La France et l’analphabétisme en Algérie

La France et l’analphabétisme en Algérie

Abdelmadjid Chikhi, le directeur des Archives nationales et conseiller du président algérien Abdelmadjid Tebboune, pour les questions mémorielles, a laissé entendre que la France coloniale avait œuvré pour répandre l’analphabétisme en Algérie !

Il a prétendu qu’au début de la colonisation française, en 1830, «tous les Algériens lisaient et écrivaient».

Ils lisaient et écrivaient quoi? Sûrement pas le français! Alors, l’arabe ou une langue berbère? Ou bien l’espagnol, à Oran, occupé dès le XVIe siècle par l’Espagne?

Il ne précise rien.

Chikhi accuse aussi la France d’avoir «éliminé les personnes qui lisaient et écrivaient et d’avoir répandu l’analphabétisme».

Outre que cette accusation relève d’une singulière mauvaise foi et d’une contre-vérité historique, elle ne donne aucune précision sur la façon dont la France aurait éliminé les Algériens qui savaient lire et écrire.

Une telle insolence de la part des autorités algériennes pourrait se justifier par leur besoin de trouver un bouc émissaire pour occulter leurs propres responsabilités dans la situation actuelle de l’Algérie, alors qu’elles sont contestées par les Algériens eux-mêmes.

Mais l’expérience leur a également appris qu’elles pouvaient continuer de lancer des piques contre la France, puisqu’Emmanuel Macron, son président, loin de réagir, semble abonder dans leur sens.

N’a-t-il pas récemment qualifié la colonisation de «crime contre l’humanité»?

Les chercheurs reconnaissent généralement qu’un effort d’enseignement fut entrepris et s’élargit par étapes, même s’il se heurtait parfois aux résistances de la population elle-même.

Faut-il rappeler, entre autres, l’implication de la congrégation des Pères blancs qui ouvrit, à partir de 1873, des écoles destinées aux jeunes Kabyles?

Une politique de scolarisation massive fut engagée après la Seconde Guerre mondiale et, durant la guerre d’Algérie, de nombreux «soldats instituteurs» furent envoyés dans des régions qui n’avaient jamais connu de scolarisation.

Quand l’Algérie devint indépendante, le 5 juillet 1962, elle instaura l’arabisation de l’enseignement.

Ce fut un facteur de très nette régression dans l’enseignement de ce pays.

Si Macron ne réagit pas fermement à cette nouvelle agression, on sera contraint d’en conclure qu’il a moralement trahi son pays et son Histoire.

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Macron a déclaré que « nous sommes en guerre contre le virus de Wuhan et contre le terrorisme. »
    Que fait-on avec un traitre en temps de guerre?

    01/07/2021 à 10 h 11 min
  • ELEVENTH Répondre

    @ l’auteur :
    Vous écrivez  » si Macron ne réagit pas….etc…. il a moralement trahit son pays… »
    Non, mais je rêve. Il vous faut cette preuve de « réaction » de Macron pour en déduire qu’il trahit son pays ?
    Vous avez intérêt à suivre mieux toutes ses précédentes déclarations accusatrices envers la France de l’étranger et depuis, entre autres, l’Algérie pour comprendre qu’il a trahit depuis longtemps et que vous n’avez rien a attendre de lui.

    30/06/2021 à 23 h 52 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: