Les faux « accords de Genève »

Posté le décembre 27, 2003, 12:00
7 mins

Les « accords de Genève », signés voici quelques semaines n’ont pas fini de réjouir nos médias politiquement corrects. « Un espoir de paix au Proche-Orient », ont dit les uns. « Une lueur dans l’obscurité », ont dit les autres… J’entends ici inciter chacun à mettre les pieds sur terre et à regarder la réalité en face.

Premier point, essentiel, le gouvernement israélien, élu démocratiquement, et reflétant la volonté d’un peuple, a été placé arbitrairement et de façon dégradante sur le même plan qu’un gouvernement autocratique et totalitaire, celui de l’Autorité Palestinienne. « Ne pouvant compter ni sur l’un ni sur l’autre », a-t-il été dit, on essaiera d’avancer sans eux… Que

des Israéliens se soient prêtés volontairement à une telle « délégitimation » de leur gouvernement laisse muet.

Ensuite, chaque terme des « accords » représenterait, si le texte était officialisé, une reddition unilatérale et sans condition d’Israël et de l’Occident.

1. L’idée de territoires occupés est reconnue. Or, il n’existe aucun territoire occupé. La Cisjordanie fut jordanienne jusqu’à la guerre perdue de 1967, Gaza fut égyptienne jusqu’à la même date. La Jordanie et l’Égypte ont perdu la guerre et dû négocier. Aucun « territoire palestinien » n’a jamais été occupé. Israël victorieux de l’Égypte et de la Jordanie, faute de traité de paix, aurait pu annexer des terres en fonction de ses objectifs de sécurité sans violer la moindre règle internationale en vigueur. La générosité d’Israël fait que ces territoires sont encore l’objet de débats. Israël attaqué et vainqueur peut dessiner des frontières assurant sa sécurité.

2. Les implantations israéliennes sont reconnues en tant que « colonies ». Et il est, dès lors, prévu de les restituer aux Palestiniens avec tous leurs équipements ou, pour les « colonies non démantelées », d’offrir des compensations territoriales. Rien ne dit dans les textes que les « colonies » en question ont été bâties là où rien n’existait, n’ont donc spolié personne, et ont créé de la richesse là où il n’y en avait pas. Rien ne dit que des juifs ont été chassés en 1947 et sont revenus vingt ans plus tard. Rien n’explique pourquoi la Cisjordanie et Gaza doivent être ethniquement épurées de toute présence juive, ni pourquoi cette épuration ethnique serait légitime.

Pseudo-réfugiés

3. L’existence d’un problème de « réfugiés palestiniens » est affirmée, tout comme le principe du « droit au retour ». Rien n’explique pourquoi le nombre des Arabes ayant quitté le territoire d’Israël s’est trouvé multiplié par douze. Nul passage ne dit que quasiment aucun des « réfugiés » n’a jamais mis les pieds en Israël, ni que, en 1974, ils sont partis du territoire d’Israël à la demande des dirigeants arabes, et étaient censés revenir après que les juifs aient été exterminés. Cela permet d’entériner une falsification de l’histoire et cela autorise les « Palestiniens » à présenter comme une concession (la renonciation partielle au droit au retour) ce qui n’est que la reconnaissance de faits historiques : les Arabes ont voulu exterminer les juifs. Ils ont perdu !

4. Le statut de Jérusalem n’a cessé de fluctuer au cours du xxe siècle. La ville a été annexée par la Jordanie en 1948, puis reprise par Israël en 1967. Rien n’oblige Israël à restituer unilatéralement 80 % de la vieille ville à ses adversaires. Ne garder dans la vieille ville que l’ancien quartier juif, redonner le mont du Temple sans garantie serait créer une insécurité inadmissible pour qui irait en contrebas au mur des lamentations.

Les concepteurs des « accords de Genève » voulaient sans aucun doute déstabiliser le gouvernement Sharon et les projets de l’administration Bush. Ils voulaient faire des cadeaux, réels et symboliques, somptueux à la faction palestinienne. C’est de bonne guerre de la part d’antisionistes-antisémites. Que des Israéliens aient participé laisse sans voix. Se détestent-ils eux-mêmes à ce point ? Et que dire de la participation de juifs européens ou américains à cette opération ?

Si la paix doit s’établir au Proche-Orient, elle naîtra de plusieurs facteurs : d’abord l’éradication du terrorisme (le mur édifié par Sharon va dans le bon sens), l’assainissement de la Cisjordanie et de Gaza où il faut désintoxiquer les populations de la propagande haineuse qu’on déverse sur elles et les débarrasser du régime tyrannique d’Arafat. Les autres étapes pourront suivre, alors, si on en revient aux faits et si cesse la propagande. Prétendre signer un

traité de paix avec l’Autorité Palestinienne en entérinant la négation de l’histoire, et en cédant sur presque tout, serait un suicide pour Israël, ou, si les pressions devaient se faire plus fortes, l’équivalent d’une tentative de meurtre collectif.

10 réponses à l'article : Les faux « accords de Genève »

  1. Jérôme

    16/04/2004

    >> Pourquoi en venir à les traiter d’antisionistes-antisémites ? Et pourquoi d’ailleurs associer ces 2 mots qui recoupent des choses bien différentes…? « Quand des gens critiquent le sionisme, ils pensent Juifs. » (Martin Luther King)

    Répondre
  2. vincent

    17/03/2004

    Des juifs d’Israel (qui doivent donc peut-être connaitre un peu le problème) sont signataires de ces accords. Pour quoi ne pas écouter leurs arguments ? Pourquoi dire LES juifs/ LES arabes ? Pourquoi en venir à les traiter d’antisionistes-antisémites ? Et pourquoi d’ailleurs associer ces 2 mots qui recoupent des choses bien différentes…? POur les 2 parties, il est bien plus simple d’appeler à la haine et au communautarisme que de se demander comment sortir pacifiquement, un jour, de cette guerre plus ou moins larvée.

    Répondre
  3. hahaha

    01/01/2004

    Ô fils d’Isrâ’îl, Commémorez le ravissement dont je vous ai ravis, en vous favorisant plus que les univers (Sourate 2.47) Nous avons dit ensuite, aux fils d’Isrâîl : « Habitez cette terre ! Quand l’Autre promesse se réalisera, nous vous ferons revenir en foule » (Sourate 17.104) Les musulmans ont-ils oublié les paroles du Prophète, que la Paix soit sur lui? Ou les palestiniens ne seraient pas les enfants de l’Islam mais des adeptes d’un dieu nommé Arafat plus proche de Baal que d’Allah?…

    Répondre
  4. Maxime

    01/01/2004

    Trés cher Mr Millière, Il est grand temps que vos textes et celui-ci en particulier bénéficie d’une diffusion qui va bien au-delà de la communauté internaute. Ce texte devrait être lu et expliqué, preuves historiques à l’appui dans bien des synagogues, des églises, des chapelles, des temples et des mosqués. Évoluant au sein d’une communauté juive, je vois bien les confusions informationnelles qu’ont réussis à engendrer les médias sur la réalité du conflit qu’on appelle improprement conflit Israelo-arabe. Il serait difficile d’exprimer aussi bien que vous l’avez fait la nature du conflit qui opposent les juifs, au travers des Israeliens, aux antisémites européens et arabes, mais essentiellement musulmans, à travers les palestiniens. Les antisémites ont crée une sorte de golem pour détruire les juifs, mais il se retournera trés bientôt contre eux. A valider l’existence – d’un peuple qui n’existe pas, – d’un pays sur lequel ils n’ont aucun droit particulier – d’une juste lutte de libération là où il n’y a qu’un abominable terrorisme doublement génocidaire(d’un peuple et d’un pays). L’inversion des valeurs auquel nous assistons est annonciatrice de la venue de celui que nous attendons depuis longtemps pour le bien de tous. Bientôt et à mon trés grand regret, nous allons voir se lever en force des hordes d’excités, en France et ailleurs en Europe, qui réclameront pour eux-même et leurs semblables des parties de territoires nationaux, bien plus grandes que les actuelles zones de non-droit, libre de toute présence dont les valeurs et les croyances pourraient limiter leur folie. Trouvera-t-on acceptable ces demandes alors? Sûrement oui, puisqu’on les trouve acceptable maintenant. Merci pour vos écrits, merci pour vos lumières… Maxime

    Répondre
  5. R.tonyclaudio

    30/12/2003

    bravo pour votre courageux article le seul vrai probleme,c`est les faux refugies,depuis 60 ans ?,tous les vrais eux sont depuis longtemps avec leurs petits enfants dans plusieurs pays comme moi au etats unis . pour finir je souhaite que la france s`ont sorte du merdier islamisant le pay et que j`espere q`un charle martel vienne liberer la france de ce tariq ramadan on a eu le cheval de troy la c`est le cochon de la meque vive la france libre

    Répondre
  6. Chevalier de la Liberté

    30/12/2003

    Devinette:dans quel livre sont écrites ces trois phrases: « Vos femmes sont,pour vous,un champ de labour.Venez-y comme vous voulez. » « Et tuez-les,où que vous les rencontriez! » « Les Juifs aiment bien écouter le mensonge… » Mein Kampf ou le Coran ?

    Répondre
  7. dery

    30/12/2003

    Monsieur Millière, votre analyse de la situation d’Israel est une bouffée d’oxygène pour nous, Français juifs, à l’heure où la Fance, ennemie déclarée d’Israel ( Voir le livre d’Alexandre Adler « j’ai vu mourir le monde ancien ») est terrifiée à l’idée de dire leur vérité aux 7 millions de musulmans de France et aux 21 pays arabes.

    Répondre
  8. Lola

    29/12/2003

    « Tout cette agitation à propos de la 3Palestine » n’est qu’un problème artificiel, savamment entretenu par les despotes arbes pour détourner l’attention de leurs peuples abrutis par le sous-développement, la misère et la corruption » 2 remarques: Les Arabes entretiennent ce conflit sans jamais venir en aide aux Palestiniens. Ces Palestiniens constituent pour eux le même problème que les maghrébins chez nous, cad une population à caractère parasitaire, non productive,qu’ils ne veulent en aucun cas entretenir. Le soutien des Arabes aux Palestiniens est justifié par leur haine de l’Occident, riche et développé. Si nous cessons d’acheter leur pétrole, les Arabes redeviennent des chameliers nomades amateurs de dattes et de lait de chèvre. Comme à l’accoutumée, les Arabes jouent sur plusieurs tableaux, et ne méritent la confiance de personne.

    Répondre
  9. TAMERLAN

    29/12/2003

    Tout à fait d’accord avec l’article de M. Millière. Les israéliens qui se sont laissés entraîner dans cette galère ont sans doute été en proie au « syndrome de Stockholm », qui conduit à lécher les bottes de ses bourreaux pour se faire pardonner d’avoir été leur victime. Les israéliens n’ont rien à négocier. Ce qu’ils ont, ils l’ont conquis de haute lutte, le dos au mur, après une guerre qui leur a été imposée, sur des masses immenses, manipulés et prolifiques (cette guerre des berceaux livrée par les « Palestiniens » est d’ailleurs en soi la véritable réponse des impérialistes arabes aux pacifistes béats). Israel fait 27 000 km2, soit l’équivalent de 5 départements français (l’équivalent d’une région comme les Pays de la Loire), les états arabes plus de 10 000 000 de km2, soit plus que la Chine ou le Canada. S’ils l’avaient voulu, il y a longtemps que les états arabes auraient permis à leurs « frères palestiniens » de se réinstaller quelque part dans l’immensité des 22 pays de la ligue arabe, sans les contraindre à croupir dans la haine et à s’accrocher à cette région minuscule et désolée, que seuls les juifs ont su mettre en valeur. Tout cette agitation à propos de la 3Palestine » n’est qu’un problème artificiel, savamment entretenu par les despotes arbes pour détourner l’attention de leurs peuples abrutis par le sous-développement, la misère et la corruption. Les « Palestiniens » – cf. les fameux « Kosovars », autre « peuple » créé de toute pièce il y a peu pour les besoins d’une guerre – n’ont pas plus de droits sur Israel que les pieds-noirs sur l’Algérie, les Allemands des Sudètes sur la Tchéquie, ou les Boliviens sur le Chili sepentrionnal. S’il fallait que toutes les guerres perdues soient chacune prétexte légitime au terrorisme de masse, le monde serait un charnier permanent. Contrairement aux niaiseux qui se sont laissés embarquer pour Genève – j’espère pour eux tous frais payés – Israel doit rester ferme en frappant aussi fort et aussi loin que nécessaire et l’Occident ne doit pas se laisser intimmider. Sinon, ce sera à nouveau la Shoa et la victoire de « la bête immonde ».

    Répondre
  10. Eric

    29/12/2003

    Mr Guy Milliere, Je suis Juif et comme j aimerais qu il y ait plus de Juifs lucides comme vous, non-Juif, l etes! J ai lu tous vos articles vous etes un homme brillant, lucide et tres courageux. Merci pour la bouffee d oxygene que vous me donnez, cela contrebalance le torrent de fiel deversee par les medias aux ordres!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)