La manipulation des religions pour détruire le Liban.

Posté le 25 juillet , 2010, 12:00
13 mins

Le Liban est un pays multi-religieux et multiethnique ; il abrite dix-huit confessions musulmanes, chrétiennes, juives, « minoritaires » et même agnostique. Son système gouvernemental cherche à partager équitablement et démocratiquement le pouvoir entre ses différentes communautés, contrairement à Israël, qui veut être reconnu comme un « état juif ET démocratique ».

 

Israël veut être comme les théocraties arabes, qui se disent musulmanes, mais qui n’ont aucune ambition d’être reconnues comme démocratiques. Mais, Israël peut tout se permettre, puisque jusqu’à maintenant les lobbies pro-israéliens contrôlent la politique étrangère des gouvernements occidentaux, surtout américain.

Le Liban le dérange pour deux raisons principales :

premièrement, son expérience de vie en commun entre ses différentes communautés religieuses pourrait réussir et prouver la fausseté de la thèse israélienne affirmant qu’il est impossible de vivre démocratiquement avec les musulmans.

Deuxièmement, la résistance libanaise a été la seule à avoir plusieurs fois battu son armée en la forçant à battre en retraite, sous couvert de résolutions et de troupes internationales, toujours planifiées suivant l’intérêt d’Israël.

Il fallait donc que le Liban soit divisé comme il le fut déjà à partir de 1975, suivant des scissions confessionnelles, provoquées par les suspicions et les peurs les uns des autres.

Le Liban partagé en ghettos ennemis.

A partir de 1973, les citoyens juifs libanais commencèrent à émigrer en grandes quantités (sur conseils israéliens ?), tandis que les chefs chrétiens du Liban écoutaient les sirènes occidentales, dont les « maternelles » françaises, pour tromper et armer leurs propres communautés contre les « velléités syriennes d’occupation et les désirs des Palestiniens sunnites et communistes de prendre le pouvoir au Liban ». Bien sûr, les sunnites, les chiites, les druzes, les Alaouites et autres furent aussi lancés, par les Etats occidentaux, les « frères » arabes et autres, dans une guerre sans merci les uns contre les autres et contre les chrétiens.

Le Liban fut détruit une première fois. La Syrie reçut mandat international et arabe sur le Liban, puis, par l’accord constitutionnelde Taëf, le Président de la République maronite fut délesté de ses pouvoirs, en faveur du Président du Conseilsunnite, qui devait être un sujetsaoudien, le Président défunt Hariri. Le Liban était ainsi sous mandat syro-saoudien, tandis qu’Israël obtenait sa part, en poursuivant son occupation du Liban Sud : tout allait très bien pour tout le monde, sauf pour les Libanais. Mais cela ne dura pas longtemps, car les habitants du Sud Liban, sous la direction du Hezbollah, se révoltèrent contre l’occupant israélien et le forcèrent à une retraite précipitée en l’an 2000.

Le Liban, entre 2000 et 2005, sous la direction des présidents Lahoud et Hariri, commença à renouer avec la sécurité, la démocratie et l’expansion. Cela ne faisait pas l’affaire d’Israël. Ce fut à ce moment-là que le Président Hariri fut assassiné et, tout de suite, on accusa la Syrie, le Président Lahoud et ses adjoints militaires, tandis que le monde entier, c’est-à-dire ses grands, se réunissait pour désigner un tribunal international pour le Liban. Personne n’osa suggérer un quelconque intérêt israélien possible dans cet assassinat.

Une nouvelle guerre civile libanaise planifiée.

Dès le début, le tribunal a agi comme une cour de non droit. Au lieu d’enquêter sur ceux qui avaient intérêt à diviser les Libanais par cet assassinat, Israël en tête, il s’est tourné vers ceux qui ne pouvaient qu’en pâtir. Les accusations étaient lancées dans les médias, contre la Syrie et le Président Lahoud. Des faux témoins furent payés pour détourner l’attention des vrais coupables. Quand leurs mensonges furent prouvés, ils furent protégés par des Etats, même européens, possédant le droit de veto au Conseil de Sécurité et se qualifiant comme démocratiques ; tandis que le Tribunal International refuse toujours de les juger ou de remettre leurs faux témoignages aux plaignants qui furent emprisonnés injustement à cause d’eux (4 ans de prison, pour chacun des quatre généraux qui furent les adjoints du Président Lahoud).

Que faut-il donc de plus pour déclarer que ce tribunal est peu crédible et que l’argent dépensé par le Liban pour ses frais est un argent volé à notre pays déjà fortement endetté ?

Mais cela n’est rien à côté de ce qui nous attend. Le chef d’Etat-major israélien a déjà affirmé qu’il s’attend à une nouvelle guerre civile libanaise, car « le procureur général auprès du Tribunal International va accuser des chefs du Hezbollah (chiite) du meurtre du Président Hariri (sunnite) ». Quoi de mieux pour déclencher une guerre confessionnelle entre les deux plus puissantes communautés du pays, dont l’une détient les pouvoirs de l’Etat et l’autre ceux du nombre et des armes ? Bien sûr les chrétiens y participeront dans les deux camps qu’on veut ennemis.

Déjà, tous les chefs libanais de tous les bords sont sur le sentier de la guerre et excitent leurs troupes, tandis que les ennemis du Liban se frottent les mains.

Sommes-nous à tel point imbéciles pour nous laisser tromper encore une fois par les mêmes chefs d’Etat du monde entier, qu’ils soient Européens, Américains, Israéliens ou Arabes ? Ne voyons-nous pas que « ça craint », comme disent les Français ? Que vaut un tribunal manipulé par les grands, à leur tour manipulés par le gouvernement israélien ?

L’unité du peuple, de l’armée et de la résistance

En conclusion, je voudrais citer, à l’adresse du gouvernement fanatique israélien et de ses colons, encore plus fanatiques, des passages d’une prophétie deJérémie (7, 1 -11). : « Vous vous fiez à des paroles trompeuses, sans valeur, vous pourriez donc voler, tuer, opprimer l’immigré (opprimer le Palestinien chez lui, c’est encore pire), la veuve et l’orphelin, condamner à mort l’innocent et venir ensuite dans cette Maison qui porte mon Nom en vous disant : " nous sommes à l’abri" ! Cette Maison qui porte mon Nom est-elle donc une caverne de bandits ? Quant à moi, c’est ainsi que je la vois. » Parole du Seigneur.

Cette parole ne s’applique pas seulement aux chefs israéliens, mais aux dirigeants de tous les pays, les religions, les confessions et à leurs peuples, à commencer par les Libanais. Israël est un pays qui veut nous détruire, car notre existence même démontre l’invalidité de ses prétentions de vouloir être un Etat juif ET démocratique.

On ne peut pas être démocratique et confessionnel, à moins qu’il soit prouvé que la solution libanaise est impossible. Israël doit donc la détruire et nous devons la défendre, coûte que coûte, car c’est notre vocation, notre mission, notre « message ».

Nous ne pouvons nous défendre qu’en étant dissuasifs, car les Israéliens profitent de nos faiblesses pour nous agresser et prendre nos terres, nos eaux et nos libertés. Nous avons vu ce que nous a coûté le mot : « notre force vient de notre faiblesse ».

Nous ne pourrons dissuader Israël qu’avec notre unité et des armesdissuasives. Seule le Hezbollah les possède. Ce n’est pas en le désarmant que nous dissuaderons Israël, mais en suivant son exemple et en armant toute notre population, à commencer par l’armée que le monde entier, aux ordres d’Israël, veut garder faible et sans armes.

Oui, notre défense passe par l’unité du peuple, de l’armée et de la résistance.

Roger Akl
Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

11 Commentaires sur : La manipulation des religions pour détruire le Liban.

  1. zissu

    3 août 2010

    Comment un site de la valeur de 4V peut accepter une chaine des inépties aussi énormes ?

    Je ne me fatigue pas pour les énumérer, les syupidités sont tellement nombreuses.

    La seule chose qui me dérange, le peuple libanais et la culture et la joie de vivre (qui fut celle)des libanais méritent bie plus

    Sorel

    Répondre
  2. Roger AKL

    29 juillet 2010

    En corrections des précédents

    Je m’attendais à ces réactions ; elles sont normales, car les gens de "bonne foi" sont trompés justement par des médias qui manipulent l’opinion car ces médias coûtent cher et appartiennent aux multinationales et aux grands groupes de pression. Ce qui est amusant, c’est la personne qui se dit syrienne pour nous assurer de sa "bonne foi" et nous ingurgiter tellement de contradictions qu’on se demande si elle même n’est pas perdue dans ce dédale. Tout ce que je peux dire, c’est qu’en tant que chrétien libanais, j’ai appris avec le lait que notre assurance, à nous chrétiens d’Orient, venait de l’existence d’Israël et que la France était notre "tendre mère", mais, affaiblie, elle a été remplacée par l’Amérique.
    Mais j’ai dû déchanter quand je fus envoyé comme attaché militaire libanais à Washington en 1975 et 1976. Je compris alors que nous étions les ânes de la fable. Mais il me fallut plus de trente ans pour que je finisse par être convaincu de ce que j’ai écrit. En conclusion, je remercie ceux qui m’ont appuyé, tandis que ceux qui m’ont attaqué, je ne peux que leur répéter, s’ils sont de bonne foi :
    "Vous parlez de ce que vous avez entendu raconter par des media sous l’emprise du "Mensonge Global" (livret que j’ai écrit et dont je peux envoyer copie courriel à ceux qui le demandent), mais, moi je raconté ce que j’ai vu de mes propres yeux et ce que j’ai souffert avec ma famille et mon peuple durant trente ans".
    Il est vrai que les Libanais ont eu beaucoup de combats entre eux, mais toujours pour faire profiter l’étranger, dont le Turc, l’Européen et l’Arabe). Quant à notre "tendre mère la France", elle l’est toujours, mais, nous seuls, Libanais, savons ce qui est bon pour nous et nous devons prendre notre destin dans nos propres mains. Nous avons une mission, c’est de montrer au monde qu’on peut vivre ensemble entre plusieurs religions, surtout avec les musulmans qu’on attaque sans savoir de quoi il s’agit. Notre mission est des plus importantes, car tous les pays du monde vont devenir des mosaïques de religions et de races.
    QUANT AU FANATISME du gouvernement israélien et des colons, vous n’avez qu’a lire Haaretz, Yediot Aharonot, Noam Shomsky et même écouter ce que les juifs américains disent de la nouvelle loi israélienne prévue sur "qui doit être reconnu comme juif en Israël", dans un pays ou cette religion confère la nationalité et pas mal d’avantages.
    Roger AKL
    Répondre
  3. SARKOSIS

    28 juillet 2010

    Pour une fois qu’un homme ose exprimer une opinion juste et clairvoyante à l’intention de ses concitoyens, la propagande sioniste le qualifie de fasciste et brandit, encore une fois, le spectre du Hezbollah. Pourquoi ne pas y ajouter un peu de shoah et de génocides, condiments avec lesquels nos propres médias occidentaux (sous domination sioniste), nous gavent depuis des lustres. Comment un peuple qui a subi de tels prétendus exactions peut-il le faire subir aux Palestiniens ?

    Merci Roger pour cet article que tout Libanais doit lire et méditer ses vérités.
     

    Répondre
  4. MOHAMED

    27 juillet 2010

    Un peu dérangeant pour certains "orthodoxes" pro sionistes, apparemment, que des vérités soient dites…

    Mais ne serait ce pas ici le site des 4 vérités ?

    Ah non, pour certains, ici c’est le site "propriété privée" des anti Islam primaires…

    Abdel MOHAMED

    Répondre
  5. Shetak

    27 juillet 2010

    Je suis chrétien syrien et jamais j’avais lu un tel délire, ça fait rire à un tel point c’est ridicule. D’abord que les alaouites son très minoritaires et presque insignifiants au Liban mais passons. Le Liban en paix mais c’est nouveau ça, depuis quand ça? déjà la révolution de Fakr al-Din et Youssef Karam et la guerre druzo-maronite ça ne vous dit rien vous? L’histoire de la guerre du Liban c’est l’histoire d’une guerre pour le pouvoir étant donné que 1) la communauté chrétienne avait une démographie plus faible que celle des musulmans (et spécialement que les musulmans shiites) mais comme elle compose le groupe le plus cultivé, actif et entreprenant de la société, et qu’elle se croyait destinée a développer le pays elle se méfiait d’une majorité politique musulmane que, éventuellement vouerait le pays à l’obscurantisme et la barbarie (voir cas Iranien, Yemen et Arabie Saoudite). 2) Les chiites ont été depuis toujours une communauté opprimée au Liban, ils ont vu dans le Amal d’abord et après dans le Hizbullah le moyen de retrouver sa dignité et de mettre la main sur le pouvoir politique. Son courage dans les guerres contre Israël les ont fait dignes aussi d’un certain respect (pas le cas de Palestiniens que comme vous savez courent comme des lapins devant le premier Merkava israélien). 3) La preuve finale de ce que je dis c’est que la guerre, d’abord une guerre de chrétiens contre musulmans est virée à l’absurde. Les kataeb ont fait la guerre aux maradah et Aoun et les phalanges se sont finalement entretués à Beyrouth, les druses des familles Arslan et Jumblatt se sont affrontés eux aussi, les Hizbullah et les Amal (tous des chiites) se sont entretués et ce fut l’armée syrienne qui est intervenue pour mettre fin aux combats, après quoi les Amal sont allés tuer les palestiniens et les druses ont attaqué les chiites. Et après les chrétiens ont décidé de déclarer la guerre aux Syriens (qu’ils avaient appelés d’abord) et ce fut le bordel car les israéliens ont décidé de faire la guerre aux palestiniens (invasion de 1982) et les palestiniens sont partis se faire la guerre entre eux à Tripoli où déjà les sunnites s’entretuaient depuis longtemps…. Et puis il y a le revirement de manches, sport national du Liban, Aoun était le “héros” (ironiquement bien sûr) de la “résistance” antisyrienne et Jumblatt était prosyrien. Aujourd’hui c’est Jumblatt qui ne veut plus d’influence syrienne et Aoun qui est prosyrien. Le délire de voir la main d’Israël derrière tout relève d’une psychopathie hystérique mais ça ne mérite pas un article dans un journal. Moi j’ai pas beaucoup de sympathie pour les sionistes mais des brulots comme celui-ci se ridiculisent tout seuls.

    Répondre
  6. Elie

    26 juillet 2010

    Les Libanais sont par nature de droite. C’est le pays le plus capitaliste qui puisse exister sur le bassin méditerranéen.

    Néanmoins, sur les questions stratégiques… il n’y a ni droite, ni gauche. Le Libanais voit ce qu’il y a de mieux pour sa survie. Et jusqu’à présent, tant que l’armée libanaise subira l’embargo international imposé par les Etats-Unis et la France… ils n’auront aucune raison de refuser toute aide militaire à la résistance officielle du pays qu’incarne le Hezbollah.

    Une armée libanaise faible signifie un état faible, et donc en proie à une naturalisation des palestiniens au Liban, ce qui signifie grosso modo la fin de l’équilibre communautaire et donc de toute influence chrétienne sur l’avenir politique du pays. C’est pourquoi, vous voyez aujourd’hui des Chrétiens soutenir le Hezbollah… car à travers sa résistance à Israël, c’est le projet d’implantation palestinienne au Liban qui risque d’échouer.

    Il faut se mettre dans la peau de ces gens. Par nature, les Libanais apprécient beaucoup la vision occidentale, regardez leur manière de vivre simplement. Mais de plus en plus, quand il s’agit de l’intérêt de leur nation, ils ont raison de ne plus rien espérer de pays occidentaux dits "amis" et qui n’ont pourtant rien fait pour renforcer le pays dans les faits (l’état de sa défense militaire en est le plus grand exemple). On est las des promesses, et des paroles. Le Hezbollah disparaitra le jour où l’armée libanaise aura atteint un niveau semblable d’efficacité.

    En ce qui concerne le billet de M. Akl, ceux qui vivent au Liban savent de quoi il parle. Les religions sont utilisées pour semer le trouble… et cette arme est utilisée par l’extérieur pour détruire le pays, parce que ces gens ne connaissent le pays que par "clichés". Nous passons actuellement par une période difficile, mais j’ose espérer que les gens auront appris de la guerre civile.

    Répondre
  7. Gérard

    26 juillet 2010

    Les  4V ouvrent leurs colonnes à n’importe qui.  C’est du n’importe quoi !  Pourquoi cautionner un tel ramassis de contre-vérités ? 

    Le signataire de l’article pensait peut-être se faire éditer chez Libé ! Je ne comprends pas que le rédacteur en chef ait laissé passer un tel billet de propagande hezbolesque…

    Répondre
  8. J.

    26 juillet 2010

    Ce délire (Israël "fanatique", qui "manipule les gouvernements des grandes puissances", dans le but acharné détruire le symbole de la fraternité que serait le Liban), qui effectivement fleure bon les Protocoles;

    c’est publié dans Les 4 Vérités ?!
    Vraiment…

    Au fait accuser l’autre de ses propres vices inavouables (parce que fanatisme et acharnement à détruire – le Liban multiconfessionnel j’entends, ça me paraît bien mieux décrire le Hezbollah qu’Israël), en psychanalyse n’est-ce pas cela qu’on appelle : projection ?

    PROJECTION, subst. fém.
    PSYCHANAL. Mécanisme de défense qui consiste à localiser chez autrui, de manière inconsciente, et pour s’en protéger, des idées, des affects perçus comme un danger par le moi.

    Répondre
  9. Jean-Pierre

    26 juillet 2010

    Mais que fout un article de propagande pour l’infâme hezbollah sur un site dit de droite libérale???????

    Répondre
  10. Bitan

    26 juillet 2010

    Manipulation?

    Le Liban est un pays multi-religieux et multiethnique ; il abrite dix-huit confessions musulmanes, chrétiennes, juives, « minoritaires »

    …/…

    A partir de 1973, les citoyens juifs libanais commencèrent à émigrer en grandes quantités (sur conseils israéliens ?) …

     

    A comparer avec l’article sur Wikipedia (Histoire des Juifs du Liban):

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_Juifs_au_Liban

     

    Vers le début du XIXe siècle, on comptait plus de 4.000 juifs au pays du Cèdre…

    … En 1968 la communauté était déjà de 24.000 membres…

     

    …Le Liban est le seul pays arabe dont la population juive a augmenté après la Déclaration d’indépendance de l’État d’Israël en 1948.

    Avec l’éclatement de la guerre arabo-israélienne de 1948 et la création de l’État d’Israël, des mouvements de migrations vers le Liban en provenance des pays environnants avaient, paradoxalement, renforcé la présence juive au Liban….

     

    … La désintégration de la nation libanaise à travers la multiplication des conflits interconfessionnels eut pour effet l’affaiblissement de l’autorité de l’État.

    L’incapacité à protéger les membres de la communauté encouragea les atteintes répétées envers les personnes et les intérêts juifs (harcèlement de professeurs accusés de prêcher le sionisme, commerçants menacés). Angoisse, insécurité et pessimisme sont devenus le quotidien des juifs du Liban.

    La communauté n’eut d’autre choix que d’organiser l’émigration. Curieusement, la destination favorite des expatriés n’était pas Israël mais certains pays européens et américains (France, Italie, États-Unis, Canada)….

     

    … Le déclenchement de la guerre civile de 1975  contribua à la détérioration d’une situation déjà critique. L’emplacement géographique de Wadi Abou Jmil, au sein de la zone de conflit militaire, exposait la communauté aux risques d’enlèvement d’otages. La vie des juifs libanais n’était plus la même. La plupart des centres religieux, culturels et commerciaux étaient contraints de fermer….

     

    … Israël envahit le Liban en 1982. À cette époque, le Liban traversait la période la plus violente depuis son existence. Malgré tout ce que cette communauté avait subi, une grande partie de la communauté refusa de quitter. Ce fut une décision courageuse mais coûteuse : des enlèvements eurent lieu en 1985, malgré cette prise de position patriotique.

    Aujourd’hui, Wadi Abu Jamil, le quartier juif de Beyrouth, est abandonné et son centre spirituel, la synagogue Maghen Abraham construite en 1925, est un lieu de désolation. Tout y a disparu: les bancs, les vitres, les dalles et l’imposant autel en marbre qui trônait au centre avaient été pillés pendant la guerre. Depuis août 2009, un chantier de rénovation de la synagogue a commencé et devrait durer 12 à 15 mois. Avec une centaine de membres discrets, la communauté juive du Liban a pratiquement cessé d’exister….

     

    Un des derniers notables connus de la communauté, le médecin Élie Hallak qui soignait des patients de toutes confessions (et a possiblement soigné l’otage Michel Seurat) a été enlevé le 30 mars 1985 et exécuté en février 1986 (ref> Le Nouvel Observateur, Élie Hallak, médecin juif de Beyrouth)…,

    Répondre
  11. WatsonCorsica

    26 juillet 2010

    Tiens, encore une tirade d’un certain Roger Akl

    On attend plus qu’il nous vante les mérites du Hezbollah, peut-être ne nous dit-il pas le fond de sa pensée, je pense qu’à chosir un camp il préfère le hamas ou le hezbollah à israël…

    Bonne chance Mr Akl !

    A bientôt, on attend plus qu’une réédition des sages de Sions…

    Juste une question : et si Monsieur Akl représentait au sein des 4 V la tendence archéo-facho pro-islam ?

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)