L’économie mondiale fragilisée par la finance

Posté le avril 03, 2017, 5:26
6 mins

20 000 : c’est en milliards de dollars, le record que pourrait atteindre la dette publique américaine, au cours des prochaines semaines.

C’est également, en nombre de points, le niveau historique que la bourse de Wall Street dépasse depuis le 26 janvier.

Au Japon, la Bourse de Tokyo pourrait, elle aussi, atteindre ce sommet, dans les semaines à venir, mais ici il ne s’agit nullement d’un record. En effet, les épargnants japonais ont perdu 50 % de la valeur de leurs actions depuis 1989. Depuis 27 ans, ces petits épargnants n’en finissent pas de souffrir.

Ce 30 mars, la Bourse de Milan affichait 20 276 points. Pourtant, ici aussi, les épargnants italiens ont perdu plus de 50 % de leurs économies et rien n’indique qu’ils pourraient récupérer leurs pertes dans un proche avenir.

La victoire surprise de Donald Trump, au mois de novembre, a, dans un premier temps, créé la panique sur les marchés boursiers, avant que ces derniers ne se reprennent et s’orientent très positivement.

Les bourses américaines mar­quent des plus hauts historiques, le dollar résiste par rapport au yen et à l’euro, les taux longs remontent.

En effet, le changement qu’incarne le nouveau président des États-Unis, devrait se traduire par des créations d’emplois et des travaux d’infrastructures, mais cela implique également une hausse du déficit américain et partant une hausse des taux.

La volonté manifeste de Trump de valoriser le travail et de favoriser la préférence nationale se traduit par un sentiment d’euphorie pour les opérateurs de marchés.

En Europe, l’Allemagne et le Benelux continuent de favoriser les investissements, porteurs de croissance à long terme.

Fin 2016, les secteurs bancaires italien et espagnol étaient sous pression. Le ministre des Finan­ces italien a proposé un plan de sauvetage de 20 milliards d’euros, pour les institutions financières en déroute, alors que le montant des emprunts en défaut frise les 360 milliards !

Les déboires financiers de la Grèce, la faillite virtuelle du système bancaire italien, la fragilité des banques espagnoles et portugaises, mais aussi du géant allemand Deutsche Bank, constituent un réel danger pour l’économie mondiale.

La mise en place de réglementations peu efficaces ne permet pas d’assainir le système bancaire européen. Les décisions visant à ne plus permettre aux banques d’exercer leur métier et leurs activités connexes mettent en péril le « business model » bancaire européen.

La baisse excessive des taux d’intérêt provoque, non seulement une baisse des revenus traditionnels des banques (marge d’intermédiation), mais pousse artificiellement les valeurs des actifs à la hausse.

Les assureurs, contraints et forcés d’acheter des obligations d’État sans rendement, voire à rendement négatif, ne peuvent qu’espérer une hausse continue des prix de ces obligations !

Les régulateurs sont des pompiers pyromanes !

De nombreux hommes politi­ques européens, en particulier les nationalistes, cherchent à récupérer leur indépendance face à une Europe qui accumule les dysfonctionnements et les erreurs dans la gestion des crises humanitaires, industrielles, financières ou sociales.

De nombreux économistes réputés s’élèvent notamment contre le diktat de la Commission ou les dérives interventionnistes illégales de la BCE. Le prix Nobel d’économie, Olivier Hart, remet ainsi en question le bien-fondé d’une monnaie commune.

En Chine, depuis plusieurs mois, des signes de ralentissement économique se manifestent.

2017 reste donc une année de tous les dangers pour la Chine financière et industrielle.

La Russie poursuit ses réformes structurelles. Elle s’appuie sur une demande intérieure en croissance. La détente des relations américano-russes devrait également favoriser le climat d’investissements étrangers.

Comme la Russie, la population indienne bénéficie d’un accroissement de son pouvoir d’achat provenant d’une revalorisation des salaires et d’une réforme des pensions du secteur public.

Le Brésil, en proie à des scandales touchant les plus hautes sphères de l’État, se caractérise par la divergence la plus forte entre les riches et les pauvres : 5 % de la population contrôle 95 % des richesses du pays.

Que ce soit en Grèce, en Italie, en France, en Espagne ou encore en Belgique, une rigueur dans la gestion des finances publiques constituerait une base solide indispensable à une croissance bénéficiant à toute la population et permettrait, dans le même temps, un recul du chômage, véritable fléau social.


 

3 réponses à l'article : L’économie mondiale fragilisée par la finance

  1. Jacky Social

    07/04/2017

    Je lis cet article bien incomplet et, somme toute, mediocre. L’auteur nous avait habitués a mieux. Je me suis arrête après quelques lignes. En effet, lorsque Peter Kertsens parle d’investissements en Allemagne et dans le Benelux, s’agit-il d’investissements prives ou publics ou des deux? De plus, il se plaint que l’economie mondiale serait fragilisee par la finance. Tiens, tiens. Sans doute. Mais n’y aurait-il pas un peu trop de socialisme pour fragiliser les economies europeennes? C’est curieux, l’auteur ne s’en plaint pas ici. Si la Bourse est un vecteur de revenus faciles pour gens aises « sur le dos des autres », c’est peut-etre parce qu’il n’y a plus moyen de faire fructifier ses investissements autrement dans nos pays. Alors il y a 2 solutions: encadrer fortement, voire supprimer, la Bourse telle que nous la connaissons avec le desastre qui s’ensuivra (Goooche) et ce desastre a deja commence, ou bien limiter fortement l’interventionnisme etatiste (Droite). Mon choix (la seconde option) est fait depuis longtemps. Quinctius, lui, attend de pouvoir accuser le Chinois. C’est plus Commode.

    Répondre
  2. Le Ket

    05/04/2017

    Et pendant ces 15 dernières années, ce sont 40 milliardaires et 60.000 millionaires qui ont quitté la France.
    « Vous ne pouvez pas aider la pauvre en ruinant le riche  » affirmait déjà en 1860 le Président américain Abraham LINCOLN, devant le Congrès.
    Que les candidats à l’élection présidentielle du 23 avril en tiennent donc compte !

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    04/04/2017

    nous sommes dans une économie à dominance mercantile et virtuelle dans laquelle les faillites ne peuvent être elles aussi que virtuelles ( si on ne veut pas que le système se casse la gueule ) et chaque faillite peut donc être l’ objet d’ un rachat avec de la monnaie fiduciaire … ça durera le temps que ça durera … attendons donc la grande crise … chinoise

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)