La Turquie vers une restauration du califat

Posté le 15 mars , 2017, 10:00
4 mins

Recep Tayyip Erdogan est en passe de réussir son pari : après bientôt 15 ans à la tête de la Turquie, il met la dernière main à une sorte de restauration du califat qui ne dit pas son nom.

On sait que l’homme, chef du Parti de la justice et du développement (AKP), a lutté pendant toute sa vie politique contre les réformes « laïques » de Mustafa Kémal et fortement contribué à la réislamisation de la Turquie.

Tout a servi cet objectif ultime : des résultats électoraux au coup d’État suspect de cet été qui entraîna une répression massive (et manifestement préparée d’avance).

Il travaille actuellement à une réforme constitutionnelle de grande ampleur, visant à doter le président de davantage de pouvoirs.

Un chef d’État doté de la plupart des pouvoirs et une Turquie islamisée, voilà bien une restauration clandestine du califat.

En réalité, la Turquie kémaliste n’était pas le havre de paix et de modernité qui fut si souvent chanté par les Occidentaux.

D’abord, je n’oublie pas que les futurs cadres du kémalisme, à commencer par Atatürk lui-même, furent longtemps très proches des Jeunes-Turcs, ces fanatiques qui organisèrent le génocide des Arméniens et de bien d’autres chrétiens de l’empire ottoman.

Il est vrai que leur commune adulation pour l’idéologie maçonnique fit protéger longtemps les Jeunes-Turcs par les radicaux-socialistes français.

Qu’importent les massacres pourvu qu’on ait la « modernité », n’est-ce pas ?

Par ailleurs, la laïcité turque, si souvent chantée, là aussi, par les dirigeants occidentaux, n’avait pas grand-chose de commun avec la nôtre, pour la simple et bonne raison que la laïcité, c’est-à-dire la distinction entre les pouvoirs spirituel et temporel, n’a de sens que dans le cadre du christianisme.

Mais nos dirigeants se gargarisent si facilement de mots que l’on put entendre, encore récemment, comparer l’AKP à la démocratie chrétienne !

Alors que, même dans la Turquie kémaliste, les imams étaient recrutés par l’État, et que l’AKP continue à chanter : « Les mosquées sont nos casernes, les citoyens nos soldats, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes »…

Depuis quelques semaines, le torchon brûle entre la Turquie et plusieurs pays d’Europe à propos de la réforme constitutionnelle dont je parlais plus haut.

Comme le référendum sur cette réforme s’annonce serré, les ministres d’Erdogan font campagne dans les diverses diasporas turques en Europe.

Plusieurs pays, notamment l’Allemagne et les Pays-Bas, ont refusé de tels meetings politiques et une telle propagande islamiste sur leur territoire.

À chaque fois, Ankara hurla au nazisme.

Pourtant, ces gouvernements ont parfaitement le droit de refuser de se laisser insulter sur leur propre sol par des ministres étrangers, encouragés par des citoyens turcs qui profitent largement de l’économie et de la prospérité européennes.

Comme par hasard, le gouvernement Hollande, lui, ne vit aucun inconvénient à de telles manifestations.
Benoît Hamon a même pu se réclamer des Lumières (mais oui !) pour revendiquer une sorte de droit inaliénable à promouvoir une idéologie particulièrement obscurantiste.

Peut-on raisonnablement espérer que cette évolution de la Turquie vers un retour au califat réveille enfin les Européens et pousse à la rupture des négociations d’adhésion à l’Union européenne ?

Rien n’est moins sûr. Nos dirigeants sont si ignorants en matière d’histoire, de religion et de civilisation, qu’ils ne voient toujours pas de différences entre la Turquie et nous !

8 Commentaires sur : La Turquie vers une restauration du califat

  1. Karl Heinz Lammerding

    16 mars 2017

    Formidable cet Erdogan : il discrédite avec une rare maestria l’ adhésion à l’ UE.
    Merci pour tout mon Erdo

    Répondre
  2. Jaures

    16 mars 2017

    Quand on regarde ce qui s’est passé aux Pays-Bas, on se demande qu’est-ce qui a le plus servi les intérêts d’Erdogan. Celui-ci s’est servi des interdictions pour adopter un discours nationaliste qui sert sa popularité. Du côté hollandais, cette hostilité affichée a sans doute aidé M.Rutte à remporter les élections.
    En France, le meeting du ministre turc a réuni quelques centaines de personnes, n’a provoqué aucun trouble ni incident. Il n’y avait légalement aucune raison de l’interdire.

    Répondre
  3. FREI

    16 mars 2017

    L’islam n’étant pas une religion mais une idolâtrie (d’inspiration satanique) dont le but est de servir de camouflage et de justification à la conquête du pouvoir politique absolu au profit de quelques uns , l’évolution de la Turquie n’est pas une “dérive” mais une issue normale pour un pays islamique .

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      16 mars 2017

      lorsque les commentaires, et certains articles, auront philosophiquement dépassé le stade du ” pipi caca “, les ” 4 V² ” pourront alors exprimer une pensée libre et adulte

      Répondre
      • FREI

        16 mars 2017

        Contrairement à ce que vous exprimez , en termes élégants , il se trouve que j’ai quelque peu dépassé le stade anal . Au nom de quoi , vous-même d’ailleurs , pensez vous avoir le privilège d’une pensée libre et adulte ? A quoi croyez vous ?

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          16 mars 2017

          dire que l’ Islam est ” d’ inspiration satanique ” manque cruellement d’ inspiration

          démontrer par la seule Raison de l’ Histoire que l’ Islam wahhabite est un système politico- militaro-religieux totalitaire est amplement suffisant pour faire comprendre aux hommes libres de culture occidentale qu’ il est , pour eux, un véritable danger ; pas besoin d’ avoir recours à des élucubrations ésotériques pour ” initiés ” ( sic ) … cela nuit à la … démonstration

          Répondre
          • FREI

            16 mars 2017

            Merci de votre réponse davantage digne d’une pensée libre et adulte .Cela dit , c’est l’idéologie islamique qui est , par elle-même , un danger politique existentiel pour nos pays et pas seulement le wahabisme .Et , désolé , dire qu’il ya une inspiration probablement satanique , ce n’est pas de l’ésotérisme mais une recherche patiente sur les vraies origines de l’islam , doctrine imaginée par des hommes à la suite de Mahomet et qui a , entre autres sources , repris des éléments du paganisme satanique qui préexistait en Arabie .
            Allah n’est pas Dieu mais son opposé ; et lors de l’assassinat du père HAMEL , alors que son meurtrier criait le “Allah Akhbar” bien connu , le père Hamel s’est écrié :” arrière Satan” , répudiant dans ce cri tous les espoirs non tenus du dialogue pseudo religieux qu’il avait entretenu avec les musulmans de sa ville .

  4. balaninu

    15 mars 2017

    Pauvre, mon pauvre pays, pour lequel mes aïeux donnèrent leur sang pour que nous restions français… que ce soit 1870, 1914, 1939, les miens ornent les stèles aux souvenirs de ceux qui tombèrent aux champs de bataille….. sans pour cela oublier, celle de 1962… et mes prières montent vers le Ciel, pour que s’arrête là la bêtise humaine….
    Décidément, la terreur continue, ceux qui devraient être doués de raison ne le sont pas, et s’allient avec l’ennemi. Que Dieu dans sa clémence nous garde !
    Envoyez vos Saints Anges Ste Vierge Marie, pour terrasser les démons et les refouler dans l’abîme….

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)