La droite doit être elle-même pour résister à la gauche !

Posté le novembre 14, 2012, 11:20
5 mins

Obama l’a donc emporté le 6 novembre. Pour une écrasante majorité des Français, y compris la quasi-totalité des dirigeants de la « droite », c’est une jubilation. Pas pour moi. La victoire d’un homme de gauche, où que ce soit, est toujours une mauvaise nouvelle.

Cependant, ici, comme chez nous, ce n’est pas la gauche qui gagne. Nous n’avons pas encore les résultats définitifs, mais il semble qu’Obama ait perdu des millions de voix par rapport à 2008 (de l’ordre de 8 millions, alors que l’écart entre Romney et Obama est nettement inférieur à 4 millions de voix…).

Et, surtout, on constate que Mitt Romney a été très loin de faire le plein des voix à droite (tout comme Nicolas Sarkozy en mai dernier) : il a réuni plus d’un million de voix de moins que McCain, qui, déjà, avait fort peu enthousiasmé la droite du parti républicain (aux derniers décomptes, Romney a réuni 58,6 millions de voix, alors que McCain en avait réuni 59,9 en 2008).

Et on constate que l’abstention a été d’autant plus forte dans les États que les Tea parties y étaient puissants.

Plutôt que la « victoire de l’Amérique progressiste » dont les médias français ont abondamment parlé, je crois que cette élection, comme l’élection de mi-mandat précédente, confirme la droitisation de l’électorat de droite, qui a rejeté Romney comme trop modéré. C’est sans doute une difficulté pour le parti républicain (comme la droitisation de la droite française est une difficulté pour l’UMP), mais c’est aussi une bonne nouvelle.

D’autant meilleure que cette droitisation, en France comme aux États-Unis, s’opère sur tous les plans : économie, valeurs familiales, sécurité, immigration…

 L’opposition ne manque pas de charmes. En particulier, elle permet aux dirigeants politiques de redécouvrir leurs « fondamentaux ». Je viens de lire un très bon entretien de Laurent Wauquiez, ancien ministre UMP, à « Valeurs actuelles », dans lequel ce ministre, qui semblait jusqu’ici plutôt centriste, déclare : « La France s’est laissé intoxiquer par le politiquement correct et la bien-pensance de gauche qui, sur le social, portent un nom : l’assistanat. » Souhaitons que cette cure forcée d’opposition permette à Laurent Wauquiez et à d’autres d’approfondir le constat et surtout de proposer des mesures contre cet état de fait.

En attendant, la crise continue et la gauche semble accélérer en fonçant dans le mur. Elle s’en prend, bien sûr, à la compétitivité des entreprises françaises. Et j’avoue que la mise en œuvre partielle du rapport Gallois ne me rassure pas du tout, puisque je constate que les baisses de charge et crédits d’impôt sont opérés après… les hausses de charges ! Autrement dit, on commence par alourdir la barque et ceux qui seront encore vivants dans 2 ans, et qui auront pu investir le peu que l’État socialiste leur aura laissé, pourront bénéficier d’un crédit d’impôt.

Si vraiment la compétitivité était l’objectif, il y aurait une solution toute simple : baisser les charges. C’est plus facile à comprendre, plus efficace, et surtout plus juste.

Car le vrai problème de ce dispositif n’est même pas sa lourdeur administrative et son inefficacité économique ; c’est le refus latent du droit de propriété qu’il présuppose. Les entrepreneurs ne sont que gérants d’une société qu’ils ont pu fonder, mais qui appartient en droit à l’État – lequel, dans sa grande mansuétude, veut bien accorder un crédit d’impôt après nous avoir assommés de taxes ! Après avoir dénoncé le droit constitutionnel de manifester (!), la gauche veut nous priver du droit de propriété (Mme Duflot a même été jusqu’à réclamer la réquisition des logements vacants !). Que nous restera-t-il dans 5 ans ?

11 réponses à l'article : La droite doit être elle-même pour résister à la gauche !

  1. BRENUS

    18 novembre 2012

    La seule droite si convient aux gauchos est celle qui ne cesse de s’inventer des méa-culpa, de se flageller et de lècher les bottes des bobos, jaurès inclus.
    sI Fillion passe a l’UMP, Solférino va sabler le champagne.

    Répondre
  2. BRENUS

    18 novembre 2012

    J’ignore si la “droite” doit rester elle-même mais, pour ce qui concerne la France où l’UMP est censée la représenter, c’est mal parti si Fillion la couille-molle emporte le morceau. Avec ses supots genre Baroin, Pécresse NTM, etc… donc la place est plutot au centre, voire centre-gauche, la vente de silice et de flagelles a de beaux jours devant elle, tant ces zigotos se complaisent da

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    17 novembre 2012

    @ de Thieulloy

    la Droite du … ” Christ Roi ” ?
    arrêtez de vous fourvoyer dans l’impasse de la nostalgie !

    Répondre
  4. HansImSchnoggeLoch

    14 novembre 2012

    La gôche à la française n’existe pas aux USA,, Je ne pense pas que les deux partis principaux ni leurs électeurs s’en plaindront.
    Il est fort possible qu’après 5 années de plaisirs aquatiques avec le capitaine du pédalo, les Français vont enfin se débarasser des joyeusetés iimposées par le socialisme. Quand tout sera redistribué y compris la pauvreté les cerveaux font des merveilles et arrivent à féfléchir à la vitesse de la lumière.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      15 novembre 2012

      Le pédalo est un engin de navigation pour les loisirs familiaux et qui ne chavire pas uniquement lorsqu’il vogue sur un bassin aussi lisse que l’huile … cei ne sont pas les conditions météorologiques maritimes actuelles et le Monde n’est pas un bassin des jardins Luxembourg !
      Dans c’est à dire la journaliste du ” Monde ” racontait l’interview que F.H. avait “accordé” à son journal il y a de cela quelques semaines et voici ce qu’elle disait :
      ” F.H. témoignait alors d’un optimisme si total au sujet de l’état de la France que cela en était … on peut dire inquiétant “

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      15 novembre 2012

      pour @ Jaurès se procurer le livre :

      ” L’illusion Obama”

      par John R. MacArthur

      éditions ” Les Arènes ”

      dans lequel il apprendra que par sa femme Michelle Barack était le protégé du système démocrate corrompu mis en place à Chicago par les maires Daley père et fils et qu’il était redevable de l’Upper Eastside de New York qui font partis du fameux ” 1 % ” des plus riches américains dénoncé par Occupy Wall Street .

      comme quoi le Professeur Guy Millière vous ” bourre le mou ” plus souvent que votre tour !

      Répondre
  5. Oeildevraicon

    14 novembre 2012

    Que nous restera-t-il dans 5 ans?

    Peut-être quelques cacahuètes, rien de plus, si les chances pour la France veulent bien nous en laisser.

    Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    14 novembre 2012

    Pour une fois Monsieur Guy Millière est extra et lucide ( ce qui le change de son personnage extravagant habituel … d’extra-lucide )
    Oui , partout dans le Monde occidental les peuples déchantent …
    Mais il lui faudra un jour qu’il admette , puisqu’il il n’en n’est pas encore là , que le bonheur ce n’est pas l’économie financière …
    Encore beaucoup de chemin à faire , Monsieur Millière
    Mais votre déception électorale, si elle est égale à votre aveuglement pré-électoral , devrait vous donner le courage intellectuel et moral de parvenir au but

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      14 novembre 2012

      en fait je viens de m’apercevoir que l’article était de Monsieur de THIEULLOY ;;; JE ME DISAIS AUSSI ! ! !

      Répondre
  7. Jaures

    14 novembre 2012

    Une simple question, si Romney n’a pas été élu parce que trop modéré, pourquoi les primaires où seul l’électorat de droite s’exprime ont-elles dégagé Romney comme candidat ? Comment un candidat plus à droite, déjà minoritaire dans son propre camp, gagnerait-il une élection nationale ?
    De plus, on présente ici Obama comme un candidat de gauche alors qu’en France il aurait toute sa place à l’UMP. Obama était soutenu par Microsoft, Google, de nombreuses assurances privées,… En fait, on voit bien que les élections américaines sont sclérosées: même si un authentique candidat de gauche était élu, il ne pourrait appliquer la moindre mesure de redistribution sans être aussitôt censuré. On a vu la bien tendre réforme du système de santé ébauchée par Obama: à l’arrivée, un système qui appliqué en Europe nous ferait revenir 50 ans en arrière !
    Enfin, et encore une fois, si le niveau des charges était la clef de la réussite économique, l’Espagne et l’Irlande caracoleraient en tête de l’économie européenne.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      14 novembre 2012

      Confession d’un ( petit ) enfant du siècle ,impensable il y a encore une semaine :

      @ Jaurès est ” déçu ” par l’élection de Barack Obama ( pas assez à gauche ) comme si l’Américain, même démocrate, était un socialiste français !

      C’est vrai qu’avec Mitt Romney ( par ailleurs excellent gouverneur de son Etat ) comme challenger il ne risquait pas grand chose , puisque que le Mormon recevait un soutien ” enthousiaste ” de son ” aile droite ” ( c.a.d. : la plus “réactionnaire ” ) … c’était donc ,quasiment annoncé , le suicide de l’éléphant républicain ; les ” nostalgiques ” de ” la Dame de fer ” et de Ronald Reagan disparaissant de plus en plus des écrans politiques( sauf aux ” 4V² ” ) par un simple effet de balancier

      Bref une élection ne se gagne ( actuellement ) ni à droite ni au centre … sans doute ailleurs … mais où … ?
      à mon avis parmi une entité nouvelle qui se fait petit à petit de plus en plus visible : chez les ” républicains et patriotes ” c.a.d. chez ceux qui se sentent RESPONSABLES et qui entendent rester LIBRES !

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)