Les Turcs ne passeront pas

Posté le octobre 24, 2004, 12:00
7 mins

Jacques Chirac et Jean-Pierre Raffarin, le second suivant le premier comme son ombre, se sont couverts de ridicule en acceptant un débat à l’Assemblée Nationale sur la question de l’adhésion de la Turquie à l’Europe tout en refusant qu’il soit suivi d’un vote, ce qui revenait à admettre piteusement et par avance que les députés de toutes tendances refuseraient majoritairement de leur emboîter le pas. Refuser un vote des représentants du peuple parce qu’on en connaît l’issue défavorable, cela revient à piétiner cyniquement la démocratie. Et de surcroît cela ne sert à rien, car, en l’occurrence, c’est se mettre un bandeau sur les yeux pour ne pas voir l’évidence : les Français, ni les autres Européens sans doute, ne veulent de la Turquie en Europe. D’ailleurs, alors que l’on publie chaque jour des sondages d’opinion sur tout et sur n’importe quoi, il n’en paraît très curieusement aucun sur la question turque. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne s’en fait pas. Car il ne faut pas oublier que le résultat d’un sondage n’est rendu public que si celui qui l’a commandé le veut bien. En effet, les résultats des sondages n’appartiennent pas aux Instituts mais à leurs clients. Et si le client veut qu’il demeure secret, il le reste. Je suis prêt à parier qu’un sondage a été effectué, sinon plusieurs, sur l’entrée de la Turquie en Europe. Le fait qu’on n’en publie pas est un aveu
supplémentaire de la défaveur de ce projet insensé dans l’opinion publique.
Jacques Chirac, partisan de l’entrée de la Turquie pour des raisons qui m’échappent (pour « déraison » devrais-je écrire), a été obligé de faire quelque peu marche arrière lorsqu’il s’est rendu compte que l’UMP ne le suivrait pas. Il a d’ailleurs dû être
mortifié de constater que le parti « godillot » concocté pour lui par son dévoué féal Alain Juppé ruait ainsi dans les brancards.
Néanmoins, les politiciens de Bruxelles, qui pratiquent de plus en ce que l’on appelait autrefois le « despotisme éclairé » (qui a toujours été éclairé à la chandelle fumeuse), se préparent à décider le 15 décembre le commencement des négociations pour l’adhésion de la Turquie, dans le but inavoué de placer un jour les peuples européens devant le fait accompli. Mais nous ne nous laisserons pas rouler dans la farine par ces dictateurs camouflés ! Et quand Chirac nous dit que l’entrée de la Turquie en Europe, ce n’est pas pour demain mais dans quinze ans, nous lui répondons : Ni demain, ni dans quinze ans ni jamais !
Aussi, de cette modeste tribune, qui n’en est pas moins le fer de lance de l’avant-garde intellectuelle de la droite libérale, je lance à tous nos lecteurs un appel solennel : Manifestez fermement votre opposition irréductible à l’entrée de la Turquie en Europe, comme d’ailleurs de tout autre pays non européen. (Car il ne s’agit nullement d’ostraciser les Turcs, qui sont ce qu’ils sont et c’est leur droit, mais de préserver notre culture et notre identité européennes contre toute immixion, d’où qu’elle vienne.)
Pour cela, il vous faut dès maintenant bombarder tous les députés et dirigeants nationaux et européens de lettres, de télécopies, de mails Internet, voire de coups de téléphone ou même de visites aux permanences des députés de vos circonscriptions, en véhiculant ce message : « Je tiens à vous faire savoir que je suis catégoriquement opposé à l’adhésion de la Turquie à l’Europe, comme de toute nation non géographiquement européenne, si respectable qu’elle soit, et je vous mandate expressément pour représenter cette opposition en tous lieux et en toutes occasions, faute de quoi je ne pourrai plus vous accorder la moindre confiance politique ».
Le site de l’Assemblée nationale : <www.assembleenationale.com> vous donnera le « trombi-noscope » des députés ainsi que leurs adresses et leurs « courriels ». Le site de l’actuel Président de la Commission européenne Romano Prodi : <http://europa.eu.int/comm/commissioners/prodi/index_fr.htm> vous permettra de lui écrire. Le site de l’Union européenne : <www.europarl.eu.int/guide/sitemap_fr.htm> vous procurera le « trombinoscope » de tous les députés européens. Arrosez-les tous, les étrangers comme les Français.
Et si vous ne disposez pas d’Internet chez vous, n’oubliez pas que vous pouvez vous connecter dans n’importe quel «cybercafé » pour un tarif très modique (en général 1 e de l’heure).
Et puis photocopiez cette page et faites-la circuler. Battez-vous bec et ongles pour l’intégrité de la civilisation européenne, qui fait déjà eau de toutes parts !

12 réponses à l'article : Les Turcs ne passeront pas

  1. Anthony

    23 novembre 2004

    Tres drole ce dernier post en faveur de la Turquie. Alors debattons : -Une partie du territoire turc est en Europe, l’autre ne fait que la toucher mais partage avec elle une histoire commune –> L’histoire commune, c’est la guerre. Invasions et occupations ottomanes pendant des siecles. La seule contribution de la Turquie a l’Europe, c’est le croissant, c’est donc un peu maigre. Et si un bout de territoire suffit, et bien la France est un pays d’Amerique du Sud puisque la Guyane represente une bonne partie du territoire francais. – Europe et Turquie ont une histoire et une culture commune depuis l’Antiquité (monde grec, monde byzantin héritier de Rome, Empire Ottoman tourné vers l’Occident, etc.) –> Byzance, c’est Rome en effet, mais les Ottomans on detruit Byzance en 1453. – La Turquie est culturellement plus proche de la « vieille Europe » que les pays baltes par exemple –> Archi faux. La grosse base de l’Europe, c’est le christianisme : les Baltes sont chretiens, les Turcs sont musulmans. – La tradition laïque et citoyenne de la Turquie d’Atatürk : –> Elle est en panne cette laicite, c’est un parti religieux qui veut criminaliser l’infidelite qui est au pouvoir a Ankara en ce moment. – Avec la France, c’est le seul pays à avoir inscrit la laïcité dans sa constitution –> mais l’Europe ne se reduit pas a la France, fort heureusement. La majorite des pays europeens se reconnaissent une tradition chretienne : Irlande, Pologne, et bien sur les monarchies : Espagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Belgique, Danemark… – Les Turcs ont reconnu l’existence des Kurdes et autorisé leur langue en 2002 –> La Turquie refuse toujours de reconnaitre ses genocides. – Par rebond, ce développement serait un facteur favorable à l’expansion des valeurs démocratiques –> Il n’est pas prouve que la prosperite apporte la democratie dans un pays musulman. Exemple : l’Arabie Saoudite.

    Répondre
  2. yewman

    11 novembre 2004

    bonjour Mais je voie que vous exagérez tous concernent l’adhésion de la Turquie à l’union européenne, d’une part, les argument que vous donniez ne semblent pas forcément importants ou plutôt suffisants pour une telle opinion, d’autre part ce que ignore tout le monde ,et particulièrement les citoyens français (même si je suis français),c’est que l’image réelle de ce pays « la Turquie » peux vraiment vous changer d’avis une foi étudier son importance aussi bien pour l’avenir économique de l’union européenne que politique. Illustration : Voilà quelques arguments : Une partie du territoire turc est en Europe, l’autre ne fait que la toucher mais partage avec elle une histoire commune – La Turquie n’est pas plus hors de l’Europe géographiquement que l’Outre-mer Une culture et une histoire commune avec l’Europe : – Europe et Turquie ont une histoire et une culture commune depuis l’Antiquité (monde grec, monde byzantin héritier de Rome, Empire Ottoman tourné vers l’Occident, etc.) – La Turquie, membre du pacte Atlantique, est déjà associée à la CEE depuis 1963 – L’union douanière entre Europe et Turquie est effective depuis 1996 – La Turquie est culturellement plus proche de la « vieille Europe » que les pays baltes par exemple – La Turquie participe déjà à l’Eurovision et aux championnats sportifs européens :muhaha : La tradition laïque et citoyenne de la Turquie d’Atatürk : – Avec la France, c’est le seul pays à avoir inscrit la laïcité dans sa constitution – La Turquie a accordé le droit de vote aux femmes dès 1934 Des preuves de bonne volonté ces dernières années : – La Turquie a clairement choisi l’Europe plutôt qu’une association avec les pays arabes, choix qui lui a permis de faire des avancées notables en matière de droits de l’homme – La Turquie a aboli la peine de mort en 2002 – Les Turcs ont reconnu l’existence des Kurdes et autorisé leur langue en 2002 – Les Turcs sont favorables à la réunification de Chypre à 60 % par référendum (rejeté par les Grecs à 75 %) Une chance de développement la Turquie – Comme pour le Portugal, une adhésion à l’Europe permettrait un développement économique providentiel pour la Turquie – Par rebond, ce développement serait un facteur favorable à l’expansion des valeurs démocratiques merci.

    Répondre
  3. Jean-Claude Lahitte

    6 novembre 2004

    Merci pour cet article dont je viens seuelement de prendre connaissance, ayant été absent de France pendant trois semaines. J’ai commencé à le faire circuler. En rappelant cette phrase d’Atatürk: “L’Islam est un cadavre putréfié qui emmpoisonne notre vie”. Hélas, la plupart des Français que je rencontre, assurent que l’entrée de la Turquie dans l’Euope est inéluctable, même s’ils prétendent y être opposé. Nos compatriotes sont des moutons résignés à l’abattoir. Ils ont la tremblante. Fasse le Ciel qu’ils deviennent enragés ! Cordialement vôtre, JC Lahitte

    Répondre
  4. gerber monique

    29 octobre 2004

    contre la venue de la turquie! ce matin, Monsieur de VILLIERS a bien donné tous les inconvénients si ce peuple entrait dans l’europe des 25. dommage que cette entrevue ne soit pas diffusée sur toutes les radios et la télévision.

    Répondre
  5. TATANGAS

    27 octobre 2004

    Je crois qu’il faudrait surtout cesser de nous disputer entre nous, afin d’offir un front uni. Mais cet espoir tient du rêve. Que dire alors de l’Union des pays Européens ! Combien de pays font chez eux autre chose que ce qu’ils proclament hautement du perchoir de l’Assemblée Européenne.

    Répondre
  6. F&H

    27 octobre 2004

    Bonjour, Christophoros, Tout à fait, le Saint Empire Romain Germanique, auquel j’enlèverais quelques christino-stupidités du style “tendre l’autre joue” pour inclure des doses massives de phylosophie Grecque et Romaine… F&H

    Répondre
  7. Christophoros.

    25 octobre 2004

    Quelle identité européenne ? Facile : le Saint Empire Romain Germanique.

    Répondre
  8. A. JACQUEMART

    25 octobre 2004

    Mr LANCE . Dans une lettre ouverte au Président de la République (Figaro 2004 ) les Députés UMP ,P. PEMEZEC ,Hauts de Seine ,R. BLUM Bouches du Rhône , B.BROCHANT ALPES Maritimes ,Y.BUR Bas-Rhin , N. DUPONT-AIGNAN, etc. (12 au total ), disent (ce que vous ne cessez de proclamer ) ” Vous faites fausse route en voulant à tous prix intégrer la Turquie dans l’Europe ).Dans son livre “L’Islam des Interdits ” A.M Delcambre rapporte une déclaration de R.T ERGODAN , qui a suivi une formation d’Imam “Lesminarets sont nos baïonettes ,les coupoles nos casqueset les mosquées nos casernes ” .La Turquie est aussi la plaque tournante de tous les trafics,etdela contre-façon.

    Répondre
  9. Minus

    25 octobre 2004

    John, cette question dénote un tel mépris ou une telle inculture que je ne saurais faire mieux que de vous indiquer une référence fondamentale: “Histoire et Tradition des Européens : 30000 ans d’identité” par Dominique Venner aux édtions du Rocher disponible à peu près partout.

    Répondre
  10. Adolphos

    25 octobre 2004

    ” Quelle identité Européenne ???” Ce n’est pas le moment de faire l’intello.

    Répondre
  11. John

    24 octobre 2004

    Quelle identité Européenne ???

    Répondre
  12. sirapian

    24 octobre 2004

    L’Institut Tchobanian vient d’éditer un Livre Blanc “Europe-Turquie: Un enjeu Décisif” pour montrer le vrai visage de la Turquie. Détails sur http://www.tchobanian.org présentation du livre à L’Assemblée Nationale le 28 octobre à 18h30 Chaque député et Sénateur recevra ce livre collectif de 100 pages. Aider à sa diffusion. Prix public 10 €. Cordialement Jean V. Sirapian Président de l’Institut Tchobanian

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)