Le « dossier Arafat » est accablant

Posté le octobre 10, 2004, 12:00
3 mins

Yasser Arafat a renoncé au terrorisme et reconnu la légitimité de l’État d’Israël, il est donc un interlocuteur valable pour établir la paix au Proche-Orient : c’est ce que beaucoup de gens pensent, de bonne foi. L’immense mérite de Me Calvo-Goller et de Me Michel A. Calvo, avocats au barreau d’Israël, est de nous montrer à quel point tout ce petit monde est dans l’erreur.
Premier exemple : les discours du président de l’Autorité palestinienne. Devant Clinton, le 14 décembre 1998, cela donne : « Je vous assure que notre peuple est pour une paix juste et globale » Or, deux ans plus tôt (22 octobre 1996) s’adressant aux Palestiniens de Bethléem, il disait tout autre chose : « Nous n’avons qu’un seul mot : la lutte (…) le combat (…) le djihad ». Modéré devant les Occidentaux, dur devant les Arabes : si la duplicité était un royaume, gageons que Yasser en occuperait le trône !
Nos auteurs ne se contentent pas de rappeler ce double langage, « connu des politiques, des journalistes, des orientalistes, mais ils n’ont ni l’honnêteté ni le courage de le dénoncer » (p. 83). Ils apportent des preuves solides de l’implication du Raïs dans l’incitation à la haine et à la violence des Palestiniens (surtout par le biais de la télévision ; voir aussi chapitre 4, p. 87-104, étudiant l’exploitation de la « mort » du jeune Mohamed Al-Dura) et dans la mise en œuvre de l’Intifada en général et des attentats-suicides en particulier. « Yasser Arafat et ses complices ont préparé psychologiquement leur population à commettre ces crimes, expliquent les deux avocats. Ils ont permis leur réalisation, les ont planifiés et déclenchés. Ils leur ont donné une base religieuse, éducative, politique, culturelle et même scientifique (…) Il est donc responsable en droit pénal international de crimes de génocide, de crimes contre l’humanité et d’assassinats ». (p. 182) Une plainte a d’ailleurs été déposée au Palais de Justice de Paris le 3 mars 2003, plusieurs Français ayant péri dans des attentats-suicides.
En outre, Le dossier Arafat a le mérite de donner la parole aux victimes du terrorisme palestinien (poignants témoignages dans le chapitre 2, p. 27-45) et remet les pendules à l’heure sur la prétendue responsabilité du général Sharon dans le déclenchement de l’Intifada (p. 142) et dans le massacre de Sabra et Chatila (Annexe 3, p. 265-269).
Le livre refermé, on retiendra ceci : Arafat se moque éperdument de la paix avec Israël, car il ne souhaite que sa disparition ; les accords de paix tels ceux d’Oslo de 1993 ne sont qu’une étape, une façon de gagner du temps, un « Cheval de Troie » en vue de l’objectif final évoqué plus haut. Une lecture indispensable, qui fera certainement grincer des dents les supporters de ce cher Yasser !

ACHETEZ MAINTENANT ACHETEZ MAINTENANT ACHETEZ MAINTENANT

logo chatborgne site de vente de livres de droite

4 réponses à l'article : Le « dossier Arafat » est accablant

  1. Isabelle

    16/10/2004

    Bien dit T.Larger!

    Répondre
  2. T.Larger

    12/10/2004

    pour instruire le dossier sharon on n’a pas besoin d’aller à Naplouse, il suffit de regarder, d’écouter ou de lire les médias français. Il est rare de lire des critiques d’Arafat, c’est tout l’intéret de ce livre.

    Répondre
  3. F&H

    11/10/2004

    Bonjour, Mr Chataigner, « Me Calvo-Goller et de Me Michel A. Calvo, avocats au barreau d’Israël. » Sans blague…. Je crains malheureudement que ce « dossier Arafat » inspire autant le doute qu’un éventuel « dossier Sharon » rédigé par deux avocats du barreau de Naplouse…. F&H

    Répondre
  4. SIRIUS

    10/10/2004

    ARAFAT s’inscrit dans la lignée des chefs de gang qui sont parvenus à mettre la main sur un Etat (Battista, Castro, Khadafi, Kim Il Sung, Duvalier, Saddam Hussein, Somoza, etc.) et qui, derrière un paravent idéologique ou nationaliste, font tuer de pauvres gens pour détourner l’attention de leurs affaires, rien de plus.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)