Le « printemps arabe » déploie le voile

Le « printemps arabe » déploie le voile

C’est chose faite : toutes les révolutions arabes, sans aucune exception, se soldent par l’arrivée des partis islamistes au pouvoir. L’hymne à la démocratie s’achève donc par une chape de plomb qui s’abat sur les berges de méditerranée, et dont nous ne mesurons pas encore les conséquences. Comme le dit Madame Jeannette Bougrab, notre secrétaire d’État à la jeunesse : « Je ne connais pas d’islamisme modéré… il n’y a pas de charia " light "… parfois la dictature peut venir des urnes » (Le Monde du 3 décembre 2011).

Une fois de plus la politique étrangère de la France s’est fourvoyée en fournissant des armes lourdes et des financements aux ennemis de la liberté (la charia n’est pas la liberté). Ce qui est le plus frappant est la persistance dans nos erreurs de M. Chirac à M. Sarkozy.

Que reste-t-il de la mythique Union pour la Méditerranée ? Une administration onéreuse.

Deux faits significatifs lus dans la presse du 3 décembre :

M. Assad, ironique, annonce qu’en raison des critiques de la France, la Syrie annule sa participation à cette organisation. Dommage qu’il ne l’ait pas fait en juillet 2008, nous aurions économisé le prix de son séjour au Grand Hôtel Intercontinental de Paris.

Au Liban, des mesures de précautions sont prises depuis hier pour protéger les ressortissants de la France, ce qui n’empêche pas les contribuables d’icelle de financer l’administration de ce pays. Avisé peut-être, le gouvernement français a prévenu l’ONU qu’il ne souhaitait pas assurer de nouveau le commandement de la FINUL, ce « machin » pur produit français, puisque conçu par la France pour assurer le calme à la frontière libanaise. Le premier général français, M. Grazziani, qui devait faire respecter le désarmement de cette zone – plus préoccupé par ce qui se passait dans le ciel (les avions israéliens) que ce qui se passait à terre et sous terre – s’est illustré en permettant la multiplication des missiles du Hezbollah . En Galilée, les miracles sont fréquents !

Un coût élevé, car demain nos gouvernants nous répéteront la nécessité de promouvoir la démocratie dans ces pays en assurant, à nos frais, leur développement économique (3,5 milliards d’euros à la Tunisie, quelques autres milliards prévus pour l’ensemble des 5 pays « libérés »), l’entretien de leur nouvelle administration (une poignée de millions pour l’autorité palestinienne), voire leur armement. La France ne devait-elle pas offrir récemment 110 missiles antichars à l’armée libanaise, soulevant l’ire de quelques députés, confondus par une telle imprudence (question écrite de M. Richard Mallié) ?

Puisqu’il faut faire des économies, notre président dispose là de quelques recettes… Parions qu’il n’en fera rien, car tous les présidents, quelle que soit leur étiquette politique, et peut-être leurs convictions, considèrent la politique proche-orientale du Quai d’Orsay comme une danseuse pour laquelle la munificence s’impose. Mais attendons-nous à pire : un gouvernement de gauche proposera d’importer le printemps en France, sous couvert d’instaurer la démocratie dans les collectivités locales.

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • WatsonCorsica Répondre

    Eh oui…. c’est ça les Arabes !

    Hassan 2 nous l’avait pourtant bien expliqué jadis ; " mais que voulez-vous donc qu’ils fassent ? de toutes façons ce ne sont que des Arabes ! "  

    Conclusion : mettez une casquette de général à un âne, ce sera toujours un âne !

    Tout ce qu’on peut leur souhaiter, c’est maintenant de bien s’étriper entre eux, chiites et sunnites… etc

    06/12/2011 à 17 h 55 min
  • Anonyme Répondre

    L’objectif n’était pas de propager la liberté ou la démocratie dans des pays opprimés par des dictatures. Ce sont des valeurs que nous défendons déjà bien peu chez nous; alors à l’étranger…  L’objectif était de promouvoir l’islam et de montrer notre sympathie pour cette doctrine, constantes de notre politique étrangère depuis de Gaulle. Peu importent alors les résultats des élections. 

    06/12/2011 à 15 h 51 min
  • HOMERE Répondre

    Mais que voulez vous qu’ils fissent ? le cul en l’air tout en mordant la poussière tournés vers leur Golem dans la posture fétale des soumis.Leur dévotion est garante des cochonneries (!) qu’ils font subir à leurs épouses dans les pires turpitudes dignes de l’âge de pierre.

    Ces islamistes pur jus sont aussi l’assurance que rien ne changera dans leurs comportement associaux et indignes de la modernité démocratique.Nous devons les fuir comme la peste afin de ne pas cautionner leur religion d’amour et de paix qui est la cause de millions de morts actuellement et par le passé.

    Nous devons poser la question qui vaille : l’islam doit il être interdit dans nos sociétés démocratiques ?

    06/12/2011 à 12 h 30 min
  • L' Inedit Répondre

    REFLEXIONS…

    La France d’ aujourd’hui:

    ·        A gauche, un clown blanc, bouffon, qui a oublie son chapeau pointu.

    ·        Au centre, une face de vieille sorciere sans son capuchon noir.

    ·        A droite, une bergere idealiste qui se fait incendier.

    Et tous ces gens la pataugent dans un marecage d’ alligators coraniques.

    Heureusement, nous avons BHL, l’ eminent philosophe a la science immanente.

    05/12/2011 à 22 h 09 min
  • Edmond 98 Répondre

    Vouloir organiser des élections "démocratiques" dans des pays qui vivent avec des valeurs du 6e siècle c’est absurde .Les résultats sont donc absurdes. En effet comment des populations peuvent-elles voter pour des gens qui veulent vous enfermer un peu plus dans un carcan moyenâgeux ?Normal quand les populations sont depuis des siècles (exceptée une minorité occidentalisée) maintenues dans l’obscurantisme .Il s’imprime moins de livres dans tous les pays arabes que dans la seule Belgique …
    Quels auraient été les résultats d’élections en Espagne à l’époque de Torquemada?

    05/12/2011 à 19 h 25 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: