La situation en Ukraine devient très dangereuse

La situation en Ukraine devient très dangereuse

Il était sans doute depuis longtemps dans l’intention de Vladimir Poutine d’envahir et de soumettre l’Ukraine.

Il ne l’avait pas fait en 2014 parce qu’il lui fallait d’abord absorber la Crimée.

Il avait juste, à l’époque, soutenu la création de deux petites « républiques » séparatistes dans le Donbass en y installant des milices russes.

Il n’a rien fait sous Donald ­Trump, car Donald Trump l’avait prévenu que, s’il faisait quoi que ce soit, il en subirait les conséquences, et il prenait Trump très au sérieux.

Il a vu que Joe Biden était sénile et faible, et Biden a confirmé sa faiblesse en protestant à peine quand des troupes russes ont été massées sur la frontière de l’Ukraine et en retirant tous les soldats américains du territoire ukrainien.

Poutine a donc lancé l’assaut sur l’Ukraine.

Il n’a pas fallu longtemps pour qu’il découvre qu’il s’était lourdement trompé en imaginant que ce serait une guerre brève et facile à mener.

L’armée ukrainienne a résisté, le Président Zelensky ne s’est pas enfui et s’est conduit en homme d’État.

Poutine n’a pu reculer, car cela aurait signifié un échec humiliant pour lui, et il s’est lancé dans une fuite en avant rageuse et destructrice.

Il a demandé à ses soldats, lorsqu’ils se sont retirés de la banlieue de Kiev, de commettre des crimes atroces (il a tenté de nier la responsabilité des crimes dans un premier temps, puis il les a revendiqués en accordant une récompense au régiment coupable des crimes), aux fins sans doute d’effrayer la population ukrainienne. Et il est maintenant accusé de crime contre l’humanité.

Il a fait procéder à des campagnes de bombardement massives qui durent jusqu’à ce jour et cherche à faire un maximum de victimes civiles.

En quelques jours, il a fait rayer de la carte du monde une ville qu’il avait placée en état de siège, Marioupol.

Faute de pouvoir s’emparer de l’Ukraine entière, il entend s’emparer de l’intégralité du Donbass.

Il voulait s’emparer d’Odessa, mais avait besoin pour cela de la marine russe basée à Sébastopol, et les Ukrainiens ont coulé le navire amiral Moskva, ce qui a mis l’ensemble de la marine russe en mer Noire hors de combat.

Les opérations dans le Donbass se passent mal, et quiconque a accès aux données militaires permettant de rendre compte de la situation découvre un peu davantage ce qui était devenu flagrant dès les premiers jours de la guerre : l’armée russe est déficiente sur un plan matériel et subit des pertes humaines très importantes (plus de vingt mille morts désormais, et trois fois plus de blessés).

Ses soldats, qui ne savaient pas jusqu’au dernier moment qu’ils allaient envahir l’Ukraine, sont démoralisés et démotivés.

Les communications interceptées font état de suicides, de mutineries dont les auteurs sont fusillés sur place, d’épuisement physique, de recours à des drogues psychotropes.

Les États-Unis et les pays européens fournissent à l’armée ukrainienne du matériel de plus en plus important en quantité et en qualité.

Poutine est dans une situation où il ne peut pas gagner.

Il sait qu’il ne peut pas perdre sans risquer d’en subir lui-même les conséquences (un dictateur vaincu est le plus souvent un dictateur déchu).

Le résultat de la guerre est effroyable pour l’Ukraine : les destructions infligées au pays se chiffrent en centaines de milliards de dollars, le nombre de morts est inconnu, mais sans doute important.

L’économie du pays est ravagée.

Cinq millions d’Ukrainiens sont en situation de réfugiés.

Poutine est en très mauvaise posture.

Il menace de recourir à l’arme nucléaire. On peut penser que ce n’est qu’une menace, mais nul ne peut savoir ce que peut faire un dictateur acculé, qui risque de perdre sa place et sa vie.

La situation est désormais très dangereuse pour le monde.

Le choix des États-Unis et des dirigeants européens est de laisser l’armée russe s’épuiser, et l’effet des sanctions contre la Russie s’accentuer, jusqu’à ce que vienne l’effondrement.

Les dirigeants européens imaginaient que la paix pourrait durer sur le continent européen.

Ils doivent discerner maintenant qu’un dictateur a souvent un esprit de prédation et que si les circonstances s’y prêtent, le pire peut survenir.

Ils détestaient Trump et préféraient Biden.

Ils ont Biden. J’espère qu’ils sont satisfaits.

Partager cette publication

(8) Commentaires

  • Laure Tograf Répondre

    Nous avons une horde d’anti Russes qui les verraient bien tous à six pieds sous terre. Merci à la CIA qui a bien fait son boulot et n’aura de cesse non seulement d’affaiblir la Russie, de la mettre à genoux, mais carrément à terre et si possible anéantie… pour pouvoir aller lui voler ses richesses naturelles avec l’approbation des putes européennes , grand admirateurs de ces salopes de Femen ukrainiennes financées par vous savez qui . Pas de problème aux USA pour corrompre ces innombrables prostitués – ées : la planche à billets verts tourne de plus en plus vite pour sortir une monnaie de singe distribuée par hélicoptères. Mais nous avons aussi les suppôts du parti Woke anti Trump…à la maison : voyez le commentaire du client LFI JOJO2 ( comme Rocky 1,2,3, etc). Trump, lui, ne voulait pas promouvoir les néo nazis ukrainiens, corrompus comme personne, alors que Bident risque de nous entrainer dans une confrontation de destruction, avec l’approbation de jupiter.

    10/05/2022 à 0 h 47 min
    • Jojo 2ème Répondre

      Laure Tograf, vos imprécations sont aussi ridicules que celles de votre Poutine.
      Vous ne savez que diaboliser vos ennemis pour mieux justifier l’oppression.
      Le brave peuple Ukrainien n’est pas plus Nazi que je ne suis gauchiste.

      10/05/2022 à 17 h 14 min
      • Laure Tograf Répondre

        @ JOJO2
        Vous qui semblez avoir une grande bouche et qui bavez d’admiration devant le « brave peuple ukrainien », je vous invite à regarder et surtout à écouter la séquence de sud Radio (Youtube/Watch?v.ZoKnhXnp-Zk). Ainsi, au lieu de répéter comme un peroquet les mensonges US/OTAN, vous aurez accès au témoignage d’un français, ancien militaire gravement accidenté, parti aider à titre seulement médical les populations en Ukraine et dit et décrit  » J AI V U DES CRIMES ABOMINABLES COMMIS PAR AZOV’ notamment sur des prisonniers de guerre enchainés : balles dans les genoux pour les soldats, et dans la tête pour les officier, tout en exhibant sur leurs uniformes les scratchs aux sigles SS NAZI. Mais vous soupçonnant d’être plutot gauchiste, donc habitué du déni, je n’ai pas d’espoir de vous voir venir à la raison. Le français en question, ancien militaire commando marine gravement accidenté, a pris les scènes en photos. Il s’appelle Adrien Bocquet et pas Brunet ducon la joie qui doit être payé pour baver seulement sur les russes.

        14/05/2022 à 3 h 36 min
  • Jojo 2ème Répondre

    Comme d’habitude, défense totalement irrationnelle de Trump.

    Biden n’a pas retiré de troupes américaines d’Ukraine – ce pays n’était pas membre de l’Otan ! Faut-il encore rappeler cela aujourd’hui ?!
    Il n’y avait pas de troupes américaines sur place. Il a demandé aux ressortissants – touristes/expatriés – de rentrer ce qui n’a rien à voir. Les troupes américaines sont plus que jamais présentes dans les pays voisins de l’Ukraine.

    Au contraire, Trump a plusieurs fois annoncé qu’il voulait retirer les US de l’Otan, il a exprimé que la Crimée appartenait à la Russie « car ils parlent russe », quand il est arrivé à la tête du parti Républicain il a fait supprimer du programme de ce parti le fait d’envoyer des armes aux Ukrainiens. Lorsque le congrès américain a voté un envoi d’armes pour les aider à contrer les russes il a bloqué la livraison pendant plus d’un mois (jusqu’à ce que la presse le dénonce et qu’il débloque le jour même du scandale médiatique)
    Trump n’a pas réagi quand l’information selon laquelle les russes payaient des primes aux individus tuant des soldats américains en Afghanistan est sortie. Trump a fait passer les troupes en Afghanistan de 15.000 à 3000 et a négocié la livraison du pays aux Talibans (il s’en est venté en plus) (Oui Biden a effectué la livraison finale – honte à lui également).
    Etc etc …

    Heureux néanmoins de voir que Guy Millière n’est pas aligné sur Trump concernant la défense du système Poutine.
    Et qu’il ne reprend pas ses délires selon lesquels il faudrait que les US fassent à leur frontière Sud ce que fait Poutine de son côté…

    09/05/2022 à 16 h 33 min
  • Sansillusions Répondre

    Ceux qui trouvaient Poutine abominable et le chargeaient de tous les péchés du monde sont bien contents maintenant que l’on apprend qu’il doit être opéré d’un cancer qui (espérons le pensent-ils) va l’amener fissa de vie à trépas . Contents ? Pas tout à fait, depuis qu’ils ont appris qu’au Kremlin, derrière Poutine, il y a des vrais fous furieux qui le considéraient trop soft et limitait les dégats autant que possible sur les civils et qui voudraient que leur armée écrase tout ce qu’elle peut en Ukraine. Qui peut croire que les nazis planqués dans les galeries de sous-sol avec des « conseillers » de l’Otan, des civils qu’ils se gardent bien de faire sortir, pour les utiliser comme boucliers humains, ne peuvent pas etre tout bonnement asphyxiés ou cramés comme des rats dans leurs trous, comme l’ont fait ces braves nazis ukrainiens de la Das Reich en juin 1944 , dans l’église d’Oradour sur Glane. Mais cela les otaniens préfèrent l’oublier, de même que Macron qui y est allé fait son cinéma en 2017 pour les élections face à la « bête immonde » RN. Elle avait un autre nom la « bête immonde » en 1944 ? Les rares survivants des camps de la mort doivent l’avoir sec, comme on disait jadis.

    04/05/2022 à 1 h 32 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      Les Services Russes assurent que dans le complexe sidérurgique se trouvent des mercenaires … israéliens avec le bataillon Azov

      05/05/2022 à 14 h 16 min
      • Sansillusions Répondre

        Des Israeliens combattant aux cotés des néo-nazis (voyez sur le web les prises de vues de ces zozos s’exhibant avec des drapeaux à svaztika, sans honte) ? Si cette allégation est vraie, il ne reste plus qu’à changer l’hymne israelien – fort beau d’ailleurs- pour le remplacer par le « Horst Wessel lied » des S.A. puis S.S. Je me refuse à croire que mes amis Juifs puissent accepter cela.

        06/05/2022 à 1 h 25 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          Horst Wessel était un militant S.A. assassiné chez lui par un commando communiste ; il en avait écrit les paroles; la musique est celle du compositeur français Méhul compositeur du Chant du Départ que V.G. d’ E. voulait substituer à la sanglante et xénophobe Marseillaise

          06/05/2022 à 19 h 47 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: