L’aberrante politique turque de la France socialiste

Posté le juillet 25, 2016, 3:24
6 mins

Depuis plusieurs jours, la Turquie est en effervescence. Un putsch manqué, organisé, semble-t-il, par une partie de l’armée, dans la nuit du 15 au 16 juillet, a été l’occasion d’une purge de grande ampleur sans doute sans précédent dans l’histoire turque depuis le fameux massacre des janissaires ordonné par le sultan Mahmoud II en 1826.

Des milliers d’officiers, mais aussi des milliers de magistrats et d’universitaires, ont été « raflés ».
Il se murmure que les listes de proscription existaient avant le putsch lui-même – ce qui semble vraisemblable, compte tenu de la rapidité et de l’ampleur de la réaction du nouveau « sultan » Erdogan.

En tout cas, ces soubresauts de la politique turque manifestent à la fois la ferme volonté politique d’Erdogan d’écarter toute dissidence et, beaucoup plus grave, la nullité de la politique étrangère de l’Union européenne en général, et de la France en particulier.

Il est d’abord remarquable que toutes les puissances occidentales aient, instantanément, alors même que l’on ignorait si le putsch avait des chances de réussir, soutenu Erdogan, prétendu garant de la stabilité du pays.
Si l’on veut bien se souvenir du double jeu mené longtemps par le gouvernement néo-ottoman de ce personnage dans la région, et tout spécialement en opposition au régime syrien et en soutien plus ou moins discret à l’État islamique, on mesure la portée de cette « stabilité ».

Imagine-t-on qu’en 1942, Roosevelt ait déclaré qu’il fallait soutenir le IIIe Reich pour éviter que l’Europe ne sombre dans le chaos ?

Qu’Erdogan soit, semble-t-il, partiellement revenu de ses erreurs et de son soutien à l’État islamique ne peut le dédouaner de ses responsabilités. Pas davantage que le fait qu’il partage, hélas, cette terrible responsabilité avec bon nombre de puissances occidentales, à commencer par les États-Unis.

Mais l’Europe refuse d’entendre ce que le nouveau sultan ne cache nullement. Elle demeure empêtrée dans sa conception de « l’Europe faiblesse », qui semble avoir remplacé le mythe de « l’Europe puissance » dans l’esprit de nos dirigeants. À en croire les dirigeants de l’UE et ceux de plusieurs États membres, notamment les six États fondateurs, l’Europe doit montrer au monde le fascinant exemple de puissances qui choisissent elles-mêmes de se saborder.

Curieusement, personne ne paraît pressé de suivre ce stimulant modèle ! En tout cas, pas Recep Tayyip Erdo­gan… Naturellement, que le modèle européen ne soit pas universellement salué et copié perturbe nos sages gouvernants. Et ils ne savent trop comment « gérer » le cas Erdogan.

Après avoir salué en lui l’homme fort, garant de la stabilité « démocratique » dans la région, ils critiquent sa répression.

Les dirigeants européens ont même menacé la Turquie de rompre les négociations d’adhésion si elle rétablissait la peine de mort. Car, pour adhérer à l’UE, il n’est pas utile d’être situé en Europe, mais il faut refuser la peine de mort ! Naturellement, Erdogan a dit aux Européens de se mêler de leurs affaires… et ces derniers sont rentrés à la niche !

Notre diplomatie du sentimentalisme et du droitdelhommisme est décidément remarquablement nuisible.

La Turquie est en train de se rapprocher de la Russie (ce qui explique pourquoi Erdogan n’accuse pas du putsch les kémalistes, qui le soutiennent, mais son ancien allié, Fethullah Gülen, très hostile à l’alliance Anka­ra-Moscou). Quant à nous, nous sommes incapables de dire quel est notre intérêt national dans cette région. Preuve de cette politique de Gri­bouille, tantôt nous soutenons Al Qaï­da par amour de la démocratie, tantôt nous le bombardons…

Il était de bon ton, naguère, de moquer la politique arabe de la France. Du moins y avait-il une politique. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Bien que nous n’ayons que la « diversité » à la bouche, nous sommes incapables de discuter avec des gens qui ne pensent pas comme nous. Nous avons stupidement rompu les relations diplomatiques avec Damas. Nous avons imposé des sanctions économiques à Moscou. Nous sommes en train de nous brouiller avec Ankara. Après avoir proposé à plusieurs de ces capitales de former une sorte d’État fédéral avec nous. Est-il si difficile d’entretenir des relations de bon voisinage, sans partager la même chambre à coucher ?

Pour ma part, je continue à penser qu’il faut discuter avec Ankara (comme avec Moscou, et bien d’autres, y compris des régimes avec lesquels nous ne partageons pas grand-chose). Mais, plus que jamais, pour l’adhésion à l’UE, c’est NON !

7 réponses à l'article : L’aberrante politique turque de la France socialiste

  1. barbanzed

    27/08/2016

    La politique du sultan Erdogan n’est pas d’envahir l’Europe, dont il se fout comme de sa première chemise.
    Avec l’appuis des Allemands , toujours anciens et nouveaux alliés, le sultan envahit la Syrie pour nettoyer le pays à la fois du Daech et d’El Hassad. Il nettoie ensuite l’Irak par la même occasion. Il devient donc maître des réserves pétrolières de toute la Mésopotamie. Comme les Ecologistes allemands ont réussi à empêcher le développement du nucléaire en Allemagne, le sultan devient le premier fournisseur d’énergie de ses alliés allemands et donc de l’Europe , encore dépendante du pétrole pendant 50 ans. Le Hammas palestinien et libanais subit rapidement le même sort, la paix est consolidée avec Israel qui termine sa colonisation à l’abris des empêcheurs de coloniser tranquillement. Et comme , par dessus le marché le sultan s’est rabiboché avec le tsar Poutine on voit que la politique européenne du sultan perd beaucoup de son intérêt.
    A nous d’en tirer les conclusions .

    Répondre
  2. IOSA

    28/07/2016

    Ben oui, la purge turque en mouvement, tout comme la fumeuse France qui bouge.

    A vrai dire tout est cohérent si on se donne la peine de comprendre que l’idéologie socialiste c’est de promouvoir l’état islamiste partout en France (pour commencer).

    Répondre
  3. Lyle

    26/07/2016

    Croyez vous qu’avec le comportement d’erdogan, ce pays est en état d’entrer dans l’europe, démocratie, ou remise en ordre pour cet islamiste qu’est cet homme, il ferme la porte à des personnes qui sont bien plus nettes que lui. Il tue l’élite de ce pays.

    Répondre
  4. rudi

    26/07/2016

    depuis que je suis né, j’entend  » plus jamais ça » hors d’un coté les islamistes, et de l’autre un tyran , « président sultan » de Turquie qui répète l’histoire! que s’est il passé en Allemagne en 40 ? si ce n’est pas l’exacte réplique de ce qu’on fait les nazis, alors qu’es ce ? comme dirait Valls , » les jours sombres de l’histoire », se répètent avec la complicité perverse des états membre de l’UE et des américains ! on va assisté dans les prochaines semaines , voir mois a un génocide de masse en Turquie et personne ne bronchera du fait de la couardise, et de la traitrise de nos dirigeants ! tous cela sert leur intérêts, dans l’établissement du N-O-M

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    25/07/2016

    que le citoyen français qui ait des idées  » cohérentes  » en politique se présente à la Présidentielle : je lui prédis moins de 2 % de voix ! en politique française c’ est avant tout le mensonge qui nourrit son homme !

    seule satisfaction : à moins d’ un an de la Présidentielle c’ est un plaisir raffiné que de voir ces pieds nickelés socialistes ne plus pouvoir cacher leur totale incompétence dans tous les domaines

    il faudra se souvenir :

    – ne jamais élire au poste  » suprême  » un ancien secrétaire général d’ aucun Parti

    – ne jamais accepter un premier ministre qui ait ( seulement ) eu une formation de prof des collèges

    Répondre
  6. Nicolas

    25/07/2016

    Cher Monsieur,
    Oups oups. L’occident n’a soutenu le régime d’Erdogan , qu’après l’échec du putsch.
    Les kémalistes ne peuvent pas soutenir Erdigan. Il a purgé l’armée depuis longtemps. Le golpe n’était pas laïc. Un coup CIA/Gullen mal préparé (pas d’adhésion de l’armée ) probable prévenu par services russes. La France est parmi les 30 pays les plus corrompus, notamment par la Turquie (gouvernement et élus). On a amélioré le score, on est passés de la 36eme à la 33 eme place sur 192. La « polit française », c’est la politique de la valise et du compte off-shore
    Virez-les tous et on aura une politique cohérente

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      25/07/2016

      le quai d’ Orsay et le Ministère des affaires ( qui leur sont totalement ) étrangères devrait demander l’ expertise de  » l’ Etrangleur ottoman  »

      *** Balladur ( aux chaussettes cardinalistes et romaines ) né à Smyrne et ainsi  » baptisé  » par l’ homme de Droite Mitterrand

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)