Le grand naufrage de la justice en France

Posté le juillet 24, 2004, 12:00
7 mins

La France est une société très malade. Nul secteur ne le montre mieux depuis quelque temps que la justice. Au récent procès d’Outreau dans le Pas-de-Calais, on a pu voir une sorte de quintessence de fiasco et d’indécence. Une instruction bâclée par un juge débutant, visiblement incompétent mais néanmoins arrogant car sûr de son impunité et sûr d’être au-dessus des lois. Des gens à l’évidence innocents emprisonnés pendant de longs mois et leur vie brisée sans preuves matérielles et sur la simple foi de dénonciations calomnieuses et de discours délirants. Des gens condamnés quand même à la fin, bien que rien, strictement rien n’indique qu’il y ait la moindre raison qu’ils le soient sinon l’« intime conviction » des jurés et du président.
Dans un pays qui mérite le nom d’État de droit, seules quatre personnes auraient été condamnées, les autres accusés auraient été relâchés. Dans un pays qui mérite le nom d’État de droit, la plupart des gens incriminés n’auraient pas, de toute façon, été placés en détention préventive, faute de preuves, et leur vie familiale et professionnelle n’aurait pas été brisée, d’une façon probablement irréversible. Dans un pays qui mérite le nom d’État de droit, on n’aurait pas condamné à mort de façon aussi arbitraire des innocents, car il y a des morts par suicide en prison. On aurait préservé la liberté de ceux que rien n’incriminait, on aurait condamné de façon exemplaire les coupables, on aurait sanctionné, voire révoqué, un juge léger, irrespectueux de ceux qu’il a sous son autorité et irrespectueux, de facto, de l’idée même de justice.
Tandis qu’on maintient en prison des innocents à Outreau, et qu’on les pousse à la mort, on peut découvrir en parallèle qu’on libère des criminels avérés comme pour leur donner l’occasion d’avoir une « seconde chance ». Un violeur récidiviste résidant dans le Nord vient d’avouer dix meurtres avec sévices : on lui en attribue pour le moins trente, et il est tout à fait possible que, quand cet article paraîtra, le chiffre ait été revu à la hausse. Fallait-il vraiment, après une première condamnation pour des faits extrêmement graves, lui permettre de retrouver la liberté ? Ne pouvait-on penser que cette liberté serait pour lui liberté de violer et de tuer ?
Un autre violeur récidiviste résidant en Alsace, lui, a été interpellé. Il avait été condamné pour meurtre. Il aurait dû passer vingt ans en prison, mais les vingt ans sont devenus quatorze : il s’est « bien conduit » en prison et a bénéficié de remises de peine. Trois mois après avoir été libéré, de forts indices inclinent à penser qu’il a tué trois personnes.
On peut estimer que la peine de mort n’a pas de justification : ce n’est pas mon cas, mais je suis prêt à écouter des gens qui ont un autre avis que le mien. On peut estimer que des voleurs, même récidivistes, peuvent changer et se réhabiliter, mais comment peut-on appliquer le même raisonnement à des violeurs, à des pédophiles, à des auteurs d’assassinat avec préméditation ? On vient d’inscrire dans la Constitution le principe de précaution pour ce qui concerne l’environnement, ce qui est à mes yeux une ineptie dangereuse pour le futur de la recherche scientifique. Comment justifier qu’on envisage d’interdire des expériences scientifiques ou la mise sur le marché de produits nouveaux au nom de l’idée qu’il pourrait exister un risque infinitésimal que dans le long ou le très long terme, ils pourraient nuire à la santé humaine ou à la « nature » en général, et que nul ne semble songer à interdire cette expérience beaucoup plus dangereuse, et de façon bien plus vérifiable, et non dans le long ou le très long terme, mais dans le très court terme, qu’est la remise en liberté de criminels avérés qui ont déjà fait la preuve de leur dangerosité ?
Derrière ce qu’il faut bien appeler le grand naufrage de la justice en France, il y a, à l’évidence, la chape de plomb du politiquement correct et l’élitisme infatué de la gauche vison-caviar. En parallèle, la même justice française trouve normal qu’un propagandiste antisémite crie « Heil Israël » à la télévision, ou pose fièrement en uniforme de SS pour les affiches d’un spectacle dont l’auditoire pourra préparer en toute quiétude les prochains actes antijuifs.
Quand donc s’élèvera-t-il en ce pays un grand cri de colère exigeant que la justice redevienne juste et soit à nouveau à sa place ? Les Français sont-ils devenus à ce point résignés ? Le droit et la démocratie sont-ils définitivement confisqués ?

19 réponses à l'article : Le grand naufrage de la justice en France

  1. Anonyme

    14/01/2009

    Bonjour

    Où en est la justice en France ? ….depuis 2004 ?

    Répondre
  2. edmond42

    14/01/2009

    Depuis 2004 .. où en est la justice en France ?

    Répondre
  3. Rosanov

    29/07/2004

    Bravo. Cet article nous change de l’article tendancieux N° 445 de votre collègue Frédéric Chataigner.

    Répondre
  4. Seb

    29/07/2004

    Bonjour Caliméro, pour répondre à ta question, je vois mal des gens faire campagne, faire du populisme pour ce faire élir « magistrats ». D’autant plus que la seuls vraie qualification des élus de tous niveaux c’est de savoir parler et plaire ( de vraie sophistes ; et oui, avant d’entreprendre quoi que ce soit on en parle tjrs avant et le tout est dans la manière de le présenter ). De plus, je verrais mal les abstentionnistes de tjrs se bouger pour elir des magistrats…

    Répondre
  5. oldpicsou

    27/07/2004

    Mieux que des longs discours pour apprécier l’équité et la pertinence de notre justice, allez voir une histoire vraie et ahurissante sur Google: « Le Bon, la Juge, et le Truand » Vous n’en reviendrez pas. Et, comme pour l’accident ou l’agression, cela n’arrive pas qu’aux autres. Nous sommes tous en « liberté provisoire »…

    Répondre
  6. Caliméro

    27/07/2004

    une p’tite question; pourquoi les juges ne sont ils pas élus par le peuple qu’ils sont sencés défendre. Ils seraient ainsi tenus de rendre la justice voulu par le peuple et non pas celle des politiques…

    Répondre
  7. Fafhrd

    27/07/2004

    J’ai lu l’article, et les commentaires qui vont avec. Je me sens particulièrement concerné, car j’ai eu maille à partir avec la justice et à deux juges d’instruction (normal, en cas de mutation ils se repassent le dossier). Le second sortait d’école. Le genre chien fou. j’ai fait de la prison préventive sur le seul dépot de plainte d’une seule personne ! Ca marche comme ça en France, sur dénociation on vous fourre en prison. Si ça rapelle des souvenirs à quelqu’un, il y a environ 60ans… Je suis en colère de voir ce que ces gens là sont capable de faire aux honnête citoyenet le pire, c’est qu’ils n’ont pas de compte à rendre, ça me rend malade. Outreau est un scandale, une insulte faite à tous les citoyens qui un jour pourraient avoir à faire avec cette justice. Justice de nantis. Quand je pense à un certain Johnny H. allias Phillipe S. Qui est nommé dans une affaire de viol, et qui n’est quasiment pas inquiété, et d’autre, qui sont d’obscures personnes sont fourrées en prisons pour de longs mois mois, voir années, j’en sais quelque chose j’y suis allé. Honte à eux ! et honte à nous qui acceptons ces gens là! Thierry

    Répondre
  8. Pierre

    27/07/2004

    Le systeme judiciaire en France semble corrompu et asservi au pouvoir politique. j’en veux pour preuve ces faits divers qui ont rebondi dans l’actualité contribuant ainsi à renforcer la délinquance dans nos cités : – Affaire Papon: ce pauvre veillard libéré « pour raison de santé » Espérons que la canicule ne lui résistera pas un été de plus. – Affaire DUMAS : relaxe pour le président du conseil constitutionnel . Abus de biens sociaux….. -Affaire ELF : les inculpés ont acheté leur libération. -La Juge Eva Joly est ecoeuré par les complaisances du pouvoir politque -Affaire JUPPE: autoamnesty. Des crapules dérobent des dossiers du RPR dans le cabinet du juge ! Circulez y a rien à voir -Affaire CHIRAC : le couple CHIRAC dépensait près de 4000 F de « frais de bouche » / jour Ont ils été inquiétés par la justice -AFFAIRE TIBERI : relaxe pour Xavière Tibéri qui a reussi a faucher 200 000 FF au Conseil general 91. Notre pays n’a pas la justice qu’il mérite. Le POUVOIR parvient a faire taire ou a manipuler la haute justice. Monsieur CHIRAC devra répondre de ses malversations dès lors qu’il ne sera plus immunisé. Conclusion: Comment voulez vous que le peuple d’en bas qui assiste chaque jour à tant de magouilles indicibles puisse rester honnete ? La classe politique est corrompue . A Toulouse un procureur véreux allait voir les putes ! des témoins assermentés l’affirment. Circulez ! Y a rien a voir ! Dans notre beau pays un violeur d’enfant pourra encore assouvir ses instincts . la justice le condamnera peut etre à la réclusion (nourri ,logé) Pierre

    Répondre
  9. Sebastien DH

    26/07/2004

    Le procès d’Outreau met bien en évidence une chose : une magistrature faible et incapable. Il faut y remédier. Mais en premier temps dire à ses juges de cesser de s’engager politiquement ! En politique il sont citoyen et non pas magistrat. S’engager sur une voix ne relevant que de l’opinion en tant que magistrat est une faute effroyable et intolérable. Je prend comme exemple l’extradition de Battisti où le Syndicat De la Magistrature a apporté son soutien à ce criminel !! Ce rendent-ils compte seulement de ce que cela signifie ? Ils ne sont plus impartiaux. Même ici les gauchistes y vont bon train ; s’agissant du « syndicat de la magistrature », je ne condamne pas ici que ces trotskistes mais l’ensemble de la Magistrature de France qu’il laissent faire !… La France a aujourd’hui a affaire à un ramassi d’incapables, d’hommes et de femmes abusant de leur pouvoir. Le pouvoir leur a été délégué par l’Etat ! Ils sont là pour l’appliquer et se taire. Qu’ils cessent de nous donner des leçons et qu’ils fassent mieux leur jobs !

    Répondre
  10. T.Larger

    26/07/2004

    DE même que le reste du pays la justice doit etre jugée par ses résultats, quelles que soient la difficulté, et la qualité de l’instruction. D’un coté elle met des innocents en prison et en accule un au suicide, de l’autre elle laisse trainer des individus dangereux, ce qui leur permet de s’attaquer à des innocentes. Expert ou juge, le principe de précaution pour parler politiquement correct doit s’appliquer d’abord aux honnètes gens, si ce mot a encore un sens auprès des « intelligents qui sont censés nous gouverner, mais qui nous mènent au désastre moral et financier

    Répondre
  11. paddy10

    26/07/2004

    Lettre ouverte aux pédophiles, assassins en tous genres, psychopates, multi recidivistes qui avez toujours le soutien de la France bien pensante. Vous ne trouvez pas que ç’est trop facile? pour changer attaquez vous aux familles des magistrats, des politiques, des journalistes! merci d’avance c’était la France d’en bas.

    Répondre
  12. zoro1

    26/07/2004

    quel est ce pays où l’on condamne les innocents et l’on relache les assassins? Quel est ce pays où le juge fait fi de la loi qu’il est chargé d’appliquer? Quel est ce pays où les puissants s’autoamnistient, ou un procureur de la république est sanctionné quand il dit la vérité Quel est ce pays de coquins et de copins Quel est ce pays qui à l’outrecuidance de donner des leçons au monde entier. Mais oui,CHIRAC, c’est le tien.Voleur en chef, chef de bande,il est temps que cet individu dégage

    Répondre
  13. Christophoros.

    25/07/2004

    A R.Ed. Je vous invite à relire mon post et à ne pas le « sur-interpréter ». De manière générale, il me semble que la justice pénale – par opposition à la justice « civile » ou à la justice administrative – est quelque soit le sytème considéré ( de droit continental ou de « common law » ) le domaine le plus délicat et en tout cas le plus passionnel car il y est question de davantage que d’intérêts pécuniaires mais souvent de la vie, de la liberté et de l’honneur des citoyens pour ceux qui croient encore à cette notion surannée. Quand on essaie de réfléchir à tête reposée à ces problèmes – au-delà de l’émotion suscitée par des affaires tragiques et qui restent heureusement exceptionnelles – on ne peut que s’apercevoir de la difficulté de la chose. Le système américain, par exemple n’a rien à envier en matière d’injustice au système français ( voir par exemple l’affaire Simpson en son temps). Si vous voulez creuser je ne peux que vous « conseiller » de lire à ce sujet l’excellent livre d’Antoine Garapon et Joannis Papadopoulos « Juger en Amérique et en France » qui deviendra vraisemblablement un classique en la matière. Cordialement.

    Répondre
  14. R. Ed.

    25/07/2004

    Pour Christophoros:Quelle chance vous avez de vivre dans un pays parfait !La meilleure justice du monde,des hommes politiques que le monde entier vous envie,des roitelets tels que Mittérand Ier, Chirachmed VXXXII, des ministres courageux (Val Fourré) , des MRAP, SOS machin et des dizaines de milliers d’associations pour le plus grand bonheur de ses citoyens , un nombre très restreint de fonctionnaires, et surtout toutes ces « chances » pour la France que j’ai bien failli oublier de mentionner !

    Répondre
  15. Guillermo

    25/07/2004

    ENFIN !!! Enfin dans ce journal un article sur l’institution judiciaire. Ca crédibilise enfin votre journal. J’en avais marre de voir fustiger l’Administration alors que la Justice, institution à la fois hautement sensible et la plus bancale de ce pays, était toujours épargnée. Ainsi que je l’avais écrit en commentaire de l’article de M. Dumait N° 447 (juste avant le scandale d’Outreau !) : cette institution nous menace de plus en plus et nous protège de moins en moins. J’avais écrit ceci suite à une affaire à Angoulème, tout aussi scandaleuse, mais peu médiatisée car ne concernant qu’un seul individu. Notons que si, dans cette affaire, le juge d’instruction s’est montré un modèle d’incompétence et de stupidité, il est maintenant plus payé que ses collègues. Piètre façon de s’excuser de la part du Garde des Sceaux. Au demeurant, ce juge n’est pas le seul à s’être montré ubuesque, même s’il a certainement le maillot jaune. Il ne s’agit pas de lui trouver des circonstance atténuantes, il n’en mérite aucune. Mais il s’agit de dire qu’on a affaire à un ramassis d’incapables. On remarquera au passage que comme tous lâches dignes de ce nom, les juges d’Outreau ont tenté de se défausser sur les experts (lesquels n’ont certes pas été glorieux). Mais la moindre des précautions de la part des juges était d’ordonner des contre-expertises et de ne pas se précipiter sur les conclusions. Celui qui est responsable de la décision d’enfermement préventive c’est bien le juge (d’instruction) et non l’expert. Ils ne vont quand même pas sous-traiter les jugements aux experts, pour les cas qui deviendraient foireux ! Au bout du compte, cette institution a conservé ses prérogatives d’ancien régime : elle est de droit divin. Elle continue à travailler hors contrôle ce qui est une totale aberration dans un état de droit. Et que je sache lorsque j’étais lycéen et étudiant c’était les moins bons élèves qui partaient faire du Droit (hormis quelques vocations familiales). Les institutions et la société leur donnent un crédit totalement injustifié. On pourra objecter que dans l’absolu juger est fort difficile. Mais il faut distinguer l’erreur humaine des fautes totalement inexcusables, surtout lorsqu’elles sont faites en série. Par exemple, lorsque des juges foulent à ce point la présomption d’innocence, ils n’ont rien à faire en tant que juges : l’ANPE voit défiler des gens bien plus compétents que ces incapables patentés. Et ils devraient changer de place dans le tribunal … pour s’asseoir sur le banc des accusés. Enfin comme le souligne un de vos lecteurs: l’école nationale de la magistrature est bien à la Justice ce que l’ENA est à l’Administration. Une oligarchie quasi-familiale qui se drape dans sa suffisance et sa dignité bafouée pour faire oublier sa notable incompétence (ceci hormis quelques éléments totalement dépareillés et d’autant plus méritants). Le juge d’intruction de l’affaire d’Outreau en est l’archétype, la caricature.

    Répondre
  16. Joel

    25/07/2004

    Je pense que le seul remede possible a cette situation est de RESPONSABILISER les juges, PENALEMENT et financierement. Les magistrats instructeurs envoyent bien facilement en detention preventive, ils sont dans 95% des cas toujours suivis par la chambre d’instruction, qui au lieu de CONTROLER, se contente de VALIDER. Mettre 2, ou 3, ou 20 magistrats en college pour decider de la detention preventive ne changera RIEN. Ces braves gens sont tous copains comme cochon et ne se contredisent quasiment jamais. Voir comment le proc dans le proces d’outreau a voulu caresser le juge d’instruction dans le sens du poil, malgre ses erreurs flagrantes! Responsabiliser les magistrats, ca veut dire les mettre a la retraite d’office sans traitement quand ils se plantent trop lourdement. Ca veut dire les faire payer DE LEUR POCHE les indemnites pour detention abusive. Et bien sur pour ca, etablir un veritable JURY POPULAIRE, sans aucun magistrat, qui decidera des sanctions a appliquer. Tout le reste, les gesticulations de perben comme des autres, ne changeront rien! Joel

    Répondre
  17. Pierre

    25/07/2004

    Le procès d’Outreau a fait éclater au grand jour des défaillances intolérables dans le système judiciaire de notre pays. Le garde des Sceaux a été contraint de « demander pardon » aux victimes de cette déplorable erreur judiciaire. Les experts psychologues probablement incompétents se sont faits manipuler . Le magistrat instructeur aurait du etre révoqué. Sortant de l’ecole,ce magistrat novice n’a pas été à la hauteur et a nuit à sa fonction. Nous vivons dans un pays où les violeurs et assassins d’enfants savent qu’ils n’encourent pas lourd. Il est là le noeud du problème. Le citoyen éclairé que je suis ,souhaite du fond du coeur que notre constitution ait le courage et l’honneteté intellectuelle de mettre hors d’état de nuire définitivement ces criminels.la peine de mort n’est pas un tabou. Réfléchissez un instant si M.Chirac ou M.Perben étaient « touchés directement » dans leur propre famille par un enlèvement d’enfant. La classe politique se défausse ! de toute manière on n’enlève que des enfants de famille modeste. Comble de l’ironie. A Outreau ,il y a des salopards qui ne se sentiront pas inquiétés. Pierre

    Répondre
  18. Christophoros.

    24/07/2004

    Si « l’instruction a été bâclée par un juge débutant », l’article de Guy Millière a visiblement de la même manière été écrit avec trop de précipitation. En premier lieu, il faut rappeler que cette affaire n’est pas arrivée à son terme judiciaire, les condamnés ayant fait appel. Dans un souci de décence élémentaire et de respect pour la Cour d’assises qui va avoir à se prononcer, M Millière aurait dû s’abstenir respectant ainsi scrupuleusement l’Etat de droit dont il fait justement l’apologie. En second lieu, l’affaire d’Outreau soulève en elle-même tellement de questions d’ordre technique qu’il n’est pas raisonnable d’évoquer en sus le problème du traitement des délinquants récidivistes ni l’attitude sans rapport avec l’affaire d’Outreau d’un comique troupier coloré sans talent. Il est facile d’accabler un juge d’instruction, à croire que dans ce pays tout le monde pourrait l’être. Faut-il rappeler que dans ce dossier la quasi-totalité des intervenants a eu un comportement étrange , notamment – les experts ( « les enfants ne mentent pas ils sont crédibles » ) – les avocats ( problèmes d’abstentéisme de certains avocats, insultes proférées à l’audience ) – le ministère public, qui n’a pas craint lors de ses réquisitions de faire oeuvre de « créativité juridique » en qualifiant les actes imputés à l’abbé Viel de « viols furtifs  » ce qui est une innovation considérable en droit pénal ( je connaissais seulement les avions furtifs … ) – le président de la Cour d’assises ( par exemple pourquoi n’a-t-on pas entendu l’évêque qui est le « supérieur » hiérarchique dudit abbé. ) Et j’en oublie, l’article de M Millière me donne envie de paraphraser Jacques Prévert.  » Bandit, voyou, voleur, chenapant C’est la meute des honnêtes gens qui fait la chasse au juge d’instruction ( l’enfant chezJP) pour chasser le juge d’instruction ( l’enfant ) pas besoin de permis, Tous les braves gens s’y sont mis… »

    Répondre
  19. Tatangas

    24/07/2004

    Je ne sais pas si le juge d’Outreau sort de l’Ecole Nationale de la Magistrature de Bordeaux mais je reste convaincu que cette école a fait autant de mal à la Magistrature que l’ENA en a fait à lAdministration. La valeur des magistrats d’aujourd’hui est bien au dessous de celle des magistats d’autrefois formés sur le tas. Je ne dis pas cela seulement par nostalgie.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)