Les USA sont un pays socialiste !

Les USA sont un pays socialiste !

J’ai lu avec surprise l’article d’Évelyne Joslain dans le n° 966. En effet pour dédouaner Bush, Cheney et Blair qu’elle semble admirer sans retenue, elle nous annonce le scoop qu’il existait bien des armes de destructions massives cachées en Irak.

La preuve, dit-elle, c’est que « Bachar El-Assad en a utilisé en Syrie », ainsi que « l’État islamique contre les Kurdes d’Irak » (et qui d’autre tant qu’on y est ?). Enfin, ajoute-t-elle, si cela n’a pas été annoncé plus tôt, c’est en raison du principe « ne­ver complain, never explain » (« ne jamais se plaindre, ne jamais s’expliquer »).

Or, en fait d’armes de destruction massive, on n’a trouvé que des chars gonflables, mais pas d’anthrax, ni de dépôts chimiques, ni rien que l’on puisse qualifier ainsi. Si un peu de gaz moutarde, que n’importe qui peut facilement fabriquer de­puis 1914, a été utilisé, personne n’a jamais pu prouver par qui (à mon avis, pas par Bachar El-Assad car il n’en a pas besoin et que ça ne pouvait que lui nuire au niveau international).

D’autre part, le principe « never complain, never explain » est celui de la reine d’Angleterre qui a pour principe de ne pas répondre aux ragots de la presse à son égard. Je ne pense pas que Bush et de Cheney aient ce genre de préoccupation (voire de finesse).

Plus sérieusement, pour moi, et pour de plus en plus d’analystes, le vrai problème est ailleurs. Il est très grave et difficile à résumer en quelques lignes, mais il existe de nombreux livres qui traitent de ce sujet : « L’Europe colonisée » et « Le suicide français » sont les derniers parus en France.

Concernant les USA, l’évolution date de 1945, date à laquelle les USA et l’URSS se sont partagé l’Europe (début de la colonisation). Puis, les USA ont pris une tendance socialisante quand, dans les années 1970, les dirigeants américains (Nixon) ont abandonné l’indexation capitaliste (accords de Bretton Woods) du dollar sur l’or, tout en imposant que les transactions sur le pétrole (entre autres) se fassent en dollar.

Cela a considérablement enrichi les USA sur le dos du monde entier, car il leur suffit d’imprimer du papier que tout le monde est obligé d’utiliser.

La donne a complètement changé en 1989 : alors que les USA abandonnaient le (vrai) capitalisme, la Russie redevenait capitaliste (avec des soubresauts mafieux que Poutine démantèle petit à petit d’une manière autoritaire) et chrétienne.

Le risque était très grand que les USA perdent leur hégémonie mondiale.

Pour les dirigeants américains (républicains et démocrates), ce n’était pas envisageable.

Il fallait donc agir très vite pour garder l’hégémonie du dollar et l’Europe sous tutelle militaire (OTAN qui, au passage, n’a plus de raison d’exister puisqu’il n’y a plus de pacte de Varsovie), économique (Fed et Goldman Sachs dont la commission européenne, non élue mais toute-puissante, compte certains an­ciens, etc.), culturelle (invasion de films américains, théories gauchistes de l’égalité, du gen­re, mariage homo, etc.), civilisationnelle (favorisation de l’immigration musulmane, intégration de la Turquie dans l’Europe, expulsion des chrétiens du Kosovo sous les bombes de l’OTAN…).

Bref, tout faire pour affaiblir l’Europe et surtout éviter une grande Europe alliée avec la Russie redevenue capitaliste et chrétienne.

Si les USA sont sur le point de réussir en Europe, il n’est pas évident qu’ils gagnent dans le monde car, devant le manque de volonté et d’idéal de l’Eu­rope, dont Poutine dit qu’elle se suicide, la Russie commence à se tourner vers l’Asie.

Combien de temps faudra-t-il encore pour que les gens prennent conscience que la donne mondiale a changé et que les USA sont devenus un pays socialiste et que la Russie est redevenue capitaliste et chrétienne ?

En attendant, nous sommes les vassaux bien obéissants des USA et nous envoyons même nos Rafales à nos frais là où ça les arrange…

Hervé de Gromard

Partager cette publication

(25) Commentaires

  • h.gromard92873500 Répondre

    Je reconnais qu’il peut être difficile pour certains d’admettre que les USA sont devenus nos ennemis en terme de géopolitique, et que la Russie soit devenue notre meilleurs allié (potentiel car nous la refusons sur injonction des USA). Cela m’amène à compléter mon article.
    A propos des eurodollars, il faut rappeler qu’ils ont été imposés par les USA en contrepartie de leur engagement de défendre les « émiraillons » de l’OPEP contre leurs ennemis traditionnels (il n’y avait pas de pays, mais des tribus rivales). Il convient également de souligner que la décision de Kadafi et de Saddam Hussein (mis en place par les USA et adulés pendant des décennies) de créer une banque africaine pour vendre leur pétrole avec leur monnaie n’était pas acceptable par les USA.
    En faisant des guerres au Moyen Orient contre des tiraillons mis en place par les USA avec comme conséquence l’islamisation de toute la région et des émigrations massives vers l’Europe ne pouvait que faire leurs affaires. En effet, ce faisant, les USA affaiblissent l’Europe qui est un concurrent potentiel inacceptable pour les gouvernements américains (républicains et démocrates) qui veulent garder leur hégémonie mondiale (Europe 503 millions d’habitants – 600 millions avec la Russie, USA 316 millions d’habitants).
    Les exemples ne manquent pas :
    – Ukraine : possibilité pour les USA de mettre les missiles de l’OTAN en face de la Russie tout en ruinant l’Ukraine qui serait tenue de faire appel au FMI pour se mettre aux normes de l’Europe (la BCE a refusé de lui prêter 15 milliards d’euros par an) ; FMI qui dirigerait l’Ukraine, augmenterait les impôts augmentant ainsi les prix de production alors que leur frontière serait ouvertes aux produits européens, etc.
    – Puisque c’est d’actualité, interdiction à la France de livrer les bateaux Mistral à la Russie (outre la ruine de nos chantiers navals, pénalité de 1,5 milliards d’euros pour la France) alors que ces bateaux ne sont en rien une menace pour les USA ou l’Europe.
    – Incitation très forte pour l’intégration de la Turquie islamiste dans l’Europe.
    – Lobbying très important des USA à Bruxelles (20000 lobbies pour 40000 fonctionnaires).
    – Pressions financières très importantes sur des pays très endettés (outre que plusieurs membres de la commission européenne viennent de Goldman Sachs).
    – Europe sans politique extérieure (29 ministres des affaires étrangères) ni armée (remplacées par l’OTAN sous commandement américain).
    Etc., etc.
    Face à tout cela, nous avons un nouveau tsar (Poutine) qui ne souhaite (souhaitait serait plus juste depuis l’été dernier car il se tourne maintenant vers l’Allemagne moins bête que les autres, et surtout l’Asie) qu’une grande Europe (inacceptable pour les USA qui veulent continuer à vivre sur le dos des populations mondiales grâce au dollar US qui n’est que du papier) ayant des valeurs chrétiennes, qui regrette qu’elle se suicide en étant aux ordres des USA et en copiant l’ex URSS (Commission européenne composée de 15 membres inamovibles, non élus et ayant tous les pouvoirs = Ex-comité directeur du PCUS composé de 12 membres non élus et ayant tous les pouvoirs, parlement européen semblable à la Douma ne faisant qu’entériner les décision de la Commission, etc.).
    A noter que ce nouveau tsar, aidé par l’Eglise chrétienne orthodoxe, est soutenu par 70 à 85 % de la population russe sur tous les sujets (valeurs, amour du pays, …). Quel contraste face aux informations ultra partisanes américaines et contre les intérêts européens que nous subissons !
    Je remercie vivement les russes et les chinois de s’opposer à la guerre que veulent faire les USA (l’Europe ne fait que suivre) à Bachar El Assad qui veux maintenir un état laïc contre des « rebelles » islamiques.
    En géopolitique, la règle est « ôtes toi de là que je m’y mette ». C’est ce qu’on fait les USA en extrême orient, en Egypte, en Afrique du Nord, et en Afrique Noire (c’est presque fini de l’axe francophone Dakar Djibouti) : Sans que les métropolitains en aient conscience, la France a été divisée par 15 à 20 depuis la dernière grande guerre tout en se repentant de son Histoire, en trahissant les populations qui voulaient rester française, en installant ses ennemis au pouvoir et en provoquant systématiquement des bains de sang.
    N’ayons pas d’illusions : En géopolitique, qu’ils soient républicains ou démocrates, les dirigeant américains ont les mêmes buts, et nos gouvernants européens, qu’ils s’appellent UMP ou PS, leurs obéissent servilement.

    24/11/2014 à 11 h 51 min
  • euréka Répondre

    Ne pas oublier que les Etats Unis nous ont arnaqués en 1970 quand ils ont décrété la désindexation du dollar à l’or.
    Ca n’a pas traîné. 3 années plus tard en 73, les arabes ont riposté par le premier choc pétrolier qui a fichu tout l’occident dans la mouise. avec un pétrole dont le cours s’était multiplié par 20.
    Il faut quand même savoir que ce sont les Américains qui
    ont provoqué la crise dont nous ne sortons pas avec ce premier choc pétrolier. Puis ils ont remis le couvert avec la crise des subprimes en inondant l’économie mondiale avec leurs produiits toxiques. A cause d’eux, les états européens ont été dans l’obligation de s’endetter pour renflouer leurs banques.
    .

    24/11/2014 à 2 h 09 min
  • Fucius Répondre

    Le socialisme aux USA a commencé avec FDR (grand admirateur de Staline), son New Deal et sa Grande Dépression, conséquence directe de son socialisme fanatique, et l’une des causes de la seconde guerre mondiale.

    Il faut savoir que 1920 avait vu une crise plus violente que celle de 29, mais qu’une administration compétente (économiquement libérale) était alors en place.
    La crise fut surmontée en quelques mois et ce furent les « roaring twenties ».

    L’après-guerre vit une autre administration compétente gérer la sortie de la guerre en diminuant drastiquement l’État et les impôts, avec des résultats mirobolants.

    Malheureusement en Amérique comme chez nous la superstition planiste, la passion collectiviste, la jalousie, l’avidité du pouvoir, bref le socialisme existent et subvertissent les institutions et les leviers de pouvoir.

    Les personnes de mentalité socialiste entendent changer le monde en soumettant les autres à leurs vues, à leur prétendue supériorité intellectuelle et morale.
    Celles de mentalité libérale entendent le faire sans contrainte, par l’innovation et l’association libre (l’entreprise).

    La Contrainte est aussi séduisante pour les premiers que répugnante pour les seconds.
    Il est donc logique que les premiers peuplent l’État et que les seconds s’en tiennent loin.

    Ce problème universel n’épargne pas plus les USA que la France.

    21/11/2014 à 19 h 02 min
  • De Soyer Répondre

    Monsieur de Gromard, votre analyse manque de finesse: d’abord vous mélangez Républicains et Démocrates américains, alors qu’ils suivent des lignes très différentes.
    Ensuite, si l’Europe en est là où elle en est actuellement, elle le doit d’abord à elle-même. Certes les gens pour qui elle vote sont lâches et incompétents, mais les gens qui ont voté pour eux le sont aussi.
    Moi-même, j’ai une petite association qui prône une ligne de compétence et de courage, mais je m’aperçois que les « grandes gueules » ne sont plus là quand il s’agit de s’engager ou alors ils font preuve d’une naïveté confondante.

    20/11/2014 à 17 h 01 min
  • MC Répondre

    Oui, Hervé de Gromard, les USA sont de plus en plus gauchisants et de plus en plus « directifs » envers l’UE.

    Les Américains ne veulent pas perdre leur hégémonie mondiale et vassalisent de ce fait l’Europe, qui signera probablement et prochainement le traité transatlantique.Les USA sont prêts à divulguer n’importe quel mensonge dans ce but, comme ils l’ont déjà fait.

    C’est une grave erreur de suivre les USA. Leur agriculture OGM, leur poulet au chlore, mais surtout les pays européens subiront leur justice.
    Il faut savoir que les Américains ont une justice « privée » capable de porter plainte contre un Etat européen pour demander des sommes phénoménales, si un pays de l’UE venait à refuser d’acheter leurs cochonneries !

    La Russie n’est sans doute pas un pays idéal, mais c’est un grand pays européen, proche de la France.

    Les USA s’en prennent à Poutine et le dénigrent surtout dans le but de garder main mise sur l’UE.

    De plus, la Russie ne choisit pas la passivité ni le laxisme de l’UE et est en passe de conclure des accords importants avec la Chine et le Brésil, ce qui bien évidemment déplaît aux Américains !.

    20/11/2014 à 11 h 52 min
    • Jacky Social Répondre

      @MC: c’est cela, la Russie va sauver l’humanité. Non, mais allô quoi!

      21/11/2014 à 19 h 33 min
  • Jacky Social Répondre

    @Hervé de Gromarrant: NON !

    19/11/2014 à 22 h 28 min
    • centlem Répondre

      Le 16 mars 1988, les bombardiers irakiens ont noyé la petite ville kurde de Halabja sous un déluge de bombes chimiques. En quelques heures, plusieurs milliers de civils sans défense, adultes et enfants, sont morts asphyxiés. Combien ? On ne le saura sans doute pas de sitôt. L’estimation la plus couramment avancée est de 5 000 morts.

      Ce n’était pas la première fois que le régime irakien de Saddam Hussein utilisait les gaz contre la population kurde. Le 15 avril 1987, un « usage expérimental » dans la province de Sulaimanya contre les villages de Haladin, Bargalo, Kanito, Awazic, Sirwan, Noljika, Chinara, a fait une centaine de morts. Le 16 avril, cette sinistre « expérience » fut étendue à la province voisine d’Arbil, plus précisément contre les villages de Sheikwasan, Totma, Zeni, Khati, Balalokawa, Alana, Darash tous situés dans la vallée de Balasan. Bilan : 300 morts, dont 121 dans le seul village de Sheikwasan. Parmi les dernières victimes, 76 enfants âgés de moins de 8 ans. Les 286 rescapés de ce gazage qui avaient tenté d’aller se faire soigner dans les hôpitaux d’Arbil furent tous arrêtés par les forces irakiennes, collectivement massacrés et enterrés dans une fosse commune.- Mais pour certains, il s’agit là que d’un petit massacre perpetré avec des fusils à eau. –

      20/11/2014 à 10 h 50 min
    • LE KET Répondre

      @ Jacky Social = « OTAN fout le camp !  » Europe, libère-toi

      20/11/2014 à 16 h 01 min
      • Jacky Social Répondre

        @Ketje: l’OTAN est l’une des plus grandes réussites militaires et géostratégiques de tous les temps. Pour libérer l’Europe comme vous dites, il faut réarmer l’Europe et créer un commandement intégré indépendant et tout restant allié des Etats-Unis. On est loin du compte. Ce n’est pas à moi qu’il faut en vouloir. L’OTAN est et reste une très bonne idée. Je déplore le manque de vision et l’attitude occidentale en général envers la Serbie. On s’est trompé de cible. C’était sous la gauche Clinton. L’OTAN n’a fait qu’obéir aux z’ordres de gauche. Mais l’outil reste indispensable. C’est la meilleure force de l’Occident.

        21/11/2014 à 22 h 44 min
        • euréka Répondre

          « pour libérerer l’Europe il faut réarmer l’Europe et créer un commandement intégré »

          J’hallucine. L’Otan désintègre l’industrie de l’armement française. L’Otan pèse de tout son poids pour obliger la France à réduire son budget militaire. L’Otan fait pression sur les autres états européens pour acheter américain et s’efforce de déprécier la production française.quitte à déverser des ragots sur la non-fiabilité de nos rafales.
          Et maintenant nous devons même suplier les Amerloques
          de bien vouloir nous autoriser à « franciser » les drones qu’on leur achète..
          « l’Otan la meilleure force de l’occident  » ? à quel prix ?
          Celui de l’abandon de la dernière parcelle de souveraineté qui nous restait.. Si c’est pour marcher au pas et obéir au doigt et à l’oeil à Washington et ses alliés anglais, saoudiens et israéliens, Non merci.

          Et puis l’otan a été créé pour défendre l’Europe de la menace URSS. Maintenant que l’URSS n’existe plus, nous n’avons plus besoin d’Otan. Sauf pour rassurer les lavettes polonaises et celles d’Europe scandinave et balkanique.
          L’Europe doit se doter d’une armée.

          22/11/2014 à 17 h 47 min
          • Jacky Social

            @eurecaca: l’OTAN démantèle l’industrie française et a bien raison. Non que je sois contre l’industrie française MAIS si c’est pour fournir des armes aux Russes, il vaut mieux arrêter tout de suite. La menace russe existe toujours. Là c’est moi qui hallucine. Demandez aux Ukrainiens ou aux Géorgiens. Si, évidemment, vous considérez que tout cela n’est qu’un mauvais moment à passer, vous vous trompez lourdement. La Russie est LE pays le plus nuisible qui existe. C’est un pays de frustrés revanchards, donc un pays très dangereux.

            22/11/2014 à 20 h 59 min
  • centlem Répondre

    Il importe de garder a l’esprit 6245 morts – en deux
    bombardements par l’aviation de Sadam – il s’agissait
    d’un gaz toxique – mais pas une arme de destruction massive.
    Le suédois avait pour consigne idéologique de faire l’impasse
    Cet article a toute sa place dans le nouvel obs.

    19/11/2014 à 18 h 40 min
  • Jaures Répondre

    En disant que Poutine mène une Russie « capitaliste et chrétienne », H.de Gromard cherche probablement à définitivement éloigner les foules du capitalisme et de la chrétienté.

    Quoi ? Qui pourrait avoir pour idéal cette autocratie nationaliste mafieuse et violente qui mène son pays vers la récession et le conflit permanent quand ce pays affronte des problèmes aussi rudes qu’une démographie en berne, un système de santé déplorable, des infrastructures absentes, une corruption omniprésente, une misère insupportable qui côtoie la richesse la plus obscène ?

    Qui ici préfèrerait vivre (au sein du peuple, pas de la nomenklatura) en Russie chrétienne et capitaliste, plutôt qu’en Occident socialiste ?
    Que ceux qui ont choisi la première prennent le premier avion pour rester crédible !

    19/11/2014 à 17 h 51 min
    • Boutté Répondre

      Je me souviens que lorsque Busch a lancé cette guerre avec les armes de destruction massive comme excuse annexe les services secrets d’Israël ( très performants !) ont déclaré que ces armes n’y étaient plus et qu’on pourrait les retrouver en Syrie . C’est bien ce qui s’est passé . . . quelques années
      plus tard .

      20/11/2014 à 10 h 51 min
    • Boutté Répondre

      Démographie en berne ? Vous avez 10 ans de retard ! De nos jours la Russie se repeuple après une époque de confusion post-soviétique et de doutes sur l’avenir . C’est la conséquence de la confiance retrouvée et les sondages sur la popularité de Poutine sont éloquents .
      La Russie n’est pas « malade de la démocratie » comme l’aurait pu dire J.de la Fontaine mais vote et participe à la vie publique .
      Elle ne choisit pas en toute occasion la passivité ni la fragile conception du monde que vantent nos vieux pays . Jamais elle n’a connu ce que vous nommez démocratie et ça ne lui a pas mal réussi .S’ils rentrent dans l’Europe selon le souhait
      du Général , ils apporteront , outre leurs vastes richesses , un renouveau moral qui nous est bien nécessaire .
      Quant au choix du lieu de vie , direz-vous que tout communiste consciencieux prendra le premier vol pour la Corée du Nord ou de Cuba ?

      20/11/2014 à 11 h 05 min
      • Jaures Répondre

        Le taux de fécondité de la Russie est à 1,70 (France 2,01). Si sa population ne baisse plus c’est essentiellement grâce à l’émigration car l’espérance de vie est plus de dix ans inférieure à celle de la France.
        L’arrêt de la chute de la fécondité est conjoncturel. La nouvelle génération en âge de procréer est restreinte. Les démographes tablent sur une nouvelle baisse de la population surtout si la situation économique perdure.
        Quant au renouveau moral de la Russie, en quoi consiste-t-il ? La corruption à tous les étages ? L’alcoolisme ? La GPA (autorisée en Russie) ?

        20/11/2014 à 11 h 45 min
      • Jacky Social Répondre

        @Boutté (flikahahaha): « S’ils rentrent dans l’Europe selon le souhait du Général, ils apporteront , outre leurs vastes richesses , un renouveau moral qui nous est bien nécessaire ». Si c’est la Russie qui va nous faire la morale, on est mal. Très mal. Quand grand pif, qu’il repose en paix et qu’on tourne la page. Ce grand dadet déjà anachronique à son époque n’a jamais rien compris à rien.

        22/11/2014 à 21 h 04 min
    • fred77 Répondre

      Vos connaissance sur la Russie datent de l’époque Gorbatchev.
      « L’autocratie » a une assemblée nationale représentative des partis politiques élue à la proportionnelle, ce que la France n’a même pas.
      Son armée est l’une des plus puissante au monde et possède le plus vaste arsenal nucléaire au monde.
      Elle a la troisième réserve de change du monde.
      Une croissance supérieure à 6%, un taux de chômage à 6% (comme l’Allemagne), une balance des paiements excédentaire, elle est un des premier exportateur en hydrocarbures (secteur repris aux oligarques Russes qui vaut à Poutine les foudres de l’occident).
      Les naissances sont reparties à la hausse et l’espérance de vie aussi.
      Nul doute qu’elle continuera son ascension alors que l’U.E descend aux enfers et que dans quelques années de nombreux européens seront tentés par l’expérience de vivre en Russie.

      20/11/2014 à 19 h 49 min
      • Jaures Répondre

        Je ne sais où vous prenez vos informations, Fred.
        Une croissance à 6% ? Vous voyez un peu loin dans le rétroviseur.
        2011: 4,3 %
        2012: 3,4%
        2013: 1,4%
        Pour 2014 on annonce une récession.
        Il faut rappeler que la Russie est un pays sous industrialisé, qui tire ses revenus pour l’essentiel de ses matières premières,que le salaire médian y est de 530€ (France: 1675), que l’inflation est de 6% (8% en 2014 selon les prévisions) alors que les retraites stagnent.
        Sur la démocratie en Russie, la liberté d’expression et de la presse, inutile d’épiloguer sur la manière dont Poutine accapare le pouvoir et musèle l’opposition et les journalistes, seuls ne voient rien ceux qui se bandent les yeux.
        Curieusement, ceux qui admirent Poutine pour sa politique homophobe oublient que la GPA y est légale.

        21/11/2014 à 21 h 44 min
    • Jacky Social Répondre

      @Jaurès: le problème étant que la Russie n’est ni chrétienne, ni capitaliste au sens libéral. Il s’agit d’un capitalisme d’état si proche de la France. Ce capitalisme là ne va pas du tout dans le sens d’une économie libre de marché. Quant à la démocratie que vous aimez tant Jaurès, on n’en parle même pas, ce qui ne fait pas du pays un Etat totalitaire. Mais néanmoins, en 27 de réformes, on n’a pas appris grand chose en Russie. Chassez le naturel… Quant au christianisme russe, on est dans la superstition superstitieuse. C’est affligeant de bêtise mêlée d’obscurantisme. Les dégâts du communisme, du tsarisme et de l’arriération des masses sont incalculables en Russie.

      21/11/2014 à 19 h 39 min
      • euréka Répondre

        La Russie ne produit rien, n’exporte aucune produit manufcturé, elle est comme l’Algérie. Elle n’ pas de véritable économie, celle-ci ne repose que sur l’exportation d’hydro-carbures.
        La Russie comptait coopérer avec l’Europe pour bénéficier de transferts de techbnologies. Mais les Américains ont tout fait pour rendre impossible cette coopération.
        L’URSS de Gagarine n’existe plus.

        22/11/2014 à 19 h 05 min
        • Jacky Social Répondre

          @Eureka: les USA ont eu bien raison. Sinon, l’Europe collaborationniste tantôt avec le nazisme, tantôt avec la variante communiste de celui-ci, serait une grande Corée du Nord à l’heure actuelle. Aaaaah l’égalité, la fraternité et la pauvreté, ce sont de vraies valeurs de con.

          22/11/2014 à 21 h 10 min
          • euréka

            @ jac-kikiramolli Vous voyez je peux moi aussi verser dans l’enfantillage ! Vous allez arrêter vos inepties à la eurécaca, . mon vieux.

            Bon, que la Russie soit dangereuse , je n’en doute pas, mais la planche à billets devenue folle de vos amis yankees l’est encore plus.
            Sérieusement : les amerloques sont des fous.
            L’Europe « collaborationniste » ah ah mais vous vous êtes retenu pour ne pas écrire « France collaborationniste ».
            Il me semble avoir déjà lu une attaque de ce genre de votre part dans un autre sujet.

            24/11/2014 à 1 h 51 min
          • Jacky Social

            @eureka: OK, d’accord pour les jeux de mots. Mais non, je ne pensais pas particulièrement à la France. S’il n’y avait eu les Etats-Unis, l’Europe serait aujourd’hui soit nazie, soit communiste, ce qui revient à peu près au même. La France n’est pas la seule à avoir collaboré. Ne vous focalisez pas sur la France de 1940. Je vous parlais de l’Europe, celle de la graaaande gôôôche qui veut le Bien de Tous avec ses partis communistes et autres réseaux à la solde de Moscou. Alors, l’épisode de 1940 est certes tragique pour la France, mais ce n’est que la trahison la plus visible. Le reste de l’Europe, c’est pas joli-joli non plus. Y a à balayer un peu devant toutes les portes. Toutes sans exception. Même chez les bons pères la vertu qui se font appeler « Anglais ». Ce qui est très grave, c’est la main tendue des partis de gauche envers Moscou et Staline. Sous Hitler, le choix était difficile avec les errements que l’on sait mais comme il est facile de juger aujourd’hui avec le recul. Certains ont vendu leur âme au Diable en pensant être dans le bon, mais il n’y avait pas de bon choix (l’exil étant un prétexte à une certaine facilité). Tandis que la trahison active et volontairement complice en faveur du Petit Père des Peuples et de ces successeurs, c’est autre chose. Nous n’étions plus en guerre. Il n’y avait pas de choix à faire. Aujourd’hui, cette Europe-là a tendance à en vouloir aux Russes pour l’échec de l’URSS. Comme si le communisme et le socialisme, ça pouvait fonctionner. C’est de cette Europe occidentale-là que je parle.

            24/11/2014 à 10 h 56 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: