Les Français victimes d’un enfermement

Les Français victimes d’un enfermement

Séjournant dans l’Ouest américain depuis quelques semaines, j’ai repris contact avec la réalité française par le biais d’Internet. Il faut, je le pense, la distance pour comprendre. Vue de Los Angeles, la vie dans une grande ville de « l’Hexagone » ressemble à une plongée dans une oppressante folie. Les rues, déjà étroites, sont rendues plus étroites encore par des blocs de béton, des faux trottoirs, des files de bus matérialisées, des poteaux et des barrières métalliques. Les encombrements font partie du quotidien à toute heure de la journée.

La rudesse, l’impolitesse et l’agressivité sont d’une effroyable banalité. La police a tous les droits, à commencer par celui de contrôler intempestivement les identités et de transformer tout innocent en coupable qui s’ignore. Au fil des nouvelles, on découvre la mise en circulation de vélos gratuits qui, dit un journaliste, font des « envieux », et qui sont sans doute très pratiques pour emmener des enfants à l’école un jour de pluie. Si on scrute les nouvelles politiques, cela devient ubuesque. Ce sont les autorités qui décident des dates des « soldes ». Abaisser les impôts à 50 % grâce à un « bouclier fiscal » est présenté comme une « injustice sociale » et comme un « cadeau fait aux riches ».

L’autorisation de travailler la nuit ou le dimanche fait l’objet de débats polémiques. Et que dire en parallèle des programmes de télévision prévus pour juillet-août ! On pourrait croire que tous les Français sont censés mettre leur intelligence aux abonnés absents pour ne s’intéresser qu’aux concours de pétanque, à la musique débile et au pastis à prendre au camping du coin. J’ai regardé un journal télévisé de France 2 et l’actualité internationale était réduite à la portion congrue. Ce qu’on disait sur l’Irak, sur les États-Unis ou sur le Proche-Orient relevait d’un médiocre prêt-à-penser sans la moindre lueur d’analyse.

C’est pour échapper à tout cela que je m’esquive de France de plus en plus souvent et que je prends mes dispositions pour que l’esquive soit définitive. Tout en discernant la différence qui sépare la vie que je mène outre-Atlantique de celle que je mène en France, je ne puis, aussi, qu’éprouver une forme de compassion pour ceux qui ne connaissent que la vie en France. Je pense à une affiche d’il y a vingt ans et qui disait à propos d’enfants qui avaient grandi sous Mitterrand : « ils n’ont connu que le socialisme ». Mais le socialisme règne toujours en ce qu’il a de plus lugubre.

Il imprègne tout dans le pays, strictement tout. Et c’est pour cela que tout en vient à ressembler à une mort lente. Je parle de compassion : trouver normale la quotidienneté française et son atmosphère d’asphyxie médiocre ne fait pas échapper à l’asphyxie et à la médiocrité. On vit petitement, docilement. On s’aigrit. On vieillit de façon précoce. On apprend à renoncer. On finit par croire qu’on pense par soi-même en répétant les âneries qu’on entend dix fois par jour. J’ai fait plusieurs fois le tour du monde.

Je suis passé par l’Afrique subsaharienne, le Maghreb, l’Iran, la Russie et cent autres contrées désolées, et je sais qu’il y a pire que la France. Je sais aussi qu’il y a mieux. Je n’ignore pas que la plupart de ceux qui me lisent n’auront pas l’occasion de passer plusieurs mois par an du côté de Los Angeles. Je n’ignore pas que certains iront dans l’Ouest américain trop peu de temps pour se défaire de leurs stéréotypes et regarder autour d’eux.
Ma seule ambition, en ces chroniques, ces dernières années, a été de dire à ceux qui me lisent que la vie, cela peut être autre chose et peut ressembler au grand large et aux bras ouverts, que la liberté, cela peut fonctionner ; que rendre le quotidien plus pénible n’est pas inéluctable ; que l’arbitraire n’est pas une fatalité ; que la libre entreprise et le libre choix peuvent rendre heureux ; et que, pour déchiffrer la planète, il vaut mieux éviter de lire « Le monde » et de regarder les chaînes de télévision françaises. Je ne prétends pas avoir réussi. Les courriers de lecteur qui me contredisent en citant Colombani, Plenel et autres auteurs rances dans le texte, et qui se désabonnent pour être sûrs de vivre l’esprit fermé, me montrent même mes échecs.

J’ai fait ce que j’ai pu. Je souhaite du courage à Sarkozy. Le soleil se couche sur le sable de Venice Beach. Je vais prendre la freeway et partir dormir sous les palmiers d’Anaheim.

Partager cette publication

Comments (29)

  • daniel Répondre

    Oui Mr. Milliere votre analyse sur la france est tout a fait exacte mais insuffisante: La france est UNE DICTATURE. D ailleurs, c est la raison pour laquelle je l ai quite depuis maintenat plus de 10 ans et en 10 ans helas RIEN absolument RIEN n a change ou du moins, si, en PIRE. Le drame c est qu a l avenir RIEN NE CHANGERA. PAUVRE FRANCE. vraiment, je plains ces francais qui ne se rendent compte de RIEN.

    10/08/2007 à 8 h 47 min
  • Looserman Répondre

    Voilà qui est bien. Profite l’ami…

    Dit merci à tes amis, pour ces belles vacances.

    Perso, j’ai pas un fifrelin, j’ai pas les moyens de me prélasser au soleil.

    faut bosser pour nourrir les gosses. Payer les impôts (direct – pas beaucoup – indirect aie…)
    Voir les bons sauvages se faire payer des vacances alors que mes mômes n’ont pas eu ce privilège. Réserver à l’autree pas aux blancs, pauvres en plus…

    Les vacances rien à f…. j’ai pas une tune pour en profiter.

    La bouffe je mange de la M…. pour ne pas crever de faim

    une vie de M….

    la faute à qui aux abruti(e)s de 68, à ceux qui ne pensent qu’à se faire de l’oseille en spéculant etc…

    Vivement le crash boursier., que je rigole. J’aurais rien perdu, je serais prèt pour me débrouiller dans la vase, voir toutes ces tronches de déconfits pleurer après leurs oseilles sera pour moi du bonheur…

    Un aigri de la vie comme il y en a des millions en Franconnerie.

    Paraît que nous sommes des dépressifs sévères de voir la vie de la sorte. Alors faut nous soigner à coup de médicaments et autres enfermements. Dés fois que cela nous trottent dans la tête de vouloir faire la fête nous aussi…

    08/08/2007 à 10 h 22 min
  • LESTORET Répondre

    Certes, la France est un vieux pays et beaucoup de manies — appelons les comme cela — sont parfois dérangeantes ou au moins surprenantes. Le malheur c’est que dans ce vieux pays, personne, et les politiciens moins que tous autres, n’a jamais dit la vérité au Peuple. Bien sûr, il n’en est pas trop malheureux mais combien jouirait-il mieux de la vie s’il avait eu l’habitude de voir les choses en face et de supprimer tous les tabous qui le gardent à droite, qui le gardent à gauche et qui le gardent surtout devant et derrière. Elle reste quand même un pays où grosso modo il fait bon vivre. Quant à la comparer aux Etats Unis, c’est une toute autre histoire ….  

    07/08/2007 à 19 h 24 min
  • BERNIE Répondre

    BRAVO Mr MILLIERE

    TOUT EST DIT

    27/07/2007 à 19 h 31 min
  • Guilhem Répondre

    Si l’on fait avaler tout et n’importe quoi aux Français et si ces derniers sont (presque) incapables d’avoir une action autonome, c’est tout simplement à cause de son système centralisé multi-séculaire. Système où aucun contre-pouvoir sérieux n’a jamais pu exister longtemps face à la royauté et où tout pouvoir "régional" était assimilé à du séparatisme. Système qui a aussi empêché beaucoup d’actions individuelles.
    La Révolution et l’Empire bonapartiste ainsi que les régimes postérieurs n’ont en réalité créés aucunes ruptures sur ce point, bien au contraire !

    Hélas, de droite comme de gauche, personne n’est capable de remettre fondamentalement en cause ce lourd acquis du passé puisqu’il est considéré comme celui qui a permis autrefois à la France d’être l’une des deux ou trois grandes puissances européennes, puis mondiales. Mais les temps ont bien changé et l’Etat français traditionnel omnipotent est en fait juste une machine à broyer l’individu au profit de la masse des sujets (pardon! des citoyens) et à limiter la liberté de pensée. Nous vivons en réalité toujours en monarchie, mais en monarchie bonapartiste, d’ailleurs beaucoup d’observateurs de la Veme République l’ont justement surnommé "la monarchie républicaine".

    C’est totalement vrai: un référendum bonapartiste, bien évidemment au suffrage universel direct, met en place tous les 5 ans (avant c’était 7) un monarque qui décide de tout et n’importe quoi; Sarkozy ne mettant fin qu’à l’hypocrisie basée sur la fiction du rôle présidentiel du sage "père du peuple" en retrait de la vie politique et au dessus des partis.

    Bref, je pense que si la France et les Français sentent régulièrement que la situation ne va pas – alors que ce pays n’était pas et n’est pas le pire au monde – c’est bien qu’ils se sentent dépossédés de leur destin par un Etat qu’ils permettent eux-mêmes de maintenir, parfois pour leur plus grand profit (ex: EN, SNCF, etc…). Au XVe siècle, un ambassadeur vénitien écrivait déjà dans l’un de ses rapports à la Sérénissime que les sujets du roi de France étaient incroyablement dociles vis-à-vis des décisions du roi, et que s’il existait bel et bien des oppositions au système, elles ne le remettaient jamais en cause fondamentalement.
    On en est toujours là.

    27/07/2007 à 11 h 24 min
  • Jean-Christophe Répondre

    Mais c’est quoi cette habitude à dire que c’est nul en France !!! Un complexe d’infériorité ? La frustration au travail (que je partage).

    Millère va en Amérique ! et bien très bien, tant mieux pour lui, bon vent !

    Mais dans quelle amérique ? la côte Ouest ! 

    Qu’il aille dans l’Ohio à la place, où ça caille.

    Qu’il aille à New York où les gens sont aussi pressés et fatigués qu’à Paris.

    Il vera, malgré toute son expérience de la vie, que les gens ne sont pas aussi ouverts qu’il le pense.

     

    25/07/2007 à 18 h 12 min
  • Annika Répondre

      « La police a tous les droits, à commencer par celui de contrôler intempestivement les identités et de transformer tout innocent en coupable qui s’ignore. »  Vous avez bien raison !  La police près de Miami sait que son devoir est le service du peuple,  la constitution américaine interdit les contrôles d’identité effectués au hasard, donc si l’on n’a fait aucun mal, on n’a rien a craindre des policiers ;   Je les salut avec un grand bonjour de la main quand ils passent devant chez moi, et ils y répondent pareillement.  Essayez de faire ainsi dans une métropole française… en France une atmosphère de culpabilité prévient ce côtoiement sympathique avec les forces de l’ordre (ce qui n’est d’ailleurs pas toujours la faute de la police).

     « On apprend à renoncer. »  Superbe Guy Milliere, absolument superbe.  En 4 mots, vous décrivez l’atout principal qui différencie l’opportune Amérique, du fardeau gaulois.  Fardeau ; non parce que le français en est né doté, il est né aussi libre et optimiste que l’Américain – mais dans un environnement qui le veut de gré ou de force, ‘égalitaire’ et ‘protégé’.  Alors que l’Amérique vénère les droits individuels et le laissez faire ; La France orchestre les choix de son peuple – pour son ‘bien’ ! ; Que le peuple le veuille ou non – elle s’impose toute puissante – en force absolue qui décret, contre tout projet – des lois ; envers tout rêve – des contraintes ;  pour chaque effort – des limites ; Peu a peu on perd espoir, et l’on s’aigrit… ou bien l’on part en Amérique, comme Guy Milliere et moi !  L’espoir c’est la vie, et espérer, c’est vivre. Vive la vie, vive l’espoir et vive l’Amérique

    24/07/2007 à 14 h 30 min
  • Antoine Répondre

    Je suis assez d’accord avec vous, nous avons énormément à apprendre du modèle américain.

    Mais concernant le travail le dimanche, je suis désolé, mais on peut à la fois être foncièrement contre et être en même temps un parfait libéral, et je dirais même plus, permettre l’ouverture de certains magasins le dimanche introduit une concurrence déloyale vis-à-vis des petits commerçants. Les horaires d’ouverture des magasins devraient être les mêmes pour tout le monde, comme en Allemagne : tout le monde est ainsi placé sur un pied d’égalité.

    Bon séjour aux USA ! 

    24/07/2007 à 13 h 02 min
  • Anonyme Répondre

    Thanks,  Grepon le Texan, pour nous offrir, encore une fois, qqs vérités a bien méditer:

    " en France on vit de plus en plus dans des maisons avec barreaux sur les fenetres."
    Yep, Grepon, mais surtout avec des barreaux dans la tete!

    " coté travail, nous travaillons plus que vous, mais travailler ici est bien moins chiant."  
    " Quand travailler mene nulle part, on a tendance a chercher des limites au travail (35 heures) et une assurance que les sous arrivent regulierement tout de meme (interdiction de virer, anti-globalisation, interventions etatique pour sauver entreprises ou industries entiere)."

    et ce terrible warning : " Ainsi, vous jetez actuelment votre civilisation dans la poubelle."
    Yep, et c’est IRREVERSIBLE.

    Best,
    Mancney

    22/07/2007 à 14 h 21 min
  • FdG Répondre

    " Les Français victimes d’un enfermement " 

    D’un enfermement idéologique sûrement ! Mais quels français ?  Ceux qui servent ou ceux qui se servent de la France ?

     

    22/07/2007 à 14 h 08 min
  • Catherine Répondre

    1 sur 130……….decidement on regarde tous les memes news!!!!!!!!!! les memes reportages qui a chaque fois montrent l’Amerique comme un pays de tarres et pas un pays ou l’on met la priorite a proteger les citoyens et a condamner les victimes ……..1 sur 130 c’est tout ce qu’ils ont retenu car comme d’habitude on ne leur montre que des reportages de propagande anti americaine. Les francais ont un culot monstre de nous montrer ce genre de reportage quand on sait que les prisons francaises sont les pires leur surpeuplement est a la hauteur de celui de la Turquie!!!!!!!!!

    Je suis tombee par pur hasard sur la ceremonie qui s’est passee a Disneyland pour les nouveaux citoyens americains, l’une sur une chaine americaine, le reportage etait tout a fait objectif et direct, sur la chaine francaise des gaulois TF1……..la journaliste etait pleine de sarcasmes sur cette intronisation a la Mickey Mouse…….Pauvre idiote t’a rien compris!!!!!!!! Tu n’as rien compris aux valeurs aux raisons pour lesquelles ces gens sont devenus americains et sont fiers de l’etre.

    Je reste Francaise car je suis nee en France et j’aime mon pays mais pas ce que la societe francaise en a fait………..dans deux ans je deviendrai Americaine sans regret et je n’aurai pas besoin qu’une petite journaliste de bas etage vienne me dire que je viens de me faire bouffer par Mickey Mouse, non ma grande j’aurai choisi et je te dis bien des choses!!!!!!!!!!

    Bon dimanche  a Guy……..quand venez vous sur la cote Est nous rendre visite La Nouvelle Angleterre est superbe l’air y est pur people are very nice and not excited and there is no traffic Jam!!!!!!!

    Catherine Delloue – Atkinson NH

    22/07/2007 à 13 h 27 min
  • Anonyme Répondre

    Oui, Guy Milliere, la France est un pays ou il est DIFFICILE de vivre, oui, c’est un pays a OBSTACLES, et on en voit l’exemple meme sur les routes, ou l’on multiplie ralentisseurs et chicanes, au lieu de construire de la surface roulable et donc de fluidifier le traffic, et de libérer les hommes d’inutiles contraintes. La France est en forme de panneau de "Sens Interdit" et de "Voie rétrécie"; le citoyen y vit dans des rails, a tous les sens du mot, et ceci est une des raisons de ses renoncements, de son acceptation de l’envahissement actuel de son pays: Qui veut défendre sa femme quand il est cocu? Qui veut se battre pour son pays quand il nous traite si mal, et quand l’avenir de notre civilisation n’y est plus assuré ?
    En allant vivre aux USA, vous corrigez une erreur géographique, vous allez vous retrouver chez vous, in the Land of the Free and the Home of the Brave.
    Et je sais que vous continuerez a vous battre pour la France. Merci.
    Way to go, Guy Milliere!

    Best,
    Mancney

    22/07/2007 à 13 h 09 min
  • R. Ed. Répondre

    Aux States, j’ai comme l’impression que l’on met les voyous en taule.

    A mon avis, c’est leur place.

    Un sur cent trente, tout compte fait, cela fait moins d’un pour cent, cela doit correspondre à la réalité.

    Ici, les voyous on les laisse dehors, y pas de place en prison (même pas pour les hommes politiques malhonnêtes, c’est tout dire)

    De toute façon, je ne vais pas pleurer parce que les voyous sont en prison, ce serait plutôt l’inverse.

    Vive le deuxième amendement, vive l’Amérique, vive Deubeliou !!!

    20/07/2007 à 23 h 57 min
  • [email protected] Répondre

    je me suis interdit de lire la presse et d’ecouter les infots sur les 6 chaines débiles francaise ce qui fait que je trouve la vie en france pas plus con qu’ailleurs mais je suis persuadé qu’il y a mieux ailleurs et aussi moins bien

    20/07/2007 à 18 h 07 min
  • grepon le texan Répondre

    "Génial les states ! Tout le monde fait la sieste sous les palmiers…Sauf 1 Américain sur 130 qui cultive son sentiment d’enfermement en prison."

    Grepon dit:   Mwais, et en France on vie de plus en plus dans des maisons avec barreaux sur les fenetres.   Peut-etre que ce n’est si con apres tout de mettre des sociopaths en prison, et de permettre les bons (mois je suis un bon) porter toute arme qui me convient.    Ah oui, cote travail, nous travaillons plus que vous, mais travailler ici est bien moins chiant.  Vous devriez essayer le jeu a somme croissante un jour.   Beacoup plus de monde s’y trouve que dans un systeme aussi statique que le votre.   Quand travailler mene nulle part, on a tendance a chercher des limites au travail (35 heures) et une assurance que les sous arrivent regulierement tout de meme (interdiction de virer, anti-globalisation, interventions etatique pour sauver entreprises ou industries entiere).  Ainsi, vous jetez actuelment votre civilisation dans la poubelle.

    20/07/2007 à 17 h 25 min
  • Anonyme Répondre

    Hey Back in town !!!!

    Pour ceux qui auront envie de partir de France, il n’y a pas que les States, il y a aussi le Canada, le Quebec et l’Australie, ainsi que la Nouvelle Zelande. C’est plus facile.

    Merci M.Millere pour vos articles. Je suis bien content de vous lire aussi sur le site de Maurice G. Dantec. Cela me reconforte dans l’idee que peu a peu se construit un vrai mouvement intellectuel, loin des eternels Camelots et autres nostalgiques pagano-aryens. Le renouveau intellectuel ira montant et balaiera je l’espere, les restes du cadavre de la vieille garde. Chirac est parti, pourquoi les vieux mandarins dans tous les autres domaines ne donnerons ils pas les cle de la voitures eux aussi tot ou tard (malheureusement tard)?

    Preparons nous a l’hiver, les temps serons rudes bientot quand les Democrates americains prendrons le pouvoir. Nous aurons droit a la meme politique internationale que Bush jr, mais avec le beau sourire et les gants de velours d’Hollywood. J’imagine deja la gueule de nos bobos…

    Allons l’apocalypse n’est qu’un bref moment a passer au fond des catacombes…

    ciao, ici Charlie a vous la base…

     

    19/07/2007 à 17 h 36 min
  • FdG Répondre

    La France ça eut payé !  ça ne paie plus ! En tout cas tant que le pc/ps/verts et verts(/ cgt et autres assocs véritables officines des ennemis de leur propre pays !

    19/07/2007 à 14 h 29 min
  • George de Boston. Répondre

    Je vis aux Etats Unis depuis plus de trente ans. Toute ma carriere professionnelle s’est passee a travers la plus part des continents.. Je sais de quoi je parle lorsque j’evoque  les differentes populations  avec lesquelles j’etais en contact  et dont je parle souvent la langue. Je suis loin d’etre d’accord sur vos analyses concernant la politique etrangere des Etats Unis, mais comme me disais un ami, "c’est encore dans le ventre du dragon que l’on vit le mieux" . Bravo pour votre texte dont je partage, pour une fois l’analyse.

    19/07/2007 à 1 h 07 min
  • ozone Répondre

    "Le soleil se couche sur le sable de Venice Beach. Je vais prendre la freeway et partir dormir sous les palmiers d’Anaheim."

    Bulle sweet bulle

    18/07/2007 à 20 h 28 min
  • Anonyme Répondre

    Monsieur Millere

    vous avez défini, avec brio qui vous est propre, la différence entre le liberté et le totalitarisme. Je ne l’aurais fait mieux et pourtant je suis resortissante d’un pays totalitaire dur. En lisant votre article j’ai les larmes aux yeux, car je ne peux pas emmigrer pour la deuxième fois. Je n’ai plus âge de me ré-inserer pour la deuxième fois. Hélas la France n’a pas de Monsier Raegan, non il n’y a pas d’hommes courrageux comme lui. La France est un système totalitaire réussi, derière il n’y a que Cuba et Corée du nord. Je disait cela cinquante million de fois, mais personne ne me croyait. Merci pour votre confirmation.

    Et bon vent.

    Si je ne vous lis plus vous me manquerez. Je connais vos livres, je connais votre traduction des pensées de M.Raegan, mais vos livres me posent un problème. Ils me mettent dans un état de désespoir car je n’ai aucune prise sur la situation. Donc je lis, presque clandestinement,comme je faisais sous le communisme , car mes livres irritent mon entourage,

    Je vous laisse, car j’ai les yeux pleins de larmes et je vois plus mon écran

    Dagmar

    18/07/2007 à 18 h 19 min
  • grepon le texan Répondre

    Et dire que il y a beaucoup d’Americains qui trouvent la Californie trop contraignant dans tant de choses!

    Trop de reglementations.  Trop d’impots.   Aucun respect pour le 2ieme Amendement…. 

    18/07/2007 à 17 h 42 min
  • Patrick Répondre

    Mr Millieres,

    je vous lis depuis des annees et je partage votre point de vue.
    Je suis sur la cote ouest (mais plus au nord que vous) depuis 11 mois, et malheureusement je dois rentrer en France car le conge sabbatique de mon universite se termine.
    Ma famille et moi n’avons qu’une idee en tete: revenir le plus vite possible, et si possible de facon definitive…

    Je vous souhaite bonne chance pour cette nouvelle vie qui se profile,

    Patrick

    18/07/2007 à 16 h 30 min
  • Abdul du Web Répondre

    Bravo Guy!

    Pour celui qui veut comprendre quelque chose il est imperatif de cesser de lire "Le Monde"!

    18/07/2007 à 15 h 00 min
  • Florin Répondre

    Chacun construit son destin. Si le nôtre n’est pas le meilleur, n’oublions pas que c’est NOUS qui l’avons choisi. C’est NOUS qui avons choisi Mitterrand et Delanoë, c’est NOUS qui avons dit OUI à Maastricht, à l’Euro, à Schengen et à toutes les autres turpitudes qui nous collent à la peau depuis.

    Si l’Américain vit mieux (ce qui reste à démontrer, n’en déplaise au voyageur pressé qui ne voit que les vitrines étincellantes), c’est qu’il a fait des choix différents. Qu’il a prit un autre chemin. On ne peut que lui souhaiter bonne route, tout en réfléchissant à la nôtre.

    Donc, bonnes vacances M Millière, surveillez votre cholestérol, car, vu ce que l’on mange là-bas …

    18/07/2007 à 14 h 03 min
  • Angelaume Répondre

    Génial les states ! Tout le monde fait la sieste sous les palmiers…Sauf 1 Américain sur 130 qui cultive son sentiment d’enfermement en prison.

     

    18/07/2007 à 12 h 15 min
  • Anonyme Répondre

    va y vite !! et surtout reviens pas . en France on ouvre meme de écoles pour parler ‘con’  

    http://www.presse-francophone.org/apfa/motdor/contes/contes.htm

     

     

     

    18/07/2007 à 10 h 45 min
  • Dave Répondre

    Mais non, vous n’avez pas échoué, Guy. Vous avez convaincu des gens comme moi de la justesse des thèses néoconservatrices , vous avez réussi à donner un autre son de cloche, vous avez réussi à contrer la désinformation qui règne en France sur l’Amérique, Israël, Bush… C’est déjà énorme !! Keep on the god job !!

    18/07/2007 à 9 h 02 min
  • CANNIBAL CORPSE Répondre

    Bonne vacances Mr Milliere , je suis sure qu’elles le seront  etant donné que vous etes aux USA  où  j’espere un jour  retourner .

    18/07/2007 à 8 h 20 min
  • jacques Répondre

    "Mais le socialisme règne toujours (en France)… Il imprègne tout dans le pays, strictement tout"

    Oui. Vraiment tout. Beaucoup plus que ne réalise les français eux-mêmes.

    Je vous souhaite un excellent séjour en Californie. Mon expérience là-bas fut très positive. J’y ai passé 6 mois. On m’avait dit que ce serait difficile, que je ne pourrais même pas acheté de logement parce que j’étais étranger, etc…

    Voici donc le récit de cet "enfer" prédit
    -achat d’un condo sur le bord de la mer
    -légère rénovation du condo, très facile à réaliser avec main d’oeuvre satisfaisante (mais pas exceptionnelle) et magasins avec une variété stupéfiante de produits
    -promenades idylliques sur la mer
    -revente du condo rénové avec profit spectaculaire suffisant pour payer toutes mes dépenses (avions, repas, frais de voitures) et laissé un très joli supplément à ramener en souvenir.

    Le bilan:
    – j’ai passer 6 mois de vacances sur le bord de la mer "tout frais payés"
    – j’ai rammasser de l’argent en surplus
    – le gouvernement américain ne m’a jamais demandé un impôt sur ma forturne ("What is that?" "Why would we take your money for nothing in exchange?")
    – le gouvernement américian a reçu un impôt RAISONABLE sur mes profits
    – le gouvernement californien a reçu un impôt RAISONABLE sur mes profits
    – un condo en californie est maintenant plus beau qu’il ne l’était grâce à mon initiaitive et au travail de mes employés, et plaira encore plus aux futurs propriétaires
    – des travailleurs ont fait de l’argent en rénovant mon condo (+ payer impôts)
    – des magasins ont fait de l’argent avec mes achats (+payer impôts)

    Bref, comme on dit, "win win win situtation".

    Quand aux californiens:
    – hyper facile d’approche
    – zero méfiance envers les étrangers (en grande partie parce que la californie est elle-même une création d’immigration et que presque tout le monde est d’origine plus ou moins lointaine "d’ailleurs")
    – extraordinairement aisé de s’y faire des amis
    – pragmatisme stupéfiant et …  fort pratique. Tout ce fait sans complication, et il y a une tendance marquée à contourner tout ce qui empêche d’avancer rondement
    – tout ou presque est business là-bas

    18/07/2007 à 3 h 04 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: