Le parti de l’étranger

Posté le novembre 06, 2005, 12:00
7 mins

Il y a toujours eu dans notre pays un « parti de l’étranger », qui réserve ses admirations à quelque grande puissance extérieure parée de toutes les vertus. Ce fut jadis la tribu des Eduens, grande amie des Romains et de Jules César, qui ne se rallia à Vercingétorix que dans le but de saboter sa guerre de résistance, et qui y parvint. Ce furent plus tard les Bourguignons, qui s’allièrent aux Anglais contre Jeanne d’Arc et le Roi de France. (Comme par hasard, la Bourgogne coïncide approximativement à l’ancien territoire des Eduens.) Plus près de nous, il y eut les fidèles de Philippe Pétain, qui collaborèrent avec l’occupant nazi au nom d’une révolution prétendue « nationale ». Au même moment, un second « parti de l’étranger » était composé des communistes inféodés à Moscou, qui n’entrèrent dans la Résistance qu’après la rupture du pacte germano-soviétique et sur ordre de Staline. Après la guerre, ces mêmes communistes ne cessèrent de soutenir aveuglément l’impérialisme de l’URSS.
Ces « partis de l’étranger »ont un point commun : leurs membres, quoique toujours prêts à ouvrir les frontières de leur pays à la grande puissance qui les fascine, ou tout au moins à lui subordonner la politique nationale, se targuent de donner à tout le monde des leçons de nationalité et se proclament plus patriotes que quiconque. Je me demande d’ailleurs s’ils ne sont pas responsables d’une certaine défaveur subie par le mot « patriote » dans la France moderne, défaveur illustrant assez bien ce constat du plus grand des psychologues, Friedrich Nietzsche, qui disait excellemment : « Ce qui vous retient parfois de dire la vérité, c’est qu’elle ressemble trop au mensonge des autres. » Oui, je crois que si beaucoup de Français hésitent à se dire patriotes, alors qu’ils le sont réellement, c’est que le patriotisme déclamatoire et fallacieux des partisans de l’étranger les en dégoûte.

…………………………………….
Abonnement papier gratuit de 4 semaines inscrivez-vous maintenant, inscrivez vos amis
http://www.les4verites.com/lejournal.php
………………………………………..

Quel est aujourd’hui le « parti de l’étranger » ? Il est aussi visible que le nez au milieu de la figure, car il se compose de ceux qui chantent à tous échos les louanges de George « Deubleiou » Bush et qui rêvent de voir la France prendre ses ordres à Washington. Ils n’ont pas de mots assez durs pour flétrir leur propre pays, ni de mots assez fleuris pour encenser la nouvelle Rome d’Outre-Atlantique, qui prétend régenter le monde entier à sa guise. Ces mercenaires politiques, qui ont les pieds ici et la tête ailleurs, font parfois illusion, car on ne saurait contester que les Etats-Unis sont souvent admirables et la France souvent critiquable. Mais les membres du « parti de l’étranger » se démasquent par le systématisme inconditionnel de leurs prises de position. Surtout, ils ne tolèrent aucune critique, si justifiée soit-elle, envers le « grand pays frère » qui a capté leur dévotion. Et pour fustiger les esprits lucides qui s’efforcent de juger librement, ils ont inventé le terme « antiaméricanisme », projetant ainsi sur autrui, en l’inversant, leur propre parti pris. Ce n’était que ridicule, mais voilà qu’ils viennent de franchir les dernières bornes de l’indécence en inventant le terme de « turcophobie », pour dénigrer les Européens qui ne veulent pas que leur magnifique civilisation devienne un fourre-tout ouvert à tous les vents. Et pourquoi ce dénigrement des patriotes européens ? Tout bonnement parce que M. Bush, expert en stratégie de supermarché, a décrété que la Turquie devait être européenne, à croire qu’il fait avec Jacques Chirac un concours d’inepties.
L’Europe est aujourd’hui menacée d’invasion. Ses frontières trouées n’arrêtent plus personne. Le beau roman de Jean Raspail, « Le Camp des Saints » (1973) se révèle prophétique. Des hordes de pauvres hères se jettent sur des barbelés pour tenter d’entrer en Espagne. D’autres risquent la noyade sur des rafiots pour gagner l’Italie ou bravent la congélation dans les soutes des avions. La ville de Calais est parsemée de migrants faméliques visant l’Angleterre. Les « clients » des restos du coeur sont pour 20 % au moins des clandestins. Les ministres européens des Affaires étrangères se concertent en urgence pour tenter de freiner la déferlante. Mais George le nigaud et Jacques l’ahuri n’ont d’autre idée en tête que de vouloir faire entrer d’un seul coup en Europe 70 millions de Turcs musulmans ! Et si je crie « Au fou ! », on va me traiter d’antiaméricain et de turcophobe ? Foutaise ! Les Européens ne se laisseront pas prendre au petit jeu des « collabos » nouvelle manière. La Turquie est un beau pays à visiter, mais elle est hors d’Europe et elle y restera.

12 réponses à l'article : Le parti de l’étranger

  1. bolick

    16/11/2005

    Mail à Juppé sur son thème « Discriminations » http://www.al1jup.com/viewReac.php?id=235 Autochtone, je suis bien passé à la trappe dans la définition même de la discrimination que vous mettez en avant. C’est bien là une attitude de sous développé de la feuille de constamment faire référence à ce qui est « haut » ou considéré comme tel : « grand professeur », « haute autorité », « allah akbar »… Mr Juppé, vous êtes bien un ENArque dans le sens ou ces deux prétendues « grandes » institutions que sont l’ENA et Polytechnique font tristement écho à deux instruments d’occupation de la romanité, à savoir l’EthNArchie et l’eXarchat. Comme Sarkosi avec sa Bible de la République des 30 glorieuses, livre déjà écrit, vous êtes un agent du passé, agent de l’étranger à la vie que vous ne comprenez aucunement. Vous avez donc toutes les raisons de continuer à me censurer car je ne peut-être que politiquement incorrect à l’égard de votre conception incorrecte de la politique, politique d’occupation car passant systématiquement à la trappe ce que ressent l’autochtone, autochtone bafoué voire même violé et cela depuis des lustres. Le Canada à fait un pas vers cette reconnaissance sous le thème du « garçon invisible » : http://www.eurowrc.org/01.eurowrc/06.eurowrc_fr/canada/36.fr_canada.htm La même chose avec une présentation plus officielle : http://www.phac-aspc.gc.ca/ncfv-cnivf/violencefamiliale/html/nfntsxinvisible_f.html Par ailleurs j’ai eu vent d’une étude d’une institution officielle qui annonçait que majoritairement (80%), les élèves des grandes écoles présentaient des troubles liés à leur enfance. Ainsi l’indispensable bizutage pour tirer un trait, renier ses origines, et commencer une toute nouvelle vie comme inéluctablement « agent de l’étranger ».

    Répondre
  2. grandpas

    08/11/2005

    Il est vrai que nos hommes politiques de parti politique français traditionnel sont superieurs à ceux de l’etranger à regarder comment ils gérent la crise des banlieues,c’est du grand art dans la soumission et l’omission.Du courage que nenni, Madame l’autruche,les gaulois vivant dans les cités des anges ont le droit d’imigrer vers d’autres horizons plus fertiles. Allez,circulez y a rien à voir.

    Répondre
  3. sas

    08/11/2005

    Dans les peuplades les plus reculés , pacter avec l’ennemi est passible des plus hautes peines…voir la mort…IL n’y a donc qu’en FRANCE , adepte des mesures contre nature, que ce serait un titre de gloire ????très fort le travail de lavage de cerveau opéré sur les gaulois , ou du moins ce qui en reste.. sas

    Répondre
  4. bolick

    08/11/2005

    Du parti de l’étranger, quel en est le mode opératoire ? Un des préalables au choix du parti de l’étranger me semble être la démission de l’esprit. On s’en remet alors au Livre que l’on ne cesse, plus ou moins bruyamment-élégamment, constamment de balancer à la figure de l’autre. On a le choix des livres : ce peut-être le Livre Rouge, l’Evangile, la Bible voire même La Constitution, une constitution… On a présentement (novembre 2005) un bel exemple avec Sarkosy qui met en avant les Lois de la République face aux attaquants incendiaires. Est-ce-là une réponse vraiment adaptée ? C’est comme mon père qui met comme préalable à un pseudo échange le fait que j’aille à l’Eglise… Alors que proposer ? Du jeu, des pages blanches à écrire comme l’on peut jouer une partie de ping-pong uniquement basée sur l’attaque ? On peut considérer l’article présent de Pierre Lance comme une attaque et par le biais de ce commentaire nous avons la possibilité de riposter (ce qui est impossible avec les pseudo grands pontes éditorialistes –on ne s’étonnera donc pas de l’immense bourbier dans lequel est la France toute acquise aux multiples partis de l’étranger -). *• Il y a le Texan qui ouvre l’attaque et la retourne contre Pierre qui a fait le choix de la Constitution Européenne (certes pas, lui, par démission de l’esprit ; plutôt par calcul ou mauvais calcul, c’est selon…) *• Il y a celui qui tente de limiter l’attaque et de circonscrire à la lettre l’expression du « parti de l’étranger » (« Le seul véritable parti de l’étranger, comme son intitulé l’indique bien est le P.C. »F » »). Sinon il est mal car se découvre lui-même comme apôtre d’un parti de l’étranger. Ce dernier tente de fermer le jeu car il a en embuscade un livre tout écrit d’avance à nous imposer. Il est sans intérêt, à éviter. Le premier est le plus vivant, le plus valable, le plus patriote. Et c’est paradoxal car c’est lui le Texan qui fait un véritable effort de communiquer alors que l’autre ne fait que de nous renvoyer à la figure ses vieux démons (ici sous forme de réflexes) défensifs. No comment.

    Répondre
  5. camarade youri

    07/11/2005

    Eh bien Monsieur Lahitte on retombe dans les vieux réflexes de le vieille droite catholique revancharde,j’ai l’impression de lire un missel d’un curé de combat engagé sur le front de l’est dans la division « Charlemagne ». Si vous aviez 9 ans en ce temps là,il vous en reste quelques bons souvenirs.Pour Le Pen,il me semble que ce saigneur s’est aussi fabriqué un joli passé de résistant de 25eme heure! Pour vos musulmans le petit pére des peuples pourrait donner des leçons de maintien de l’ordre à vos hommes politiques,c’est l’avantage des dictatures,on chasse pas l’électeur pour se draper ensuite dérriere son immunité parlementaire,on bastonne le récalcitrant. Pour terminer les français qui combattaient avec les nazis portaient l’uniforme de l’occupant donc prenaient pour l’étranger.

    Répondre
  6. Jean-Claude Lahitte

    07/11/2005

    Je me bornerai à rappeler (non pas à Pierre Lance qui sait très bien à quoi s’en tenir), mais aux lecteurs plus jeunes et/ou victimes de l’Education Nationale qui enseigne depuis des lustres, à la façon de ses maîtres marxistes et/ou maçonniques, sa propre vision de l’Histoire, ce qui suit : – si, incontestablement, sous « Vichy », il y a eu des collaborateurs qui ont misé, par conviction ou par intérêt, sur la victoire de l’Allemagne, aucun n’appartenait véritablement au « Parti de l’Etranger ». Car ils n’étaient en aucune façon, responsables de la défaite. – pas plus d’ailleurs que l’on peut dire que Bush junior soutienne chez nous un « Parti de l’Etranger ». Sinon, que Pierre Lance cite un nom, comme je le fais plus loin. A moins que l’on ne puisse constituer en « Parti de l’Etranger » avec les « stipendiés » (du gente « ème colonnne » que l’on dénonçait avant la Guerre) que l’on trouve dans certaine presse depuis pratiquement qu’elle existe. Le seul véritable parti de l’étranger, comme son intitulé l’indique bien est le P.C. »F »., les guillemets indiquant bien qu’il n’est – n’était diront les durs et purs qui n’ont jamais désavoué le stalinisme mais qui ont su, aux yeux des gogos, refaire une virginité au Parti, en même temps qu’à eux-mêmes. Pour ceux qui l’ignoreraient, ou l’aurait oublié, je rappelle d’abord que le P.C. »F », par ses votes et par ses agissements répétés avant la Seconde Guerre Mondiale, a conttribué à désarmer, mais aussi à dévaluer (« je conchie l’Armée française ») notre Armée alors que l’Allemagne se réarmait. Mais, pire encore, la guerre déclarée, ce même P.C. »F » avait donné l’ordre ouvriers, via la CGT et/ou L’Humanité, aux ouvriers, de saboter la production dans les usines d’armement, aux soldats ( à l’exemple de Thorez) de déserter… Ce qui avait valu à L’Humanité d’être interdite de parution, une « Humanité » qui, publiée clandestinement (sous le gouvernements de Daladier, puis de Reynaud, je le précise !)avait, lors de l’arrivée de l’Armée d’Occupation en France, demandé à la classe ouvrière, pas seulement aux camarades, de fraterniser (sic !) avec l’occupant. Ce qui devait lui permettre (pensait-elle) d’obtenir (sans succès !) de l’Autorité allemande le droit de reparaître. Et, pour bien montrer qu’il était un Parti obéissant aux ordres de l’Etranger », ce même P.C. »F » devait se transformer en « Premier résistant de France »(sic !) sur l’ordre du camarade Staline, lorsque celui-ci entra en guerre avec son copain Hitler avec lequel il avait envahi en 1939 la Pologne dont il partagea les dépouilles. Et, pour mieux se dédouanner à la Libération, ce même « Parti de l’Etranger », « le parti des 100.000 fusillés » comme il tenait (faussement) à le dire, se transforma en parti des épurateurs, et mêmes de fusilleurs (le plus souvent sans jugement !) toujours sur l’ordre du camarade Staline qui, en même temps, lui avait donné celui de ne pas s’emparer du pouvoir en France. Un moindre mal pour la France, si j’ose dire, sauf pour les malheureux fusillés, spoliés, bannis, ostracisés (à vie, pour la plupart). Cordialement vôtre, Jean-Claude Lahitte* * pour les lecteurs sectaires qui seraient tentés de me traiter de collaborateur (ou de fils de collaborateur), de maréchaliste, de fasciste, etc. je précise que, en 1939, j’avais 9 ans, et que j’ai vécu toute la période de l’Occupation, avec ma famille … au Maroc. Il est vrai que des gens de mon âge se retrouvent aujourd’hui, 60 ans après, résistants, fils ou petits-ils, neveu, etc. de ceci ou de cela … On se fabrique les états de service qu’on veut, ou qu’on peut, dans une France qui ne hait toujours pas le mensonge ! Mais qui ostracise ceux qui s’époumonnent à leur dire la vérité. « En France, on laisse en paix l’incendiaire, mais on ostracise celui qui sonne le tocsin ! » (Chamfort). Propos d’actualité dans un pays où l’on brûle sans contrainte les voitures, les écoles, les magasins, les postes de police,etc. pendant que l’on continue à vilipender celui qui, depuis 30 ans, dénonce les dangers d’une immigration aussi incontrôlée que (de plus en plus) insassimilable ! Mais ceci est une autre histoire …

    Répondre
  7. grepon le texan

    07/11/2005

    Mais, M. Lance, vous etes membre d’un parti d’etranger, celui de l’Europe Bruxellois des technocrates non-elus et des reglementations liberticides par la tonne. Vous etiez pour la « constitution » de 400+ pages de charabia imprecis. Voila que votre patriotisme a vous, un patriotisme « europeen » n’est pas un patriotisme(l’europe n’est pas encore un pays), ni un nationalisme(il y a tant de nations qui compose l’Europe), mais quelquechose entierement autre: un transnationalisme froid et amoral mieux connu sous le nom « socialisme ». Vous ne souvenez pas que le patriotisme francais revolutionnaire avait quelquechose a voir avec un truc qui s’appelait la « liberte ». Voila comment quelqun qui admire et apprecie le systeme de gouvernement americain (de Tocqueville a Milliere ou Madelin), peut reclamer le titre de patriote francais lorsqu’il encourage les francais d’adopter (ou re-adopter) la liberte comme valeur. -Votre humble serviteur texan

    Répondre
  8. Bourbaki

    06/11/2005

    Dès les premières lignes, j’ai senti que cela allait chauffer pour le matricule de Guy Millière ! Vous savez, l’hurluberlu qui prend la presse française pour une officine du parti communiste et croit dur comme fer que la France est le théatre quotidien de pogroms !

    Répondre
  9. grandpas

    06/11/2005

    Monsieur Lance avez vous déjà rencontré Monsieur Milliére? J’espére que le modérateur est présent sinon le climat doit être houleux. Allez bon vent.

    Répondre
  10. bolick

    06/11/2005

    A partir du moment où des parents ont fait le choix du parti de l’étranger (coco, catho…), inéluctablement ce qui est de nature endogène (leurs enfants biologiques…) sera au fond méprisé, non véritablement protégé et donc la proie des prédadeurs en tous genres (violeurs, gourous…). Ainsi leurs propres enfants en apparence dotés « bons » de parents (les apparences sont sauves) mais au fond véritablement orphelins avec comme handicap de ne pas pouvoir comprendre rapidement (car baignant dans l’illusion d’avoir de vrais parents) qu’ils ne doivent compter que sur eux-mêmes pour protéger leur intégrité et leur survie. Et les malheurs d’arriver… Ainsi le viol de mon enfance et mon sentiment d’être orphelin (d’ailleurs j’ai été rangé parmi les appelés de l’assistance publique durant la Servitude huMilitaire). Comment d’ailleurs être véritablement en mesure d’accueillir la Parole de son enfant endogène lorsque ne vaut que la Parole qui vient d’en Haut, du Ciel, de Moscou…? A l’égard de ses propres enfants, « la FERME ! » est le mot d’ordre. Et après l’on s’étonne de l’existence d’irréductibles alors considérés comme associaux ! Comment peut-il en être autrement lorsqu’on n’a jamais été compris, toujours exclus ? Réapprivoiser de tels exclus ne peut prendre que du temps. Mais qui se préoccupe de tels autochtones laissés pour compte puisque la mode demeure favorable à l’étranger beaucoup plus turbulent…

    Répondre
  11. bolick

    06/11/2005

    Vraiment un bel article qui me fait prendre conscience que j’ai été élevé dans une famille foncièrement rivée sur le parti de l’étranger. Non pas que ma famille soit communiste (mais cela y ressemble beaucoup bien que mon père se présente plutôt comme individualiste mais s’apparente plutôt à un chef de guerre d’une zone tribale ayant droit de vie et de mort sur ses sujets… ce qui fait qu’on doit y regarder à deux fois avant d’afficher une quelconque révolte) ie prenant avant tout le parti de l’étranger, n’entrant en résistance que sur ordre externe. En apparence, mon père est avant tout franco-français. Mais si on y regarde de plus près, comme il s’estime miraculé d’une rechute de fièvre tiphoïde alors qu’il avait 10 ans, c’est de l’Histoire Sainte qu’il revendique son salut, Histoire Sainte qu’il n’a eu de cesse de reproduire. Son parti de l’étranger à lui n’est pas coco mais catho et j’ai été imbibé par cela durant des dizaines d’années. Merci donc à Pierre Lance, que je lis depuis 30 ans, de m’avoir donné le coup de pouce propice à cette prise de conscience.

    Répondre
  12. Bolick

    06/11/2005

    A l’égard de l’autochtone que je suis, le Juge (JAF) menace : « De vous, je ne veux rien entendre, pas même un souffle » voilà la position de la Justice française lorsqu’on est face à un conjoint d’origine étrangère qui, lui, a par avance tous les aventages pour lui (et qui a pourtant, ce qu’on ne veut absolument pas savoir, falsifié et fait usage de faux -inimaginable irrespect de notre écrit-). Maintenant, à l’égard de la France, mon slogan est donc : « Tsunami pour tous ! » C’est démocratique.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)