La Turquie n’est pas européenne !

Posté le décembre 26, 2004, 12:00
6 mins

Ainsi donc, 25 guignols de la politicaille européenne dérapant sur les choux de Bruxelles ont despotiquement décidé que les négociations pour l’adhésion de la Turquie à l’Europe commenceraient le 3 octobre 2005.
Eh bien ! j’espère que, ce jour-là, une foule compacte d’Européens fiers de l’être et de le rester iront leur jeter à la figure quelques tonnes d’œufs pourris et de tomates fendues. Il faudra cependant veiller à ce que des groupuscules nazillons ne profitent pas de l’occasion. Les pseudo-démocrates seraient trop contents d’exploiter ces malades pour discréditer la manif.
Ah ! mais il faudra, nous dit-on, que les Turcs remplissent certaines conditions ! Notamment qu’ils reconnaissent la République de Chypre. Or, que les Cypriotes grecs soient « reconnus » ou non par la Turquie, nous n’en avons absolument rien à cirer. Car ils font partie d’ores et déjà de l’Union européenne et se moquent éperdument de l’aval d’Ankara.
Bizarrement, on n’a plus mentionné à Bruxelles la nécessité de reconnaître le génocide arménien. Il semble que l’on ait déjà capitulé sur ce point. Mais quelque sympathie que nous puissions avoir pour les Français d’origine arménienne, ces purs Caucasiens qui se sont parfaitement intégrés à notre peuple, la reconnaissance du génocide arménien, c’est tout de même le cadet de nos soucis, car il ne ferait pas revenir ses malheureuses victimes et ne serait pour leurs descendants qu’un baume bien léger. Il y a eu génocide ! Tout le monde le sait, les Turcs les premiers. C’est une affaire entendue, alors : Paroles… Paroles… comme dit la chanson.
Que l’on cesse donc de focaliser notre attention sur des « conditions » de rhétorique pure qui – seraient-elles même acceptées – ne feront pas des Turcs les Européens qu’ils ne sont pas et ne seront jamais.

Conditions remplies ou pas, c’est non !


D’ailleurs, supposons un instant que le gouvernement turc accepte toutes les conditions imaginables que poserait Bruxelles ; en quoi cela impliquerait-il que le peuple turc va changer soudain de mœurs et de culture ?
Nos journalistes à la mie de pain se complaisent à aller interviewer les étudiants d’Istambul, qui, parbleu ! rêvent de s’occidentaliser. (Beaucoup d’entre eux doivent d’ailleurs descendre des Gaulois de Déjotarix qui fondèrent Galata, faubourg occidental de Byzance, vers 270 av. J.-C., et donnèrent leur nom à la presqu’île bulgare de Gallipoli.)
Mais qu’y-a-t-il de commun entre cette jeunesse évoluée et les paysans anatoliens islamisés jusqu’à la moëlle qui vendent leurs filles contre des moutons ?
Il se passe en réalité ceci : Le chef du gouvernement turc, M. Erdogan, décide à la place des Turcs ce qui est bon pour eux, se révélant à peu près aussi démocrate que Suleyman Ier. Mais, de son côté, M. Chirac décide à la place des Français et même des Européens ce qui est bon pour eux, se dévoilant à peu près aussi démocrate que Louis XIV.
Au cours de sa prestation sur TF1, Jacques Chirac a tenté de nous endormir en prétendant que les Français « auraient le dernier mot ». Ben voyons ! Comme pour les centrales nucléaires et l’abolition de la peine de mort, par exemple ? Mais c’est le PREMIER MOT que nous voulons ! Et le second et tous les autres ! Car cela seulement fonde la réalité du peuple souverain.
Un peu trop timidement à mon goût, Patrick Poivre d’Arvor a fait remarquer au Chef de l’État que les deux tiers des Français étaient opposés à l’adhésion de la Turquie. Chirac a fait comme s’il n’avait pas entendu.
À ses yeux, c’est une évidence, l’avis des Français compte pour du petit lait. Et à Bruxelles il a adopté une attitude que les médias qualifient de « volontariste », euphémisme signifiant qu’il a tenté d’imposer sa volonté à tout le monde.
L’argument-massue de Chirac est que, si nous rejetons la Turquie, elle risque de se tourner plus encore vers l’Islam radical. Voilà qui a dû provoquer chez Ben Laden une crise d’hilarité. Et il doit se frotter les mains en songeant aux jeunes déracinés supplémentaires qui assureront son recrutement futur.
D’ailleurs, il ne s’agit pas de rejeter la Turquie, mais de la laisser où elle est, c’est-à-dire hors d’Europe, géographiquement, ethniquement, culturellement et religieusement, ce qui n’empêche nullement d’en faire un partenaire privilégié sur le plan économique.
Après quoi, peut-être pourra-t-elle progressivement s’occidentaliser, ce qui demandera au moins 50 ans, si elle le veut bien et si c’est possible, ce dont aucun homme sain d’esprit ne peut préjuger aujourd’hui.

30 réponses à l'article : La Turquie n’est pas européenne !

  1. eric

    17/05/2007

    L’islam est clairement incompatible avec la démocratie. Contrairement à la plupart des autres religions, il ne peut y avoir de séparation entre le religieux et le politique en Islam: ils sont indissolublement liés. C’est pourquoi certains parlent de l’idéologie musulmane. La loi divine, la Charia, est supérieure à la loi des hommes et régit l’ensemble de la vie humaine dans ses moindres détails. Elle ne peut évoluer, car elle est la volonté définitive d’Allah et peut encore moins être modifiée par un parlement. Or en démocratie, c’est le peuple qui décide des lois qui le régissent…

    Répondre
  2. Alborg

    08/01/2005

    Pour continuer sur la ligne tracée par SAS, je dirais que les bornes du surréalisme en la matière explosent un peu partout dans cette Zérope(comme dirait Maurice DANTEC) consternante de décadence satisfaite d’elle-même …. Habitant le pays « surréaliste » par excellence(la Belgique)je suis bien placé pour le constater. Des anecdotes du style « Lycée de Lille », je pourrais en citer des dizaines. Dernièrement, j’ai été censuré « la totale » dans le forum d’un honorable journal censé représenter – figurez-vous – une pensée libérale teintée d’esprit chrétien (« La Libre Belgique »). Simplement parce que je me refusais à admettre que le principal danger à considérer dans l’affaire THEO VAN GOGH à Amsterdam… (vous avez tous entendu parler de ce meurtre immonde commis en pleine rue : l’arrière petit-fils du grand peintre égorgé sous les yeux de tous parce qu’il avait osé critiquer l’Islam)….. que le principal danger, donc, c’était QUOI ? Réponse : la xénophobie renaissante chez les Hollandais ! ! Et personne (à part moi) pour contredire ce genre de débilité masochiste et perverse (ou alors censuré aussi?)! A la fin même les mots pour le dire sont en perte de vitesse : c-à-dire qu’on est de façon permanente en plein délire, TOUT LE TEMPS !! C’est un vrai monde à l’envers et NOUS sommes censés trouver ça NORMAL. Finalement c’est GEORGE ORWELL qui avait déjà tout compris, et avant tout le monde, avec son « 1984 ». Mais à part le constat et les habituelles jérémiades qui vont avec, que peut-on faire (à part le baluchon de SAS) ?? Si quelqu’un avait une idée, qu’il le dise !

    Répondre
  3. Thierry Orlowski

    07/01/2005

    Cher lecteur, Si la seconde partie de l’Article de Mr.DUPOND me semble un peu confus, je le rejoins cependant sur la premiere moitiée de son texte. En realité, je pense que la Turquie est en plein milieu du conflit de civilisation qui se déroule atuellement devant nos yeux. La Turquie est un espace de compromis entre une republique « a l’occidental », avec une entreprise privé, une démocratie et une société laic d’une part. Et d’autre part, l’Islam. Il faut rappeler que l’Islam,dans cette region du monde, absorbe toutes les institutions (justice, politique ,Droit etc…). L’ideologie qui se trouve derriere le soutien des USA a l’entrée de la Turquie par Mr.Bush est le suivant: Si la Turquie rentrait dans l’Europe et devenait un pays capitaliste, ET democratique Et un etat de droit: Cela constiturait un exemple pour les autres nations du moyen orient que l’Islam est solvable dans la democratie occidental. Cela constiturait un exemple de reussite que les autres pays du moyen-orient pourrait suivre et une preuve que le conflit Orient/occident est solvable autrement que par la violence. Si la Turquie rentrait dans l’Europe, cela permettrait de repondre a la question que tout le monde se pose: « Est-ce que l’Islam est solvable dans une democratie occidental? » et une autre question encore plus fondamental « Peux-t-on eviter le conflit Orient/occident sur le long terme? » Cordialement Thierry Orlowski

    Répondre
  4. sas

    07/01/2005

    amis gaulois,RASSUREZ VOUS un très bon article de national hebdo du 7 janvier 2005 explique qu’un lycé de LILLE ou il ya 70% de musulman oblige l’ensemble des eleves a manger halall…au nom de la bonne entente et de la laicité???? …quand la TURQUIE sera dans l’europe…il faudra une dérogation administrative pour avoir « un rillette cornichon » ou un « jambon beurre »….c’est vraiment une chance pour la france tout cela…. au gaulois : le bâton ou le baluchon,il n’y a pas d’autres choix. SAS

    Répondre
  5. Alborg

    06/01/2005

    Dites-moi, mon cher DUPOND, qu’avez-vous fumé avant de rédiger votre article, hmmmm ? ? Vous avez probablement dû être vous-même assez s t u p é f i é par quelque chose, un spectacle, que sais-je? (Peut-être la vision aphrodisiaque de cette mâle Turquie pénétrant la vieille Europe comme le ferait un sémillant jeune soudard ?)… pour écrire des choses aussi…STUPEFIANTES? FAR OUT,MAN ! (Anyway,remember « Midnight Express »: it can help you in gettin’ down to Earth )

    Répondre
  6. t;larger

    05/01/2005

    si la Turquie ne compte pas sur l’Europe pourquoi fait elle du chantage à l’adhésion?

    Répondre
  7. Ryan

    05/01/2005

    Dupond, je n’ai rien compris à votre message (votre analogie sur les marques n’a pas reussi à arriver à mon cerveau ce matin). En revanche, certaines de vos affirmations mériteraient une argumentation plus stricte. Par exemple, quand vous dîtes : « Il y a eu un tournant dans la vie politique turque : l’Islam est entrain de vivre sa dernière décennie. » ou : « Il a été compris que la religion était une affaire personnelle et qu’elle devait le rester ainsi. » Comme la preuve contraire a déjà été apportée de façon précise (lire l’ouvrage de Monsieur Del Valle), il serait intéressant de nous donner les informations qui vous poussent à penser cela. Cordialement, PS : Concernant le racisme, je suis d’accord avec vous mais je ne vois pas le rapport avec l’argumentation que j’ai donnée sur l’entrée de la Turquie.

    Répondre
  8. DUPOND

    04/01/2005

    La Turquie c’est la Turquie qu’on connaît aujourd’hui. Très beau pays très hospitalier conscient d’un manque de quelque chose dont la motivation est d’arriver à donner le sourire à la population. Il y a eu un tournant dans la vie politique turque : l’Islam est entrain de vivre sa dernière décennie. La population turque réalise qu’aujourd’hui la religion doit rester en dehors des affaires de l’Etat. Le Temps a travaillé pour eux, la nouvelle génération à ouvert les yeux de l’ancienne qui semble aujourd’hui moins conservatrice. Il a été compris que la religion était une affaire personnelle et qu’elle devait le rester ainsi. Toutes ces affirmations pour vous dire que La Turquie ne tournera jamais vers le moyen orient pour créer une superpuissance militaire mais qu’au contraire elle restera ce qu’elle est aujourd’hui et se battra sur le marché de l’économie comme les grands de l’occident pour continuer son aventure européenne. Ce qui manque en Turquie d’aujourd’hui personne ne l’a dit ou même effleuré le sujet ; il manque une MARQUE. Nous sommes dans une Europe de marque. Tel les grandes marques dans le commerce. Cette marque ne fait que de commencer à se construire. Cette marque consiste à optimiser tous les éléments qui constituent un état la culture, population, social, patrimoine etc. etc. . Dés lors on pourra vendre La Turquie comme une marque et non comme une Turquie qu’on connaît aujourd’hui. Comme quoi la Turquie ne compte pas sur l’Europe et l’argent de l’Europe pour faire bouger les choses car l’argent de l’Europe sans cette marque ne servira strictement à rien sinon à remplire les caisses de ce qui n’ont en pas besoin ? Alors laissez de côté les arguments géopolitiques et autres car certains disent autres choses que ce qu’ils écrivent et c’est là que le bas blesse car si c’est ça le produit de l’Europe, il y a plus URGENT que la Turquie ; des mesures afin d’ARRETER LA MONTEE DU RASCISME. ( J’y conviens l’Union travaille dessus).

    Répondre
  9. Ryan

    04/01/2005

    On retrouve toujours ce même chantage : « si vous m’acceptez pas, je vais voir les islamistes et je vais être contre vous!! » Mis à part le fait que l’entrée dans l’UE ne doit pas être subordonnée à un quelconque chantage, il y a quand même quelques lacunes dans cette argumentation. En premier lieu, quel est le véritable intérêt de la Turquie pour son entrée dans l’UE ? Essentiellement, ce sont les subsides de l’UE et le développement économique qui poussent Ankara vers Bxl. L’attachement à d’autres critères, notamment le sentiment d’être « européen » et d’appartenir à une entité représentante de certaines valeurs n’existe pas. On nous dit :  » si on n’accepte pas la Turquie, elle va voir les islamistes ». Mais la Turquie aura t-elle un réel intérêt économique à se rapprocher encore plus d’un Iran en ruine, des dictatures du Golfe qui ne vivent que de la manne pétrolière ou de je ne sais quel état du tiers monde islamique ? J’en doute fortement. Cet argument n’a été utilisé que pour toucher la corde sensible de l’Europe qui fait face au danger islamiste. Quant aux relations non économiques, rappelons que la Turquie fait déjà partie, depuis très longtemps, de l’OIC qui regroupe notamment l’Iran, la Syrie, l’Algérie et autres pays des Droits de l’Homme. La Turquie n’a donc absolument pas besoin d’un refus européen pour se rapprocher des islamistes, c’est déjà fait. En second lieu, comment faire confiance à un état qui a une politique étrangère aussi volatile ? Que se passera t-il en cas de désaccord au sein de l’UE concernant l’applicabilité de certaines directives européennes (sur la question de l’égalité homme-femme par exemple)? la Turquie nous menacera t-elle une fois encore en disant : « si vous nous obligez à appliquer cette directive, nous allons nous rapprocher des islamistes » ! Une adhésion à l’UE ne peut pas se baser sur une telle argumentation, c’est totalement irréel. Il faut d’abord savoir quelle Europe nous voulons et demander le respect de certains critères en fonction de l’option choisie. C’est sur ce point que nous sommes divisés. Mais de toutes façons, l’Europe a déjà décidé. La Turquie fera partie de l’UE et sans doute avant ce délai de 10 ans qui a été donné pour noyer le poisson.

    Répondre
  10. sas

    03/01/2005

    Bonne année à tous les gaulois…de souche ou d’adoption(dont qui nous aime nous et notre culture)Pour 2005 je souhaite que l’oligarchie mafieuse sectaire maconnique consulte réellement la population (toute la population) par de vrai réferendum populaire comme en Suisse….et non pas comme depuis 30 ans que le débat soit monopolisé par des cons syndicalistes trotkystes et des fonctionnaires politicards incompétent et théoritiens de l’impossible… bref: que la france soit une vrai république. SAS

    Répondre
  11. DUPOND

    02/01/2005

    ok les gars je ne dis rien pour cette fois 🙂 Mais sachez que personne n’en a à fiche de la Turquie . Le problème c’est l’avenir de l’Europe , la paix dans le monde c’est à dire éviter une guerre ( dans 10.20.30 ans ). Car ( bah oui , avec la Turquie ( la bien sûr c la tête de turc il en faut bien un ) on assure la supériorité en puissance militaire du monde occidental et là le monde islamique laisse couler douce car pas assez puissant. ( Donc par la même occasion l’Israêl continue d’exister ). PAR CONTRE , n’importe quoi me direz certains ) SANS la Turquie c’est pleins de questions (genre Mariage avec le Moyen orient et là je vous explique pas un Moyen Orient doté d’une armée comme celle de la dite Turquie qu’on ne veut pas dans l’Union ( bien sûr toujours tête de turc )qui n’attend qu’une chose que je vous laisse deviner cher lecteurs . Et ,je suppose bien sûr , que ça va commencer par I S R A E L ( je caricaturise ). Vous croyez que chirac et les autres dirigeants prévenu par el Senor Bush ont dit OUI pour vous EMMERDER ou quoi les keums ? Bien sur qu’aucuns d’eux ne veulent de la Turquie ( sinon il n’y aurait pas eu de MAIS ) Tout le monde sait que La Turquie n’est pas prête du tout ( surtout pas avec des islamistes à la tête ) D’ailleurs la Turquie n’a fait que de demander son intégration point c’est tout . mais Erdogan à bien l’intention de se tourner vers le Moyen orient dans le cas d’un NON ( il y aurait été invité a plusieurs reprises par le gouvernement de l’IRAN. Le « Mais » c’est pas pour faire plaisirs (et je suis désolé pour eux ) aux arméniens . C’est juste que les européens n’ont pas mesuré le POUR et CONTRE de la chose avant de donner son vrai avis . ET BONNE ANNEE A ADOLPHOS ET DUPOND(T)LA JOIE ou Martin ( comme martin guerre par exemple )

    Répondre
  12. Dupond(t)-Lajoie

    02/01/2005

    Longue vie au nouvel empire ottoman qui se prépare à envahir l’ancien empire romain d’occident. Dupond-Lajoie ce n’est pas mon nom, en fait, bien que tous les ânes ne s’appellent pas Martin, c’est Martin mon vrai nom: « Martin Dupond(t) »

    Répondre
  13. Alborg

    02/01/2005

    Merci au journal pour avoir autorisé un pseudo tel que « DUPOND », ça rassure énormément tous ceux qui recherchent la même bienheureuse N A R C O S E. (Mais peut-être n’est-ce pas un pseudonyme ? L’intéressé pourrait-il nous PRECISER la chose ? ? )

    Répondre
  14. Dupond

    01/01/2005

    Au fait merci au journal pour avoir autorisé un pseudo tel que ADOLPHOS , ça fait bien pour l’image de la maison . Bye .

    Répondre
  15. Dupond

    31/12/2004

    Je vous souhaite à tous une trés bonne année 2005 quelque soient vos opinions sur la TURQUIE . Pour moi c’un privilège d’avoir un pays d’une telle grandeur au sein de l’Europe . Ce qui compte avant tout c’est un pas pour une alliance donc pour la paix . C’est , je pense , la plus importante décision prise par L’Union Européenne que l’adhésion de la Turquie . Je dois vous préciser que la politique menée par l’Europe est Les Etats Unis c’est un monde de paix , de sécurité pour tous quelque soit la Religion . je tiens à vous préciser que la politique menée depuis environ 80 années à Ankara est celle d’une vie à l’occidentale . Sachez que la Turquie à écarté Allah des affaires de l’Etat . C’est déja un signe qu’il y a volonté de tourner une page . C’est un pays qui n’attend pas de miracle du ciel pour un monde meilleur . L’omniprésence de l’armée est de protéger La République . BONNE ANNEE ENCORE A TOUS .

    Répondre
  16. sas

    31/12/2004

    Ala question posé:etes vous pour ou contre la rentrée de la TURQUIE dans l’europe ?? Henri kissinger (sioniste et membre du très influent CFER:foreigne concil relation office ainsi que du BILGBER GROUPPE:haute finance internationale sioniste)a répondu : « ….si je suis européen , bien sure je suis contre…mais je suis américain , donc pour… » voila une réponse claire et instructive lorsque l’on connait le passé politique de KISSINGER, à la CIA et dans les autres officines mondialistes….qui dirigent et influencent le monde…cqfd sas

    Répondre
  17. eric dugas

    31/12/2004

    Mr Lance, je comprends que vous ayez des opinions et que vous les exprimiez. Toutefois, lorsque vous avez ecrit votre article sur Arafat, non, mille fois non, je ne vous comprend pas. Vous faites l’impasse sur toute les victimes de ce terroriste, comme si une bombe dans un bus etait un moyen d’expression. Vous m’auriez parle de Gandhi ou meme de Mandela qui a passe 28 ans en prison, puis est devenu president d’afrique du sud et a laisse la place aux autres, la oui je trouve qu’il y a une attitude noble. Mais Arafat …. il n’y a qu’en france que votre message passe avec les honneurs que chirac lui a fait, chirac qui n’a meme pas voulu aller aux obseques de Reagan… Non vraiment il faut que vous m’expliquiez le lien entre tous vos articles, comme il faudrait que Guy Milliere explique le lien entre ses articles precedents et celui de son accord a l’adhesion de la turquie. Quand on aura compris, on se sentira peut etre mieux…….

    Répondre
  18. R. Ed.

    31/12/2004

    Pour daniel: il ne faut pas exagérer, il n’y a pas « encore » 60% de Maghrébins et de Noirs vivant en France. Par contre ce qui est déjà le cas c’est que 34% de la population comprise entre la naissance et 5 ans est « d’origine étrangère ». Et les chiffres sont à revoir à la hausse continuellement. Comme l’intégration (je ne parle même pas de l’assimilation)ne suit pas, on arrive à toute vitesse vers une société divisée au lieu d’être unie. Gross malheur à venir pour nos enfants autochtones. Ce sera la conversion ou le cerceuil quoique en vingt ans il peut s’en passer des choses. Un conflit majeur, le choc des civilisations, surtout si l’Occident, selon les voeux de Chirac doit accepter la venue de deux cents millions de Musulmans supplémentaires en plus de ceux qui se reproduisent chez nous à toute vitesse. « Pour commencer »

    Répondre
  19. Dupond

    31/12/2004

    Vous allez voir ça va bien se passer avec la Turquie dans l’UE . Il y a en France des Français qui sont comme moi cad POUR l’intégration de ce pays . Et chapeau Guy Milliére pour m’avoir eclairé dans ma décision .

    Répondre
  20. Pierre LANCE

    31/12/2004

    Réponse à Eric Dugas, en même temps qu’à certains lecteurs qui m’écrivent dans le même sens, en nourrissant l’illusion que j’oriente différemment mes articles en fonction de telle ou telle réaction de l’un ou de l’autre. Il se trouve simplement que nous sommes d’accord sur certains sujets et pas sur d’autres, ce qui est tout à fait banal entre personnes non stéréotypées qui prennent la peine de réfléchir. Certains lecteurs qui m’engueulent un jour ne doivent pas s’étonner d’aimer un autre jour un de mes articles, comme ils ne devront pas s’étonner d’être ulcérés par mes propos la semaine prochaine ou le mois prochain. Ils devraient plutôt rechercher le lien profond qui unit mes differents textes. Quand on a envie de contredire quelqu’un que par ailleurs on apprécie, il faut avant tout se demander : Mais pour quelle raison profonde écrit-il cela que je n’approuve pas ? Cordialement à tous et bonne année malgré tout dans ce monde chaotique.

    Répondre
  21. Thierry Orlowski

    30/12/2004

    Cher lecteurs, C’est DEJA fichu. Il suffit de rentrer dans une église puis dans une mosquée, et de constater l’age moyen des pratiquants, pour comprendre que d’ici-peu, l’islam sera la premiere religion de France et aura tot fait de devenir la premiere religion d’Europe. La France a vendu sa terre a l’Islam en échange d’une « paix » toute relative a l’égards du conflit de civilisations qui oppose l’orient et l’occident. Au train ou vont les choses, la question n’est pas de savoir si la Turquie est solvable dans l’Europe mais si l’Europe est prete a devenir une terre d’Islam… J’ai peur de répondre a cette question, j’ai peur que ce soit deja joué… Cordialement Thierry Orlowski

    Répondre
  22. daniel

    29/12/2004

    vous ecrivez « Mais qu’y-a-t-il de commun entre cette jeunesse évoluée et les paysans anatoliens islamisés jusqu’à la moëlle qui vendent leurs filles contre des moutons » en parlant des turc. Mais que dire des 60 pour cent d arabes et de noirs /chiffre non officiel/ vivant en france et consideres comme francais parce qu ayant des papiers francais ?

    Répondre
  23. T.LARGER

    28/12/2004

    si on acceptait la Turquie, on devrait appeler cela non plus europe, mais bidule (machin c’est déjà pris…)

    Répondre
  24. eric dugas

    27/12/2004

    Je remarque que depuis 2 semaines Pierre Lance commence a ecrire des articles que j’apprecie, depuis l’aveu de son amour pour arafat. Par contre Guy Milliere m’a cette fois ci laisse sur ma fin… Heureusement qu’il dit que si les europeens veulent une europe politique, la turquie n’y a pas sa place. Mais il devrait ajouter qu’il est evident que les europeens (tout au moins les dirigeants) veulent une europe politique, donc la conclusion s’impose : Guy Milliere ne veut pas de la Turquie !! Pourquoi fait il alors tant de blabla ???????

    Répondre
  25. JPESSIQUE

    27/12/2004

    Ou comment enfoncer une porte ouverte !!! Mieux vaut s’occuper de virer les turcs déja présents et qui vivent à nos crochets parceque l’Allemagne socialiste n’en veut plus, vu l’état de son économie. Après on pourra commencer à parler. Sinon pourquoi pas les turcs, les tchètchènes et les Sri Lankais, les zyldaves et tous les crève-la-faim. L’Europe élargie quoi!!!

    Répondre
  26. Jean-Claude Lahitte

    27/12/2004

    Réponse à Adolphos: l’Assemblée Nationale est devenue un vaste « Café du Commerce » où l’on discute de tout (pas seulement à la buvette où les députés qui, en public, se donnent l’air d’être des « adversaires politiques », se congratulent en se tenant par la « barbichette »). On y émet des « avis », des « voeux pieux » (pour la galerie des gogos d’électeurs), mais surtout pas question de « voter » selon son coeur ou sa conscience, selon les intérêts majeurs du Pays, et encore moins de voter contre une proposition émise par son Parti. Il n’y a qu’à voir ce qui s’est passé récemment avec la Loi sur l’Homophobie où les députés UMP qui s’étaient manifestés bruyamment »CONTRE » cette nouvelle « loi liberticide » ont finalement voté majoritairement POUR », ou, au « mieux » se sont courageusement abstenus. Les députés n’ont en vue que leur réélection, et, comme chacun le sait, avant de songer à être élu, il faut se voir accorder l’investiture du Parti auquel on appartient (pieds et poings liés, corps et âme !). Et c’est ainsi que disparaît l’âme de la véritable Démocratie, et, hélas ! celle de la France où un potentat, parce qu’il a été « élu » avec plus de 82% de voix (des « votants », faut-il le rappeler, ce qui ne lui donne aucune vréitable « majorité, après une campagne « moscoutaire », selon le mot de la journaliste Elisabeth LEVY) dirige tout, engage tout, ne réduit ni véritables inégalités (à commencer par la « fracture sociale ») ni injustice, ni même véritablement les impôts, et conduit allègrement le Pays au gouffre sous le poids d’une dette colossale (plus de mille milliards d’euros !), de la faillite de la Sécurité Sociale, des charges grandissantes, de l’incapacité de la soi-disante Education Nationale non seulement à assimiler des populations allogènes de plus en plus nombreuses, de plus en plus « allergiques » à notre culture, à notre civilisation et même à nos moeurs, mais aussi à dispenser une véritable instruction, à commencer par le B.a-Ba de la lecture, du calcul et de l’orthographe, etc. Nous sommes loin de la Turquie ? pas du tout, car tout se tient. Tout est « programmé » pour l’abaissement de la France (comme d’ailleurs de la véritable Europe) et sa dissolution dans un « magma »…Amitiés à vous et heureuse Année 200…5, comme à tous les « commentateurs » qui suivront… Jean-Claude Lahitte

    Répondre
  27. olivier trehard

    27/12/2004

    Chirac joue la Turquie,soit ! Et si l’explication n’était pas avant tout électorale. Il sait quelle est la puissance électorale montante en France.Et il en tire la conclusion qui s’impose.

    Répondre
  28. BOGUS

    27/12/2004

    Chirac – traitre

    Répondre
  29. ADOLPHOS

    27/12/2004

    Moi en tous cas, je remarque que l’Assemblé Nationale ne vote pas sur la Turquie parce que ce sont prétendument des affaires étrangéres. Mais l’Union Européenne, qui fait déja la Loi de la France, est-ce étranger ? Est-ce que, tout au contraire, cela ne regarde pas la représentation nationale ???

    Répondre
  30. Jean-Claude LAHITTE

    26/12/2004

    De moins en moins de commentaires aux « papiers » de Pierre Lance, et l’inflation chez Guy Millière. Serait-ce le commencement d’un certain consensus à l’égard du premier et de désaffection à l’égard du second ? Quoiqu’il en soit, et même si je partage à 100% les conclusions de Pierre Lance (« La Turquie n’est pas européenne! »), je me permettrai de lui rappeler que sa théorie de l’IVG comme mode de régulation des populations, appliquée sinon à l’esprit, du moins à la lettre dans notre pays, laisse un vide que comblent les « pays du sud » qui ont une démographie galopante, et permet à des « ventres » allogènes de « conquérir » l’Europe (« Nous conquérrons l’Europe avec les ventres de nos femmes ! » avait prédit Boumedienne)avec des peuples qui, dans leur grande majorité n’ont ni le désir, ni la capacité de s’assimiler, ni même de s’assimiler(1) . De même, en attaquant systématiquement le Christianisme, en refusant l’ « héritage » du Christianisme dans notre culture, et, d’une certaine façon dans nos moeurs, en dénigrant à tout propos le Christianisme,et en servant ainsi – sans doute sans le vouloir – de caution à tous les laïcards qui s’attaquent systématiquement à tout ce qui peut avoir, de prês ou de loin, un rapport avec le christianisme (je ne pense pas seulement au Sapin de Noël), il facilite l’implantation « rampante » d’un l’islam conquerrant par essence, et de tous les problèmes qui vont avec. Pierre Lance oublie avec ses théories (et j’écris cela sans mettre en doute ni sa sincérité, ni son intelligence, ni sa même « voyance ») que tous les hommes, tous les peuples, ne sont pas au même degré de « conscience » et que, en définitive, c’est toujours les masses qui l’emportent. Surtout celles qui sont entraînées et fanatisées par d’autres « consciences » qui n’ont pas son désintéressement. C’est pourquoi (et j’écris cela parce que je suis moi-même catholique pratiquant, mais ni sectaire, ni obtus !), il me paraît souhaitable que quelle soit leur croyance (agnostiques, athées, ou croyant) tous les « Gaulois » dont parlait Pierre Lance la semaine dernière devaient se déclarer CHRETIENS face à l’islam. Que cela plaise ou non, nous les Gaulois, les « indigènes » de ce pays, nous avons hérité de nos aïeux le Christiansime en tant que Culture, Art et moeurs et nous devons l’assumer… C’est là mon voeu le plus cher que j’aimerais faire partager à toutes celles et tous ceux qui refusent, avec l’entrée de la Turquie dans l’Europe programmée par CHIRAC, BUSH, SHARON, BLAIR…, de voir disparaître notre « héritage » culturel avec l’implantation de 25% de « musulmans » (qui le refusent par avance) comme nous l’annonce sans crainte leur « prophète » Guy MILLIERE. Bonne année malgré les nuages qui s’amoncellent, en rappelant aux « innocents » qui veulent croire à la promesse qua, dans 1o ans, dans 15 ans, ils pourront décider du « sort » de la Turquie,que nos gouvernants avaient essayé de nous faire croire que le « nuage » de Tchernobyl s’était arrêté sur les Alpes. Ce n’est parfois que des années après que se révèlent certaines nocivités. Jean-Claude Lahitte

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)