Les menaces de l’Arabie saoudite : une première depuis 80 ans

Les menaces de l’Arabie saoudite : une première depuis 80 ans

On se doit de rappeler encore une fois que l’Arabie Saoudite possède les premières réserves mondiales de pétrole, qu’elle est aussi le premier exportateur de cet or noir qui constitue le sang de notre civilisation. Elle arbitre de fait les débats de l’OPEP concernant les productions et les prix du baril : les dernières discutions ont été houleuses, car le Royaume, pour éviter une envolée des cours, a augmenté sa production, au grand dépit des autres participants, à commencer par l’Iran.

A 110, 120 $ le baril, les économies occidentales souffrent, et il est clair qu’avec des prix à 140 $ ou davantage, les crises financières actuelles déclencheraient des infarctus économiques, et même, pour l’Américain Kunsler, une crise de civilisation.

L’Arabie saoudite a toujours été un allié inconditionnel des Etats-Unis,tant sur le plan économique que géopolitique, or pour la première fois le prince Turki Al-Fayçal a publié dans le Washington Post, un article critiquant sévèrement le gouvernement Obama sur son refus de reconnaître l’Etat palestinien.

Rappelons que Washington a déclaré en effet qu’il s’opposera aux efforts pour délégitimer Israël.

Que dit le prince saoudien ? « Un veto américain à la reconnaissance d’un Etat palestinien aura des conséquences désastreuses sur nos relations ».

« Si les dirigeants américains pensent qu’Israël est un allié indispensable, ils vont s’apercevoir que d’autres acteurs dans la région sont autant sinon plus indispensables. Le royaume compte utiliser sa puissance diplomatique ».

La dernière phrase est claire : l’Arabie saoudite est désormais prête à utiliser l’arme financière et l’arme pétrolière.


Retrouver la lucidité et l’objectivité

Il est malheureusement clair que l’Amérique n’est plus en mesure de faire face aux crises géopolitiques actuelles. L’Irak est la victime quotidienne d’attentats qui déstabilisent un gouvernement impuissant à rétabli un ordre économique et social minimum, la guerre d’Afghanistan paraît sans issue, le Pakistan semble incapable de rétablir une démocratie acceptable.

Dans un tel contexte, l’Iran est oublié, le Yémen cherche une gouvernance, l’Egypte ne conserve que ses structures militaires, la Syrie subit ses répressions, la Libye vit sous des bombardements aux issues imprévues.

L’Occident déconcerté vit une des conséquences de printemps arabes qui ressemblent davantage à des hivers : une immigration anarchique que l’Europe ne peut accueillir, car elle se révèle massive.

Que doivent faire les gouvernants ? D’abord, retrouver la lucidité et l’objectivité. On ne résout pas les crises géopolitique par des formules creuses et faussement moralisatrices.

Notre moralisation démocratique est impuissante face au Pakistan refusant d’abolir sa loi sur le blasphème : ceux qui s’y hasardent sont exécutés sans que l’Occident n’osent une protestation.

Concernant la Libye, une récente enquête sur le gouvernement provisoire révèle que la majorité de ses membres seraient des islamistes militants et qu’Al-Qaïda serait approvisionné en armes lourdes !

Encore une fois, cessons de traiter les crises géopolitiques sans précédent que nous traversons par du vocabulaire sans consistance. Nos concitoyens perçoivent la gravité de la crise : ils sont prêts à l’effort, mais à un effort basé sur la vérité qui seule donne la voie de l’espérance.

Partager cette publication

Commentaires (10)

  • Arthur Gohin Répondre

    Alors sécotine, vous répétez les mensonges de M. Grumberg, comme si je n’avais rien dit. Or à l’étude sa propagande se révèle etre du bidon. Vous aussi etes chargée de mentir pour soutenir la politique d’Israel?

    02/07/2011 à 20 h 38 min
  • Arthur Gohin Répondre

    Mancey, j’ignore pourquoi mon  nom, Arthur Gohin, n’est pas affiché. "Les 4 vérités" a ses raisons que la raison ignore.
    Vous dites:"Israel est a l’origine de la formidable civilisation Judéo-Chrétienne et la contribution des Juifs au bien de l’humanité ne se compte meme plus"
    Employez-vous le mot formidable dans un sens positif? Je crois que cette civilisation est surtout formidablement imbue d’elle meme. Et du coup elle a exterminé bien des civilisations.
    Ensuite l’aspect scientifique et technique, dont elle pourrait se glorifier, est issu de la civilisation grecque pour la géométrie, l’astronomie,la physique, hindoue via les arabes pour l’algèbre, chinoise pour l’imprimerie, etc.. Mais pouvez-vous me citer une seule invention, un seul concept scientifique, qui soit issu des petits royaumes israélites dont la religion était judaique dans le millénaire avant JC?

    Quant à Jésus Christ, n’est-il pas honoré surtout en paroles et non en actes dans cette civilisation? Il y a surtout de quoi avoir honte, quand on le connait.
    Tel que je vous lis, je ne sais pas si les questions religieuses vous intéressent, mais dire "civilisation judéo chrétienne" sans croire à une foi définie est une absurdité creuse. En fait on est obligé de choisir, soit Jésus est le sauveur de l’etre humain, alors on ne peut rester judaisant, soit ce n’est qu’un personnage historique.
    De plus je ne crois absolument pas que Dieu ait élu un peuple. Dieu élit chaque etre humain individuellement pour un dessein toujours personnel.

    Vous voyez donc que je ne sens d’aucune reconnaissance envers les juifs en général.
    Je ne soutiens pas plus les juifs que les autres, et la notion d’un état pour les juifs me parait tribale et arriérée. Je soutiens la création d’un état laique pour la Palestine toute entière. L’ONU a commis une erreur et une injustice monumentale en créant Israel en 1947. Errare humanum est, perseverare diabolicum.

    20/06/2011 à 15 h 08 min
  • Secotine Répondre

    L’Arabie est peut être le pays qui possède la première réserve mondiale de pétrole  mais elle est sévèrement talonnée par Israel. Cela ne se dit pas dans les  media officiels mais des reserves de pétrole de près de 500 milliards de barils gisent sous les roches israéliennes. Les experts pensent que la technologie pour l’extration dans de bonnes conditions écologiques sera prête et que le pompage pourrait commencer d’ici 6 à 8 ans. Avec un baril à 50 dollars l’extraction serait rentable. Il semblerait d’ailleurs que l’Arabie Saoudite et les Emirats aient mis en garde les compagnies pétrolières intéressées par les forages Israéliens  les menaçant de "fermer les robinets" . Voilà une raison supplémentaire pour les Arabes de voir disparaitre l’Etat d’Israel afin de s’emparer des nouvelles réserves off et in-shore.

    20/06/2011 à 14 h 21 min
  • Anonyme Répondre

    Inconnu Orangearmenia : " (..) tout le monde fini par etre dégouté d’Israel."
    –         Votre commentaire est certainement interessant et crédible, merci, et il est vrai qu’il n’est pas toujours facile de "soutenir" Israel, tant certains supporters sont souvent arrogants, suffisants et parfois stupides – n’est pas du peuple élu qui veut! –  mais Israel est a l’origine de la formidable civilisation Judéo-Chrétienne et la contribution des Juifs au bien de l’humanité ne se compte meme plus, alors,
    malgré les erreurs agaçantes de certains d’entre eux, il serait simplement injuste et ingrat de ne pas leur apporter notre soutient….
    Meme égoistement, sur un plan géopolitique, et dans un souci d’équilibre, il est probablement judicieux de supporter Israel, excellent tampon entre Arabes et Iraniens. Quant a la Palestine, sauf erreur, le principe de la reconnaissance d’un état palestinien ne semble pas etre en cause, et il existe juste des divergences sur les frontieres, ce qui est une parfaitement normal et n’est qu’une histoire vieille comme le monde. Tout le monde a pu constater que les Palestiniens savent parfaitement bien profiter de tous avantages posés a leur portée.

    Mancney
     

    19/06/2011 à 21 h 09 min
  • Anonyme Répondre

    M. Jean Patrick Grumberg

    Il n’y a pas de pétrole proprement dit en Israel mais du schiste bitumineux de mauvaise qualité: haute teneur en soufre et en eau. Un petit essai de production d’électricité en 1989 a été de fait abandonné.
    Le schiste bitumineux est rarement riche en combustible. Dans le grand nord canadien il va jusqu’à 406 Litre/Tonne mais en général c’est de l’ordre de la centaine L/T. Celui d’Israel va de 60 à 71 L/T.
    La Jordanie est un peu mieux fournie en quantité et qualité, mais de toutes façons cela ne présente pas d’intéret vu le cout et la pollution.
    Voir http://geology.com/usgs/oil-shale/israel-jordan-oil-shale.shtml

    Les réserves mondiales de ce schiste sont évaluées à 2 800 à 3 100 milliards de barils de pétrole potentiellement exploitables, dont 1 000 à 1 200 milliards de barils aux États-Unis. On ne voit pas en quoi les 250 milliards israéliens prétendus viendraient changer la donne, surtout vu leur qualité.
    Voir http://www.biovignal.fr/breve.php3?id_breve=879
    J’ajoute que je n’y crois pas. On ne passe pas de 4 milliards à 250 milliards de barils en un mois de "reconsidérations" miracles.

    Vos mensonges creux comme une bulle de savon éclatent dès qu’on effleure internet. J’ajoute que je ne suis pas un commercial recyclé dans la propagande sioniste comme vous, je suis un scientifique de formation très étendue, et j’ai compris votre bluff avant meme de chercher les chiffres. Vos employeurs espèrent que le parlement européen va vous croire un petit peu et se laisser influencer pour ne pas reconnaitre l’Etat palestinien. Mais bientot c’est l’Etat juif qui ne va pas etre reconnu. Il ne faut pas mentir comme cela, M. Jean Patrick Grumberg, tout le monde fini par etre dégouté d’Israel, et de ses valets.

    19/06/2011 à 16 h 55 min
  • Anonyme Répondre

    CONFIRMATION Israël, 2e plus grosse réserve de pétrole au monde !

    Mon article  sur la découverte d’un gisement de pétrole gigantesque en Israël m’a valu une avalanche de questions auxquelles je devais apporter des réponses.
     La question brûlante, est, bien entendu de savoir si cette information est confirmée. La réponse est un grand
    O U I !
    Le gisement de pétrole découvert en Israël n’est pas un mirage, ni une abstraction, ni une théorie à confirmer. C’est une réalité dure comme la roche qui fait d’Israël la seconde réserve pétrolière au monde.
    Voici des éléments concrets :
    Le World Energy Council basé en Grande Bretagne a annoncé dans un premier temps, en novembre 2010, que les réserves de pétrole découvertes en Israël représentaient quatre milliards de barils de pétrole. Aucune info dans les médias.
    ce chiffre fût réévalué en fin d’année 2010 lors du Symposium de l’Ecole des Mines du Colorado, par le Professeur Yuval Bartov, chef géologue de l’initiative énergétique du gouvernement israélien, à 250 milliards de barils (l’Arabie Saoudite a 260 milliards de barils de réserves). Des experts et analystes indépendants, invités à étudier les données, ont confirmé les évaluations.
    -fin mars 2011, la revue Energy Tribune (3) rapporte les propos du responsable scientifique de la Royal Dutch Shell Company, Harold Vinegar, qui confirme que le "chiffre prouvé" de pétrole qu’Israël peut extraire est 250 milliards de barils au moins, et que le gisement couvre une surface de 234 km carrés dans le bassin de Shfela au centre du pays.
    Howard Jonas, un entrepreneur et gros donateur à des oeuvres israéliennes depuis très longtemps, a reçu en 2008 une licence d’exploitation de la part du gouvernement israélien. Le magnat de la presse Rupert Murdoch et Lord Jacob Rothschild de la banque du même nom font partie des premiers investisseurs de la société IEI (Israël Energy Initiative), que le syndicat de défense de l’environnement israélien a poursuivi en justice pour tenter de l’empêcher d’extraire le pétrole. IDT, la société mère de IEI, a vu son action passer de 66 cents à 20 dollars en un an.
    -selon les dernières évaluations la production commencera dans huit ans.
    les compagnies pétrolière qui extraient le pétrole des pays arabes ont toutes refusé de s’intéresser à ce gisement israélien car les pays de l’OPEP ont menacé de couper toute livraison, et par ailleurs, jusqu’aux récentes avancées technologiques, le coût d’extraction était trop élevé et trop polluant.
    -la seconde question qui m’est le plus posée est : pourquoi les médias israéliens n’en parlent-ils pas ? Hum… en fait ils en parlent peu dans la grande presse, mais beaucoup dans les journaux spécialisés. Le Jérusalem Post en parle rapidement dans un article du 13 mars dernier. Et le Financial Post consacre un article détaillé dans son édition du 10 juin 2011  ou il confirme la présence de pétrole "prouvé et extractible de 250 milliards de barils, et l’hypothèse de 500 milliards au total. La relative discrétion des médias n’est pas si surprenante quand on réfléchit aux choix stratégiques européens dictés par… le pétrole arabe, et aux implications de cette découverte. Les médias français en parleront lorsqu’ils ne pourront vraiment plus faire autrement, pour éviter le risque de passer pour des imbéciles.
    -que va t-il se passer maintenant ? En un mot : des bouleversements géostratégiques d’abord discrets puis visibles.
    Les diplomates européens vont se souvenir comme par magie que la Judée et la Samarie ne sont pas des territoires occupés mais des terres disputées qui n’appartiennent à personne.
    Les archives de l’ONU vont s’ouvrir toutes seules, et révéler qu’il n’y a jamais eu de frontière en 1967, ni même avant d’ailleurs.
    Les dirigeants européens vont s’apercevoir d’un détail qui leur avait échappé jusqu’à lors, à savoir que Gaza avait une frontière avec l’Egypte. Donc qu’il ne peut pas y avoir un blocus israélien.
    Ensuite les diplomates vont taper du point et exiger des palestiniens qu’ils fassent enfin des efforts et des concessions, car leur entêtement bloque les négociations de paix. Ils vont imposer au Hamas de déchirer leur charte qui jure de détruire Israël et de massacrer chaque juif habitant en Palestine, et ils vont imposer comme pré-condition, que les arabes reconnaissent Israël comme l’Etat des Juifs.
    Je passe rapidement sur les "réfugiés" palestiniens, car il sera demandé aux pays arabes d’annuler la résolution 1457 signée en 1959 par la Ligue Arabe, et qui interdit à tous les pays arabes d’accorder la nationalité aux réfugiés palestiniens, alors qu’ils l’accordent aux immigrants de toutes les autres origines qui la demande.
     Et je passe également sur la déclaration de l’Etat Palestinien en Septembre. Le premier ministre israélien fait le tour des popotes au moment ou j’écris ces lignes. Quels arguments croyez-vous qu’il a utilisé pour obtenir si vite de l’Allemagne, de l’Italie, et surtout du Président du Parlement européen qu’ils disent non à l’ONU en septembre (et ce n’est que le début de sa tournée, il s’est promis de récolter trente NON).
     Reproduction autorisée avec la mention suivante et le lien vers cet article :
    © Jean-Patrick Grumberg pour Drzz.fr
    19/06/2011 à 0 h 17 min
  • Anonyme Répondre

    "Que dit le prince saoudien (Turki Al-Fayçal)? « Un veto américain à la reconnaissance d’un Etat palestinien aura des conséquences désastreuses sur nos relations ».
    « Si les dirigeants américains pensent qu’Israël est un allié indispensable, ils vont s’apercevoir que d’autres acteurs dans la région sont autant sinon plus indispensables. Le royaume compte utiliser sa puissance diplomatique ».

    –                     Ououhhhh, ca fait peur, hein? Ok, alors relax, car cette déclaration est exactement ce que l’on appelle un "effet d’annonce". Autrement dit, elle est balancée vraisemblablement pour faire plaisir aux Arabes palestiniens – traduisez essayer d’éviter que ces gros malins (les Palestiniens, that is) ne flirtent un peu trop avec l’ennemi millénaire iranien, et dans le meme temps pour emmerder un peu Obama – en souvenir de G.W. Bush qui lui était un vrai bon copain, plus encore qqs petites histoires plus ou moins privées que nous ignorons (n’oublions pas que les rapports entre les Noirs et les Arabes n’ont pas toujours etaient faciles).Voila les vrais raison de "la déclaration" du Prince…. Et puisque vous savez bien lire entre lignes, vous avez certainement noté l’expression :"le royaume compte utiliser sa puissance diplomatique". En cas de vrai colere ou d’agacement sérieux, on aurait dit " (..) compte utiliser TOUTE sa puissance". Voila. Ça va mieux comme ça? Good.
    Have a great day.

    Mancney

    18/06/2011 à 21 h 06 min
  • pi31416 Répondre

    C’est pourtant pas difficile à comprendre. N’avez-vous pas remarqué le baratin de Yankee Doodle Golliwog pour qu’Israël retourne à ses frontières d’avant 1967?

    "Rappelons que Washington a déclaré en effet qu’il s’opposera aux efforts pour délégitimer Israël."

    Washington déclare s’opposer aux "efforts pour délégitimer Israël"? Oui, mais, pendant ce temps-là Yankee Doodle Golliwog donne le signal de la curée. Et l’Arabie Saoudite suit. Ergo, l’Arabie saoudite est toujours bien un allié inconditionnel des Etats-Unis, des Etats-Unis de Yankee Doodle Golliwog. CQFD

    18/06/2011 à 17 h 03 min
  • Arthur Gohin Répondre

    Eh oui, meme l’Arabie Séoudite tourne le dos à Israel. C’est vraiment la fin.

    17/06/2011 à 21 h 29 min
  • ozone Répondre

    De toutes façons les USA ne sont plus maitres de leur manoeuvre,entre les guerres de Bush et l’action du lobby qui n’existe pas ils sont neutralisés

    17/06/2011 à 20 h 09 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: