La reconnaissance du Kosovo est une erreur

Posté le avril 02, 2008, 12:00
8 mins

« Aimez la France comme elle vous a aimé ».Le gouvernement français vient de commettre une grave erreur en reconnaissant l’indépendance du Kosovo ce qui ne peut que provoquer de grands problèmes en Europe.

Des relations anciennes et amicales unissaient France et Serbie, comme en témoigne un beau monument à Belgrade, relations bien plus cordiales que celles de la France avec divers pays de l’Union européenne. Pendant des siècles, le Kosovo fut le cœur politique et religieux de l’empire serbe jusqu’au moment où le pays perdit son indépendance, lors de la bataille de Kosovo, en 1389. Cette bataille reste considérée comme la tragédie ultime et son site comme le cœur vivant d’une nation éternelle.

Les Balkans sont peuplés de peuples divers, querelleurs, courageux et très hostiles entre eux. Les événements qui amèneront à la quasi-disparition de l’empire turc en Europe ne firent que renforcer toutes ces tendances.

Au lendemain de la guerre de 1914-1918, la destruction de l’Autriche-Hongrie créa une énorme zone de déséquilibre, ce qui contribua à amener la seconde guerre mondiale. Les alliés firent un cadeau empoisonné à la Serbie en la transformant en Yougoslavie, mélange abracadantesque de peuples différents qu’on espérait fédérer, idée inepte qui ne pouvait venir que dans la tête d’idéologues bornés et ignorants.

De plus, Staline se livra à toutes sortes de manigances pour dominer et infiltrer les Balkans, comme l’atteste le journal qu’il fit publier : « La correspondance balkanique ».

C’est un véritable coup de folie, mais conforme à une tradition serbe, que des militaires réalisèrent en 1941, provoquant l’occupation totale de la Yougoslavie. Alors, certains des peuples constituant cet État artificiel se rallièrent à la cause allemande, d’autres restant neutres. En revanche, Mihaïlovic prit la tête d’une résistance essentiellement serbe. Mais, les communistes, très diffus dans tout le pays, entendaient tirer les marrons du feu et créèrent leur résistance à eux, dirigée par Tito.
Chose extraordinaire, les communistes, inspirés par l’excellente technique de désinformation soviétique réussirent à faire croire qu’eux seuls étaient la vraie résistance ! Les communistes s’installèrent ainsi sans contestation au pouvoir en 1945 et se livrèrent vite à des massacres notamment contre les Italophones. Cette désinformation fut telle que même en Algérie en 1943-1944, un périodique fut consacré à la seule Yougoslavie ! Titiste, bien sûr !

Mais Tito, en un sens, resta fidèle à une tradition serbe et fut, seul, parmi les dirigeants communistes, à résister aux Soviétiques qui poursuivaient un rêve de domination sur tous les Balkans. À sa mort, ses dirigeants furent incompétents, ne purent prolonger sa dictature et les nationalismes divers devinrent explicites. Finalement, la Yougoslavie abandonna les « États fédérés » à l’exception de la Bosnie-Herzégovine où de très graves affrontements eurent lieu. Notons que le massacre de Srebenica ne put se dérouler que par l’abandon hâtif par les forces de l’ONU de cette enclave !

Le Kosovo n’était pas un État fédéré, mais une « république » autonome et c’est à la suite de vexations inspirées par les Albanais que Milosevic pratiqua une politique répressive, d’ailleurs bien moins dure qu’en Bosnie-Herzégovine.

Et alors eut lieu l’impensable : une formidable coalition militaire dirigée par un général américain et soutenu par toute l’Union européenne attaqua la Serbie-Montenegro, « libéra » le Kosovo où les Albanais commirent d’autres exactions et bombarda même Belgrade. Pourquoi ? Les motivations des USA seraient incompréhensibles. L’Allemagne, traditionnellement favorable aux Croates ? Rien ne suggère qu’elle ait joué un tel rôle. Quant à la défense des droits de l’homme, elle n’a jamais réellement servi à justifier un tel conflit !

Indignée dans son patriotisme foncier, la Serbie ne pourra guère être amenée qu’à un rapprochement avec la Russie, elle-même toujours restée en bonnes relations avec la Bulgarie. Or, l’Union européenne ne sait pas régler ses rapports avec la Russie !

Reste à savoir pourquoi presque aucun pays ne reconnaît l’indépendance de Chypre Nord (très réelle et assez ancienne), de l’Abkhasie, des Serbes de Bosnie et de bien d’autres. Reconnaître le Kosovo amènera à bien des révisions déchirantes et à des nouveaux conflits…

(image : oeuvre du sculpteur serbe Ivan MESTROVIC édifiée en 1930. Elle illustre la fraternité d’armes des soldats serbes et français durant la Grande Guerre, source :  http://www.senat.fr/ga/ga61/ga6120.html)

Partager cet article sur Facebook

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

56 réponses à l'article : La reconnaissance du Kosovo est une erreur

  1. Alexandra

    10 mai 2010

    Je tiens à dire tout d’abord que vous ne trouverez aucune solution à ce sujet en vous basant sur ce que vous trouverez sur internet!

    Vous trouvez que l’article prend tout à fait partie?                                                                                          Reliser dont vos commentaires…                                                                                                                    PERSONNE ne peut comprendre ce qu’il s’est passé sans connaitre et sans prendre en compte    TOUS les conflits balkaniques. Il n’y a pas de perdants ou de gagnants, pas de méchants et de gentils…                                                                                                                                                                     TOUT LE MONDE EST RESPONSABLE! Il y a des victimes, des drames, des abominations commises, dans chaque camps.

    Retracer l’histoire du Kosovo donnera raison aux uns comme aux autres selon la période que vous choisirez…                                                                                                                                                                      La bataille de 1389 marque une défaite militaire pour les Serbes mais aujourd’hui elle est évoquée comme une victoire pour ce peuple car se fut la première fois que les rois serbes se sont rassemblés contre les ottomans. Cela marque le début d’une conscience collective d’où la devise serbe:                   "Il n’y a que l’union qui sauvera les Serbes".

    Le Kosovo fut longtemps sous la joute ottomane. Pour affirmer leur présence dans la région, puisque le Kosovo contenait quantité de monastères orthodoxes, les ottomans convertirent des populations entières notamment les Albanais à l’islam les déplaçant au Kosovo, les Serbes fuyants vers le nord.

    Les deux populations ont toujours cohabité dans cette région économiquement pauvre et très peu développée. Les Serbes et  les Albanais ont commencé à être en concurrence pour les emplois, les habitations…

    C’est là que les nationalismes ont commencé à éclater.                                                                                 Milosevic a été envoyé par Stambolic (président Serbe à l’époque de la Yougoslavie) en 1989, pour résoudre le problème du Kosovo (province autonome mais tout de même rattachée à la Serbie).  Milosevic en quête de pouvoir, de légitimité s’est présenté comme le sauveur de peuple serbe au Kosovo. Il a bâti sa politique sur la terreur, c’est-à-dire qu’en s’appuyant sur quelques incidents où des Albanais avaient attaqué des maisons serbes, pour affirmer que les Serbes étaient persécutés au Kosovo.

    Après s’être fait élu président de la Serbie avec un programme non nationaliste mais yougoslaviste, il a ôté l’autonomie au Kosovo.

    Tout cela pour vous dire que tout ce qui est arrivé aura été de la faute de tous ces hommes politiques avides de pouvoir dans les balkans comme Milosevic en Serbie, comme Tudjman en Croatie ou Izegbegovic en Bosnie.

     Le nationalisme n’est pas la cause de la guerre mais la conséquence.

    Il faut arrêter de stigmatiser les Serbes, ils ne sont pas les seuls responsables de tout cela. Vous parlez de propagande serbe mais vous tombez tous dans la propagande anti-serbe.

    Je tiens également à signaler que durant la guerre au Kosovo, l’armé Serbe étant militairement gagnante, l’Otan a décidé de faire pression sur l’Etat serbo-monténégrin en le bombardant. Les bombardements ne devaient durer que trois jours. En trois jours toutes les cibles majeures furent atteintes mais les Serbes et les Monténégrins n’ont pas cédés sous la pression.                         Les bombardements durèrent 3 mois et le pays qui certes gagnait militairement était économiquement ruiné. La Serbie-Monténégro décida alors de négocier: l’armé se retirerait du Kosovo en échange de la signature de la résolution 1244 qui impose la présence des nations unies pour administrer la province et qui garantie la souveraineté du Kosovo à la Serbie-Monténégro.

    Il est inutile de vous dire que cette résolution n’a pas été respectée, ce qui rend l’indépendance du Kosovo illégale. 

    Je suis étudiante à la sorbonne, et je me suis inscrite aux cours de civilisation Bosniaque Croate Serbe disons Yougoslave. J’ai appris énormément de choses et tous les préjugés que j’avais (les mêmes que vous), toutes les "fausses" explications que je connaissais, je me suis rendu compte que tout cela était infondé et aujourd’hui tout est plus clair.

    Je vous invite donc à vous rendre à ces cours, ils vous seront à vous tous d’une grande aide.

    Répondre
  2. Petya

    7 février 2009

    Les Serbes sont les pires nationalistes qui soient!!!

    Et le Kosovo c’est leur dernier mythe!!! Kosovo n’a été serbe que pendant 250 ans et fut peuplé de Bulgares, de Byzantins et de populations islamisées suite aux invasions ottomanes!

    Lisez l’histoire!!!

    La Yougoslavie jusqu’en 1941 fut une caserne pour les peuples non-serbes – et plusieurs personnalités publiques de l’époque l’avaient signalé dont Robert Schumann, Henri Pozzi… dans son livre "La Guerre revient" publié en 1934. 

    Répondre
  3. CaillouVert

    17 juillet 2008

    Merci pour cet article qui nous fait partager aussi la vision de ceux qui sont contre cette soit-disante "indépendance" qui est illégale au regard du droit international et de la résolution 1244 adopté par le Conseil de Sécurité de l’ONU que les pays occidentaux n’ont fait que contourner et ainsi être dans l’ilégalité la plus totale !

    Le Kosovo, c’est la Serbie !

    http://www.geocities.com/caillouvert/fr

    Répondre
  4. Anonyme

    30 avril 2008

    Le soi-disant "Alexandre Del Valle" n’a aucune connaissance des Balkans.

    Répondre
  5. EIFF

    24 avril 2008

    Le gouvernement kosovar et le crime organisé par Jürgen Roth : http://www.voltairenet.org/article156405.html

    L’armée du Kosovo (UCK) et le trafic d’organes des Serbes…:                                                        L’Indépendance du Kosovo : la Boîte de Pandore des séparatismes ethniques : http://blog.alexandredelvalle.com

     

    Répondre
  6. Sebaneau

    24 avril 2008

    C’est le genre des commentaires  sur Les 4 vérités,  de se prévaloir de ses insuffisances ?

    Répondre
  7. R. ed.

    22 avril 2008

    Je ne suis pas parvenu à lire le commentaire (trois fois plus long que l’article soit-dit en passant) car je me suis endormi avant la fin.

    En plus, je n’ai rien, mais alors là rien pigé, que dalle !

    Qu’est-ce je dois être con ! Ou trop vieux ? Ou pas assez  "smart" ?

    Répondre
  8. Anonyme

    22 avril 2008
    17:22:6 on 2007-12-14   http://pasta.cantbedone.org
    http://www.sffaith.com/ed/articles/1999/0999ss.htm
    Renouveau catholique au Kosovo ?  Les seuls qui soient sans missionnaires
    Par Stephen Schwartz,  San Francisco Faith, septembre 1999

    (Ceci est le troisième et dernier d'une série de reportages sur les Balkans)

    Ils arrivaient par milliers, en masse et en file indienne, par-dessus les montagnes, à travers les forêts
    et les rivières. Certains étaient blessés et couverts de sang. Certains pleuraient la perte de parents tués
    par les terroristes serbes ou restaient sans voix à force de s'inquiéter pour leurs hommes enlevés. Certains
    étaient si âgés qu'ils avaient assisté à ce genre d'expulsions, ou les avaient subies déjà une fois, voire
    plusieurs, au cours de leur vie.

    Ils étaient les Albanais du Kosovo, chassés par la dernière guerre. Musulmans et catholiques (ces derniers
    systématiquement ignorés par les médias du monde), croyants ordinaires et mystiques, ils pataugaient dans la
    neige vers ce qu'ils pensaient devoir être la sécurité. Sinon une véritable sécurité, du moins un havre
    temporaire, loin des maisons et des sanctuaires en feu, assez loin des balles et des grenades.

    Leur nombre s'élevait à près d'un million, et ils s'entassaient dans des camps dressés dans les champs de boue
    d'Albanie du Nord, de Macédoine et du Monténégro. Outre les Albanais, les Musulmans slaves de la région du Sandjak,
    au sud de la Serbie, qui relie le Kosovo à la Bosnie, fuyaient vers Sarajevo.

    Installés dans des camps, ils attendaient l'aide médicale des équipes de volontaires rassemblés par Médecins
    Sans Frontières et autres groupes comparables. Pour pallier la misère, on avait envoyé des camions entiers
    de vêtements et de jouets, d'immenses coffres de nourriture, de tentes, de couvertures. les familles enregistraient
    les noms de leurs membres et tendaient l'oreille lorsqu'on faisait des annonces. Une fois les tentes dressées,
    des recruteurs de l'Armée de Libération de la Kosove avaient commencé à circuler, recueillant les noms de
    ceux qui étaient prêts à recevoir un entraînement pour retourner dans leur pays. Les vedettes des médias
    s'annonçaient pour de brèves visites.

    Cependant, pour les réfugiés pressés aux frontières du Kosovo, il n'y avait guère de réconfort spirituel.
    Les organisations catholiques s'attachaient d'abord à surmonter les obstacles pour porter secours aux familles
    et les reloger, les associations de secours musulmanes s'efforçaient d'améliorer l'assistance médicale. Mais
    les prêtres ordinaires, qui auraient pu dire la messe pour les catholiques (au moins 15 % de la population
    du Kosovo), étaient largement absents, tout comme les imams de village et les Pères [baballarët] des confréries
    Bektachi.

    Néanmoins, les camps n'en avaient pas moins observé cette innovation dans la vie du monde post-communiste :
    les missionnaires protestants et ceux de l'islamisme sectaire.

    Des missionaires étrangers, ce n'est pas une nouveauté en Albanie ; la nouvelle mosquée de Kukës, de même
    que plusieurs autres, avait été construite avec des fonds fournis par des intégristes musulmans d'Arabie Séoudite.
    Quoique la forme albanaise de l'Islam soit tellement tolérante que ses membres sont stigmatisés comme des infidèles,
    les Albanais étaient contents d'avoir de nouvelles mosquées.

    Cependant, "convertir" en fanatiques sectaires des musulmans et catholiques albanais ordinaires demeure un vaste
    programme. Les Albanais  des cinq confessions — musulmans sunnites, mystiques de l'ordre Bektachi, catholiques,
    chrétiens orthodoxes et juifs — vivent dans l'harmonie, y compris de nombreux mariages mixtes, depuis un demi-millénaire.
    Pour eux,  les distinctions religieuses n'existent pas, car, comme le disait le patriote albanais Pashko Vasa
    [Shkodrani], et comme le souligne fièrement tout Albanais contemporain, "la religion de l'Albanais, c'est le
    sentiment national albanais." ["feja e Shqiptarit është shqiptaria"]

    On aurait pu attendre de Drazena Peranic, spécialiste des médias vivant à Sarajevo, catholique croate mariée
    à un Musulman bosniaque, qu'elle tienne naturellement pour secondaires les distinctions religieuses au sein
    d'une famille. Cependant, même elle n'en revenait pas de l'ouverture d'esprit de ses propres collègues albanais.  
    Elle avait remarqué qu'un rédacteur en chef, musulman marié à une chrétienne orthodoxe, était en Italie
    lorsque sa femme avait donné naissance à des jumeaux. Et le couple, de faire baptiser ses enfants… comme
    catholiques dans la paroisse la plus proche.  

    "Je n'en croyais pas mes oreilles", disait-elle ; parce que même en Bosnie, avec notre tradition des mariages
    mixtes, je n'avais jamais rencontré une attitude si détachée vis-à-vis de la confession religieuse. Mon collègue,
    lui, c'est ma surprise qui l'avait surpris.

    'Qu'est-ce qu'on aurait dû faire", a-t-il demandé ; "laisser les enfants sans baptême ? Ce qui compte, c'est
    Dieu ; ce n'est pas la forme du bâtiment où on l'adore ni le costume du prêtre.'"

    Les missionnaires étrangers ont fait l'hypothèse que 50 années de communisme et, au Kosovo, 10 ans de terreur
    serbe ont rendu les gens susceptibles d'abandonner leur foi traditionnelle. Des chrétiens "évangéliques" d'un
    groupe du nom de Professionals International  se sont montrés tenaces, voire insultants, dans leurs tentatives
    de recrutement.

    Après un service religieux dans la synagogue de Sarajevo, deux jeunes Américains s'étaient assis à la table
    commune du Shabbat, laquelle est gratuite et ouverte à tous dans la cité bosnienne. Qu'ils se déclarent "évangéliques"
    et non juifs n'avait guère suscité de réaction. Cependant, lorsqu'un membre de la congrégation juive s'était
    mis à commenter l'origine commune du judaïsme, du christianisme et de l'islam, dans l'adoration du Dieu Unique,
    ils avaient réagi avec véhémence :

    "Allah, comme le disent les musulmans, n'est pas le même que le Dieu que nous, chrétiens et juifs, nous adorons" 
    avait dit Joe Horning, de Chicago. "Les musulmans adorent la déesse-lune des païens."

    Cet énoncé s'accompagnait d'insultes à l'encontre de Mahomet, prophète des musulmans. Horning ne voyait
    rien de déplacé exprimer de tels sentiments dans une ville, Sarajevo, où les juifs et les musulmans font grand
    cas de leur proximité, et où ils ont le soutien du Cardinal-archevêque Vinko Puljic.

    Comme on leur demandait s'ils auraient été prêts à répéter de tels arguments devant des musulmans dans les
    rues de la ville, Horning avait répondu qu'il avait circulé dans tous le camp de réfugiés de Rakovica, en
    dénonçant l'Islam et exhortant les Albanais à se faire "évangéliques". Une visite à Rakovica a confirmé
    l'impact de telle prédications.

    Naim Berisha, Albanais musulman de Prishtina au Kosovo, qui avait pu rejoindre la Bosnie avec sa famille, de commenter : 
    "Nous sommes ce que nous sommes, mais tout le monde veut s'emparer d'une partie de nous —  les chrétiens disent
    que nous devons retourner à notre passé chrétien, les musulmans que nous devons nous rallier à leur Islam
    particulier. Si nous étions à Prishtina et que quelqu'une vienne pour tenter de nous changer, nous serions furieux ;
    mais nous n'y sommes pas et nous avons besoin d'aide."

    Les "évangéliques" offrent bien de l'aide, mais sous conditions. D'après Osman Hamdi, autre réfugié à Rakovica
    et ancien résident de Prishtina, dont le fils de 3 ans porte un régulateur cardiaque pour un trouble congénital,
    les missionnaires lui avaient offert de l'emmener lui et sa famille aux États-Unis pour lui payer un traitement
    spécial, si la famille acceptait de rejoindre leur église protestante. Offre refusée.

    Les sectes musulmanes qui, venant d'ailleurs, visitent les camps, ne valent guère mieux dans leur approche. Des représentants
    de la 'Ahmadiyya, mouvement islamiste extrémiste qui semble se concentrer sur les jeunes enfants pour en faire
    des prédicateurs de l'Islam, ont aussi approché Osman Hamdi en lui offrant de l'aide pour son fils. Cependant,
    comme pour les "évangéliques", les Ahmadis ont disparu de la scène lorsqu'il a rejeté leur interprétation de l'Islam.
    "Les 'Ahmadiyya sont venus avec des exemplaires en albanais des textes sacrés de l'Islam, plus des brochures
    proclamant la gloire de leurs dirigeants, et particulièrement leur haine de l'Occident"  

    explique Berisha. 

    "Nous avons conservé les textes sacrés, comme il convient, et nous avons jeté les brochures. On leur a dit :
    'nous sommes déjà musulmans, et ceci n'est pas pour nous.'"

    Des tensions entre groupes missionnaires rivaux ont éclaté dans la région. Les 'Ahmadiyya ont reçu des menaces
    de membres de 'Ahl as-Sunna wa 'al Jama'at, qui opèrent aussi en Bosnie.

    Le seul groupe religieux qui ait le potentiel de faire de nouveaux adeptes au Kosovo, à savoir l'Église catholique,
    ne mène aucune activité missionnaire. Au contraire, dans l'esprit de Mère Thérésa [Agnes Gonxha Bojaxhiu],
    Albanaise de Macédoine dont le père fut assassiné par des terroristes serbes, les catholiques ont mis l'accent
    sur le soutien à la lutte nationale pour la survie et le maintien d'un lien civique entre les catholiques, les musulmans
    sunnites et les Bektachi, semblable à celui qui existe à Sarajevo (il n'y a quasiment pas de croyants orthodoxes
    albanais au Kosovo). 

    Tous les Albanais du Kosovo savent que ce sont les prêtres catholiques et les mystiques Bektachi qui ont mené
    la "renaissance nationale" [rilindja kombëtare] du XIXème siècle, et que, dans le passé, ce sont les catholiques,
    intellectuels et hommes politiques, qui ont le résisté avec le plus de force aux agressions serbes contre les
    Albanais. 
    Les catholiques ont d'ailleurs subi les agressions de l'extrémisme serbe au cours de la récente guerre,
    dont l'attaque à la mitrailleuse des paroissiens d'une église catholique à la sortie de la messe, et les
    tortures infligées à un prêtre catholique albanais, que les terroristes serbes ont forcé à avaler un cierge.
    Une bonne partie de ce que les Kosovars et autres Albanais savent de leur héritage catholique, ils le doivent
    à l'oeuvre entreprise depuis une vingtaine d'années, à Santa Clara et San Francisco, par Gjon Sinishta [http://www.sffaith.com/ed/articles/2000/0500ss.htm], 
    aujourd'hui décédé, sacristain de l'Église Saint-Ignace [http://www.stignatiussf.org/]
    et fondateur du Daniel Dajani, S. J. Albanian Catholic Institute à l'Université de San Francisco [http://www.sffaith.com/ed/articles/1998/0998ss.htm]. 
    Gjon Sinishta, qui fut véritablement le "Soljénistyne albanais", avait fait du recueil et de la transmission
    de l'héritage catholique albanais, religieux et culturel, le fondement de toute son existence.

    L'oeuvre de Gjon Sinishta commence à porter ses fruits. Un ouvrage sur sa vie,  Të njohim Gjon Sinishtën
    ["Connaître Gjon Sinishta"], récemment [1997] publié en Albanie par l'universitaire catholique Matish Shestani,
    est devenu une bête célèbre. Un exemplaire de l'ouvrage, qui comprend des vers patriotiques du clergé catholique
    albanais, circulait de main en main dans le camp de Rakovica.

    Cet ouvrage a suscité une réaction remarquable d'au moins un lecteur. Gani Murtezi, Kosovar albanais d'une
    trentaine d'années, était revenu dans les Balkans après s'être ménagé une vie prospère pour lui-même
    et pour sa famille en Espagne, en tant que libraire. Il s'était engagé dans l'UÇK mais demeurait à Rakovica
    en attendant les ordres du commandement militaire.

    "Ce livre est le plus important qui soit pour nous autres Albanais", 

    a-t-il déclaré. 

    "Une fois que nous serons libres, nombre d'entre nous s'intéresseront à notre héritage passé. Nous étions
    catholiques avant la conquête ottomane du XVème siècle et désormais nombre d'entre nous vont revenir au
    catholicisme. C'est à l'Occident que nous apartenons, et non à l'Orient, et il nous faut retourner à notre
    maison spirituelle."

    Ray Frost, successeur de Gjon Sinishta comme sacristain à Saint-Ignace et comme administrateur de l'Albanian Catholic
    Institute [http://www.stignatiussf.org/its1999c_profile.htm], 
    met en garde contre le triomphalisme dans une telle situation. 

    "Gjon souhaitait la réconciliation des croyants, et surtout après les horreurs de la récente guerre, il aurait
    tout fait pour apaiser les discordes."

    Cependant, Ray Frost était enthousiasmé de voir que les efforts de Gjon Sinishta pour défendre la civilisation
    catholique avaient trouvé un écho, si obscur qu'il soit, parmi les Kosovars, pour qui Mère Thérésa est avant
    tout un modèle spirituel et personnel.

    Répondre
  9. R. Ed.

    21 avril 2008

    L’Abanie, c’est le seul pays musulman qui élève des cochons, mais des cochons "hallal" .

    On y trouve aussi de l’alcool "hallal", des revues pornos "hallal", et même des chrétiens – orthodoxes – "hallal". Quant à la musique, le chant du muézzin, non merci. Je préfère Bach, même et surtout sa musique "religieuse", mais la plainte na"zi"llarde du barbu en pyjama cela m’écorche les oreilles.

    C’est Malice ou plutôt son anagramme qui le dit. Ecilam (prononcez "islam" )

    Ne serait-ce pas un troll ?

     

    Mère Teresa ?  Il y en aurait baucoup à redire à son propos. Mauvais exemple !!!

    Et pour finir, la mafia albanaise cela n’existe pas, c’est un mythe. La mafia russe non plus, n’existe pas, c’est un mensonge de la droite française, il n’y a qu’un seul mafioso en France, c’est jean-Marie Le Pen.

    Et pour citer Coluche, la France devrait déclarer la guerre à l’Albanie, elle aurait là peut-être une chance de la gagner, mais ce n’est pas sûr.

    Répondre
  10. Malice

    20 avril 2008

    R. Ed toi t’es vraiment un beau vainqueur Je suis sur que tu ira loin dans la vie !

    "Liberté de penser, liberté d’expression, liberté de culte, liberté de la femme, et j’en passe…"

    Où as tu vu que ces liberté étaient baffoué au Kosovo ?? Je n’ai la bas jamais vus une femme voilé. A ma connaissance je ne connais pas de pays musulmans avec plus d’athés et l’Albanie et me semble t’il un des rare pays où les musulmans et chrétiens cohabitent le mieux.

    "Que des interdits: interdit de manger du cochon, interdit de boire de l’alcool, interdit de jouer de la musique etc"
    Aucun albanais ne m’a jamais refusé du cochon à table, il existe pourtant des alcools albanais et pas plus tard qu’il y a deux jours sur Rrokum TV j’ai vu une pub pour une bierre albanaise. Pour la musique je me passerais de te donner la liste des tous les chanteurs (et chanteuses car oui entre deux coup de fouets de leur maris elles prennent le micro) albanaises.

    Alors tes préjugés à deux balles tu peux te les garder, parfois le silence vaux mieux.

    Et puis si tu connais si bien les mafieux de ton petit village tu n’as qu’à contacter les autorités, je suis convaincu qu’ils seront ravis que tu leur apporte toutes tes connaissances sur le sujet.

    En revanche pour ce qui est des serbes, lesquels connaissons nous comme musicien, philosophe et compagnie ?
    C’est vraiment ridicule de juger un pays sur ce qu’on en connait en France. D’autant plus que l’imbécile qui pose cette question ne sait probablement pas que certaines personnes qu’il connait sont albanaise alors c’est sur sa limite !
    Mère Teresa est, me semble t’il, déjà un exemple suffisant.
    On peux aussi par exemple rajouter le capitaine de l’OM qui est Kosovar, ou encore l’actrice Eliza Dushku.
    Au final ca fait quand même au moins une réponse a chacune des questions de machin.
    Pour les serbes qu’en est il ?

    Répondre
  11. R. Ed.

    19 avril 2008

    Albanais éminents ?

     

    Huit sur trois siècles, hum, c’est pas beaucoup, çà !

    Dans ma petite ville, les Albanais mafieux, ils sont au minimum quarante, en quelques années seulement.

    Comme quoi l’ivraie l’emporte toujours sur le bon grain.

    Les mafieux albanais ont remplacé les macs du coin (entre-autre) et ceux-ci bossent maintenant comme loufiats dans les troquets ou sont au chômedu, pour ceux qui en ont la chance. La grosse BM, c’est terminé, maintenant c’est la mob ou la Renault 5 de 15 ans.

    En voila donc qui peuvent dire merci à l’ouverture des frontières. Quant aux filles, avant elles trimaient dur peut-être, mais maintenant, ce n’est plus la passe, c’est l’abattage, ce n’est plus le trim, c’est l’esclavage.

     

    Répondre
  12. Anonyme

    18 avril 2008

    Les sacs Vuitton de la Procureure en chef

    Nenad Pejić, Radio Slobodna Evropa, 7 avril 2008, Radio Evropa e Lirë,  11 avril  2008

    Les affirmations de Carla Del Ponte dans son livre  sur le « trafic d’organes  de Serbes enlevés  par des Albanais »  ont été diffusées par  la télévision d’Etat en Russie,  avec  des illustrations d’images télévisées.  Or,  ces images venaient d’un camp de la région de Prijedor en Bosnie occidentale,  et ce qu’on présentait  comme des « Serbes du Kosovo enlevés par des Albanais », c’étaient  les Bosniaques que les Serbes avaient emprisonnés dans  ce camp.

    Tout est possible  mais  il y a une chose qui ne l’est pas  – d’une Procureur en chef,  de quelque Tribunal que vous vouliez,  on ne s’attend pas  à ce qu’elle expose  au public  des détails piquants  de ses investigations susceptibles d’insulter les uns,  dévoiler l’identité  des autres,  exciter la haine  chez  des troisièmes,  ridiculiser  des quatrièmes,  et accuser sans preuves  les cinquièmes.  On aurait été plus intéressé  par un livre  dont le thème  aurait été l’échec à expédier   à La Haye  les inculpés  les plus recherchés. 
    Je connais  une dame  qui ne manquait pas  de soupirer à chaque fois  qu’elle voyait apparaître sur un écran Carla Del Ponte,  l’ancienne Procureur en chef du Tribunal International pour les crimes de guerre en ex-Yougoslavie.  Ses  soupirs  n’avaient aucune  espèce de caractère politique : « à chaque fois elle a un nouveau sac Vuitton »,  commentait-elle,  jalouse.  Cette Carla-là n’est plus  sous les feux de la rampe,  on la voit plus rarement à l’écran,  de sorte que  cette jalousie-là  s’atténue  doucement. 
    Lorsque vous réfléchissez  au métier  de Procureur en chef pour un Tribunal Pénal International,  ce qui vous saute aux yeux  en permanence  c’est  la gravité  des crimes  qui ont été  commis,  et la difficulté  à les prouver  pour  ledit Procureur en chef.  En effet,  dans les Balkans  tout le monde « sait »  qui est coupable de crimes  et pour beaucoup  on n’a même  pas besoin de les prouver.  Cependant,  un tribunal est un tribunal,  et  en l’absence de preuves  personne n’est coupable de rien.  C’est pour cela que suivant les pays,  le travail de Carla Del Ponte,  quoi qu’elle fît,  était accueilli  par des réactions  différentes :  lorsque les uns  se réjouissaient de l’un de ses succès,  les autres  étaient déçus ; et chaque fois que l’on relâchait  quelqu’un  il y en avait qui étaient furieux,  tandis  que  les autres se réjouissaient –et vice-versa.
    Depuis quelques semaines,  cependant,  les médias  de l’espace  ex-yougoslave  se sont unis  pour  publier des citations du livre La chasse :  moi et les criminels de guerre  de Carla del Ponte  .  Chacun,  bien sûr,  cite  ce qui l’arrange  et là,  il n’y a rien de nouveau.  Ce qui est nouveau,  ce sont les citations  et les  assertions qui –au plus bas mot–  déconcertent.
    En Serbie,  naturellement,  et à juste titre,  on réagit  avec fureur  à la mention dans le livre  du fait que la Procureur en chef  avait reçu des indications sérieuses du fait que certains Albanais  auraient fait du trafic d’organes à partir de Serbes enlevés.  Dans son livre Del Ponte  affirme,  disent les journalistes de Serbie,  qu’en 1999 on a retiré  des organes  à des gens  disparus au Kosovo  pour les vendre  à des cliniques  à l’étranger et que ces victimes-là ont été enlevées  après le bombardement de l’OTAN.  La source  d’une telle affirmation serait un groupe de « journalistes dignes de confiance ».  Tout aussi furieusement,  et légitimement,  on réagit à Prishtina  pour nier qu’une telle chose se soit produite. La piste  aurait, soi-disant,  conduit  à une maison à proximité de l’aérodrome de Tirana, mais  ses enquêteurs  n’ont réussi à trouver aucune espèce de preuve matérielle.  Les spécialistes  affirment qu’il est impossible de trafiquer des organes humains  d’une manière aussi « primitive »,  et que pour cette sorte de commerce  il faut un matériel beaucoup plus avancé  et de bien meilleures  conditions,  mais  peu nombreux  sont ceux  qui prennent en compte leur opinion.  Tout cela,  bien sûr,  la télévision d’Etat de Russie  l’a diffusé  et ce dimanche  à une heure de grande écoute,   déclaré  que les Albanais  avaient vendu  les organes de Serbes enlevés,  accompagnant le tout de prises de vue  télévisées.  Seulement,  les images venaient de camps… de la région de Prijedor,  et les Bosniaques emprisonnés,  on les présentait comme des Serbes du Kosovo.
    En Croatie la presse cite des passages  du livre selon lesquels  ce serait peut-être sa femme qui aurait livré  le général Gotovina  parce que celui-ci l’aurait trompée  avec une autre.  Encore dans le livre, il paraît que  ce mois-là,  l’épouse  du général,  après  une conversation téléphonique  avec son mari,  n’aurait pas  change  la carte SIM de son téléphone mobile,  après  quoi elle c’est toujours par le même  numéro qu’elle aurait gardé  le contact avec celui-ci,  ce qui aurait permis  de le localiser.  L’épouse d’Ante Gotovina  aurait été  une femme « délaissée,  comme tant de ces autres femmes dont je m’étais occupée  à Lugano,  lorsque  je traitais des affaires de divorce »,  et c’est pourquoi elle aurait omis,  quelques mois plus tôt,  de changer la carte SIM de son portable,  ce qui aurait permis  l’arrestation du général.
    Pour sa part, le portail Web "24sata.hr"   mentionne une sorte  de plaisanterie  rapportée par  la Procureur en chef  et qui dirait « les Serbes sont des fils de pute,  mais alors les Croates, ce  sont des sales fils de pute ».  Del Ponte  cite  soi-disant  un procureur canadien mais  ne dit pas son nom.  Un autre traducteur  [de l’italien, à partir de l’anglais] a employé  les expressions  « bâtard »  et « bâtard perfide ».  Alors  quelque plaisantin pourra dire en Serbie : 

    « nous  valons mieux  qu’eux :  nous ne sommes que des fils de pute, mais eux  en plus ils sont sales ».

    D’une personne qui a consacré  toute  sa carrière  à trouver des PREUVES de ses affirmations,  il est des plus étonnant  qu’elle publie  dans son livre des choses  pour lesquelles il n’existe aucune preuve.  Et surtout,  c’est d’autant plus  étonnant  que l’on sait à quel point de telles  affirmations  sans preuves  vont engendrer dans les Balkans de nouvelles vagues de haine et de suspicion.
    De quel Droit Madame del Ponte  déclare-t-elle que sa femme  a peut-être  trahi Gotovina  parce qu’il l’aurait trompée  avec une autre femme ?  Est-ce entendu comme un appel  à lyncher l’épouse en question ?  [Ante Gotovina est un héros national pour les Croates qui pensent,  non sans raison,  que c’est à tort qu’il se trouve  accusé]  Qui,    et quand  a-t-il le droit de déclarer  de quelqu’un qu’il a « peut-être »  fait quelque chose ?  Alors maintenant,  il va y avoir  des journaleux  pour se délecter de ces racontars,  tandis que ceux  qui sont embarqués dans cette histoire vont se terrer  dans des trous de souris  pour la seule raison que  la Procureur en chef  a dit que peut-être  quelqu’un aurait fait quelque chose.
    Ou encore,  autre racontar,  quel Droit  a-t-on de publier  une histoire de trafic d’organes humains alors  qu’on n’en a trouvé aucune espèce de preuve ?  C’est en vain désormais que les experts affirment qu’il n’est pas possible  d’extraire  des organes humains dans les conditions  qu’a décrites Carla Del Ponte.  Ca fait belle lurette  que ces organes sont devenus  « serbes »,  ceux  qui auraient  « fait »  cela sont devenus  « albanais »,  alors même que sur  toute  cette histoire  pèse  un nuage de doute  noir et épais  sur la question de savoir  si c’est seulement arrivé.
    Ou alors,  quel Droit  la Procureur en chef  a-t-elle de déclarer d’un peuple,  le serbe,  qu’il est fait de « fils de pute »  et d’un autre,  le croate,  de « sales fils de pute » ? Peu importe que  Carla Del Ponte  ne fasse que citer une sorte de procureur canadien,  et peu importe encore qu’elle ne donne pas son nom,  ou qu’il s’agisse d’une plaisanterie  de mauvais goût.  Ce qui compte,  c’est le témoignage  que cela  porte  sur la disposition d’esprit qui régnait, même pour plaisanter,  envers ces peuples-là  dans ce Parquet-là.
    Carla Del Ponte était Procureur en chef,  et sa tâche principale  était d’apporter les preuves que le crime ne paie pas.  Et son incapacité  à prouver  les crimes de Vukovar,  à mener à bien le procès Milošević,  le ridicule  des jugements  contre [Tihomir] Blaškić et  [Veselin] Šljivančanin –imposent de se poser sérieusement la question de savoir si cette tâche-là,  elle s’en est acquittée.
    Alors évidemment,  il est aussi possible  que  mes collègues journalistes  aient sorti  de leur contexte  tous ces divertissements,  mais je n’ai toujours pas lu un seul démenti  de quelque texte  que ce soit.  Peut-être que l’auteur de La chasse :  moi et le criminels de guerre  a juste réussi le lancement de son livre sur le marché,  et qu’on se presse déjà en Italie  pour être le premier à l’avoir lu  après sa parution en librairie  (la Rédaction de Radio Slobodna Evropa (Radio Europe Libre) traduira dès demain des passages du livre, qu’on pourra lire  à l’adresse  http://www.slobodnaevropa.org)
    Bref,  tout est possible  mais  il y a une chose qui ne l’est pas :  d’une Procureur en chef,  de quelque Tribunal que vous vouliez,  on ne s’attendait pas  à ce qu’elle expose  au public  des détails piquants  de ses investigations susceptibles d’insulter les uns,  dévoiler l’identité  des autres,  exciter la haine  chez  des troisièmes,  ridiculiser  des quatrièmes,  et accuser sans preuves  les cinquièmes.  Et on aurait vraiment été plus intéressé  par un livre  qui aurait traité de son échec à expédier   à La Haye  les inculpés  les plus recherchés. 
    Si la moitié  seulement de ce que citent les journaux  est exact,  ces  gribouillages font perdre    toute crédibilité  comme auteur  à Carla del Ponte.  Et si on voulait  se jouer des mots,  et du sort des gens,  comme il semble que Carla Del Ponte le fasse  dans son livre,  on écrirait  qu’un auteur  sans  crédibilité  ne peut guère être  un magistrat crédible.  Car d’un auteur indigne de confiance  à un Procureur du même métal,  la distance n’est pas si grande. 
    Avec ou sans sacs Vuitton.

    Répondre
  13. Sebaneau

    18 avril 2008

    C’est quoi, ce numéro à la Berkeley : "ce que je ne sais pas n’existe pas " ?
    Se prévaloir à ce point de son ignorance, quelle clownerie.
    Il suffit de n’être pas aussi grossièrement raciste pour savoir qu’il n’y a pas plus de délinquance chez les Albanais que dans le reste de l’Europe,  et pour trouver des Albanais éminents –dont l’acteur John Belushi, Mère Thérésa (Agnes  Gonxha Bojaxhiu), le pape Clément XI (1700-1721) et Ali Pacha, fondateur de la dynastie royale égyptienne.
    Rien que de mémoire : Pjetër Bogdani, philosophe et théologien ; Aleksander Stavre Drenova, poète, Ismaïl Kadaré, romancier. Ibrahim Rugova était professeur de littérature française.
    Robert Elsie et Giovanni Armillotta ont chacun  un site sur l’Albanie et les Albanais. Evidemment, il faut savoir lire l’anglais, l’allemand,  l’italien… ou l’albanais, mais il y a aussi des textes en français.
    http://www.elsie.de/
    http://foreignaffairs.tripod.com/armillotta/home_en.html

    Répondre
  14. ateo

    17 avril 2008

    Est-ce que vous avez déjà regardé une carte de l’albanie ? Entre ces deux grandioses civilisations que sont Rome et la Grèce ? Entre la République de Venise et Bizance, juste au milieu des plus grand foyers de culture de l’histoire du Monde.
    Maintenant, où est la civilisation albanaise ?

    On s’en moque des civilisations ? Assez rabachées les litanies sur l’histoire des Balkans ? OK

    Alors, est-ce que vous connaissez un écrivain albanais ?
    est-ce que vous connaissez un poéte albanais ?
    est-ce que vous connaissez un musicien albanais ?
    est-ce que vous connaissez un philosophe albanais ?
    est-ce que vous connaissez une chanson albanaise ?
    est-ce que vous connaissez un scientifique albanais ?
    est-ce que vous connaissez, ne serait-ce qu’une recette de cuisine albanaise ?

    Non,

    Tout ce qu’on connait, c’est la mafia albanaise, les putes albanaises, les traficants de drogue, les traficants d’organes, les traficants de voiture albanais, les proxénètes albanais, les terroristes albanais et les politiciens corrompus albanais.

    Répondre
  15. Anonyme

    16 avril 2008
    "Les experts  affirment qu’il est impossible de trafiquer des organes humains de cette manière primitive,  que pour ce genre de commerce  il faut un matériel beaucoup plus avancé  et de bien meilleures conditions,  mais  peu de gens  se soucient de leur avis"
    Nenad Pejić, "Vuitton koferi glavne tuziteljice"  (Les sacs Vuitton de la Procureur en chef),
    Radio Slobodna Evropa
    ,  7 avril 2008
    http://www.danas.org/content/Article/1050965.html
    "Dështimtë e Kryeprokurores" (Les échecs de la Procureur en chef)  Radio Evropa e Lirë,  11 avril 2008
    http://www.evropaelire.org/articleprintview/1106387.html

    Florence Hartmann  a écrit le meilleur livre qu’on puisse lire en français  sur  la bande serbolchévique :  Milosevic, la diagonale du fou.
    http://www.letemps.ch/template/opinions.asp?page=6&article=229958

    Carla Del Ponte lance des accusations "irresponsables et indignes"
    Florence Hartmann, Le Temps (Genève), le 5 avril 2008

    … Florence Hartmann… n’est pas vraiment d’accord.
     
    AFP
    le maintien de la chaîne du froid et les conditions d’asepsie rendent extrêmement difficile la mise en œuvre réelle de telles pratiques. Ces rumeurs sont donc rarement avérées…b
    … elle l’admet elle-même dans ses Mémoires : faute de preuves, l’enquête est restée au point mort.
    Je travaillais aux côtés de Carla Del Ponte lorsque des éléments concordants lui ont été communiqués par des magistrats internationaux en poste au Kosovo, eux-mêmes alertés par des journalistes occidentaux fiables. Elle a usé de ses pouvoirs pour entreprendre des vérifications…  cette mission n’a pas permis de confirmer les allégations dont elle disposait..ses enquêteurs n’ont jamais eu accès aux sources des journalistes… Elle admet qu’elle n’avait pas le début d’une preuve pour poursuivre l’enquête.
    … En parler aujourd’hui, alors que, depuis près de cinq ans, aucun nouvel élément pouvant accréditer cette thèse n’est apparu, est irresponsable. Désigner implicitement les commanditaires d’un crime non avéré sous prétexte que certains leaders albanais du Kosovo ont été suspectés d’autres crimes est indigne.
    même la presse et les dirigeants serbes, qui se sont emparés, dès la fin mars, des révélations de Carla Del Ponte pour mieux dénoncer l’indépendance du Kosovo … ont émis des doutes en rappelant notamment la nécessité d’opérer dans un environnement parfaitement stérile, à proximité d’un aéroport plutôt que dans les montagnes du nord de l’Albanie.

    Là où, dans son ouvrage, la magistrate concédait quelques rares et discrets "selon les sources", l’agence de presse préférait des "selon Carla Del Ponte" transformant l’hypothétique en réalité.
    … Carla Del Ponte encourage la confusion entre la rumeur et les faits, et risque ainsi de prêter le flanc aux révisionnistes de tout poil. Son travail au sein du TPIY consistait justement à rechercher la vérité malgré les obstacles, et à combattre ainsi le déni et la manipulation. Aujourd’hui, elle nous replonge dans les heures les plus sombres de la propagande. 

    * Florence Hartmann a publié Paix et châtiment, éd. Flammarion, 2007. 

    Répondre
  16. R. Ed.

    16 avril 2008

    Tout le monde sait que les moussoules ce sont les champions de la liberté.

    Liberté de penser, liberté d’expression, liberté de culte, liberté de la femme, et j’en passe…

     

    Tous les jours de l’année, les médias nous font savoir que les pratiquants de la secte du pédophile (pas dutroux, l’autre, le beau modèle) n’arrêtent pas de faire de bonnes actions, actions qui consistent à se faire péter la tronche au beau milieu de femmes et d’enfants en gueulant  "Ou làlà, j’ai mal à ma queue dure comme une barre (enfin, c’est à peu près ce que je comprend de cette langue mélodieuse)

    Que des interdits: interdit de manger du cochon, interdit de boire de l’alcool, interdit de jouer de la musique etc… etc…

    Mais quand-même une autorisation : de battre sa femme, oh le grand courage nécessaire que voila !!!

    Battre une femme et la considérer comme un objet, une marchandise.

    Que viennent faire ces troupeaux de barbares chez nous ? (à part nous sucer pour les allocs en tout genre)

    Répondre
  17. François

    16 avril 2008

    Merci à Eiff pour ce précieux lien, on voit bien sur ce site qu’une fois de plus les musulmans et pro-musulmans, d’une part mentent éhontément (la taquia une fois de plus), et d’autre part prennent la traditionnelle posture victimaire, ce qui les décrédibilisent d’emblée.

    Cordialement,

    Répondre
  18. Anonyme

    15 avril 2008

    Une association pour les droits de l’homme du Kosovo entend poursuivre en justice Carla Del Ponte

    A. HyseniNew Kosova Report,  14 avril 2008

    Le Conseil pour la Défense des Droits de l’Homme et des Libertés (CDDHL) de Prishtina a résolu  de poursuivre Mme Carla Del Ponte,  pour avoir publié dans son livre des allégations comme quoi, juste après la guerre,  des Albanais  auraient enlevé des Serbes au Kosovo et les auraient emmenés en Albanie, où des  organes leur auraient été retirés et vendus à de riches clients dans le monde entier.
    Dans  l’édition de dimanche du journal Gazeta Express, Behxhet Shala, directeur du CDDHL, a annoncé que son ONG envisage de déposer une plainte contre Carla Del Ponte,  l’ancien Procureur en chef  du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY). D’après  lui ce sont de purs mensonges  que Del Ponte a publiés dans son livre sur un prétendu trafic d’organes.
    Shala a été déçu de la manière dont le Gouvernement du Kosovo a traité cette affaire,  et l’encourage à déposer à son tour une plainte contre Carl Del Ponte.  Ainsi,  celle-ci  sera contrainte  de présenter  des éléments de preuve  pour ses déclarations diffamatoires.
    Pour sa part
    Nekibe Kelmendi, ministre de la Justice du Kosovo a fait savoir  vendredi à Prishtina  à des journalistes que cette allégation sur le trafic d’organes, immédiatement après la guerre

    "sont de pures inventions faites par Del Ponte, ou peut-être par la Serbie elle-même."

    Un porte-parole de l’Alliance pour l’avenir du Kosovo (AAK), parti d’opposition  (de Ramush Haradinaj),  soutient la plainte de Shala.

    Le CDDHL a été fondé en décembre 1989 pour  défendre et de promouvoir les droits de l’homme et des libertés au Kosovo.  Il est membre de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH)  ainsi que du Comité directeur du Réseau pour les Droits de l’Homme dans les Balkans (RDHB).

     

     

    Répondre
  19. Anonyme

    13 avril 2008

    Encore de la propagande, mensongère à 90 %.
    Les Albanais sont les premiers  habitants du Kosovo,  et c’est l’invasion serbe  des territoires albanais  à partir de 1878 qui a envenimé  les relations entre les deux peuples.

    Répondre
  20. Anonyme

    10 avril 2008

    ll n’y a absolument rien de confirmé dans cette rumeur de trafic d’organes, que Carla del Ponte évoque uniquement  comme telle,  même  si les menteurs serbes et leurs dupes,  comme on pouvait s’y attendre, la présentent comme un fait avéré.
    Aucun cadavre n’a jamais été retrouvé privé d’aucun organe, ni aucun lieu de prétendu dépeçage et, étant données les précautions nécessaires pour maintenir les organes en état d’être transplantés,   l’ampleur du trafic prétendu confirme son invraisemblance.
    S’il y a 1400 Serbes disparus au Kosovo, essentiellement pendant la période d’anarchie de l’été 1999, ce sont plus de 3000 Albanais qui restent introuvables. Des Albanais, cependant, on en a retrouvé un millier de cadavres rien qu’en Serbie, où Milosevic  avait les fait transporter pour cacher les preuves de ses crimes.

    Répondre
  21. Malice

    9 avril 2008

    "Le manichéisme bien pensant qui se plait à opposer les barbares Serbes avides de sang aux sympathiques combattants de la liberté Albanais est à nouveau grandement mis à mal."

    EIFF je peux très bien te retourner ton accusation sur la manichéisme parce que tu en fais de même mais dans le sens inverse. Les gentils serbes victimes des mechants barbares et cruels albanais vendeurs de membres, d’héroine, mafieu et mac.

    C’est sur que toi tu es loin d’avoir d’avoir une vision manichéenne.

    Répondre
  22. Malice

    9 avril 2008

    "Les Albanais déplaçaient les charniers pendant la nuit, et le jour, comme par hazard on en découvrait des nouveaux ailleurs."

    Non mais la c’est en plein dans le ridicule ! Mais est ce que vous lisez ce que vous écrivez au moins ?

    Ho et Carla del Ponte c’est facile d’avancer de pareilles choses mais où sont les preuves, les arguments ?
    Et c’est bien facile de critiquer Thaci disant qu’il était au courant, mais elle ? N’était elle pas au courant aussi ? E si ces fait ont bel et bien eu lieu comme elle le prétend, pourquoi avoir attendu 9 ans avant de le mettre au jour ? N’est elle pas elle même complice pour n’avoir rien dit à ce sujet pendant 9 ans ?

    Et pour les soldats ayant été au Kosovo c’est étrange mais je n’ai jamais eu la version des faits dont parle SAINT-TEX. Et pourtant dés que j’ai l’occasion d’en parler avec un ancien je le fait.
    D’ailleurs j’attend sous peu de converser avec le pere d’un ami qui est un militaire aujourd’hui à la retraite mais qui a fait 4 missions au Kosovo en 1999.

    On verra sa version des faits.

    Répondre
  23. EIFF

    9 avril 2008

    Quand les Albanais vendaient les organes des Serbes…

    Le manichéisme bien pensant qui se plait à opposer les barbares Serbes avides de sang aux sympathiques combattants de la liberté Albanais est à nouveau grandement mis à mal.
    En effet, Carla Del Ponte vient de publier « La chasse. Moi et les criminels de guerre ». Dans cet ouvrage autobiographique, l’ancien et controversé procureur du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, devenu ambassadeur de Suisse en Argentine, relate notamment les obstacles auxquels il a dû faire face dans sa traque des principaux responsables des crimes de guerre dans les Balkans. Mais surtout, Carla Del Ponte y relate qu’en 1999, l’UÇK a déporté 300 Serbes vers l’Albani afin de prélever leurs organes et de les vendre à des trafiquants internationaux. Elle ajoute que Hashim Thaci, le désormais chef du gouvernement du Kosovo dont toutes les grandes consciences occidentales se sont réjouies de l’indépendance, était au courant de cette affaire, qui n’a à ce jour jamais été élucidée.

    Suite à ses révélations, la Russie de son côté s’est officiellement adressée au Tribunal de La Haye afin de savoir s’il possédait des informations sur crimes particulièrement abominables commis sur les Serbes du Kosovo-Metohia.. Le Ministère russe des Affaires étrangères a déclaré être particulièrement choqué par les faits ainsi rendus publics concernant des crimes bestiaux contre la population serbe commis par des éléments d’UCK sous prétexte de la lutte pour l’indépendance du Kosovo-Metohia.
    Par ailleurs, l’interdiction faite par la Suisse à Cara Del Ponte de participer à la promotion de son livre n’étonne pas le Ministère russe des Affaires étrangères tant il est vrai que les révélations de Del Ponte ne s’accordent pas avec le scénario promu par de nombreux Etats qui mènent une intense propagande en faveur des Albanais du Kosovo-Metohia toujours présentés comme des victimes et des martyrs.

    Puissent tous les grands humanistes qui n’ont eu de cesse de se féliciter de l’indépendance illégale d’une province désormais dirigée par un homme capable de couvrir de son autorité de tels crimes encore dormir sur leurs deux oreilles de démocrates.

    P.Chatov pour Novopress France

    Répondre
  24. R. Ed.

    9 avril 2008

    Une petite mise au point :

     

    La plupart de ceux qui "postent" ici n’ont sûrement jamais mis les pieds en Serbie, et beaucoup sans doute ne savent même pas où c’est !!!

    Une certitude, quand on "bombarde" (ici, avec des B 52, des tonnes de bombes par appareil), en dessous, il y a automatiquement des morts . (1)

     On enterre en principe les morts, pour éviter les épidémies entre-autres. Rapidement . Beaucoup de morts enterrés à la même place, cela  s’appelle un charnier danc ce cas ci. (2)

    Il est donc normal de trouver des charniers dans un pays bombardé.

    Slobodan Milosevic !  Un tyran ? Un "génocidaire" ? Peut-être ? Ce qui par contre est avéré, il a été assassiné dans sa prison à La Haye.

    On pourrait se demander pourquoi !

    Quand à la mafia albanaise, il n’y a pas qu’en France qu’elle y est active, c’est dans toute l’Europe. Ce sont les spécialistes de la traite des femmes, les macs natios (quand il en reste) à côté d’eux, ce sont des enfants de Marie.

     

    (1) Cela s’appelle pudiquement des dégats collatéraux.

    (2) Les Albanais déplaçaient les charniers pendant la nuit, et le jour, comme par hazard on en découvrait des nouveaux ailleurs.

    Répondre
  25. Anonyme

    8 avril 2008

    Il y a ici des gens qui défendent les Albanais alors que tout le monde sait que la plupart des Albanais sont les champions en Europe de la traite des filles, qu’ils kidnappent des JF et les prostituent sous drogue.  C’est la mafia Albanaise qui veillent sur les réseaux de prostitution en France et qui corrompent les services de police Français.

    Je souhaite aux pauvres crétins qui les défendent, et qui ont une ou des filles, que celles-ci se fassent kidnapper et ravager par des Albanais, et on verra après s’ils sont si fiers….

    Je connais aussi pas mal de gendarmes et militaires qui sont allés au kosovo et qui m’ont dit qu’en Europe et USA, les gens n’ont rien compris sur ce qu’il se passe ni qui a commencé à tuer ni comment. Ils disent que l’OTAN s’est trompé de cible et que connaissant la situation, ils sont plutôt pro-Serbes.  Bizarre, non ?

    Mais ce n’est pas grave, un jour, il y aura la même chose en France, tôt ou tard.

    Répondre
  26. richard

    8 avril 2008

    le peuple serbe est un peuple barbare qu’il faut tenir a l’oeil , si on laissait ce peuple faire il aurait raser la croatie , la bosnie (la republika srpska fondé sur un génocide : srebrenica :8000 musulmans tués), les 2000000 d’albanais du kosovo (iliriens) de souche (et avant l’arrivé des slaves qui racontent des salades sur le kosovo)

    ceux qui défendent les serbes sont des génocidaires !

    les serbes sont pires que les allemands , les allemands on fait leurs travail de mémoire et sont devenus tolérants envers les autres

    les serbes n’ont pas de travail de mémoire et l’europe veut leur ouvrir la porte de l’union,(menace de veto holandais a la signature de pourparlers)

    les serbes sont schizofrenes , ils ne reconnaissent pas qu’ils sont un peuple barbares (tueur de foetus et d’enfants et de veillard), ils veulent montrer qu’ils sont civilisés, il n’y a que les hipocrytes pour nier la barbarie de ce peuple(serbe), cette barbarie a été filmées , enregistre a jamais dans les annales de l’histoire , honte a la serbie intolérante et aux français nostalgique de la barbarie serbe

    Répondre
  27. Anonyme

    8 avril 2008

    Les perroquets qui répètent les mensonges de la propagande serbe s’imaginent que ceux qui ont étudié le sujet ne la connaissent pas par coeur.  Et parce que ceux-ci traitent ces mensonges de propagande pour ce qu’ils sont –des mensonges de propagande,  ils les accusent de ne pas savoir penser par eux-mêmes.
    "Passer pour un idiot aux yeux d´un imbécile" disait Georges Courteline, "est un plaisir de fin gourmet."
    Il reste que, même pour un gourmet, l’indigestion est toujours possible.

    Répondre
  28. EIFF

    7 avril 2008

    " Mais bien sure ! C’est la meilleure celle là ! Avec la plus grande base militaire de l’OTAN le Kosovo est une base arrière d’Al-Quaida, ça doit être ça ! "

    Les américains ont des bases militaires en Afghanistan et en Irak, ça n’empêche pas Al-Quaida de sévir et d’intensifier ses offensives.

    Répondre
  29. EIFF

    7 avril 2008

    Tous les rapports officiels émanant des tutelles des alliés occidentaux sur le Kosovo admettent que les bandes mafieuses bosniaques, albanaises, turques et autres contrôlent ce territoire, véritable plaque tournante pour tous les traffics ( drogues, armes, prostitution, traffic d’organes, djihadisme ..etc…). Le Kosovo albanais est désormais un Etat artificiel criminel au coeur de l’Europe dirigé dans l’ombre par des crapules et d’anciens barbares de l’UCK.

    Ce Kosovo purifié est considéré comme une extension pour réaliser le rêve de la grande Albanie et comme un avant-poste pour la Turquie islamiste qui entend récupérer ses anciennes possessions perdues de l’Empire Ottoman.

    Les Alliés occidentaux et le grand frère américain se sont faits littéralement abusés, il aura suffit de 2 ou 3 agences de communication corrompues par l’argent des mafieux de l’UCK pour que le Kosovo sombre dans les ténèbres et revienne entre les mains des barbares.

    Comme pour les kamikazes du 11 septembre, ces terroristes des balkans pratiquent la dissimulation et prennent quelques libertés avec leur religion, se considérant comme une avant-garde et comme une race supérieure, tout leur est permis, et surtout le pire.

     

    Répondre
  30. Anonyme

    6 avril 2008

    "Cette déclaration d’indépendance auto-proclamée est injuste et illégitime, les 200 000 serbes chassés et spoliés lors des bombardements de l’OTAN sont toujours privés de leur terre, le patrimoine chrétien du Kosovo est menacé d’extermination et de destruction,"

    Pourtant je n’ai encore jamais rencontré de serbe qui avait fuit le Kosovo, alors que des albanais l’ayant fuit, je ne les compte même plus…

    "les Serbes chrétiens vivent sous la menace et l’oppression et sont l’objet de persécution permanente."

    Oui oui bien sure, d’ailleurs c’est vrai actuellement il n’y a que ça des violences albanaises (kosovares pardon) envers les serbes. Vous n’avez qu’a regarder dans google actualité, depuis l’indépendance je n’ai encore lu aucun artiicle parlant de represailles kosovares à l’encontre de serbes, et pourtant je suis également inscrit sur des forum pro serbes.

    Mais cessez donc de mentir, les minorités serbes vivent certes sous l’oppression mais il ne faut pas non plus oublier que les minorités albanaises vivent également sous l’oppression, je pense particulierement aux albanaise vivant a Mitrovica Nord. Mais bon ceux la vous n’en avez rien à faire évidement.

    "Pendant qu’on sabre le champagne à Bruxelles, les islamistes jubilent et célèbrent cette nouvelle victoire de l’islamisme mondial sur cette Europe impie et décadente qui offre sur un plateau d’argent ses territoires aux conquérants du Djihad."

    Oui oui oui bien sur, c’est d’ailleurs pour cela que tous les pays islamiste ont reconnu le Kosovo. Essayez d’être un minimum crédible quand même !

    "Ce Kosovo purifié, base arrière d’Al-Quaida et de tous les traffics sur la route des Balkans,"

    Mais bien sure ! C’est la meilleure celle là ! Avec la plus grande base militaire de l’OTAN le Kosovo est une base arrière d’Al-Quaida, ça doit être ça !

    " Il faut donc se résigner à considérer la véritable nature du problème serbe. IL EST ESSENTIELLEMENT D’ ORDRE RELIGIEUX. Il convient par conséquent d’appeler les choses par leurs noms. Un Serbe est un chrétien orthodoxe, un Albanais DE SOUCHE devient donc, HORS DE L’ALBANIE, son pays légitime : UN ENVAHISSEUR MUSULMAN. Ca plait ou ça ne plait pas mais c’est ainsi !"

    La je ne suis pas du tout d’accord, mais alors vraiment pas. Déjà je dirais que c’est une vision tres tres limité de la situation et qui est en plus érroné.
    L’ordre religieux n’est qu’un pretexte pour ralier l’Occident à la cause de la Serbie, et d’ailleurs ce pretexte est essentielement utilisé en France, et cela ne m’etone pas. En France nous avons un serieux problème avec ces musulmans. Je n’ai pas besoin de rentrer dans les details vous savez de quoi je parle. Mais la plupart des français ne veulent pas prendre les mesures necessaire, ils se contente de s’en plaindre. Et la le Kosovo arrive et les français parlant de musulmans envahissant la Serbie et l’Occident ne font qu’a mon sens rejeter leur frustration des musulmans en France sur les musulmans albanais.
    Si les musulmans en Occident vous dérange, commencez par vous soucier de ceux qui sont en France, vous savez ceux qui au "bled" disent des phrase du genre "ont vous sortira de vos frontieres avec le ventre de nos femmes".
    Prenez les mesures necessaire en France, moi je vous suivrez dans cette voie !

    mais le cas du Kosovo n’a rien à voir avec cela !
    Déjà l’islam albanais n’a rien à voire avec les autres !
    Trouvez moi un albanais pret a mourir pour le Coran que je rigole !
    Trouvez moi des femmes voilé en Albanie ou au Kosovo !

    Non le probleme du Kosovo n’est pas du tout d’ordre religieux.
    Il s’inscrit tout simplement dans le processus de démentellement de l’ex Yougoslavie c’est tout

    Répondre
  31. Jean-Claude THIALET

    5 avril 2008

    05/04/08    – "Les 4-Vérités"

    Bravo à Pierre BARRUCAND pour cet artcile très intéressant qu’il devrait faire lire, et même relire, à Pierre LANCE qui nous a démontré dans une récent article, que les ALBANO-KOSSOCARS étaient chez eux depuis des temps immémoriaux, sans doute, dans quelques lustres, en Frabce, les Barbaresques le prétendront à nos descendants.

    QUENI – Pourquoi nous infliger une longue tartine de citations de Patrick MOORE, avec, en prime, comme pour nous les faire mieux avaler, sa (sale) gueule  (1). Vous prétendez, ou faites prétendre car, apparemment, vous êtes incapable de penser par vous-même, que  la Serbie ne s’intéresse pas aux monastères du KOSSOVO, mais à ses minerais". Pourquoi pas aux deux ? Le tourisme n’est-il pas  – se serait-il pas  – pour les Serbes un autre "gisement" financier ? Mais il ne vous est pas venu à l’idée qu’un peuple tout entier qui a souffert sous la botte du communisme, et particulièrement du Croate TITO puisse être attaché viscéralement à ses racines chrétiennes, lesquelles, pour les Serbes, se trouvent précisément au KOSSOVO ? Il est vrai que comme Patrick MOORE ne semble pas y avoir pensé lui-même, vous êtes excusable …

    En admettant même que les Serbes se soient intéressée à ses minerais (pourquoi ne pas s’intéresser d’ailleurs aux richesses  naturelles – à toutes les richessses – de son propre pays ?) il ne vous est pas venu à l’idée que le pays qui a poussé le plus fort à l’indépendance du KOSSOVO  – en l’occurrence les ETATS-UNIS – ne s’y soit pas, lui aussi, intéressé ?

               Bon dimanche à toutes et à tous, cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) oui, je sais, vous allez me parler de "délit de sale gueule", mais comme l’a dit si bien Michel AUDIARD, "à partir de 40 ans, on est resppnsable de sa gueule !". Et comme c’est un "blanc", je ne risque pas d’être traité de "raciste" !  Simple question : affichez-vous cet inestimable portrait au dessus de votre lit pour qu’il vous inspire dans votre sommeil ?

    Répondre
  32. Qeni

    4 avril 2008

    Patrick Moore :  la Serbie ne s’intéresse pas aux monastères  du Kosovo mais à ses minerais.

    Melazim Koci Radio Evropa e lirë, 29 mars 2008


    Patrick Moore


    "Les derniers troubles au Kosovo ont été  causés  par ceux  qui cherchent à mettre à l’ordre du jour le thème de la division du Kosovo. En fait,  la Serbie ne s’intéresse pas aux monastères  du Kosovo mais à ses minerais.

    dit  Patrick Moore,  analyste à Radio Europe libre.

    RADIO EVROPA E LIRË
    Cette semaine,  l’ancien premier ministre russe, Evgueni Primakov a dit cette semaine que le partage ethnique  était la seule option  pour éviter le conflit au Kosovo. Jeremić  et Samardžić ont aussi  réclamé  la même chose,  mais  cette partition est rejetée  avec force  par  la direction kosovare, les officiels des Etats-Unis l’Union Européenne… Quel est votre commentaire ?

    PATRICK MOORE
    L’idée de la partition n’est pas nouvelle.  Cette idée va apparaître de temps  en temps sur la scène,  on comprendra ce qu’elle veut dire,  et elle sera rejetée par Prishtina, Bruxelles, Washington et les Nations Unies.
    A propos de M. Jeremić,  même moi je suis étonné,  en particulier par son discours  en Indonésie,  où il a dit que pour apaiser une situation de conflit il fallait diviser le Kosovo. Mais se pose la question de savoir ce qu’il faut apaiser  – peut-être les Serbes  qui provoquent les troubles ?!  Cela illustre complètement le fait que c’est pour rendre actuelle la question de la partition que ces gens-là ont causé ces troubles.  Si on prend en compte le fait que cette violence a déjà fait une victime, ce genre d’agissements, comme ceux  de Jeremićne sont rien d’autre qu’un scandale.
    Cependant,  revenons à M. Primakov,  qui a invité  au transfert de la population dans le nord.  On sait que Radovan Karadžić a fait ce genre de choses, pour redessiner les cartes. Dans le cas du Kosovo,  jusqu’à présent personne n’a rien proposé de tel.
    En dernière instance  il faut rappeler que ce n’est pas au nord du Kosovo que se trouvent  les églises et l’héritage culturel serbes,  et que Dobrica Ćosić a déjà proposé  une chose de ce genre dans les années 80 et 90.  Cela  témoigne que la Serbie, en fait,  s’intéresse aux  minerais  et non aux  monastères,  et que M. Primakov partage cette vision du monde. Je souhaite  aussi mentionner un aveu de M. Primakov, qui en tant qu’expert du Moyen-orient, lors d’une interview  pour la presse serbe,  a fait référence  au Kosovo  comme à  "un nouvel état au milieu de l’Europe". Je ne suis pas sûr qu’ il parle de cette manière  dans les pays musulmans — disons lorsqu’il se trouve  au Caire ?


    RADIO EVROPA E LIRË
    La semaine prochaine  se tient le sommet de l’OTAN.  Les analystes  disent que l’indépendance du Kosovo a changé l’équilibre politique et de sécurité dans les Balkans.  Quelle signification aura pour les Balkans  l’adhésion éventuelle à l’OTAN  de l’Albanie, de la Croatie et de la Macédoine ?

    PATRICK MOORE
    Je pense que plus fort sera le leadership américain  dans les Balkans,  et plus il y aura de paix pour le Kosovo. La présence forte de l’OTAN est une garantie  de sécurité,  non seulement par rapport à la Serbie et la Russie,  mais aussi par rapport  aux  idées que certains peuvent avoir dans l’Union Européenne  pour transformer le Kosovo en colonie de l’UE,  sans  influence américaine.
    Je ne crois pas que les Kosovars  souhaitent que les Américains  abandonnent le Kosovo et la présence forte de l’OTAN  avec sa plus de pays des Balkans membres de l’Alliance de l’Atlantique Nord, garantissent là-bas un rôle important auxEtats-Unis.


    RADIO EVROPA E LIRË

    Le "New York Times" a écrit que

    "l’élargissement de l’OTAN vers l’est… offre un rempart contre le néo-tsarisme de la Russie, contient une Serbie rétrograde et par conséquent réduit l’ingérence de la Russie  dans les Balkans au niveau d’un irritant… mais pas d’une menace stratégique…".


    Comment commentez-vous  cet aspect ?

    PATRICK MOORE
    Oui,  c’est bien cela, et cela concorde  avec ceux qui ont parlé plus fort. Juste ce jour-ci,  le Wall Street Journal  a affirmé que la Serbie n’a plus d’importance stratégique, parce que tous  ses voisins  sont orientés vers l’Occident. Une telle Serbie, soutenue  par la Russie, n’est pas stable  et ne n’apporte rien. Le titre de cet article était "Le problème serbe" et il témoigne que c’est là que se trouve le problème.


    RADIO EVROPA E LIRË
    On s’inquiète de ce que l’incapacité éventuelle des Européens à soutenir une charge plus lourde en Afghanistan compromette l’avenir de l’OTAN.  Etes vous d’accord  avec cette affirmation ?

    PATRICK MOORE
    Certains pays européens apportent leur concours et le meilleur exemple en est la Grande-Bretagne. En même temps Nicolas Sarkozy,  Président de la France,  a signalé  la possibilité  d’envoyer un millier de soldats supplémentaires en Afghanistan. Cependant, l’Allemagne et quelques autres riches pays européens entendent laisser les autres mourir pour nous  apprendre comment nous devrions nous comporter.  C’est une chose qui doit prendre fin.  Je dois mettre les pieds dans le plat  et dire que si l’Union Européenne est riche et arrogante comme elle l’est aujourd’hui, c’est parce qu’elle jouit depuis un demi-siècle d’une défense militaire gratuite  de la part des Etats-Unis  en tant que chef de l’OTAN.
    Maintenant il est temps que les pays  riches et arrogants de l’UE consacrent davantage de moyens à leurs projets de défense et  n’attendent pas que les Américains, les Britanniques  et d’autres fassent cela pour eux.  Il est inacceptable  que les Américains et les Britanniques se fassent tuer, tandis que les Allemands s’imaginent qu’ils peuvent jouer les travailleurs sociaux.

    Répondre
  33. Malice

    4 avril 2008

    @ Florin :

    "ils vont trouver les moyens de mettre dehors ceux qui ont envahi leur pays et leur donnent des lecons a longueur de journee."

    Mais c’est ce qu’il c’est passé ! Sauf que vous inversez les rôles !!

    Les serbes ont envahi le Kosovo au XIe siecle et aujourd’hui les déscendant des illyriens ont mis dehors ceux qui ont envahi leur pays.

    Arretez de vous voiler la face avec vos mensonges ! Le Kosovo n’est pas serbe et la Serbie n’a pas son "berceau historique" au Kosovo !! Berceau insinue que la Serbie a commencé ici or c’est totalement puisqu’ils viennent du Nord et on peu a peu CONQUIS le Sud jusqu’au Kosovo.

    Donc les envahisseurs sont les serbes et les kosovars sont les envahis ! Cessez d’inverser les rôles !

    Répondre
  34. EIFF

    4 avril 2008

    L’indépendance du Kosovo albanais est le résultat de l’épuration éthnique exercé par les milices de l’UCK et de l’ALK ( organisation paramilitaire terroriste national-socialiste et islamiste ) , des colonisateurs albanais, de bandes criminelles, et des liens entretenus avec certains groupes d’influence euro-mondialistes qui ont marché dans la combine et se sont faits corrompre par l’argent sale de ces barbares mafieux.

    Cette déclaration d’indépendance auto-proclamée est injuste et illégitime, les 200 000 serbes chassés et spoliés lors des bombardements de l’OTAN sont toujours privés de leur terre, le patrimoine chrétien du Kosovo est menacé d’extermination et de destruction, les Serbes chrétiens vivent sous la menace et l’oppression et sont l’objet de persécution permanente.

    Pendant qu’on sabre le champagne à Bruxelles, les islamistes jubilent et célèbrent cette nouvelle victoire de l’islamisme mondial sur cette Europe impie et décadente qui offre sur un plateau d’argent ses territoires aux conquérants du Djihad. Ce Kosovo purifié, base arrière d’Al-Quaida et de tous les traffics sur la route des Balkans, est une autre victoire pour la Turquie qui entend bien prendre sa revanche sur l’Occident et récupérer ses anciennes possessions, tout en poursuivant sa politique de Cheval de Troie.

     

    Répondre
  35. Gérard Pierre

    4 avril 2008
       J’ai tenté à maintes reprises de comprendre les enchevêtrements historiques assez inextricables dans lesquels s’ébattent les Serbes, les Croates, les Slovènes, les Albanais, les Bosniaques, les Macédoniens, les Monténégrins, les Dalmatiens, sans compter les inévitables hybrides assis entre deux ou plusieurs « civilisations ». Je renonce pour ma part à tenter de donner raison à tel ou tel se jetant au visage sur ce forum leurs références historiques généralement décontextualisées ou leurs massacres aux comptabilités réciproques discutables.
     
     Le Kosovo ne serait pas le berceau des Serbes. Soit ! …… mais le Kosovo est peuplé majoritairement d’Albanais de souche. Or, pour les Serbes, le Kosovo évoque le rayonnement religieux, politique et artistique du royaume de Serbie avant la défaite de Kosovo en 1389 face aux armées ottomanes. Les Albanais du Kosovo se sont majoritairement convertis à l’islam et ont été dès lors confondus avec les Turcs par les populations chrétiennes des Balkans.
     Il faut donc se résigner à considérer la véritable nature du problème serbe. IL EST ESSENTIELLEMENT D’ ORDRE RELIGIEUX. Il convient par conséquent d’appeler les choses par leurs noms. Un Serbe est un chrétien orthodoxe, un Albanais DE SOUCHE devient donc, HORS DE L’ALBANIE, son pays légitime : UN ENVAHISSEUR MUSULMAN. Ca plait ou ça ne plait pas mais c’est ainsi !
     Il est assez singulier de voir que personne n’évoque les centaines d’églises orthodoxes éventrées, profanées, détruites par les hordes de L’ UCK musulmane alors que le moindre tag effaçable sur une mosquée provoquerait des cris d’orfraie de la part des mahométans. Un ami, militaire de carrière, s’est fait tirer dessus un jour à Sarajevo par un Serbe qui, à l’évidence, le loupa volontairement. A l’endroit d’où était parti le coup de feux, à plus de deux cent mètres de là, il vit alors un grand carton s’élever au dessus d’un reste de muret sur lequel était écrit : NOUS SOMMES LE DERNIE (1) REMPART EN EUROPE CONTRE L’ ISLAM     DO NOT FORGET
       …………… et dans nos « échanges » où certains cherchent peut-être un peu trop à « briller » par l’étalage d’un patchwork de connaissances décousues, ne l’oublierions nous pas un peu trop facilement ? De ce point de vue, la reconnaissance par la France de l’indépendance du Kosovo est plus qu’une faute, c’est une erreur(2).
    **********************
    (1) je reproduis sciemment la faute d’orthographe remarquée par le témoin.
    (2) pour reprendre une expression utilisée par Charles Maurice de Talleyrand Périgord après l’exécution (en fait un assassinat) du jeune duc d’Enghien.
    Répondre
  36. François

    4 avril 2008

    Richard de Zurich écrit et parle comme mohammed d’alger, comme quoi le lobby est bien au travail.

    Cordialement,

    Répondre
  37. richard

    4 avril 2008

    l’europe n’en n’a plus pour tres longtemps avec la fin du sang noir bon marché (petrole)de l’occcidant ,

     

    en attendant il faut mettre la pression sur des pays comme la serbie et la russie pour qu’il se civilisent , ces tchenik tueurs d’enfants et agresseurs oppresseurs  de leurs voisin  sont une menace pour la stabilité de l’europe

     

    honte aux français pro-tchetnik

    Répondre
  38. Florin

    3 avril 2008

    Ecoutez, foin des sultans, 1389 et autres moyennageries de ce type. Et foin du Kosovo. Je pense a la France : que fera-t-on lorsque les maliens d’Aubervilliers ou les senegalais de Bobigny vont demander leur independance, sous pretexte qu’a un moment donne, ils y seront majoritaires ? Savez-vous qu’en France, on ne peut expulser DE SUITE quelqu’un qui squatte votre baraque QUE pendant les premiers 48 heures ? apres, il faut passer par les tribunaux et attendre des annees. Pensez a tout ca en partant pour vos trois semaines a votre Palavas-les-flots cet ete. Le jour ou vous serez minoritaires dans votre propre pays, ce jour-la vous auriez tout perdu. L’exemple tragique de la Serbie doit eclairer notre avenir. Si j’etais Serbe, je n’aurais qu’une seule idee, resumee en un seul mot: RESISTANCE ! Je fais confiance a ceux qui n’ont pas plie devant la Wehrmaht en ’41 – ils vont trouver les moyens de mettre dehors ceux qui ont envahi leur pays et leur donnent des lecons a longueur de journee. Les donneurs de lecons, on l’a vu recemment, ne comprennent que la force. Pour s’en convaincre, pensez aux autorites britanniques, qui ont abandonne l’enseignement de la Shoah, pour “ne pas irriter” la communaute musulmane …

    Répondre
  39. Malice

    3 avril 2008

    Je ne prend même pas le peine de lire l’article en entier, il commence déjà par des mensonges !!!

    "Pendant des siècles, le Kosovo fut le cœur politique et religieux de l’empire serbe jusqu’au moment où le pays perdit son indépendance, lors de la bataille de Kosovo, en 1389."

    Faux faux et refaux !

    "À la fin du XIe siècle, Vukan, le joupan (župan en serbe) de Rascie, alors l’État serbe le plus puissant des Balkans, agrandit les frontières de son pays vers le sud, en conquérant la majeure partie de l’actuel Kosovo"

    Les illyriens eux y étaient présent depuis le XXe siècle avant JC au Kosovo !!!!!!!

    le Kosovo indépendant c’est rendre le territoire à leur proprietaire, soit les descandant des illyriens.

    Les4verités c’est ça ouais !
    Un tissu de mensonge.

    N’avez vous pas honte de faire une telle désinformation ? De faire des envahisseurs les victimes et les envahis et de donner le mauvais rôle à ceux qui ont réellement été envahi et qui retrouvent enfin leur liberté !!

    Vive le Kosovo indépendant, le Kosovo libre !

    Répondre
  40. alain

    3 avril 2008

    a ropen  tu feras pas par hasard parties de la famille le pen  car on voyant les articles que tu ecrit  sa fait peur de ce nacionalisme vis aviv de usa est europ arretons le monsonges svp a qui a qoi est comment

    aujourdhui la realites que ya plus ces atrocites serbe alors ne oublions slovenies kroatie bosnie est kosovo pour finir dit moi que le nacionalisme serbe disais une phrases serbija do tokija fout pas etre nacionaliste  vive la libertes au gens des kosovo abas le colonialisme serbe vive la democracies

    Répondre
  41. Gasto

    3 avril 2008

    Bonjour,

    Simplement pour dire que Ivan Mestrovic n’est pas Serbe mais Croate.  C’est comme tout le reste, on écrit sans savoir de quoi on parle…

    Répondre
  42. Miki

    3 avril 2008

    L’indépendance du Kosovo est une grosse erreur.

    Pour comprende la problématique, les enjeux réels dans les Balkans et vous informer régulièrement, je vous invite sur le site Relais d’informations http://www.kosovojesrbija.fr. Vous y trouverez des articles, des opinions, les repères pour comprendre, l’histoire du kosovo, des images, des vidéos, des témoignages et bien plus une info non censurée.

    Répondre
  43. R. Ed.

    3 avril 2008

    Pourquoi a-t-on empoisonné Slobodan Milosevic dans sa prison à La Haye ?

    Pour rendre la Justice sans doute !

    Répondre
  44. ozone

    2 avril 2008

    En tous cas encore un non pays avec une non economie mais un vrai boulet a la patte de l’Europe

    Répondre
  45. enfin la verité!!

    2 avril 2008

    irak kosovo palestine STOP la politique américaine et sa propagande, le kosovo est et restera une province serbes(cf le site de l’onu) malgré toute les exactions commises par les albanais sur les serbes (ou sur les macedoniens en macedoine,effectivement ils sont connu dans les embrouilles:cf emeutes 2004 AU KOSOVO ou 2001 EN MACEDOINE) et arretez de taper sur les serbes parcequ’ils refusent de s’aligner et de se soumettre aux usa,des massacres il y en a eu de toute part, demandez a vos medias de les dire a la tv(on est en democratie non?; ah oui coluche disait bien "on ne peut pas dire la verite a la tv ,il y a trop de gens qui regarde"

    pour ce qui ne sont pas convaincu , je vous invite a vous informez par vous meme : CAMP BONDSTEEL

    en esperant que vous cessiez de croire aux armes de destruction massive en irak ou au "genocide" au kosovo (2 000 morts avec quasiment autant de serbes que d’albanais, chiffre officilel des differents rapports de l’ONU)

    Répondre
  46. richard

    2 avril 2008

    honte a vous qui osez nier que les serbes ont massacrés leurs voisin sans défence , sans armes, le nationalisme serbe est parmi les pires nationalismes barbares de ce monde

     

    le peuple serbe est connu mondialement pour son intolérance , et il y a des français pour défendre encore ce peuple massacreurs d’enfants , de veillard , d’hommes innocent et de femmes innocentes

     

    honte a vous

     

     

    Répondre
  47. RoPen

    2 avril 2008

    On écrit vraiment n’importe quoi sur ce problème

    Certes, l’article n’est pas terrible et comporte bien des erreurs. Mais les commentaires sont tout-à-fait nuls, et, qui plus est, partisans.

    Si les USA n’avaient pas trouvé intérêt à créer cet état-croupion pour assurrer la pérénité de leur base militaire, il n’y aurait aujourd’hui ni "République" (sic) du Kosovo, ni tout ce tapage sous couvert d’humanitaire. Milosevic est disparu depuis bellelurette, mais le Kosovo n’a aucune viabilité, hors celle qu’y trouvent les américains.

    Et quand ceux-ci n’y auront plus d’intérêt, le Kosovo retournera à son état initial, plus proche du chaos que d’une république.

    Au reste les albanais ont un pays déjà : l’Albanie, ce qui n’et pas le cas des Kurdes, par exemple. Et eux sont 20 millions, pas 2 ! Mais les USA protègent ici la Turquie. Voilà la différence.

    Le reste est romance. Désolé pour le pauvre peuple qui de toute façon n’y gagnera rien.

     

     

     

    Répondre
  48. François

    2 avril 2008

    Bel article Mr Barrucand.

    On voit bien d’ailleurs avec quel mépris et quelle promptitude vos détracteurs (les mêmes de semaine en semaine) fondent sur vous pour pourfendre cette idée que le Kosovo est bel et bien Serbe. Le lobby américano-mondialo-islamophile est à l’oeuvre. Il ne passera pas!

    Cordialement,

    Répondre
  49. Sebaneau

    2 avril 2008

    On se demande bien quelle mouche a piqué tous ces commentateurs de venir pondre leur petite crotte d’ignorance sans vérifier aucune de leurs vagues impressions,  alors qu’une demi-heure  de recherche  sur internet  leur aurait évité les plus grosses inexactitudes factuelles.
    L’alliance franco-serbe  a duré  15 ans  en tout et pour tout,  à l’exclusion de toute autre période :  de 1903 –après l’assassinat atroce  du Roi Alexandre Obrenovic et de sa femme en mai,  à l’armistice de novembre 1918.  Et toute  illusion  sur la possibilité  d’une alliance  entre la France  et la Yougoslavie  a disparu en 1934, lorsqu’en juillet  les auteurs de l’assassinat du Chancelier Dollfuss en Autriche  s’y sont réfugiés,  et lorsqu’après l’exécution du tyran Alexandre 1° sur les quais du port de Marseille le 9  octobre  par un patriote macédonien,  le nouveau gouvernement Stojadinovic  s’est carrément révélé être pro-allemand.
    Il n’y a eu d’"empire"  serbe  au moyen-âge que sous Dusan, qui a régné  de 1331 à 1355 et qui s’est déclaré  "empereur des Serbes et des Grecs"  en 1346.  Le Kosovo se trouvait au milieu,  mais n’y a jamais  joué  de rôle particulier en tant que tel.  Le patriarcat orthodoxe serbe se trouvait être  à Pec  et la capitale  avait brièvement été Prizren,  mais  c’était pour des raisons  de circonstance. Et il n’a été inclus  dans des états serbes médiévaux,  royaume, empire  et principautés successifs, que pendant deux siècles et demi,  du XIII° siècle au milieu du XV°.
    La bataille de 1389 n’a pas l’importance  historique  qu’on lui a inventée au XIX° siècle. Les Turcs  étaient restés  maîtres du terrain,  mais  ils se sont repliés  pour régler les problèmes de succession, parce que leur sultan, Mourad 1°,  avait été tué : c’est d’ailleurs pour cela  qu’à l’époque  la chrétienté  a interprété,  et fêté, cette bataille comme une victoire ; et c’est volontairement que, l’année suivante, les dirigeants serbes ont accepté la suzeraineté ottomane à des conditions avantageuses. En outre,  Tamerlan a détruit  l’empire ottoman  treize ans plus tard,  de sorte que la Serbie,  ou ce qui en restait après 1371, pouvait recouvrer son indépendance ; mais les dirigeants serbes n’ont cessé de jouer un rôle ambigu, dans l’ensemble hostile à la chrétienté catholique et complice de l’invasion musulmane.  Et ce qu’on perd de vue en répétant le pathos serbe  à son sujet,  c’est l’extravagance qu’il y a pour un état contemporain à se prétendre souverain sur un territoire  sous prétexte  qu’une principauté médiévale  dont il se dit le successeur  y aurait PERDU  une bataille il y a plus de six cents ans.
    Mihajlovic a cessé toute résistance sérieuse  à l’automne de 1941 et,  pour lutter contre les Partisans,  a fait aux Allemands  des offres de collaboration,  qu’ils n’ont acceptées  qu’à partir de septembre 1943. C’était donc  un collabo,  pour des raisons compréhensibles  mais c’est un mensonge serbe  inventé  après-guerre que cette histoire de "résistance" spécifiquement serbe  à l’occupant.  La seule résistance  sérieuse à l’occupant a été celle de Tito,  et si des Serbes y ont participé  en Croatie et en Bosnie-Herzégovine,  c’était en tant que Partisans. Partisans dont les survivants se sont d’ailleurs opposés la tentative  de Milosevic  pour conquérir la Bosnie-Herzégovine  et exterminer ses habitants non serbes à partir de mars 1992.
    L’"idéologie bornée et ignorante"  est  la conception autoritaire, impérialiste et exclusiviste de l’organisation politique qui inspire le projet de la grande Serbie, et que le Parti radical Serbe a tenté de mettre en oeuvre à partir de son arrivée au pouvoir au début du XX°siècle.  C’est elle qui a empêché la Yougoslavie de fonctionner  en niant les Droits des peuples autres que serbe. Elle a détruit la première Yougoslavie et en inspirant le Putsch du 27 mars 1941, dont l’organisateur avait sur son bureau une photo dédicacée de Hermann Goering  et qui en voulait essentiellement au gouvernement du régent Paul d’avoir reconnu une Croatie autonome  en août 1939.  C’est cette même "idéologie bornée et ignorante"  que Milosevic  a manipulée  à partir d’avril 1987  et dont il s’est servi  pour subvertir,  puis détruire la fédération yougoslave par une série de coups d’état et de coups de force à partir de juillet 1988. Il existe cependant une tradition politique différente en Serbie,  celle qu’incarnait le Parti Démocrate-Social en 1913 lorsqu’il s’opposait à l’annexion forcée du Kosovo et de la Macédoine –terres  albanaise et bulgare,  et qu’incarnaient Marko Nikezic  et Latinka Perovic, inspirateurs de la Constitution de 1974  malgré leur éviction en 1972.
    Lorsque Milosevic  et sa bande ont attaqué  la Bosnie-Herzégovine à partir de mars 1992 la Fédération yougoslave  était dissoute, et cette dissolution constatée par la "communauté internationale".  La Bosnie-Herzégovine ne pouvait évidemment pas "rester"  dans une fédération qui avait disparu,  et ce que voulait alors Milosevic,  c’était l’annexer de gré ou de force, en tout ou partie,  à l’attelage de la Serbie  et du Monténégro,  qu’il tentait de mettre sur pied  en l’appelant, faussement, "République Fédérale de Yougoslavie"  pour noyer le poisson à l’usage des naïfs.  Après que la Bosnie-Herzégovine a déclaré  son indépendance,  ladite prétendue   "République Fédérale de Yougoslavie"   l’a attaquée  sous le masque transparent d’une insurrection locale,  pour la dépecer et exterminer ceux de ses habitants qui n’étaient pas serbes.  En violant le Droit international, comme Milosevic, pour détruire la fédération yougoslave en usurpant ses pouvoirs, avait violé la constitution.
    Ce n’est même pas vrai que l’ONU  avait abandonné  l’enclave de Srebrenica lorsque Mladic  l’a envahie.  L’ONU a refusé  de la défendre.
    Et la fable  des "vexations"  infligées par les Albanais est démentie  par les statistiques de mortalité violente au Kosovo après la mort de Tito :  le pouvoir fédéral,  puis serbe  sous la direction de Milosevic,  y a rétabli un régime d’oppression policière,  puis d’apartheid,  et ce sont les Albanais qui se retrouvaient en prison ou au cimetière.
    C’est pour faire échec  à une énième tentative  d’extermination des Albanais par les Serbes,  lancée par Milosevic  à partir de la fin février 1998,  que l’OTAN  a libéré  le Kosovo.  C’est alors que les Occidentaux  ont compris que Milosevic,  et plus généralement la Serbie,  n’étaient pas des éléments indispensables d’une paix  dans la région,  mais  le seul obstacle à cette paix.  Et lorsqu’ils ont vu la majorité  de la population du Kosovo chassée de chez elle,  ils ont compris  que le colonialisme de Belgrade est indigne d’exercer une souveraineté  quelconque  sur ce territoire :  c’est à ce moment qu’ils ont pris la décision de reconnaître à terme son indépendance,  que ses habitants  avaient déjà proclamée en octobre 1991.

    Répondre
  50. Dontigar

    2 avril 2008

    C’est complétement hallucinant de voir le nombre de Conneries dites dans tous ces commentaires… il suffit de remonter a l’origine de la création de la Serbie en 1166 pour voir les frontières reèlles de ce pays, je ne dit pas que ces frontière n’ont pas, ou n’aurait pas du etre modifiée avec les siècles, mais une évidence est frappante en voyant l’évolution de celle-ci!!! LE KOSOVO A TOUJOUR ETE A L’INTERIEUR DE LA SERBIE DE 1166 A 1999, on peut facilement trouver des cartes publiées par la CIA elle meme sur internet montrant lévolution de ces frontière avec le temp, et montrant aussi que le kosovo a été, est, et sera toujours serbe, malgré la censure et la propagande éxcercée par les médias qui ont fait passé les serbes pour des barbares, sans meme qu’on ne jette un oeil au 300 000 Serbe Expulsé a jamais de leur maison et de leur terre en Krajina, alor qu’en 99 les albanais sont parti, mais sont revenus encore plus nombreux a la fin du conflit, et ils avaient entre-autres, plus fuits les bombardement de l’OTAN sur les emplacement des soldat serbe, que les Soldat serbes eux-meme.. a savoir que l’action de l’OTAN en 99 a fait plus de mort CIVILS serbe que de Soldat a Belgrade… Bref, jugez par vous-memes, voila ou est la vraie véritée…

    Répondre
  51. Nezir

    2 avril 2008

    C’es honteux et domage de voir qu’en 2008 ils existent encore des pensees obscures pareilles. Le Kosovo etait une "province autonome" de ’74 en ’89, l’annee ou le criminel Milosevic a suprime cette autonomie et a mis en place les plans de l’Academie de Belgrade. nettoyage ethnique et terreur d’Etat contre les Albanais. Meme avec un fort sentiment pro serbe et votre amour pour ce pays perdant, vous devriez etre avant tout realiste, dans ce nouveau monde, et pourquoi pas, relire vos livres d’histoire. Si vous lisez le stock des livres anti-albanais de l’Academie de Belgrade, ca sert a rien, c’est du faschisme

    Répondre
  52. Sion

    2 avril 2008

    Quote: ""Notons que le massacre de Srebenica ne put se dérouler que par l’abandon hâtif par les forces de l’ONU de cette enclave !""

    +-8000 étres humains massacrer par les Serbes a Serbrenica….c’ est tout a fais normal qu’une chose pareil arrive, les forces de l’ Onu n’ avais qua pas partir!!!! mais de quel planéte venez-vous M.Barrucand.

    Quote: ""Le Kosovo n’était pas un État fédéré, mais une « république » autonome et c’est à la suite de vexations inspirées par les Albanais que Milosevic pratiqua une politique répressive, d’ailleurs bien moins dure qu’en Bosnie-Herzégovine.""

    Oui c’ est vrai que c’ est bien moins dure que en Bosnie (150.000 morts) au kosovo (10.000 morts)…la vies des gens n’ a pas beaucoup de valeur a vos yeux…..chér Monsieur

     

     

    Répondre
  53. Sebaneau

    2 avril 2008

    C’est un peu lassant de voir répéter cette propagande serbe  par des gens qui ne la connaissent que de seconde main,  donc avec des inexactitudes  que le plus menteur des Serbes n’irait même pas inventer.
    Si le Kosovo  avait été une "république"  dans l’ancienne Yougoslavie,  c’est depuis 16 ans qu’on aurait reconnu son indépendance, en même temps que celles de la Slovénie et de la Croatie qui, elles,  en étaient.  Le Kosovo  était une "province autonome" et le problème est que,  alors que le Préambule de la Constitution de 1974 reconnaissait à la "nationalité"  albanaise le "Droit d’autodétermination, y compris le Droit de sécession",  les articles 1° et 2° disait que le Kosovo "faisait partie de la République de Serbie".
    Ladite  "République de Serbie" n’avait aucun droit de regard sur ce qui se passait au Kosovo, c’est en toute illégalité  que Milosevic  a mis fin  à l’autonomie constitutionnelle du Kosovo, et cette annexion forcée  a détruit la Fédération yougoslave. C’est pourquoi, fort loin de réintégrer juridiquement le Kosovo dans la Serbie,  ce coup de force anti-constitutionnel le déliait au contraire de toute obligation légale vis-à-vis  de celle-ci : c’est pour cela que le 2 juillet 1990,  le Parlement du Kosovo  a voté des amendements à la Constitution  de ce pays,  pour en faire,  justement, une république à part entière.
    Malheureusement,  la "communauté  internationale"  n’a pas  suivi ce raisonnement,  pourtant logique pour quiconque  sait à quelles conditions les entités  constitutives d’une fédération sont liées par  le pacte fédéral  et,  après les accords de Dayton,  elle a reconnu la "République Fédérale de Yougoslavie"  dans ses frontières volées.
    C’est donc  seulement au bout de 16 années supplémentaires  que cette "communauté" a reconnu son erreur  en même temps que l’indépendance du Kosovo,  et largement parce que la Serbie  avait une fois de plus démontré  qu’elle est indigne d’exercer  une souveraineté  quelconque  sur ce territoire,  puisqu’elle  refusait de reconnaître leurs Droits  élémentaires aux 9/10 de ses habitants.

    Répondre
  54. Jack

    2 avril 2008

    Je ne sais pas qui a écrit cet article mais cette personne en question devra recommencer ses études. Quand on parle d’histoire, on parle d’histoire et on ne peut pas la modifier, (écrite par des grands historiens depuis des années) juste par amitié de qq’un. En se qui concerne la Yougoslavie 2% est vrai! La politique de balkans, vous n’avez rien compris! Le Président Sarkozy (petit mais grand) a reconnu l’Indépendance du Kosovo et a renoncé l’amitié avec le diable.

    Répondre
  55. Gerguri Nesim

    2 avril 2008

    L’independance du KOSOVO ce n’est pas du tout une erreur c’est tout simplement la justice rendu au peuple du KOSOVO qui attendait depuis long temps !! C’est fini vos mensonges le Kosovo c’est le berceau de peuple serbe  , car ca n’a jamais etait ! un pays dans le quelle les serbes etaient toujour minoritaire comment pouvez vous dire ça !! Bon vous pouvez le dire ce que vous voulais , cela n’empeche pas le peuple du Republique du KOSOVO de réaliser ses objectives!! Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)