Les attentats de Boston et l’islam radical

Posté le avril 24, 2013, 12:28
7 mins

J’ai appris la nouvelle des attentats de Boston, le mardi 16 avril au matin. J’écoutais alors une radio d’État. L’in­formation étant la plus importante du jour, elle fut mentionnée au moins trois fois au cours du quart d’heure où j’écoutais. Et ce qui me mit la puce à l’oreille, c’est qu’à chacune de ces mentions, il était précipitamment ajouté « qu’aucune piste n’était écartée ».

La première fois, je n’y ai pas prêté attention. Mais, dès la deuxième, mon indécrottable mauvais esprit s’était forgé une conviction : si la propagande médiatique s’empressait de nous dire qu’aucune piste n’était écartée, cela signifiait, en clair, que la piste de l’islam radical était la plus vraisemblable. Ce que l’enquête semble désormais confirmer.

Si nous avions assisté à un attentat lié à des fondamentalistes protestants ou à des suprématistes blancs, nous aurions instantanément su le nom des suspects – même s’il avait éventuellement fallu ensuite démentir que ces derniers soient liés aux événements.

D’ailleurs, il n’y a parfois même pas besoin d’avoir un suspect « vraisemblable ». On se souvient que Moha­med Merah, par la grâce de la grosse presse, a, pendant quelques jours, été imaginé comme un individu blond aux yeux bleus – histoire de nous orienter vers la piste de « l’extrême droite »… C’était tout à fait irréaliste et même incohérent, puisque les médias nous annonçaient aussi que personne n’avait vu le visage du tueur, mais cela ne semblait pas gêner grand monde !

Pour Boston, en tout cas, les suspects sont donc désormais deux frères, Tamerlan (sic !) et Djokhar Tsarnaev, de 26 et 19 ans, dont l’aîné est mort lors d’une fusillade avec les forces de l’ordre. Ces deux hommes sont d’origine tchétchène et ont effectué un séjour dans le Caucase en 2012, à la faveur duquel ils auraient pu se radicaliser.

Une fois de plus, nous constatons dans ces événements tous les éléments d’un drame que l’Occident refuse de voir en face et qui pourrait causer sa perte s’il ne se réveille pas à temps.

Les frères Tsarnaev étaient des musulmans que l’on dirait en France « modérés ». Ils paraissaient intégrés depuis longtemps, menaient une vie tranquille. Pourtant, quand l’appel de la « oumma » a sonné, cette apparente intégration a volé en éclats.

Cerise sur le gâteau, le plus jeune était même naturalisé américain – ce qui est autrement plus difficile que de recevoir la nationalité française.

Nous constatons donc, pour ainsi dire, sur le vif, l’échec de l’intégration. Que cet échec ne soit pas général, que la grande majorité des musulmans vivant en Occident soient fermement décidés à vivre paisiblement, je le crois volontiers. Il n’empêche que des Tsarnaev ou des Merah existent… et que les musulmans dits « modérés » refusent de les condamner publiquement.

À vrai dire, il y a un double problème. Un problème lié à l’islam et un problème lié à l’immigration. Sur ce dernier problème, les États-Unis, terre d’immigration depuis toujours, sont considérablement mieux armés que nous, puisqu’ils ne connaissent pratiquement que l’immigration de travail – ce qui facilite d’autant l’intégration des nouveaux arrivants.

La question de l’islam est sans doute encore plus complexe – et elle touche, cette fois, le monde entier. Contrairement à ce que prétend la caste politico-médiatique en France, l’islam radical n’est pas une violation des principes de l’islam et il est impossible de dire qu’Oussama Ben Laden était un moins bon musulman que Dalil Boubakeur.

Et, par ailleurs, l’islam n’est absolument pas une religion au sens où nous comprenons ce mot, dans nos pays façonnés par le christianisme. S’il y a un rapprochement à faire avec ce que nous connaissons, il serait plutôt à faire avec des idéologies totalitaires, notamment le communisme qui présentait bien des traits communs avec les religions (une « orthodoxie », une sorte de caste sacerdotale, des excommunications, etc.).

Il est grand temps que les pays occidentaux, et particulièrement leurs médias et leurs politiciens, ouvrent les yeux sur la réalité de l’intégration des populations immigrées et sur la réalité de l’islam.

Il faut noter aussi que l’affaire de Boston n’est pas seulement intéressante par ce qu’elle a de tristement révélateur de notre situation. Elle est aussi intéressante, parce que, pour la première fois depuis le 11 septembre 2001, Russie et États-Unis ont collaboré efficacement : ce sont les forces de renseignement russes qui ont permis l’identification rapide des suspects par le FBI. Dans le combat contre l’islam radical pourraient se forger de nouvelles alliances. Et, là aussi, il serait grand temps !

21 réponses à l'article : Les attentats de Boston et l’islam radical

  1. 07/05/2013

    Le besoin de tuer. Certains naissent avec le besoin impérieux de peindre et deviennent artistes peintres. D’autres naissent avec la rage et la vengeance au cœur.
    C’est après qu’ils cherchent une cause justificatrice.

    Les ethnies du Caucase ont toujours été en guerre les unes contre les autres, d’autant plus aujourd’hui que tout le pétrole russe se trouve à Bakou.

    Répondre
  2. Jean-Pierre

    30/04/2013

    D’aprés quintius c’est la faute aux américains à Israel et les musulmans sont de doux agneaux bien intégrés… et bien voilà les arguments éculés des ultra neo con vertis, des collabos et des traitres… quintius a dévoilé son camp?

    Répondre
  3. Jaures

    30/04/2013

    Janko, le fait d’être intelligent n’empêche en rien d’être un forcené. Richard Durn était diplômé de l’enseignement supérieur. Les terroristes de tout poil sont toujours, bien heureusement, minoritaires mais ceux-ci, contrairement aux forcenés, ont des objectifs politiques à terme qui les fait choisir précisément leurs cibles: Action Directe s’en prend aux policiers, aux militaires, aux PDG. Le 11 septembre, Al Qaïda vise les centres économiques et de commandement, Pro-Life pose ses bombes dans les cliniques et assassine les médecins qui pratiquent l’avortement,…
    Contrairement aux forcenés ou tueurs en série qui agissent seuls ou à deux (le second bien souvent sous influence), les terroristes ont une organisation collective, de type militaire (IRA, brigades rouges, OAS,…) avec sa hiérarchie, ses objectifs, sa communication,…
    Nous sommes bien loin de l’acte de nos deux frères Tsarnaev.
    Lavandin, vous abondez dans mon sens: les enseignants n’ont pas plus à défiler contre les actes pédophiles de leurs collègues que les catholiques contre les errements (sur quoi vous appuyez-vous pour affirmer qu’ils seraient moins fréquents ?) de leurs prêtres. Pourquoi dés lors demander aux musulmans de se désolidariser bruyamment de terroristes avec lesquels ils n’ont pas plus à voir que les Belges avec Marc Dutroux ?

    Répondre
    • Janko54

      04/05/2013

      Le problème c’est que le terrorisme islamiste n’est pas un comparable au terrorisme communiste ou d’extrême-gauche d’autrefois, tel que celui d’Action Directe.

      Le terrorisme marxiste et gauchiste était l’oeuvre de groupes fortement hierarchisés et centralisés, organisés autour d’un chef, et soutenus par certains Etats communistes.

      A l’inverse, le terrorisme islamiste est l’oeuvre de petits groupes indépendants les un des autres (pour ne citer qu’un seul exemple : « Al-Qaida » n’existe pas, les attentats du 11 septembre sont l’oeuvre d’un petit groupe de terroristes en provenance des pays arabes, Ben Laden et les Talibans n’ont fait que soutenir – financièrement et psychologiquement ce petit groupe de terroristes). Le terrorisme continuera à exister bien après la mort de Ben Laden et la chute des Talibans afghans.

      Autre caractéristique du terrorisme islamiste : c’est un terrorisme en grande partie improvisé, qui fait intervenir les « émotions » de ses auteurs, la rage et la haine notamment. Ce qui signifie que n’importe quel musulman peut, du jour au lendemain, s’il en a la motivation, s’improviser terroriste islamiste.

      Point capital : Merah et Tsarnaev étaient des terroristes islamistes « indépendants », qui n’agissaient pas pour le compte de telle ou telle organisation internationale, mais qui avaient pris eux même l’initiative de tuer des gens, au nom de leurs idéaux et parce qu’ils éprouvaient de la haine envers les non-musulmans.

      Par conséquent, on ne peut pas comparer le terrorisme islamiste à Action Directe. Et d’ailleurs, les islamistes ne s’attaquent pas à des cibles choisies « précisément », dans un but « politique », et ils ne se contentent pas « d’attaquer les centres économiques et de commandement » (même si les attentats du 11 septembre visaient ce type de cibles).

      Mais ils font en sorte de tuer un maximum d’infidèles, dans le but de les intimider et de « marquer leur territoire » (exemple : attaque de touristes occidentaux, dans le but de dissuader des non-musulmans de faire du tourisme en Terre d’Islam).

      Répondre
  4. lavandin

    29/04/2013

    ….et les syndicats de l’Education Nationale ont-ils défilé pour dénoncer les actes de pédophilie commis par les enseignants (actes encore plus fréquents qu’au sein du clergé) ?

    Répondre
  5. Fucius

    29/04/2013

    « que la grande majorité des musulmans vivant en Occident soient fermement décidés à vivre paisiblement, je le crois volontiers. »

    Moi aussi. Mais qu’ils soient contre la charia, je ne le crois pas.
    La coexistence est donc, disons, problématique…

    La charia est effectivement inhérente à l’islam.
    Le djihad est le corollaire de la charia: Une loi exige un territoire, un territoire doit être conquis et conservé.

    Et le territoire d’une loi absolue, c’est l’univers.

    L’islam en occident sera terrible.
    D’abord parce que les musulmans y seront lettrés, donc devront choisir entre l’apostasie et la charia.
    Ensuite parce que Mohamed n’a eu de cesse de soumettre son propre pays, la ville de La Mecque. Paradoxalement, l’intégration des musulmans, comme la conversion de Français, se traduira non par une francisation de l’islam, car il est universel, mais par l’explosion du djihad au service de la charia.

    Répondre
    • Jaures

      30/04/2013

      Ce que vous énoncez est arbitraire. La charria est appliquée en Arabie-Saoudite et au Maroc. Les deux interprétations n’ont rien à voir.
      Les pays chrétiens ont mis des siècles à se laïciser après de continuelles guerres de religion, d’inquisition et d’évangélisation par la croix et l’épée. Portez-vous si haut votre estime des musulmans pour penser qu’ils peuvent en quelques décennies, sur les débris d’empires coloniaux qui ont distribué les territoires sans tenir compte des différences ethniques ou religieuses, parcourir le même chemin ?

      Répondre
  6. Janko54

    29/04/2013

    Jaurès… Je n’ai jamais dit que j’éprouvais de la sympathie pour le régime d’Assad, encore moins pour le Hezbollah libanais ou pour la République islamique d’Iran… mais j’ai rappelé que, le jour où Assad tombera, il y a de fortes chances pour que la Syrie se retrouve gouvernée par un véritable régime islamiste (de type Frère musulmans voire pire : salafiste), et surtout, que cela aura probablement des répercussions sur le reste du monde musulman. Entre deux maux, il faut choisir le moindre, je préfère encore Assad aux Frères musulmans ou aux salafistes.

    Par contre, non, Tsarnaev n’était pas un « désoeuvré », c’était au contraire un jeune intelligent, ayant réussi sa vie… bref, tout le contraire d’un désoeuvré. Je le sais très bien que des terroristes comme Tsarnaev ne sont qu’une minorité, j’ai même pris la peine de le préciser dans mon précédent message… Mais vous savez, des minorités actives sont suffisantes pour modifier le cours de l’Histoire voire pour mener le monde vers la guerre et vers la catastrophe. Les attentats du 11 septembre ont été le fruit d’une minorité, et pourtant, ils ont été suffisants pour infléchir la politique internationale, et nous en payons les conséquences à l’heure actuelle encore.

    D’après moi une guerre entre l’Islam et l’Occident n’est pas inévitable, et je ne la souhaite pas, mais je pense que ce genre d’évènements a (malheureusement) de fortes chances de se produire dans la première moitié du 21ème siècle. Autre scénario possible (et plus redoutable encore) : une guerre entre les USA et la Chine. Ce sont des scénarios qui sont envisagés très sérieusement par de nombreux spécialistes en géopolitique. Donc il ne faut pas nier ou minimiser le danger.

    Il y a un ouvrage très intéressant qui est sorti là dessus récemment, et c’est « Le monde s’embrase » de Laurent Artur du Plessis.

    Répondre
  7. Jaures

    28/04/2013

    « Le jour où le régime Assad tombera, il y a de fortes chances pour que la Syrie tombe entre les mains des islamistes » écrit Janko54.
    Assad est soutenu par l’Iran et le Hezbollah qui, eux, c’est connu, sont de paisibles pacifistes.
    Le monde musulman n’est pas en guerre contre l’occident. L’attentat de Boston est le fait de deux forcenés, deux jeunes desoeuvrés comme en sévissent tant aux Etats-Unis, parfois déguisés en Batman, parfois en pères Noël, parfois en rien du tout sans pour cela faire moins de victime.
    Un attentat islamiste a des vues politiques. Le 11 septembre a permis à Al Qaïda d’asseoir sa suprématie dans la guerre interne à l’Islam: la quasi totalité des victimes d’Al Qaïda sont musulmans. Quelles sont les retombées politiques de l’attentat de Boston, de l’assassinat d’une jeune fille, d’une étudiante chinoise et d’un enfant de 8 ans ? D’ailleurs, aucune revendication sérieuse ne s’est manifestée.
    Aux Etats-Unis, ce n’est pas Al Qaïda qui fait le plus de dégâts mais le NRA. Les trois victimes de Karl Rose nous rappellent ce que deviendrait la France avec une législation laxiste sur les armes. Que les psychopathes prétendent agir au nom d’Al Qaïda, de l’internationalisme prolétarien, du néo-luddisme ou de l’Identité Chrétienne.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      30/04/2013

      au lieu que de faire votre  » formation » politique dans la lecture *** passionnée du  » nouvel obs « , du  » courrier international  » du  » monde  » etc … vous feriez mieux de lire les historiens ( anglais et américains ) et de … voyager dans ces contrées  » compliquées  » …

      *** pour ce qui me concerne je trouve désopilant leur  » effarement  » devant les conséquences  » imprévues  » ( pour eux ) des  » révolutions arabes  »

      quand on n’est pas dans l’esprit d »un Arabe ou d’un Musulman , on devrait bien se garder de tout ramener à cet étalon, ce paradis que serait la  » démocratie universelle « 

      Répondre
  8. Janko54

    27/04/2013

    Totalement d’accord avec cet article.
    Même si des fanatiques comme Tsarnaev sont une minorité, ils sont suffisamment nombreux pour mettre le monde à feu et à sang… Il faut aussi prendre en compte le fait que des attentats de ce genre peuvent se reproduire à n’importe quel moment, et peut-être mener la planète vers une guerre civile islamiste s’ils venaient à se répéter et à se banaliser.

    J’ajouterais un truc : cela fait déjà plusieurs années que l’Occident soutient (de manière larvée) les islamistes dans le but de faire barrage à la Russie et à la Chine.
    ex: guerre de Serbie (années 90), guerres d’Irak et de Libye, soutien actuel aux rebelles syriens, et j’en oublie certainement…

    Le jour où le régime Assad tombera, il y a de fortes chances pour que la Syrie tombe entre les mains des islamistes, et pour que cette « révolution » ait un effet domino sur le reste du monde musulman (Caucase, Asie Centrale, Pakistan) qui deviendra islamiste à son tour… on devine facilement les conséquences : un conflit indo-pakistanais, une nouvelle guerre israélo-arabe, et peut-être même un conflit généralisé entre pays musulmans et pays non-musulmans…

    Pour ma part je ne le souhaite pas, je pense qu’il n’y a rien de pire qu’une guerre nucléaire… Toutefois, je pense vraiment que si nos dirigeants continuent à soutenir les islamistes comme ils le font actuellement, cela risque d’avoir des conséquences dramatiques, et de nous mener vers une 3ème guerre mondiale.

    Répondre
  9. BRENUS

    26/04/2013

    « Par d’amalgame » va nous sortir jaurès. Les actes désespérés de ces braves musulmans bien intégrés, bien nourris, bénéficiant de bourses pour leurs études ne sont que le reflet de leur désespoir devant le refus de ces salauds d’occidentaux de se convertir à leur religion d’amour. Na!
    alalaousafémal.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      26/04/2013

      il existe bien « autres  » raisons  » et bien plus réelles,elles, que celle ( fénouillarde ) que vous avancez; je n’en citerai que deux t :

      – d’abord les ingérences répétitives de  » l’empire  » américain ( c’est à dire du lobby militaro- financier ) dans les pays musulmans, qui n’ont pour conséquence que de déstabiliser ces Etats

      – le soutient inconditionnel des mêmes à Israël

      Répondre
  10. Claude Roland

    25/04/2013

    Ces jeunes, tout comme l’islam, sont des instruments, probablement des « dormants » dans leur cas. Le plus important est de savoir qui est vraiment derrière eux… Et je suis sûr que les USA cherchent l’Iran… Car se prépare la 3ème guerre mondiale, et ça, inconscient celui qui ne le voit pas.

    Répondre
  11. quinctius cincinnatus

    25/04/2013

    « … se forger de nouvelles alliances »
    … en tout cas pas officielles, mais déjà, c’est certain, au niveau des services de renseignement .. car pour ce qui est des  » politiques  » la guerre  » civile  » syrienne suffit à démontrer que Washington et Moscou sont loin de dialoguer sur la même longueur d’ondes !
    demander aux  » tea party  » de prendre une tasse de thé avec l’ours russe relève de l’utopie… ces ultra neo-cons incultes, sont le seul véritable danger pour notre civilisation occidentale

    Répondre
  12. lavandin

    25/04/2013

    ….les muusulmans accueillis et favorisés par la société occidentale n’éprouvent jamais la moindre reconnaissance….

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      26/04/2013

      détrompez vous, j’en connais et beaucoup !

      Répondre
      • lavandin

        26/04/2013

        ouvrez bien les yeux , et suivez l’actualité . Pour les avoir bien cotoyé, je peux vous dire qu’ils ne nous ont pas dans l’estime, et les faits me donnent raison .Le maghreb de grand-papa est fini depuis longtemps

        Répondre
      • Jean-Pierre

        26/04/2013

        Et bien il faudrait leur demander de se manifester un peu qu’on les voie s’ils existent….

        Répondre
        • Jaures

          29/04/2013

          Les catholiques ont-ils défilé en masse pour dénoncer les milliers de cas d’enfants victimes de prêtres pédophiles ? Non et ils n’avaient pas à le faire. Ils ne sont pas plus responsables des agissements de quelques maniaques que les musulmans le sont de ceux de forcenés psychopathes.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            30/04/2013

            vous qui aimez les  » stats  » ( les statistiques pas les E.U. ! ) sachez que la profession où les pédophiles sont les plus nombreux ( aux U.S.A. ) sont les … professeurs de gymnastique !

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)