L’alliance essentielle entre juifs et chrétiens

Posté le juin 09, 2010, 12:00
8 mins

Menahem Macina, qui fait, depuis des années, un travail absolument remarquable de réinformation du public francophone concernant Israël, le Proche-Orient et l’antisémitisme, a publié récemment un livre qui lui ressemble : foisonnant, dense, rigoureux, exigeant, difficile de prime abord, mais d’une richesse constante.

Le livre s’adresse surtout au public chrétien mais pas seulement ; il concerne le dialogue entre judaïsme et christianisme, et traite, ce faisant, de bien davantage. Il propose une « alliance entre Juifs et Chrétiens », et explique pourquoi le christianisme doit non seulement reconnaître pleinement sa fraternité avec le judaïsme, mais aussi ce qu’est et ce qu’incarne Israël aujourd’hui.

L’Eglise chrétienne, dit Macina, revient de loin : « le monde chrétien n’a longtemps connu l’histoire du peuple juif qu’au travers » d’un enseignement interprétant « l‘écrasement et la dispersion, en 135 de notre ère », comme le châtiment résultat d’un « refus de croire à la messianité et à la divinité du Christ ». Le concile Vatican II en 1962 a été le point de départ d’un « changement drastique » qui a porté des « fruits inespérés », incarnés, entre autres, par Jean Paul II, qui parlera, à plusieurs reprises, des Juifs comme du « peuple de Dieu de l’Ancienne Alliance jamais révoquée par Dieu ».

Ce changement, s’il a pu permettre un reflux de l’antisémitisme chrétien et des accusations monstrueuses, infondées, et meurtrières parlant de « peuple déicide », n’a, poursuit Macina, pas vraiment fait reculer ce qui s’est substitué à l’antisémitisme en terres chrétiennes : un antisionisme féroce et sournois par lequel nombre d’adeptes du christianisme contribuent à une « critique radicale, arbitraire, voire pathologique » d’Israël.

S’appuyant sur des textes multiples d’auteurs chrétiens, dont un, du père Michel Remaud, qui écrit que « le nouveau Testament nous enseigne que la pérennité d’Israël s’inscrit dans un projet divin », et un autre du cardinal Etchegaray, qui appelle Juifs et Chrétiens à se retrouver dans le mystère du dessein de Dieu comme deux formes de l’unique peuple de Dieu », il propose « un nouveau regard sur le dessein divin », dit que ce nouveau regard est possible et en chemin, et incite les Chrétiens, pour être effectivement fidèles aux principes d’un christianisme relu, revu, et, au fond, plus conforme à ce que fut la parole chrétienne au moment de sa naissance, à transcender non pas simplement un antisémitisme qui n’aurait jamais dû exister au sein du christianisme, mais aussi un antisionisme lui-même fondamentalement contraire à la parole chrétienne.

Il appelle, depuis là, à un « philosémitisme chrétien » indissociable, souligne-t-il, d’un « philosionisme » impliquant de voir, bien au delà de la religion, le peuple juif comme un peuple essentiel pour la parole de Dieu et ayant pleine légitimité à avoir « un avenir sur la terre de ses ancêtres ».
Après un long chapitre, très documenté, fourmillant de références et d’exemples, destiné à montrer comment dans le monde chrétien en général, et en Europe en particulier, a pris place une véritable diabolisation d’Israël où tous les arguments biaisés, tous les mensonges, toutes les falsifications, toutes les occultations des faits se trouvent utilisés, après avoir noté que les méthodes utilisées pour cette diabolisation trouvent leurs racines dans divers dogmes totalitaires et dans des techniques de propagande issues directement du nazisme ou du communisme soviétique, Macina conclut son livre en évoquant son itinéraire personnel, du christianisme vers le « mystère de l’existence juive » et sa « manière singulière d’appréhender le monde et d’être au monde », et en précisant : « ma conviction est que l’hostilité quasi universelle envers Israël est un des signes avant coureurs de la confrontation qu ‘annonce le psaume deux ». « Ma crainte est que le silence des chrétiens… face au torrent de haine et de calomnie qui se déverse sur Israël… ne les amène, après la catastrophe… à confesser, comme le firent tant d’hommes d’Eglise après la shoah, que la chrétienté a failli », et qu’en cela, elle s’est trahie elle-même.

Je ne suis ni juif ni chrétien au sens où je ne suis pas croyant, mais je suis attaché aux racines juives et chrétiennes de la civilisation occidentale, et j’ajouterai, en ces conditions, seulement ceci : c’est la civilisation occidentale elle-même qui risque de faillir. Et de se trahir.

Menahem Macina,
Chrétiens et Juifs depuis Vatican II,
Editions Docteur angélique, 2009,
398p., 23€

À commander auprès de notre service abonnements : 23 euros (+ 5,50 e de port) 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75164 Paris Cedex 19 OU
OU ACHETER SUR AMAZON

45 réponses à l'article : L’alliance essentielle entre juifs et chrétiens

  1. Anonyme

    22/06/2010

    Merci, Philippe de Quebec, pour avoir posté ce texte de José María Aznar, un grand monsieur.
    Je soulignerais, sans les commenter, deux phrases que je penses assez importante :
    " La colère soulevée par Gaza est une distraction"  et "Israël est une partie essentielle de l’Occident. (..) notre destin est inextricablement lié"
    Israel demain ne sera pas le Masada d’hier.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  2. PHILIPPE

    22/06/2010

    L’ex-Premier ministre espagnol José María Aznar:
    Les destins d’Israël et de l’Occident sont inextricablement liés

    Voilà un homme dont il faut saluer la lucidité et la clairvoyance..

    PHILIPPE (Québec)

    Appuyons Israël : s’il tombe, nous tombons tous
    de José María Aznar, ex-Premier ministre d’Espagne (1996-2004)

    Source : The Times of London, 17 juin 2010

    La colère soulevée par Gaza est une distraction. Nous ne pouvons pas oublier qu’Israël est le meilleur allié de l’Occident dans une région agitée.

    Depuis trop longtemps, il est désormais démodé en Europe de prendre la parole en faveur d’Israël. Dans la foulée de l’incident survenu récemment en Mer Méditerranée à bord d’un navire plein de militants anti-israéliens, il est difficile de penser à une cause plus impopulaire à défendre.

    Dans un monde idéal, l’assaut par des commandos israéliens sur le Marmara Mavi ne se serait pas soldé par neuf morts et une vingtaine blessés. Dans un monde idéal, les soldats auraient été accueillis paisiblement à bord du navire. Dans un monde idéal, aucun État, encore moins un récent allié d’Israël comme la Turquie, aurait parrainé et organisé une flottille dont le seul but était de créer une situation impossible pour Israël, soit l’obliger à choisir entre renoncer à sa politique de sécurité et à son blocus naval, ou risquer la colère du monde.

    Dans nos rapports avec Israël, il nous faut dissiper les nuages de la colère qui trop souvent obscurcissent notre jugement. Une approche raisonnable et équilibrée doit englober les réalités suivantes : premièrement, l’État d’Israël a été créé par une décision de l’ONU. Sa légitimité, dès lors, ne devrait pas être en cause. Israël est une nation quoi dispose d’institutions démocratiques profondément enracinées. Il s’agit d’une société dynamique et ouverte qui a maintes fois excellé aux chapitres de la culture, de la science et de la technologie.

    Deuxièmement, de par ses racines, son histoire et ses valeurs, Israël est une nation occidentale à part entière. En fait, c’est une nation occidentale normale, mais confrontée à des circonstances anormales.

    Unique en Occident, Israël est la seule démocratie dont l’existence est contestée depuis sa création. D’abord, il a été attaqué par ses voisins par voie d’armes conventionnelles de la guerre. Puis, il a fait face au terrorisme qui a atteint son point culminant dans les vagues successives d’attentats suicide. A présent, sur l’ordre des islamistes radicaux et de leurs sympathisants, il fait face à une campagne de délégitimation via le droit international et la diplomatie.

    Soixante-deux ans après sa création, Israël se bat toujours pour sa survie même. Puni par une pluie de missiles au nord et au sud, menacé de destruction par un Iran visant à acquérir des armes nucléaires et pressé par ses amis et ses ennemis, Israël, il semble, ne connaîtra jamais un moment de paix.

    Pendant des années, l’Occident a concentré son attention tout naturellement sur le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens. Mais si Israël est en danger aujourd’hui et toute la région glisse vers un avenir problématique inquiétant, la cause n’est pas l’absence d’accord entre les parties sur la façon de résoudre ce conflit. Les paramètres d’un éventuel accord de paix sont clairs, aussi difficile que cela puisse paraître pour les deux parties à faire le dernier effort en voie d’un règlement.

    Les véritables menaces pour la stabilité régionale, cependant, se situent dans la montée d’un islamisme radical qui voit la destruction d’Israël comme l’accomplissement de son destin religieux et, en même temps, dans le cas de l’Iran, comme l’expression de ses ambitions hégémoniques régionales. Les deux phénomènes constituent des menaces qui affectent non seulement Israël, mais aussi l’ensemble de l’Occident et le monde entier.

    Le cœur du problème réside dans la manière ambiguë et souvent erronée dont trop de pays occidentaux réagissent désormais à cette situation. Il est facile de blâmer Israël pour tous les maux du Moyen-Orient. Certains vont jusqu’à agir et parler comme si une nouvelle entente avec le monde musulman pouvait se concrétiser si seulement nous étions prêts à sacrifier l’État juif sur l’autel. Ce serait de la folie.

    Israël est notre première ligne de défense dans une région turbulente qui risque constamment de sombrer dans le chaos, une région vitale pour notre sécurité énergétique en raison de notre dépendance excessive au pétrole du moyen-oriental, une région qui forme la ligne de front dans la lutte contre l’extrémisme. Si Israël tombe, nous tombons tous.

    Pour défendre le droit d’Israël à exister en paix et dans des frontières sûres, il faut un degré de clarté morale et stratégique qui trop souvent semble avoir disparu en Europe. Les États-Unis montrent des signes inquiétants d’emprunter la même voie.

    L’Occident traverse une période de confusion sur l’avenir du monde. Dans une grande mesure, cette confusion est provoquée par une sorte de doute de soi masochiste à l’endroit de notre propre identité ; en vertu de la rectitude politique et d’un multiculturalisme qui de force nous met à genoux devant les autres, et d’une laïcité qui, ironie du sort, nous aveugle, même lorsque nous sommes confrontés à des djihadistes qui font la promotion de l’incarnation la plus fanatique de leur foi. Abandonner Israël à son sort, en ce moment critique, ne servirait qu’à illustrer combien nous avons sombré et combien inexorable notre déclin semble désormais être.

    On ne peut pas laisser cela se produire. Motivé par le besoin de reconstruire nos propres valeurs occidentales, exprimant une profonde inquiétude au sujet de la vague d’agression contre Israël, et conscient que la force d’Israël est notre force et que la faiblesse d’Israël est notre faiblesse, j’ai décidé de promouvoir une nouvelle initiative d’Amis d’Israël avec l’aide de quelques personnalités, dont David Trimble [ex-Premier ministre d’Irlande du Nord], Andrew Roberts [historien anglais], John Bolton [ex-ambassadeur américain aux Nations unies], Alejandro Toledo (ancien président du Pérou), Marcello Pera (philosophe et ancien président du Sénat italien), Fiamma Nirenstein (auteure et politicienne italienne), le financier Robert Agostinelli et l’intellectuel catholique George Weigel.

    Nous n’avons pas l’intention de défendre une politique spécifique ou un gouvernement israélien particulier. Les auteurs de cette initiative sont certains d’être parfois en désaccord avec certaines des décisions prises par Jérusalem. Nous sommes des démocrates et nous croyons en la diversité.

    Ce qui nous lie, toutefois, est notre soutien indéfectible à Israël et à son droit d’exister et de se défendre. Que des pays occidentaux se rangent du côté de ceux qui remettent en question la légitimité d’Israël, jouent avec des questions de sécurité vitales pour Israël au sein des instances internationales, apaisent ceux qui s’opposent aux valeurs occidentales plutôt que de s’élever vigoureusement pour la défense de ces valeurs, n’est pas seulement une grave erreur morale, mais une erreur stratégique de premier ordre.

    Israël est une partie essentielle de l’Occident. L’Occident est ce qu’il est grâce à ses racines judéo-chrétiennes. Si l’élément juif de ces racines est déterré et Israël perdu, alors nous sommes perdus aussi. Que cela nous plaise ou non, notre destin est inextricablement lié.

    Répondre
  3. Trumpeldor

    18/06/2010

    Jaures, « Etre pro palestinien c’est vouloir que ceux-ci se libèrent de leurs tyrans du Hamas, et là nous nous rejoignons, mais également qu’ils disposent d’un pays aux frontières conformes à celles définies par la communauté internationale.Là nous divergeons sans doute mais,à mon avis, si nous n’arrivons pas à cela, Israël ne connaîtra jamais la paix et, pour les raisons démographiques que j’ai évoquées plus haut, risque de disparaître. » Et c’est reparti pour l’argument demographique qui n’existe pas La demographie juive augmente en Israel,l’arabe diminue! Donc,pas d’epee de Damocles sur Israel. Par contre,clairement la France est perdue Yoram Ettinger donne beaucoup plus de details Il suffit de taper son nom sur google

    Répondre
  4. Inspecteur Juve

    15/06/2010

    Pour en revenir au sujet initial, c’est-à-dire l’union sacré des Juifs et des Chrétiens contre l’islamisme, je pense personnellement qu’il est 30 ans trop tard.

     

    Quand j’étais enfant, je passais chaque été un mois de vacances en Espagne. C’était dans les années 70 – 80. Nous étions toute une tribu de gamins à jouer ensemble. Par leurs enfants, les familles avaient fini par se lier au fil des années.

    Dans le « noyau dur », il y avait, outre mes parents ( de droite modérée), une famille composée de juifs sépharades, très pratiquants, socialistes bon teint, et une troisième,  franchement d’extrême droite.

    Contre tous les préjugés actuels, les rapports étaient cordiaux entre ces deux dernières familles, sans doute aussi en raison de leurs ancêtres « pieds-noirs ». Ca n’empêchait pas les vannes parfois douteuses à propos des « tares » supposées de chacune des communautés, mais ça restait bon enfant. Pour preuve, une soirée sur deux était passée chez l’un ou l’autre.

    Cette entente se faisait un peu « sur le dos des Arabes » : il y avait, très forte à l’époque, cette mythologie selon laquelle les hébreux avaient transformé le désert en vergers, vision dans laquelle les  pieds-noirs se retrouvaient, bien évidemment. Et donc les Arabes "étaient des fainéants".

    Dans les années qui ont suivi, l’immigration n’a fait que croître et embellir (si j’ose dire). Les électeurs de droite extrême se sont encore durci. Leurs pendants dans la communauté juive sont restés silencieux.

    Bien au contraire, de grandes figures intellectuelles de cette communauté sont venues défendre cette « chance pour la France », certains n’hésitant pas à assimiler « refus de l’immigration » et « racisme »,  « racisme » et « antisémitisme », « antisémitisme » et « Shoa ».

    La première guerre d’Irak est venue parachever ce bouleversement, faisant exploser les électeurs d’extrême-droite entre pro-arabes (à cause du manque de soutien des intellectuels juifs) et anti-arabes (plus traditionnellement conformes à leurs convictions d’origine).

     

    Je ne suis ni Juif, ni d’extrême droite (et encore moins soiologue, donc je sais les limites de mes propos), mais voila ce que j’ai constaté dans un environnement proche.

    Aujourd’hui, on entend sur les ondes de Radio Courtoisie, un Roger Holleindre (peu suspect de faiblesse) expliquer que les immigrés sont définitivement sur notre sol et qu’il faudra faire avec.

     

    L’union sacrée qui est évoquée par Guy Millière ne peut pas se faire avec la « droite molle » : celle-ci avalera toutes les couleuvres.

    La droite de conviction, quant à elle, a été dégoutée il y a longtemps déjà.

    C’est trop tard.

    Répondre
  5. Anonyme

    14/06/2010

    GM : " Pour mon équilibre personnel, je suis mieux à Los Angeles, Las Vegas, Houston ou Miami".
    –     Oui, soyez sur que l’on est quelques uns dans ce cas… Simplement, on aimerait bien que l’immigration non controlée ne fasse pas suivre a l’Amerique le meme chemin que la France…  Il ne reste plus qu’une seule Amerique…..

    GM : " On peut être minoritaire sans se tromper"
    –    Oui… ca aussi, je connais bien.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  6. Jaures

    14/06/2010

    1 La presse française, au moins celle que je lis, rend compte de ce qui se passe dans le monde de manière efficiente. Vous devriez y accorder plus d’attention, comme à cette analyse du "Monde diplomatique" du 10 juin dernier sur l’état de la lutte en Iran contre Ahmadinejad. Car il ne suffit pas de dénoncer, il faut comprendre. De longs dossiers ont été consacrés à la Libye, la Corée du Nord,…
    Prenez-en connaissance.

    2 Etre pro palestinien c’est vouloir que ceux-ci se libèrent de leurs tyrans du Hamas, et là nous nous rejoignons, mais également qu’ils disposent d’un pays aux frontières conformes à celles définies par la communauté internationale.Là nous divergeons sans doute mais,à mon avis, si nous n’arrivons pas à cela, Israël ne connaîtra jamais la paix et, pour les raisons démographiques que j’ai évoquées plus haut, risque de disparaître.

    3 La paix ne se conclue pas entre nations alliées mais entre ennemis. Qui aurait dit en 1920 que 30 années plus tard, la France et l’Allemagne fonderaient le Marché Commun ?

    4 L’opinion Arabe est certes diverse en Israël, mais reconnaissez qu’elle n’est guère majoritairement favorable à Netanyahu.

    5 Cher M Millière, c’est ma connaissance globale qui est lacunaire. Ce qui compte, c’est de le savoir et de tout de même penser le monde. Je suis certain, par exemple que vous connaissez mieux encyclopédiquement les Etats-Unis que moi, mais je pense que sur la crise économique, l’élection d’Obama ou la guerre en Irak, mes propos (relisez-les) ont été plus clairvoyants que les vôtres. Je pense que votre idéologie crée une grille de lecture qui vous empêche de comprendre les enjeux de ce dont vous prenez connaissance.
    Heidegger fût sans doute un des plus grands penseurs de notre temps, ce qui ne l’empêcha pas d’adhérer au parti nazi alors que des paysans et des ouvriers prenaient le maquis et que des instituteurs et des curés de campagne cachaient des juifs.
    Le savoir et la pensée ne suffisent pas si on ne les confrontent pas constamment à la réalité quotidienne, à la vie "de base", comme vous dîtes.

    6 Concernant Le Pen, je n’ai fait que vous citer. Si elle n’est pas une incitation au vote Front National, dont acte, mais je persiste à trouver la phrase pour le moins ambigüe.Mais je vous rassure, pas de quoi vexer un syndicaliste !

    7  L’état de l’opinion concernant israël n’est pas propre à la France où elle est même plutôt modérée.
    Bien peu en parle dans les entreprises. Les gens sont confrontés à bien d’autres problèmes.

    8  Je partage votre avis. Mais ce n’est pas non plus parce qu’on est minoritaire que l’on a raison. La vérité est indépendante du nombre de ceux qui la détienne.

    9 votre problème, M Millière est que vous ne fréquentez qu’une fraction de la population. Comme je vous l’ai déjà suggéré, allez dans les entreprises, rencontrez les gens, discutez dans les quartiers, dans les associations, les établissements scolaires.

    Mais ne considérez pas ceux que vous rencontrez comme vos étudiants. Vous en savez sans doute beaucoup sur tout mais, malgré tout, vous aurez toujours à apprendre quelque chose, même de l’être le plus frustre.

    Répondre
  7. Anonyme

    14/06/2010

    A Monsieur Millière,

    Je tenais à vous exprimer mon admiration devant la patience dont vous faites preuve d’autant que je partage vos réflexions.

    En tant que française ( et de bien de générations) je suis triste de voir que l’on tient les français dans une ignorance de plus en plus perverse et j’en suis même effarée. Et le pire est que ce n’est pas seulement sur les sujets qui nous préoccupent ici,  mais aussi sur la majorité des sujets d’actualité.

    Je viens à me poser cette question à savoir si la France ne faisait pas le concours du Pays le plus ignorant de notre belle planète, un peu comme le "Mister Ignoramus".  Au train ou ça va, notre beau pays risque bien de décrocher le ponpon !

    Quelle tristesse.

    Ma Chère Grand-Mère Maternelle doit se retourner dans sa tombe et j’en suis bien marri.

    Répondre
  8. Anonyme

    14/06/2010

    Voici un texte que je me permets de mettre ici car, personnellement,  j’y  trouve  matière à réflexion.
    Et puis, cette analyse n’amène-t-elle pas à la réflexion de cet article "L’Alliance essentielle entre Juifs et Chrétiens" ? 
    A vous de juger …

    Patricia

    Citation

    "L’invisibilité" des Juifs face aux minorités visibles…

    Par Frédéric SROUSSI

    Que se cache t-il derrière la notion de  »minorité visible » ? Cette notion a-t-elle
    pour conséquence de rendre ’’invisible’’ une communauté juive pourtant ultra-minoritaire
    mais non visible  »à première vue » ?

    La notion de  »minorité visible » a fait depuis plusieurs années son apparition dans les domaines sociologique,politique et médiatique.Cette notion englobe donc les personnes vivant – par exemple en France -et appartenant à un type ethnique visiblement différent de celui de la majorité blanche du pays. Mais ce concept n’est pas apparu par hasard.

    Il est né d’une revendication ayant pour but d’obtenir une présence plus importante des minorités non européennes -c’est à souligner – dans différents secteurs de la société majoritairement blanche dans lesquels ces minorités visibles seraient absentes ou sous-représentées.

    Le concept de  »minorité visible »  pose problème du fait de l’adjectif ajouté au mot minorité. Je ne suis évidemment pas le premier à le souligner mais je ne cesse de m’étonner que cette notion ait pu devenir si courante dans les médias et dans la politique sans que le problème soulevé par l’adjectif visible ne soit à chaque fois abordé avec sérieux.

    J’avais , à l’université, un professeur d’histoire du judaïsme qui nous mettait toujours en garde contre ce qu’il nommait le judéocentrisme. Selon lui ses élèves analysaient trop souvent les événements de l’histoire à travers le prisme juif.

    Nous aurions pu lui rétorquer que ce sont les antisémites qui sont les plus judéocentristes d’entre tous puisqu’ils fantasment de façon pathologique sur un monde soi-disant dominé par les Juifs où ces derniers seraient la raison ultime, l’explication totalisante, de tous les maux de l’humanité.

    Permettez-moi donc d’essayer d’analyser l’ expression minorité visible devenue une doxa au sens où Roland Barthes décrivait cette dernière comme  »l’opinion courante, le sens répété, comme si de rien n’était. »

    En effet, l’Opinion publique a accepté d’entendre cette expression de  »minorité visible »,comme si elle était acquise, sans y faire vraiment attention, comme une évidence (Barthes) sans y voir sa réelle signification, celle que nous soupçonnons aujourd’hui.

    Ce qui se cache derrière son utilisation banalisée n’est-ce pas la volonté de rendre invisible une minorité spécifique, celle qui n’est pas reconnaissable en tant que telle : la minorité juive ? Le terme de  »minorité visible » n’est-il pas dirigé contre une communauté minoritaire non visible à première vue ? C’est un tour de force qui se déroule sous nos yeux depuis quelques années.

    D’abord avec le négationnisme , la volonté de faire disparaître une seconde fois les disparus. Il y a alors absence de l’absence.

    En effet, comme le regretté Jean-François Lyotard l’avait écrit dans son livre Heidegger et les  »juifs » :

     » Les Juifs assassinés en masse sont,absents, encore plus présents que présents. »

    C’est à cette présence de l’absence que le négationisme s’est attaqué. Il y a manque du manque. Les Juifs sont un peuple – comme l’écrivait Nietzsche- qui a  »parmi tous les peuples eu l’histoire la plus pénible » .

    Ce n’est donc pas par  »judéocentrisme » ou par paranoïa que nous dénonçons cette notion de minorité visible comme étant dirigée contre la minorité juive, mais par expérience de l’Histoire. Les Juifs seraient donc devenus maintenant invisibles – par opposition aux autres minorités qui ne le sont pas -car ils ne peuvent être décrits et définis aisément. Angoisse de l’antisémite qui après avoir  »marqué » le Juif pour tenter de  »l’identifier », le  »reconnaître », le séparer et enfin l’anéantir, se trouva démuni même face à la présence-de-son-absence .

    Alors, il suffisait peut-être de rendre les autres minorités plus visibles pour que l’autre minorité, la juive, disparaisse , se volatilise en devenant de facto invisible grâce à la  »magie » d’ un concept qui en dit plus qu’ il n’ y paraît. 

    En fait, l’ identité juive ne répond pas à l’idéal platonicien rassurant d’ une connaissance stable et déterminée (Le Cratyle, Platon) :le juif c’est Rothschild et c’est Marx, c’est Alain Minc et c’est Cohn-Bendit, C’ est Paul Newman et c’ est Woody Allen, C’est Raymond Aron et c’est Jacques Derrida, c’est Bethsabée et c’est Rosa Luxemburg…Le peuple juif existe depuis Abraham mais son identité relève plus de la "méta-physique" que  »du physique ».

    Un problème se pose aussi avec le terme plus sobre de ‘‘diversité  » .Tout le monde comprend – ou pense comprendre – ce que cela veut dire mais dans les faits nous nous apercevons que le terme n’exprime qu’une partie de la réalité qu’il est censé recouvrir.

    En effet, ces temps-ci, plusieurs articles de la presse française ont rapporté que l’ambassade des États-Unis en France envoyait des missionnaires de la diversité  (et du politiquement correct) à travers les banlieues françaises pour identifier les « élites des minorités ethniques » (Le Monde du 6-7 juin 2010) afin de les envoyer en stage aux États-Unis.

    l’Oncle Sam pense en effet, comme le dit dans le même article le chercheur Vincent Geisser, spécialiste de l’islam (ceci est  à souligner !) que Les États-Unis pensent que «…les élites françaises, aujourd’hui âgées et blanches, vont forcément évoluer, et identifient ceux qui, aujourd’hui en périphérie du système, pourront être demain des leaders ». Il y a ici plusieurs aspects extrêmement choquants comme le fait de voir dans les  »blancs » une race qui serait, à moyen ou long terme, en voie d’extinction comme les orangs-outangs ou les pandas !

    Nous pouvons aussi être choqués  par le fait que dans cette affaire l’immense majorité de ces ‘‘jeunes des banlieues » qui ont le droit de participer au programme de l’ambassade américaine sont avant tout des Arabes musulmans et des Noirs. Les Juifs sont donc exclus car ‘‘invisibles » (comme nous avons tenté de le démontrer dans ce texte) , tout comme les minorités – visibles celles-ci – que sont les asiatiques (Chinois, Vietnamiens, etc) vivant en France mais qui sont malheureusement  »sans intérêt » dans l’Amérique afro-musulmane de l’idéologue Barack Hussein Obama. 

     

    Par Frédéric SROUSSI Publié dans : ANALYSES/INTERVIEW/DISCOURS

    Fin de citation


    Cela donne à méditer, non ?

     PS : Pour information à l’Admin d’Ashkel – Je suis enregistrée sous le pseudo de Pat avec un avatar et pourtant, même en me connectant pour passer mes commentaires, je n’apparais pas (je suis moi aussi devenue "invisible") LOL !   Merci de me contacter afin que je puisse remédier à ce petit problème. Bien à vous. Pat

    Répondre
  9. Anonyme

    14/06/2010


    Grepon : " Chaque religion dans ses terres, quand meme."
    Alors, que l’Islam soit chassee jusqu’a ses confines d’origine, Medine et Mecque.  

    –   Oui, si vous voulez, théoriquement, ca devrait être comme ca. Encore une fois, les religions, comme les races, ethnies, et cultures, ont une "patrie" ou elles sont nées. Mais, pratiquement, on pourrait deja contenir l’expansion sur ces limites actuelles, ce serait deja un début, mais surtout contenir l’expansion démographique et culturelle. Ce sont les Arabes et leurs alliés qui véhiculent leur Religion, et leur culture y compris les prénoms arabes, et, de leur point de vue, c’est tout a fait normal.

    " Chaque religion dans ses terres, quand meme",  oui, certes, mais aussi, chaque culture dans ses terres et chaque peuple dans ses terres… Ensuite, on pourra commencer par échanger un peu, aussi bien les races que les cultures, mais doucement, doucement, tres doucement, en préservant les sources.

    En attendant, attention a la ruée sur l’Islam qui cache l’invasion démographique étrangère et entre autre, l’arabisme. A s’en prendre a la religion, on oublie les Hommes et le pouvoir politique qu’ils cherchent a gagner.  Je pense que vous savez que les Arabes ont déjà prévus d’être actionnaires du nouveau World Trade Center (ce qui est quand meme surprenant), et en Europe, ils ne sont pas tous dans les rues en train de bruler les voitures, ils sont aussi très bien placés dans la Finance et l’Industrie : C’est Ok, mais il ne faudrait pas qu’il y en ait trop… Pour des raisons qui sont compréhensibles, et meme en partie légitimes ou du moins "naturelles", l’Occident est la cible des Arabes, et ceux-la utilisent au moins trois "armes" pour arriver a leurs fins : la démographie, la religion et la finance. Et soyez bien sur que les Arabes muslims s’entendront très bien avec les Arabes chrétiens et les Arabes athées sur le dos des Occidentaux. C’est très intelligent et pendant ce temps-la, les autres discuttent sur la Burqa.

    All the best, Grepon,

    Mancney

    Répondre
  10. Anonyme

    14/06/2010

    Kototenta : " A toute invasion ou expension, il faut un moteur, chez certians peuples ce fut l’explosion démographique, d’ autres l’ avidité (prendre la richesse de son voisin) et pour les arabes venus de Médine, l’ Islam et si vous ne le comprennez pas, c’est grand dommage, quand même!

    –  Oui, il faut un moteur, évidemment(!), non ce n’est pas l’Islam, c’est la volonté des Arabes de rejoindre la cour des grands. L’Islam n’est qu’un outil, tres pratique et tres bien utlisé, entre autre pour cacher la réalité de l’invasion démographique arabe.
    Mais a part cela, sachez que je suis vraiment désolé de ne pas comprendre, et je vous remercie de m’expliquer.

    Mancney

    Répondre
  11. guy milliere

    14/06/2010

    1. Les crimes commis ailleurs sur la planète sont évoqués dans la presse française, mais aucun pays n’est fustigé avec des airs scandalisés au point où l’est Israël. Fustiger la Chine ou un pays arabe implique des risques, fustiger un pays de sept millions d’habitants est tellement plus facile. 2. Etre pro-palestinien impliquerait de souhaiter la liberté pour les arabes de Judée-Samarie et de Gaza, ce qui impliquerait de les libérer de leurs tortionnaires et de ceux qui les fanatisent, pas de soutenir ceux-ci. 3. Il n’existe aucun véritable processus de paix. La paix peut e faire entre sociétés prêtes au compromis et au contrat, pas entre une démocratie et des entités totalitaires tenant des discours exterminationnistes. Que l’Autorité Palestinienne et le Hamas reconnaissent en préalable le droit plein et entier d’Israel d’exister, qu’elles cessent leurs actions de propagande, et on pourra envisager l’étape suivante. 4. L’opinion arabe en Israel est diverse. Certains pensent comme Khaled Abu Toameh, d’autres comme le Hamas, ce qui ne les empêche pas de jouir des libertés existant en Israel, et qui disparaîtraient sous un régime Hamas. La présence à la Knesset de députés pro-terroristes est équivalente à mes yeux à ce que serait la présence de députés néo-nazis au Bundestag. 5. Je ne cesse de me remettre en cause. Mais je connais trop les arguments déficients et biaisés pour perdre mon temps à leur répondre. Je ne chercherai pas à convaincre un catholique que Dieu n’existe pas, un marxiste récitant son catéchisme que son discours ne tient pas debout. Chacun peut croire ce qu’il veut, je suis très tolérant : ce qui me gène, ce sont les gens qui entendent imposer de force leurs croyances aux autres, c’est tout. Je puis participer à des débats fondés sur la connaissance : pas à des débats basés sur autre chose que la connaissance. Je vous le dis gentiment, mais je vous le dis quand même : votre connaissance du Proche-Orient est très lacunaire, et vous devriez avoir l’humilité de le reconnaître. Quand la connaissance manque, la croyance la remplace vite. 6. Je n’aurais pas été aussi vif si vous n’aviez utilisé des arguments d’une absolue mauvaise foi, concernant Le Pen, par exemple. Navré de vous avoir vexé. Mais si un étudiant me rendait un travail où il montre qu’il ne comprend rien à certaines nuances de raisonnement, je lui demanderais de revoir sa copie. 7. Je parle d’ »état mental » car je pense, et je suis loin d’être le seul de par le monde, qu’il existe actuellement une hystérie anti-israélienne qui rappelle celle qui régnait aux temps sombres de l’antisémitisme flamboyant. Je considère l’antisémitisme comme une pathologie mentale, et je pense qu’Israël est traité, selon l’expression d’Alan Dershowitz, comme le « juif des Etats ». 8. On peut être minoritaire sans se tromper : ce n’est pas la majorité qui fait la vérité. Au temps de Galilée, le consensus disait que la terre était plate. Sous Hitler, l’immense majorité du peuple allemand croyait en la supériorité de la race aryenne. 9. Je ne méprise pas les Français. Je suis, au fond, consterné, par l’évolution de ce pays. Je parcours la planète presque sans cesse, et je dois constater qu’en Chine, en Inde, en Amérique du Nord, les débats économiques et géopolitiques sont amples et foisonnants. En France, ils sont indigents. L’essentiel de la population ne lisant que le français, les gens pensent être informés et ne le sont pas. Je le regrette vivement, croyez-le bien. Pour mon équilibre personnel, je suis mieux à Los Angeles, Las Vegas, Houston ou Miami, mais je n’empêche personne de préférer Paris. J’ai une seule vie, et je préfère la vivre comme je l’entends et où je me sens libre.

    Répondre
  12. Jaures

    14/06/2010

    Cher  M Millière, vous regrettez que l’on ne parle pas assez des massacres qui se déroulent quotidiennement de par le monde. Vous parlez d’or !
    Cependant, nous ne sommes que les modestes commentateurs de vos éditoriaux qui ne tournent qu’autour des problèmes du Proche Orient.
    Si vous lisiez les journaux, et pas seulement ceux d’Israël, vous verriez que la violence quotidienne, qu’elle se déroule en Afrique, en Asie ou à deux pas de chez nous, y est quotidiennement évoquée.
    Ne calquez donc pas vos obsessions sur ceux qui vous commentent.

    Contrairement à ce que vous dîtes, j’ai bien lu les témoignages que vous publiez. A gauche, les points de vue sur Israël sont extrêmement divers. Certains ont un point de vue proche du vôtre, d’autres sont très pro-palestiniens, beaucoup, dont je suis, pensent que sans processus de paix, l’existence d’Israël est à moyen terme menacée et que seule la cohabitation de deux états, palestinien et israélien, apaisera les tensions. En ce sens, les attitudes maximalistes que vous approuvez sont contre productives.
    Et ne me nous la jouez pas sur l’air de "vous êtes confortablement installé en France donc inapte à juger".
    Je ne pense pas que vous soyez sur le front lors des conflits, cela ne vous empêche pas de vous exprimer.

    Par rapport au texte de K.A.Tomaeh, je le prends en compte mais vous ne répondez pas à ma question: est-il représentatif de l’opinion Arabe en Israël ? Quel élu représente cette tendance à la Knesset ?

    Le reste de votre intervention qui relève de l’invective, montre votre profond malaise dés que l’on conteste vos opinions et votre renoncement final au débat, votre aspiration à l’exil, souligne votre incapacité à vous remettre en cause, ce qui devrait pourtant être la règle élémentaire de tout intellectuel.

    C’est vrai, cher M Millière, je ne suis qu’un humble syndicaliste de base. Mais, en ce qui me concerne, je ne renonce jamais au débat. Vous n’en avez sans doute aucune idée, mais dans une entreprise, toutes les idées circulent, des plus frustes aux plus élaborées, des plus perverses aux plus généreuses.
    Jamais je n’esquive le débat, ni ne considère a priori que mon interlocuteur possède un "coefficient intellectuel déficient". J’essaye de comprendre le cheminement d’une opinion, d’analyser le contexte qui l’a vue naître.
    A ce titre, la genèse des vôtres n’est pas inintéressante.

    Enfin, vous regrettez que l’on s’en prenne au peuple israélien, ce qui n’est pas mon cas, mais que diriez-vous si l’on écrivait que l’attitude d’Israël reflète "son état mental "? Si vous et Madelin n’avez pas convaincu, c’est que, peut-être, sans doute, vous ne furent guère convaincants, ou bien, osez l’envisager, que vous vous êtes trompé.

     Aucun peuple ne mérite le mépris, en tout cas pas le vôtre.

    Répondre
  13. kototenta

    14/06/2010

    @ Mancney

    A toute invasion ou expension, il faut un moteur, chez certians peuples ce fut l’explosion démographique, d’ autres l’ avidité (prendre la richesse de son voisin) et pour les arabes venus de Médine, l’ Islam et si vous ne le comprennez pas, c’est grand dommage, quand même!

    Répondre
  14. grepon

    14/06/2010

    "-  Mon pauvre Mohamed… Cela ne me plait pas plus qu’a vous de voir ce haro stupide contre l’Islam, ou contre n’importe quelle religion d’ailleurs, tant qu’elle reste dans ses terres…"

    Alors, que l’Islam soit chassee jusqua ses confines d’origine, Medine et Mecque.   

    Chaque religion dans ses terres, quand meme.

    Répondre
  15. Anonyme

    14/06/2010

    rev.numericable.fr : " la seule colonisation qui dure depuis plus de 5 siécles, est celle de l’islam"

    –   Une religion ne colonise pas, ce sont les hommes qui colonisent, et éventuellement apportent avec eux une culture, un language, une religion. Les Arabes ont apportés l’Islam et non pas l’inverse.
    Pas facile, hein, de désigner nommément les envahisseurs, qu’ils soient arabes, africains, asiatiques ou eskimos. C’est bien plus facile de désigner une religion ou une idéologie….
    Si je n’ai pas é
    crit ca deja cent fois….

    Mancney

    Répondre
  16. Frank

    13/06/2010

    L’alliance entre juifs et chrétiens ne peut se faire que sur un pied d’égalité, pas entre un suzerain et un vassal.

    Troubadour veut faire croire que l’arret de l’antisemitisme est de la vassalite vis a vis des juifs.

    Répondre
  17. Magny

    13/06/2010

    Israël colonie occidentale ? Pourquoi occidentale ? Parce qu’elle est démocratique ? La démocratie est "typiquement" occidentale ? Il s’agit d’une colonie de juifs , point , et les juifs ne sont pas des occidentaux à l’origine , que je sache . Ils l’ont habité il y a longtemps , il y a eu la diaspora , et certains diront qu’ils ont perdu le droit de revendiquer cette terre comme la leur . C’est la polémique du premier arrivé – j’étais là avant .

    Mais maintenant c’est leur terre , ils la défendent . La loi du plus fort est une loi éternelle , n’en déplaise aux infantiles adeptes d’une vision Bisounours du monde ( tout le monde il est beau tout le monde il est gentil ) . La seule chose que nous puissions espérer c’est que les hommes bons et vertueux soient les plus forts , car lorsque c’est le vice qui possède la force alors la désolation règne . Malheureusement , comme bien souvent , dans le cas qui nous préoccupe les torts sont partagés et les juifs ne peuvent revendiquer le monopole de la vertu , alors même qu’ils ont la puissance militaire entre leurs mains .

    La terre appartient à ceux qui la mettent en valeur , et surtout à ceux qui se battent pour la défendre , et que le meilleur gagne … Les palestiniens ont choisi la guérilla , et l’alliance avec des alliés pas toujours recommandables , les israeliens ont les américains à leur côté , une grande puissance militaire , et la foi en leur nation et leur bon droit . Le premier qui baissera les bras fera gagner l’autre !

    Répondre
  18. Jaures

    13/06/2010

    Ami Trumpeldor, si vous étiez né 30 ans plus tôt, vous nous auriez annoncé les chars russes sur les champs-Elysées.

    Et pourquoi pas "le troisième cercle de la pluie éternelle" ?

    N’est pas Dante qui veut.

    Répondre
  19. Anonyme

    13/06/2010

    Mohamed : " Prochain objectif majeur : l’Iran… …Car dans ce monde simpliste pour GM, tout blanc ou tout noir n’est ce pas, le « bien » a le droit de posséder l’arme atomique, le « mal » non…"
    –    Boff..  Je ne sais pas… je crois plutôt que ca dépendu du Gvt en place… Voir Saddam et l’autre zozo de North Korea. Pragmatisme. En gros, je dirais que nul ne souhaite vraiment voir l’arme atomique dans les mains d’un régime totalitaire, ou qui montre des signes d’agressivité, quel qu’il soit et ou qu’il soit. Make sens, non? Maintenant, les plus opposés a ce que l’Iran possède la bombe sont les Arabes Saoudiens :
    http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/middle_east/article7148555.ece

    Mohamed : " Quant à s’entendre avec Israël et sa politique, largement décriée et combattue par de très nombreux Juifs, c’est une autre musique. "
    –   Ce qui est intéressant, c’est de voir qu’au Liberia, c’est a peu pres le meme boxon, du moins, ils n’arrettent pas de régler leur comptes! (Le Liberia aussi est un pays "refabriqué" par des ex-esclaves retournés en Afrique).  La bagarre est endémique sur Terre, et le jour ou tous le peuples s’entendront entre eux, on inventera des systèmes et des idéologies pour les faire se battre… Apparemment, la vie n’existe pas sans bagarre. C’est peut être le moment d’aller a la plage… ou d’aller méditer en regardant le soleil se coucher sur les montagnes de l’Atlas.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  20. guy milliere

    13/06/2010

    Il est des gens avec qui dialoguer est utile. Il en est d’autres avec qui c’est perdre son temps. Jaures est enfermé dans des dogmes à un tel degré qu’il lit tout à la lueur de ses dogmes et ne comprend rien qui ne soit formaté par eux. Quand une question le dérange, il l’évacue : -Marceline-Loridan-Ivens, femme de gauche comme lui, mais juive rescapée d’Auschwitz écrit quelque chose : il feint de e pas s’en apercevoir. -Khaled Abu Toameh écrit quelque chose qui le dérange : il invoque les Arabes israéliens qui pensent autrement sans évoquer ce que dit Khaled Abu Toameh. -il évoque une députée arabe israélienne comme si celle-ci faisait preuve d’un grand courage en profitant de la démocratie israélienne tout en allant à l’extérieur d’Israël soutenir ceux qui veulent détruire Israël et exterminer les Israéliens : ce qui partout ailleurs serait un crime de haute trahison. -il juge depuis Paris et sa suffisance l’armée et le gouvernement israélien sur un mode qui montre que son cerveau est davantage imprégné de la lecture des journaux de la bien pensance française que d’une connaissance de la situation du Proche-Orient. Comme les bien pensants européens, il prétend rendre service à Israel en rejoignant les rags de ses ennemis. La Corée du Nord a torpillé un bateau sud-coréen et tué une cinquantaine de personnes alors que le bateau sud-coréen n’agressait personne : nul parmi les bien pensants ne s’indigne. Les massacres continuent au Darfour, les Kurdes sont toujours l’objet d’exécutions sommaires en Turquie : nul parmi les bien pesants ne s’indigne. Le Hamas tue, égorge, fanatise à Gaza, nul parmi les bien pensants ne s’indigne. L’Egypte contrôle la frontière qui la sépare du Hamas : nul parmi les bien pensants ne s’indigne. Non, le pays qui les indigne est la seule démocratie du Proche-Orient. Ce qui les indigne est que des soldats israéliens, après s’être fait agresser à coups de barres de fer et d’armes diverses ne se soient pas laissés saigner comme des moutons et se soient défendus. Et ls voudraient qu’on pense qu’ils ne sont pas antisémites. Ils veulent qu’on pense qu’is ont les mains propres et l’âme pure. Des gens comme Jaures il y a soixante dix ans auraient lu Je suis partout, suivi Doriot et Déat, et ils auraient eu bonne conscience. Ces gens ont toujours bonne conscience. Je me sens mieux aux Etats-Unis, décidément : ce genre de bonne conscience y est confiné aux milieux gauchistes de l’université. Le score d’Alain Madelin à l’élection de 2002 n’est pas un jugement sur les idées d’Alain Madelin, mais sur l’état mental de la France. Expliquer à des gens au coefficient intellectuel déficient et au cerveau gonflé du formol de l’idéologie que Le Pen n’a jamais eu la moindre chance d’être élu et que « faire trembler le système » est une autre chose que souhaiter l’élection de quelqu’un serait vain. Quand on trouve de l’intelligence dans les discours de Martine Aubry, la cause est entendue. J’ai pris le temps de répondre longuement ici. J’aurai, dans les semaines à venir, plus important à faire que répliquer à un syndicaliste de base dont les idées sont des décalcomanies indigentes d’une indigence plus large, et qui n’a aucune intention de réfléchir, tant il est dans son petit confort intellectuel étriqué. Un poisson rouge élevé en bocal finit par penser qu’il est libre et que l’univers ressemble au bocal dans lequel il est enfermé. Je regarde cela de loin. Il est des jours où je songe à ne plus écrire en français. Vue d’Amérique, ou d’Israel, qui est non seulement la seule société démocratique du Proche-Orient, mais la société la plus innovante technologiquement du monde, la France apparaît petite et déclinante. J’aimerais qu’il en soit autrement. Nous avons été quelques uns à tenter de faire qu’il en soit autrement. Mais il existe, parfois, des tendances lourdes. Des gens comme Jaures sont des symptomes, juste des symptomes. Hélas.

    Répondre
  21. Anonyme

    13/06/2010

    Mohamed : " Si j’ai bien tout suivi, c’est l’alliance « sacrée » pour combattre l’ennemi absolu, le mal, l’empire de Dark Vador…Il faut au moins une « alliance sacrée » pour combattre l’Islam. "

    –  Mon pauvre Mohamed… Cela ne me plait pas plus qu’a vous de voir ce haro stupide contre l’Islam, ou contre n’importe quelle religion d’ailleurs, tant qu’elle reste dans ses terres… D’autant plus que cela détourne les Occidentaux du vrai problème qui est l’invasion démographique étrangère. On peut comprendre leur erreur, car homme, culture et religion sont étroitement liés et le melange des genres est facile. Egalement, les Arabes conquérants mettent l’Islam en avant, parce qu’il est moins vulnérable, et le piege marche : je n’ai jamais entendu un Arabe dire : La burqa? Mais c’est culturel, voyons, et non pas religieux". Non, ils cachent l’invasion ethno-culturelle derrière la religion en lui mettant tout sur le dos, ce qui est de bonne guerre.
    Mais donc cela apporte aussi ce genre de réactions hostiles et primaires contre la cible offerte : l’Islam. On a beau rappeller que Charles Martel a battu les "Arabes" a Poitiers, et que le Cid a vaincu les "Maures", c-a-d des hommes, et non pas des religions, mais rien a faire, aujourd’hui, c’est les Muslims qui sont montrés du doigts, et l’erreur a pignon sur Web : Incapable de designer un homme, on accuse son outil.
    Est-ce vraiment si difficile a comprendre?

    Best,

    Mancney

    Répondre
  22. Anonyme

    13/06/2010

    @ Jaures l’ étroit ,

    C’est vous qui écrivez ceci; " Tant que vous ne retrouverez pas un minimum de sens critique, vos propos demeureront du domaine de l’obstination et les convictions que vous affichez continueront à sonner aussi faux que celles de tous les récents et contrariés convertis."; c’est à mourir de rire.

    Il n’ y a pas plus obtu que vous!

    Relisez vos livres d’ hsitoire, ceux qui n’ ont pas été travestis par la gauche es ses adeptes, et vous verrez que la seule colonisation qui dure depuis plus de 5 siécles, est celle de l’islam qui a détruit des civilistions millénaires et continue à le faire( Boudha géants) en Afghansitan et qui enferme des millions de femmes dérriére un mu de tissu.

    Alain, citez vous, un pacifiste en 39 qui préferait un certain Hitler à la guerre.

    Répondre
  23. Anonyme

    13/06/2010

    Patricia : " Désolée si mon nom n’est pas passé, ceci est indépendant de ma volonté. Je me présente donc, Patricia."

    –  Joli prénom. Raison de plus pour ne pas le cacher (vous pouvez toujours signer a la fin de votre commentaire…).
    Comme vous le savez bien, les avis sont partagés a propos d’Israel, et chacun a sa propre interprétation et mille théories pour ajouter a la confusion; mais vous avez raison, nous avons nos propres affaires a regler, nous ne le faisons pas et pendant que l’on ecrit vainement sur ce forum, des Arabes, des Africains, des Asiatiques font des enfants etrangers chez nous. Et cela est bien plus grave que de poser des bombes, car nous allons perdre démographiquement et démocratiquement notre pays. Simplement ca.

    Mancney

    Répondre
  24. MOHAMED

    13/06/2010

    « L’alliance essentielle entre Juifs et Chrétiens »…

     

    Si j’ai bien tout suivi, c’est l’alliance « sacrée » pour combattre l’ennemi absolu, le mal, l’empire de Dark Vador… Et tout ce qui est antisioniste, et donc forcément antisémite. Il faut au moins une « alliance sacrée » pour combattre l’Islam.

     

     « L’alliance essentielle entre Juifs et Chrétiens »…

    Oui, c’est un concept intéressant… On a vu dans l’histoire que la carpe et le lapin s’entendaient à merveille, on a vu le paroxysme de cette entente dans les années 40 du siècle dernier… Mais n’est ce pas, l’ennemi, le fasciste, le nazi, le « raciste », c’est l’Islam… D’une part.

     

    D’autre part, pour revenir à cette notion « d’empire » (du mal), tous – ne déplaise à GM – ne sont pas dupes et comprennent bien qui il est…

     

    D’aucuns pensent d’ailleurs l’avoir vu à l’œuvre (dans le cadre d’une alliance « sacrée » avec certains chrétiens) le 11 septembre 2001. Et bien d’autres fois depuis, et actuellement encore très récemment.

     

    Pas de raison de s’arrêter en si bon chemin quand on à la « force », et qu’on pense pouvoir agir éternellement impunément.

     

    Prochain objectif majeur : l’Iran… …Car dans ce monde simpliste pour GM, tout blanc ou tout noir n’est ce pas, le « bien » a le droit de posséder l’arme atomique, le « mal » non…

     

    Attention toutefois à l’excès de confiance.

     

    Pour nous, Muslims, les Juifs ont été le peuple élu, oui.

     

    Seulement voilà, la majorité d’entre eux a trahi Dieu, s’en est détournée pour adorer le veau d’or.

     

    C’est le problème de ces Juifs avec Dieu, ce n’est pas celui des Muslims, qui peuvent parfaitement bien s’entendre avec eux.

     

    Quant à s’entendre avec Israël et sa politique, largement décriée et combattue par de très nombreux Juifs, c’est une autre musique.

     

    Mais il restera toujours à Israël – quoiqu’ Israël fasse – un supporter inconditionnel en la personne de GM… (Son épouse étant née musulmane elle aurait du l’être encore. Apparemment ce n’est pas le cas, et elle est pourtant – Dieu merci – en pleine santé… …Que de paradoxes et de mauvais procès d’intention)…

     

     

    Bien cordialement à tous,

     

    Abdel MOHAMED

    Répondre
  25. Trumpeldor

    13/06/2010

    Monsieur Milliere, Merci pour votre honnetete,lucidite et clairvoyance ! « Jaures » frequente ce site depuis tres longtemps et y deverse son discours formate,,parseme de miasmes bruns ,noirs ,rouge et verdatres… Son agenda politique est clair et sans ambiguite Il espere le « grand soir »,cher a l’extreme gauche historique Ce grand soir arrive et ressemblera au crepuscule des dieux:voiture incendiees,insecurite publique generalisee avec traque des blancs,des juifs,des femmes,des homosexuels,pauvrete economique,exil lontain extra europeen des personnes pouvant se le permettre… Et a ce moment ,arrivera la punition supreme pour Jaures :sa femme,ses filles,ses petites filles seront des citoyennes de seconde zone: le regard vers le sol,rasant les murs avec le visage et le corps enveloppes par un tissu de couleur sinistre. Les grues erigees dans le centre de Paris,dresseront vers le ciel des tristes trophees,comme a Teheran. Vive le socialisme a la sauce « jaures » ! Le cercueil du vrai Jaures,n’en finira pas de vibrer ,de honte….

    Répondre
  26. Jaures

    13/06/2010

    M Millière, ce qui vous décrédibilise, c’est cette rhétorique perverse qui amalgame critique d’un gouvernement et du peuple qu’il dirige.

    Quand je critique le gouvernement Israélien, comme le font d’ailleurs nombre de Juifs, y compris en Israël comme je l’ai montré par différents articles de presse que je pourrai multiplier, je pense faire oeuvre utile pour Israël qui ne pourra tenir éternellement sa posture.
    Vous faîtes semblant de ne pas comprendre mon allusion à différents dictateurs qui furent soutenus, sans doute pour raisons "éthiques", ce qui fit le lit d’autres tyrans encore plus durables. Certes, Netanyahu n’est pas un dictateur, mais son intransigeance et son usage systématique et brutale de la force en font un allié objectif du Hamas.
    C’est vous, M Millière, qui faîtes le jeu des terroristes en soutenant sans réserve les agissements de Tsahal et des intégristes sionistes.

    Vous dîtes vous sentir Juif en lisant mes propos qui ne sont en rien antisémites, mais vous n’avez pas hésité à écrire le 21 février 2004: "Je regarderai les scores en spectateur : une montée de l’abstention et du Front National me réjouiraient et feraient trembler le système".

    Ecrire une telle phrase au sujet d’un parti dont le chef a été condamné à plusieurs reprises pour propos racistes et antisémites, banalisation de crimes contre l’humanité et apologie de crimes de guerre dont la déportation montre que vous avez de l’antisémitisme une vision restrictive.

    Quand on vous lit, M Millière, on comprend que le candidat que vous avez soutenu à la présidentielle de 2002 ait réalisé un si piètre score. On vous imagine en réunion publique invectivant le premier contradicteur en le qualifiant d’islamo-marxiste tendance nazi.

    Je ne suis pas arrogant, M Millière, et je fais humblement mienne la phrase d’Alain:« Le doute est le sel de l’esprit ; sans la pointe du doute, toutes les connaissances sont bientôt pourries."
    Vos écrits, sur Israël ou tout autre sujet sont pervertis par une idéologie qui vous marque cliniquement.
    Tant que vous ne retrouverez pas un minimum de sens critique, vos propos demeureront du domaine de l’obstination et les convictions que vous affichez continueront à sonner aussi faux que celles de tous les récents et contrariés convertis.

    Répondre
  27. Frank

    13/06/2010

    L’alliance entre juifs et chrétiens ne peut se faire que sur un pied d’égalité, pas entre un suzerain et un vassal.

    Sauf que vous voulez l’inverse. La realite est que vous ne tolerez pas des juifs libres et armes, d’ou toute la propagande haineuse sur les ‘israeliens’ violents. Vous etes pret a ‘tolerer’ des juifs pas juifs et inoffensifs, d’ou votre acharnement contre les israeliens armes. Ce que dit Milliere fait du sens. Les chretiens ont engage une guerre contre les juifs il y a 2000 ans et certains d’entre eux comme vous veulent la continuer. Ils utilisent maintenant une propagande perverse en legitimant leur guerre par une propagande perverse faite au nom de la ‘paix’.

    Votre pensee perverse trompe peut-etre les idiots mais pas les autres. Vous etes catholique alors je vais vous expliquer ce que je pense du courant de pensee catholique que vous representez. Vous etes des pedophiles ideologiques. Vous voulez maintenir les gens dans une enfance intellectuelle par une pensee paranoiaque afin de pouvoir les ‘violer’, c’est a dire de les manipuler. La gauche facon Jaures a le meme agenda.

    Tous les pays catholiques dans lesquels vos techniques ont ete appliquees ont sombre a un moment dans le fanatisme et l’extremisme ou bien dans la betise extreme comme en Espagne par exemple. Vous ne vous allierez avec les juifs que le jour ou ils se soumettront a votre pedophilie intellectuelle.

    Répondre
  28. guy milliere

    13/06/2010

    Je n’ai ni frustration ni rancoeur. Je vis ma vie comme je l’entends. Je n’ai aucune raison personnelle à défendre Israël, mais des raisons éthiques. Comparer le gouvernement israélien à la dictature de Fulgencio Batista est immonde et montre une obsesssion anti-israélienne perverse qui suffit à qualifier celui qui s’y livre. Israël est un Etat démocratique. Des dictatures, il y en a tout autour d’Israël. Quant à l’allusion à Auschwitz, elle vient directement de la veuve de Joris Ivens, femme de gauche, survivante de la shoah, juive comme la plupart des habitants d’Israël. Je ne suis pas juif, mais quand je lis Jaures, je me sens très juif. Je e suis pas Israélien, mais quand je lis la propagande immonde déversée contre Israël, je me sens très Israélien. Quand je vois des chrétiens persécutés parce qu’ils sont chrétiens sur le territoire régi par l’Autorité palestinienne ou ailleurs, je me sens très chrétien. Quand je vois des musulmans victimes de racisme, je peux me sentir musulmane et mon épouse est née musulmane. Mes seuls ennemis sont les totalitaires et les dogmatiques. L’hostilité et l’arrogance de Jaures, qui parle d’un pays et d’un peuple qu’il ne connaît pas, et qui cite sélectivement des journaux israéliens que moi, je lis quotidiennement dans toute leur diversité, montre un esprit de dogmatisme. Sept décennies après la shoah, crime commis en commun par des millions d’Européens, la moindre des décences de la part d’Européens serait de faire preuve de scrupules. C’est trop demander, je sais.

    Répondre
  29. Anonyme

    13/06/2010

    @ Mancney

    Désolée si mon nom n’est pas passé, ceci est indépendant de ma volonté.
    Je me présente donc, Patricia.
    J’ai employé le  "nous" en terme général, c.a.d. "nous" les humains.
    Pour le reste, je réitère, cessons de prendre Israël comme tête de turc parce que nous avons peur de regarder nos problèmes en face et d’assumer nos erreurs.

    Répondre
  30. IOSA

    12/06/2010

    Je ne vais relever qu’une seule affirmation de M.Millière dont voici un copié/collé:

    "aujourd’hui, parce qu’Israël est une société démocratique et capitaliste, les Juifs sont accusés de colonisation."

    Si le fait de construire chez autrui et d’y installer des gens qui ne sont pas "autrui" ne s’appele pas colonisation….Qu’est ce donc ?

    Pour le reste, c’est toujours le même baratin comme le prouve le titre de cet article, un appel pour le rassemblement des croyants ayant les mêmes vues contre d’autres croyants ayant des vues différentes.

    Sinon, que reprocher à Israël, si ce n’est ce manque de franchise sur une guerre déclarée que tout le monde veut voir comme "une légitime défense", une réponse au cas par cas, pour justement ne pas voir la colonisation rampante de Gaza ?

    Alors ne cherchons aucune excuse, il s’agit bien d’une guerre entre Israël et les palestiniens de Gaza, mais je me doute qu’ Israël n’est pas le véritable maître du jeu et qu’il doit se plier aux Grands de ce monde et se contenter de répliquer dans les limites admises (comme avec les missiles de Sadam), même si parfois il y a dérapage, parce que ras le bol de servir de bouc émissaire pour contenir le terrorisme islamiste et le risque d’ une guerre nucléaire (bien loin des USA et peut être de chez nous) en contre-partie du droit à l’existence comme nation.

    IOSA

     

     

    Répondre
  31. L' Inédit

    12/06/2010

    Pourquoi la Gauche et une frange de la Droite invectivent inlassablement Israel qui lutte pour sa survie, et pourquoi elles se couchent obséquieusement devant l’ Islam, ce rapace qui va les dévorer et ne se prive pas de le clamer haut et fort.
    Ce phénomène pathologique de " l’  Enseignement du Mépris" a été parfaitement analysé par l’ historien français  Jules Isaac.

    Répondre
  32. Jaures

    12/06/2010

    "Une députée arabe israélienne, qui se trouvait à bord du convoi pour Gaza, a été prise violemment à partie mercredi par ses collègues. Le président de la Knesset a dû expulser plusieurs parlementaires de l’hémicycle." (AFP)

    Pourquoi, M Millière, ne pas avoir recueilli également le témoignage de cette députée ?

    Répondre
  33. Anonyme

    12/06/2010

    **** L’alliance essentielle entre juifs et chrétiens **** (Je réagis à froid pour ne pas me faire censurer) A Guy Millière: 1- Votre source historiographique: Léon Poliakov. Léon Poliakov historien juif, est le premier historien à mettre en cause l’attitude du pape Pie XII et du Vatican durant l’Holocauste. On aimerait que vous citiez des historiens juifs moins engagés dans la lutte contre le catholicisme, ou des juifs célèbres qui ont tenu à rendre hommage à Pie XII. On a l’embarras du choix. Cela vous renforce dans une ligne de pensée monolithique. 2- Des chrétiens ont persécuté les juifs, c’est vrai, mais des juifs ont persécuté les chrétiens. Il faudrait donner des gages d’impartialité. Je rejoins Jaurès, il est laique de gauche, je suis de droite et catho, mais je suis d’accord avec lui sur le fait que le dialogue avec vous est très difficile car vous vous croyez dissident comme vous l’écrivez sur le forum DRZZ, alors que vous êtes très conformiste; vous ne prenez pas de risque à coller à Israël, vue l’image de marque caricaturale de l’Islam. On aimerait abonder dans votre sens car vous n’avez pas toujours tort, mais vous n’instruisez que pour les plus radicaux du sionisme. C’est un peu court. L’alliance entre juifs et chrétiens ne peut se faire que sur un pied d’égalité, pas entre un suzerain et un vassal. Cordialement Troubadour

    Répondre
  34. Anonyme

    11/06/2010

    Inconnu qui ne signe pas son commentaire : " (…) Je pense que ce qui est important avant tout, c’est de savoir ce que nous voulons réellement"

    –  "savoir ce que "nous" voulons" ? Mais, monsieur, il n’y a pas de "nous", il n’y en a plus, et la est le vrai probleme. Vous ne le saviez pas? Ce qui pouvait "nous" rassembler a été détruit… entre autre par la "laicité" qui n’a en fait que permis l’installation d’une dictature de l’Etat et la manipulation des citoyens (Education nationale, législation multiple, socialisme non-avoué, etc… ) et ainsi de placer tous nos oeufs dans le panier unique de la politique temporel. Le résultat est devant vous.
    Pourquoi se battre contre l’invasion étrangere en cours? Pour retrouver la France Socialiste et ses combines?
    Ce ne sont meme pas les Arabes qui détruiront la France, pas plus que les autres populations étrangères, ce sont les Francais qui sont en train de la saborder.

    Mancney

    Répondre
  35. Jaures

    11/06/2010

    Je m’attendais à ce florilège.
    On critique le gouvernement d’Israël, on vous ressort  Auschwitz-Birkenau.

    Pourtant on peut être Israélien et contester ce gouvernement.

    «Le commando d’élite de l’armée israélienne a été envoyé pour accomplir une mission vouée à l’échec», déplore en une le quotidien centriste Maariv.

    «En ces temps difficiles, nous n’avons pas le Premier ministre, ni le ministre des Affaires étrangères, ni un gouvernement, composé dans sa majorité de ministres minables et inutiles, dont Israël a besoin»

    Des antisémites ?

    Le Jerusalem Post, un quotidien anglophone de droite, parle aussi de «fiasco» en se demandant «pourquoi l’armée israélienne a, à ce point, sous-estimé l’hostilité de ceux qu’elle avait elle-même qualifiés de "terroristes"».

    Des antisémites ?

    Vous citez un Arabe musulman favorable au gouvernement Israélien, êtes-vous persuadé que ce point de vue est partagé pas tous les Arabo-musulmans d’Israël ?

    Je ne suis ni raciste, ni antisémite et je ne me laisserai pas piéger par cette mauvaise rhétorique.
    Quand le gouvernement d’Israêl se fourvoie dans des attitudes inutilement bellicistes, les dénoncer est non seulement juste mais nécessaire pour ce pays.

    A trop défendre Batista on à eu Fidel. A soutenir Carlos Andres Perez on a eu Chavez.

    Soutenir un pays c’est approuver ce qui y est juste et dénoncer ce qui y est condamnable.

    Ceux qui agissent autrement ne respectent pas ce pays ni sa population et n’agissent que pour des raisons personnelles, probablement de frustration et de rancoeur.

    Répondre
  36. Anonyme

    11/06/2010

    J’attendais, Monsieur Millière,  avec une certaine impatiente votre réaction aux messages de nos internautes.

    A "Troubadour" qui n’a qu’une très faible vue de l’Histoire aussi bien religieuse que politique, à "Pixot" qui oublie de dire que l’Egypte elle aussi fait le blocus de Gaza depuis belle lurette (même si elle vient de le lever, ce qui, à mon humble avis, ne pourra perdurer tant que le Hamas tirera les ficelles) et qu’elle se réjouit qu’Israêl fasse "le sale boulot" à sa place, à "Jaurès" dont les propos pourraient être pris au sérieux s’ils n’étaient pas aussi simplistes,  vous ne voyez pas plus loin que le bout de votre nez ; Monsieur Millière vous ouvre des horizons qui, eux, sont bien devant nous.  La preuve en est de la Turquie qui vient de montrer son vrai visage qui n’est pas meilleur  que celui de l’Iran et un Brésil qui perdrait son âme pour pouvoir se profiler.

    Les démocraties sont en danger, la Laïcité avec un grand L n’est plus que l’ombre d’elle même et les religions pacifiques sont prêtent à se faire engloutir par les religions qui prônent un changement radical, c’est-à-dire revenir au Moyen-âge. Même L ‘Afrique se retrouve, petit à petit, aux mains des musulmans.

    Et avec tout cela, la Chine compte les points.

    Je pense que ce qui est important avant tout, c’est de savoir ce que nous voulons réellement :
     – Nous sortir de l’impasse dans laquelle nous sommes économiquement
     – ou nous leurrer en mettant tout sur le dos d’Israël parce que nous n’avons pas le courage nécessaire de voir que le danger est à notre porte.

    Mais, pitié, ne soyons pas faux-culs d’autant que nous ne sommes pas meilleurs que les autres.

    Répondre
  37. guy milliere

    11/06/2010

    Un autre texte pour celui qui se cache derrière le nom de Jaures: Libre opinion parue dans Le Monde du 10 juin 2010. Quel est ce chœur unanime de condamnations contre Israël ? Quel est cet ensemble vertueux qui désigne Israël comme le coupable absolu ? Quel est ce tribunal planétaire où pas une voix ne manque pour désigner à la vindicte publique le responsable de tous les maux de la planète ? Il y aura même eu un imam iranien pour affirmer que l’éruption du volcan islandais était la punition divine des crimes du « régime sioniste ». De Dominique de Villepin à Noam Chomsky, tous se sont précipités dans les télévisions pour dénoncer « l’incroyable crime » commis par les soldats israéliens ! Trop de bonne conscience tue la conscience. Trop, c’est trop ! Qu’est-ce que nous dit cet accablement ? Qu’il y aurait un Etat de trop sur la terre ? Non, bien sûr ! Israël possède de nombreux amis qui lui écrivent des lettres d’amour, pleines de conseils en forme d’épitaphe. Il y a même une célèbre journaliste américaine qui conseille aux Israéliens de rentrer « chez eux ». Chez eux ? En Pologne, en Russie, en Algérie ! Pourquoi pas à Auschwitz tant qu’on y est ! Tant de sollicitude touche la vieille dame juive que je suis. Je crois que tous les Israéliens doivent être contents du constant intérêt qu’on leur témoigne et tous les juifs sont heureux de cette empathie sans cesse renouvelée. J’avais fait, il y a longtemps, le choix de la pensée universelle. Bien que j’aie été déportée parce que je suis juive, j’ai cru que l’humanité, l’idée d’humanité, était plus forte que la charge des origines. Près de soixante ans plus tard, dois-je faire le constat de mon erreur ? Dois-je constater qu’être juif vous désigne jusqu’à la fin des temps comme le coupable des nations ? De quoi Israël est-il coupable ? Il y a une haine qui n’annonce rien de bon. Même si la politique de son gouvernement est critiquable, est-ce de cela dont il est question ? Est-ce vraiment parce que cette opération militaire a été conduite et s’est mal terminée qu’il faut désigner ces soldats israéliens comme d’horribles assassins face à des agneaux turcs ? Pourquoi une telle mauvaise foi planétaire ? Pourquoi cette bonne conscience européenne à vil prix ? Pourquoi est-ce de l’Europe que fusent les critiques les plus virulentes ? De quelle morale cette Europe peut-elle se prévaloir ? Quelles bonnes grâces veut-elle s’attirer ? Et puis il y a la gauche, ma famille politique ! Qu’est-ce que c’est que ces alliances, ces rencontres avec ces fanatiques qui crient « Israël partira, Palestine vaincra ! » Quels sont ces supposés trotskystes qui font cortège commun avec ceux qui font la prière en pleine rue ! La gauche a-t-elle perdu la tête ? Croit-elle vraiment que le Hamas va émanciper les classes laborieuses comme on disait jadis ? Croit-elle vraiment que l’islamisme défend la liberté de conscience ? Croit-elle vraiment que dans les banlieues la haine des juifs fait partie des contradictions admissibles au sein du peuple ? Il y a de la folie dans le moment présent. Il y a une haine qui ne dit rien de bon, qui n’annonce rien de bon et je crains que la tolérance planétaire à l’égard de ce président iranien ne ressemble à l’accueil tolérant qui fut fait à Goebbels à la SDN en 1938. Combien de temps reste-t-il avant d’autres horreurs programmées ? Des larmes compassionnelles, les juifs et les Israéliens n’ont que faire. C’est pour cette raison qu’ils ont créé Israël. Est-ce cela qui vous dérange tant ? Numéro tatoué sur le bras gauche à Auschwitz-Birkenau : 78750 © Marceline Loridan-Ivens, cinéaste

    Répondre
  38. sas

    11/06/2010

    La seule alliance des uns avec les second…..c’est lorsque ces premiers peuvent vendre en 10 chèques sans frais aux seconds…..DE LA MERDE surfacturées coéficient 8……. A CREDIT(d usure 16 à 24 %) OU DES BIENS INUTILES ET COUTEUX……le tout en offrant l oreiller ou le pot de fleur en plastique a 3 ronds 6 sous……

    …..si pa cher…missious…..! ! ! !

    2 7ME CAS DE FIGURE ET DE "FRATERNITE"……lorsqu il s agit de menacer les "autres" dont l islam et sa cohorte de milliers de partiquants partout dans le monde……avant ou pendant les confrontations armées ou economiques……

    …..Là ON PARLE DE L HISTOIRE JUDEO/CHRETIENE DE L HUMANITE……

    rarement autrement ….isn’t it CQFD

    SAS

    Répondre
  39. guy milliere

    11/06/2010

    EXTRAITS D’UNE CONFERENCE DE KHALED ABU TOAMEH AU HUDSON INSTITUTE EN JUIN 2009, pour ceux qui veulent réfléchir. Les autres ne m’intéressent pas, sinon comme objets d’analyse sociologique. « Depuis 27 ans, je travaille comme journaliste à Gaza et en Cisjordanie. J’ai commencé ma carrière en travaillant pour un journal de l’Organisation de la libération de la Palestine (OLP) à Jérusalem. Au cours des 20 dernières années, j’ai agi comme consultant, conseiller et assistant pour les journalistes étrangers qui voulaient interviewer des représentants du Hamas et du Fatah. Et au cours des 8 dernières années, j’ai écrit plusieurs articles sur la Palestine pour des médias israéliens, notamment The Jerusalem Post. Je suis un musulman arabe vivant à Jérusalem. Je suis aussi un citoyen israélien, non pas parce que je suis un collaborateur, mais parce que mon père était membre de la communauté des Arabes israéliens ». « Au cours des 8 dernières années, j’ai travaillé pour The Jerusalem Post et l’une des questions qu’on me pose souvent est: «Pourquoi travaillez-vous pour un journal juif ? N’avez-vous pas l’impression d’être un traître?» Je réponds : «absolument pas ». Il n’y a jamais eu d’appel au boycottage des médias israéliens chez les Palestiniens. Un tel boycottage n’a été réclamé que dans les campus américains et britanniques ». « Nous, Arabes avons fait l’expérience de plusieurs bonnes choses en Israël. Je n’ai pas honte de le dire. Nous avons fait l’expérience de la démocratie. Nous avons appris la liberté de débattre et la liberté de la presse ». « les choses ont mal tourné depuis que le processus de paix a commencé. Pourquoi? » « Parce qu’on supposait alors, en Israël, en Amérique, en Europe qu’en confiant la Cisjordanie et Gaza à Yasser Arafat, en lui donnant des milliards de dollars et des armes, il ferait le dur boulot pour nous et qu’il n’y aurait rien à craindre. On pensait qu’Arafat combattrait même le Hamas, qu’il empêcherait le terrorisme et les attentats-suicides. Yasser Arafat a créé cette chose qu’on a appelée l’Autorité palestinienne et le spectacle a commencé : un spectacle contrôlé par Arafat et ses sbires corrompus ».

    Répondre
  40. Jaures

    11/06/2010

    Comme je l’ai écrit plus haut, difficile d’engager le moindre débat avec Millière sur Israël puisque, à peine au bout de 3 lignes, on est accusé d’ignorance crasse, d’antisémitisme et de vouloir livrer l’Espagne et l’Aquitaine aux Islamistes.

    Bien entendu qu’Israël est une colonie occidentale. Le fait qu’elle soit peuplée majoritairement de juif n’y change rien. La Pologne et l’Irlande sont des pays occidentaux majoritairement peuplés de Catholiques.
    Israël est une colonie occidentale car peuplé pour la quasi totalité de migrants arrivés durant les différentes Aliya.
    C’est une colonie occidentale car le mode vie de la population, ses institutions et sa culture sont occidentales.
    C’est une colonie occidentale car sans l’aide massive des Etats-Unis et de la diaspora, Israël n’existerait pas.

    Ceci dit, Israël n’a pas pour autant vocation à disparaitre.

    Comme vous le soulignez vous-même, la colonisation a marqué la géographie politique de la région (comme l’Afrique et l’Amérique) et les pays qui en sont issu ont la même légitimité: ils ne sont responsables de leur histoire.
    Il ne faut cependant pas s’étonner que ces pays, souvent découpés à la chamba par des occidentaux ignorants des réalités locales, couvent des conflits permanents selon les différences ethniques ou religieuses.

    Soutenir systématiquement la fraction la plus intransigeante et la plus belliciste d’Israël condamne à terme ce pays dont l’évolution (moins d’immigrants, plus de laïcs, plus d’Arabes) risque de donner jour à de graves conflits internes.

    Mais sur ce point également, M Millière, je crains que vos positions soient plus une posture qu’une réelle conviction intellectuelle.

    Répondre
  41. guy milliere

    11/06/2010

    N’en déplaise aux antisémites, les Juifs ont été persécutés par les Chrétiens et considérés comme « peuple déicide » pendant des siècles. Le rejet du judaïsme a bel et bien porté sur tous ceux qui étaient juifs. Ceux-ci étaient de religion juive, souvent originaires de la dispersion du peuple juif suite à la destruction du deuxième temple de Jérusalem. Le peuple juif ne constitue pas une race, mais un peuple avec des racines communes, une mémoire et une histoire communes elles aussi. La « racialisation » est venue avec les théories raciales au dix-neuvième siècle, elle n’a pas été alors le fait des seuls Chrétiens, mais la haine du judaïsme accompagnée d’une haine du peuple juif a été indéniable. Relisez l’histoire de l’antisémitisme de Léon Poliakov. Le sionisme est un mouvement de libération nationale comme il y en a eu des centaines : c’est le seul mouvement de libération nationale qui déplait à la gauche qui retrouve ainsi ses racines antisémites (l’antisémitisme était très largement de gauche au dix-neuvième siècle). Je reviendrai sur l’opération de défense d’Israël contre un bateau affrêté par des organisations de soutien au terrorisme jihadiste. Je suis favorable à la libération de Gaza : la vraie, celle qui abattra le Hamas, organisation néo-nazie et islamiste. Je pense qu’Israël aurait dû ne pas envoyer de soldats sur le bateau Free Gaza, mais être plus radical. Aider des terroristes est un acte de guerre et doit être traité de façon adéquate. Je n’ai pu en traiter cette semaine car j’étais aux Etats-Unis. Pour Jaurès : vous ne connaissez apparemment rien à l’histoire de la région. Tous les Etats du Proche-Orient sont nés de la décolonisation: en l’occurrence, le démantèlement de l’empire ottoman. Israël est né du foyer national juif qu’était censé être le mandat palestinien confié à la Grande Bretagne. La majeure partie des juifs vivant en Israël sont venus peupler le territoire d’ailleurs sur la planète, les populations arabes installées à Gaza et en Judée-Samarie sont elles-mêmes venues d’ailleurs. Israël a autant le droit d’exister que la Syrie, l’Irak, la Jordanie, le Liban ou l’Arabie Saoudite. Si vous faites partie de ceux qui pensent ; comme les membres de l’islam radical, qu’un territoire conquis par l’islam fait partie pour toujours du dar el islam, reprenez les cartes géographiques du Hezbollah, elles incluent dans le dar el islam l’Espagne et la moitié Sud de la France. Pourquoi vous arrêter à la volonté de céder Israel aux islamistes ? Allez jusqu’au bout de votre raisonnement. Israel n’est pas un Etat occidental, c’est un Etat juif, le seul sur la planète, c’est pour cela que, comme l’a écrit Alan Dershowitz, c’est un Etat traité comme les juifs l’ont été dans l’histoire pendant deux millénaires. Les Juifs ont été accusés de tout par les antisémites : aujourd’hui, parce qu’Israël est une société démocratique et capitaliste, les Juifs sont accusés de colonisation. Le projet de rendre le Proche Orient judenrein, comme disait le maître à penser d’Arafat et de ses successeurs, un certain Adolf, vous conviendrait semble-t-il tout à fait. Ce qui n’est pas surprenant, Adolf était socialiste, comme vous. Lui voulait une solution finale pour le peuple juif, vous, vous rêvez d’une solution finale pour le peuple juif sur la terre de ses ancêtres. Il y a de la place pour tout le monde au Proche-Orient : si vous aimez les populations arabes, souhaitez qu’elles soient délivrées non pas d’Israel qui ne les opprime pas, mais du fanatisme, de dirigeants dictatoriaux et meurtriers et de dogmes haineux dont vous vous faites le compagnon de route et l’idiot utile.

    Répondre
  42. Jaures

    10/06/2010

    Les amalgames de Millière n’ont qu’un but: faire de toute critique à l’égard d’Israël un propos anti-sémite.

    Pour cela, on peut passer par toutes les théories absconses.

    Il faut voir les choses simplement et objectivement: Israël n’est qu’une colonie occidentale, de culture occidentale. Son problème est que contrairement aux Américains ou aux Australiens, et à l’identique de l’Afrique du Sud, la démographie ( naturelle ou non)  n’a pas été favorable aux colons.

    Si Israël veut perdurer, elle ne pourra se contenter du soutient unique des Etats-Unis et devra faire des concessions politiques.

    Et ces appels inutiles aux chrétiens feront long feu, cette religion se diluant peu à peu dans les sectes et la superstition.

    "La force d’un peuple se juge à ce qu’il donne, non à ce qu’il prend" disait Marc-Antoine.

    Répondre
  43. Pixot

    10/06/2010

    Questions: Mr Millière n’a-t-il rien à dire à propos de l’intervention illégale d’Israël dans les eaux internationales? Comment prétendre faire respecter le droit international par les « états voyous » quand on le laisse être violé par les israéliens? On aurait tellement aimé que Monsieur Millière discourt au sujet de cette asymétrie de traitement, lui qui aime tant redresser les torts.

    Répondre
  44. Anonyme

    09/06/2010

    **** Beaucoup de confusions sémantiques dans cet article **** Confondre le judaisme, le sémitisme et le sionisme conduit à écrire n’importe quoi. Le catholicisme est universel par définition, il est donc Philosémite, philo-palestinien et philo toute personne humaine comme créature de Dieu et cela dès les origines du christianisme. Il est donc vain de rechercher un antisémitisme chrétien au sens racialiste du terme. Par contre l’antijudaisme au sens religieux du terme existe comme l’anticatholicisme. le conflit religieux est permanent dès les origines du Christianisme et n’est pas racial mais théologique. Le Christ lui-même s’oppose à la Synagogue. Enfin le sionisme est politique, c’est une pensée discutable qui se veut indiscutable. Un catholique peut être ou ne pas être sioniste ni antisioniste d’ailleurs mais indifférent à un système de pensée qu’il juge réducteur. Les amalgames sont volontaires dans cet article, d’où sa faiblesse. Des juifs sont catholiques et non sionistes et donc antijudaiques au sens religieux du judaisme d’après la Révélation chrétienne sans se sentir antisémites. la religion et la race ne se recoupent pas. Guy Millière mélange tout à dessein. Mais le lecteur peut se distancier. Cordialement Troubadour

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)