Les vigilants de l’Arizona

Posté le mars 22, 2006, 12:00
6 mins

Des volontaires patrouillent la frontière mexicaine pour intercepter des immigrants illégaux. Ils sont aussi désespérés que ceux qu’ils tentent d’appréhender. Pourquoi en est-on arrivé à la création d’une milice en Arizona ?
George Bush a qualifié ces patriotes de « vigilantes » ! Le terme est une référence peu flatteuse aux vigiles qui étaient employés par les patrons pour traquer les syndicalistes infiltrés dans la main-d’œuvre saisonnière. En 1936, John Steinbeck consacra à cette lutte sans merci, dans les vergers de Californie, un livre intitulé « Dans une bataille équivoque. » Ce premier tome, d’une trilogie consacrée à la classe ouvrière, fut suivi par « Des Souris et des Hommes » en 1937 et « Les Raisins de la Colère » en 1939.

Le projet Minuteman est à l’origine de cette milice dont le siège est à Tombstone en Arizona. La symbolique est forte en choisissant cette ville mythique du Far West. La célèbre fusillade se déroula, le 26 octobre 1861, quand le shérif Wyat Earp, ses deux frères et Doc Holliday tuèrent les trois frères Clanton qui sortaient de OK Corral (une écurie) qui donne sur Main Street. Le clan des Clanton faisait régner la terreur en ville. Comme l’État fédéral ne pouvait dépêcher des troupes pour rétablir l’ordre, les citoyens s’organisèrent en recrutant les meilleurs tireurs.

La présence des Mexicains est inhérente à la création de ces États du Sud. L’entrée de l’Arizona dans l’Union est récente. Le président Howard Taft signa, le 14 février 1912, son adhésion en tant que quarante-huitième État de l’Union. Les Mexicains travaillaient et repartaient chez eux avec un pécule. Cet épisode est connu sous le sobriquet des « Cinq C » en référence à leur travail dans cinq secteurs : construction, copper (cuivre), citrus (citron), cattle (troupeau) et cotton (coton).

Jusqu’à une époque récente, l’Arizona et le Nouveau Mexique ont été relativement épargnés par l’afflux de migrants qui choisissaient des points d’entrée faciles que constituent le Rio Grande ou la côte du Pacifique. La donne a changé depuis que la Californie et le Texas ont durci leur législation en matière d’immigration. La Californie a adopté la proposition 187 qui dénie toute aide sociale aux gens sans papier. Un mur en tôle a été érigé à la frontière. Malgré le danger mortel que représente le désert de Sonora avec l’insolation, la déshydratation et les morsures de crotales, l’Arizona est devenu le point d’entrée principal sur le territoire américain. 261 immigrés sont morts, l’an dernier, dans ce désert. Débordés par cette invasion que ne maîtrisent plus les gardes-frontières, les citoyens de l’Arizona s’organisent. Après leur journée de travail, ils vont se poster sur des buttes d’où ils observent ce désert où des gens risquent leur peau pour une vie meilleure que la leur.

La libéralisation du commerce en Amérique du Nord depuis le traité NAFTA en 1994 n’a pas réduit les inégalités de salaires. C’est même le contraire qui s’est produit. Pour une journée de travail de huit heures, un ouvrier agricole gagne 3,60 $ au Mexique contre 66,32 $ aux Etats-Unis. L’Arizona a durci sa législation avec l’adoption de la proposition 200 qui dénie toute aide de l’État aux gens qui ne peuvent prouver leur nationalité. Mais cela ne suffira pas pour endiguer le flux. La population d’origine latino-américaine qui était de 19 % en 1990, a grimpé à 25 % en 2000 !

Que sera-t-elle en 2010 ? L’inquiétude gagne les rangs de l’establishment. Le sénateur John McCain est contesté par des radicaux comme Graf, Pearce et McKee qui veulent ériger un mur à la frontière et imposer l’anglais comme unique langue officielle. L’espagnol serait banni des espaces publics ! La peur est réelle que l’Arizona devienne la colonie de son ancienne colonie. Que faire, si ce n’est se protéger en érigeant un mur comme en Israël ?

Une nation riche est une chaloupe en haute mer que tentent de rejoindre des naufragés. Elle coule si elle accepte trop de monde à son bord. Le capitaine doit alors prendre la courageuse décision d’abandonner les survivants à leur sort. C’est ce genre de personnage que de nombreux électeurs des nations développées recherchent. Il existe une solution alternative pour éviter le naufrage : ouvrir sa cale aux produits agricoles des pays pauvres.
De cela ne veulent point les Américains et les Européens qui sont pourtant les plus exposés à devenir les colonies de leurs anciennes colonies…

11 réponses à l'article : Les vigilants de l’Arizona

  1. grepon le texan

    25/03/2006

    Euh, JC LaHitte…la classe moyenne ici n’ « impose » nullement. Zero pointe. Oui l’immigration illegale massive est un problem pour ceux qui n’ont pas de skills et qui risque de ne jamais en avoir(car ils sont con…et pour paraphraser Jesus nous aurons toujours des cons parmi nous). La classe moyenne est moyenne justement parceque elle a des skills/ne sont pas des cons, et globalement ils ne se trouveront pas pour longtemps en bas de l’echelle des revenus dans un marche du travail libre. Les Minutemen, eux ne risque pas d’avoir leurs boulots pris par des clandestins, mais sont plutot parmi ceux profiteront globalement du travail moins cher. Ceux qui en souffrent le plus sont ceux, legale, qui sont paye a l’heure pour des boulots tres bete, genre, nettoyer les bureaux la nuit.

    Répondre
  2. Jean-Claude Lahitte

    24/03/2006

    Même si les « vigilantes » (la télévision les avait montrées dans un reportage) paraissent folkoriques, leur « exemple » montre que le peuple américain (mais aussi certaines autorités proches du terrain qui leur ont donné l’autorisation) ont compris le danger d’une submersion qui est en train de démolir les Etats-Unis. Un danger que les gens d’en-bas chers à Raffarin le côtoient tous les jours. Et lorsque Gorge W. Bush, dans son adresse à la Nation leur dit « Nous entendons dire que les immigrés seraient mauvais pour l’économie alors que celle-ci ne fonctionnerait pas sans eux » (fin de citation : on croirait entendre du Mitterand, du Chirac ou du … Sarkozy !), ils comprennent qu’il se moque d’eux. Les immigrés, parce qu’ils acceptent de très bas salaires, et, surtout, parce beaucoup d’entre eux travaillent au noir. A titre indicatif entre janvier 2000 et mars 2005, 7,9 millions d’immigrés ont été accueillis légalement aux Etats Unis, tandis que 10 millions d’autres travaillent au noir, au vu et su des autorités (chiggres provenant du Centre d’Etude sur l’Immigration, déc. 2005) et que la quasi-totalité des emplois créés aux USA sont occupés par des immigrés.En particulier ceux qui étaient traditionnellement réservés aux noirs. Lesquels renforcent les bataillons de chômeurs estimés aux alentours de 8% (1). Cette masse d’immigrés plus ou moins contrôlée, plus ou moins recensée est à l’origine de l’effondrement des salaires et de l’implosion des classes moyennes. L' »american way of life » a réellement du plomb dans l’aile. La responsabilité en incombe esssentiellement au « libéralisme sauvage » qui oblige de plus en plus d’entreprises à « délocaliser » ou à pratiquer cette sorte de « traite » de main d’oeuvre à bon marché. Ainsi, de l’autre côté de l’Atlantique, comme de ce côté, on constate que les dirigeants « mondailistes » ont ouvert la boîte de Pandore sans se soucier des conséquences économiques et matérielles pour leur « peuple », mais aussi pour leur survie en tant qu’identité. On le constate, dans de plus en plus d’Etats, les « latinos » ont progressivement imposé leur langue, leurs journaux, leurs magasins, leur cuisine, leurs produits, mais aussi leurs moeurs et leur culture. Pas en se limitant à appporter la « richesse » de leurs différences comme nous le clament tous les idiots utiles (et, à terme, criminels) de l’altermondialisme qui a gangrené tous les rouages du pays, jusqu’au sommet de l’Etat, mais, tout simplement, en se greffant tels des champignons sur un arbre vigoureux qui faisait (fait encore, certes) l’admiration de tous les peuples, et qui finira par en crever. Combien de temps encore tiendra-t-il le coup si une saine réaction ne se produit pas ? Et la France, dans tout cela ? Outre que ses frontières sont tellement longues et variées (rien à voir avec l’uniformité de la frontière mexico-américaine), il est impensable, pour se limiter à une frontière qui est loin d’être une véritable « passoire », que l’opinion manipulée par les médias laisse s’armer sans hurler au racisme des Catalans, des Pyrénéens, des Béarnais ou des Basques, pour débusquer les « clandestins ». Il faut qu’un gouvernement ait le courage de couper à la source les robinets de l’immigration : droit du sol, regroupement familial, allocations en tous genres, accueil de tous les faux réfugiés politiques, et application d’un tas d’autres mesures de simple bon sens lors de l’arrivée aux frontières (notamment, prise d’empreintes et de photos, comme cela se pratique aux Etats-Unis, ce qui permet de débusquer ensuite les soi-disants sans papiers !=. Oui, mais comme le disait feu Mitterrand « Les immigrés sont chez eux chez nous ». Au point qu’ils sont de plus en plus nombreux à se permettre ce que leur pays d’origine ne tolérerait pas longtemps! Cordialement, Jean-Claude Lahitte (1) une annonce de Wal Mart (chaîne de distribution n°1 réputée pour ses bas salaires et ses mauvaises conditions de travail !) a recueilli 25.000 postulants pour 325 postes à une annonce de recrutement pour l’ouverture d’un magasin à Chicago !

    Répondre
  3. grepon le texan

    23/03/2006

    Ca fait quelques votes POUR deja. Je commence deja a faire mon shopping on line pour un system « night vision ». L’ideal serait de visser un camescope dessus et l’attacher a une tele/LCD…pour surveiller en comfort capitaliste. A propos de « sas », je ne suis pas d’accord. Les USA ont souvent tendance a prendre des mesures bien plus muscles que Israel..je ne sais pas si on peut les mettre dans le meme rang. Israel, a propos de leur reponse au terrorisme sur leur sol, a vecu proportionnellement quelques 9-11, et pour seul reponse ils font des descentes ou assinations ou autre couver feux et barrieres. Demi mesures je dirais. Les USA vous livre une ultimatum sans echappes puis vous livre une guerre, detruit votre armee, vous installe un gouvernment a leur gout, puis reste sur place pour des decennies(demandez aux japonais, aux allemands…). Le message est tres clairement « don’t fuck with us ». Le message des etats euro-socialo-pacifico est un peu le contraire en fin de compte: « ouuuu donne moi ca, j’ai envie ». Voyons la situation avec Iran, pays qui risque de plus avoir une armee de l’air d’ici peu, ni quelques dizaines de sites de developpement du nucleaire. Tout ce que j’ai a faire de mon cote pour cela est payer mes petits impots. C’est une sorte de paradis. Dans un vrais paradis il n y a pas d’impots. -No charge for that « sas »

    Répondre
  4. R. Ed.

    23/03/2006

    @ TL :c’est nous qui devrions faire pression sur les Américains pour faire entrer le Mexique dans les USA, en réciprocité à leur action sur l’UE pour accepter la Turquie.

    Répondre
  5. TL

    22/03/2006

    les américains sont vraiment idiots, ils devraient faire comme nous avec la Turquie, il devraient proposer l’union au Mexique.

    Répondre
  6. Florent

    22/03/2006

    Hélas en France, ça tiendrait de la science-fiction. Vous voyez vous des volontaires d’origine maghrébine et des citoyens français repousser les immigrés illégaux à la Méditerrannée en aidant les forces de l’ordre. Ben non, c’est tout le contraire qui se produit: on voie tous ces jouyeux crétins de gauchistes s’opposer autant qu’ils peuvent aux reconduites dans leurs pays des immigrés clandestins, lesquels touchent d’ailleurs largement le fric des aides sociales. Bref, la France ( du moins une partie ) prépare sciemment son invasion. Un pays de fou! Grepon et les autres Texans ont bien de la chance de vivre dans un pays où on a encore le droit de défendre son sol.

    Répondre
  7. Mancney

    22/03/2006

    La seule Immigration, vers n’importe quel Pays, ne peut etre que LEGALE. Period. La procedure legale d’immigration est le premier devoir, et une preuve de respect de l’immigrant. Grepon, my vote is : Yes, go for it! Protect YOUR Country. (Big trouble ahead if you don’t. Need an example?) Cheers, Mancney

    Répondre
  8. sas

    22/03/2006

    Oui mais tout le monde sait bien,que seules les mesures efficaces et intelligentes, pour leur survie et leur prospérité, peuvent être envisagées par les USA et ISRAEL….tous les autres pays dont la france….doivent rendre compte, et sont assujetti aux décisions onusiènes et médiatiques…..et les français étant des « racistes antisemites » ,controuvés, ne peuvent utiliser de simples préventions de la sorte… SAS ce qui est bon pour les oies ne l’est point pour les canards ????? et bien vivzement la grippe aviaire pour tous…

    Répondre
  9. R. Ed.

    22/03/2006

    J’arrondis : 5 $ chez les Mex., 65 $ aux States, y a pas photo ! L’idéal étant de gagner ses sous du côté américain et de les dépenser au Mexique. La question, à travail égal et à salaire inégal, c’est le cas de le dire, où va la différence ? Répondre à cette question et y apporter une solution résoudra le problème.

    Répondre
  10. Aude

    22/03/2006

    Vive les Minutemen ! C’est pas en France qu’on verrait une milice de ce genre…

    Répondre
  11. grepon le texan

    22/03/2006

    Sujet geniale! Pour le fun je propose un vote. Devrais-je, oui ou non, passer une semaine de vacance sur la frontiere Texas/Mexique avec les Minuteman? Je viens de recevoir une invitation, et je suis sypathetique avec leur cause, vu qu’il s’agit de faire tout betement respecter des lois que le gouvernement federale, le congres, ne prennent pas serieusement. Si on va avoir un etat de « Rule of Law » ici, au lieu d’une sort de fiat de ceux qui ont le pouvoir comme on trouve qu Mexique..ou en France, je crois que le citoyen serieux doit s’engager. Vous en pensez quoi, vous? Mon invitation est sur mon bureau lorsque je tape ceci. Je suppose qu’ils m’invite particulierement parceque je suis sur le registre de ceux ayant permis de port d’armes clandestines. Nous sommes plus de 300,000 au Texas. Mais ce n’est pas parcque cette liste de personnes est suppose etre un groupe de hot-head flingeurs legere de gachette. C’est parceque c’est un preuve que le FBI et tous les autorites de l’etat, du compte, de la ville n’ont mis aucun bemol contre notre application pour ce permis. Bref, ce truc est le meillieur preuve qu’un type qui le porte(le permis) n’a jamais fracture une lois serieuse de sa vie, ce qui donne que il (ou elle..il y en plein) est une dizaine de fois moins « likely » (les mot francais me manquent) de commettre un delit serieuse que le citoyen moyen. Cela d’apres l’etat du Texas, qui a suivi l’effet de ces lois sur le port d’armes depuis 10ans. Tout ceci pour dire que les Minutemen, sont largement des gens tres respectueux des lois, meme peut-etre plus que les federaux qui ne mettent pas les moyens pour garder nos frontieres, et qui le font EXPRES. Les boites veulent la main d’eovre et font pression sur les politiciens a travers les lobbyists. Les politiciens veulent la vote des hispaniques, et ils croient faire bonne figure chez eux en faisant pas grande chose pour faire respecter les lois. Entre parentheses, je suis POUR l’immigration LEGALE, et les Guest Worker program etc propose par Bush, A LA CONDITION qu’ils mettent un double « fence » serieuse de la Gulf of Mexico jusqu au Pacific. Je crois savoir que le congres a mis qq milliards vers un qui fera le tier du boulot, une petite somme en rapport avec ce que l’on depense sur la defense national ou les operations en Iraq. Voyons, on envoie 2Milliards par an en Egypte, une dictature pleine de gens qui nous haissent en majorite…mettons plutot cela dans quelque centaines de miles de barriere chez nous chaque annee. Ceux qui veulent immigre legalement peuvent faire leur applications dans un bureau chez eux. Nous avons besoin d’eux. Qu’ils viennent legalement.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)