La Turquie doit entrer dans l’Europe

La Turquie doit entrer dans l’Europe

Le débat concernant l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne ne peut être abordé que si on le met en perspective. Se posent, non pas une seule et simple question – voulons-nous ou non de la Turquie? -, mais plusieurs questions : quelle Europe voulons-nous ? sommes-nous dans un conflit de civilisations  ? quel islam voulons-nous en Europe ?
La première question peut trouver deux réponses : soit nous voulons une Europe puissance politique et diplomatique avec, à terme, ses propres forces armées, soit nous voulons une Europe grand marché, vecteur d’ancrage démocratique, de dissémination du droit, plurielle, souple, partie intégrante d’une civilisation occidentale qui inclut aussi l’Amérique du Nord, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, etc.
Si nous voulons une Europe puissance politique, l’entrée de la Turquie est inconcevable. La Turquie deviendra effectivement le pays prééminent et dominant de cette Europe. La dissolution de l’Europe sera un risque clair. Si nous voulons une Europe grand marché, l’entrée de la Turquie ne pose aucun problème. La Turquie est déjà, depuis 1996, partie intégrante du marché européen. Le désir d’Europe de la Turquie l’ancre dans la démocratie et dans le respect du droit qui ont fait, en quelques années, des progrès considérables.
En termes de défense, la Turquie est depuis cinquante ans membre de l’OTAN. La Turquie est un allié important de tout l’Occident en ce qu’elle est l’alliée des États-Unis et d’Israël. Elle est même un meilleur allié des États-Unis et d’Israël que la France. Ne voulant pas d’une Europe politique et diplomatique, considérant que la constitution européenne proposée est fondamentalement contraire aux valeurs libérales qui sont les miennes, étant pour une Europe grand marché et non pour une Europe unifiée découplée d’avec les États-Unis, proche des dictatures arabes et hostile à Israël, je suis pour l’entrée de la Turquie en Europe, et ce pour les mêmes raisons que George W. Bush, Tony Blair et Silvio Berlusconi.
Je laisse de côté volontairement les positions de Chirac, qui veut l’entrée de la Turquie sans sembler comprendre ses réelles conséquences.

Y a-t-il un conflit de civilisation ?


Deuxième question : si nous raisonnons en termes de conflit de civilisation, nous devons rejeter la Turquie et nous devons considérer que nous sommes en guerre contre l’ensemble du monde musulman, ce qui implique qu’on dise clairement qu’on est en guerre avec plus d’un milliard d’êtres humains, dont six millions en France.
Si nous voulons être plus raisonnables, nous devons plutôt dire que nous sommes dans une bataille pour le cœur de l’islam. Les élections au suffrage universel en Afghanistan et bientôt en Irak, l’initiative pour un grand Moyen-Orient de l’administration Bush, le récent sommet de Rabat, sont des éléments cruciaux de cette bataille.
L’ouverture à la Turquie, pays imprégné d’un islam dépourvu pour l’essentiel d’hostilité envers l’Occident, pays doté d’institutions démocratiques et pays où existent des entrepreneurs (à la différence de la quasi-totalité du monde arabe) est aussi un élément crucial de cette bataille. Erdogan n’est plus un islamiste, c’est un conservateur musulman prenant modèle sur les démocrates chrétiens ; l’AKP est un parti conservateur, pas islamiste. Les rejeter serait faire le bonheur des islamistes purs et durs. Ce qui serait, en termes géopolitiques, une catastrophe majeure…
Troisième question : si nous voulons un islam teinté d’islamisme wahabite, soyons contre la Turquie. Si nous voulons un islam ouvert à la modernité, il nous faut vouloir l’ouverture à la Turquie. S’il existe en Turquie des courants islamistes, il y existe aussi des musulmans modernes, occidentalisés, entreprenants, tournés vers la mondialisation qui pourront donner un autre visage à l’islam en Europe. Je suis réaliste : la France est musulmane à hauteur de 10 % ; dans vingt ans, ce sera 25 %. La France, comme l’Europe, ne sera plus seulement chrétienne et juive. On peut le déplorer, mais c’est un fait…
On me parlera de la pauvreté turque, je répondrai esprit d’entreprise turque. On me parlera d’imperfections en termes de droit, je répondrai imperfections du même type en Roumanie, en Bulgarie.
On me parlera génocide arménien ou Chypre, je dirai que les choses sont plus complexes qu’on ne le dit et méritent un examen précis, scrupuleux et dépassionné, et pas des harangues lapidaires.

Partager cette publication

(61) Commentaires

  • Sabri Répondre

    Merci pour se texte remplis d’intelligence .

    13/03/2009 à 6 h 21 min
  • lelecteur Répondre

    J’avoue m’être bien amusé de lire les arguments de chacun mais la total vérité est qu’il y a beaucoup d’inculte. Il est bien beau d’aller piochet des informations, mais bon j’accuse tous les posteurs de ne voir pas plus loin que le bout de leur nez. Je défend pas la thèse de GM, mais bon c’est allucinant de voir des propos voler sans réel apport. Personnellement, je suis contre l’adhésion mais tous se que vous dites sur la Turquie me fait bien rire. Il n’y a pas que du faux mais il s’avère que vous n’avez pas de connaissance concrète sur les pays des balkans et du moyen orient. Vous forgez votre écriture suite à vos lectures et c ‘est bien là le problème de notre monde. Une situation donné peut être interprêter différement. J’espère être suffisament clair et évasif (merci de faire preuve de réflexion avant de croire que c’est mots sont sans aucun sens). Je pense que la Turquie est unique dans son système, c’est un pays qui a et aura toujours énormément de tourments (chaque pays ont les siens). Faut pas avoir peur de l’islamisation de la Turquie sa c’est clair comme de l’eau de roche. Le seul problème que je vois en la Turquie c’est la stabilité du Moyen Orient (je passe toutes l’argumentation sur le problème de Chypre et le génocide/pseudo génocide à vous de vous faire votre idée en cherchant les vrais informations, mais il est clair que la turquie et l’arménie ne joue pas francs jeu bref j’occulte les histoires car notre histoire et l’histoire des pays de notre UE n’est pas rose non plus). Je vais mettre fin à mes propos sans me relire (même s’il me semble un peu brouillon pour les novices de l’écriture). Pour moi comme il est dit la Turquie n’est pas intéressante pour une adhésion mes plus que fortement recommandé pour un travail d’associer. Cependant, je pense qu’il ne faut pas fermer les portes à la Turquie car l’évolution de celle-ci dans une 10-15zaines d’années pourrais bien faire les beaux jours de notre UE. Ceci-dit je suis pour la constitution, faites votre opignion en vous la procurant vous verez c’est plus simple d’essayer de comprendre que de tous réfuter. PS : * ne parlais pas d’islamisation, c’est un sujet déjà tous tracé. ** pour résoudre un problème on prend on considération tous l’énoncé, le débat construction, c’est pareil, il n’y a pas de place pour les incultes (ici incultes c’est pour les gens qui réfutent tous les arguments).

    24/04/2005 à 21 h 31 min
  • AntiTurc Répondre

    Ce que j’ai lu On me parlera génocide arménien ou Chypre, je dirai que les choses sont plus complexes qu’on ne le dit et méritent un examen précis, scrupuleux et dépassionné, et pas des harangues lapidaires. Ce que je dis C’est ignoble, les Allemands ont paye pour Hitler 100% de leur faute, un Armenien ou un Chipriote a recu 0% des domages qui leur ont ete causes M Guy Millere vous etes un con sachez que je vous emmerde!

    27/01/2005 à 21 h 54 min
  • Marc Grunert Répondre 07/01/2005 à 19 h 30 min
  • Europe Répondre

    Fond de bouteille ou Fan de chichoune, Je suis heureux que vous ayez évoqué cette catastrophe sur ce forum et j’en suis d’autant plus heureux que, contrairement à nous, vous vivez dans une région où les problèmes ne manquent pas (d’après l’extension de votre email, j’ai cru comprendre que vous viviez en Israel « netvision.net.il »). Adam

    06/01/2005 à 13 h 26 min
  • Fond de Bouteille Répondre

    A Madame Isabelle et Monsieur Christophoros. 20 000 (soit 0,02 million). Il s’agit d’une approximation du nombre d’arabo-musulmans infiltres en France, atteints du virus de l’islamisme, et qui seraient prets a en decoudre le moment venu. Disons -puisque le phenomene est malheureusement a la mode en Asie- qu’il s’agit d’une premiere vague. Je suis heureux que la generosite du monde entier se manifeste pour soutenir ces malheureux asiatiques si eprouves. Bien a vous. fan de Chiche!

    05/01/2005 à 18 h 40 min
  • Christophoros. Répondre

    A Fan de Chichoune. Merci, désolé que Christophoros rime cette année avec catastrophoros. Je suis comme Isabelle, je n’ai absolument rien compris à vos chiffres. Il doit y avoir un message, mais lequel ?

    05/01/2005 à 0 h 48 min
  • LESTORET Répondre

    Je voudrais seulement signaler à ceux qui sont pour l’adhésion de la Turquie à l’Europe (c’est bien leur droit !) que j’ai lu quelque part (pardonnez moi mais je ne me souviens pas où; c’était sur Internet)qu’un sondage effectué parmi les Turcs âgés de 18 à 34 ans montrait que 70% de cette tranche d’âges déclaraient qu’en cas d’adhésion de leur pays à l’Europe, leur premier souci serait d’aller en Europe pour y vivre et chercher du travail. Une belle quantité d’immigrés nouveaux en perspective !

    02/01/2005 à 19 h 12 min
  • Pierre LANCE Répondre

    A Jean du Croissant : Puis-je vous demander de préciser dans quels articles j’ai prêché une haine quelconque ? La haine est un sentiment qui m’est étranger, a fortiori lorsqu’il s’agit de peuples. Mais ne haïr personne ne signifie pas que l’on soit prêt à aimer tout le monde, ni à ouvrir sa porte à tous les passants. Le principal reproche que l’on puisse faire aujourd’hui à ceux qui veulent, Chirac en tête, imposer l’entrée de la Turquie en Europe, c’est que l’opposition à cette entrée risque d’apparaître comme une manifestation de xénophobie, ce qu’elle n’est absolument pas. Et si une certaine animosité finit pas se manifester, ce seront justement les pro-Turcs qui l’auront créée de toutes pièces.

    02/01/2005 à 1 h 19 min
  • Isabelle Répondre

    Bonne Annee a tous! Et merci beaucoup Europe pour votre suggestion de lecture.

    01/01/2005 à 2 h 48 min
  • R. Ed. Répondre

    Quelques petites corrections. Pour Frontdeboeuf: il n’y a pas encore 2 milliards de Moslims mais environ 1 milliard 600 millions, mais ça vient! Pour Thierry Orlowski: il n’y pas encore 25% de Moslims en France mais plutôt entre 10 et 20% mais ça vient! Pour Blanche: officiellement 70 millions de Turcs (en France 59 millions d’habitants mais on ne connait le chiffre exact qu’ 3 ou 4 millions près),80 millions est plausible mais 85 est une meilleure estimation. Mais, car il y a un mais. C’est sans compter sur la loi turque qui donne la nationalité turque à tout « turcophone » qui en fait la demande, et là, ils sont 110 millions. Ce qui fait en gros 200 millions de Turcs potentiels. Pour tout le monde: la Turquie a « 3% » de son territoire en Europe mais elle l’a « volé », en prenant Byzance(Constantinople)qui est devenue Istanbul par la force des armes. En plus, la Turquie fait déjà partie du monde « économique » européen, c’est assez comme cela. L’empire ottoman, l’Europe a déjà donné, non merci!

    31/12/2004 à 11 h 42 min
  • Ryan Répondre

    Bonjour Europe, Le livre de Monsieur Garelli est aussi engagé que celui de Monsieur Del Valle, mais dans l’autre sens. Mais vous avez raison de le citer, cela permet d’avoir un certain équilibre. Cela étant dit, l’ouvrage de Monsieur Del Valle est beaucoup plus pertinent dans son approche sur l’islamisme (spécialité de l’auteur) que celui de Monsieur Garelli qui est plus « général » . La grande force de Monsieur Del Valle est d’argumenter toutes ses thèses par des faits précis. Il y a peu de place pour l’extrapolation. Et la question essentielle de l’entrée de la Turquie dans l’Europe est là. Le reste n’est qu’accessoire. Cordialement,

    31/12/2004 à 9 h 40 min
  • dolf Répondre

    dis malcom x, tu es deja alle en GAV tole+amende pour tes idées? et tu me traites de lache parceque je suis degoute de la france? va jouer ailleurs petit, les grandes gueules qui ont rien vu cest bon jai donné. jean de croissant, oui, il faut bien realiser un jour ou l’autre que la fin, existe, et que cest bel et bien la loi du plus fort qui l’emportera toujours, et jamais celle du plus « intelligent ». L’intelligent ne soumet pas, il convainc, mais que faire quand des masses ecrasantes de francais sont soumis ? quand l’islam s’attaque aux intelectuels qui pourraient prevenir les moutons du desastre? L’islam est le totalitarisme le plus puissant que l’on est jamais connu, il va faire tres mal, comme un virus mutant, qui parasite ,detruit de l’interieur en s’attaquant aux defenses immunitaires en les liquefiant, et ne laisse rien derriere lui que la souffrance l’obscurite et la desolation.

    31/12/2004 à 0 h 42 min
  • Blanche Répondre

    Eh, oui ! Il n’y a de Dieu que Georges Bush et Guy Millière est son prophète. Il ne peut donc s’empêcher de répéter les bétises de son maître. Nous avons suffisament de Musulmans dont nous ne savons comment nous débarasser, inutile d’en importer 80 millions. Soit dit en passant, c’est presque 1/5 de la population européenne. Il est vrai aussi que les dirigeants européens ont fait preuve de malhonnèteté envers les Turcs qui ,en tant que peuple ne sont pas pires que les autres. En effet, on aurait pu envisager une association économique sans leur faire miroiter une intégration dont l’Europe, et sait-on jamais, le Turc moyen ne veut pas. Blanche

    31/12/2004 à 0 h 13 min
  • Thierry Orlowski Répondre

    Cher lecteur, Au point ou nous en sommes (c’est a dire a une France avec 25% de musulmans). Je pense partager l’opinion de Mr Milliere d’appuyer le projet d’integration de la Turquie. Paradoxalement, je pense que le meilleur moyen d’encourager une Europe liberal (au sens Francais du terme) est de maximiser le nombre d’acteurs. En effet, plus l’Europe sera nombreuse, moins elle sera politique et plus elle sera economique . C’est a dire qu’elle sortira de la planification socialiste pour devenir plus capitaliste. Ce qui risque d’arriver est un vaste marché, completement derégulé, dans lequel les échanges seront rois. Une Europe élargie étouffera les ambitions des grands pays socialistes comme la France ou l’allemagne, pour atteindre le plus petit denominateur entre les pays: l’économie de marché. C’est pour eviter ce que je vous decrit presentement que l’Europe veut se doter d’une constitution: Pour que l’Europe toute entiere devienne socialiste… Cordialement Thierry Orlowski

    30/12/2004 à 23 h 53 min
  • david Martin Répondre

    de LT Targer Permettez moi de vous rappeler cher M. David Martin qu’Alexandre Adler, tout instruit qu’il est était autrefois un stalinien des plus purs… Il a depuis fait preuve d’intelligence, mais restez prudent… Est-il le seul à avoir viré casaque ? Personnellement, je suis prêt à accepter quelqun qui reconnaît ses erreurs de jugement, à condition que son repentir soit sincère bien sûr. Yves Montand fut également un ardent communiste avant de reconnaître ses torts. Il ne fut pas le seul d’ailleurs et fut alors frappé d’ostracisme par ses anciens camarades. pour en revenir à la question géographique, il fut un temps où la Turquie n’existait pas. Elle s’appelait Empire Romain d’Orient. L’Empereur se considérait comme le 13eme apôtre ou le représentant de JC sur terre. C’est en 1453 qu’a été détruit l’Empire par un Islam conquérant et sans que la « vieille Europe » ne puisse s’y opposer. Il est d’ailleurs amusant de voir que des souverains comme François 1er aient été très attiré par le nouvel empire musulman baptisé Empire ottoman. Ces envies ont été tempérées quand les turcs ont menacé l’Europe et se sont enfoncé dans les Balkans , allant jusqu’à menacer Vienne au 17eme siècle (le croissant a d’ailleurs été inventé à ce moment là). Et n’oublions pas Alexandre qui , tranchant le noeud gordien, s’élançait à l’assaut de l’Empire perse, rêvant lui aussi de marier l’orient et l’occident. Son rêve ne dura qu’un matin mais il fut repris par rome qui sut le faire durer jusqu’en … 1453 . Ce petit cours d’histoire, fort léger, est juste là pour me faire penser que la question turc est un problème qui nous ramène longtemps en arrière. Le réduire à des insultes est à la fois dommage et désolant. Enfin, je prèfère penser que Mr Millière a péché par enthousiasme plutôt que le dire vendu aux américains. Mais même si c’était le cas , c’est son droit le plus strict !! Bonne année 2005 à tous Et pensez à La croix Rouge, elle a besoin d’argent. Pas de polémique

    30/12/2004 à 21 h 34 min
  • Isabelle Répondre

    Je n’ai rien compris a l’arithmetique de Fan de Chichoune (285 million d’Israeliens? 0,02 million d’Arabo-Musulmans en France? etc…???). Qu’il s’explique!

    30/12/2004 à 19 h 13 min
  • Isabelle Répondre

    A Hypnos et Ryan: Cher HyPnos: Non, nous ne sommes pas necessairement « eloignes ». Comme je l’ai dit, je souffre d’une grand ignorance sur ce sujet particulier (l’entree de La Turquie dans l’UE) et ne cherche qu’a m’informer pour le moment. Je n’ai pas d’opinion definitive. Mes « trippes » me disent que c’est une mauvaise idee pour les raisons que vous donnez. Vous faites de tres bonnes analogies. En effet, ceux favorables a cette entree ont l’air de penser qu’elle opererait comme un vaccin (donnez une dose du mal au malade et il developpera les anticorps necessaires a sa guerison). Ca marche pour les virus mais je ne sais pas si ca marcherait necessairement pour la geopolitique. Ce qui me trouble justement est que quelqu’un comme Guy Milliere que je respecte beaucoup soit en faveur de cette entree comme l’est mon gouvernement (Bush)pour lequel j’ai vote et avec lequel je suis generalement d’accord. Mais personne n’est infaillible (meme Guy Milliere…LOL!) et il est fort possible que lui ainsi que l’administration Bush soient en train de faire une grave erreur a ce sujet. Je reprendrai aussi l’argument d’un autre participant a l’inverse. Le fait que Chirac y soit favorable aussi me donne encore plus le sentiment d’etre contre. Le « monde a l’envers » comme vous dites et, comme je l’ai ecrit a Ryan, je vais certainement en lire plus sur la question. Et justement les opinions de personnes comme vous Hypnos et Ryan me font vraiment reflechir sur la question car je sais que nous sommes generalement « du meme bord ». Merci pour votre gentillesse Ryan et oui je serais en effet tres interessee par un compte rendu de cette conference sur l »Eurabia ». A vous aussi et a tous, une tres heureuse nouvelle Annee!!!

    30/12/2004 à 18 h 56 min
  • EUROPE Répondre

    Bonjour Isabelle, Afin de vous aidez à mieux appréhender la question de l’adhésionn de la Turquie à l’UE et de vous faire votre propre opinion je vous conseillerai, en plus de l’ouvrage de Del Valle, celui moins engagé de l’économiste et spécialiste de l’Europe, François Garelli et qui s’intitule « L’Europe et la Turquie : Hier et demain ». Cela vous permettra de mieux comprendre la question. En ce qui me concerne, je suis partagé sur cette adhésion et pense, comme vous, que rejetter la Turquie risquerait après les nombreux efforts (certes bien loin d’être terminés) de réformes (tant politiques qu’économiques), d’exclure cette nation qui pourrait finalement par frustration et par sentiment de rejet, succomber à l’appel des plus extrémistes (dont ils ont jusqu’ici su rester indifférents). La question mérite réflexion et je pense que les 10 années à venir (la Turquie ne pourra adhérer avant) vont être décisifs et permettront de régler cette question épineuse. Bien à vous, Adam

    30/12/2004 à 16 h 16 min
  • Ryan Répondre

    Bonjour Isabelle, Content d’avoir pu vous aider dans cette jungle d’argumentations. Si le débat sur la Turquie est aussi passionnel c’est, à mon avis, parce qu’il touche le domaine de la géopolitique certes mais également celui de la religion et surtout celui de notre identité. D’où une profusion d’arguments et parfois des positions un peu trop hâtives. Concernant la position des Etats-Unis sur l’entrée de la Turquie dans l’UE, je ne crois effectivement pas à un complot visant l’anéantissement de l’Europe (mais j’avoue que longtemps cette question m’a trotté dans la tête). Une fois encore, je vais me référer à Monsieur Del Valle (j’avais déjà cité ce passage à Florent dans un de ces sujets). Ce dernier a dit récemment (sa position était un peu différente il y a quelques années) : « Résumons : la Turquie est perçue par le Pentagone et la Maison-Blanche comme une plate-forme d’influence occidentale sur l’Asie centrale musulmane et turcophone. Elle détient une position clé dans la bataille mondiale contre le trafic de drogue et l’immigration clandestine. Enfin, on continue de croire qu’elle incarne le modèle par excellence d’État musulman laïc susceptible aussi bien de contrer l’offensive islamiste radicale que de désamorcer le conflit de civilisation que l’on voit poindre entre l’Occident et l’islam. La Turquie est présentée comme un bouclier naturel contre les « États-voyous » du Proche-Orient et, surtout, comme un pays de transit relativement sûr pour le gaz et le pétrole du Caucase et même de l’Asie centrale — en tout cas plus sûr que l’Iran ou la Tchétchénie. En outre, la nouvelle doctrine des faucons de Washington pour le Moyen et le Proche-Orient consiste à faire de l’Irak, du Koweït et du Qatar des bases pétrolières et militaires stratégiques destinées à neutraliser la région et à répandre, aux côtés d’une Turquie exportant son modèle « islamique modéré », les valeurs de l’Occident et du libéralisme. À travers le gouvernement « islamo-démocratique » et le fameux « modèle musulman laïque turc», les États-Unis espèrent s’opposer tant à l’influence des islamistes wahhabites saoudiens qu’à celle des ayatollahs iraniens et du Hezbollah libanais.” (suite de son excellent article à cette adresse : http://www.alexandredelvalle.com/publications.php?id_art=128) Il est d’ailleurs étonnant de voir les chefs des deux camps adverses (Bush et Chirac) être d’accord sur l’entrée de la Turquie en Europe ! Cela étant, vous avez raison de dire que le sujet mérite un approfondissement et il est difficile de démêler les arguments objectifs de ceux donnés sous l’emprise du ressentiment. En tous cas, c’est toujours un plaisir de vous lire Isabelle. Par avance, meilleurs voeux pour la nouvelle année. Ryan PS : Lorsque j’aurai un peu plus de temps, je ferai un compte rendu d’une conférence avec l’immense Bat Y’eor qui a eu lieu en décembre sur le concept d’Eurabia. J’y parlerai de l’avenir de notre civilisation occidentale, ce qui devrait vous intéresser.

    30/12/2004 à 12 h 22 min
  • HyPNOS Répondre

    De retour en France après un long voyage à l’étranger, je dois dire que je trouve ce débat complètement irréel… Comment ce débat peut-il même exister ? L’Europe est délimitée géographiquement, non ? Ensuite, peut-on ou doit-on oublier que l’Europe est avant tout latine et chrétienne ? En faisant rentrer la Turquie , pourrait-t-on refuser ce droit au Maroc, à l’Algérie, à la Syrie, à la Libye ? Déjà, le simple fait de songer à ouvrir notre constitution et nos frontières à l’islam, me paraît complètement fou. Quand le bon sens et les évidences disparaissent du débat démocratique, cela présage un avenir sombre, pour ne pas dire funeste. Finalement, je vais continuer de préparer mon départ… loin… loin de l’Europe. HyPNO – tisé ! PS : comble du comble, je me trouve pour une fois éloignée de cette chère Isabelle et proche des idées de Florent Morlan… le monde à l’envers ! Re-PS: merci Ryan pour vos analyses très fines et documentées.

    30/12/2004 à 11 h 46 min
  • HyPNOS Répondre

    J’apprécie le plus souvent les idées de Guy Millière et son courage politique, mais bon là, je pense qu’il fait une énorme erreur de jugement. Je résume de façon simpliste son message : l’Europe est en train de s’islamiser, c’est irréversible, autant tenter le tout pour le tout en intégrant 70 millions de musulmans d’un coup en espérant qu’à notre contact, ils deviennent une puissance musulmane occidentalisée… Une sorte de croisade à l’envers en quelque sorte… En termes écologiques, on pourrait dire que pour remédier aux effets de la marée noire en Alaska, la meilleure solution consisterait à déverser directement la production de l’opep sur les iles aléoutiennes, en espérant que le pétrole se transforme massivement en eau… un beau désastre quoi. On retrouve ici la notion, chère à certains américains, de « réal-politic »… Or, « réalisme » ne veut pas dire fatalisme. Cela ne veut pas dire non plus qu’une réalité ne peut être changée, sinon cela excuserait inévitablement le gouvernement de vichy et les collabos pendant l’Allemagne nazie. N’oublions pas que nos 2 millions de pied-noirs sont revenus en France très rapidement. La real-politique algérienne de l’époque n’avait pas admis comme fatalité la présence des colons français. Pourquoi devrions nous admettre l’islam sur notre sol ? Au nom de leur présence ? au nom d’une démographie moribonde ? Autant se convertir tout de suite.

    30/12/2004 à 11 h 20 min
  • Fan de Chichoune Répondre

    Message a M. Christophoros Nous sommes plusieurs a avoir laisse passer le 27 decembre sans nous manisfester. Probablement du fait de la catastrophe qui s’est abattue sur l’Asie. Tous les propos de ce site tournent autour des: 285 millions d’americains 285 millions d’arabes 285 millions d’israeliens 450 millions d’europeens, sans ou avec les turcs je ne sais plus. 0,o2 millions d’arabo-musulmans infiltres en France et rien pas un mot sur ces delicats asiatiques qui en prennent plein la poire en ce moment en faisant preuve d’une dignite exemplaire. Beaucoup de groupes humains devraient en prendre de la graine. Joyeux anniversaire mon cher Monsieur.

    30/12/2004 à 11 h 08 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    Nicolas Sarkozy (dans lequel, contrairement à une majorité de gens de « droite », je ne vois pas le futur « sauveur » de la France, mais simplement un homme qui sait communiquer pour mieux tromper son monde – méthode chère à tous les politiciens « gaulliens » -pour parvenir à son seul but: la Présidence d’une Vème République moribonde) a dit « Si la Turquie était en Europe, cela se saurait ». Je complèterai son propos en disant: « Si la majorité des Turcs étaient européens, cela se saurait « . A commencer par le premier d’entre eux, Reccyp ERDOGAN. Celui-ci, depuis des années, ne cesse de tenir des propos qui montrent qu’il se considère comme un vrai « musulman » (ce qui est parfaitement honorable) dont le seul but est d’appliquer le seul pouvoir qui convient aux musulmans: celui de la char’ia. Et comme le temps ne compte pas pour l’islam « conquérant »… Souvenez-vous,par ailleurs qu’ Hitler ( bien entendu, il est exclu de comparer le premier ministre turc à celui-ci qui, je l’espère restera, comme Staline, unique, ce qui n’empêche pas certain d’avoir utilisé l’expression Saddam-Hitler, Le Pen-Hitler, pas moinsss !) avait régulièrement dévoilé son sinistre programme. Pas seulement dans Mein Kampf. Erdogan, lui, n’a pas encore écrit « Ma Chari’a », mais rien, dans ses messages comme dans son attitude ne vient démentir que la chari’a n’est pas son programme suprême non seulement pour la Turquie (ce qui est son droit, et même son devoir de musulman), mais aussi pour l’ensemble de l’Europe, avec l’aide non seulement des « musulmans » installés en Europe (voir à ce sujet sa lettre au journal allemand cité précédemment). C’est un homme de conviction comme nous en manquons en Europe. Il vient de le prouver en refusant de signer lui-même à Bruxelles l’accord qu’on veut imposer à propos de Chypre, laissant ce soin au ministre d’Etat Besir ATALAY. En un mot comme en cent, les Turcs (je n’oublie pas les Turques, Mme Mifranco-turque) dans leur grande majorité, comme celle de tous les immigrés d’Afrique de culture sinon de religion musulmane, même si, selon une formule mitterrandienne, ils se considèrent « chez eux chez nous », ne veulent pas (ou plus) s’assimiler, pas même s’intégrer. Et ce n’est pas Djamel Debbouze (qui doit toute sa fortune à la France)qui me démentira après les verts propos qu’il vient de tenir CONTRE sa propre intégration. On ne s’intègre, on ne s’assimile d’ailleurs qu’à un ensemble fort et cohérent. La France, l’Europe, sont en pleine déliquescence et ce qui intéresse les immigrés, ce ne sont pas nos « valeurs », notre culture, nos traditions d’essence chrétienne que vient de refuser VGE dans son projet de Constitution (ce qui ne l’empêche pas, ainsi que Robert Badinter, d’être opposé à l’entrée de la Turquie dans l’Europe), mais son « consumérisme » qui fait rêver toute la « misère du monde » que, selon Rocard (et cela ne date pas d’aujourd’hui) nous ne pouvons continuer à acceuillir indéfiniment. Même si, je conviens avec Jean-Marie Le Pen que, à la place de tous ceux qui se bousculent ainsi à nos portes, j’en ferais autant… Que l’on me pardonne l’ostracisme apparent des propos qui précècent, mais il y va, selon moi, de l’avenir de notre Culture, mais aussi du peu de libertés (avec un « s ») qui nous reste. Cordialement à tous, y compris à mes contradicteurs éventuels, Jean-Claude Lahitte

    30/12/2004 à 8 h 54 min
  • Isabelle Répondre

    Rosanov: Je dois admettre que votre question est bien posee. En effet, en tant que grande « supporter » de Guy Milliere a qui je veux vraiment donner le benefice du doute, j’admets que moi aussi j’ai ete choquee de la facon plutot cavaliere dont il semble traiter du genocide armenien dans cet article.

    30/12/2004 à 7 h 36 min
  • Isabelle Répondre

    Merci beaucoup cher Ryan pour votre message tres informatif. Je vais me procurer le livre d’Alexandre Del Valle dont vous parlez car, comme je l’ai admis, je sais tres peu sur la question de l’entree de la Turquie dans l’UE et desire vraiment m’informer sur la question dans la mesure ou elle touche a l’avenir meme de l’Europe et de la civilisation occidentale, un sujet qui m’est tres cher. Evidemment je ne dirais pas qu’il faudrait admettre dans l’UE les pays du Mahgreb mais j’avais l’impression, peut etre a tort, que la Turquie avait une histoire et une culture qui permettrait une certaine occidentalisation, chose non possible au mahgreb par exemple. Cela dit, je connais tres peu de choses sur la Turquie et la lecture du livre de Del Valle entre autres pourrait peut-etre me donner plus d’elements pour me faire une opinion personnelle. Je suis contente de lire que vous ne croyez pas que la position en faveur de cette entree par les USA montre un desirs de voir l’Europe s’islamiser. Je trouve cette notion plutot absurde d’ailleurs dans la mesure ou je ne vois pas du tout en quoi cela pourrait vraiment nous profiter. Je puis vous assurer, malgre les desaccords entre les USA et l’Europe, que nous sommes quand meme de tres proches « cousins » et je ne connais aucun Americain (y compris moi-meme) qui souhaiterait une islamisation de l’Europe. Meme d’un point de vue purement interesse, je ne vois pas quel bien il y aurait a nous retrouver nous Americains les seuls occidentaux sur la planete. Sur un plan plus personnel, j’ai grandi en France et y ai encore de la famille et des amis et ne leur souhaiterais pas un tel avenir (voir mes nieces et leurs descendance porter la burka? non merci!) J’admets qu’il y a peut-etre une certaine naivete dans la position americaine sur l’entree de la Turquie dans l’UE et que je suis moi-meme suffisemment americanisee pour etre peut-etre aussi un peu naive sur la question. J’ai trouve dans le passe que les Etats-Unis s’etait montres parfois ignorants vis a vis de la realite du danger islamiste probablement par manque de contactes historiques avec cette culture bien que je crois que depuis 9/11 « we’re starting to get the message ». D’ailleurs je crois que maintenant ce sont les Etats-Unis qui semblent plutot comprendre ce danger contrairement aux Europeens qui ont l’air de mettre leurs tetes dans le sable ce qui est surprenant vue leur plus grande experience avec le monde musulman et le fait que le danger les guette de beaucoup plus pres. Peut-etre d’ailleurs que cette opposition a l’entree de la Turquie est enfin un reveil positif des Europeens en esperant tout de meme que cette opposition n’est pas due simplement au fait que les USA sont pour. Il y a une personne sur ce forum qui a dit qu’il lui suffit de savoir que Bush est pour pour etre contre. Mais je sais que ce n’est pas votre cas Ryan. Vous avez raison qu’il est preferable de se faire une opinion basee sur des faits et analyses approfondies et non juste sur l’histoire d’une personne. Mais comme nous n’avons pas toujours le temps et les ressources pour rechercher toutes les questions, on doit parfois essayer de se baser, au moins dans un premier temps, sur des gens en qui on a confiance. Par exemple, je vous fais une certaine confiance a vous Ryan et suivrai votre recommendation de lire l’ouvrage de Del Valle justement parce que vous ecrivez generalement des choses raisonables avec lesquelles je suis assez souvent d’accord. Ayant lu beaucoup de choses par Guy Milliere, il m’interesserait aussi beaucoup d’en lire plus de sa part sur cette question car je n’arrive pas a croire qu’il prendrait une telle position sans y avoir murement reflechi et simplement pour s’aligner sur la position americaine (ce n’est pas d’ailleurs ce que vous dites mais seulement qu’il n’en a utilises que les arguments et ce qui est peut etre du au fait qu’il y a peu de place dans les 4 verites pour approfondir la question). Car je ne pense pas que Guy Milliere prenne des positions parce qu’elle sont americaines mais plutot qu’il apprecie souvent les positions americaines parce que ce sont les siennes aussi. Bref, un sujet tres interessant et a approfondir et oui, Ryan, vous avez bien repondu a mes interrogations. Bien a vous.

    30/12/2004 à 7 h 25 min
  • Frontdeboeuf Répondre

    Je ne suis pas trop sur que Millière sait ce qu’il dit, mais il est certain que: De un: Nous, nous sommes en guerre contre l’Islamisme. De deux: Que la vieille Zérope est frappée du syndrôme de Stockholm, et qu’elle est bien trop lâche pour combattre quoi que ce soit, surtout pour son propre intérêt. De trois: Que nous cherchons à ne pas exciter les 2 milliards de Musulmans au point qu’ils aident activement les Islamistes comme le fait la vieille Europe. Alors, qu’Erdogan fasse le singe, on fait semblant de ne pas le voir, tant que l’armée Turque reste chez elle. (Armée Turque laique…laissez moi rire!!!) De quatre: Il n’est pas besoin d’avoir inventé les boutons à quatre trous pour voir que la Turquie est devenue Islamiste en sous-main…tout comme la vieille Zérope le sera bientôt. Alors, ou est le problème? Vous serez en famille pendant qu’on verra à limiter les dégats pour la « Jeune Europe »…Rappelez vous le cordon sanitaire de Churchill… De cinq: Pour qui vous prenez vous??? Les conservateurs Zéropéens sont une infime minorité encore moins nombreuse que le Ku Klux Klan par ici!!! Vous pensez qu’on ne sait pas que vous, les soi-disants « libertaires » Zéropéens sont Anti-guerre, anti-sémites et anti-Américains… Alors, pourquoi on ferait attention à votre opinion? Chirac et Le Pen, ils sont unanime dans leur Islamistophilie*, Non?(*quel horrible mot!)

    30/12/2004 à 5 h 01 min
  • Jean du Croissant Répondre

    Dolf, tres fort ce que vous dites. On change. Tout degoute et on essaye de s’accrocher. La France croule!!! Notre France, pas la leur. Camarade ou est la releve. Ou est la revolte. Non je ne parle pas de haine, c’est le domaine de Pierre Lance et de ses admirateurs, je parle de fierte et de fidelite. Tous alignes et tous couches et tous occupes a justifier leur prochaine lachete entre deux canons de beaujolpif que fort probablement on leur interdira de consommer en public et pas seulement les jours du mois sacre du ramadan. Les voila tous qui rampent, jaloux et satisfaits d’eux- memes certains qu’ils dechargent dans le bon trou ou qu’ils avancent dans le sens de l’histoire alors qu’ils vont droits dans le mur! Et pas le mur occidental! Et point d’enfant, neni! Plus la force de quitter le bateau, les beaux parleurs envahissent la scene . Le poete avait donc raison, nous vivons a chaque epoque des moments tragiques qui se succedent tous plus cruels ou une verite unique emerge de toutes ces contorsions a le con : seule la force compte! Carpettes dites le a vos enfants et a vos femmes. Carpettes criez le, a vos voisins, a vos cousins! Alors Dolf, comme je vous comprends, La France, l’Europe tout cela n’est que du pipeau, dans un roseau mal taille. Fatigue, fin d’annee a la noix, ils tiennent plus debouts et ne tiendront plus jamais debouts. Ils s’habituent, boule de haine, a imaginer des lendemains pianos, violons et saxophones ou l’on chantera Vive la… La quoi au fait. Si c’est la Republique, elle est a sec, deja donne! Si c’est la Democratie il y en a deja plusieurs dans son lit qui la trousse. Alors qui reste-t-il? L’an neuf peut-etre?

    29/12/2004 à 23 h 18 min
  • T.LARGER Répondre

    Permettez moi de vous rappeler cher M. David Martin qu’Alexandre Adler, tout instruit qu’il est était autrefois un stalinien des plus purs… Il a depuis fait preuve d’intelligence, mais restez prudent…

    29/12/2004 à 13 h 15 min
  • Ryan Répondre

    Bonjour Isabelle, Vous savez que j’apprécie beaucoup Monsieur Millière, tant intellectuellement que humainement. Je suis d’accord avec la majorité de ses articles et on m’a souvent classé (sans doute à tort) comme pro-américain et pro-israélien. Mais j’ai pour habitude de fonder ma réflexion sur des arguments ou des idées et pas sur l’appréciation que je peux avoir des gens ou de leur histoire etc… Et dans le cas présent, Monsieur Millière a repris les arguments classiques de l’entrée de la Turquie dans l’UE, sans plus. Or, ces arguments sont très contestables, d’où mes messages. vous dîtes « Certains parlent de « chantage » de la part de la Turquie. Mais c’est plutot une question de realite. Exclure la Turquie d’une forte influence occidentale dans l’UE et la confiner au monde oriental islamise pourrait avoir l’effet contraire de la radicaliser. » Dans ce cas, faisons entrer les pays du Maghreb qui s’islamisent radicalement de façon alarmante ou l’albanie ou tout autre état proche de l’Europe qui s’islamise dangeureusement. Jusqu’où devons nous nous arrêter ? En outre, rien ne prouve que l’entrée de la Turquie dans l’UE fera cesser cette radicalisation, rien. Au contraire, tout laisse à penser que cette radicalisation va se propager en Europe. Voulons-nous prendre ce risque ? N’avons nous pas assez de problèmes en Europe pour tenter le diable ? A ce sujet, je vous conseille la lecture de l’ouvrage de Monsieur Del Valle « la turquie, cheval de troie islamiste ». Je pense que c’est un ouvrage clé pour comprendre les dangers d’une telle adhésion. Cet ouvrage très complet vous donnera un bel aperçu de la problématique et beaucoup de détails sur le régime en Turquie. Vous dîtes aussi : « La question serait de savoir si l’entree de la Turquie dans l’UE rendrait celle-ci plus occidentale qu’elle n’orientaliserait l’Europe ». Je suis entièrement d’accord avec vous, c’est la question essentielle. Or sur ce point, Monsieur Millière ne fait que reprendre la position américaine qui croit que l’Europe pourra occidentaliser la Turquie (je ne crois pas personnellement à la volonté des Etats-Unis de détruire l’Europe en l’islamisant). C’est cette naiveté qui me gêne réellement. Les Etats-Unis ont déjà fait cette erreur de vouloir instrumentaliser l’Islam. L’Europe va faire de même. Le danger est là. Maintenant, deux possibilités s’offrent à nous. Soit on considère que l’Europe judéo-chrétienne est morte et qu’une nouvelle ère civilisationnelle va s’étendre sur notre continent. Dans ce cas, je suis d’accord avec Monsieur Millière. Laissons entrer la Turquie puisque de toutes façons, nous deviendrons une région musulmane d’ici 50 ans. C’est un choix. La deuxième hypothèse est celle de refuser cet état des choses et de se battre pour que l’Europe ne perde pas ses racines. Dans ce cas, il faut lutter contre la Turquie dans l’Europe et lutter contre la montée de l’islamisme sur notre continent. Tout comme Monsieur Del Valle, très attaché à une Europe judéo-chrétienne (mais absolument pas attaché à cette Europe minable actuelle), je partage cette opinion. Mais je vous accorde que Monsieur Millière n’a pas eu la possibilité de tout développer. Ce qui me gêne, c’est qu’il n’a pas développé d’arguments propres à sa thèse et qu’il n’a repris que la position américaine, d’où la réaction de certains. J’espère avoir répondu à vos interrogations. Je vous souhaite de très joyeuses fêtes à vous aussi.

    29/12/2004 à 12 h 35 min
  • Rosanov Répondre

    Une simple question M. Millière. Est-ce que vous auriez eu les mêmes arguments si la Turquie avait génocidé des Juifs au lieu de génocider des Arméniens ?

    29/12/2004 à 5 h 39 min
  • Guillermo Répondre

    J’adhère -une fois n’est pas coutume- à plusieurs de vos arguments. Vous avez raison les Turcs sont un peuple entreprenant et intéressant. Et je crois que l’Europe aura été bien plus mise à mal par l’adhésion de l’Angleterre que par celle de la Turquie (quand celle-ci aura eu lieu). Mais deux choses me gênent dans l’adhésion de la Turquie : d’abord le fait que ce pays soit en conflit avec plusieurs de ses voisins et ensuite le fait que Bush ait demandé son adhésion. A lui seul ce dernier point aura suffit à me convaincre de voter Non. Au passage, j’ai été ahuri par le fait que, dans votre énumération des pays qui posent problème en termes de droit, vous ayez oublié … la France ! Là, Chapeau M. Millière.

    29/12/2004 à 5 h 36 min
  • Malcolmx-xx-et-xxl Répondre

    Monsieur Dolf, mais peut-être vous manque t-il le A (?) vous êtes en plein dans l’esprit que vous dénoncez, l’esprit collabo et pétainiste qui s’est trouvé un autre Monsieur Muscle.

    29/12/2004 à 1 h 16 min
  • Occident Répondre

    L’article de Mr Millière est vraiment minable. Il reprend à l’identique les poncifs avancés par des sommités politiques tel que Mamère, Hue, Shirak, … Les convictions passées de Millière n’en n’étaient pas vraiment. Guillaume FAYE, dans son dernier livre (« Avant-Guerre »), rejetait à la fois les pro-américains et ce qu’il appelle les anti-américains obsessionnels et hystériques. Mr Millière est un digne représentant des PRO-américains obsessionnels et hystériques. Quand à ceux qui disent que la France (et par extension l’Europe) sont mortes, vous avez tort et vous flirtez avec la traitrise. Sachez que les USA subissent le même problème que l’Europe (immigration non-européenne et multiculturalisme) et ne réagissent pas mieux.

    28/12/2004 à 21 h 47 min
  • T.LARGER Répondre

    M. Millières vous n’avez plus le choix quentre 2 solutions : demander votre naturalisation américaine et émigrer, ou vous convertir à l’islam. Vous oubliez que si le communisme autrefois n’est pas passé par nous c’est que certains ont dit plutôt mort que rouge; actuellement ce devrait etre plutot mort que vert

    28/12/2004 à 19 h 09 min
  • Isabelle Répondre

    Et bien, encore une discussion vivante et interessante! Joyeux Noel (avec un peu de retard et a ceux qui l’ont fete) et une heureuse nouvelle annee a tous! Mon commentaire est le suivant: il y a des sujets sur lesquels je sais pas mal de choses et d’autres sur lesquels je dois confesser une certaine ignorance. La question de l’entree de la Turquie dans l »UE » fait partie du deuxieme groupe. Quand je me sens ignorante sur un sujet important, je pense que mon devoir est d’essayer de m’informer plus profondemment pour me faire une opinion qui sera toute mienne. En attdendant, cependant, je n’ai d’autre choix que de faire une certaine confiance a ceux qui paraissent le meriter. Et jusqu’a present tout ce qu’a ecrit Guy Milliere ne m’a inspire que confiance dans sa sagesse et dans le fait qu’il ne semble avoir dans son coeur et dans sa tete que le meilleur interet de l’occident et ses valeurs traditionnelles judeo-chretiennes. Donc, quelque choquante que puissent paraitre sa position en faveur de l’entree de la Turquie dans l’UE, je pense qu’une personne aussi intelligente, bien informee et bien intentionnee que Guy Milliere ne l’a pas prise a la legere et j’ai bien l’intention d’essayer d’approfondir ma connaissance du sujet pour mieux considerer le merite de sa position. A la question: « Quel Islam veut-on en Europe? » Ma premiere reaction serait aussi de repondre « Aucun! » mais je pense que toute personne serieuse admettra que ce n’est pas une reponse realiste. Comme le souligne Milliere, il y a plus d’un milliard de musulmans dans le monde et il faut donc « faire avec ». Donc poser la question ci-dessus est une question avant tout realiste et que nous n’avons pas le choix de ne pas poser. Il se pourrait donc qu’en effet l’entree de la Turquie dans l’UE serait un moyen de tenter d' »apprivoiser » cet Islam grandissant (sa croissance demographique est incontestable et difficilement remediable a court terme). La Turquie est sans aucun doute une sorte d »exception » dans le monde musulman de part son histoire au carrefour du monde oriental et occidental et l’influence encore tres forte de sa « revolution-seculiere » par Attaturk. La question serait de savoir si l’entree de la Turquie dans l’UE rendrait celle-ci plus occidentale qu’elle n’orientaliserait l’Europe. Dans ce cas et a cote d’un Iraq finalement democratique, ajoute a la volonte de l’administration americaine de Bush de mettre un peu d’ordre dans tout ce « bordel » moyen-oriental, on pourrait esperer un genre d’effet « boule de neige » dans la region. Certains parlent de « chantage » de la part de la Turquie. Mais c’est plutot une question de realite. Exclure la Turquie d’une forte influence occidentale dans l’UE et la confiner au monde oriental islamise pourrait avoir l’effet contraire de la radicaliser. Encore une fois, je ne pretends avoir la reponse et j’admets ne pas me sentir tres confortable a l’idee d’un grand pays musulman dans l’UE. Mais admettez que la France jusqu’a present n’a pas eu besoin de la Turquie pour s’islamiser avec des populations d’Afrique du Nord. L’Allemagne qui s’etait plus ou moins « purgee » d’une importante population turc il a y des annees s’est quand meme trouvee le berceau nourrissant de Mohammed Atta et autres terroristes (arabes pas turcs) du 11/9 qui etudiaient et formaient leurs cellules Al Qaeda dans son sein en toute quietude. En matiere de geo-politique, les choses ne sont pas toujours aussi simples qu’elles ne paraissent (voir le chien rebel pakistanais que les USA tiennent en laisse par une alliance habile et necessaire). Donc, en attendant d’en savoir plus et de mieux comprendre la question, je donne a Guy Milliere le benefice du doute car il ne m’a pas decue jusqu’a present dans ses analyses. J’ajouterais aussi qu’un petit article aussi court dans les 4 verites ne permet pas d’exposer ses arguments dans la profondeur necessaire a la complexite du sujet. Bien a vous tous et Joyeuses fetes encore une fois.

    28/12/2004 à 18 h 25 min
  • david Martin Répondre

    Amusant de voir que , dès que l’on sort de la ligne officielle des médias, on se fait traiter de tous les noms. Personnellement, je ne suis pas vraiment pour l’entrée de la Turquie dans l’Europe mais quand j’entends des gens comme Alexandre Adler expliquer pourquoi ils sont pour, sachant que ces gens sont plus instruits que moi, je les écoute et je fais mon opinion. Les personnes sur ce forum balancent des arguments interessants mais je n’ai pas l’impression qu’ils les nuancent. De plus , la critique systématique de Guy Millière font qu’au lieu d’avoir une discussion construite, on a un défoulement à tendance anti-américaine voire anti-sémite (les allusion à Sharon). en clair : est-ce vraiment si dur d’accepter les idées des autres sans tomber dans l’insulte. Quand W dit qu’il est pour l’entrée de la Turquie dans l’UE , il a ses raisons (qu’il avait d’ailleurs bien expliqué en juin) mais il sait bien que ce n’est pas sa décision qui forcera l’UE. Mais sans doute, pensez vous qu’il n’a pas le droit de parler non plus. Un peu de modération dans les propos seraient quand même bienvenue ici.

    28/12/2004 à 18 h 06 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    Beaucoup de commentaires intéressants dans les vingt-et-un qui précèdent…Que « mifranco-turc » me permette d’évacuer le sien sommairement: on n’accepte pas d’être « mi-français » et « mi-turc » (ou vice-versa, d’ailleurs) pas plus qu’on est « un mi-homme » si l’on veut être soi-même. Tous ses arguments apparemment de bon sens manquent absolument de réalisme: l’Europe n’a aucun intérêt ni économique (l’Allemagne est en train de « crever » d’avoir accepté la fusion Ouest-Est, notamment en instituant la parité mark/mark), ni « civilisationnel » (ce qui ne veut pas dire que je n’apprécie pas la civilisation turkmène, ou la civilisation chinoise), ni culturel ni religieux (n’en déplaise aux « chrétiens » de naissance qui se laissent attirer par l’islam, ou le bouddhisme). Sans parler du fait que les dirigeants turcs, Erdogan en tête, ne cessent de tenir des propos « conquérants » (en rentrant de Bruxelles où il avait fait capîtuler – comme naguère à Munich – les dirigeants européens qui agitaient des conditions à la façon d’une femme facile qui fait des minauderies avant de se donner, n’a-t-il pas été acclamé comme « le conquérant de l’Europe »?. Erdogan avait eu le toupet, le matin même de ses entretiens bruxellois d’accuser dans une lettre adressée à Das Bild l’Union Européenne de vouloir « limiter son « identité » à la chrétienté » (alors que dans son projet de Constitution Giscard a soigneusement gommé toute référence au Christianisme, ou même à la Civilisation chrétienne pour éviter de déplaire aux Turcs dont il ne veut d’ailleurs pas lui-même dans l’Europe!) et la menançant des représailles « des millions d’habitants de l’UE qui ne sont pas chrétiens » (entendez par là qui sont musulmans – véritable 5ème colonne – parmi lesquels plusieurs millions de Turcs). Mais je reviens au « papier » de Guy Millière. En relisant à la lumière d’un « commentateur » précédent particulièrement attentif (et je l’en remercie, il se reconnaîtra), j’ai compris qu’en réalité, Guy Millière, comme ses « inspirateurs » Bush et Blair, veulent, en « forçant » l’Europe à s’étendre sans fin, sa DIS-SO-LU-TION et son rabaissement à un simple marché économique (d’ailleurs les « hordes », qu’elles soient turques, ou « africaines » qui piaffent à nos portes ou à l’intérieur de nos frontières ne songent qu’au « standing de vie » des Européens qu’ils comparent à leur misère. Et le point d’orgue de cette « dissolution » sera incontestablement l’entrée de la Turquie programmée nos « amis » (je nomme là Bush, et ses prédécesseurs (1), et non le peuple américain que j’apprécie et respecte)américains mise en oeuvre par les « valets » que sont Chirac et Schroeder et leurs rodomondades pleines de bons sentiments dont les Turcs se moquent mais qui touchent des populations aux origines « chrétiennes » crétinisées par les médias, et émasculées par Vatican II et Mai 68 (« il est interdit d’interdire »). Et je ne parle pas de la menace de la chari’a qui plane sur nos têtes (une chari’a dont les « latinos » contrairement aux chrétiens qui sont progressivement contraints au départ, s’en accomodent depuis des siècles en Turquie) avec les 25% de « musulmans » annoncés par le chantre de l’impérialisme américain qui sévit à « 4-Vérités ». Dormons en paix, Allah veille de plus en plus sur les habitants de celle qui était la « fille aînée de l’Eglise ». Jean-Claude Lahitte (1) cette volonté « américaine » d’imposer la Turquie à l’Europe (on pense aux mariages imposés par les « bons » musulmans à leurs filles !)ne date pas de Bush. En juillet 2003, CLINTON (l’homme au « cigare » !) proclamait déjà : « Il est nécessaire (pour les USA, pour l’Israël ?) que la Turquie rejoigne l’Europe ». Alors quand un Président américain veut, Guy Millière dit OUI, en traitant au passage les gouvernants français de tous les noms (la plupart étant, j’en conviens, mérités mais pas forcément pourles raisons avancées par « notre » philosophe « de droite ». Qui pratique à l’égard des lecteurs le dicton « Les chiens aboient, la caravane – entendez par là le rouleau compresseur de l’impérialisme américain -, passe ». Jusqu’à ce que l’Europe voulue par ses pères fondateurs trépasse !

    28/12/2004 à 16 h 14 min
  • john birvat Répondre

    Ce n’est pas provocateur. Millière à souvent dit que l’état de la France et de l’Europe était dramatique (pro-arabe, pro-islam, antiaméricain, économies qui coulent) et considère que les dirigeants ne changeront pas d’un iota leurs politiques (depuis 10 ans, c’est vrai). Il en conclut que l’économie va continuer à reculer et l’islam a progresser. Dans ce cas, l’entrée de la Turquie ne fera aucun mal à cette Europe du futur. Il ajoute parfois: « faisons aussi entrer le Maghreb, puisque leurs peuples viennent ici de toute façon ». C’est glacial, cynique, mais très vrai. Il rejette ce que nous attendons: un réveil brutal de l’Europe, une vie aussi difficile pour les musulman en métrpopole qu’en Corse, et une sérieuse incitation au départ pour ceux qui vivent ici. C’est aussi pour cela qu’il a choisi les USA. Ce n’est pas un collabo, mais un déprimé. La France et l’Europe déconnent à plein tube, les dirigeants continuent de plus belle, alors foutu pour foutu, pourquoi ne pas aller encore plus loin ? Ca rejoint ma position, pour une raison différente: aller plus bas pour qu’un crack terrible réveille les peuples de l’ouest, avec des mesures radicales comme en 1791-95.

    28/12/2004 à 15 h 54 min
  • UnOurs Répondre

    Une discussion également sur le sujet: http://www.forum-politique.org/phpBB2/viewtopic.php?t=14620 Cordialement,

    28/12/2004 à 14 h 53 min
  • dolf Répondre

    milliere est americain dans sa tete, il n’es tplus francais.Il sait , il est convaincu, que la france, l’europe, sont morts depuis un moment deja.Des lors vous vous trompez si vous parte du principe qu’il est francais.Il est devenu americain. Voila la realite.Et je comprend son degout,sa distanciation ultime de la france, apres tout ce que ce type a du se prendre dans la tete. C’est donc tout a fait logique qu’il soit pour l’entree de la turquie en europe; il considere, tout comme bush, que cela accelerera de facon dramtaique la fin de l’illusion europe, la fin de l’illusion france. Pour que tout cela finisse. Cela fait longtemps qu’il n’est plus francais. Moi meme j’ai atteint exactement le meme etat d’esprit au fur et a mesure que je me suis heurte aux limites de la france. En ce qui concerne la justice notemment. En ce qui concerne la collaboration, la lachete. Il ya de quoi couper tous les ponts, et devenir quelqun d’autre. Des lors guy milliere n’est qu’un chroniqueur du declin de la france, et cela s’arrete la.Rien en changera, rien n’enreillera la chute aux enfers,et c’est peut etre de comprendre cela qui est difficile a certains lecteurs. Milliere est a un autre stade, dans un monde parallele, parcequ’il a ete exclu de la france, tout comme bien d’autres francais. Ils a embrasse le mode de vie et de pensee a l’americaine. Guy milliere est un americain qui parle de la france, voila tout, et c’est comme cela que vous devez lire ses textes. Moi je n’ai aucun probleme a comprendre sa logique; pour moi la france n’existe pas, tout y est faux, tou n’y est qu’illusion, la seule realite c’est que j’y vis et qu’il n’ya absolument plus rien a y faire. Comprenez bien que pour en arriver a ce constat extreme, il faut vraiment avoir degusté, etre alle au bout des choses. On en arrive pas la sans raisons. Et je suis sur que ce n’est qu’une question de temps pour que petit a petit, tout le monde s’en rende compte et atteigne ce meme etat de detachement total. Il suffit qu’un jour vous vous en preniez plein la tete, une bonne claque, (il en faut parfois plusieurs), pour vous aussi entrer dans cet etat d’esprit. Cet etat d’esprit, c’est etre dans le vrai dans la realite: votre pays est mort et enterré, et c’est pour cela que vous ne ressentez plus rien pour lui.

    28/12/2004 à 12 h 58 min
  • xxxxxxxxx Répondre

    La question de l’adhésion de la Turquie devra de toute façon être tranchée par les populations de l’UE (un référendum?)et s’il s’avère que ces derniers tranchent pour son adhésion, il faudra s’y faire et s’adapter à ce nouvel Etat et lui aux anciens.

    28/12/2004 à 11 h 47 min
  • T.LARGER Répondre

    N’attendez pas 15 ans, votez non dès 2005; vous ferez d’une pierre 2 coups: vous direz non à la Turquie et M…. à Chirac; quand à l’Europe, elle reverra sa copie, quand on ne vote pas dans le bon sens, l’expérience montre qu’on nous repropose la même chose. Au contraire elle saura à quoi s’en tenir sur des sujets importants .

    28/12/2004 à 10 h 03 min
  • 317ème Section Répondre

    GWB avait dit : » Turquie dans l’UE « , GM, en bon suiveur, lui emboîte le pas . La voix et la voie de son maître !

    28/12/2004 à 1 h 20 min
  • chevalier de la Liberté Répondre

    Guy Millière a bien changé depuis qu’il s’est fait administrer une bonne correction par le MRAP. La démocratie, la gentillesse, la lutte contre leu racisme, la libération du peuple irakien et le BONHEUR POUR TOUS, voilà le nouveau crédo revu et corrigé de Guy Millière depuis 2003, il ne manque que le socialisme et ce sera parfait. Qu’est-ce-que ça donne bonne conscience d’être correct parfois : ça le fait grâve. Je préférerais à l’avenir une bonne dose de conservatisme en plus, car aujourd’hui c’est le conservatisme ou la décadence. On n’est plus au XIXème siècle. A la mémoire d’une époque qui n’est plus… C’était il y a 2 ou 3 ans. http://www.les4verites.com/les4verites/lesnumeros/4verites255.htm#3 http://www.les4verites.com/les4verites/articles/378_21122002e.htm http://www.les4verites.com/les4verites/lesnumeros/4verites298.htm#6 http://www.les4verites.com/les4verites/lesnumeros/4verites194.htm#d http://www.les4verites.com/les4verites/lesnumeros/4verites289.htm#6 http://www.les4verites.com/les4verites/lesnumeros/4verites276.htm#6 http://www.les4verites.com/les4verites/articles/364_14092002d.htm http://www.les4verites.com/les4verites/articles/373_16112002e.htm http://www.les4verites.com/les4verites/articles/349_11052002g.htm http://www.les4verites/com/les4verites/articles/371_02112002e.htm

    27/12/2004 à 19 h 30 min
  • BoMad Répondre

    M.Millière nous pose la question :quel islam voulons-nous en Europe? Mais, cher monsieur: aucun ni wahabite, ni ouvert. Islam est unique: mauvais. D’autre part. L’Amerique devra se préoccuper de sa frontière avec le Mexique (catholique pourtant),et qu’elle nous « lache les pompes » avec nos affaires turco-éuropéennes.

    27/12/2004 à 15 h 25 min
  • [email protected] Répondre

    Eh ben c’est du beau tous ca dit moi ces Messieur journaliste y a pas moyen d’attaquer ces energumene en Procés pour propos raciste et diffamment Incroyable, en tous cas je ne pense pas que cela soit des Français comme je les connais

    27/12/2004 à 13 h 49 min
  • Ryan Répondre

    Bonjour au Webmaster du site mjfrancoturque, Vous dîtes : « A mon avis, si l’Europe veux demontrer qu’elle n’est fait pas de distinction de race ou de réligion alors elle doit accepter la Turquie. » L’Europe n’a rien à démontrer du tout ! C’est à la Turquie, pays qui veut entrer dans l’Union Européenne, de démontrer qu’elle y a sa place. Or, ce n’est pas le cas et ce pour de nombreuses raisons. Comme d’habitude, on essaie de culpabiliser l’Occident avec ce chantage au racisme. Il faudra bientôt accepter l’entrée de pays qui pratiquent le canibalisme pour prouver que l’on n’est pas raciste !! En extrapolant au maximum et en oubliant tous les critères classiques qui font que la Turquie n’est pas européenne (critère géographique et civilisationnel notamment) la question, plus simple, est de savoir quel est l’intérêt pour l’UE d’accueillir la Turquie. On en vient ainsi à une comparaison coûts/avantage classique. Jusqu’à preuve du contraire, les coûts à payer sont beaucoup plus importants que les avantages. A moins d’adhérer au projet Eurabia qui influence la politique européene depuis plus de 20 ans, les risques pour l’UE sont trop importants, d’autant plus que les tenants de l’entrée de la Turquie dans l’Europe se fondent sur la supposition que cette adhésion fera reculer l’islamisme dans ce pays. Cette thèse, défendue par les Etats-Unis, reste encore à prouver et l’actualité (i.e. cas de l’Irak) montre que l’apport de la démocratie n’est pas synonyme (tout au moins au départ, je l’espère pour le Moyen-Orient)de désislamisation de la société, au contraire. L’UE doit-elle prendre ce risque ? Doit-elle devenir un laboratoire et tenter cette expérience pour savoir si l’Islam (et malheureusement l’islamisme) est soluble dans la démocratie ? A mon humble avis non. Cordialement, PS : Nul doute qu’il existe des turcs qui souhaitent s’extraire de l’islamisme qui se développe en Turquie, nul doute aussi qu’il existe des turcs attachés à la laïcité, aux respects des minorités et aux Droits de l’Homme. Il faut évidemment les aider afin d’éviter que ce nouveau totalitarisme les submerge et nous avec. Mais je ne suis pas sûr qu’une entrée pure et simple dans l’UE soit la bonne solution pour y arriver.

    27/12/2004 à 12 h 15 min
  • cast Répondre

    Je renvoie a mes commentaires des deux articles (Jean Rouxel et Pierre Lance). LA TURQUIE EST LE PREMIER FOURNISSEUR DE PAVOT DE L UE.POURQUOI N’A-T-ON JAMAIS EXIGE QU’ELLE RASE SES CHAMPS DE PAVOT AVANT D’ENTAMER DES NEGOCIATIONS AVEC ELLE ET POURQUOI CERTAINS METTENT UN TEL ACHARNEMENT PARFOIS QUALIFIE D’IRRATIONNEL A SON ADHESION? A votre avis? Cet acharnement est-il si irrationnel?

    27/12/2004 à 11 h 56 min
  • moi !! Répondre

    deja guy milliere fait une grande erreur de parler d’islamisme ou autre, de religion quoi!! les criteres de l’adhesion a l’union europeene ne prennent pas en compte la religion, point barre!! ne debattez pas pour rien et ne vous fatiguez pa plus la dessus, bonne fetes a tous!!

    27/12/2004 à 5 h 44 min
  • Adolphos Répondre

    Tout cas me rappel quand le gouvernement français des année 30 cachait ses ministre juifs au réunion diplomatique pour ne pas froisser la « susceptibilité » Nazi. Avec cet argument du « si vous n’acceptez pas, on va vous casser la gueule », j’ai la ferme conviction que nous sommes déja en train d’obéir à Ben Laden & Co. Bref, faire entrer la Turquie c’est céder au terrorisme. La Turquie est un poid mort, n’est pas européenne, pas plus que je suis turc, et n’a donc rien à y faire. Quant au moyen de pression, l’Europe les a déja : si la Turquie ne respecte pas les Droit de l’Homme, nous fermerons nos frontiére à ses exportations, voila tout. Aprés tout, nous sommes les puissants, et la turquie n’est qu’un pays sous développé de 3eme zone. En tout les cas, je trouve que Chirac à franchi la ligne rouge, et moi, je voterai contre la Constitution Européenne. Car je veux bien me marier, mais pas avec les Turcs ! Donc, ceci entraine cela…

    27/12/2004 à 3 h 26 min
  • [email protected] Répondre

    a chaque fois un homme politique en France donne ces idées et qu’elles sont pour l’avenir de l’europe, il est critiqué voir salit. Je trouve cela déplorable. Comme dit Mr Millère, nous ne pouvons nier les 6 millon de musulman en France. Mais ce n’est meme pas cela qui est important. A mon avis, si l’Europe veux demontrer qu’elle n’est fait pas de distinction de race ou de réligion alors elle doit accepter la Turquie. Je suis hereux sur un point tres important. Maintenant ceux qui avais facilité a critiquer la Turquie sans que personnes soit la pour repondre. Alors ils doivent etre malhereux car actuellement on ne peut pas dire qu’on ne parle de la Turquie. Biensur, La grande majaurité des Français sont intelligent et sauront le moment venu savoir faire la difference sauront prendre la bonne decision. Cordialement [email protected]

    26/12/2004 à 23 h 58 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    Merci et bravo aux « commentateurs » qui précèdent (Ryan et eBernard, particulièrement au premier). J’espère que les thuriféraires de Guy MILLIERE ouvriront enfin les yeux en constatant jusqu’où le conduit son indéfectible soutien à BUSH et à SHARON, lesquels, à tort ou à raison, se moquent de l’avenir de l’Europe et mènent – ce qui est parfaitement leur droit – leur politique en fonction de ce qu’ils croient être l’intérêt supérieur de leur pays respectif (tout en prétextant que c’est au nom de la Démocratie, air connu !) même si l’on est obligé de constater que l’un est inféodé à l’autre, et pas forcément celui que l’on croit !… 25% de « soldats » (entendez par là de « musulmans », pour reprendre le mot du Premier turc qui, rentré de Bruxelles où il avait fait plier les gouvernants européens, ce qui lui avait valu un triomphe à son retour au pays, passé inaperçu en France), et cela n’émeut pas notre philosophe « de droite » (par – fausse – opposition à certain BHL qui, lui aussi, se mêle de politique, et se retrouve d’accord avec lui sur pas mal de points, dont la Turquie), 25% de « musulmans » et Guy Millière n’imagine pas, ne veut pas imaginer, le risque de voir le commencement de la fin d’une civilisation bimillénaire et son remplacement, non pas par une civilisation des « Lumières » (celle que veut pour nous Pierre Lance ?), mais par une autre civilisation archaïque qui se réclame de la chari’a (celle que revendiquait alors qu’il était maire d’Istamboul Erdogan lequel, depuis, ne s’est jamais renié*…NON, NON et NON, pas de Turquie en Europe ! Merci à celles et à ceux qui auront lu ce propos qui, je l’espère, ne me vaudra pas les insultes habituelles d’antisioniste, d’antisémite, et même de paitainiste de la part de mes « amis » Eric et Rodolphe (la semaine dernière, je n’étais d’ailleurs plus qu’un « antisémite »)et bonne année à toutes et à tous sans aucune distinction… Jean-Claude Lahitte * puis-je rappeler que, pour quelques mots « malheureux » (ils avaient – j’imagine – dépassé sa pensée, mais par orgueil, sans doute parce qu’on les avait en partie déformé, il a refusé, contrairement à d’autres qui avaient dit pire, il a refusé de présenter ses excuses!) qui ne mettaient pas en cause l’avenir de notre pays, JMLP (non, je ne suis pas membre du F.N., ce qui ne m’empêche pas d’être objectif à son égard!) a été ostracisé à vie, tandis que, dans moins de 10 ans sans doute, les mêmes qui vilipendent à satiété le « raciste », le « nazi », accueuilleront à bras ouverts Erdogan, le tenant de la chari’a. Il est vrai que, parmi ces « certains », il y en aura qui pourront toujours, si cela tourne mal chez « nous, demander à faire leur « alia » dans un courageux petit pays dont nul homme de coeur ne peut souhaiter la disparition. Il ne sera que temps quand on voit tous les donneurs de leçons que se gardent bien d’aller courir le moindre risque et préfèrent vivre (comme « Dieu en France ») au « pays de l’ anti-sémitisme grandissant », plutôt que d’aller au bout de leurs idées. Comme le font, d’une autre façon, les gouvernants de tous bords qui préfèrent envoyer le « bon peuple » au casse-pipe au nom de la Liberté (qu’ils confisquent), de la Démocratie (qu’ils abétissent), etc. JCL

    26/12/2004 à 18 h 31 min
  • George de Boston Répondre

    Une fois de plus M. Millière écrit brillament n’importe quoi sur un sujet dont il n’a aucune connaissance.

    26/12/2004 à 17 h 31 min
  • Aude Répondre

    « Quel islam voulons nous en Europe? ». J’aurais tendance à répondre aucun. Erdogan est un conservateur musulman ? Mince alors, et ce fameux projet de loi sur l’adultère qui en fin de compte a été retiré? Le fait qu’il voudrait apparamment faire interdire l’alcool? Qu’est-ce que ce serait s’il était islamiste!! On ne cesse de nous rabâcher que l’entrée de la Turquie serait un rempart contre l’islamisme. Comme le dit Ryan, déjà que nous sommes incapables d’y faire quoique ce soit en France… Autant je suis d’accord avec vos analyses sur les Etats-Unis, autant là, M. Millière, je suis en total désaccord avec vous. Un partenariat économique avec la Turquie, oui mais l’Europe doit rester européenne. Est-ce trop demander ?

    26/12/2004 à 16 h 54 min
  • Christophoros. Répondre

    Lors de sa naturalisation ( si ce n’est déjà fait…) américaine, Guy Millière pourra changer de nom. Je lui suggère « la voix de son maître ». Bush a dit « la Turquie doit entrer dans l’UE », donc la Turquie doit entrer dans l’Europe….. Tiens, c’est curieux Georges Buisson parlait de croisade, il a déjà oublié ?

    26/12/2004 à 13 h 01 min
  • Florent Morlan Répondre

    Tiens c’est nouveau ça. Voilà Guy Millière qui nous parle d’un islam modéré, un islam ouvert à la modernité, dépourvu, pour l’essentiel, d’hostilité envers l’occident. Quel surprenant et soudain sens de la nuance chez un homme qui nous avait habitué à des positions un peu plus tranchées. Et cette islam serait celui de la Turquie ! Notre Guy Millière jadis si habile à déjouer les faux-semblants médiatiques et à relever les oeillères du politiquement correct donnerait-il cette fois en plein dans le panneau ? Le voilà qui accorde sa confiance au roué Erdogan. Le voilà qui exonère la population turque de l’emprise générale de l’islamisme sur le monde, … Attention ! Pas question pour autant d’accepter l’entrée de la Turquie dans une europe qui serait indépendante politiquement, naturellement. Ben pourquoi ? Ce serait inconcevable et entrainerait de facto la dissolution de l’europe. Mais si les turcs ne sont que de gentils musulmans modérés, ouverts à l’occident et à la modernité, où est le problème Guy ? Dis, ça serait pas un peu contradictoire tout ce que tu nous racontes là ? Un peu mon n’veu, mais c’est pas grave. On aura bien compris (mais précisons-le tout de même pour les derniers naifs qui croiraient encore que notre ami turcophile est un philosophe), qu’il n’est pas question ici de faire une brillante démonstration de rhétorique, mais plutot de rallier servilement et avec armes et bagages les position des maitres américains. Après le pacte germano-soviétique, voilà donc le pacte américano-islamiste contre l’Europe. Une fois cette dernière livrée en pâture à l’islamisme, il restera bien quelques reliefs pour les charognards amerlocs, lesquels se sont de toutes façons toujours entendus à merveille pour faire des affaires avec les Ben Laden et autres sympathiques islamistes wahabites. Mais surtout gardez ça pour vous et n’allez pas en faire quelque objection à Guy Millière. Le finaud a réponse à tout. Vous lui dites « pauvreté turque », il répond « esprit d’entreprise turque ». Vous lui dites « imperfections en termes de droit », il répond « imperfections du même type en Roumanie et en Bulgarie » Vous lui dites « papier », il répond « ciseaux ». Et si vous dites « ciseaux », il répond « pierre ». Tiens et si on lui dit « holocauste », est-ce qu’il répond « génocide des amérindiens » ? Mais non t’es bête toi, ça marche pas tout le temps, y a des rêgles quand même.

    26/12/2004 à 11 h 24 min
  • bruno Répondre

    Enfin du nouveau ? C’est ce que je croyais trouver quand j’ai vu le titre du propos de notre ami Guy Millière. Car pour tout européen de bon sens, c’est Kadhafi, expert en islamisme conquérant, qui a mille fois raison en parlant du cheval de Troie introduit dans l’Europe, au sujet de la Turquie. Ou pour nuancer le déroulement de l’épisode : les immigrés musulmans sont déjà l’énorme cheval dans nos murs, et nos prêtres de l’Européisme sont simplement en train d’ouvrir les portes au gros des troupes, les bataillons turcophones. Pour qu’un esprit brillant, intelligent, et supposé libre nous assène donc l’affirmation de la nécessité bienfaisante de l’opération, il faut qu’il ait trouvé quelque chose de génial qu’on n’avait pas vu jusque-là. Je l’ai donc lu avidement jusqu’à la dernière virgule. Déception ! Rien de neuf ; une calamiteuse resucée d’un scie mille fois entendue. Ce discours, en ne changeant que le mot islam pour communisme, et Turquie pour URSS (ou selon les épisodes, Chine, Tonkin, Cuba, Corée du Nord) on l’a entendu jusqu’à la nausée dans la bouche de nos pacifistes, compagnons de route, Jane Fonda accompagnée de John Kerry à Hanoi, sans oublier les « dialoguistes inter ceci et cela » professionnels. Ça dura toute la guerre froide. Et ce n’était que la continuité de l’aveuglement des Démocrates Américains, de Roosevelt, à Yalta. On a mis Patton aux arrêts pour avoir voulu bloquer l’Armée Rouge su l’Elbe ! Heureusement, il y eut assez de résistance à l’hypnose pour que le mur de Berlin soit un jour franchi dans un sens et pas dans l’autre ! En gros, ce discours tient en une phrase : « SI ON LEUR DONNE TOUT CE QU’ILS DEMANDENT, GENTIMENT, SI ON ÉVITE DE LES FÂCHER, C’EST LE BON TRUC POUR QU’ILS NE DEVIENNENT PAS PLUS MÉCHANTS. » Déjà avant cela, nous avons eu un hitlérisme modéré, qui n’appliquait pas Mein Kampf (et la charia qui va avec) à la lettre, du moment qu’on lui laissait l’Autriche, les Sudètes et la moitié de la Pologne. Il y a une jobardise naïve à se croire les moyens de tracer à partir de chez nous une ligne de fracture dans l’Uma, la communauté exigée par le Coran et centrée sur la Mecque et Médine, entre islam « modéré » et islam tout court. Kemal Atatürk lui-même, le seul à l’avoir tenté, a échoué à l’établir sur le long terme. Le dernier bastion du Kémalisme va en effet tomber sous l’assaut conjoint des islamistes et des dirigeants européens qui exigent le démantèlement de la seule entité laïque qui ait jamais été introduite de l’intérieur dans un pays musulman. Car il n’est pas convenable aux yeux de nos maîtres à penser, Pinochet oblige, que ce soit l’armée qui interdise des choses à des représentants du peuple. Ce crétinisme collectif ressemble beaucoup à la tranquille certitude des Américains, au cours des décennies passées, d’avoir des amis fiables, à la vie à la mort, dans les Wahhabites de la Mecque. Ils n’ont fini, et encore, par comprendre qu’après le 11 septembre ! Avec les Turcs, ils n’ont toujours pas compris. Et pourtant, ce parlement islamiste « modéré » leur a barré la route initialement prévue pour s’en prendre à Saddam, au nom de la solidarité musulmane. Objectivement, ils leur ont fait un croche-pied bien pire que celui de Chirac ou Schröder, lors du déclenchement de la guerre en Irak. Mais pour le moment l’aveuglement persiste, comme ce fut le cas après les attentats des années 90 à 2000, vis-à-vis de l’islam sunnite et de son centre névralgique. Quant à présenter l’Europe comme une simple zone de libre-échange de marchandises, alors que les états ont abdiqué une bonne part de leur souveraineté dans un machin bientôt doté d’une constitution centralisatrice, ça devient un exercice qu’on appelle encore « prendre les gens pour des cons ».

    26/12/2004 à 11 h 14 min
  • ebernard Répondre

    Si j’extrapole vos chiffres: 2004 10% d’Arabes en France = 6 million 2024 25% = 16 million 2044 37% = 56 million 2064 55% = 84 million Ces chiffres ne tiennent compte ni de la décroissance de la population Européenne, ni de l’immigration.Chirac et cie ont financé avec les impôts des Français européens les allocations familiales aux Arabes afin qu’ils viennent se reproduire chez-nous. Autant dire que les carottes sont cuites. Faute d’une réaction forte, il n’y a plus qu’à laisser la parole aux imam et à embarquer sur quelque May Flower II pour Bush Land. Asterix

    26/12/2004 à 2 h 35 min
  • Ryan Répondre

    Cher tous, Pour ceux que cela intéresse, voici le lien vers un compte rendu que j’avais écrit en juillet dernier concernant une conférence entre Messieurs Millière et Del Valle sur l’Islamisme. De nombreux développements concernent la Turquie. http://www.les4verites.com/articles/Bonus+WEB%20Bonus+WEB-272.html Bonnes fêtes à tous.

    25/12/2004 à 10 h 13 min
  • Ryan Répondre

    Je suis sûr que le sujet va faire du bruit. Plusieurs arguments me gênent dans votre analyse Monsieur Millière : D’abord une question : si l’AKP et Erdogan ne sont plus des islamistes, si le pays est doté d’institutions démocratiques, si l’Islam y est dépourvu pour l’essentiel d’hostilité envers l’Occident, comment diable la Turquie tomberait-elle dans l’islamisme ? Par les urnes ? Cela voudrait dire que ce sont les soit-disant musulmans modérés de Turquie qui voteraient pour des extrémistes ? Mais dans ce cas, peut-on encore parler de modérés ? On retrouve ici le chantage habituel à l’islamisme qui est incroyable pour une demande d’adhésion quand même. Deuxième point, ce chantage sous-entend l’idée qu’en entrant dans l’Europe, la Turquie deviendrait le pays des bisounours, sans haine, sans islamistes. Or, l’entrée dans l’UE suppose notamment la suppression des pouvoirs de l’armée kémaliste qui pour le moment reste le seul rampart aux revendications des islamistes. On sous-entend que l’Europe serait capable d’endiguer l’islamisme qui est latent en Turquie. Or, l’actualité le prouve tous les jours : l’Europe n’est pas capable d’endiguer quoi que ce soit. Au contraire, l’islamisme se propage très vite. Si l’on arrive pas à contenir nos communautés musulmanes, comment pourrait-on endiguer l’islamisme naissant de près de 70 millions de musulmans ? Soyons réalistes. Dès l’arrivée d’Erdogan, soit disant modéré, le voile a explosé, on l’a vu agenouillé devant Gubuldin Hekmatyar, chef terroriste afghan proche d’Al Quaida, il a légitimé la polygamie, voulu interdire l’alcool. La réislamisation de la Turquie est telle depuis l’arrivée de l’AKP que même Ben Laden a dit être satisfait de la direction prise par la Turquie. Monsieur Millière, cela ne vous choque pas de savoir qu’Erdogan a dit en 1997 : « Les juifs commencèrent à opprimer les musulmans en Palestine au nom du judaïsme politique que l’on appelle le sionisme. Aujourd’hui, l’image des juifs ne diffère plus de celle des nazis… » Vous qui luttez contre l’antisémitisme, cela ne vous interpelle pas ? Il y aurait tant à dire sur le double langage de ces modérés. Le mieux est de se référer à l’ouvrage de Monsieur Del Valle, très argumenté sur le sujet. Je n’ai par ailleurs pas très bien saisi votre dernière remarque sur le génocide arménien ? Tenteriez-vous de dédouaner la Turquie alors que d’ordinaire vous êtes si prompt à défendre la liberté et à lutter contre les massacres de civils (Cf pour Saddam) ? Quant aux imperfections du Droit, je tiens à vous signaler que le droit turc prévoit jusqu’à 15 ans de prison pour le simple fait de communiquer sur le génocide arménien (« le fait de mener une propagande à travers des publications et des médias en acceptant de l’argent ou un bénéfice ou des promesses pour le retrait des troupes turques de Chypre, ou pour accepter une solution qui va à l’encontre de la Turquie dans cette affaire ou pour le génocide des Arméniens à la fin de la Première guerre mondiale dans le seul but de causer du tort à la Turquie en contrevenant aux réalités historiques ») Je ne sais pas pour la Roumanie, mais il me semble que la Bulgarie ne comporte pas d’infractions de ce type. Merci donc de ne pas comparer un pays comme la Bulgarie qui essaie tant bien que mal de se sortir du communisme, qui est proche de l’Occident, qui s’est battu pour se défaire du joug ottoman, à la Turquie où la population a brulé les drapeaux américains, où la charia tend à s’appliquer de plus en plus et où la démocratie n’est qu’un moyen et pas une fin. Pour conclure, il y a également un point que vous n’avez pas soulevé, faute de place j’imagine, c’est l’alternative qui existe : une coopération renforcée avec la Turquie. Cette thèse est développée par Monsieur Del Valle dans son ouvrage. Cette alternative permettrait de tirer la Turquie vers l’Occident sans subir les dangers d’une entrée directe dans l’UE. Ce serait géopolitiquement plus cohérent.

    22/12/2004 à 15 h 17 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *