La fin de la prospérité et le vote Obama

La fin de la prospérité et le vote Obama

Au moment où j’écris ces lignes, la crise financière se poursuit. Nombre d’indices boursiers viennent de connaître leur pire semaine depuis plusieurs décennies. La narration démocrate des choses l’ayant emporté aux États-Unis, personne, pas même le candidat républicain à la présidence, ne rappelle que les incitations qui ont enclenché le processus sont venues de mesures poussant les institutions financières à accorder des prêts immobiliers à des gens non solvables, de structures d’économie mixte, et de décisions laxistes de la Banque centrale américaine, donc de modalités de distorsion politique du marché.

Le discours prédominant, presque hégémonique, est, au contraire, qu’il n’y a pas eu assez de réglementation, et que le marché laissé à lui-même conduit au désastre. Les conséquences de ce discours risquent d’être une aggravation de la crise, donc une répétition (selon de nouvelles modalités et avec des instruments et un contexte différents) de ce qui s’est passé après 1929, et qui a conduit à l’arrivée au pouvoir de Franklin Roosevelt aux États-Unis.

L’Europe occidentale entre dans une récession qui risque fort d’être douloureuse, longue, et porteuse d’expédients socialisants. Pour ce qui concerne l’Amérique, l’éventuelle élection de Barack Obama laisse entrevoir des perspectives aussi sombres, mais plus dangereuses encore, puisque l’économie américaine reste la première du monde. Dans un livre qui vient de paraître, trois économistes, dont Arthur Laffer, parlent de « La fin de la prospérité », et soulignent ce que peu de gens osent dire explicitement : il s’opère présentement une fuite des capitaux et il se dessine des éléments de panique découlant de la perspective cauchemardesque d’une victoire d’Obama.

Si celui-ci l’emporte, il sera non seulement, en effet, le Président le plus à gauche que les États-Unis aient connu dans leur histoire, mais aussi le Président de gauche qui aura autour de lui les gens les plus à gauche, puisqu’il semble que les deux chambres du Congrès verront aussi leur majorité démocrate renforcée, et le pouvoir de leurs dirigeants respectifs, Nancy Pelosi et Harry Reid, deux extrémistes sectaires, conforté.

Quiconque est sain d’esprit et a lu Adam Smith, Friedrich Hayek, Milton Friedman et Gary Becker, pour ne citer que quelques noms, ne peut qu’être saisi d’un douloureux effroi en lisant le programme de ces gens : non seulement des réglementations de tous côtés, mais des dépenses multiples censées « relancer la demande », des impôts et taxes supplémentaires en nombre indéfini, des concessions aux plus ineptes lubies écologistes. Comme si cela ne suffisait pas, ces gens prévoient aussi des mesures protectionnistes officielles ou dissimulées, et leurs projets de politique étrangère, dès lors qu’ils ressemblent à un rêve pour des malades mentaux du genre d’Ahmadinejad, ne peuvent qu’apparaître comme gorgés de menaces aux yeux de quiconque comprend un tant soit peu la nature de l’autoritarisme, du totalitarisme et du fanatisme.

Aux fins de prendre date, les auteurs de « La fin de la prospérité » rappellent ce qui doit l’être et ce qui sera retenu ultérieurement par les historiens : grâce aux politiques de déréglementation et de baisse des impôts mises en œuvre au temps de Reagan, et qu’aucun de ses successeurs n’avait, jusque-là, remises en question, les vingt-cinq années qui se sont écoulées de 1982 à 2007 ont constitué « la période la plus extraordinaire de création de richesse et d’abondance dans l’histoire de la planète ».

Les dysfonctionnements qui ont conduit à la situation présente sont « venus de l’extérieur du marché » et n’ont rien à voir avec lui, avec la déréglementation ou les baisses d’impôts. Le fait qu’ils puissent servir de prétexte pour revenir sur les acquis de la révolution reaganienne, qui a permis à de multitudes de sortir de la pauvreté est infiniment pire qu’une mauvaise nouvelle. On doit espérer que les électeurs américains vont revenir à la lucidité, sinon, comme le notent Laffer et ses deux co-auteurs, « le pire est à venir ».

Sommes-nous en route vers le pire ? Nous le saurons très vite. Le premier mardi de novembre. Et je songe déjà à la gueule de bois qui s’emparera dès le lendemain de ceux qui auraient l’idée idiote de fêter la victoire du fils spirituel du pasteur Wright…

Partager cette publication

(33) Commentaires

  • VITRUVE Répondre

    AVE

    cher Dolph

    c’est vrai aussi que les banquiers, en Suisse comme ailleurs, ont depuis belle lurette surpassé les contingences d’un quelconque racisme …Ils acceptent l’argent de toutes ethnies et religions et traitent d’égal à égal avec  tout individu, du moment qu’il soit solvable, il existe même aux states des fortunes gérées par ces derniers et dont les bénéficiaires sont des animaux de compagnie…Quel bel exemple de probité et d’humanisme que nous montre cette noble profession.

    VALETE

    29/10/2008 à 17 h 10 min
  • Frank Répondre

    @Aregundis

    C’est la spéculation financière – détachée de l’économie réelle – qui est susceptible de bloquer le système. Et qui, de fait, l’a bel et bien bloqué.

    Grepon vous a bien expliqué que cette crise n’a rien à voir avec de la spéculation. En fait la gauche américaine a fait financer un plan d’accession à la propriété pour les non-solvables en essayant de répartir le risque de manière très large à l’échelle mondiale. Cela revient à dire qu’ils ont fait financer une politique sociale américaine par les épargnants américains mais aussi du reste du monde.

    @Laudance

    Je partage votre vision un peu amère de ce qui se passe au Québec. Il est dommage de voir que cette belle province va s’enfoncer à cause de quelques idéologues ridicules et incompétents qui se prétendent patriotes mais qui défendent tout sauf les vrais intérêts du Québec. Les québecois ont laissé passer le train de la modernité au milieu du XIXème siècle quand ils ont préféré l’obscurantisme français au libéralisme anglo-américain et ils font la même erreur aujourd’hui.

    22/10/2008 à 5 h 25 min
  • dolph lundgren Répondre

    juste parcequ’il est noir, certains ne peuvent pas voter pour lui (tres peu de nos jours en tous les cas)

    mais c’est aussi triste que pqrcequ’il est noir d’autres vont voter pour lui.

    Au final personne ne se positionne vis a vis de lui sur ses idées qui ne sont que du vent, mains uniquement sur sa couleur de peau et sa facon de parler et de se presenter, mais en etant objectif, on retiendra qu’avant tout et uniquement, c’est sa couleur de peau qui fait que certains votent ou pas pour lui.

    Ce qui veut dire que malgre le matraquage politiquement correct, l’affirmative action et le multiculturalisme dont les medias aussi bien europeens et nord americains bourrent litteralement le mou des gens qui s’abreuvent de télévision sans réflechir et de leurs enfants, le tout matiné de gauchisme pur et dur dispensé massivement par de vieux hippies dans les ecoles, colleges et lycees d’occident, et bien finalement on n’empeche toujours pas en 2008, cet instinct inalienable et irrepressible qu’ont les êtres humains de juger une autre etre humain AVANT TOUT sur sa couleur de peau.

    On notera tout de meme que si on n’empeche pas ce mecanisme d’avoir effet, les manipulations psychologiques de large ampleur orchestrees par les medias (et entre autres par les "stars" et autres "artistes" de renommée mondiale toujours premiers a tester: l’homosexualite, le sida, les drogues etc puis a les montrer puis les "inculquer" a la populace endoctrinée par le moindre spot de pub) puis avec l’appui des politiciens qui ont suivi le pas, auront reussi a INVERSER le mecanisme, c-a-d qu’un etre humain juge toujours obama sur sa couleur de peau avant tout, mais au contraire d’il ya quelques décennies, decidera qu’il est forcément quelqu’un d’admirable puisqu’il a ete conditionné chaque jour depuis 20 ans a en arrivé a cet etat d’esprit, par la force.

    Concretement il ya dix ans encore, un blanc se disait "c’est un noir donc je dois me mefier car nous sommes differents" et cela a ete tranformé en "c’est un noir donc je lui dois allegence et respect et lui laisser faire, imposer sa vision du monde sur la mienne tout en me soumettant ouvertement a ses idées qui ne pvuent qu’etres superieures moralement aux miennes".

    Ainsi donc, nous avons ici une manipulation psychologique evidente, ou des personnes ne peuvent annihiler la prise de conscience, de jugement initiale sur "c’est un noir donc il est different, etant moi meme blanc il n’appartient pas a ma communauté, et je n’appartiens pas a la sienne, et par consequent je dois filtrer, analyser son discours et ses idées pour voir si elles ne visent a long terme et ultimement a nuire a moi meme et ma communauté", mais la remplace par une ideologie imposée inverse(sous peine de sanctions!). Il s’agit la d’un lavage de cerveau, ni plus ni moins. On ne peut empecher la naissance d’une pensée instinctive, donc on la remplace par la force et le re conditionnement avec son inverse. LA methode coué facon waterboarding.

    Ce qui est interessant c’est que tout cela vise a faire vivre des blancs noirs et arabes ensemble dans une société ideale… le probleme c’est que nulle part cette experience n’a jamais fonctionné. Chaque communauté ne s’est jamais melangé aux autres et est toujours restée soudée et isolée dans con coin, avant de revendiquer violemment ce que l’autre a.

    Par contre le matraquage a de force substitué et ce depuis le plus jeune age en ce qui concerne les deux dernieres generations lqrgement gavées de television, sans meme qu les gens ne s’en rendent compte, cette prise de conscience animale et instinctive, par : "c’est un noir donc je dois faire tout ce qui est en mon pouvoir pour lui temoigner mon affection, voir mon amour, une compassion plus marquée que celle que je pourrais avoir envers n’importe quel autre type d’etre humain (asiatique par exemple) et je ne dois pas le vexer, le frustrer ou m’opposer a lui de quelconque facon que ce soit".

    Il est evident que dans un monde occidental ou 9 personnes sur dix pensent ainsi qu contact de noirs ou d’arabes, ces derniers ont toute la lattitude de nous l’enfoncer bien profond et ce n’est que le debut. A ce titre effectivement, qu’un noir , pur fruit d’ailleurs de cette generation "affirmative action" irréfléchie , soit a un cheveu de devenir president de la premiere et inégalée a ce jour (en terme de rayonnement universel) puissance mondiale est plus que parlant de la tournure historique que le monde prend.

    Huttington voyait vrai dans son "choc des civilisations". Mais je crois que ni lui ni ses lecteurs ne pouvaient s’attendre a ce que ce putsch etnhique a l’echelle internatiale orchestrée contre le vieil occident blanc en mal de reperes n’arrive si vite,si violemment et de facon si irréflechie par des masses de gens dont la culture et la reflexion n’ont jamais ete aussi peu developpées.

    On est encore en train de faire face a un phenomene de groupe incontrolé, et ce qui m’inquiete c’est le fait que de nos jours, que ce soit en europe ou aux USA, ce ne sont plus les politiciens qui dirigent, ce sont les medias.

    En meme temps que nous sommes a deux doigts de reconnaitre la suprematie de l’homme noir bientot suivie de celle du musulman sur le vieil homme blanc faible, lache et forcement raciste, tout comme le juif etait le voleur avare et fourbe par le passé, ces dernieres decennies auront marqué l’avenement d’un nouveau type de pouvoir sans tête dirigeante réelle, mais plutot une cacophonie désorganisées d’influences decadentes promues constamment par des medias et des politiciens intimement liées les uns aux autres mais n’ayant aucune idée de la direction ou ils se dirigent eux meme et encore moins de celle ou ils dirigent des peuples suffisement stupides pour ne plus reflechir par eux meme.

    Au final je ne vois plus que la russie comme etant encore dirigée par des politiciens ayant a coeur la preservation de l’integrite raciale de leur peuple, face a des puissances musulmanes, chinoises, qui font de meme depuis si longtemps qu’il est qusimment impossible des les infiltrer de l’interieur puis d’en retourner les populations contre sa classe dirigeante.

    En d’autres termes l’experience europeano nord americaine des "droits pour tous, de la diversité multiculturelle forcée, de l’immigration massive et incontrolée et dela degeressence des modes de vies avec le capitalisme et la destruction des valeurs de l’eglise" poussée a l’extreme est un cocktail dont nous ne nous remettrons pas, qui servira l’avenement des populations d’invasions noires et arabes, et la disparition de l’occident caucasien en tant que tel.

    2008 marque un tournant a l’echelle des civilisations, a l’echelle ethnique, qui marque la chute libre de l’empire blanc infiltré de l’interieur, et qui de lui meme s’est noyé dans sa propre decadence sans meme en prendre conscience. Victime de nos propres reves utopiques, nous allons vers une mort certaine en tant qu’entité bien définie alors que nous croyions aller vers la vie.

    Cette vie que vivrons les populations du sud qui auront achevé leur montée vers le nord puis le remplacement des populations qui auront bati les environnements dans lesquels ils prospereront.

    A propos de ma theorie selon laquelle les medias sont les nouveaux politiciens modernes en occident, et qu’ils n’ont aucune idée de la direction dans laquelle ils nous dirigent, et du fait qu’ils soient en aquelque sorte le nouvel ordre mondial.

    Jamais auparevent, les medias ici en amerique du nord et en europe (que j’ai quitté) aussi je suppose la demolition ouverte et partisane en regle des replublicains n’a ete si forte.

    Absolument 99,9% des medias nord americains ont litteralement, sans aucune retenue et avec une violence agressive , pris position contre mac cain palin et joe le plombier.
     
    La preference envers obama etait si evidente, si flagrante, de la part d’absolument tous les journalistes tous types de media confondus que l’on peut vraiment parler de premiere internationale.

    LEs republicains ont ete diabolisés depuis si longtemps 24/24 7/7 tous comme les gens de droite en france et europe d’ailleurs , que ces derniers mois n’ont été qu’une curée de vaste ampleur et implacable pour les conservateurs.

    Comme je l’ai lu quelqupart dans la presse americaine, se battre contre obama revient a se battre contre Dieu, tant il est adulé, defendu ardemment par une masse incalculable de gens. Ces gens sont si nombreux selon moi tout simplement pour la bonne et simple raison que ce sont ceux qui se gavent de medias sans reflechir, a savoir 99,9% des membres des nations riches modernes.

    Quoi de plus symbolique de la situation ethnique actuelle a l’echelle planetaire, qu’un jeune , detendu et confiant NOIR, ayant un appui ecrasant d’une majorite lavée du cerveau depuis des decennies, etant opposé a un vieil homme blanc de plus de 70 ANS!, plus trés sur de ce qu’il doit dire ni penser, representant le vieux obtu raciste wasp par excellence et depeitn depuis si longtemps par les medias.

    Voici sans doute le meilleur exemple du choc des civilisations que l’on pouvait imaginer.

    L’avenir? nous le connaissons tous.

    une chose est sure, le sang n’a pas fini de couler, et le fait que ne nous soyons pas tous faits pour nous melanger et aller ensemble va se verifier de facon violente,bestiale. Et nous ne sommes meme plus en position de force dans nos propres pays.

    Est ce que l’occident tente une nouvelle experience? va t elle y survivre? va telle se reveiller au contact d’atroces réalites qu’elles a elle meme poussé a créer ?

    Je crois pour ma part que nous assistons juste a la fin d’une ère, planifiée , préparée depuis longtemps de main de maitre.

    Les musulmans et les chinois doivent bien se marrer.

    L’avenir n’a jamais paru aussi brillant pour eux, qui l’eu cru, la roue tourne !

    21/10/2008 à 17 h 13 min
  • grepon le texan Répondre

    "une institution modèle du contre-pouvoir – unique en son genre, puisse se commettre avec de vulgaires agioteurs. Je crois même que c’est constitutionnellement impossible aux États-Unis.   "

    En rien.  Les Congressmen (et women) sont influence par contributions financieres a leur campagnes de re-election.   Fanny et Freddie ont bel et bien fait pleuvoir l’argent sur le Congress, et tout particulierement sur Chris Dodd(premiere), Obama(deuxieme), et Barney Frank.   Dodd et Frank sont les "committee chairs" reponsable du bloquage nette des tentatives Republican d’arreter les exces de Fannie et Freddie.   C’etait aussi un moyen d’acheter des votes, voyons.   Les Democrates, avec le welfare, ont mis les povres et les minorites dans leur poche de cette facon sur les decennies.   L’organisme ACORN, qui commet des fraudes electorale de grande echelle dans tout les etats cles de cette election, ont ete au centre des efforts a forcer banques a faire des prets aux pauvres depuis tres longtemps deja.    Le CO veut dire Community Organizers.  Obama a ete un instructeur pour ACORN.   La corruption, l’achat de votes, est generalise.   Un des moyens de ce genre de corruption c’est les "Earmarks" que McCain bataille depuis des annees.   Pour des dizaines de milliers de dollars de contributions les Congressmen commettent des dizaines de millions a des projets farfelus.   Ils apparaissent par centaines dans des projets de lois les plus divers. 

    21/10/2008 à 1 h 48 min
  • Jaures Répondre

    A Aregundis: Ce ne sont pas les erreurs de Millière que je lui reproche. Je n’en commets pas moins que lui. Ni ses convictions libérales. J’ai beaucoup d’amis qui les partagent. Ce qui est insuportable c’est son incapacité à reconnaître qu’il se trompe et son mépris affiché pour ceux qui ne pensent pas comme lui au même instant (sachant qu’il peut dire le contraire quelques semaines plus tard en foulant au pied ceux qui ne se sont pas reniés). D’ailleurs il refuse tout débat, sur ce site ou ailleurs. C’est pourquoi je me fais un malin plaisir à relever ses propos contradictoires et ses prédictions assénées avec aplomb puis démenties par les faits sans que cela le gène en rien.

    Millière reste finalement son propre et son meilleur contradicteur.

    20/10/2008 à 21 h 04 min
  • Aregundis Répondre
    A Grepon le texan, 
    Oui, vous avez sans doute raison d’attribuer la déroute bancaire aux deux organismes que vous citez, responsables de la trituration des subprimes pour les transformer en titres négociables. Sans entrer dans une alchimie complexe à laquelle je ne comprends pas grand’ chose, j’ai comparé ce mécanisme à ce que font chez nous les gestionnaires des OPCVM (sicav et FCP) qui nous sont plus familiers. La comparaison a ses limites : nos gestionnaires n’ont pas la liberté de modifier la composition des portefeuilles à l’insu de leurs clients. Donc, vous me confirmez que l’origine de tout ce bazar est bien aux États-Unis. Cela confirme aussi que, pour le meilleur et le pire, les États-Unis sont bien la locomotive de l’économie mondiale, ainsi que la première place financière, et le restera longtemps encore.
    J’avais mal compris Guy Millière, et je ne suis pas sûr de bien saisir ce que vous dites. De deux choses l’une : ou bien l’action de ces deux organismes, Fanny Mae et Freddie Mac, se situe « dans le marché », et on voit mal qu’il peut en être autrement dans l’état actuel des choses ; ou bien il s’agit de deux officines bancaires paraétatiques mais qui – selon vous – auraient agi de concert avec le gouvernement fédéral pour fourguer des titres plombés. L’affaire serait alors politique. C’est cela que vous dites ?  En vérité, j’ai de la peine à admettre que le Congrès américain – une institution modèle du contre-pouvoir – unique en son genre, puisse se commettre avec de vulgaires agioteurs. Je crois même que c’est constitutionnellement impossible aux États-Unis.   
    Ces considérations amènent à se demander ce que sont les pouvoirs du politique dans une économie aujourd’hui complètement mondialisée ? Il est bien loin le temps où le Général De Gaulle déclarait « que la politique de la France ne se fait pas à la Corbeille ». De Gaulle était colbertien dans l’âme, et en son temps l’économie française était – pour l’essentiel – entièrement étatisée, pour ne pas dire soviétisée. Nous vivons dans un autre monde. Les décideurs politiques n’ont plus les pouvoirs d’autrefois. La guerre en Irak, justifiée (de mon point de vue) sur le plan des principes, est inutile et absurde compte tenu de la mentalité musulmane régressive. Une guerre ruineuse. Nécessité faisant loi, le prochain président devra s’atteler  à redresser l’économie américaine. C’est surtout là-dessus qu’il est attendu. Et ce n’est pas gagné d’avance. Pour ma part, j’aurais préféré John McCain, plus représentatif, selon moi, de l’Amérique traditionnelle, dont les opinions démocratiques et patriotiques sont démontrées. C’est sûrement cet interlocuteur stable et aux convictions franches qu’auraient préféré les grands dirigeants de la planète. Avec Barack Obama, c’est le saut dans l’inconnu. Et il faudra bien faire avec.
    Personnellement, je reste convaincu que le libéralisme économique est le plus mauvais système à l’exclusion de tous les autres. Mêmes les socialistes l’admettent. Bien obligés. Il n’y a pas de système « alternatif ». L’économie de marché est la condition de la démocratie. Alors pourquoi vouloir gendarmer le marché qui l’est déjà très largement par l’OMC et d’autres organismes ? Ne faut-il pas faire la part de l’économie spéculative de l’économie productive de biens et services ? C’est la spéculation financière – détachée de l’économie réelle – qui est susceptible de bloquer le système. Et qui, de fait, l’a bel et bien bloqué. C’est là qu’il faut intervenir. Il faut des règles en toutes choses.

    Oui, mais comment ? Comment canaliser de l’homme l’instinct le plus primitif, le plus répandu, le plus irrésistible après le désir sexuel : s’enrichir ? Et de préférence sans se fatiguer ?

    Ce qui est certain, c’est que l’idéologie de l’État minimum et de la liberté individuelle exacerbée jusqu’à l’absurde, jusqu’à la totale indifférence aux bouleversements sociaux qu’elle peut provoquer, cette croyance là aura montré sa malfaisance native. Je la mets sur le même plan que le communisme. Il doit y avoir, et il faut qu’il y ait une juste mesure entre le collectivisme étatique qui a heureusement cessé d’exister en 1989 et l’anarcho-capitalisme sans foi ni loi qui nous ferait sombrer dans le chaos.
    20/10/2008 à 19 h 31 min
  • VITRUVE Répondre

    AVE

    ce ne sont pas les descendants du Mayflower qui ont creusé les tunnels et assemblé les rails du chemin de fer, ce ne sont pas les descendants du Mayflower qui ont boulonné les traverses des gratte-ciel, ce ne sont pas les descendants du Mayflower qui se font descendre aujourd’hui en Irak… Voilà ce que je voulais dire , quand à l’atheïsme de Grepon, je serais curieux d’entendre un athée texan, surtout le lire, défendre Spinoza, citer le traité des 3 imposteurs par exemple, défendre des idées laïques, renier le "in God we trust"… mieux que du H.G.Welles!

    Jaurès , vous avez raison, mais les fils et filles des ritals de la sidérurgie, des polacs des mines, et des espagnols et portugais du BTP sont aujourd’hui, correspondants des 4V, maires, députés et président du FMI ou de la république, pour ne citer que ces quelques exemples. Seule la 3e génération des maghrébins pose problème, malgré les Roland Castro, et autres théoriciens* ainsi que tout le pognon englouti en banlieue avec les grands frères.

    *  fumeurs de joint et renifleurs de cocaïne habitués des plateaux de télé, du showbiz, se réclamant "de gauche", évidemment….

    Au passage, Vitruve regrette aussi que les socialistes n’aient, comme à l’habitude,( marxiste un jour, marxiste toujours…air connu) apporté leur soutien à la voix de la France par une approbation générale (sans conséquence réelle sur leur image de marque déjà tordue),  aux propositions avancées par notre président que je n’apprécie guère mais qui, en ce cas s’est comporté en vrai chef d’état soucieux des intérêts de la Nation. Dommage que vous en soyez encore au jeu des chaises musicales au PS, mais savez vous faire autre chose? 

    cordialement

    VALE

    20/10/2008 à 17 h 29 min
  • chevalier teutonique Répondre 19/10/2008 à 23 h 44 min
  • grepon le texan Répondre

    « la situation présente est due à des phénomènes extérieurs ». Extérieurs à quoi ? Aux États-Unis ?

    Milliere voulait dire par la, exterieur au =marche=.   Les pompes a credits responsable du gonflement de la bulle ont ete exempte des regles du marche:   Fannie et Freddie ont ete des "Government Sponsored Entities", cree par Congress, reglemente (mal, tres mal) par Congress.   Les "guarantis" que Fannie et Freddie ont donne a tout va au "mortgage backed securities" n’auraient pas ete possible sans le gouvernement, et l’impose derriere.   Alors c’est bete combien c’est simple a comprendre comment le dereglement fondamentale est arrive de l’exterieur du marche.    Les autres acteurs dans le marche ont agit de facon rationale.  Aucun acteur dans le marche libre n’aurait pu agir comme pompe a credit comme ca.

    19/10/2008 à 22 h 46 min
  • grepon le texan Répondre

    "mais qui peut croire que l’économie d’un pays comme les E.Unis serait entre les mains de quelques dirigeants d’une ou deux grandes banques ?"

    Mais bon sang, Jaures, derriere ces deux banques a ete le gouvernement des Etats-Unis, l’organisation le plus puissant sur notre planete, et le Congress americain, le puissant organisation qui a creer ces deux banques, et qui etait responsable de reglementer ces deux banques.  L’enorme taille du gouvernement, et le capacite du gouvernment a lever fonds au bout de fusil de l’economie le plus gros et le plus dynamique de la planete, a donne que le guaranti implicite du gouvernment sur les "mortage backed securities" pondu par Fannie et Freddie ont pu gonfler la bulle immobiliere sur des annees.  A part ce pompe a credits deregle, le reste du marche a fonctionne attendu.  Sans ce pompe a credits infini avec le gouvernement et l’impose derriere, aucune bulle demesuree. 

    C’etait tres alarmant tout le long, pour ceux qui en savaient quelque chose dessus.   Les Democrats resposables de la reglementation de Fannie et Freddie, et leur copains dans l’industrie ont gagne la bataille contre les Republicans qui voulait impose une reglementation saine sur ces deux "Government Sponsored Entities". Je suppose que sans notre occupation bienvieillant en Iraq, et surtout sans la bataille entetee des democrates contre cette activite de democratisation et reconstruction, les Republicans auraient eu suffisssament de capitaux poltique restant a depenser sur le sujet de Fannie et Freddie.  Dans un univers parallele ou l’Administration Bush auraient gagne aussi cette bataille contre les Demoncrats au Congress, il n y aurait jamais eu un surgonflement pareil du marche d’immobilier.

    Nous ne vivons pas dans cet univers, mais plutot dans lequel les createurs du crise vont sortir avec plus de pouvoir que jamais, merci au succes de leur demagogie.   Mais ce n’est pas tout, attendons a voir empiler des tas de machabees ici et a la dans le monde, peut-etre meme aux Etats-Unis merci a leur politiques foux en matiere d’affaires etrangeres.

    Comme crise financiere, il y a bien pire et bien plus gros a venir.  Les "public pensions" des villes, et comptes, systemes d’educattion publiques, et des etats americains sont tres mal regule.   Ils sont en deficite grave.  Ils ont suivi des politiques comptable qui aurait fait palir les dirigeants d’Enron.  Dans quels coins des Etats-Unis?  Ben, les pires exces sont dans des "blue states" ou les "public employee unions" sont les plus forts, genre CA, MA, NY, IL.   Ces cas derniers seront  presque aussi hallucinant que l’implosion en cours des welfare states europeens, genre la France, qui n’ont aucune possilbite de payer les droits acquis promise a leur sujets peu feconds et tres naturalement lasse de travailler plus le voir voler.   Les Demoncrats vont essayer de faire tenir les promessess de pensions par General Motors etc, mais aussi de l’etat de Californie, et des dizaines de milliers d’autre organismes en imposant de plus en plus.   Exactement comme essaient de faire les europeens depuis des decennies, avec le meme resultat:    Chomage et inactivte en hausse, "crise" permanent, demographie mortifere, degringolade generalise.   La perte du pole americain sera encore pire pour le reste du monde bien sur.  Machabees par centaines de millions, comme une 20ieme siecle comprime en une decennie.

    19/10/2008 à 22 h 35 min
  • Aregundis Répondre
    Bonjour à tous,

    Pourquoi toujours tirer sur le pianiste ?  Guy Millière serait-il ici le seul à ne jamais bénéficier du droit à l’erreur ? Je suis proche de ses idées quant aux fondements de l’économie libérale, dont il cite les sources éminentes. Et n’en déplaise aux esprits chagrins, le capitalisme entrepreneurial est fondé sur des valeurs de probité et non sur des méthodes de voyous. Toutefois, on ne peut le suivre quand il affirme que « la situation présente est due à des phénomènes extérieurs ». Extérieurs à quoi ? Aux États-Unis ? Si tout se tient dans une économie mondialisée, il reste néanmoins que la grande république, qui mérite son respect et le mien, a sa part de responsabilité dans l’affaire. Une responsabilité à la mesure de sa taille et de son influence dans le monde. C’est-à-dire très grande. Qui peut nier que les prêts hypothécaires à taux variable (subprimes) distribués sans aucun discernement à une clientèle fragile, voire insolvable, sont à la base du tsunami financier qui a déferlé sur toute la planète ? La magie financière a transformé ces avoirs (des dettes, en fait) en titres à risques (junks bonds),  noyés dans une masse d’autres valeurs librement négociables sur le marché, comme nos Sicav et FCP. C’est quand les acquéreurs de logements se sont trouvés dans l’impossibilité de rembourser suite à une remontée du loyer de l’argent, que les banques – toutes les banques – ont réalisé quelles détenaient, en fait d’actif,  des milliards de dollars de pure monnaie de singe. D’où l’affolement général et la chute massive de toutes les valeurs, y compris les plus solides, sur toute les places.  Ce crash a révélé la fragilité d’une économie américaine reposant sur l’endettement permanent et colossal dont profite le monde entier, et une spéculation qui n’a plus rien de rationnel, en même temps qu’une faille morale incompréhensible de la part d’institutions se réclamant du droit, même si, au départ, l’idée des prêts à faible taux aux ménages modestes était un bon plan. On le sait, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Comment ces populations jetées à la rue, ces retraités ruinés, auraient pu ne pas voter Obama en faisant de McCain un trop facile bouc émissaire chargé des péchés présumés de G.W. Bush ? C’est la faiblesse des peuples que de se chercher un homme providentiel. La politique se nourrit constamment d’illusions.
     
    Je ne partage pas davantage son pessimisme, s’agissant justement de Barack Obama dont il noircit – si l’on peut dire –  les intentions. Certes, Obama est démocrate, donc de gauche aux États-Unis. Mais de quelle gauche s’agit-il ? Cet homme est riche, influent, en relation avec les milieux d’affaires et les milieux religieux (en Amérique, c’est souvent la même chose) et donc peu suspect, a priori, de nourrir des idées extrémistes. Les obamaniaques vont au devant de grosses désillusions s’ils s’imaginent que le (probable) futur président américain va entraver le libre jeu de l’offre et de la demande, subventionner les improductifs et réécrire la Case de l’oncle Tom. C’est sûrement ce que ferait un socialiste. C’est ce qu’a fait Hugo Chavez. Mais Obama n’est pas socialiste. Il est juste de gauche, à l’américaine. Nos bobos enthousiastes devraient se rappeler qu’il n’est rien de tel qu’un président de gauche pour mener une politique de droite, sitôt que la conjoncture se retourne. Le Brésil en fournit un autre exemple. Souvenons-nous : la mouvance altermondialiste s’est pâmée de bonheur quand Lula est devenu président du Brésil.  Pensez donc, un syndicaliste ! Il allait sûrement mener le bon combat anti-impérialiste, ouai ! Mais les gauchistes ont mangé leur chapeau quand Lula – après avoir distribué quelques arpents de terre insalubres à des paysans miséreux – bien loin de soviétiser l’économie brésilienne comme ils l’espéraient, s’est appliqué au contraire à conduire une politique de rigueur la plus classique. Si on ne peut plus compter sur l’Amérique latine pour faire la révolution, où va-ton, hein, je vous le demande !
    Conclusion ? Obama fera probablement comme Lula. Il marquera le coup en prenant une ou deux mesures « sociales » spectaculaires, plus symboliques que réelles, en direction de son électorat, volontiers pleurnichard, la communauté noire en l’occurrence. Un assistanat qui n’est pas dans la culture américaine. Il n’aura pas les moyens de faire plus compte tenu de la conjoncture et de l’endettement monstrueux de son pays, encore aggravé par 700 milliards d’aide injectés au secteur bancaire. Sans parler du gouffre financier de la guerre en Irak. Au fond, c’est McCain le plus chanceux.
    Disons-le tout net : la France moutonnière qui rit des niaiseries de Canaille Plus, vote Obama pour une seule et unique raison : il est Noir. C’est idiot, mais c’est ainsi.  La mode se portant furieusement négrophile, voilà qui confère à l’intéressé d’évidentes qualités pour diriger les États-Unis. Peut-être les a-t-il, après tout ? On verra à l’usage. Le pire n’est jamais certain.

    19/10/2008 à 17 h 49 min
  • Jaures Répondre

    Cher Vitruve, avouons le, sur la prise en compte des diverses ethnies ayant aidé à construire et à défendre la France, nous n’avons guère de leçons à donner aux américains. Soyons honnètes: quelle chances aurait un candidat black ou beur en France d’être simplement le président d’un grand parti ?

    Grepon, je ne doute pas de votre bonne foi, mais qui peut croire que l’économie d’un pays comme les E.Unis serait entre les mains de quelques dirigeants d’une ou deux grandes banques ? Par ailleurs, si la situation n’est pas si terrible en Amérique et si l’exemple des états qui ont suivi la politique préconnisée par Obama est si édifiant vous n’avez pas de soucis à vous faire: Mc Cain sera élu haut la main !

    19/10/2008 à 10 h 03 min
  • chevalier gintonic Répondre

    vous pourrez enfin chasser vos vieux démons et dormir tranquille, sans un SIG sous l’oreiller

    mais non , ils sont pas comme ça .Il faut les comprendre :

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/histoire%2Bde%2Bl%2527amerique/video/x2l488_lhistoire-de-lamerique

     

    19/10/2008 à 9 h 45 min
  • chevalier gintonic Répondre 19/10/2008 à 9 h 41 min
  • grepon le texan Répondre

    "Quand vous, américains aurez enfin admis honnêtement que votre grand et beau pays a été fondé par des sujets courageux de toutes races"

    L’histoire multiculturale et multi-ethnique fait rage parmi les gauchistes, mais les faits par terre sont que la culture bien plus que dominant est sorti d’angleterre, ainsi que l’ethnie dominant, a l’epoch de l’ecriture du Bill of Rights et de la Constitution.   Voyons.  Tout cela est du domaine des idees.  Perso je ne crois pas que la race, notion genetique, a quoi que ce soit a faire dans l’affaire car les cerveaux peuvent cogiter independemment de la couleur de la peau environnant, mais je presume que vous etes capable de developper vos idees precises dessus, Vitruve.  Continuez.  Sur la question de race, et les idees sur la question de race qui doivent habiter les cervelles de vos interlocuteurs.

    19/10/2008 à 8 h 20 min
  • grepon le texan Répondre

    "on ne peut que constater que vous êtes broyé et désespéré par la simple idée qu’un colored puisse être élu à la magistrature suprême."

    ==>Aie aie aie.   Trouvez un exemple precis de mon racisme, sinon, je doit presumer que que vous projetez, tout betement.

    "toutes les pires hypothèses ont été abordées par vous concernant le sujet Obama"

    ==> Le socialisme a ete catastrophique partout, alors j’a du mal a me retenir a le denoncer.   100 millions de morts en temps de paix pendant le siecle precedant, ce n’est pas assez?   The Great Depression devenu "Great" par moyen de politiques etatistes n’a pa tue grand monde mais je crois deceler tout de meme "depression" dans ce phrase.  Tout ca a termine lors d’une grosse tuerie durant des annees…alors…

    "vous pourrez enfin chasser vos vieux démons et dormir tranquille, sans un SIG sous l’oreiller"

    ==> L’etat va veillier a tout je suppose?  

    "délires hors d’âge et la fuite perpétuelle dans les sectes issues d’un livre  qui"

    ==> Stop.  Je suis athee avisee. 

    "* Je n’aborderai pas le cas des athées, vous ne pourriez comprendre."

    ==> Euh, c’est vrai que je ne vous comprend pas, etant athee.   Ce qui me permet de tirer sur mes etudes en psycho encore:  Vous projetez.   Faites-nous le plaisir d’ecrire quelque chose sur base de ce que vous pouviez crediblement savoir, ou tirer des ecrits disponible a tous.

    19/10/2008 à 8 h 11 min
  • chevalier teutonique Répondre 19/10/2008 à 0 h 20 min
  • grepon le texan Répondre

    "Pourtant, il y a 4 ans, Millière était pétri d’optimisme, une nouvelle ère de prospérité économique et politique s’ouvrait sous la conduite de G.Bush, le nouveau Marc Aurèle."

    Sans la bulle immobiliere gonfle par Fannie et Freddie, sous la protection de Democrats, contre l’opposition de Bush, il n y aurait pas eu de catastrophe financiere. 

    Quand a la catastrophe, nous le voyons pas tant que ca au Texas.   Je suis manager d’une petite fabrique de produits industrielle avec, des clients largements texan tres diverse.   Mes commandes sont en hausse.   Autour de la boite il y a des maisons en construction.   Aucun "credit freeze" sur le terrain.   C’est un drole de "recession".    Au fait, les medias et les Democrats n’arretent pas a nous dire que la vie est dure en Amerique, que Bush a ete catastrophique etc.  Les politiciens parlent de creer des "jobs."   Mais voila que la politique voulu par Obama a un bilan terrible dans les etats et villes americaines qui ont suivi ce genre de politique, et encore pire en Europe par exemple.   Le chomage et l’inactivite y sont terrible depuis des decennies.   Le systeme de sante voulu par Obama est a genou en Europe, etc.

    18/10/2008 à 19 h 57 min
  • VITRUVE Répondre

    AVE

    Cher Grepon, désolé de vous dire cela mais à la lecture de toutes vos interventions de ce dernier mois, on ne peut que constater que vous êtes broyé et désespéré par la simple idée qu’un colored puisse être élu à la magistrature suprême… cela devient obsessionnel , toutes les pires hypothèses ont été abordées par vous concernant le sujet Obama, il n’en reste plus que deux : le cannibalisme rituel auquel il s’adonnerait dans sa chère église et son appartenance à Al Qaïda, ce qui ne devrait pas tarder, je pense.

    Quand vous, américains aurez enfin admis honnêtement que votre grand et beau pays a été fondé par des sujets courageux de toutes races, de toutes couleurs et de toutes religions , souvent des proscrits, des crève-la faim et aussi des aventuriers sans scrupules, reconnu également avoir, suivant l’exemple espagnol,  exterminé et spolié les "natives  americans", vous pourrez enfin chasser vos vieux démons et dormir tranquille, sans un SIG sous l’oreiller, sans la pratique de délires hors d’âge et la fuite perpétuelle dans les sectes issues d’un livre  qui , à ce jour n’a toujours prouvé que sa rédaction s’est effectuée sur 8 siècles et par des centaines de rédacteurs plus allumés les uns que les autres. Savez-vous que même chez les européens, il y a des gens*ui croient en Dieu sans s’appuyer sur la bible et que des milliards d’Asiatiques et d’Africains prient des divinités qui ne font aucune référence à celle-ci?

    * Je n’aborderai pas le cas des athées, vous ne pourriez comprendre.

    Méritent-ils tous les flammes de l’enfer? Sont-ils respectables, méritent-ils l’appellation d’être humain?

    VALETE

    18/10/2008 à 19 h 20 min
  • Jaures Répondre

    "Quiconque est sain d’esprit ne peut qu’être glacé d’effroi en lisant le programme de ces gens…" écrit Millière. Est-ce à dire que si Obama est élu, le corps électoral américain devra être considéré comme azymuté ? Et qui devra être tenu pour responable de cette soudaine folie ? Pourtant, il y a 4 ans, Millière était pétri d’optimisme, une nouvelle ère de prospérité économique et politique s’ouvrait sous la conduite de G.Bush, le nouveau Marc Aurèle.

    18/10/2008 à 14 h 23 min
  • L'Inedit Répondre

    Voici Monsieur Milliere un echantillon de l’ Amerique que vous ne decrivez -pas, ou que vous vous refusez de connaitre.
    Ce genre de situation parait tous les jours dans un site bien connu, "Craigslist" pour ne citer que celui-la.
    Felicitations pour votre constante objectivite…..

    A mother and Child Homeless ( East Side of LAs Vegas) (map)


    Reply to: see below
    Date: 2008-10-17, 12:17PM PDT

    To Whom It May Concern:

    I am a single mother of a five year old girl. Back in January of this year I found out that my daughter had been being molested by my roommates son. I did what any good mother would have done, and I called the police and took my daughter to Sunrise hospital to have a rape kit done on her.

    Through this process I was forced to move out of my own apartment with my five year old daughter. Her and I have been displaced since then. I have tried every avenue to get us a place to live so that we are not bouncing from house to house trying to have a place to live. I have tried Social Services on Maryland Parkway at the Cambridge Center, camping out over night in hopes to get a voucher for an apartment only to be told that they would not help me because I receive 80.00 dollars a month in TANF. We have tried the shelters, but with so many people from many different walks of life, and my daughter having to be in the same room as boy the same age that had molested her I would not do that nor could do that to her.

    I even went to Stand Down in hopes to get some help but was told that I would have to go on a waiting list that I have been waiting on for over eight months now.

    When this all happen to my daughter, the Dectective gave me a card with numbers on it, and told me that they would be able to help me find a place. Over 90 percent of those numbers were disconnected and I tried calling other numbers in hope of getting someone who could help me, but got no where.

    Christmas is coming soon and I would like to give my daughter a place that she can call home. You are my last chance for hope. Please help me and my daughter get off the streets.

    Last Sunday, a Metro Police Office, named M. Soto even tried to help us, and spent over an hour and a half on her cell phone, in her police car trying to help us, but hit nothing but brick walls.

    I am begging you to help us.

    I am also looking for a job, but I am having a hard time, I just finished school and can not find a job in the medical field due to the fact that I am not bilingual.

    Sincerely,

    Amanda Ansorge
    702 782 3404

       
       

    18/10/2008 à 4 h 03 min
  • chevalier teutonique Répondre

    Tiens, pour l’hurluberlu qui aime lire du " petit mouton illuminati ", je lui conseille plutôt ce site fort comique : http://pour-un-autre-monde.blogspot.com

     

    Pour les autres, ils peuvent taper dans google " dragon ball Z 216 français " et regarder les 216 2/2, 217 1/2 et 217 2/2 ( en priorité le dernier ). Attention, c’est violent.

    17/10/2008 à 18 h 35 min
  • grepon le texan Répondre

    "tout est de la faute des autres, et tout sera de la faute d’Obama"

    Plus directement la faute des associes proche d’Obama, comme Claude Raines, Jim Johnson, et un tas d’allies dans l’organisation radicale qui s’appelle ACORN.   Obama lui meme a ete parmi les lawyers faisant des proces aux banques dans le temps, avec ACORN comme client dans son cas precis.  Plus recemment il a recu des sommes d’argent importants de Fannie et Freddie, bien qu’il n’a ete dans le Senat que depuis quelques annees.  Je ne sais pas si ils ont eu le retour sur investissement voulu , etant donne que Obama passe le plupart de son temps a courir pour la Presidence, au lieux de voter au Senat.   C’est rien de nouveau il parait.   Il votaient "present" si souvent dans la legislature d’Illinois qu’on peut demander ce qu’il foutait pour de vrai a l’epoch.  Difficile a savoir, car il est franchement enginmatique pour un candidat pour President.   Il a beaucoup de secrets et des tas de passages de temps peu claire dans son CV.    Il est si douteux qu’il n’aurait aucun autre facon a obtenir un "secret clearance" aux Etats-Unis autre que devenir Commander in Chief.   C’est quand meme singulaire ce que nous regardons defiler cette annee.

    17/10/2008 à 10 h 11 min
  • Anonyme Répondre

     je vous conseille de regarder dragon ball Z

    moi je me sert toujours de Tintin , comme référence politique . Le capitaine Haddock ne mâche pas ses mots et tournesol a toujours une logueur d’avance en technochnologie

    Pitoyable forum que je suis avec amusement et tristesse. Des milliers de pages que je vois sur le net, celle ci me sert de dessert. C’est ce qui se fait de plus médiocre dans le cybermonde

    amusez vous bien petits moutons illuminatis

    17/10/2008 à 8 h 10 min
  • Jaures Répondre

    Je suis de votre avis, Kolbert. Le peuple américain n’a rien à voir  avec son gouvernement ou avec le discours des intellectuels français qui se servent des Etats Unis pour régler leurs comptes avec la France qui les a poliment ignorés.

    16/10/2008 à 19 h 35 min
  • chevalier teutonique Répondre

    Tss… le plus à droite ! Tu verras, Millière, tout ce que la présidence OBAMA va déclencher en Europe de l’Ouest. Je préfère ne même pas y penser. UNE EUROPE DOMINATRICE, VIRILE ET FURIEUSE. UNE EUROPE D’EXTRÊME-DROITE.

    PS : pour les incrédules, je vous conseille de regarder dragon ball Z ( manga japonais ), épisodes 216-217 !

    16/10/2008 à 19 h 17 min
  • Paul Répondre

    Merci à Jaures de pointer du doigt les inconséquences de Millière. L’article "L’économie américaine ne s’effondre pas", daté du 02 avril 2008, est à ce titre particulièrement édifiant. On y apprend notamment que

    "Le secteur immobilier lui-même est loin d’être en chute libre : environ 2 % seulement des emprunteurs ne peuvent pas faire face à leurs échéances. […] Les fondamentaux restent sains."

    Or, aujourd’hui Millière nous explique que ce sont ces mêmes emprunteurs non solvables qui sont responsable de la crise, et que le vers régulateur était dans le fruit. A défaut de reconnaitre que c’est le libéralisme même qui pose problème, on serait en droit d’attendre au minimum que Millière reconnaisse ses erreurs de jugement; mais non, tout est de la faute des autres, et tout sera de la faute d’Obama (au moins on voit à quoi s’attendre en lisant Millière pour les prochaines années).

    Jusqu’ou faudra-t’il que les places boursières s’effondre pour que Millière commence à douter de la raison du marché? Jusqu’à l’effondrement de l’économie mondiale? J’ai comme l’impression que même si elle s’effondre à son tour, Millière continuera de nous expliquer que c’est de la faute des tentative étatiques d’enrayement de la crise (plan Paulson et autres), et que, le marché ayant toujours raison, tout se serait rétabli de soi-même si on avait laissé faire. Millière, qui a lu Popper, devrait savoir qu’une théorie ne pouvant pas être réfutée par les faits ne constitue pas une théorie scientifique, mais un dogme.

    16/10/2008 à 18 h 35 min
  • grepon le texan Répondre

    "…ils préfèrent se réfugier dans l’idéologie la plus sectaire et se contentent lâchement de jeter l’anathème sur le candidat démocrate, puisant dans leur arsenal ce qu’il y a de plus bas: la Peur et le Racisme…."

    Le probleme avec votre argument c’est que vous ne pouvez pas donner le moindre exemple de "Racisme", tire de "les4verites", des ecrits de Milliere, ou meme d’autre personnages sense etre de notre cote.

    Par contre, la liste de votes par Obama, et d’associations d’Obama, et de citations on ne peut plus claire d’Obama, qui indiquent qu’il est un gauchiste et un etatiste "sectaire" disons, est immense.  Nous concentrons sur ca.  Nous decrions ca, sur base et sur fond de catastrophes et misere cause par l’etatisme et le socialisme a travers l’histoire.  La aussi, il y a un banc de donnes immense. 

    Si vous voulez arguer que Obama est en verite un centriste legerement inspire de gauche, ben, mise a part ce qu’il =dit= depuis que 22 mois environs, il y a un manque totale d’evidence que Obama a le moindre intention de gouverner de facon meme centriste.  C’est ca que nous decrions a droit, et aucunement, mais nulle part, des questions de race ou ethnie.   Je vous defie de trouver des exemples.

    Cote race, le parti Republican est anti-raciste depuis sa creation avant la guerre civile, c.a.d. environs il ya 150ans.  Le Democrates ont ete LE parti de l’apartheid (la "segregation" en anglais americain) il y a moins de 50 ans.  Avant ca, ils etaient le parti du sud, de Jim Crow etc depuis la guerre civile.  Jusqua 21ieme siecles, il avaient toujours un senateur ex officier du KKK.  Depuis l’ere du Civil Rights, ou ils etaient du mauvais cote de la question, il ont miraculeusement recuperer le racisme et le prejuger en generale comme moteur de recrutement et de fidelite a leur programme etatiste et de redistributionisme populiste et demagogique:   Jackson et Sharpton sont des politiciens Democrate qui vivent sur le dos de ce probleme pratiquement disparu qu’ils insistent neamoins a exacerber er faire persister par leur propres efforts.  Le parti Democrat dans son entier traite en effet les blacks comme une chasse gardee, leur negres.  De l’autre cote tout black conservateur, meme d’imminents academiciens, juges, etc sont traites systematiquement non seulement de cons par les democrates, mais de merde, bestialement, de facon bien plus feroce qu’ils ne traite conservateurs non-black ayant de haute qualifications.  C’est curieux, de droite, nous sommes entierement d’accord avec MLK quand il disait qu’il fallait juger des gens seulement sur le contenu de leur caractere.   Logique, car le parti Republican a ete du cote de MLK, et les Democrates de l’autre cote.   Ils n’ont jamais voulu retenir ce que leur hero disais de plus claire sur le sujet du racism, dans son address le plus important.  Au contraire:  Ils =insistent= non seulement sur la couleur de la peau, mais aussi toute une liste d’autre caracateristiques designe comme etant de criteres possible de prejuges.   Diviser pour mieux reigner je suppose.  Tout ce que je vois en decouler c;est de la destruction de valeur et la poursuite machiavellique de pouvoir.

    Pour prendre une personalite Democrate exemplaire de gauche de plus recent date, OBAMA a passe 20 ans de dimanches ecoutant des serments d’un illumine de precheur de Black Nationalism/liberation theology, des serments a fond =ouvertement raciste= ET marxiste.  Obama dit et ecrit que ce precheur a ete une personnage fondamentale dans le developpement de son pensee, et de son spirtualite, et de mem pour sa femme et ses deux filles.   Ce n’est que tres recemment qu’il a choisi de denoncer comme si il ne savait pas, et nous sommes supposer acheter ce mensonge pathetique:  Pathetique car Obama est un ancien du Harvard Law School.  Il est bien plus que suffissamment intelligent pour deceler le racisme et le marxisme cache dans un serment, pour ne pas parler des 52 serments sur 20 ans de serments =ouvertement raciste et marxistes=, ou des ecrits du meme acabit ou pire dans les publications de l’eglise.  Idem pour ses associations avec terroristes de gauche radicale, corrompus comme Tony Rezko et les politiciens de Chicago, ACORN aux pratiques fraudulent frisant le mafieux, contributions etrangeres tres suspects et tout le reste. 

    De droite, nous prenons Obama au serieux quant a ses actes, ses associations, et ses votes dans la State Legislature d’Illinois et au Senat.   Son couleur de l’autre cote n’est pas interessant.   On aimerait bien, d’aillieurs un candidat Democrate de n’importe quel couleur qui serait presque acceptable comme president.   Ils nous offrent rien d’acceptable depuis des decennies.

    Mais voyons, les associations d’Obama, et sa connection avec de racists averes n’est pas extroardinaire chez le democrates.   C’est meme logique:   Le parti d’Obama tiens pour verite absolue et strategie primaire la division des gens et leur traitement differentie selon  leur race, sexualite, "gender", etat de sante(mental ou physique), ethnie, nationalite, age, et j’en passe.   

    C’est une version plus developpe "identity politics" qui a ete successful pour d’autre gauchistes-nationalistes dans l’histoire, comme oh, Mussolini ou…qui s’etait cet Autrichien curieux, etatiste, socialiste et convaincu absolue des "identity politics" de son epoch?   Voyons, Obama va d’apres lui "renegocier" des accords d’echange libres(argument d’un populiste nationaliste), il va redistribuer l’argent utilisant le pouvoir coercitive de l’etat(socialiste), et lancer toute sorte de programmes de "service nationale"("Youth" programmes nationaliste) ainsi que de reglementation(forcer le prive a faire ce que veut l’etat, tout comme les fascists).    Meme le fascist dans cette election n’est donc pas forcement celui que vous imaginez.   

    Le raciste dans cette election n’est surtout pas celui que vous imaginez.    McCain et son parti ne font aucun mention de race.   Obama et les Democrates font mention souvent de la race de leur candidat et du racisme suppose…les psychiatre parlerait de projection ici… de l’autre parti.  Obama essaient d’introduire le racisme dans la discussion nationale, alors que la majorite des americains ont depasse le racisme anti-blacks il y a 50 ans ou plus.   La plus part des racistes anti-blacks primaires qui vivait a l’epoch sont morts.  Il nous reste que des gout et des preferences perso des individus entre des dizaines de minorites qu’on peut designer, sur des criteres depassant race, merci a la diversite tres remarquable des Etats Unis par rapport a tout autre grand pays sur la planete.

    16/10/2008 à 18 h 25 min
  • Anonyme Répondre

    Que ce soit Obama ou McCain qui l’emporte, le declin de l’Amerique a deja commence. Apres W. Bush qui serait assez stupide pour croire qu’un politique est credible ?

    Les Etats-Unis ont cree une economie fictive et ils en payent les consequences. Le probleme avec les americains c’est qu’ils croient au Pere Noel.

    16/10/2008 à 15 h 00 min
  • Anonyme Répondre

    Cet article et ceux qui le précèdent sont ubuesques. Je ne suis pas anticapitaliste mais après leur lecture, comment ne pas arriver à la conclusion, surtout au vu de la situation financière actuelle, que M. Millère et consort sont des illuminés enfermés dans une bulle où la réalité n’a pas de prise. Au lieu de proposer des solutions à une crise grave, ils préfèrent se réfugier dans l’idéologie la plus sectaire et se contentent lâchement de jeter l’anathème sur le candidat démocrate, puisant dans leur arsenal ce qu’il y a de plus bas: la Peur et le Racisme. Cela me rappelle les derniers défenseurs de l’union soviétique communiste en 1989-1991. Cette rhétorique honteuse fini par détourner des gens qui loin d’être des communistes enragés ont une grande admiration pour les États-Unis et qui espèrent qu’ils renouent avec l’intelligence et le pragmatisme qui ont toujours été leur fort. Ces articles desservent les États-Unis ils sont en fait pitoyables.

    16/10/2008 à 10 h 50 min
  • Laudance Répondre

    Malgré la victoire électorale du Parti conservateur du Canada, qui permettra au Premier ministre Stephen Harper de poursuivre sa politique bénéfique pour ce pays, l’heure n’est pas à la joie en ce qui me concerne. En effet, à l’occasion de ce scrutin, j’ai eu la confirmation de ce que je craignais, à savoir du fait que le Québec constitue une exception "à la française" en Amérique du Nord, un ensemble de villages gaulois, une immense réserve indienne au sein de laquelle les indigènes ont suivi le grand chef blanc, en l’occurrence Gilles Duceppe, un démagogue de la pire espèce.

    Résultat : en jouant sur la peur articulée autour d’un danger imaginaire, il a empêché la formation d’un gouvernement majoritaire et… affaibli le Québec. En effet, celui-ci sera moins bien représenté à Ottawa qu’il ne l’avait été ces deux dernières anées, car le Parti conservateur a progressé partout ailleurs, portant le nombre de ses députés de 127 à 143 pour l’ensemble du Canada, parmi lesquels seulement 10 députés québécois au lieu de 11. Certes, bien qu’en recul au nombre de voix, le Bloc québécois en compte 50, mais cela fait 18 ans qu’il est dans l’opposition et condamné à y rester pour l’éternité, car il n’existe qu’au Québec.

    La "Belle Province", belle mais aussi un peu bête à mon avis, pèsera donc moins à l’échelon fédéral, dans les allées du pouvoir, à la table des décideurs, à l’heure où les nuages s’accumulent à l’horizon et où Stephen Harper sera peut-être obligé de prendre des mesures qui impliqueront des choix. Sera-t-il moins bien disposé à l’égard des Québécois auxquels il avait beaucoup accordé dès la formation de son premier gouvernement ? L’avenir me dira comment il traitera ces mécontents de naissance, repliés sur eux-mêmes, englués dans leurs habituelles chicanes et toujours accrochés à un projet dépassé.

    Mais tout comme les Français, ils sont fiers de leur exception culturelle qui n’en finit pas de les faire rétrograder car, pour la couver, ils restent sur le quai de la gare à regarder passer le train qui fonce vers l’Ouest canadien. Pour ma part toutefois, bien que pur francophone, je suis de moins en moins fier de l’être et me sens de plus en plus proche des anglophones que des gens qui, ici dans l’est, parlent ma langue, mais ne répondent pas à mes attentes, car ils ressemblent trop aux Européens à qui j’ai tourné le dos. Je songe aux gens formant la particratie de mon pays d’origine (la Belgique), de la Françarabie et, par extension prochaine, de l’Eurabia.

    Non, ce n’est vraiment pas la joie et ce la sera encore moins si les Américains, dans un moment d’égarement digne du reste de l’Occident, font d’Obama leur président. En effet, bien que soutenu comme il se doit par la majorité des Québécois, il va les entraîner dans une voie économique qui ne correspond pas à leurs intérêts. Son entente avec Stephen Harper s’annonce délicate, car ce dernier, qui a la stature d’un homme d’état, n’apprécie guère l’icône des médias prête à remettre en question les accords conclus entre les USA, le Mexique et le Canada.  Mais ne vous inquiétez pas, les Européens ne perdent rien pour attendre. Les fans et les groupies auront des soucis. Les idiots vont tomber de haut.

    15/10/2008 à 21 h 26 min
  • grepon le texan Répondre

    "Les dysfonctionnements qui ont conduit à la situation présente sont « venus de l’extérieur du marché » et n’ont rien à voir avec lui"

    Effectivement, les dysfonctionnements ont pour source le Congress des Etats-Unis, qui a cree Fannie et Freddie, et puis les Democrats au Congres, qui ensuite les ont instrumentalise pour faire en sorte que les banques pouvaient faire des prets a tout va a des gens n’ayant pas la capacite de repayer(mais sans retour du baton pour les banques car Fannie et Freddie ont acheter les prets a tout va pour les re-packager en pacquets de mortgages "guarantis" par le gouvernment).    Le US Congress, par Fannie et Freddie, ont donc pendu une belle grosse carrote devant les acteurs du privee, les banquiers.   Au meme temps, des organisations radicales comme ACORN, ainsi que le Department de Justice et juges et lawyers activistes ont menace les banquiers  pour qu’ils font de la discrimination positive quand a la race ou ethnie des candidats pour prets immobiliers.   C’etait le baton, et c’etait deja devenu un bien gros baton dans les mains du Department of Justice(c.a.d. Executive Branch) sous Clinton.

    Par l’avenir, nous pouvons nous rassurer que Obama et les 3000 gauchistes qu’il prendrait pour bosser sous lui vont instrumentaliser les institutions du gouvernment au maximum pour installer leur agenda radicale.   Aujourdui Bush nous rassure que la participation du gouvernment dans l’actionnariat des banques n’est que temporaire.    Peut-on douter le moindre instant que ce promesse ne sera pas renverse l’instant meme que Obama deviendra le President elu?  

    Les Americains ont le choix ce Novembre 4 entre une thugocratie etatiste d’un cote, et un George Bush Light de l’autre.    Esperons que dans les prochaines semaines McCain et Palin arrivent a dire tout haut maintenant quoi s’attendre du politicien style Chicagoan et de son coterie.   Jusquici les medias passent presque l’entiere de leur temps a couvrir pour Obama et a investiguer McCain/Palin, qui sont proprement des scouts a cote d’Obama et ses copains.   Il va falloir expliquer aux Americain clairment que Obama MENT quand il dit qu’il va baisser les impots.    N ous avons l’experience ici de voir l’econonmie decolle quand le secteur prive et libere.   Il faut re-expliquer ca aux indicides.  Et il faut reparler sans broncher des associations grotesque que Obama a maintenu le long de sa vie sans accomplissements legislatives ou pratique aucune.

    15/10/2008 à 16 h 10 min
  • Jaures Répondre

    On serait tenté de demander à Millière ce qui légitime même la présence d’un de ses éditoriaux dans une revue, quelle qu’elle soit d’ailleurs.

    Certes il a beaucoup lu mais comme Cervantes l’écrit de Dom Quichotte sur les livres de chevalerie:        " Son imagination se remplit de tout ce qu’il avait lu dans les livres et il se fourra si bien dans la tête que tout ce magasin d’inventions rêvées étaient la vérité pure, qu’il n’y eut pour lui nulle autre histoire plus certaine dans le monde".

    Car Millière ne cesse de dire depuis des mois et des années, sans la moindre réserve, que G.Bush suit la politique économique idéale. Preuve les titres de deux de ses articles: "L’économie américaine ne s’effondre pas !" (02/04/08), "Obama ne sera pas le prochain président" (26/03/08).

    Le 30/01/08, il écrit: "La croissance fléchira un peu, mais il n’y aura vraisemblablement pas de krach, juste une correction boursière".

    On serait donc en droit de demander à Millière quelle compétence avérée lui donne le droit de tenir un discours économique ou politique. N’a-t-il pas écrit le 11/06/08:" B.Obama est un visage neuf sur les idées d’une très vieille gauche: c’est pour cela que je ne parierai pas un dollar sur lui."

    Alors, certes, il est Président de l’Institut Turgot mais comme l’écrit Montaigne: "Qu’est-ce qui empêche mon palefrenier de se faire appeler Pompée le Grand."

    15/10/2008 à 15 h 59 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: