L’Egypte proche de la faillite économique

L’Egypte proche de la faillite économique

une nouvelle preuve du fait que la révolution ne recherchait pas la démocratie, mais du pain et du travail.

Depuis un an nos chroniques tentent de faire admettre que les révolutions du Moyen Orient n’obéissent pas à nos critères politiques occidentaux. Ces révolutions additionnaient plusieurs phénomènes :

  • Une démographie explosive que ne pouvait suivre la croissance économique, puisqu’en trente ans la population était passée de 30 millions à 85 millions.

  • Un PIB, la richesse du pays, qui était de l’ordre de 200 milliards d’euro, le 1/10 ème de la France pour une population 1/3 supérieure.

  • Un régime n’ayant connu que des dictatures. Pourquoi ? Parce que la démocratie à l’occidentale est le résultat d’une longue maturation, fruit du progrès économique et de l’évolution sociale.

Chômage et pauvreté poussent les peuples vers des idéologies présentant une forme d’espérance même fallacieuse. Notre Histoire proche en donne plusieurs exemples : le stalinisme, le nazisme, le maoïsme, pour ne citer que les plus tristement connus. L’islamisme militant mêle religion, politique et guerre sainte.

Pour en revenir à l’Egypte, l’élection de l’islamiste Mohamed Morsi à la présidence de la république représente pour Didier Billon, expert en stratégie, « la caution pour désamorcer la tension, le fruit d’un compromis pour éviter un bain de sang ».

Politiquement, la contestation devrait s’apaiser pour un temps, mais un an de troubles a beaucoup affaibli l’économie et l’agence Standard & Poor’s place le pays sous surveillance. Certains économistes n’écartent d’ailleurs pas le risque de banqueroute.

Que faire, alors que la moitié des habitants, (quarante millions d’Egyptiens) vit sous le seuil de pauvreté et qu’il faudrait réduire les subventions accordées aux carburants qui représentent près de 10 % du PIB ? Le Caire sollicite du FMI un prêt de 3 milliards de dollar, toujours en négociation. Cela semble bien dérisoire lorsque l’on songe aux 300 milliards d’euro accordés à la Grèce et aux 100 milliards accordés à l’Espagne !

L’Egypte est la première puissance du Moyen Orient et elle est la garante de la paix dans la région, y compris vis à vis d’Israël.

Que proposions nous début 2011 ? Une aide de cinq milliards d’euro de la part de l’Europe pour la Tunisie et une aide de 50 milliards de dollars pour l’Egypte de la part des Etats Unis.

Rien n’a été fait, bien au contraire, nous nous sommes lancés dans une guerre en Lybie et dans un soutien à la révolution syrienne, alors que le conflit risque de s’étendre à la Turquie et que Damas est soutenu par l’Iran et la Russie. L’Occident n’a-t-il rien appris après ses échecs en Irak, au Pakistan et en Afghanistan ?

La réflexion géopolitique devrait et doit remplacer les pulsions émotionnelles qui servent de politique. Faut-il rappeler encore une fois que l’enfer est peuplé de bonnes intentions ?

185 millions d’habitants sont en ébullition ou en révolution au sud de la Méditerranée : pour l’Europe le défi est immense pour définir les aides et les défenses, en n’oubliant pas que nous ne pouvons être responsable de toute la misère du monde.

Hubert Beaufort

Avec l’aimable autorisation de Radio Notre-Dame

Partager cette publication

(6) Commentaires

  • fbastiat Répondre

    L’économie égyptienne repose en grande partie sur le tourisme. D’ici qu’une secte salafiste quelconque décide de faire sauter les mausolées…

    16/07/2012 à 21 h 16 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ R. Ed

    merci pour votre correction au trois sens du mot  ( le "s" de touareg m’a échappé dans le feu de l’écriture …et pourtant   je suis un homme du Désert ! )

    quant à la ponctuation il vous suffira de lire ou relire le plus grand styliste de notre époque L.-F. Céline ( ou même Calaferte )

    une distraction de votre part  ( que je vous pardonne )  : j’ai oublié un "a" à Al(a)ouites

    donnez nous du plus consistant s’il vous plait , de la pensée , de la réflexion , de l’idée , de l’analyse …  et pas uniquement de la grammaire qui est l’appertisation de la langue …

    bien cordialement

    09/07/2012 à 15 h 55 min
  • TRODLABAL Répondre

    NON? MAIS VOUS RËVEZ QUINCTIUS?

    Que voulez vous attendre de radio Notre Dame, pilotée par les évèques français déjà convertis a l’islam dans leur fort intérieur. Ils verraient leurs ouailles se faire égorger par les muslims (pardon les islamistes, il parait que c’est différent) qu’ils trouveraient toutes les bonnes raisons de détourner le regard. Tous des Ponce Pilate et prêts à relever leur chasuble en tournant le dos.

    Pour ceux qui le veulent, croyez en Dieu ardemment, mais détournez vous des traitres qui vous vendent.

     

    08/07/2012 à 18 h 42 min
  • R. Ed Répondre

    J’oubliais, touareg sans "s", c’est le pluriel de targui !

    08/07/2012 à 1 h 04 min
  • R. Ed Répondre

    Il n’y a pas que pour Syrie et Libye …

    Une majuscule pour commencer une phrase et un point pour la terminer.

    La ponctuation, allez-vous…, rébellion,

    Frères musulmans (c’est un adjectif)

    chrétien, mais Touareg, Copte et a(A)louite, je ne sais pas…mais si c’est une "religion", ce sera avec la minuscule., comme protestant, anglican, juif, chrétien, mahométan…

    Mais là, le correcteur d’orthographe ne sert à rien, c’est l’usage et le dictionnaire qui le remplacent.

    07/07/2012 à 12 h 15 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    cet article a une  très forte "tonalité" chrétienne  :  " aimez ***vous les uns les autres … "

    *** ou plus exactement  dans le contexte  : " AIDEZ vous etc …."

    néanmoins l’ amour de son prochain devrait commencer ici ( et ailleurs ) par …  la régulation des naissances  ; l’ auteur souligne à juste titre que l’une des  raisons majeures  de cette pauvreté est  la surpopulation mais  semble ne pas vouloir voir qu’en nourrissant PAR PERFUSIONS  l’Egypte les organismes internationaux  pérenniseraient l’explosion démographique

    si les Frères Musulmans sont présentement  " estimés " et suivis  par le peuple c’est pour la raison  qu ils nourrissent  et soignent les pauvres … mais l’Histoire nous montre aussi que la Charité ( chrétienne , islamique , bouddhique ) n’a qu’un temps…
    plus tard vient l’époque des rebellions et de la répression …  et là vous pourrez constater le savoir faire des Frères Musulmans qui après tout ne sont que des fanatiques monothéistes qui n’ont rien à voir avec les touaregs que l’Occident abandonne comme il abandonnera les Coptes d’Egypte ( dont il n’est pas question curieusement dans l’article de Radio Notre-Dame )  les Chrétiens et les Alouites de Syrie …

    remarque pour le correcteur : on écrit sYrIe mais lIbYe

    06/07/2012 à 18 h 56 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: