Le chaos au Moyen-Orient et en Libye, c’est Bush et Sarkozy !

Posté le septembre 25, 2015, 10:01
9 mins

Jusqu’en 1990, la situation au Moyen-Orient et en Libye était, sinon satisfaisante, du moins acceptable.

En Irak, Saddam Hussein, pour lequel, je le rappelle, Jacques Chirac éprouvait, disait-il, une vive affection, tenait l’Irak, État artificiel et multiconfessionnel, bien en main. Il était un barrage à l’impérialisme iranien des ayatollahs. L’Occident, et la France en premier lieu, lui fournissait tout l’armement qu’il désirait, contre paiement comptant que permettait le pétrole.

En Syrie, la famille Assad, alaouite, tolérante avec les minorités chrétiennes, druzes, et kurdes, qui lui restent très attachées, gouvernait la Syrie, État composite et fragile. La France lui en était reconnaissante. Bachar El Assad présida le défilé militaire du 14 juillet 2008 ; c’était un ami de la France.

En Libye, Mouammar Kadhafi, le colonel « inspiré », sans doute mégalomane et excentrique, n’en gouvernait pas moins la Libye avec fermeté et efficacité. Protecteur des Touaregs du Magreb francophone, il assurait, de ce fait, la paix dans cette vaste région sahélienne, naguère partie de l’empire colonial français.

Bien sûr, les uns et les autres étaient des dictateurs, familiers des assassinats et des complots de toute nature. Nul n’ignore, en effet, que l’islam est totalement incompatible avec la démocratie. Les États musulmans sont donc des théocraties, soit sous forme monarchique, soit sous forme apparemment républicaine. Néanmoins, sur ces terres d’islam, le pire était alors évité.

Mais voici que se levèrent deux « imbéciles » – pardonnez-moi le mot –, qui se sont mis dans l’idée d’imposer la démocratie occidentale. J’ai nommé George Walker Bush et Nicolas Sarkozy – que les islamistes, eux, appellent des « idiots utiles »…

Se prenant pour des penseurs à l’intelligence exceptionnelle (et guidé, pour Sarkozy, par un gourou inspiré d’Aristote, Rousseau et Malraux), ils se sont vus chefs de guerre, deux Alexandre le Grand qui étendraient, avec la bénédiction d’organisations internationales fort bien manipulées, les frontières de la démocratie parlementaire et pacifique jusqu’aux confins de la Mésopotamie et jusqu’au sud de la Libye, habité par les tribus Toubous (des noirs nilotiques que les administrateurs des colonies appelaient les Goranes), toujours en guerre avec les Arabes.

Cette politique insensée fut un désastre. On en constate aujourd’hui les résultats meurtriers et dévastateurs. Avec comme points d’orgue l’exécution de Saddam Hussein en 2006 et l’assassinat de Kadhafi en 2011 – alors que le même Kadhafi avait été reçu en grande pompe à l’Élysée où il avait installé sa tente de Bédouin et ses toilettes amovibles !

Toujours est-il qu’au Moyen-Orient, on en est, à ce jour, à 250 000 morts, 6 millions de déplacés, des cités entières anéanties, y compris des témoignages millénaires de la civilisation (comme à Palmyre) – le tout « égayé » par des milliers de personnes égorgées, des jeunes filles enlevées pour être violées et des moins jeunes réduites en esclavage… Tout cela est le comportement quotidien de l’État islamique, formé et encadré par d’anciens officiers de l’armée de Saddam Hussein, vaincus et sans emploi, convertis à l’islam radical.

Bachar al-Assad, choyé par la France de Chirac, est devenu pour Hollande l’ennemi à abattre et à remplacer par les forces « démocratiques » de la « rébellion » « printanière » guidée par Al Qaïda. Ce faisant, ce pauvre Hollande, pire encore que ses prédécesseurs, aggrave ainsi le risque d’une confrontation avec la Russie de Poutine, qui soutient l’Iran et joue habilement de l’incurie des Occidentaux, et qui pourrait bientôt tenir le premier rôle au Moyen-Orient. Pour compliquer les choses, l’armée française, sous la haute direction de François Hollande, va se mettre à bombarder la Syrie. Espérons qu’elle ne se trompe pas de cible et qu’elle évite d’attaquer la Russie ou Bachar al-Assad, son protégé. Vous jugez des conséquences qui pourraient en résulter !

Cette situation chaotique, déjà très préoccupante, a été encore aggravée par la politique d’Obama qui, pour des raisons électoralistes évidentes, a retiré l’armée américaine de ces guêpiers – les États-Unis commettant une grave erreur en engageant leur armée dans ces pays et une autre grave erreur en la retirant prématurément, ignorant que la diplomatie n’est pas l’art d’attaquer tête baissée sans être sûr de la victoire, mais l’art de négocier pour éviter un pire prévisible.

Cette politique incohérente a déjà coûté aux États-Unis 2 000 milliards de dollars et leur coûte encore 10 millions de dollars par jour (je dis bien par jour).

L’un des résultats de cette tragique politique de gribouille est sous nos yeux. Inutile d’aller à Bagdad pour le mesurer. Il suffit de rester à Paris, à Calais, ou à Munich. L’actuelle vague migratoire, dont la presse parle dix fois par jour, apportera probablement en Europe de l’Ouest 5 millions de migrants dans les deux ans qui viennent. Coût : environ 30 milliards d’euros, en majorité à la charge de l’Allema­gne et de la France. Plus des troubles sérieux, les migrants devenant violents s’ils n’obtiennent pas ce qu’ils réclament. Ce sont des estimations basses, car on en est aujourd’hui à 20 000 arrivées par jour…

La deuxième vague, toujours venue du Moyen-Orient (Afghanistan et Bangladesh compris), pourrait compter quelque 10 millions d’individus, toujours en grande majorité musulmans. L’ONU, l’UE et de multiples associations subventionnées les encouragent à venir.

À cette vaste marée montante venue d’Orient, s’ajoute la vague migratoire méditerranéenne, via la Libye (composée d’Africains francophones, de Soudanais, d’Érythréens, de Somaliens, d’Éthiopiens…), complétée par la vague migratoire marocaine, via l’Espagne, réduite mais toujours active.

Enfin et surtout, mentionnons la vague migratoire traditionnelle légale, grâce aux 3 millions de visas délivrés par la France chaque année. Résultat : 800 000 clandestins soignés gratuitement en France ! Coût : 2 milliards d’euros par an, plus un certain nombre de coups de poings dans le nez des médecins. Ces foules sont protégées par le droit du sol qui fait que Mayotte est une fabrique en croissance constante de petits « Français » qui, devenus grands, se fixeront à Marseille, la plus grande ville comorienne ! Dans un pays, la France, qui compte 5 millions de chômeurs et d’emplois précaires, l’immigration est vraiment une chance, n’est-ce pas ? Alors que, de surcroît, le pays est financièrement en faillite…

L’Allemagne, elle, recherche de la main-d’œu­vre, car elle est en fort déclin démographique. Mais, alors, pourquoi y pratiquer plus de 100 000 avortements par an ? Les jeunes Allemands dont on ne veut pas sont ainsi remplacés par des Turcs, des Arabes et des Africains !

Ne croyez-vous pas qu’il serait temps d’arrêter ce suicide et ces crimes ?

17 réponses à l'article : Le chaos au Moyen-Orient et en Libye, c’est Bush et Sarkozy !

  1. Seppidalsace

    03/10/2015

    Jaurès – s’il n’y avait que des machos comme toi, les Alsaciens et Mosellans réclameraient le Statut du Tyro ldu Sud

    Répondre
  2. DESOYER

    30/09/2015

    D’accord sur tout avec Christian Lambert, sauf sur Saddam Hussein. Ce dernier s’est livré à un cassus belli en attaquant le Koweit. De plus, contrairement à Bachar et même à Kadhafi dernière version, ce n’était pas un ami de l’Occident.

    Répondre
    • Rosenberg

      01/10/2015

      De Soyer : ce sont les américains qui ont poussé Saddam à l’envahissement du Koweit; D’ailleurs,ce Pays, historiquement
      fait partie de l’Irak – Je crois bien que Saddam (qui fumait le cigare et portait un chapeau tyrolien ) a été piégé par les USA , bras armé d’Israel .

      Répondre
      • 01/10/2015

        Je ne peux pas répondre à votre assertion, mais il y avait de facto une violation des règles de droit internationales. Que les Américains l’y aient poussé, je n’en sais rien, mais, après tout, il était majeur et vacciné.

        Répondre
  3. Seppidalsace

    28/09/2015

    Merkosy dans le même !cul-de-sac

    Répondre
  4. Rosenberg

    27/09/2015

    Je pense que Kikolaus von Sarko est conscient de ses crimes. C’est la raison pour laquelle il tient à revenir au pouvoir suprême; ce qui fera gagner 5 années de protection. Ensuite il y a toujours Alzheimer comme refuge.

    Répondre
  5. Rosenberg

    26/09/2015

    Chirac avait de l’affectionpour Saddam Hussein; et, même -l s’est fait chevaucher à 4 pattes par un petit-fils de dictateur.
    Bref, Jacquot avait aussi de l’affection pour la tête de veau parce qu’elle ressemblait à la sienne !

    Répondre
  6. sylvain Drey

    26/09/2015

    Il faut un Tribunal International pour juger Sarko et Bush pour leurs crimes contre l’Humanité. Et, pour ce faire choisir un Etat américain qui pratique la peine de mort.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      26/09/2015

      expéditif ! mais est ce bien raisonnable et réalisable ?

      Répondre
      • sylvain Drey

        26/09/2015

        Est-il raisonnable d’être chroniquement faible et indulgent ?

        Répondre
      • Rosenberg

        27/09/2015

        Oeil pour oeil, dent pour dent ! Seule réponse de l’occident, et que comprennent parfaitement les Moslems !

        Répondre
  7. claudelouis

    25/09/2015

    *** ENFIN !!! … Depuis X temps je clame (mais n’étant pas un politicard, donc restant ignoré…) que les 2 là devraient comparaitre dans un tribunal Militaire pour CRIMES DE GUERRE, car ils ont oeuvré pour la disparition de Notre Civilisation !!!…

    Répondre
    • Rosenberg

      26/09/2015

      Condamnation à mort oui – Nicolas connait-il seulement l’Histoire de France ?

      Répondre
      • Raspoutine

        06/10/2015

        il faut fermer le couvercle du Sarkophage

        Répondre
  8. quinctius cincinnatus

    25/09/2015

    Nicolas Sarkozy :

     » l’ Islam a connu la Renaissance AVANT le Moyen-Âge  »

    partiellement erroné , mais passons , la question étant plutôt :

     » qui a bien pu lui souffler à l’ oreille pareille sentence ?  »

    réponse :

    je ne vois qu’ un homme chez les Républicains :

    Guaino

    Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    25/09/2015

    Si, en politique étrangère Nicolas Sarkozy, fut un déclencheur de chaos , en politique  » intérieure  » il fut un immobiliste … agité !

    exemple :

    lorsque un de ses ministres ( je ne me souviens plus exactement de qui ) demanda de  » changer le statut des fonctionnaires  » il se fit proprement engueulé par … Sarko et Fillon … Et maintenant le premier demande à Emmanuel Macron de rejoindre les Républicains s’ il [ Macron ] veut appliquer vraiment ce qu’ il dit … car autrement dit Sarko … l’ Américain,  » c’ est un … mensonge  » … ( l’ Ex ne manque pas de ce culot phénoménal typiquement moyen-oriental ) . Quant au second, c. à d. François Fillon, il veut maintenant quasiment renverser la table … des négociations ( ? )

    Répondre
    • sylvain Drey

      26/09/2015

      Cincinnatus – Sarko immobilisme agité – bien dit

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)