La présidence Trump prend forme…

Posté le février 28, 2017, 2:37
6 mins

La haine anti-Trump a fait perdre la raison à la plupart des journalistes américains. Il reste quelques îlots de salubrité dans les médias conservateurs, car il existe encore des médias conservateurs aux États-Unis.

Dès lors qu’en Europe, et en France particulièrement, les médias conservateurs ont presque totalement disparu ou ont été poussés vers les marges, les îlots de salubrité sont largement absents.

La désinformation est intense aux États-Unis. Elle est plus intense encore en Europe. Elle est tout au bord de l’omniprésence absolue en France.

L’espoir de ceux qui épandent la désinformation est de susciter un effet de détestation et de diabolisation qui rendrait les décisions et les actions de Trump impossibles ou inefficaces.

Il est aussi de contribuer à créer, au sein des États-Unis et sur la planète, une atmosphère si pestilentielle que, lors des prochaines élections, dans moins de deux ans, Trump ne dispose plus de majorité dans les deux Chambres du Congrès, puis, dans moins de quatre ans, ne soit pas réélu et soit remplacé par un membre de la gauche démocrate qui pourrait alors tenter de renouer avec les années Obama.

La stratégie avait fonctionné imparfaitement avec George Walker Bush. Elle n’avait pas empêché la réélection de celui-ci. Elle avait fini par fonctionner néanmoins : George Walker Bush avait perdu les élections de mi-mandat de 2006 et n’avait plus pu vraiment gouverner ensuite.

Il avait fini son deuxième mandat presque impuissant, détesté, humilié, dans l’incapacité de désigner ou de soutenir un éventuel successeur, et Obama l’avait emporté en 2008.

Cette fois, la stratégie risque fort de beaucoup moins bien fonctionner.

D’une part, en effet, les attaques contre Donald Trump atteignent des niveaux si paroxystiques, si délirants parfois, qu’elles ont toutes les chances de s’user et qu’elles risquent de faire sombrer ceux qui les mènent dans le ridicule.

D’autre part, Trump n’est pas Bush, et, là où Bush réagissait avec indifférence aux torrents de boue et de fange déversés contre lui, Trump réagit de manière très différente. Il contre-attaque en dénonçant les falsifications dont se rendent coupables ceux qui lui font face, et en s’adressant directement au peuple américain, par-dessus la tête des journalistes.

Et cela fonctionne : ceux qui ont voté Trump n’apprécient pas le comportement des journalistes et soutiennent la dimension contre-attaquante de Trump.

En troisième lieu, et il sera de plus en plus dangereux de la part de journalistes de l’ignorer, Trump obtient des résultats.

Économiquement, avant même que la déréglementation qu’il entend enclencher soit pleinement en place et que la réforme fiscale qu’il entend promulguer soit établie, de nombreuses entreprises américaines, s’attendant à un futur meilleur, investissent et créent des emplois ; des investisseurs étrangers font la même chose.

Si la tendance qui se dessine se poursuit (et il n’y a aucune raison pour qu’elle ne se poursuive pas) et si les décisions prises en matière de sécurité portent leurs fruits (et elles porteront sans doute leurs fruits), ce qui prendra forme sera trop visible pour être indéfiniment dissimulé.
Trump s’est entouré d’économistes de qualité et d’entrepreneurs de très haut niveau. Il sait pourquoi il l’a fait, et ce qu’il attend d’eux.

En termes de politique internationale, la doctrine Trump qui s’esquisse pourrait elle-même contribuer à un retour de l’ordre sur la planète, qui ne pourra se trouver indéfiniment dissimulé non plus.

N’en déplaise à ceux qui ne le voient pas, ou ne veulent délibérément pas le voir, Trump s’est entouré, outre d’économistes de qualité et d’entrepreneurs de très haut niveau, d’une équipe de stratèges solides et lucides.

Trump est tout à fait à même de conduire l’islam radical dans ses derniers retranchements, et d’endiguer la Russie, l’Iran, la Chine et la Corée du Nord.

S’il rend le monde plus sûr et plus stable (et il devrait y parvenir), ce qui prendra forme, là encore, sera trop visible pour être indéfiniment dissimulé.

J’attends sereinement de voir où en seront les choses dans un an. J’attends de voir ce que les propos des journalistes haineux seront à ce moment-là. Ce sera intéressant à observer…

5 réponses à l'article : La présidence Trump prend forme…

  1. DE SOYER

    08/03/2017

    Millière pète la forme et le troll s’évanouit.
    Trump c’est autre chose que Bush: 4,5 de plus au test Lewino. Les résultats arriveront plus vite!

    Répondre
  2. Eric LOUGNON

    06/03/2017

    Tiens Jaurès, au fait, nous n’avions pas rendez-vous ces jours-ci à propos des résultats du Brexit ? Qu’en pensez-vous ? Qui s’est trompé ?

    Répondre
  3. BRENUS

    04/03/2017

    Puisque « nous aussi » : vas te coucher et fous nous la paix.

    Répondre
  4. Jaures

    28/02/2017

    « J’attends sereinement de voir où en seront les choses dans un an ».
    Nous aussi. Pour l’instant, tout n’est qu’opinion.

    Répondre
    • Rouletabille

      01/03/2017

      Allons, allons Jaurès. Nous savons tous que vous n’avez pas d’opinions. Seulement des convictions.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)