Le cercle des saddamistes dépités

Posté le janvier 17, 2004, 12:00
7 mins

Certains, voici quelques semaines, se sont indignés parce que je me posais des questions sur la cohérence des positions des dirigeants de la droite nationale (« Les 4 Vérités Hebdo » du 1er novembre 2003). Celle-ci, me déclara-t-on, loin de se coucher devant l’islam, constitue son ennemi le plus déterminé ! Ces lecteurs indignés pourront sans doute m’expliquer pourquoi, lorsqu’il s’agit de la confrontation entre un dictateur lié au terrorisme islamiste (Saddam Hussein) et une coalition menée au nom des valeurs de l’Occident par les États-Unis contre ce dictateur, le Front National choisit le dictateur, comme il l’a fait au cours des dernières semaines ? Et que nul ne vienne me dire que le dictateur était laïc (tendance jeunesses hitlériennes) ou que les Irakiens saddamistes résistent en patriotes (comme autrefois les Waffen SS en 1945)… Qu’on me dise plutôt, arguments à l’appui, pourquoi le Le Pen pro-américain, reaganien et déterminé des années 1980 a rejoint quelques années plus tard le cercle des saddamistes…

La question que je me pose face à la droite nationale concerne, en fait, la plupart des politiciens français, et le gouvernement lui-même. Vous prétendez, dirais-je à nos gouvernants, affronter les dérives de l’islam militant. Fort bien. Vous voulez en ce cadre agir contre le port du voile islamique ? Fort bien encore. Néanmoins, comment ces positions sont-elles compatibles avec la création d’un Conseil Français du Culte Musulman qui, non seulement officialise l’islam, mais se trouve régi, de fait, par la très fondamentaliste Union des Organisations Islamiques de France ? Comment ces positions sont-elles compatibles avec l’extrême timidité dont vous faites preuve dès lors qu’il s’agit de poser quelques questions concernant, par exemple, l’égalité de droit dans l’islam, la compatibilité de l’islam avec la démocratie et avec le sécularisme (terme utilisé internationalement pour désigner ce que nous nommons ici laïcité) ? Comment, surtout, ces positions sont-elles compatibles avec l’immense couardise dont vous n’avez cessé de faire preuve devant quasiment tous les dictateurs du monde arabo-musulman, et avec le soutien que vous n’avez cessé d’apporter à la très terroriste Autorité Palestinienne de Yasser Arafat ?

La vérité me semble être que vous avez déjà tout cédé et tout bradé. La vérité me semble être que vous vous êtes déjà fait à l’idée que nous vivrons bientôt dans la République islamique de France et que vous avez peur : peur des banlieues, peur des imams qui prêchent avec ardeur, peur du terrorisme, peur des dictateurs. La vérité me semble être que vous naviguez à vue sans la moindre perspective et sans autre but que d’engranger quelques oboles en espérant que votre obséquiosité sauvera votre misérable vie sans envergure. La vérité me semble être que votre antisémitisme à peine dissimulé et votre complexe de perdant rêvant d’une grandeur désormais introuvable vous a conduit à choisir des tactiques saumâtres par lesquelles vous avez rêvé de construire une Europe dominée par la France, proche du monde arabe et hostile aux États-Unis. Nous arrivons au moment où les combines que vous avez utilisées pour essayer de donner forme et vie à ce rêve monstrueux vous explosent au visage sans que, dans votre myopie, vous ayez su le prévoir. Vous paniquez. Vous essayez de sauver la face ou de sauver les meubles, sachant au fond de vous que vous ne sauverez ni l’une ni les autres.

Vous n’êtes pas encore au stade où les électeurs heureux de votre soumission à l’islam sont en nombre suffisant pour faire la décision. Il faudra encore une dizaine d’années. En attendant, vous êtes prêts à prendre de temps à autre la posture de la fermeté et à brandir un sabre de carton. Vous reculez de dix pas et vous claironnez que vous faites un petit pas en avant. Vous pensez que cela ne se voit pas… Il y a effectivement une frange de l’électorat qui trouve très beau le sabre de carton et qui est prête à croire que c’est un vrai sabre. Malheureusement pour vous, ceux à qui vous avez déjà tant donné n’ont que faire de vos combines et ne sont pas prêts à jouer votre jeu. Ils vous veulent courbés, et à leurs pieds. Ils le disent. Ils s’enroulent dans le drapeau tricolore et chantent la Marseillaise pour bien vous faire comprendre : vous l’avez voulu, assumez ! La France sera musulmane !

Y a-t-il quelqu’un pour sauver la France ? Alain Madelin, Rachid Kaci, quelques autres, sont des hommes courageux, mais tout sera fait pour les bâillonner. Je réponds donc : non. Personne ! Le salut viendra peut-être de l’extérieur…

« L’Express » titrait voici peu concernant George Bush « l’homme qui nous a gâché l’année ». Bush effectivement a secoué notre torpeur de moribonds. « L’Express » répond : laissez nous crever en paix !

14 réponses à l'article : Le cercle des saddamistes dépités

  1. Tatangas

    24 janvier 2004

    Je suis totalement d’accord avec vous Monsieur MILLIERE; vous le savez car je vous l’ai déjà écrit et vous m’avez fait l’honneur de me répondre. Comme vous, je ne fais aucune confiance à nos gouvernants actuels, mais hélas, il faut bien constater que jamais le dicton “les peuples ont les gouvernements qu’ils méritent” n’a été aussi vrai. Néanmoins je n’épouse pas entièrement votre pessimisme — lequel, gardez vous en bien, est contagieux — En effet, la France est actuellement “occupée” et l’Islam met de moins en moins de gants pour dicter sa volonté à nos gouvernants incapables dont le seul idéal est d’être réélu, qui n’ont même pas le courage de leurs déclarations qu’ils contestent aussitôt dites, comme vient de le faire l’un de nos ministres les plus éminents. En fait, nous nous trouvons devant une situation de fait (ne perdons pas de temps à en chercher les responsables) qui sauf à commettre un génocide n’est plus réversible, situation qui sans doute va nous mener à pas de plus en plus rapides à ce que l’on désigne actuellement sous le nom de “république musulmane”. Mais je fais confiance à la France en tant qu’entité. Comme on dit notre pays “en a vu d’autres” au cours de sa longue histoire. Toujours il a trouvé un homme providentiel qui lui a permis de continuer sa route. Il n’y en a pas encore dans notre génération, mais je suis sûr qu’il y en aura un. Et si cet espoir mythique ne se réalisait pas, je crois aussi que le monde occidental en général et l’Europe en particulier ne pourront pas admettre une France musulmane. Hélas, on ne peut qu’ espérer que le salut vienne de l’extérieur, comme il l’a déjà fait plusieurs fois. C’est une forme d’optimisme.

    Répondre
  2. dolph

    24 janvier 2004

    ils se tamponnent le coquillard de leur propre peuple, les francais, alors les irakiens, pensez vous…

    Répondre
  3. Jeffrey Robert Arsham

    23 janvier 2004

    New-yorkais installé à Poitiers depuis plus de 20 ans, je me sens de plus en plus isolé; sans être pro-Bush, j’estime que ce dernier est calomnié tous les jours dans la presse française “modérée” (“mainstream”); les commentateurs prêts à allumer des contre-feux, dont M. Millière, peuvent se compter sur les doigts d’une main. Quant au Président Chirac, il a abondé dans le sens du consensus anti-américain; loin de faire preuve de “leadership” en ramant à contre-courant, c’est en démagogue consommé qu’il a collé aux basques, si j’ose dire, du plus grand nombre. Et les Irakiens? Les dirigeanrs français semblent s’en tamponner le coquillard!

    Répondre
  4. Mathieu

    23 janvier 2004

    Accuser Chirac (et sa clique) d'”antisémitisme” (sic) ! Le sieur Millière a décidément toujours le mot pour rire… Quoique le roué de l’Elysée n’en soit plus à un reniement près.

    Répondre
  5. thierry

    22 janvier 2004

    ON DEVRAIT VIVRE COMME UN NAVIRE,AYANT A SON BORD TOUT CE QU’IL Y A DE NECESSAIRE,ET TOUJOURS PRET AU COMBAT.Ernst Junger. Est-ce que la France est prete au combat?… reponse : non malheureusement plus, il suffit de voir le cinéma ( veto + etc ) avec les problemes pour l’IRAK ! la critique est toujours plus facile que l’action…

    Répondre
  6. Eric

    21 janvier 2004

    Merci de penser comme moi, je me sentais trop isole. Mais les USA en ont marre d aider l Europe, et ne le feront plus car ils en ont marre de l ingratitude. Vous etes tres courageux et lucide bravo mr Milliere.

    Répondre
  7. Nico

    21 janvier 2004

    ON DEVRAIT VIVRE COMME UN NAVIRE,AYANT A SON BORD TOUT CE QU’IL Y A DE NECESSAIRE,ET TOUJOURS PRET AU COMBAT.Ernst Junger. Est-ce que la France est prete au combat?…

    Répondre
  8. KNB

    21 janvier 2004

    M. Millières est parfois un peu excessif dans le pessimisme de sa vision, mais sur le fond son analyse est irréfutable. Si rien ne change, et tout est précisement fait fait pour que rien ne change, que le pays soit irréformable, que les vrais problèmes ne soient pas abordés, via l’action de la police de la pensée,… alors son pessimisme risque fort de devenir constat objectif. La tragédie française réside dans ses élites, tous bords politiques confondus.

    Répondre
  9. Jose Luis Warnero

    21 janvier 2004

    Bush est un homme vendu aux intérêts des militaro-milliardaires. Pensez y avant d’écrire tout ce qui vous passe par la tête!

    Répondre
  10. jaegger

    19 janvier 2004

    nous sommes tous ici d’accord sur l’analyse de la situation générale en france. Nous sentons bien que le pays est sur le point de basculer du côté “obscur” et d’entraîner avec lui l’europe dans le gouffre. Je partage en effet l’avis qu’une fois de plus seuls les vrais hommes libres d’occident (américains) peuvent empêcher le drame que nous provoquons. La ré-élection de Georges W BUSH est vitale pour nous et bien sûr pour eux. Ils hésiteront (à juste titre) mais ils ne pourront tolérer la constitution d’un front aussi violemment hostile en europe et orchestré depuis la france. Si rien ne change à court terme, l’histoire devra se répéter. Les justes devront encore agir. Comment en sommes-nous arriver là ?

    Répondre
  11. manu

    19 janvier 2004

    Effectivement , mais si pour l’instant nos hommes politiques se servent de cet électorat pour se faire élire et réélire , pensez-vous que celà va durer ?? Que cet électorat ne préfèrera pas les remplacer par des hommes plus “conformes” à leur conception de la société , et bien-sûr issus de leur communauté ? D’autres part “le salut viendra de l’extêrieur” … les deux dernières fois qu’ils nous ont prêté main forte ( les U.S.A. ) c’était les 1ère et 2è Guerres Mondiales , si on fait exception du Kossovo , qui bienque proche ne nous concernait pas directement ( quoique …). Vous envisagez donc de tels évènements en Europe ?

    Répondre
  12. thierry

    18 janvier 2004

    bravo Monsieur Millière pour votre clairvoyance, et toujours a 200 % avec vous… thierry

    Répondre
  13. alain D

    17 janvier 2004

    Roubaix…quatorze Septembre 2001, midi, Grand-place, rassemblement pour la minute de silence en hommage aux victimes des attaques terroristes du 11 à New-York et Washington: trois péquins qui se demandent s’ils ne se sont pas trompés d’heure ou d’endroit… Roubaix…Mars 2003,boulevard du maréchal Leclercq, une grande banderole installée par la mairie et financée par les contribuables locaux “NON A LA GUERRE”!! Monsieur Millière a raison, la France est devenue une république de Saddamistes (en fait je trouve le terme de SADAMITE plus approprié, vue la situation actuelle et à venir du pays).De l’extrème gauche à l’extrème droite tout le monde était d’accord…de 82% chIrak est passé à 99%, un référundum à la Saddam!!

    Répondre
  14. AGAMEMNON

    17 janvier 2004

    Cet article est, une fois de plus, remarquable par sa lucidité et sa clairvoyance. L’objectif de tout homme politique est de se faire élire, puis réélire, si possible ad vitam aeternam. Aussi, les musulmans, qui représentent environ dix pour cent de l’électorat, dictent désormais leur comportement à nos politiciens, d’où la surenchère inouïe d’antiaméricanisme à laquelle a donné lieu l’intervention alliée en Irak. Mais nos politiciens ne s’arrêteront pas là. Ils feront tout, absolument tout, pour être réélus. Si un jour on exige d’eux de fermer les écoles juives, de rompre nos relations diplomatiques avec les Etats-Unis ou d’interdire les importations israëliennes, etc., ils le feront. Ainsi, l’antisémitisme était condamnable lorsqu’il provenait de l’extrême droite (on se souviendra longtemps des pantomines des Tartuffes après l’affaire de Carpentras). Mais A partir du moment où il vient des islamistes, il devient compréhensible, excusable même et on le rebaptise antisionnisme (c’est de la faute à la politique de Sharon, n’est ce pas ?) Plus je réfléchis et plus je pense que le pétainisme – c’est à dire le fait de se coucher devant l’ennemi – n’a pas été un accident de l’Histoire, mais qu’il correspond au contraire à des tendances lourdes de ce pays, qui n’a plus gagné une guerre seul depuis 1812. La seule chose qui puisse nous sauver est une réaction ferme des Etats-Unis, seul moyen de nous contraindre à redresser la barre. En effet, si le gouvernement français ne paie pas le prix de ses trahisons, nous sommes morts. En ce sens, la réélection de Bush est pour nous vitale, beaucoup plus que pour les Américains.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)