La vérité sur la situation en Irak

Posté le avril 24, 2004, 12:00
6 mins

La presse française nous avait habitués à biaiser l’information concernant la situation en Irak, mais je dois dire que ces derniers temps, elle s’est surpassée. Sachant que tous n’ont pas accès aux informations disponibles dans le reste du monde mais qui s’arrêtent mystérieusement aux frontières de ce pays, j’entends ici, une fois de plus, rectifier quelques-unes des contre-vérités et des inepties les plus flagrantes :

1. Non, les États-Unis et leurs alliés ne sont pas dans un « bourbier » en Irak : ce mot ne s’appliquait pas, il y a un an, il ne fait toujours pas sens. La situation reste globalement ce qu’elle était voici trois ou quatre semaines. 95 % du pays vit en paix, avec des conditions de travail, d’approvisionnement en nourriture, en médicaments, en eau et en électricité qui ne cessent de s’améliorer et avec, pour la première fois depuis longtemps, une libre parole et une presse libre. Être parvenu à ce résultat en un an est une prouesse qui devrait valoir des éloges à l’administration Bush, et non l’indigent recyclage de fantasmes éculés.

2. Oui, il y a eu l’attaque et le meurtre atroce de civils américains à Fallujah, nid de vipères baasistes non pacifié. Fallujah n’est pas tout le territoire sunnite, et le meurtre susdit a fourni l’opportunité pour les marines d’encercler Fallujah et d’y mettre hors-jeu ceux qui s’y sont retranchés : d’anciens baasistes et des gens d’Al Qaïda infiltrés vraisemblablement depuis la Syrie. On est très loin d’un « embrasement généralisé ». Le règlement définitif de la question est affaire de quelques jours, moins d’un mois selon toute apparence. Ceux qui sont dans Fallujah ne sont pas des résistants, mais des totalitaires qui ne veulent pas de l’installation d’un gouvernement décent à Bagdad. La population irakienne en toutes ses composantes préfère la décence, comme l’ont montré les résultats des 17 élections municipales réalisées dans diverses villes du pays.

3. Moqtada al-Sadr n’est en aucun cas représentatif des shiites irakiens. Il incarne une frange très minoritaire, très extrémiste, partisane d’une république islamique à l’iranienne. Il a été soutenu par le Hezbollah avec qui il a des liens étroits et par la faction la plus dure du régime de Téhéran. Il a tenté un putsch. Il a perdu. Il sera éliminé de la vie politique et religieuse irakienne dans de brefs délais, par la coalition, ou par les shiites eux-mêmes. Ils savent en effet que Sadr est impliqué dans l’assassinat d’un ayatollah modéré. Ils suivent en outre celui qui est leur dirigeant incontesté, l’ayatollah Sistani, partisan de la démocratie et de la séparation de la religion et de la politique.

4. La vague d’enlèvements qui s’est opérée a eu toute l’allure du comportement frénétique et désespéré de gangsters en fin de partie. Tous les enlèvements ne connaîtront vraisemblablement pas une fin heureuse, hélas, mais ils ne font aucun sens en termes de stratégie politique ou militaire et conduisent leurs auteurs à s’enfoncer un peu davantage dans l’impasse où ils sont déjà.

Comme George Bush l’a dit lors de sa conférence de presse du 14 avril, la passation du pouvoir à des autorités provisoires irakiennes aura bien lieu le 30 juin. Ces autorités provisoires organiseront des élections démocratiques. Le résultat que les agités de ces derniers jours ne voulaient à aucun prix sera atteint et représentera une avancée immense pour le monde arabo-musulman.

L’armée américaine et les troupes de la coalition ne pourront pour autant pas se retirer. Les régimes syriens et iraniens savent qu’ils ne pourront rester ce qu’ils sont aujourd’hui si l’Irak devient effectivement et pleinement ce qu’il est en train de devenir. L’Irak ne pourra devenir décent que si la décence fait tache d’huile dans la région. La population irakienne n’aura confiance dans le futur que si elle se sait à l’abri des risques de retour à la loi du plus criminel. L’ONU pourra jouer un rôle dans la mise en place d’institutions démocratiques ; les États-Unis n’y ont jamais été opposés. Elle ne peut se substituer à l’action militaire de la coalition. Un second mandat de Bush permettra de parachever positivement l’œuvre entreprise.

17 réponses à l'article : La vérité sur la situation en Irak

  1. aya

    27/01/2006

    Janvier 2006 Oufffff!!!! J’aurais lu de tout sur le net, aussi débiles les uns que les autres. Mais vous, je vous donne la palme. Féliciter Bush et quoi encore… vous délirez…euh…un ptit coup de trop sur la tête, avez-vous reçu, non?? J’espère que vous avez changé depuis 2004. . Nous faisons face à un péril et il n’est pas jaune. Il est dessiné de 50 étoiles et un fou texan avec ses bottes de peau d’alligators et serties de crocs de serpents à sonnette ayant l’index sur le mot détruire, se dit commandant en chef. C’est étrange comme l’histoire nous rattrape, ça ressemble curieusement aux mêmes comportements d’antan, avec la soumission que faisait preuve le monde dans les année 1938 et plus et quelque chose du genre (j’étais pas encore au monde, oufff). Pas grave, les besoins de son peuple surtout les plus pauvres il s’en fout, l’assurance maladie pas ses préoccupations, la prospection pétrolière en Alaska (faut faire plaisir à ses amis si on veut rester au pouvoir), le réchauffement du globe, il en a rien à faire. Pas grave, chauffer au charbon et le smog envoyé chez le voisin du nord. Pas grave, femmes et enfants et hommes irakiens tués, au phosphore ca laisse juste les os, ça ne vaut pas la vie d’un américain. Et là à qui le tour, ils ont soif de sang, l’Iran, le prochain et quand ils auront bu assez ça sera nous pour notre eau et un autre pour son bois, allélouia tout ça au nom de Dieu, wow!!!! Vous me faites, vous et les autres qui pensent encore ainsi, vomir. Un jour quand vous comprendrez, il sera trop tard malheureusement. Aya

    Répondre
  2. ghaoui

    29/07/2005

    Guy Millière est peut être plus grand menteur que BUSHERIE.

    Répondre
  3. Gaia

    08/05/2004

    Hypnos (et ses amis) Ton argumentation est interessante mais elle est si carrée et orientée qu’il semble hélas que tu n’utilise qu’un seul hémisphère de ton cerveau… Serait tu militaire, banquier? Tu t’acharne tant à défendre le diable, qu’à limage de G. Bush, on se demande comment tu arrive à faire tenir tout ca debout. Pourquoi jouer les gourous de la géopolitique et défendre l’arrogance des USA. Si on déteste le gouvernement Bush c’est juste parce qu’on à pas la même vision de l’avenir. Et on a quand meme le droit d’attendre autre chose de la part de la plus riche nation de la planète. Bref, faut bien apprendre à vivre sur la meme planète…

    Répondre
  4. Pulpipi

    08/05/2004

    Très très fort… Certes, J’ai parfois l’impression que la presse française oriente un peu l’information. En cela je rejoins l’auteur. Mais là…. Cet article mets une chose en évidence: Monsieur Milliere est certainement le plus grand pro-américain que le monde a jamais connu. l’article est du 30/04 et je ne le lis que le 08/05… Votre article Monsieur Milliere dénote un peu avec les dernière news.

    Répondre
  5. chevalier de la Liberté

    30/04/2004

    une encyclopédie qui bien sûr ne fait que citer un morceau phrase datant d’une époque fort lointaine, un certain 29 avril de l’an 2004

    Répondre
  6. chevalier de la Liberté

    30/04/2004

    « il s’agit de comprendre que la guerre en Irak est une nouvelle étape en direction de la colonisation du Moyen-Orient, c’est tout. » Citation tirée de « Entre Apogée et Décadence de la civilisation grecque à l’époque paleo-dythrambienne, an 1528 de l’ère oechrydiaque, analyse globale d’une situation donnée appliquée à une mentalité de type D-43 et essai de clarification et de précision sur des concepts fondamentaux ayant trait audit type. », quatrième volume, 3779

    Répondre
  7. Sous-Commandant Marco

    29/04/2004

    Vous vous trompez du tout au tout à mon sujet. Je suis au contraire un farouche partisan du capitalisme, du libéralisme et de la mondialisation dite « néo-libérale ». J’enrage de voir la France aux mains de Attac, José Bovin, des socialistes et autres étatistes. J’enrage aussi de voir le libéralisme servir de prétexte à des mouvements qui n’ont rien à voir, comme les souverainistes. Le capitalisme, ce n’est nullement la collaboration entre l’Etat et les enteprises, comme ce que l’on connait en France et maintenant aux USA. Bush et les néo-conservateurs, dont j’ai déjà expliqué qu’ils sont des étatistes tendance protectionnistes, sont en fait des ennemis du libre-échange et de la liberté. En témoigne la condamnation récente des USA par l’OMC au sujet des subventions à la production de coton. En témoigne aussi le soutien de Ronald Reagan et de Bush père à la dictature irakienne à partir de 1982, la visite de Rumsfeld à Bagdad en 1983 et la vente de composants pour des armes nucléaires, chimiques et biologiques jusqu’en 1990. Quant aux arguments sur la préparation des attentats en Jordanie, je croyais que l’Irak était « administré » par les Américains depuis avril 2003. Si les différents terroristes ont pu récemment passer des explosifs depuis l’Irak, il y a effectivement de quoi se poser des questions sur d’éventuelles complicités, surtout au vu de l’évolution de la Jordanie, plutôt proche des Etats-Unis et qui a semblé récemment prendre ses distances avec la politique américaine. Toutes les prétendues preuves de complicité entre Saddam et Al-Qaeda se sont effondrées, vous le savez bien. Quant aux ADM, les experts peuvent babiller tant qu’il veulent, on n’en a jamais retrouvé non plus. Scott Ritter, inspecteur des Nations Unies, a indiqué que l’Irak avait à peu près tout détruit après 1998. Il dit aussi que Bush est est ou prétend être un fanatique religieux, je suppose que cela vous servira de prétexte pour le ridiculiser lui aussi. Il ne s’agit nullement de prendre la défense de Saddam Hussein, il s’agit de comprendre que la guerre en Irak est une nouvelle étape en direction de la colonisation du Moyen-Orient, c’est tout.

    Répondre
  8. HyPNOS

    28/04/2004

    Sous-commandant, Vos arguments sont hélas biaisés par votre volonté de voir en G.W. Bush un affairiste sans foi, ni loi, capable du plus grand machiavélisme que cette planète aurait porté. Vous semblez intelligent et cultivé… et pourtant, vous faites preuve à votre tour d’indigence intellectuelle. -Comparer l’irak au liban ou encore au viet-nam (comme je l’ai aussi entendu)est la preuve d’un esprit faible et ignorant de l’histoire. – Voir en Bush un homme sans foi ni loi, aveuglé par l’argent et « allié de ben laden », c’est ne faire preuve d’aucune capacité d’analyse ou de réflexion. Votre discours ressemble à la propagande habituelle imprimée sur notre pravda quotidienne. Je pense au contraire que vous faites partie de ces gens qui vouent une haine sans limite au capitalisme et font de Bush, le bouc émissaire de la mondialisation; de ces gens qui pensent encore que le capitalisme est le responsable de la misère et du terrorisme dans le monde; de ces gens qui aimeraient voir les américains échouer en irak, les mêmes que ceux qui, il y a un an, prédisaient la résistance héroïque de bagdad et de saddam face à l’envahisseur américain… No comment. Parler de l’absence d’AMD en irak et surtout faire référence à une rumeur d’introduction d’AMD par les américains, voilà que la théorie du complot et ses colporteurs imbéciles refont surface !! (voir article du Monde du 2-01-04 : http://www.eriksvane.com/indexfr.htm) Finalement, votre pseudo est bien choisi, sous le masque de la nuance et de l’intelligence, transparaissent des arguments débiles de complots et des propos d’anti-américains primaire. Pour conclure, je tiens juste à relever un fait censuré par la presse TV hier, qui s’est contentée de parler d’un attentat déjoué par les autorités jordaniennes, minimisant les potentialités destructrices de leurs auteurs. La réalité est autre. la télévision d’Etat jordanienne a diffusé lundi soir la confession d’un homme présenté comme le chef de la cellule terroriste qui préparait les attentats, un certain Azmi al-Jayoussi, celui-ci entretenait des liens étroits avec Al-Zarqaoui, membre influent d’al quaida, rencontré en afghanistan et en irak. Ce dernier aurait donné de l’argent (170.000 dollars) et pourvu les 20 000 kg de produits chimiques et explosifs destinés à tuer 80.0000 personnes et à en blesser 160.000 autres. 1ere réflexion : pourquoi et comment se sont-ils rencontrés en Irak, alors que saddam était soi-disant farouchement opposé à al-quaida ? 2eme réflexion : d’où proviennent les 20 tonnes d’armes de destructions massives ? sinon de l’irak toute proche ? Encore une fois, la presse française nous montre son peu d’objectivité en la matière. Heureusement, les faits sont plus forts, ils démontrent le mensonge quotidien dont on nous abreuve. Pourquoi ces deux monstres ne se sont-ils pas rencontrés par exemple en syrie ou en palestine ? Comment se procurer 20 tonnes d’armes chimiques sans complicité gouvernementales ? Il est évident que saddam ne pouvaient ignorer ce genre de chose et que les liens de l’irak avec le terrorisme international ne sont plus à démontrer. Enfin, et je termine vraiment voici le contenu de l’article du Monde du 2.02.04 => « Thérèse Delpech, chercheur au Centre d’études et de recherches internationales et commissaire auprès de l’Unmovic, rappelle à cet égard quelques éléments contenus dans le rapport du 6 mars 2003 de l’Unmovic. « Les inspecteurs n’ont jamais pu vérifier ce qu’il était advenu de 3,9 tonnes de VX (…) dont la production entre 1988 et 1990 a été reconnue par l’Irak. Bagdad a déclaré que les destructions avaient eu lieu en 1990 mais n’en a pas fourni de preuves. En février 2003 (…) un document a été fourni -par Bagdad- à l’Unmovic pour tenter d’expliquer le devenir d’environ 63 % du VX manquant. Auparavant, les Irakiens prétendaient ne pas détenir un tel document. » Idem pour l’anthrax, dont l’Irak affirmait avoir détruit le stock en 1991. Mais, « en mars 2003, l’Unmovic concluait qu’il existait toujours, très probablement, 10 000 litres d’anthrax non détruits par l’Irak… Comme pour le VX, l’Irak a fourni à l’ONU, en février 2003, un document sur ce sujet qui ne pouvait permettre de conclure quelles quantités avaient été détruites ». Les mêmes interrogations continuent de se poser concernant les missiles Al-Samoud-2, les 6 256 bombes aériennes que l’Irak a finalement admis ne pas avoir utilisées durant la guerre contre l’Iran, de 550 obus d’artillerie qui manqueraient toujours à l’appel et d’une trentaine de bombes biologiques. Chargé de tirer les conclusions de l’affaire des ADM irakiennes, Leonard S. Spector, directeur adjoint du Center for Nonproliferation Studies du Monterey Institute of International Studies, souligne que les découvertes qui seront faites sur les ADM auront un impact considérable, tant pour la crédibilité des services de renseignement américains et britanniques que pour l’efficacité des inspections internationales et des contrôles à l’export ou encore sur l’utilité des ADM pour des puissances régionales et sur la sécurisation des programmes ADM adverses pendant et après un conflit. »

    Répondre
  9. Ryan

    28/04/2004

    Manifestement, nous avons ici un problème d’information. Du côté français, on se délecte des difficultés des GI en Irak en affirmant que c’est la catastrophe. De l’autre côté, Monsieur Millière et d’autres affirment que la plus grande partie de l’Irak est pacifiée à 95 %. Il serait intéressant par conséquent d’obtenir les sources de ces diverses informations pour éviter un écart aussi flagrant! Il est évident que ce n’est pas en lisant la presse française ou en regardant la Fox que l’on aura les réponses souhaitées. Olivier a donné l’adresse d’un très bon site suisse. Il faudrait que Sylvester Staline et le sous commandant Marco nous fassent également part de leurs sources afin de nous éclairer un peu. Pour finir, question de vocabulaire : le bourbier, mot si cher aux anti-américains et relayé par nos médias partisants (à lire  » la guerre à outrances » de Alain Hertoghe, pour comprendre comment nos médias nous ont désinformés sur le conflit Irakien), a été utilisé lors de la guerre du Vietnam. Or, en terme de morts, nous avons quelques centaines de morts américains en Irak et plus de d’une cinquantaine de milliers au Vietnam. L’utilisation de ce mot, employé depuis le début du conflit alors que la situation n’était pas aussi dangereuse (preuve qu’il est utilisé à tort et à travers pour discréditer les USA), semble donc bien exagérée…

    Répondre
  10. Tatanagas2

    28/04/2004

    En politique comme en toute autre chose nous sommes maintenant, nous Français, tout à fait habitués à la partialité des gouvernements et des journaux Français. Il n’y a pas semble-t-il de remède à cette faiblesse de nos journalistes. Ils sont ainsi et il faut faire avec. Heureusement qu’avec Internet on peut avoir accès à la presse étrangère. Ceci dit, toute politique et en particulier l’américaine, se juge aux résultats. Et à cet égard, je suis convaincu que dans quelques mois, nos critiques invétérés des américains seront bien marris lorsqu’ils verront la solution irakienne émerger. Toutefois, s’agissant d’un pays du Moyen Oorient, il ne faut pas s’attendre à des miracles. Il suffira que la paix s’installe dans le pays et que l’activité éconiomique reprenne.

    Répondre
  11. Sous-Commandant Marco

    27/04/2004

    Heureusement que Mr Milliere est là pour faire contrepoids, en magnifiant la propagande de Fox News! Témoin cette idée ridicule que Fallujah serait un nid de baasistes. Même Fox News n’ose plus se discréditer avec cette outrance. Fallujah, qui était plutôt brimée sous Saddam, s’est retournée contre les Etats-Unis fin avril 2003 lorsque 15 civils ont été tués par les Américains pour avoir manifesté contre l’occupation. De façon générale, les Américains, par leur incompétence à rétablir la sécurité et les humiliations qu’ils font subir, ont perdu la confiance des Irakiens. Ceux-ci ne tolèrent l’occupation que par crainte du pire qui résulterait de leur départ. Bien piètre exemple de « démocratie et de liberté », qui sont d’ailleurs devenues des sujets de plaisanterie en Irak. Le seul point où je suis à peu près d’accord avec cet article, c’est sur le caractère limité des différentes insurrections, sunnite à Falloujah, chiite à Najaf et ailleurs. Vous dites qu’il faut féliciter George Bush des progrès accomplis en Irak. Attitude typique des étatistes et des souverainistes bêlants: « si l’économie va bien, c’est grâce à moi, si elle va mal, c’est la faute des autres. » (choisissez votre bouc émissaire: l’Europe, les USA, Al Qaeda, la monnaie, etc…) L’économie irakienne fait des progrès surtout grâce à la levée des sanctions économiques (imposées par les USA) et à l’optimisme et au travail des Irakiens. Les Américains, qui ne contrôlent à peu près rien, sauf quelques points stratégiques, les lignes de communication et les bunkers dans lesquels ils se réfugient, n’y sont donc strictement pour rien. En revanche, les Américains, puissance occupante, sont responsables de la sécurité. Or c’est un fait que celle-ci s’est considérablement dégradée. Les Irakiens n’osent guère sortir de chez eux. Il paraît qu’il y aurait plusieurs centaines de morts par armes à feu chaque mois, rien qu’à Bagdad. Faut-il féliciter George Bush? Est-ce, comme la propagande de la NRA voudrait le faire croire, un succès de la liberté de porter des armes et de se défendre contre les malfaiteurs? Que les régimes syriens et iraniens n’aient pas intérêt au succès américain, c’est une évidence. Mais si vous regardez une carte, même ancienne, vous verrez que la Syrie et l’Iran ne se sont pas subrepticement déplacés dans la région. Les Etats-Unis auraient dû savoir qu’il auraient affaire à leur influence. Il faut donc mettre cet échec relatif sur l’ignorance cupide de leur président qui, bien planqué pendant la guerre du Vietnam et qui n’avait je crois jamais été au Moyen-Orient avant d’être élu, ne comprend pas grand chose à la politique internationale. Vous répétez, comme George Bush (qui répète aussi que Saddam avait des armes de destruction massive, c’est dire s’il est crédible), que la guerre en Irak est motivée par la démocratie et la liberté. Pourquoi ne pas avoir commencé par les différents régimes dictatoriaux, soutenus à des degrés divers par les USA? Pourquoi ne pas commencer par l’Arabie Saoudite, d’ou venait l’immense majorité des terroristes du 11 septembre? La réponse est évidente: pourquoi lâcher la proie (le pétrole) pour l’ombre (un régime peut-être moins dicatorial mais dont on ne sait pas s’il serait aussi favorable aux Américains)? Au sujet des armes de destruction massive, la rumeur court que les Américains sont en train de les introduire en Irak, afin de les trouver par miracle quelques semaines avant les élections. Rappelez-vous que vous l’aurez lu ici, si cela se produit. La meilleure preuve que les Américains sont dans un bourbier, c’est le bilan de leurs morts: plus de 110 depuis le début du mois d’avril, le mois de loin le plus meurtrier depuis le début. Les deux premières semaines d’avril ont été les plus meurtrières pour l’armée US, depuis la guerre du Vietman. D’où la comparaison avec cette guerre, qui me paraît d’ailleurs erronée. En fait tout ceci ressemble de plus en plus au Liban: un pays composé de multiples communautés, avec un gouvernement faible ou inexistant, des voisins qui y exercent leur influence néfaste, les puissances occidentales qui s’en mêlent. Avec en plus d’énormes ressources naturelles qui attisent la convoitise et une population 10 fois plus importante. Il ne peut à mon avis rien sortir de bon de tout cela avant de nombreuses années. George Bush et sa clique, en laissant accroire que la démocratie et la liberté peuvent naître, telles des champignons, d’un déluge de bombes, jouent contre leur propre camp. Les contre-exemples de l’Afghanistan, de Guantanamo, de l’Irak jettent le discrédit sur la démocratie occidentale, qu’il faudra des années à réparer. Bin Laden peut bien se frotter les mains. C’en est à se demander si, comme les liens entre la famille Bush et des financiers d’Al Qaeda au cours des années 80 le laissent penser, Bush et Bin Laden ne jouent pas dans la même équipe. Pour ma part, j’en suis de plus en plus convaincu. Même l’arrestation de Bin Laden ne me ferait pas changer d’avis car, depuis ce qui est arrivé à Noriega, puis Saddam, je sais qu’il est Ô combien important pour les dictatures d’avoir des idiots utiles.

    Répondre
  12. sylvester staline

    27/04/2004

    combien la CIA vous rétribue pour déballer autant de conneries? Il faut vraiment être néo-con pour croire que la situation en Irak est à 90% pacifiée.

    Répondre
  13. olivier

    25/04/2004

    Un excellent site d’informations sur les conflits de ce monde, et une vision bien différente de la situation irakienne, par des professionnels du métier des armes. http://www.checkpoint-online.ch/

    Répondre
  14. Pangloss

    25/04/2004

    « l’ayatollah Sistani, partisan de la démocratie » Mais… Mais… Comment peut-on qualifier un tel personnage de partisan de la démocratie ? N’est-ce pas se voiler la face devant le caractère totalitaire de l’Islam actuel et entretenir la légende dorée d’un Islam tolérant ? Sans une réforme de fond en comble lui permettant de regarder en face ses démons, l’Islam représentera toujours un danger mortel pour notre Occident démocratique. Ce n’est pas avec de bonnes paroles politiquement correctes que l’on résoudra les problèmes ! Si même Guy Millière adopte une ligne d’apaisement, à qui se fier ?

    Répondre
  15. SOUVENIR

    25/04/2004

    S’il y a quelque chose qui démontre bien la pertinence d’une intervention militaire en Irak, c’est bien ce qui s’y passe aujourd’hui. Une population, fanatisée par l’échec et par la haine, qui dépèce ceux qui la libère constituait un danger pour l’humanité alors qu’elle était livrée au mains d’un dicteur retors et mégalomane. Se réjouir des difficultés que rencontrent les Américains, comme le fait la presse française, me rappelle la joie des journaux pétainiste et collabos lors de l’échec du débarquement allié à Dieppe en 1943. On en a fussillé à la libération pour moins que ça.

    Répondre
  16. maxime figarol

    24/04/2004

    Il est vrai que cet article apporte une vision novatrice de la situation actuelle en Irak. Cependant peut on se mettre à la place de la population irakienne pour ce qui est du résultat des futures élections alors qu’il est déjà bien compliqué de faire des projections dans les pays occidentaux? De plus le manque de stabilité actuel en Irak ne laisse pas forcément présager un avenir optimiste pour la région dans son ensemble. Les Irakiens sont plus libre c’est vrai, mais ils ne sont pas plus en sécurité. Du reste j’ai peine à croire que les média français soient si peu objectifs. On ne voit pas de commentaires anti-américains mais une situation décrite de manière objective.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)