui il n’était pas tout blanc tout noir. Je dis seulement qu’au jour d’aujourd’hui, il doit se retourner dans sa tombe. Car, s’il était au pouvoir, les choses seraient bien différentes, mais ce n’est pas le cas, ce qui finalement stérilise pas mal ma remarque.

    Je rejoinds JC THIALET sur les remarques judicieuses qu’il fait à props de la France et de l’Europe ; de son islamisation progressive et de la colonisation de peuplement qu’elle subit de plein fouet avec l’accord de nos dirigeants de droiche. N’oublions pas à cet égard, le grand projet de Sarkozy ; l’Union Méditéranéen, qui va surement s’avérer être la plus ample opération de submersion démographique depuis le regroupement familial insititué par ce traitre de Jacques Chirac. Mais là aussi, je rejoinds celui dont j’ai zapé le nom et qui mettait une grande partie de la responsabilité du sort de la France et de l’Europe sur les peuples français et européens. Là beaucoup d’entre-vous me rejoindront De Gaulle disait "les français sont des veaux", il était gentil et très indulgent là, JMLP lui a fait grincer des dents en disant"les français sont vraiment des cons", oui !!!! Je constate juste que sur ce forum, il reste un bon nombre de personnes qui sont très lucides et voient la réalité des choses.

    Pour ne rappeler que cette phrase de Sarkozy avec la visite de Kadhafi "J’ai fait ce que j’ai cru devoir faire, éviter un afffrontement entre le monde occidental et le monde musulman". Toute la politique menée actuellement par les dirigeants européens, Sarko compris nous amène à l’inverse. De Gaulle, lui, l’aurait au moins compris lorsqu’il disait dans la biographie de Max Gallo "jamais un siècle ne s’est écoulé dans l’histoire de l’humanité sans que la guerre ne vienne lui rendre visite à plusieurs reprises". C’est le chemin que nous prenons, il suffit de rajouter les grilles de lecture proposées par Del Valle, Faye et Du Plessis, pour s’en rendre compte, ce ne sont, certes, pas des paroles d’évangile, mais force, est de voir, qu’à quelques détails près, ce qu’ils pensaient s’avèrent de plus en plus fidèles à la réalité. Pour finir, je dirai et je vais choquer, mais pas tant que çà, la guerre il faufrait d’abord la faire à notre peuple de cons pour lui désintoxiquer la cervelle pourrie par 30 ans de terrorisme intellectuel et de politiquement correct.

    Salut à tous.

    Répondre
  14. Jean-Claude THIALET

    21/12/2007

    21/12/07    – "Les 4-Vérités"

    Pire que l’accueil réservé à Muammar KADHAFI (après tout, la libération des infirmières bugares(1), il y a, à mon avis, les accolades (elles rappellent fâcheusement celles que se donnent les mafieux !)(2) entre Nicolas SARKÖZY et Abdellaziz BOUTEFLIKA à chacune de leurs rencontres (3). Des accolades qui sont accompagnées de grandes déclarations qui, sans souci des réalités historiques ni même des réalités de l’actualité, reconnaissent la "nocivité" de la colonisation française. Sans parler de l’attribution de "visas" que ne cessent de réclamer des gens qui se sentent de plus en plus chez eux chez nous", et de moins en moins chez eux en Algérie depuis que celle-ci est devenue indépendante, et peut-être surtout, depuis qu’elle accueillede plus en plus de travailleurs chinois… Une "colonisation" sans laquelle, pourant,  l’idée même de "nation algérienne’" n’aurait pas existé !

    Pires, sans doute, les accords secrets passés par ce même Nicolas SARKÖZY avec George W.BUSH et avec certaines Associations juives lors de ses voyages aux ETATS-UNIS; Et pire encore, à mon avis, sa déclaration toute récente à ROME, selon laquelle "les racines de l’Europe sont chrétiennes" (même si des comemntateurs s’en sont chargés pour lui, il n’a pas osé dire "judéo-chrétiennes selon la formule à la mode !) alors que tout, dans sa politique, contribue précisément à la négation de ces "racines" ! (4)

    Mais ne nous faisons pas trop d’illusions, avec ou sans Rachida DATIS, avec ou sans Fadela AMARA, avec ou sans Rama YADE, avec ou sans Bernard KOUCHNER, avec ou sans Jean-Louis BORLOO, et quelques autres, LE PIRE EST DEVANT NICOLAS SARKÖZY, DEVANT LA FRANCE… Laquelle est ppourtant au bord du gouffre … Mais qui s’en soucie parmi les thuriféraires de Nicolas SARKÖZY que l’on continue à aduler ? Jusque dans ses amours avec une belle italienne qui n’a cessé de passer de bras en bras (6)

        Cordialement, Jean-Claude THIALET

    P.S.. Merci, LESTORET, pour votre "appréciation". Rendons à César ce qui appartient à SAS puisque c’est lui qui, le premier, avait évoqué la citation de W. CHURCHILL !

    (1) et celle du médecin palestinien (ou syrien, je ne sais plus) que l’on oublie toujours, comme d’ailleurs les centaines de captives et de captives des FARC pour n’avoir d »attentions que pour la Ingrid BETANCOURT, la seule, sans doute, dont on pourrait pourtant dire   – sachant toutes les mises en garde qui lui avait été adressées – qu’allait-elle faire en cette galère ?

    (2) il est vrai que l’égalité de leur taille s’y prête admirablement !

    (3) Je rappelle que ces "accolades" sarköziennes ont été prodiguées à son hôte algérien aussi bien lors de son voyage en tant que ministre-candidat à la Présidence que de celui en tant que président ! Jamais deux sans trois !

    (4) on peut penser ce que l’on veut de Jacques CHIRAC (et j’en pense le pire !), mais il avait eu la franchise de dire : "Les racines de l’Europe sont autant musulmanes que chrétiennes". Oui, mais voilà, Nicolas SARKÖZY dont je rappellerai qu’il a eu pour mentor son prédécesseur, fait semblant de se démarquer de Jacques CHIRAC pour mieux le dépasser sur la voie de la disparition ce que qui reste d’identité française. De manière à rallier le maximum de gogos comme il a su le faire le 6 mai dernier. Et, on le sait, aux premiers rangs de ces "gogos", figurent assurément les catholiques conciliaires (évêques en tête) auxquels on doit l’islamisation accélérée de la France. Voir à ce sujet la lettre "oecuménique" adressée à ses "frères" musulmans (à l’occasion de l’Aïd el FITR) par Mgr TAURAN (successeur de Mgr POUPARD à la tête de la "Conférence des Evêques de France")(5) qu’un "posteur" avait publiée la semaine dernière sur un des "forums" de "4-Vérités", et que l’on peut retrouver, via goggle, dans "AL WATAN" qui s’est fait un plaisir de la publier in extenso.

    (5) un Mgr POUPARD qui avait pourtant dit "L’EUROPE DOIT SAVOIR QUE l’ISLAM VEUT LA CONQUERIR ! ". Ce qui ne veut pas dire qu’il s’en inquiétât, lui et ses confrères. Surtout lorsqu’on découvre son successeur  …

    (6) sur Internet, une Agence de Presse israëlienne s’est chargée de citer ses principaux amants. Allez savoir pourquoi !

    Répondre
  15. Anonyme

    21/12/2007

    Richard : " Mais finalement cela ne semble qu’avoir reporté le processus et ce sont nos enfants qui serons dhimmis"

    Pas sur, Richard, pas sur. Please, n’abandonnez pas sans combattre, car cela ne serait ni glorieux, ni meme naturel, "dans l’ordre des choses".

    Best,

    Mancney

    Répondre
  16. Jean-Claude THIALET

    21/12/2007

    21/12/07    – "Les 4-Vérités"

    MANCNEY. Il est impossible, certes, de savoir ce qui se serait passé si l’ALGERIE ETAIT RESTEE FRANCAISE. Mais je doute que la situation de la France eût été pire qu’elle ne l’est aujourd’hui quand on la voit sur le chemin d’une islamisation accélérée, grâce, notamment, à l’immigration de citoyens algériens. A mon avis – et j’écris cela avec le recul du temps, et aussi celui de l’expérience que me donne l’âge  – le seul tort de la COLONISATION est d’avoir été. Les peuples colonisateurs (particulièrement la FRANCE à laquelle, on le sait aujourd’hui, la colonisation a coûté largement plus qu’elle n’a rapporté à ceux de ses citoyens qui en ont profité) ont en effet eu le tort de ne pas laisser les populations évoluer à leur propre rythme. Et parfois même, de créer des Nations qui – sans eux – n’eussent peut-être pas existé ! L’exemple de l’ALGERIE est éclatant. L’ALGERIE n’existait pas avant 1830, comme avait eu l’honnêteté de reconnnaitre le premier président de l’Algérie devenue indépendante, Ferrhat ABBAS. Ses populations croupissaient avec un fatalisme musulman sous le règne de deys tyranniques qui vivaient de rapines et d’esclavage.

    Mais je voudrais surtout répondre à l’archéo-gaulliste qu vous me paraissez être, comme il reste aussi des archéo-staliniens. De GAULLE, selon moi, et n’en déplaise aux thuriféraires qui l’ont statufié de son vivant  (comme d’autres Al GORE !) malgré ses rodomondates, malgré tout le bien qu’il pensait de lui, et tout le mépris qu’il affichait pour les autres, n’était pas un modèle dans le domaine de l’honneur. 

    Selon moi, et sans parler de forfaiture comme d’aucuns l’ont affirmé, le "Libérateur" ne s’est pas forcément comporté lui-même en homme d’honneur. Notamment :

    – lorsqu’en Juin 40, il a fait attendre sur le tarmac de BORDEAUX-MERIGNAC l’avion du général SPEARS que Winston CHURCHILL lui avait dépêché pour l’enmener à LONDRES. Raison de ce "poireautage" : De GAULLE a attendu (et fait attendre, donc !) jusqu’au dernier moment de savoir si le Maréchal PETAIN lui proposait un poste de ministre dans le Cabinet qu’il était en train de former.

    – De GAULLE a laissé les communistes (oui, je sais, vous aller encore invoquer qu’il n’avait pas le choix, que les Communistes étaient le premier parti de la Résistance)(1) faire la loi, en épurant et en fusillant tous ceux qui risquaient d’être des concurrents, et pas seulement de "vrais collabos". De leur avoir permis, en leur accordant des postes ministériels (et non des moindres !), notamment au déserteur Maurice THOREZ. Et enfin, et surtout, de leur avoir permis de prendre la main mise de façon pérenne sur l’EDUCATION NATIONALE. On en souffre aujourd’hui. Lui, De GAULLE, l’homme qui refusait de s’incliner devant l’Allemagne victorieuse, qui a tenu tête à ROOSEVELT et à CHURCHILL (maus curieusement pas à STALINE !) aurait-il tremblé devant les communistes ?

    – le retour aux "affaires" de De GAULLE s’est fait sur la base d’un complot dont les auteurs (notamment Léon DELBECQUE que j’ai bien connu à l’époque)(2), avec l’accord du principal intéressé, SE SONT APPUYE SUR L’ALGERIE FRANCAISE. Et c’est parce qu’il représentait "L’ALGERIE FRANCAISE" que Charles De GAULLE a pu s’emparer du pouvoir. Et ce alors qu’il était déjà décidé (j’avais moi-même mis en garde Léon DELBECQUE, c’était bien avant mai 58 !) à accorder son indépendance à l’Algérie. Je passerai sur le célèbre "JE VOUS AI COMPRIS !" dont certains historiens ont montré toute la duplicité en en restituant le contexte, mais il faut convenir qu’il n’y avait là aucun honneur à duper ainsi ceux qui, après l’avoir "fait roi", l’acclamaient avec une naïveté toute pied-noire..

    – les accords d’EVIAN. Je rappellerai tout d’abord que De GAULLE avait fait capoter les pourpalers avec des "chefs rebelles" venus en quelque sorte lui demander l’aman (ce qui leur avait coûté la vie après la découverte de leur "trahison" !), et, SURTOUT, qu’il est le responsable des ACCORDS D’EVIAN qui avaient permis à une "rebellion" en pleine déroute d’obtenir une sorte de "rédition sans condition" de la FRANCE devant des vaincus dont beaucoup étaient de vulgaires terroristes ! Où est l’honneur dans tout cela quand on saura que ces fameux "accords" ne prévoyait aucune garantie réelle pour les pieds noirs ? Comme devait le montrer la suite …

    – et enfin, je rappellerai la honte qui pèsera éternellement aussi bien sur De GAULLE que sur son ministre Pierre MESMER (dont je n’ignore pas qu’il s’était conduit en héros pendant la seconde Guerre Mondiale)(3) de l’abandon aussi bien de dizaines de milliers de harkis (et de leur familles) livrés au FLN, et le drame des centaines de français massacrés ou enlevés (et disparus à jamais !) pendant que   – sur ordre venu de très haut – les troupes françaises restaient l’arme au pied !

    Voilà ce que j’avais à vous dire sur quelques points que se gardent bien d’évoquer les archéo-gaullistes qui se refusent à voir toutes les zones d’ombre qui planent sur la statue de leur héros. Je me garderai bien de juger le personnage d’autant qu’il est entre les "mains" de Dieu, mais je suis au regret de constater les résultats de son passage dans l’Histoire de la France. On les constate encore aujourd’hui : un peuple divisé à jamais entre les "bons" (les gaullistes, les communistes, les résistantialistes, les maçons, les gauchistes, les trottskystes, etc.) et les mauvais (au nombre desquels figure assurément la Droite nationale marquée à jamais de l’opprobre de la Collaboration)(4), et la Gauche installée encore pour des lustres au pouvoir. La "Gauche" oui la gauche, celle qui est vraîment la gauche et la gauche qui se prétend la droite ! (5) 

       Alors, toujours gaulliste, dear MANCNEY ? (6)

         Joyeux Noël à toutes et à tous, dans la Paix et l’Harmonie divines. Cordialement,  Jean-Claude THIALET

    (1) je vous ai déjà répondu sur ce point. A savoir que le P..C"F" a été le premier à COLLABORER avec l’Allemagne, avant même que les troupes allemandes entrent à Paris ! Otamment en faisant pratiquer des sabotages dans nos usines d’armements. En appelant les ouvriers à fraterniser avec les soldats allemands, etc. Qui a appris cela dans les écoles de l’EDUCATION (prétendue) NATIONALE ?

    (2) après avoir l’un des principaux acteurs du retour de De GAULLE, celui-ci l’avait congédié comme un vulgaire laquais. Pas assez servile (il ne l’était même pas du tout, malgré son attachement à l’Homme du 18 juin) et surtout trop compromettant et encombrant avec sa passion pour l’ "ALGERIE FRANCAISE" ! 

    (3) il faut dire que De GAULLE avait le génie de transformer les hommes en carpette. A commencer par son Premier ministre, l’homme du "Courrier de la Colère", celui de l’Algérie française, qui s’est transformé   – sans le moindre état d’âme –  en zélateur du "docolonisateur" de GAULLE

    (4) une Droite nationale dont je ne cesserai de rappeler qu’elle a donné à la France son premier résistant, son premier martyr, en la personne d’Honoré d’ESTIENNE d’ORVES. Officer de marine, catholique pratiquant (comme on ne disait pas encore à l’époque), père de famille, ce héros n’avait qu’un seul tort : ne pas avoir fait allégeance à un (grand) homme dont il n’avait peut-être pas entendu le mythique appel. Ah, s’il avait seulement été communiste … 

    (5) Je paraphrase là Ghislain de DIEBASCH qui a écrit : "Il existe en France, actuellement, deux grands partis de gauche, dont l’un s’appelle la droite" ! (in "Petit Dictionnaire des Idées mal reçues", Ed. Via Romana)

    (6) la semaine dernière, j’avais répondu, dans un "post" à une autre de vos "interpellation"s, mais ce "post", comme beaucoup d’autres, j’imagine, n’avait pu être publié…. Et comme je n’ai pas votre adresse e-mail …

    Répondre
  17. fangio

    21/12/2007

    patron , moi yen a beaucoup rire du pays des droits de l homme
    – des prelevements burelesques – et il n y a pas de liberté sans propriété-
    -des médias tenus par des industriels qui dependent des commandes de l etat ( du moins en partie )
    – des tribunaux jugeant " dans l intime conviction " malgre des moyens policiers dignes de ceux de la police US ( ecoutes , courrier etc )avec des instructions a charge sans, des le debut  sanspresence d un bavard
    – des millions d electeurs sans representation
    – une corruption qui regulierement fait soulever le couvercle de la poubelle
    j en passe
    alors qu on arrete de nous les briser menu avec -le-pays-des-droits-de-l homme
    ça ressemble plutot a une demi republique bananière , patron

    allez on laisse les russes , les anglais perfides les espagnols vendrent ce qu ils peuvent au guide de la revolution

    Répondre
  18. sas

    21/12/2007

    A manceney…….revoit , apprend et comprend le décret de isac crémieux……du même nom que le parlementaire…. et tu comprendras pourquoi ca a fini en charnier….à Alger et ailleurs

    sas

    Répondre
  19. fangio

    21/12/2007

    l un des  deux protagonistes est allé " a un diner de cons"
     j ai ma petite idée  sur celui qui a repris le role de jacques villeret
    certes il ne fut pas aidé par ses camarades socialistes

    Répondre
  20. LESTORET

    20/12/2007

    Monsieur Jean Claude THIALET l’a rappelé avant moi: A ceux qui revenaient de Munich en 1938, Churchill aurait dit: " Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre. Vous avez choisi le déshonneur mais vous aurez quand même la guerre.". Les nations européennes et avec elles la France, n’ont rien retenu. Elles se comportent aujourd’hui envers l’Islam de la même manière qu’elle se sont comportées envers le nazisme. La visite de Khadafi en France en est une éclatante illustration, avec en plus l’impolitesse et la vulgarit de ce terroriste. Cela dure depuis quelques décades maintenant et le monde n’a pas encore enregistré une amélioration quelconque dans l’attitude des dictateurs des pays arabes.

    Il ne fait de doute pour presque personne, sauf pour ceux qui ne veulent rien en entendre, que le choc prévisible des civilisations va se produire. Quand ? nul ne le sait, mais ce que chacun sait et constate, c’est que l’invasion larvée mais continue dont sont l’objet la plupart des pays européens se développe sans entraves et sera pour demain une base avancée redoutable pour un Islam decombat qui ne se donne même plus la peine de cacher ses intentions.   

    Répondre
  21. richard

    20/12/2007

    Pour en revenir à De Gaulle, quoi qu’on puisse en dire et en penser, il faut reconnaitre que s’il n’avait l’algérie "accéder" à l’indépendance, il aurait du donner "9 millions de French passport" et le résultat est limpide et  certain: nous serions déjà une république islamique et vous, moi, etc..etc..serions des dhimmis!!
    Mais finalement cela ne semble qu’avoir reporté le processus et ce sont nos enfants qui serons dhimmis

    Répondre
  22. Anonyme

    19/12/2007

    J.C. Thialet : " les "Accords d’EVIAN" où Charles De GAULLE, croyant peut-être éviter de voir un jour Colombey-les-Deux Eglises devenir Colombey les Deux Mosquées, avait    tout lâché à un FLN qui avait perdu la "guerre" sur le terrain. Ainsi De GAULLE  avait eu, lui aussi le "déshonneur"’.

    Ca, c’est spécieux!
    En dehors du fait que vous reconnaissiez, fort justement, la v
    éritable raison de l’indépendance de l’Algerie, (on a déja parlé de cela, n’est ce pas, Jean Claude?), qui est donc le REFUS du Gvt du Général de donner 9 millions de French passports aux Arabes, vous tentez d’y inclure un deshonneur qui n’existe pas, A MOINS QUE, a moins que, vous ne pensiez que l’Algérie devrait etre toujours francaise aujourd’hui… Vous voudriez vraiment que l’Algérie soit francaise aujourd’hui? Come on, Jean Claude!!!!!
    Le g
    énéral nous a epargné de recevoir neuf millions d’arabe en 1962, soit 20% de la population francaise, de meme qu’il nous aurait certainement épargné la pantalonnade Khadafi, vous pouvez en etre sur.

    Je n’ai pas toujours pens
    é comme cela, mais, le probleme, avec le Général De Gaulle, c’est qu’il n’est plus la!

    Best,

    Mancney

    Répondre
  23. Anonyme

    19/12/2007

    SAS : " …vous voulier eviter la PAIX en sauvant L HONNEUR….. en final vous aurez et la guerre et la honte…."
    J.C.  Thialet : " … ILS ONT CHOISI LE DESHONNEUR, ET ILS ONT EU LA GUERRE !".

    Bon, en fait, c’est : " (….) et ils AURONT la Guerre."

    C’est mieux de le citer correctement, hein? Mais, allez, on va y arriver!

    Tenez, en prime, je vous offre la phrase de Daladier sur le sujet, en aparté, et a propos des Francais qui l’acclamaient au bourget, a son retour de Munchen :  "Ah les cons, s’ils savaient !".

    Best,

    Mancney

    Répondre
  24. Brice

    19/12/2007

    Pour Sas et FdG,

    vos remarques ont judicieuces, disons simplement que la France est sur une pente glissante et bientôt les autres pays européens et Sarkozy et sa droiche n’y pourront rien. Comme le disait JMLP dans l’émission Ripostes il y a une quizaine de jours, "Sarkozy est un illusionniste, il a joué le jeu de la crédibilité durant les élections" mais n’a rien dans le froc. Que dire des millions de français décervelés qui ont voté droiche au 1er tour, salut à tous.

    Répondre
  25. Gérard Pierre

    19/12/2007
       Certains peuvent parfois penser, en lisant mes propos, que lorsque j’évoque la raie publique je suis un tantinet corrosif, voire trivial. Pourtant, à la lumière des derniers évènements, qu’il s’agisse de la visite de Kadhafi ou qu’il s’agisse de la dernière égérie présidentielle à la Une des journaux, dont la presse pour une fois unanime s’ingénie à démystifier l’image de vestale, nous sommes bien dans un contexte de raie publique. Convenons en !
     
       Le chamelier mégalomane et sanguinaire, sorte de clone de son « prophète », qui durant cinq jours tripota notre Marianne hermaphrodite sous nos trois couleurs n’a pas boudé les plaisirs que la raie publique lui offrit. Il se vautra dans la France. Rama Yade tenta bien de sauver l’honneur mais les proxénètes institutionnalisés par le suffrage lui suggérèrent vigoureusement de prendre son saut, sa pelle et de s’en retourner jouer dans le bac à sable du jardin des droits de l’homme. Aux temps des Rois, l’élégance était de rigueur, même dans la débauche, et l’on se disait en guise de mea culpa que Paris valait bien une messe. La raie publique n’aura jamais le panache de la Royauté. Elle s’encanaille pour un plat de lentilles …… qui n’est même pas encore en cuisine. Qui peut démêler l’imbroglio des contrats déjà signés auparavant, des contrats signés durant la semaine, des intentions de contrats et des projets de contrats ?…… les explications m’ont paru bien confuses, bien embarrassées. Ce n’est d’ailleurs que l’un des deux arguments invoqués pour justifier l’invitation de l’ex terroriste en chef.
     
       J’écris « ex » avec une pointe d’amertume car le second argument entendu tendait à accréditer l’idée que Kadhafi aurait été subitement touché par la grâce et serait redevenu fréquentable ! ……… jusqu’à quand ? …………… « caresse la main que tu ne peux pas couper »…… c’est bien l’une des recommandations de l’islam à ses croyants, non ? « J’ai fait ce que j’ai cru devoir faire, c’est-à-dire éviter à toute force un affrontement entre le monde musulman et le monde occidental » a dit Nicolas Sarkozy. Pauvre petit, tout petit petit Nicolas, qui eut été bien avisé de réviser (*) son histoire, notamment le passage des accords de Munich en 1938. Il se serait souvenu de la célèbre phrase de Neuville Chamberlain à son retour en Grande Bretagne : « le Führer est un homme sur qui l’on peut compter lorsqu’il a engagé sa parole ». ……… ! ! ! ……… Personne n’a encore osé raconter au petit Nicolas la suite de l’histoire ?…………. c’est inquiétant !
     

     
    (*) Je dis « réviser » mais, …… je le surestime peut-être car, …… le président Tavumabelmontre l’a-t-il seulement étudiée ?
    Répondre
  26. Jean-Claude THIALET

    19/12/2007

    19/12/07    – "Les 4-Vérités" –

    Pardonnez-moi, cher SAS, de vous avoir emprunté (sans le savoir) (1) votre souvenir d’une citation "churchilienne". Vous constaterez que je l’ai restituée dans son entier. J’en profite pour rappeller que je suis loin d’être un thuriféraire de CHURCHILL, pas plus d’ailleurs que de CLEMENCEAU. Je reproche à l’un et à l’autre, se s’être laissés "embarquer" par un WILSON et un DELANOË, tous deux "prisonniers" de la finance internationale, qui ont tout fait pour détruire l’EUROPE (2), la civilisation européenne. Dstruction que poursuivent allègrement George W.BUSH, et ses néo-conss, alliés du judaïsme apatride (je ne parle donc pas de l’ETAT D’ISRAËL !) dans la poursuite de l’islamisation de l’Europe, laquelle sera parachevée avec l’admission au sein de l’UNION EUROPEENNE de la Turquie soutenue, toujours par les Gouvernements américains et israëliens ! Salut camarade de combat !

         Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) pour éviter de me laisser inspirer par certains "posts", je les lis une fois mon propre "post" … posté !

    (2) notamment en imposant à l’Allemagne vaincue un "diktat" qui avait provoqué, après des années de misère, l’arrivée au pouvoir ("démocratiquement", on ne cesse de nous le rappeler !) d’HITLER !

    Répondre
  27. Jean-Claude THIALET

    19/12/2007

    19/12/07    – "Les-4-Vérités" –

    Il est difficile de savoir si les embrassades (dont, curieusement, on n’a pas beaucoup parlé dans la presse) entre Nicolas SARKÖZY et Abdelazziz BOUTEFLIKA, et les courbettes sarköziennes devant le "GLAIVE DE L’ISLAM" (1) qui ont suivi,  sont destinées à faire oublier la "connivence judéo- israëlo-sarközienne" dénoncée par de méchantes langues (2) ou à acheter la paix dans des banlieues de plus en plus islamisées, ou les deux. Mais l’attitude générale du nouveau président de la République me rappelle fâcheusement cette phrase fameuse de Winston CHURCHILL après la signature des "Accords de Munich" (3) : "ENTRE LE DESHONNEUR ET LA GUERRE, ILS ONT CHOISI LE DESHONNEUR, ET ILS ONT EU LA GUERRE !".

    Je ne sais pas si le fait d’avoir déroulé le tapis rouge devant Muammar KHADHAFI, et d’avoir accepté sans sourciller tous ses démentis(4), toutes ses incartades, tous ces retards (soigneusement programmés à deux heures)(5), aura permis de concrétiser de prétendus "juteux" contrats, et encore mieux d’acheter la paix dans nos banlieues. Mais il est certain que Nicolas SARKÖZY s’est déshonoré en attribuant publiquement à son hôte une considération à la mesure de celle que celui-ci se porte  – théâtralement – à lui-même. Tout comme d’ailleurs, il s’est déconsidéré en acceptant sans sévir (pour lâcher du lest vis-à-vis de "son" opinion publique ?) que "son" ministre des Affaires Etrangères, et "sa" sous-ministre aux Droits de l’Homme déblatérent contre celui qui était son hôte, sinon celui de la France. Tout comme ceux-ci d’ailleurs se sont déconsidérés définitivement en ne donnant pas leur démission !

    Si la devise de Nicolas FOUQUET, le super intendant auquel la France doit  – indirectement – le château de Versailles, était "QUO NON ASCENDET ?", je crains que celle d’un des lointains successeurs de LOUIS XIV ne soit bientôt  "QUO NON DESCENDET ?"

                               Cordialement, Jean-Claude THIALET

    P.S. Réflexion faite, il est fort possible que Nicolas SARKÖZY ait prêché les Droits de l’Homme à Muammar KADHAFI. La meilleure preuve en serait donnée par le "prêche droit-de-l’hommiste"" que cet assurément bon élève s’est empressé de faire devant des centaines de "musulmans et de musulmanes" bien de "chez nous" (même si ces dames aient été pour la plupart voilées, ce qui devient il est vrai très "tendance" chez nous !). La seule question que je me pose est la suivante : pourquoi le "GLAIVE DE L’ISLAM" n’en a-t-il pas profité pour  proposer à toutes et tous ces "maltraités" des droits de l’homme de quitter au plus vite un pays dont les caisses vides (vidées !) n’ont plus grand’chose à leur donner, et à s’installer dans une Lybie qui croûle sous les revenus du pétrole et du gaz dont ALLAH l’a généreusement pourvue ?  Pourquoi aussi ne pas avoir incité tous ceux qui  – en Algérie ou dans d’autres pays musulmans –  ne cessent de  quémander des visas, ou même s’invitent chez nous au péril de leur vie dans des traversés clandestines, A VENIR DIRECTEMENT CHEZ LUI. Nul douite qu’ils y seraient accueillis par les Lybiens en frères. Musulmans s’il en est ! 

    (1) un des titres (ô combien évocateurs de ce qu’est réellement l’istam en tant que religion) du Colonel KADHAFI !

    (2) dont celle du ministre algérien des Anciens Combattants. A ce sujet, que l’on me permette de relater cette anecdote. Le Quotidien belfortain "LE PAYS" (édition de ‘"L’ALSACE") a relaté le 7 novembre, sur un tiers de page, une manifestation 100% algérienne qui s’est déroulée dans la salle des Fêtes de Delle (Terriroire de Belfort) décorée aux couleurs algériennes pour commémorer à grand renfort d’Algériens venus de Franche-Comté, le "53ème anniversaire du 1er novembre 1954" qui avait vu le déclenchement de la rébellion algérienne, et le martyr de dizaines de milliers de gens qui étaient restés fidèles à la FRANCE, sans parler du sacrifice de nos soldats. Le consul d’Algérie à Besançon a même remis une décoration à un "glorieux ancien combattant" dont on se demande bien pourquoi, après avoir oeuvré ainsi à l’indépendance de son pays, il avait préféré venir s’installer en France. Mais, grâce à François MITTERRAND, on le sait, les "immigrés (particulièrement algériens) SONT CHEZ EUX CHEZ NOUS". Et il nous le font sentir chaque jour davantage ! Grâce à la lâcheté des "princes qui nous gourvernent" !

    (3) le mot "accords" me rappelle fâcheusement les "Accords d’EVIAN" où Charles De GAULLE, croyant peut-être éviter de voir un jour Colombey-les-Deux Eglises devenir Colombey les Deux Mosquées, avait    tout lâché à un FLN qui avait perdu la "guerre" sur le terrain. Ainsi De GAULLE  avait eu, lui aussi le "déshonneur" (sans que l’on sache s’il "repose" aujopurd’hui "en paix" avec sa conscience !) et la FRANCE a eu la guerre… dans ses banlieues, en attendant pire  !

    (4) il me souvient que, dans une interview accordée (sous sa propre tente gouvernementale !) à FRANCE2 (T.V. "gouvernementale", elle aussi !!!) Muammar KADHAFI avait démenti que Nicolas SARKHÖZY lui ait demandé de respecter les Droits de l’Homme. Propos à leur tour "démentis" par le Président de l’Assemblée Nationale qui, la main sur le coeur, avait juré qu’il avait lui-même entendu Nicolas SARKÖZY dire à son hôte combien il "était attaché à la défense des DROITS DE L’HOMME" (sic) ! Comme si cela impliquait que l’Elyséen ait véritablement demandé à KADHAFI de les respecter lui-même… Que ce serait-il passé d’ailleurs si ce même KADHAFi  – proclamant son attachement à l’islam –  avait demandé que l’on s’attache davantage encore à respecter et à développer  la religion du Prophète en France ? J’imagine fort bien Nicolas SARKÖZY faire tout pour essayer de lui démontrer combien la FRANCE (et les Français qui vont avec) s’attachaient à faire qu’ALLAH SOIT DE PLUS EN PLUS GRAND en FRANCE, pour paraphraser le regretté Alexandre VIALLAT !

    (5) en faisant visiter à Muammar KADHAFI le château de VERSAILLES, l’ex-ministre AILLAGON n’a pas même osé lui rappeler cette phrase célèbre de LOUIS XIV : "L’EXACTITUDE EST LA POLITESSE DES ROIS" !

    Répondre
  28. FdG

    19/12/2007

    "NIQUER LA FRANCE" !

    Bon, "monsieur R" l’a bien chanté sous les applaudissements de la "gôche" (cul-ture oblige) !

    khadafi, lui au moins est passé à l’acte , sans prélminaires et sans "capote" !  Marianne serait bien inspirée de consulter ! 

    Répondre
  29. SAS

    19/12/2007

    C’est comment qui disait le gazier chuchill:

    …….vous voulier eviter la PAIX en sauvant L HONNEUR….. en final vous aurez et la guerre et la honte….

    c’est parti mon kiki…

    sas

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)