Les vilains Européens

Posté le 29 mai , 2018, 12:40
14 mins

En 1958, parut « The Ugly American », roman politique dont l’action se déroule dans un pays asiatique fictif.

Les deux auteurs, ex-officiers de la marine américaine, y critiquaient l’attitude de l’armée américaine dans l’Asie du sud-est. Précurseur de la haine de soi propre à la gauche occidentale, le livre fut traduit en 1961 sous le titre « Le Vilain Américain ».

Il y aurait matière à écrire aujourd’hui un livre qui pourrait s’intituler « Les Vilains Européens », tant plusieurs pays européens montrent leur perfidie et leur absence totale de principes dans la poursuite de ce qu’ils prétendent être nos intérêts.

C’est le cas de l’Allemagne de Merkel, du Royaume-Uni de May (une fois sur deux) et, bien sûr, de la France de Mitterrand, puis de Chirac, et jusqu’à Macron.

L’aveuglement et la mauvaise foi des Européens, presque tous socialistes aujourd’hui, sont sidérants.

Non seulement les Européens ne paient pas leur quote-part pour la défense que les États-Unis leur procurent, mais ils s’alignent souvent avec des pays qui leur sont hostiles.

C’est là une pose affectée, bien plus qu’une politique menée dans l’intérêt des citoyens.

Le coq français, qui ne crie plus que l’hymne européen, se dresse sur ses petits ergots pour se faire remarquer à tout prix et défendre des positions moralement indéfendables et économiquement discutables.

L’accès de l’Iran au nucléaire, que le marché de dupes de l’accord facilitait, serait une catastrophe pour le monde.

Après s’être ridiculisé pour rien en gnome hyper-affectueux auprès de Trump, Macron tente sa chance auprès de Poutine pour sauver des bribes du mal nommé « Accord nucléaire avec l’Iran », dont Trump est sorti sans entraves puisqu’il n’avait jamais été ratifié par le Congrès américain.

Rappelons donc quelques vérités.

La Russie et la Chine peuvent continuer à leur guise les échanges avec les ayatollahs

Mais si les Européens, par dépit, se fourvoient dans ce club de pays autoritaires, loin de se débarrasser d’une « dépendance » imaginaire, ils entreront dans une vraie dépendance politique très risquée vis-à-vis de la Russie qui n’attend que cela. Comme c’est déjà le cas en matière d’énergie. Poutine coopère activement avec tous les groupes écologistes pour nous garder sous chantage énergétique, avec succès.

De plus, par ricochet, les Européens souffriront économiquement des nouvelles sanctions très dures que Trump a commencé à infliger à l’Iran. Le choix, c’est le commerce avec la Chine mercantiliste, la Russie « revanchiste » et l’Iran révolutionnaire ou la poursuite des échanges avec les États-Unis d’Amérique.

La question n’est pas que, comme une émission servile titrait la semaine passée, « quand l’Allié américain fait défaut, la France se tourne vers l’Est » mais que l’allié américain, lassé, peut se passer de ces alliés non fiables.

La Russie de Poutine n’est toujours pas une amie de l’Europe. Elle est, en revanche, au mieux avec tous les États totalitaires, tortionnaires et d’ultra-gauche.

La Russie, tout comme la Chine, a des liens très étroits avec la Corée du Nord depuis le premier Kim, où l’aide à la nucléarisation se poursuivait jusqu’en septembre 2017. La Russie ne cherche pas d’alliés mais des « clients », comme Assad.

L’Union européenne ne l’a jamais inquiétée et l’OTAN est son seul frein.

L’enquête internationale menée par les Pays-Bas sur le tir de missile responsable de l’explosion en vol du Boeing de la Malaysian Airlines en juillet 2014 vient d’aboutir : le missile et la plate-forme d’où il a été lancé sont russes. Ils avaient été acheminés dans la région séparatiste de l’Ukraine sur ordre de l’armée russe.

Les ayatollahs nient, Poutine nie. Les Européens gobent.

Or, en quoi est-il si urgent de commercer avec l’Iran révolutionnaire ? N’y a-t-il pas le reste du monde pour cela ? Ne peut-on attendre que le peuple iranien parvienne à se débarrasser de ce régime sanglant ? Croit-on aider les Iraniens en pactisant avec leurs oppresseurs ? Et pour le profit de qui exactement ?

L’Europe n’a aucun pouvoir politique. Elle a des banques, des industries et des prétentions.

Macron veut « ancrer la Russie dans l’Europe » ? On voit davantage Poutine ancrant l’UE dans la Russie.

Avec les Européens, l’Amérique a des alliés qui ne sont pas que vilains. Ils sont aussi infiniment stupides.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

La version longue de cet article est disponible ci-dessous pour les abonnés :

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

14 Commentaires sur : Les vilains Européens

  1. betsynette

    5 juin 2018

    Après tant et tant de bisous entre macron et trump, voila un couple qui est en perdition, macron devrait savoir que l’hypocrisie de ce monde de politique c’est chacun pour soi.

    Répondre
  2. A. F.

    4 juin 2018

    Comme d’habitude, E. Joslain se surpasse dans sa servilité aveugle d’agent des USA.
    Les USA ne nous défendent pas, ils nous occupent, et en plus ils rackettent nos banques et volent nos entreprises.
    On ne va pas en plus dire merci et payer nos occupants dans la joie et la béatitude.

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    4 juin 2018

    La firme responsable de l’électronique à bord des S300 russes va étudier les Tomahawks US descendus lors des raids en Syrie.
    Cela permettra d’améliorer les performances des S300 et S400.
    Cela ne doit pas plaire à tout le monde.

    Répondre
  4. HansImSchnoggeLoch

    30 mai 2018

    //La Russie ne cherche pas d’alliés mais des « clients », comme Assad.//

    “The business of America is business.”
    Qui ne connait ce cliché attribué au président US Calvin Coolidge?
    Accuser les autres de faire la même chose est le comble de la malhonnêteté.

    Que dirait-on si Poutine se mettait à hurler: “Make Russia great again!”?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      30 mai 2018

      toute la subtilité subliminale de la phrase résidait dans l’ expression ” comme Assad ” c’ est à dire : ” comme un dictateur ”

      ” comme Netanyahu ou Saoud ” est seul acceptable

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        30 mai 2018

        Kim bientôt parmi les acceptables?

        Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        1 juin 2018

        Les Chinois 4000 tonnes d’or de réserve, la Russie de Poutine 1500 tonnes.
        En France à défaut d’avoir de l’or pur on a de l’or dur.
        À chacun ses valeurs.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          3 juin 2018

          on a aussi les rilliettes !

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            4 juin 2018

            Et pour oublier les ors durs on se fait des risettes.

  5. HansImSchnoggeLoch

    29 mai 2018

    //L’enquête internationale menée par les Pays-Bas sur le tir de missile responsable de l’explosion en vol du Boeing de la Malaysian Airlines en juillet 2014 vient d’aboutir : le missile et la plate-forme d’où il a été lancé sont russes. Ils avaient été acheminés dans la région séparatiste de l’Ukraine sur ordre de l’armée russe.//

    La zone où cet avion a été intercepté était et est encore une zone de guerre. On ne peut qu’être choqué qu’une companie aérienne commerciale puisse survoler une telle zone. Malaysan Airlines est une petite companie et on peut la comprendre si elle essaie de choisir les routes les plus courtes pour minimiser les frais.

    Comme pour l’affaire Skripal et l’affaire des gaz toxiques en Syrie on cherche un bouc émissaire et comme villaine la Russie est toujours présente et a bon dos.

    Donc le missile aurait été acheminé de Russie dans la zone séparatiste. L’Ukraine étant issue d’une partition d’avec la Russie on peut admettre que ces deux pays aient le même armement. Des missiles d’origine russe existaient vraisemblablement aussi du côté ukrainien.
    Faire une enquête dans une zone de guerre n’est pas une sinécure et l’on risque de se faire tirer dessus des deux côtés.
    Et de plus les traces peuvent très bien être réarrangées pour faire croire n’importe quoi.

    À qui profite le crime?
    À mon avis plus à l’Ukraine qu’à Poutine.

    PS: les résultats de l’enquête du vol MH17 une fake news?
    À vous de juger.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      29 mai 2018

      il y a certains détails dont on ne parle pas ou plus : à quelle altitude volait le MH17 ? ses couleurs de compagnie étaient elles identifiables par un avion de chasse- observation ukrainien ? étaient elles comme on l’ a entendu dire les mêmes que celles de l’ aéronef habituellement utilisé par Poutine ? … enfin à qui profite le ” crime ” ?

      cela ressemble diablement à l’ utilisation de gaz de combat en Syrie

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        30 mai 2018

        Le logo “Malaysia” est visible en bleu sur l’avant de l’avion (B777). Un avion de reconnaissance volant à la même altitude ne peut pas le louper.
        Poutine vole-t’il en B777?
        Je ne le pense pas.

        Répondre
    • quinctius cincinnatus

      3 juin 2018

      comme l’ assassinat à l’ ukrainienne du journaliste anti-poutine russe qui, comme c’ est curieux, à fait un long séjour en … Israël

      Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    29 mai 2018

    Millière était déjà étonnement stupide, mais alors que penser de Joslain Evelyne ? ( un(e) trans-genre ? aux ” 4 Vérités ” ? … étonnant ! )

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)