La campagne électorale et la politique étrangère

Posté le mars 28, 2012, 12:00
14 mins

La politique étrangère n’exerce aucune influence sur la campagne électorale en cours. Les Français, dans leur ensemble, se moquent de ce qui se passe à l’étranger, car ça ne concerne pas leur vie quotidienne. Mais les étrangers, eux, suivent de près cette campagne et ils le font sans bienveillance.

Il faut savoir, en effet, que les Français ont mauvaise presse à l’étranger, où on les juge souvent arrogants, prétentieux, revendicateurs, peu sérieux, et peu fiables. Il y a assurément de nombreuses exceptions, mais on n’en tient pas compte. C’est ce que j’ai constaté au cours des décennies que j’ai passées à travers le monde. Or, les propos que tiennent actuellement les candidats renforcent singulièrement cette regrettable réputation.

Voilà, en effet, que Nicolas Sarkozy, Fran­çois Hollande et Marine Le Pen veulent mo­difier les traités internationaux que la France a signés et ratifiés, en particulier certains de ceux qui nous lient à l’Union européenne. Ces candidats paraissent ignorer que, pour modifier des traités, il faut être deux, et d’accord. En tout état de cause, de telles négociations exigeraient des mois, plutôt des années.

Nicolas Sarkozy, lui, tout à coup, veut supprimer les accords de Schengen qui ont – c’est vrai – beaucoup facilité l’immigration déferlante sur l’Europe de millions de Ma­ghrébins, Orientaux et Africains. Pourquoi ne l’a-t-il pas demandé au début de son quinquennat ? Aujourd’hui, changer Schen­gen avec l’accord de tous nos partenaires européens, c’est impossible et le mal est fait. Dans un autre domaine, Sarkozy a déclaré qu’il voulait poursuivre les exilés fiscaux où qu’ils se trouvent dans le monde, vivement applaudi à cette occasion par le communiste Mélenchon. Fort bien. ça peut gagner des voix. Sauf que de telles promesses créent la confusion entre expatriés qui travaillent à l’étranger (2 millions) et exilés fiscaux. De plus, cette disposition annoncée crée une discrimination, ce qu’interdit l’article 14 de la Convention européenne des droits de l’homme et exigerait la renégociation de 110 conventions fiscales avec autant de pays.

De tels propos démagogiques et irresponsables ont pour seul effet de créer un climat d’inquiétude chez les Français travailleurs et épargnants et beaucoup de méfiance dans les États étrangers qui finiront par dire aux actuels dirigeants et candidats : « Restez tranquilles et soyez enfin sérieux ! »

Pour ce qui est de l’action diplomatique, on pourrait en faire un livre.
Je me limiterai à dire que le bilan est globalement négatif. L’Union pour la Méditerranée a été un fiasco total. L’opération en Libye est un échec retentissant qui a causé beaucoup de victimes et établi un régime pire que le précédent. Le nouveau régime libyen « démocratique », c’est les tueries, les tortures, la guerre civile, et la charia. En Égypte, c’est l’anarchie et le vol de quelques-unes des plus belles pièces du Musée du Caire. En Libye, le trésor de Benghazi a disparu avec ses 800 pièces d’or antiques, pas perdues pour tout le monde. En Afghanistan, la guerre est loin d’être gagnée par les Occidentaux qui déjà ont perdu, dans ce pays musulman et primitif, des milliers d’hommes et des douzaines de milliards d’euros, mais elle est gagnée par le Pakistan islamique.

En Syrie et en Iran, où l’on construit consciencieusement la bombe atomique, que contrôle-t-on ? Rien. À ce sujet, il est intéressant de noter les réactions de la Russie et de la Chine, qui ont clairement fait savoir aux Anglais, mais surtout aux Français, ceci : « Vous nous avez embobinés avec votre volonté d’intervention en Libye et nous avons fini par vous donner l’accord que vous sollicitiez. Nous le regrettons vivement. Votre action a été une ingérence outrepassant largement le mandat des Nations Unies et vous avez échoué. Vous nous avez trompés une fois. Vous ne nous tromperez pas une seconde fois. »

Significative aussi est la réflexion du philosophe de gauche Régis Debray dans le « Monde » du 16 mars : « Fascination pour les “médias events”, tels que ces sommets aussi rutilants qu’inutiles, mépris des experts et des compétences du Quai d’Orsay au bénéfice de BHLries aussi frivoles que contre-productives… » Telle est la politique étrangère du moment. La crise russo-géorgienne, dont on nous dit qu’elle a été réglée par Sarkozy, n’a été qu’une pantalonnade sanglante qui a abouti à l’annexion de fait par la Russie de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie. C’est exactement ce que voulait Moscou. Dans le livre qu’il a publié en mars 2009 chez Fayard, Thierry Desjardins écrit (p. 306) : « En Asie centrale, les Russes sont en train de recréer l’URSS de jadis ou, si vous préférez, l’empire des Tsars. Vous n’avez rien vu venir, Monsieur le Président. La géostratégie n’est décidément pas votre truc… »

Mais le pire, c’est l’Afrique. Al Qaïda, dirigée par l’Algérien Abdelmalek Droukdal, contrôle désormais tout le Sahel, y compris le Nord du Nigeria, grâce au Boko Haram, la branche nigériane d’Al Qaïda. La situation s’est encore aggravée avec la rébellion touarègue, dont les combattants, anciens mercenaires de Kadhafi, sont rentrés de Libye surarmés. De la Mauritanie à l’ouest à la Somalie à l’est, l’islam fondamentaliste règne en maître. 80 personnes ont été enlevées depuis 2007. 183 millions d’euros de rançon ont été versés à Al Qaïda qui détient toujours 5 otages français qu’on finit par oublier. Le financement d’Al Qaïda ne pose donc aucun problème, d’autant que l’organisation est étroitement associée au gigantesque trafic de cocaïne qui, venant d’Amérique centrale, transite par les États d’Afrique noire, pour arriver au Sahel, puis en Europe. Les profits sont tels que la localité malienne de Gao est appelée « Cocaïne city ». Il va sans dire que, comme le souligne Amadou Ould Adbdallah, directeur du Centre pour les stratégies et la sécurité Sahel-Sahara, « il n’y aurait pas Al Qaïda dans la région sans les complicités des autorités du Mali et de l’Algérie ».

Je rappelle enfin qu’Al Qaïda a proclamé à plusieurs reprises que le but de son intervention militaire et terroriste était la France, où de nombreux djihadistes, entraînés et armés, au sein d’une population musulmane de 6 millions d’habitants, sont prêts à intervenir.
Quant à l’Afrique noire, c’est l’incurie, le chaos et la corruption.

S’agissant du camarade Hollande, beaucoup l’ignorent et certains le redoutent. À l’étranger, on craint que, dominé par la gauche de la gauche, il mène, faute de caractère et de connaissance des dossiers, une politique étrangère incohérente et dangereuse.

Et, pourtant, ma conclusion sera optimiste. Un ancien élu m’a confié : « N’attachez pas trop d’importance aux propos des candidats. La démocratie est un système où il faut attraper les mouches (les électeurs) et on ne les attrape pas avec du vinaigre, mais avec du miel, c’est-à-dire des promesses qui n’engagent que les imbéciles et les naïfs qui y croient. Une fois élu, les électeurs et les promesses, on les oublie. »
Le plus beau est que tout ce cirque est payé par le contribuable bien français, des centaines de millions d’euros, qui s’ajoutent aux 1 700 milliards de dette, dont il ne faut pas parler. Pauvre contribuable, dont le nom commence si mal…

5 réponses à l'article : La campagne électorale et la politique étrangère

  1. quinctius cincinnatus

    02/04/2012

    @ elis

    rassurez vous les " gens du Quai  " ne sont pas ( encore ) tous des … buses !

    Répondre
  2. elis

    01/04/2012

    Une fois de plus christian lambert fait une excellente analyse, sans concession, de la politique étrangère de notre beau pays. N’en déplaise à Juppé et aux 95% des enarques du Quai c’est tout de même lui qui a raison.La Georgie, la Lybie,l’union pour la mediterranée, l’Iran autant de constats d’impuissance ou de retentissants échecs. Que Christian Lambert garde sa verve et sa "gnaque" le plus longtemps possible. Elles sont si rares les voix qui connaissent et qui parlent de ces questions de politique étrangères que les français …et les médias, ignorent ou méconnaissent largement.On aimerait bien savoir ,par exemple, ce qui se passe en Irak en ce moment.Est ce l’explosion promise ou les choses se stabilisent elles. C. Lambert a t il des infos?

    Répondre
  3. DUFLO

    30/03/2012

    Je lis toujours avec grand plaisir les articles de Christian Lambert. Les Candidats à la Présidentielle seraient bien inspirés d’en faire autant. En plus de s’exprimer avec grand talent grammaticalement il exprime ce que je ressens profondément. Bravo Monsieur Lambert et Continuez pour notre plus grande satisfaction. Bien cordialement Jean Claude Duflo [email protected]

    Répondre
  4. Toni

    28/03/2012

    "Les Français, dans leur ensemble, se moquent de ce qui se passe à l’étranger, car ça ne concerne pas leur vie quotidienne."

    Le dieu état doit protéger de tout et de tous les bobos de la vie. Hélas la mondialisation est plus têtue que le dieu état.

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    28/03/2012

    @ Lambert Christian

    que proposez vous ?  à part l’indignation ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)