La faiblesse de l’Occident et la force de la Russie

Posté le novembre 08, 2016, 1:08
8 mins

Premier constat : la force de la Russie de poutine procède de la faiblesse de l’Occident.
L’Occident, qu’est-ce que c’est ? C’est l’Amérique – je veux dire les États-Unis, où la campagne électorale qui s’achève après des mois d’affrontements, offre tout un enseignement. Voilà un pays, à ce jour le plus puissant du monde, qui est menacé d’être gouverné soit par un batteur d’estrade, hâbleur et imprévisible, soit par une femme de bientôt 70 ans, dont on connaît l’ambition pathologique et le manque de scrupule.

C’est à cette dame, dont la carrière douteuse démontre qu’elle n’est pas fiable, que pourraient être remises les clés de l’arme atomique ou à son concurrent – ce qui serait pire encore. De surcroît, cette bataille électorale s’inscrit dans la démocratie de l’argent. Elle coûte près de 2 milliards de dollars à chacun des principaux candidats. C’est dire les compromissions qu’elle implique. Hillary Clinton emploie ainsi 710 salariés pour convaincre les électeurs qu’elle est la meilleure ! Ceci s’ajoutant aux insultes réciproques, on comprendra que 82 % des électeurs américains avouent que cette campagne au ras du caniveau leur a inspiré du dégoût…

L’Occident en Europe, dans un autre genre, ce n’est pas mieux. L’Union européenne, avec actuellement 28 membres, est désunie. La Grande-Bretagne, à une faible majorité, veut en sortir, tout en en conservant les avantages, et en cherchant à préserver son unité compromise – Anglais d’un côté, Écossais, Gallois et Irlandais de l’autre. « L’Europe, écrit « Le Monde » du 12 octobre, est divisée, affaiblie par le Brexit, et de plus incapable d’assurer sa défense… » Londres, par ailleurs, entretient une controverse avec la France qui, curieusement, a accepté de faire des rivages de la Manche la frontière anglaise et d’en assurer le contrôle d’où la jungle de Calais et ses scandaleuses conséquences.

Avec l’Allemagne, sur certains points, la France ne s’entend pas. La gauche reproche à Hollande d’être soumis à la chancelière qui dirige avec habileté un pays sensiblement plus puissant que la France au plan économique. Ce qui n’empêche nullement l’Europe de l’Est de se plaindre de l’hégémonie franco-allemande. De plus, cette Europe divisée compte un certain nombre d’États faibles, anarchiques et parasites, qui coûtent à l’Europe de l’Ouest des milliards d’euros – ce que Bruxelles juge tout à fait supportable, puisqu’elle veut même inclure dans l’UE la Turquie islamiste et une partie de la Russie occidentale.
En face de cette onéreuse confusion, la Russie a un chef et un seul, aux idées claires, maître chez lui et populaire.

L’idée première de la Russie a été de se rapprocher de l’Occident, la Russie étant une puissance européenne et chrétienne. Elle est aussi la cible de l’islam et – ce que l’on dit moins elle est envahie en Sibérie par les Chinois. Mais les Occidentaux ont pris parti pour l’Ukraine, pays sous-développé et corrompu qui veut entrer à tout prix dans l’Union européenne pour y expédier une partie de sa population et en recevoir des milliards d’euros. Le salaire moyen ukrainien est inférieur à 100 € par mois ! L’Europe s’est également prise d’affection pour la Crimée, dont 99 % des Européens se fichent éperdument. Qu’il me soit permis de rappeler que c’est un État tatare, c’est-à-dire une région peuplée à l’origine de tribus d’origine turque et mongole, venues des steppes de l’Asie centrale. Tant qu’on y est, puisqu’on aime tant les Tatars, pourquoi ne pas inclure dans l’UE l’actuelle république autonome tatare qu’on appelle à Moscou : Tatarskaia autonomnaia sotsialisticheskaia Respoublika, capitale Kazan !

On comprendra aisément que cette politique n’est pas sérieuse. Elle a pour résultat de faire renaître la guerre froide et de pousser la Russie à s’unir à la Chine pour créer une sorte de coalition anti-occidentale. Les risques sont considérables.

Devant la confusion, les prétentions et la faiblesse de l’Occident, la Russie retrouve son impérialisme. En France même, le centre spirituel et culturel orthodoxe russe constitue, en plein cœur de Paris, un vaste ensemble immobilier d’architecture industrielle, surmonté de 5 bulbes dorés parfaitement incongrus. Il a pour but de promouvoir « la supériorité morale de la civilisation russe orthodoxe », selon les mots du patriarche Cyrille. Ce dernier a aussi célébré les « incroyables victoires remportées par le régime stalinien » – ce même régime qui n’en a pas moins supprimé par millions les fidèles d’une religion, jugée alors comme « l’opium du peuple » !

En fait, la diplomatie occidentale à l’égard de la Russie est liée à une idéologie illusoire de liberté des peuples qui crée désordre et corruption. Le président ukrainien, archi-corrompu, est, dit-on, multimillionnaire…

Avec un peu de bon sens et de prudence, il aurait été sage de s’entendre avec la Russie, en prenant en compte ses graves problèmes, où, après 50 ans de communisme, le niveau de vie est très bas (avec des retraites à 5 000 roubles, soit 72 €, par mois). La défense commune à opposer à l’islam conquérant aurait dû être la priorité. Les Russes ont, en ce domaine, une certaine expérience avec la Tchétchénie. De nombreux ressortissants russophones des ex-républiques d’Asie centrale combattent d’ailleurs dans les rangs de l’État islamique. Au lieu de cela, l’UE a imaginé des sanctions qui sanctionnent en premier lieu les producteurs français. Si on estime que la Russie est à ce point le problème qui menace la paix du monde, c’est en 1941 qu’il fallait aider Hitler à le résoudre !

Ancien Ambassadeur de France

8 réponses à l'article : La faiblesse de l’Occident et la force de la Russie

  1. quinctius cincinnatus

    14/11/2016

    l’ U.E. et Bruxelles comme répulsifs :

    – la Bulgarie vient d’ élire un Président … socialiste et pro-russe

    – le nouveau Président moldave veut chasser le gouvernement pro-européen

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    13/11/2016

    le F.S.B. ( services de la sécurité intérieure de Russie ) annonce l’ arrestation de 10 ressortissants kirghizes et tadjiks qui préparaient des attentats à Moscou et à Saint-Petersbourg pendant que les polices belges et françaises en sont encore à essayer de savoir si le commanditaire des attentats de Bruxelles et de Paris n’ était pas ce djihadiste  » belge  » pour lequel les  » marocains  » et les  » gauchos  » bruxellois s’ étaient mobilisés pour qu’ il soit libéré d’ une prison … irakienne

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    09/11/2016

    à lire sur le site du  » Point  » :

     » le rapport que Berlin aurait voulu éviter [ de rendre public ]  »

    ce rapport, que De Maizière ***, ministre de l’ intérieur de Merkel, aurait voulu étouffer, fait un  » amalgame  » insensé entre immigration illégale et hausse de la criminalité

    *** famille très connue en ex-R.D.A. pour son appétence pour le  » socialisme « 

    Répondre
  4. Claude Roland

    09/11/2016

    Trump à la présidence des USA tend à éloigner la 3ème guerre mondiale car il veut s’occuper à remettre l’Amérique sur pied en limitant les interventions extérieures. Poutine peut s’en réjouir car Clinton menaçait d’attaquer l’Iran allié de la Russie. Un dialogue intelligent va pouvoir reprendre.
    J’ai des contacts par ma profession avec des Russes et nous avons parlé de la Russie et Poutine. Ils sont fiers de lui et de retrouver leur patrie. 89% des russes sont derrière Poutine. Vous avez vu un tel score en France ?! 65% des Russes sont chrétiens pratiquants. A Moscou, on retape et construit 200 églises ! La Russie est le seul pays où l’on construit des églises actuellement. Il apparaît que la Russie serait plutôt le protecteur de l’Europe d’autant que les Russes aiment la France. La Russie à viré à l’opposé de l’URSS. Mais nos guignols de politiciens nous éloignent d’eux. Pour mieux connaître Poutine, regardez les conférences d’Yvan Blot sur Youtube. Cela vaudra mieux que les habituels préjugés et procès d’intention si familiers des Français. D’ailleurs, lopinion française ne s’est-elle pas cassé la gueule à propos de Trump ?

    Répondre
  5. Boutté

    09/11/2016

    Le risque atomique que vous évoquez à propos des élections US me paraît moindre avec Trump qu’avec Hillary qui a montré ses intentions guerrières au poste de ministre des Af.Etrang.
    Quant à Poutine dont je me méfie, il fait mon admiration tant pour ses réussites internes que pour sa stratégie dans le mêmes Affaires .Il a de surcroit les mêmes ennemis que nous.

    Répondre
  6. raymond

    09/11/2016

    je comprends pourquoi les Russes sont si forts et fiers,contrairement a la France ils sont capables des faire de gros sacrifices ,pour que leur pays revienne a un beau niveau et ne se met jamais a genoux Poutine leur rend leur fierte d’etre Russes ,j’attend chez nous un politique qui nous rendra la fiete d’etre Français et non pas serpillere des amerloques

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      09/11/2016

      en Russie être  » patriote  » n’ est ni une déficience de l’ intelligence ni une tare morale ; cela peut s’ expliquer par leur Histoire : lutte pour leur identité contre les Chevaliers Teutoniques, les Mongoles, les Français, les Nazi mais aussi contre la main mise sur LES  » pouvoirs  » par l’ immigration israélite d’ où un anti-sémitisme viscéral, ou pour le moins une grande méfiance ( Poutine et Medvedev ) *** … et maintenant contre les Américains parce que pour eux l’ Amérique n’ est ni un modèle culturel ni un modèle de société à forcément imiter dans son intégralité , mais aussi parce que, avec les Grecs, ils pensent être, par la Foi Orthodoxe, les véritables héritiers de la Chrétienté, pour cela il suffit d’ assister à la célébration de la Pâques

      *** cela explique l’ hostilité du Media  » occidental « 

      Répondre
      • 09/11/2016

        Vous avez raison. Poutine est le défenseur du dernier empire chrétien du monde. Les philosophes sur les oeuvres desquels il appuie sa moralité sont de remarquables défenseurs de l’esprit chrétien. J’ai récemment vu un ami prêtre qui m’a confirmé cela et que le Vatican ne protège plus rien et est parti à la dérive. Seule l’église des chrétiens d’Orient reste debout et résiste. Poutine est notre première référence face à l’islamisme, et un renouveau de la moralité chrétienne.

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)