La tournée européenne de Trump

Posté le juin 11, 2019, 9:39
14 mins

C’est un sans-faute ! Le voyage de Trump en Europe avait plusieurs objectifs. D’abord, ranimer la Relation Spéciale qui lie le Royaume-Uni aux États-Unis depuis l’amitié de Churchill et Roosevelt; assurer les Anglais de son engagement personnel (par un accord commercial «phénoménal») pour faciliter leur transition dans l’ère post-Brexit; enfin célébrer le 75e anniversaire du D-Day avec un éclat capable de tacler les thèses révisionnistes décadentes.

Ce triple objectif constituait en fait un tout, minutieusement préparé.
Cette visite d’État au Royaume-Uni, la reine en avait exprimé le souhait dès 2017 et Trump y voyait une étape capitale pour sa présidence.

Il fallait trouver le moment idoine, ce que les astres ont fourni avec la crise parlementaire anglaise venant à point avant les commémorations.

Durant ces 3 jours, auprès de la Reine visiblement ravie, il fut impeccablement présidentiel, à la fois déférent et charmant.

Le mercredi, lors des commémorations à Portsmouth, la Relation Spéciale, si endommagée par un Obama qui détestait l’Angleterre et les Anglais, était renouée solidement.

Faut-il le préciser? Cette relation spéciale est honnie par les anti-américains, les euro-fanatiques, les apôtres des frontières ouvertes et de l’écologisme échevelé – donc les « élites » et les idiots utiles de la gauche en général.

Tous ces bilieux sentent bien le danger existentiel pour eux de cette relation spéciale.

Il y eut donc les inévitables insultes de personnalités politiques minables, les commentaires malhonnêtes des médias, puis la manifestation organisée à Londres, subventionnée par les professionnels de la haine anti-Trump. Tous ces gens-là sont dramatiquement bloqués sur l’idole Obama et n’acceptent ni le Brexit, ni Trump.

Une fois encore, on a vu le visage hideux de la gauche radicale, toujours disponible pour marcher sottement pour ses maîtres de Bruxelles.

Trump a, bien sûr, contre-attaqué: par quelques tweets et, lors de la conférence de presse conjointe avec May, en affichant un mépris tranquille pour «les forces négatives» Jeremy Corbyn et Sadiq Khan.

Par contraste, lui, Trump, chef du monde libre, apparaît donc implicitement comme une force positive.

Le fait est que la cote de popularité de Trump en Grande-Bretagne s’est considérablement améliorée.

Donc, mission accomplie.

Puis, point d’orgue de la visite, la cérémonie de Colleville sur Mer, où se trouve un cimetière américain où reposent 9 388 morts. Après les cérémonies très décontractées du 70e anniversaire, où la vedette était Obama avant les vétérans, un redressement s’imposait là aussi.

Le débarquement de 1944 fut qualifié «d’épique», à juste titre: c’est l’entreprise militaire la plus magistrale jamais conduite, sans égal par son ambition, son envergure et les sacrifices consentis.

Les efforts de guerre fournis par les différents alliés, les trésors de logistique et d’ingénierie réunis en deux années de travail intensif, dans le secret, reviennent à l’esprit à chaque anniversaire.

Mais, si l’esprit de sacrifice animait les combattants de toute nationalité, le fait saillant du D-Day reste tout de même l’assaut initial par les GIs de la 29e division d’infanterie américaine à Omaha Beach. Ce que ces jeunes hommes ont connu est difficilement imaginable: nuit blanche, mal de mer, peur au ventre, puis saut dans l’eau froide, noyade pour les uns et, pour les autres, sous la mitraille allemande, une course de 200 mètres au cours de laquelle 9 sur 10 sont morts.

La délivrance de «l’humanité souffrante» et la marche sur Berlin ont commencé par l’enfer pour les héros du 6 juin 1944.

L’Amérique, souvenons-nous en toujours, aurait pu écouter les sirènes de l’isolationnisme qui répétaient qu’il n’y avait pas d’intérêt américain en jeu.

C’est la grandeur de Roosevelt d’avoir finalement écouté l’opinion publique contre les élites et convaincu les boys d’aller jusqu’au sacrifice ultime pour une cause plus importante qu’eux-mêmes, celle des valeurs universelles de liberté des Pères Fondateurs de leur pays.

Trump, trouvant la note juste entre humilité et leadership, a rendu un hommage vibrant et digne à tous les combattants. Probablement l’un de ses plus beaux discours, délivré sans notes.

Merci, Président Trump, de défendre si bien, 75 ans plus tard, notre civilisation et nos valeurs communes!

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

product id=”2340358598″]

La version longue de cet article est disponible ci-dessous pour les abonnés :

Pour lire la suite vous devez être abonné au 4 Vérités Hebdo.

Se connecter Inscription

10 réponses à l'article : La tournée européenne de Trump

  1. Gérard Pierre

    15 juin 2019

    Donald Trump casse les codes ! ……. Oh mais que c’est très vilain tout ça ! …… Quel homme vulgaire ! …… Quel mufle !

    Non mais rendez-vous compte ? …… il se dit Patriote américain alors que les convenances commandent de nommer désormais ‘’nationalisme ‘’ ce que nos Anciens nous ont enseigné comme étant l’attachement filial à notre Pays et à ses valeurs.

    Non mais rendez-vous compte ? …… il prétend faire passer les intérêts de l’Amérique avant même ceux des autres pays ! …… Il a beau être Président des États-Unis, ce n’est pas une excuse ! …… Nous au moins nous avons eu Chirac, Sarkozy, Hollande, et à présent Macron qui, tous, montrent l’exemple en clamant à leurs compatriotes « poussez-vous, les ‘’chances pour la France‘’ d’abord ! »

    Non mais rendez-vous compte ? …… il entend protéger son économie contre le dumping étranger ! …… Non mais où va-t-on ? …… En Europe nous montrons là aussi l’exemple ! …… Nous imposons des normes draconiennes à nos producteurs, des règles strictes à nos entreprises, mais nous acceptons n’importe quel produit frelaté venant de Chine ou d’ailleurs ! …… Nous pratiquons d’autant plus la tolérance que par ailleurs nous avons supprimé les maisons pour « ça » !

    Non mais rendez-vous compte ? …… il traite frontalement les dirigeants de pays comme la Chine, la Corée, l’Iran ! …… Non mais il est fou ? …… Nous, nous leur parlons poliment, des fois que, on ne sait jamais ! …… Imaginez qu’ils se fâchent ! … Si nous avions été aussi imprudents que lui vis-à-vis de monsieur le chancelier Adolf Hitler en 1938, nous aurions pu, … qui sait ? … avoir la guerre en 1939 !

    Non mais rendez-vous compte ? …… l’économie américaine prospère, le chômage diminue ! …… Expliquons surtout bien aux Français qu’il engrange en réalité le fruit de la politique de Saint Barak Hussein Obama !

    Non mais rendez-vous compte ? …… il est rétif vis-à-vis de l’islam ! …… cette lumineuse religion d’amour de tolérance et de paix ! …… Là encore, il n’a pas compris ce qu’ont compris la plupart de nos dirigeants politiques de l’échelon local jusqu’à l’échelon national : le multiculturalisme est un enrichissement, …… (surtout pour les nouveaux arrivants) !

    Mais le pire vous savez, c’est que s’il se représente à l’échéance de son premier mandat, les Américains sont capables de revoter pour lui ! …… Il est vrai que les Américains ne sont pas des gens cultivés comme nous ! …… D’ailleurs, qu’ont-ils inventé à part le chewing-gum et le coca-cola ? …… ce n’est même pas eu qui ont découvert, par hasard, la pénicilline ! …… Leurs prix Nobel sont tous des prix de complaisance, …… à part celui de Saint Barak Hussein Obama bien sûr !

    Alors Haro sur le Trump ! …… et faites suivre largement ! ……

    En France, et d’une façon générale en Europe, nous avons la chance insigne d’avoir des dirigeants qui ont définitivement éradiqué les vieux maux comme le chômage, l’inflation, la dette, le déséquilibre de la balance commerciale, le poids de la fiscalité, la faiblesse des salaires, …… ce qui nous permet de ne plus traiter que des problèmes comme la PMA, la GPA, la parité hommes/femmes dans la profession de docker, … et les fake-news sur Internet !

    C’est pour ça que, depuis fort longtemps, nous ne connaissons plus de mouvements sociaux ! ……

    Décidément, ce Trump ! ! ! …… quel grossier personnage !

    Répondre
  2. BRENUS

    11 juin 2019

    Salut Q.Q. le troll. C’est gentil de te rappeler à moi. D’autant que, comme tu as du le constater, je ne lache jamais le morceau. Un peu comme Trump que tu exècre. Avec cette différence que lui t’ignore et moi je t’emmerde, pauvre tache.
    BRENUS dit le “franchouillard” (titre dont je m’honore) .
    P.S. Lorsque tu retourneras dans ta mechta, au bled, n’oublie pas de saluer tes cousins de ma part. Hamdoulillah !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 juin 2019

      toujours aussi con Brenus ?

      Répondre
      • BRENUS

        14 juin 2019

        Malheureusement, jamais à ton niveau, crétin de l’Atlas.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          14 juin 2019

          certes, il est bien dommageable pour vous et votre image que vous ne soyez pas ” à mon niveau ” !

          Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    11 juin 2019

    depuis Einstein le Monde n’ avait pas connu pareil Génie !

    au fait il a fait quoi comme ” études ” le dénommé Joslain Evelyne qui voit en Donald le défenseur de notre Civilisation *** et de nos valeurs communes

    *** c’ est moi qui met un grand ” C ” ( pour Brenus Beaufitus : s’ abstenir d’ utiliser Grand ” C” à une toute autre fin qu’ il estimerait comme finement spirituelle )

    Répondre
    • BRENUS

      11 juin 2019

      Tout le monde ne peut pas avoir fait ses études dans une madrassa, comme toi, sarrazin à la manque.
      Lorsque tu seras capable de sortir un article ne serait ce que du dixième de celui ci-dessus, tu auras le droit d’ouvrir ta gueule, pas avant.
      Do you understand, peigne lard ?

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        12 juin 2019

        et vous Brenus quel est votre niveau ?

        celui du caniveau *** ?

        ou plutôt celui des égouts *** ?

        *** p.s.

        je n’ ose pas réveiller votre … diarrhée verbale en citant les latrines et les fosses septiques

        Répondre
        • BRENUS

          14 juin 2019

          Allez, minus habens, je vais te faire plaisir et te donner la réponse que tu cherches désespérément : je suis titulaire d’un doctorat (d’ égout) de la plus grande université de ta religion. Tu sais, celle où l’on doit laisser ses godasses à l’entrée pour ne pas froisser le Tout Puissant. Pas comme toi avec tes titres bidons.
          Et je te rappelle qu’être traité de con par un imbécile est comme l’hommage du vice à la vertu.
          Je te quitte pour aller à la célébration de Poitiers 732.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            14 juin 2019

            il faut consulter Brenus avant que l’ Autorité Administrative vous fasse interner d’ office !

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)